Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Agressés et humiliés par des élèves, les profs du lycée Gallieni de Toulouse sont en grève

C’est littéralement un « appel au secours » qu’ont lancé, ce mardi matin [9 janvier 2017], une soixantaine d’enseignants du lycée Joseph-Gallieni (sur 120), route d’Espagne à Toulouse. Devant l’entrée de l’établissement qui accueille plus de 1 000 élèves du CAP au bac professionnel et technologique, une large banderole réclame « un plan Marshall ».

 

 

[...]

Agressions, vols, bagarres, violences sexistes , trafic de drogues et élèves fichés S Agressions verbales et physiques « qui se généralisent et se banalisent », « intrusion d’élèves extérieurs qui viennent semer le trouble et commettent des infractions », vols en classe, à l’internat, généralisation de bagarres violentes dans l’enceinte de l’établissement, violences sexistes subies par les filles, élèves et parents qui viennent la peur au ventre, souffrance des enseignants, trafic de stupéfiants, etc. La liste est longue et les moyens pour lutter plutôt aux abonnés absents, considèrent les équipes pédagogiques en colère.

 

« Des élèves partis pour tenter d’aller faire le jihad »

[...]

« À une prérentrée, un collègue a demandé à la police de connaître les élèves qui ont un casier judiciaire et le policier lui a répondu qu’il ne préférait pas lui donner ces informations, pensant qu’on aurait peur de rentrer dans certaines classes, raconte Virginie, professeur de lettres et histoire. On a eu, une année, des élèves partis pour tenter d’aller faire le jihad. Quand ils sont revenus, le rectorat nous a répondu de faire appel à notre bon sens pour gérer le problème. »

« En cours avec le bracelet électronique »

« Dans les 1 000 élèves du lycée, on a des profils très particuliers, poursuit l’enseignante. Certains sont très volontaires, mais on a aussi une minorité qui relève de structures spécialisées, médicales, ou relatives à la justice  : des élèves qui sortent de prison, qui viennent en cours avec le bracelet électronique, d’autres qui ont un casier judiciaire assez fourni qu’on nous demande d’intégrer. On fait tout pour que la poudrière explose. »

Lire l’article entier et voir le témoignage des professeurs sur ladepeche.fr

Rétablir un enseignement de qualité,
l’amour de la France et le primat des valeurs,
avec Kontre Kulture

 

L’école est-elle encore française ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

117 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • COOL ! il va falloir changer le système c’est tout

     

  • Mdr...
    Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont il chérissent les cause...
    Combien parmi eux sont descendus en 2002 pour défiler contre lepen au deuxième tour pour défiler contre "la haine" ?
    Et combien ont voté macron ?
    Moi si on me demandait mon avis je les enfermerais dans leur établissement avec leurs élèves...c’est comme les migrants au coeur de paris...
    Et bien mangez maintenant...

    Parceque c’est quoi les solutions à leur greve : 3 élèves par classe et 1 policier à la porte ?

     

  • "Agressés et humiliés par des élèves, les profs du lycée Gallieni de Toulouse sont en grève".

    Habitués à défendre ceux qui agressent et humilient les français, les profs sont très graves.....

     

  • "L’embauche n’est pas la seule solution (...) il faut plus d’accompagnement d’élèves en retour de sanction"... Je rêve où cette dame se contredit ?
    Je pense que ces pauvres gens sont en désarroi car ils se rendent compte que Jean-Marie le Pen, contre lesquels ils n’ont jamais eu de mots assez durs, avait en fait raison depuis des décennies.


  • - Mille élèves
    - Onze hectares
    - Cinq surveillants

    On peut féliciter la France qu’il n’y ait pas déjà eu des morts...


  • Ils avaient qu’à pas voter Hollande et Macron.


  • Vive la Fronce et vive la ripoublique.. Si comme ça en Fronce, en s’enfonce mi pisronne ni li bouge, pirsonne ni li dit rien


  • Au moins le droit pour les djeuns de foutre le bordel est respecté ...

    C’est beau ... le progrès !!!

     

  • Tiens donc ?! ...le professorat gauchiasse rebiffe maintenant contre encore son petit troupeau de mouton qu’il avait fait descendre auparavant des années plus tôt dans la rue en 2002 contre JM.Le PEN ?!...étonnant non ?!...à croire que le shit des banlieues ne fait plus son effet abrutissant ?!...


  • Les" hussards de la république " ont subi au fil du temps, une mutation génétique , et se sont transformés en "folles du régiment" !
    Depuis maintenant quelques décennies , la discipline n’est plus de rigueur , le copinage avec les élèves est devenu monnaie courante , ( les tenues vestimentaires et l’aspect en général des profs post soixante huitards y étant pour quelque chose ),
    Les discussions à bâtons rompus avec les élèves ou (participation ) furent un fer de lance pour arriver à ce chaos , on ne transmet plus des connaissances , on "partage" ! eh bien messieurs , partagez donc désormais cette chienlit ( aux frais supplémentaires pour les contribuables ) -
    ps : Allez visiter un établissement certes confessionnel de la Fraternité st pie x , (par exemple )proche de chez vous , vous constaterez que ce que je viens partiellement de dépeindre est à l’opposé des bienfaits apportés par les autres .


  • Je ne serai pas original dans mon commentaire puisque Bossuet avait déjà tout dit : " Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes."
    Les moyens ne changeront rien cela fait au moins 30 ans que j’entends cette même chanson. ....
    J’ai fréquenté les lycées professionnels et cela ne s’est vraiment pas arrangé .


  • Les profs, je ne les plains pas, ils ont ce qu’ils méritent .Ce n’est pas quand on a chié dans son froc , qu’il faut serrer les fesses . Dans les lycées à l’époque , il y avait de la discipline, ça se passait très bien et j’en suis pas mort , mais comme maintenant il est interdit d’interdire, et bien alors, démerdez-vous .

     

  • comme dit le magistrat dans l’article précédent sur les policiers :

    « l’égalité de tous devant la peine et le principe de l’individualisation de cette dernière »

    C’est-à-dire aucune réponse de l’institution (ici le Rectorat), laissant dans la merde le plus grand nombre (les profs), chacun confronté à son angoisse (le prof et ses élèves).

    Formule Universelle M. le Magistrat franc-mac, et qui s’applique partout ! Nous sommes bien avancé merci ! - nous, la plèbe, les gens qui ne sont rien, les sans dents, les sans couilles aussi...
    Macron aurait dit "sans couilles", peut-être que y’aurait eu une réaction... Mais mieux vaut se laisser dégrader le pays, à petit feu... à feu doux... les grenouilles n’en ont plus pour longtemps.


  • je cite :
    « Dans les 1 000 élèves du lycée, on a des profils très particuliers, poursuit l’enseignante. Certains sont très volontaires, mais on a aussi une minorité qui relève de structures spécialisées, médicales, ou relatives à la justice . »

    Écoute chère Prof, depuis 40 ans au moins vous nous dites qu’il faut mettre les élèves au centre du projet pédagogique et par ailleurs que ces élèves ont droit à une éducation dans un lycée/école normal au plus près de chez eux.
    Donc ce n’est pas eux qu’il faut exclure comme tu le prônes mais tous ces profs qui sont à la périphérie des élèves et qui sont dans l’incapacité de gérer des enfants/ados ayant certains profils.

    Oui M-a-d-a-m-e, ce ne sont pas les élèves qui sont dangereux mais tous ces profs (surtout pour eux-mêmes) qui ne sont que les courroies de transmission d’une doxa laïcarde en porte-à-faux avec les valeurs fondamentales de ces élèves. OUI ces élèves ne veulent pas vous ressemblez, vous n’êtes pas un modèle pour eux. Le.a prof.e est vu.e comme un pantin, un ptit perroquet sans plume, juste bon.ne à amuser la galerie.

    Oui perroquet.te si tu veux que les choses se normalisent dans le bon sens, il faut démissionner et laisser place aux "pères" de ces enfants. OUI, oui, c’est ce qu’a fait la RATP pour résoudre les actes de violence contre ses chauffeurs de bus : Des centaines d’agressions chaque année dans les années 90, 2000, depuis 10/15 ans il n’y en a presque plus après un rééquilibrage plus diversifié dans le recrutement de ses chauffeurs ....A méditer.

    Je t’embrasse quand même, hein !!!!!

     

  • Quand on sème le vent...


  • Toulouse je connais bien, non seulement il y a la plus grande cité de France le Mirail (avec tous ses sous-quartiers ,Bagatelle , Bellefontaine, la Reynerie, Dundee, la Faourette, Tabar, Basso-Cambo, etc...), il y a une tonne d’étudiants de gauche-bobos, une tonne d’antifas, une tonnes d’Islamo-racailles, plus toutes les autres cités Izards (Mohamed Merah) la Gloire , Empalot, Amouroux, etc...
    Et les 3/4 (si c’est pas plus) des profs sont de gauche (l’extrême NPA, FdG, LCR)
    Et ils ont toujours appelés à lutter contre l’extrême-droite "Sic" et "reSic" (petit rappel Jour de Colère, les profs avaient demandés que leurs élèves aillent manifester contre nous )
    Ils avaient appelés à manifester contre la création de « L’Oustal », un local associatif maison « de l’identité toulousaine »,« Une succursale du Bloc identitaire »
    Idem pour Rémi Fraisse (Sic)
    Pour les émeute de 98 (mort de Habib Ould Mohamed « Pipo »décembre 1998)
    Ils avaient dénoncé le racisme de la police et de la société (Sic)
    J’en passe et des Meyer (alors)
    Donc ils n’ont que ce qu’ils méritent, ils ont entretenue cette deliquescence de Toulouse, ils en ont les fruits
    Donc je vais pas verser une larmichette pour ces pauvre bougre gauchiasse
    Vive Tolosa


  • Ce sont des enseignants politisés dont les propos me rappellent les heures les plus sombres de notre histoire.

    Mais qu’attend la justice pour agir ?


  • C’est un joli retour de baton pour ce troupeau de profs a l’avant garde des bataillons socialistes et du vivre ensemble dont ils assurent la promotion depuis des decennies.
    Je ne peux m’empécher de ressentir, malgré cette decheance du pays , une petite satisfaction de voir que ce sont une partie importante des responsables de cette chienlit, bas du front et courte vue, qui en subissent les conséquences en première ligne : c’était tres largement prévisible, comme sont prévisibles les futures emeutes et pillages de centre-villes

     

    • Pour Me la Directrice du Recteur d’académie et leurs zélotes :
      « Najat Vallaud-Belkacem inaugure le rectorat de l’académie de Toulouse ! »
      http://www.ac-toulouse.fr/cid92846/...
      > une exposition de photographies du lycée Gallieni (Toulouse)
      Métissa-jeux : 15 photographies sur le thème du métissage réalisé en accompagnement personnalisé avec des élèves issus de six classes de 1ère Bac Pro Transport, logistique, conduite routière, carrossier, maintenance des véhicules particuliers et industriel

      Le rectorat de Toulouse publierait-il des fake news sur le vivre ensemble !? J’vais le balancer à Deconex sur-le-champ !


  • 《On a eu, une année, des élèves partis pour tenter d’aller faire le jihad. Quand ils sont revenus, le rectorat nous a répondu de faire appel à notre bon sens pour gérer le problème》
    Ce genre de remerciement pour services électorales rendus !, nos "élites" respectent moins leurs moutons que leurs ennemis, la réponse aurait été "demmerdez vous " c’était pareil aha
    Je me demande en quoi consiste le bon sens que désigne le rectorat pour gérer ses "élèves partis TENTER d’aller faire le jihad "
    Les consoler certainement , cynisme oblige ..


  • A force de tuer l’autorité, on finit par mourir par son absence ! Une société de merde, disait Alain Delon. Tout part en vrille, même dans les pays pauvres. L’an dernier, en Algérie, deux étudiants ont tué un de leurs profs de fac qu’ils avaient eu une mauvaise note au partiel. Sans pétard. Imaginez quand ça prend quelques cachets !!!


  • Tout le sud-ouest veaute pour la gôchiàsserie depuis au moins 60 ans, ils ne vont pas se plaindre encore en plus ! Pourquoi pas demander le recours à l’armée ou à la police tant qu’ls y sont, mais c’est faaaacho ça hein !
    Ils n’ont qu’à demander à leur armée d’occupation préférée d’être sympa, la mixité de la société ouverte constitue un superbe enrichissement culturel ! & puis le djihâd a été soutenu par les deux derniers gouvernements donc ça ne serait pas bien, m’aurait-on menti...


  • Il faut arrêter de prendre les lycées pour des centres de "réinsertion" pour délinquants et comme alternative à la prison.Dans ces lycées , les élèves ont plus de 16 ans, et même plus de 18 ans pour certains. 20 % d’élèves qui ne sont pas là pour apprendre c’est une situation anormale. Les proviseurs et les professeurs n’ont qu’à prendre leurs responsabilité : réclamer le droit de virer les élèves de plus de 16 ans qui ont commis des fautes graves.

     

  • Alors, toujours de gauche ?

     

  • Ils enseignent la haine de la France et des français (méchants colonisateurs, esclavagistes, collabos, antisémites, inquisition, saint Barthélémy et patin couffin) et maintenant, ils chouinent...bien fait pour eux.....et c’est un prof qui vous l’écrit. Ceci dit, les associations de parents d’élèves sont pires (bien pires). Nous sommes dans le comico-tragique !


  • Ils ont vraiment ce qu’ils méritent. Pourquoi les plaindre ?

     

  • Tout vient à point à qui sait attendre ! ZBOING le boomerang ..


  • Un bon coup de pied au cul et retour au bled, voilà ce qu’ils méritent. Y’a des paires baffes qui se perdent.

     

    • Un retour sous-entend qu’ils soient parti de la-bas ce qui n’est pas le cas. Les français ont beaucoup de mal à comprendre cela ces jeunes sont un produit 100% fabriqué en France ils n’ont pour la plupart aucun lien avec leuurs origines qui parfois remontent maintenant à trois voir quatre générations. C’est simple a comprendre mais visiblement difficile a accepter il y a un proverbe qui le résumé parfaitement "buvons a notee tour dans ce verre que nous avons déversé"


    • @Brahimovitch

      Ils ne se sentent eux-mêmes pas français, ne sont pas bien en France, ils ont des noms et des prénoms du bled, où ils retournent en vacances voir leur famille. Qu’ils y restent.


    • @Brahimovitch : on entend souvent ça mais votre remarque est nulle et non avenue pour les pays qui n’appliquent pas la réciproque du droit du sol pour les fils de ressortissants français mais qui nous envoient leurs colons qui nous maltraitent chez nous et rendent notre société invivable, cad toute l’Afrique, Afrique du Sud exclue.
      Votre excuse c’est des Français comme vous et moi alors aux Français de les torcher ça dure depuis des décennies et ça commence tellement à bien faire que si d’ici à une décennie ça n’est pas terminé, c’est la guerre civile pour nous et la mort pour vos protégés.


  • Les socialopes et la gauchiasse enseignantes n’ont que ce qu’ils méritent !!!...
    Semer la m.... est une chose ...la récolter en est une autre !!!...

     

    • Tout les profs ne sont pas de la gauchiasse, et les socialopes c’est ceux qui profitent du système hors le prof gauchiasse ou non n’est pas celui qui profite du système.

      Les profs font de leur mieux en général et ne méritent pas ça, c’est complètement con et caricaturale de dire ça, ne confondez pas les syndicats et les profs et les premières victimes c’est les élèves sérieux.


  • Ceux qui foutent le bordel, dehors à coup de pied au cul.
    C’est simple non ?
    Sinon ils vont spolier ceux qui veulent bosser.
    Vraiment je ne comprends pas leur logique. Veulent-ils pourrir l’atmosphère de l’établissement et empêcher ceux qui sont sérieux de bosser ?

     

    • C’est très simple quand on pense Nation et intérêts supérieurs du pays. Oui.
      Pas comme les traîtres intégraux qui ont pris le pouvoir en France par la ruse et l’usurpation, et qui prônent le mondialisme à tout bout de champs, l’Europe le soir du 31 ...
      Qui crachent à la gueule aux Français désireux de défendre leur Patrie en les traitent de "populistes", d’extrémistes, et j’en passe ... Avec l’appui des médias biens dociles.
      Qui pondent des lois pour le droit du sol des immigrés, et j’en passe tellement.
      La déchéance de nationalité aurait dû être promulguée, mais non, à la place de ces mesures de bon sens, on laisse tout le monde aller et venir. C’est totalement fait exprès et pour ma part insupportable tellement on en voit les effets néfastes actuels mais surtout à venir.
      Les Français n’en veulent PAS et n’en n’ont jamais voulu. Vous connaissez des gens parmi vos proches qui se félicitent de ça ? NON. "On" force la main aux Français encore une fois manipulés par des sondages bidons, des médias aux ordres et j’en passe. Plus aucuns débats, plus rien. On est en dictature.
      C’est horrible


  • L’Education Nationale est dans un état lamentable mais les parents le savent bien depuis des lustres. Ce sont nos mauvais politiciens et une presse partisane qui ont nié cette situation. Aujourd’hui, l’heure est grâve mais c’est trop tard et les profs qui ont longtemps fait de la démagogie sont dans les sables mouvants de l’immigration africaine majoritaire dans beaucoup d’établissements. Pas la même culture, pas les mêmes moeurs, pas la même religion, pas de désir d’intégration, pas d’éducation familiale cohérente et européo-compatible...comment vouliez vous que ça se passe bien ?


  • Déjà la taille de l’établissement comme tant d’autres en France !!!!! + de 1000 élèves sans compter probablement les personnels ....

    De véritables centres pénitentiaires miniatures : barrières, portique, vidéo-surveillance etc ...

    La conception de ces établissements comme aussi celle des écoles maternelles, primaires, collèges et lycées est démente sans compter les universités, les entreprises, les maisons de retraites, les centres commerciaux, les zénith pour tous, etc ... etc ...

    Babylone dans toute sa splendeur avec en plus l’idéologie orwellienne et celle d’Huxley nous avons là un cocktail de mise en esclavage de toute la population. Pas étonnant donc que les jeunes générations se rebiffent en créant de minuscules clans au sein même de ces structures démentielles.

    Dans le milieu carcéral, c’est la même chose. Voir la série télévisée Oz, surnom de la prison de haute sécurité de niveau 4 Oswald State Correctional Facility.

    Les minorités se regroupent entre elles et reforment des micro-sociétés. Ça toujours été ainsi. À l’armée, idem.

    Ces établissements ne sont plus des lieux de vie mais de survie.

    À l’image de notre société en décomposition à savoir qu’une bande mafieuse a pris le contrôle politique du pays. La racaille d’en haut couche avec la racaille d’en bas.

    Comme au sein de ces établissements scolaires, le comportement normé racaille clanique se constitue en minorité pour exercer un pouvoir de contrôle et de désordre, imposer sa loi : même schéma.

    La gauchiasserie du vivre-ensemble et de l’égalité sous tous rapports autrement dit nivellement par le bas s’en prend plein la gueule désormais et c’est pas fini. Que vont-ils obtenir du rectorat, dépassé

    Rien n’y fera. La rupture est consommée. D’autant que ces générations savent pertinemment qu’elles ne trouveront plus d’emplois. Donc à quoi bon bosser ? car pas d’idéal, ni donc motivation.

    Sans direction, un pays s’éteint : constat évident.

    Par ce qu’EnMarche vers où, vers quoi, vers qui ?

    L’implosion - camouflage et étouffement soft des vrais problèmes par des mesurettes féminines psycho-machin-trucs personnalisées devenues inefficaces à grande échelle.

    Explosion = passage à l’action manifeste courant masculin de l’ETRE.

    «  Pour établir l’égalité, il faut couper toutes les têtes qui dépassent  »Jean Cocteau

    « À la fin des fins, la dignité des hommes se révoltera » Charles de Gaulle

    On y est.


  • Ils n’ont se qu’ils méritent , pour certains !


  • Le "plan Marshall" pour l’éducation en particulier et pour l’Europe en général c’est la Reconquista par la prière dans le Nom de Jésus-Christ. Si c’est d’autorité qu’il s’agit ,c’est par Lui qu’elle reviendra.


  • Comme dit Soral : « Sans racailles du haut, pas de racailles du bas ».
    Ces profs ont toujours voté (ce qui est déjà discutable) pour éviter la « menace fasciste » ! Pour ça, on est passé de droite à gauche, mais surtout, sans jamais toucher les bords !
    L’avantage avec Macron, c’est que, pour citer Audiard, il est la « synthèse » de tout ça, ni de droite ni de gauche (comprendre moitié de droite, moitié de gauche...et pas les meilleurs moitiés). Là, on peut difficilement faire plus clair !
    J’espère qu’on s’en sortira, mais en attendant, on a de plus en plus de mal à voir « de quel côté du mur se trouve la prison », pour finir en citant Dieudo.


  • Ce n’est pas dans ce lycée qu’une racaille avait foncé en moto dans la cour, blessant 2 lycéennes, il y a quelques mois ?


  • “Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.”
    Jacques-Bénigne Bossuet.

    Moi, je me gausse de ces gens qui se disent de gauche et humanistes, et qui se prenne le réel du "vivre ensemble" en pleine poire. J’avoue, ça me fait bien rire.

     

  • Chers caramades,

    je trouve vos commentaires déplorables.
    Vous vomissez littéralement sur le corps professoral.
    Vous almagalez tous les enseignants, souhaitez du mal.
    La plupart d’entre vous ne tiendrait même pas 1 semaine devant une classe.
    Vous faites les grands philosophes derrière votre écran.

    Pour ma part, j’ai 10 ans d’enseignement public dans les pires collèges de Roubaix, la ville la plus pauvre de France. J’ai passé mon temps à remplacer des collègues en dépression. Combien de femmes enseignantes declenchaient des cancers après 35 ans. J’ai affiché en salle des professeurs la Chartre d’ER et j’ai voté 2 fois Lepen aux dernières présidentielles. J’ai même distribué les bulletins « Votez biquettes » ( une enquête avait d ailleurs été ouverte).

    Pouvez-vous imaginer que l’amour du métier puisse dépasser toutes les idéologies politiques ?
    Respectez ceux qui vont au casse-pipe pendant que vous devenez bien confortablement les moutons de vos certitudes.
    Finalement, vous fonctionnez comme ceux que vous critiquez.

     

    • Exactement, je n’ai pas d’accointances particulières avec le corps enseignant, ayant rencontré une majorité de piètres pédagogues. Mais assimiler tout les enseignants à d’infâmes gauchistes, révèle au mieux d’une étroitesse d’esprit, au pire d’une malhonnêteté intellectuelle. Mes respects.


    • C’est le corps enseignant qui est déplorable. Vous êtes l’exception qui confirme la règle. Que ces professeurs aillent au turbin c’est une chose -et encore, combien d’absentéisme ?-, mais ce que les commentaires relèvent à juste titre c’est que la grande masse de ces professeurs participe très directement à l’établissement de ce bordel généralisé qui commence dès l’école. Ils y participent par leurs démonstrations très molles qu’ils sont "pas contents". Jamais ils ne remettent en question de façon radicale ; alors ils entretiennent le système qu’ils regrettent par prurits occasionnels. C’est pitoyable, ce n’est pas une réaction adulte qui consisterait à prendre le taureau par les cornes.

      On peut avoir de la solidarité et de la compassion vis à vis de ceux qui sombrent en dépression mais que pensent-ils de E&R, de Le Pen, de l’extrême drouate, de l’immigration ?... ce que je veux dire c’est que hélas derrière la dépression il n’y a souvent pas de véritable réflexion sur les tenants et aboutissants. Hors ils devraient l’avoir.


    • Non absolument pas. On a juste regardé le reportage. Déjà ces profs font grève au rectorat, pas sur leur lieu de travail. C’est pas comme cela que ca marche.Et cela montre que leur problème est profond. Car si 50 profs font front et font la grève dans leur lycée ils ne risquent évidemment rien physiquement, sinon de regagner du respect de par leurs élèves. Et si ils ne sont pas suivis et soutenus par leur hierarchie, à la prochaine emmerde ben par exemple ils démissionnent en bloc.

      Les solutions qu’ils proposent sont d’aller plus loin dans le n’importe quoi. Pas de regagner l’autorité pour eux.

      Il y a cette expression anglaise "le titanic coule et ils en sont à réarranger les chaises longues sur le pont du bateau".

      La c’est encore plus delirant : le titanic coule et ils proposent de remettre les moteurs en marche pour re-entrer en collision avec l’iceberg. Ils n’ont toujours pas identifié le problème. La perte de leur autorité à eux. Et ils sont encore des opposants au bon sens.Les mêmes redefileraient dans la rue contre "le fascime" à la première occasion. Ils continueront à promouvoir plus d idiotie et de lâcheté, de haine de la france pour se faire accepter par leurs élèves.


    • Personnellement jamais je ne me livrerais aux critiques monolithiques dont la bêtise et la bassesse vont jusqu’à se réjouir de ce type d’évènements, inéluctables selon moi (du moins en l’état actuel des choses). Dans la bataille d’opinions et en termes stratégiques, on ne peut pas dire que ce soit particulièrement malin en effet de procéder de la sorte ! Je note tout de même que certains profs ont peut-être aussi une part de responsabilité qu’il ne faut pas nier même si elle arrive selon moi bien après celle des parents. Par ailleurs, vous ne semblez pas forcément ultra-représentatif du corps enseignant, je pense que vous en conviendrez ! :-) À l’inverse il me paraît évident qu’il est absurde de faire des profs une horde de gauchistes au jour d’aujourdhui, déjà ne serait-ce que du simple fait que les partis politiques déplacent de moins en moins de monde, ensuite parce qu’il est évident que ce sont ceux-là que le système pousse du pied. Mettez en avant une politique éducative basée sur une autorité réelle, sévère et intransigeante, et je vous fiche mon billet que vous verrez pas mal de profs pour la soutenir. C’est une question de rapport de force, et un rapport de force ça peut changer. Peut-être faut-il cependant en arriver à de telles extrémités pour ouvrir les yeux de certains et permettre justement cette bascule. J’ajoute enfin que les hiérarchies ont aussi une grosse responsabilité à mon sens, jouant souvent le rôle d’éteignoir, sans doute en partie pour des raisons d’évolution de carrière entre autres, en s’asseyant sur la cocotte plutôt que d’en soulever le couvercle. Bref, c’est compliqué. Je précise que j’ai évolué quelques années dans l’éduc nat, pas en tant que professeur mais j’étais en contact permanent avec eux et nous discutions beaucoup.


    • Je comprends votre désappointement. J’ai été travailleur social dans des secteurs particulièrement difficiles de 1987 à 2006 brassant une population hétérogène en terme de classes sociales, d’âges et de nationalités. Juppé nous appelait les travailleurs sociaux : les hussards de la république.

      Le hussard est un cavalier militaire et fait référence à l’armée ; Je n’avais pas encore pigé que leurre république est contre le peuple. Donc, y mettre des gardiens, des contrôleurs sociaux, des administrateurs sans états d’âme constatant sur le champ de bataille les dégâts innombrables et variés d’une population en détresse physique, morale, c’est le programme de cette ripouxclique.

      Sortir de cette baby alone : elle infantilise le corps social y compris le corps enseignants et pas que lui, militaires, magistrature, fonctionnaires, corps médical, ...

      Lorsqu’une femme se meurt en couches, faut-il sauver le bébé ou la parturiente ?

      Nous en sommes là ! Les échafaudages des républiques tombent et nos traîtres s’y agrippent férocement avec l’appui extérieur des élus au point de mettre en danger la population. Les riches, les très riches, les ultra-riches exercent une pression à mort sur la population.

      Aucun Parti ne parviendra à redresser la situation aussi honnête soit-il !

      Notre pays ainsi que les autres pays européens sont livrés à des prédateurs.

      Je comprends que vous ayez l’amour de votre métier d’enseignant.

      Je l’ai eu pour le mien. Ce n’est pas mon métier que j’ai quitté mais lui qui m’a quitté.
      Les procédures ont défiguré mon métier. J’ai estimé, dès lors, que je n’avais plus rien à y faire même en tentant de me renouveler par quelques formations d’appoint. À partir du moment où vous y lâchez de votre ÊTRE devenu peau de chagrin, que vous allez bosser à reculons, il est évident que la dépression, symptômes, maladies comme le cancer vous guettent.

      Nous avoir à l’usure. Le MAL est profond : il concerne l’ÊTRE. Il veulent y substituer l’AVOIR en autres choses, nous transformer en robot sans états d’âme sans amour  : estime de soi pour commencer.

      Réalisez-vous ?

      La rébellion des jeunes au système d’embrigadement de tous les élèves est SAINE. L’ÊTRE s’ y exprime collectivement et individuellement. Évidemment, toutes les logiques, les conventions, sont bousculées.

      Le processus de destruction ira jusqu’à son paroxysme et à terme.

      Le message métaphysique de Jésus le sous-entend.


    • Cher AZ,

      Vous faites parti des exceptions, mais vous savez bien qu’ une immense majorité des enseignants ont voté Hollande puis Macron ... Que voulez vous que l’ on y fasse : cet article dénonce une situation qui tend à s’ aggraver, et le prendre pour vous c’ est bien dommage car vous n’ y êtes pour rien . D" ailleurs tout les politiques ont leur enfants dans des écoles privés, et il doit bien avoir une bonne raison .
      Bref et ce n’ est pas péjoratif ; vous faites parti des poissons volant , personne ne nie qu ’ ils existent mais de la à en faire une majorité ...


    • Eric, ce qui n’est pas malin , c’est de te placer dans le politiquement correct et dans le moralisme "jamais je ne ferai une telle bassesse" , face à ce problème précisément issu du politiquement correct.

      Évidemment qu’il faut se réjouir de voir, pour une fois, que le délitement touche ceux qui en sont responsables.

      Évidemment qu’il faut se réjouir que ses ennemis battent en retraite et que ses idees triomphent.

      La seule façon de faire un électrochoc et de rallier les profs récupérables (et il y en a évidemment enormement) est d être intransigeant.on les aidera quand ils auront décidé de nous rejoindre.

      La chose à ne pas faire est de jouer la comedie de la compassion pour prétendre être plus moral que les autres. " Oui on va vous pleurer et vous accompagnez dans votre proposition de mettre encore moins d’élèves par classe, de supprimer les devoirs, de ne plus noter les élèves, de donner le vote à 16 ans, d’être charlie...de porter un badge "non à la violence"..."


    • Ah le politiquement correct, quelle imagination ! Si vous n’avez rien d’autre de plus solide en magasin, soyez au moins gentil(le) d’éviter de me truffer les oreilles avec ce genre de truc. C’est à peu près aussi solide que de commencer des phrases qui n’ont aucun caractère d’évidence par l’adverbe évidemment. Je dis simplement que je peux avoir un regard très critique à l’égard de certains mais je ne résume pas tout à ça. Je dis aussi que se contenter de se réjouir est plus que court si l’on s’en tient à ça, ce qui est audible me semble-t-il. Est-ce si difficile à comprendre et m’avez-vous lu réellement ?! Il est permis d’en douter. J’ai d’ailleurs sous-entendu (mais faut croire que certains sont bouchés à l’émeri) que j’étais favorable à la plus stricte intransigeance. J’ai côtoyé des élèves très difficiles, j’avais de l’indulgence pour certains (parents, éducation et vie de merde) que je savais récupérables et pas la moindre pour d’autres. J’ajoute que la culture de l’excuse est une saloperie et le pire des services à rendre à quiconque, et y compris pour les premiers que j’ai cités d’ailleurs. Mais vous avez raison, c’est du politiquement correct. Continuez à ne pas trop vous fatiguer.


    • Oula... plus le droit de s’exprimer en commencant sa phrase avec un adverbe ?..Et beh bonjour la liberté ...
      Et c’est un sacré combat d’avant garde ...tu devais être très respecté dans ta classe...on sent tout de suite "le vrai chef" pour citer audiard...

      On ne dit pas qu il faut "juste se réjouir ". On dit qu’on le fait, et même qu’il faut le faire. C’est la chose saine à faire.

      Sinon ton message n’est pas très viril (vu que tu en es encore à ta petite blague sur ma virilité...Et c’est marrant parceque tu arrives à être lourdeau sans être viril...champion du monde...).
      Quand on commence sa phrase par :
      "Personnellement jamais je ne me livrerais aux critiques monolithiques dont la bêtise et la bassesse vont jusqu’à se réjouir de ce type d’évènements..."
      On ne dégage pas beaucoup de dominance. Pas plus que lorsqu’on n’est président d’un fan club pour un comique, aussi talentueux qu’il soit.mais ça tu le sais déjà...


    • Du fait de votre pseudo, je ne sais même pas si vous êtes un homme ou une femme, voilà pour l’explication. Du coup, inutile de verser dans des délires ad hominem sur la « virilité » (!) ou la « liberté » (! !) et qui partent absolument dans tous les sens jusqu’au délire (président de fan club d’humoriste !!! Ça ne veut rien dire et qu’est-ce que ça vient foutre là ?!). Sans intérêt donc. J’espère que d’autres m’auront compris, le fait d’être d’accord étant de moindre importance par rapport à celui d’être tout simplement compris (il me semble pourtant avoir apporté des explications suffisantes et accessibles). Ceux qui ne vont pas sur le fond ne m’intéressent pas. On aura compris qu’il faut se réjouir que ce soit la merde car certains y ont leur part de responsabilité. La belle affaire ! Que ça nous concerne tous ensuite en termes de conséquences ? Beuarh ! Aucune importance !


    • Mais eric ta blague sur la féminité basée sur le pseudo alors que je t’ai indiqué par 2 fois dans le passé que tu faisais fausse route (la dernière fois lors d’un fil de discussion sur dieudonné) vaut ce qu’elle vaut, mais assumes un peu...
      c’est surtout un cas d’école d’attaque ad hominem..faudrait savoir...dans ton monde carceral où l’on ne peut pas rire de situations grotesques, a t on droit ou pas aux attaques ad hominem ?

      Tu te prétends humanistes et tout et tout ("jamais je ne me rabaisserai à rire et à faire des amalgames") mais tu veux interdire beaucoup de choses il me semble...Quelle curieuse mentalité inachevée...


    • Chers camarades,

      merci pour vos commentaires... l’objectif n’étant pas de s’étrangler entre nous, surtout pour des questions de "virilités".

      Effectivement, je ne pense pas être représentatif, ni par mes méthodes, ni par mes méthodologies du corps professoral.

      J’ai été à mon échelle mis en rouge clignotant sur mon dossier professionnel au rectorat et inspecté par l’éducation nationale et par la police référente (avec pression, provocation et intimidation en entretien) (La police référente disaient aux directeurs qu’il ne fallait pas me prendre car j’étais quelqu’un de dangereux et d’extreme droite)

      Je suis un très ancien d’ER (époque carte d’adhérent)
      Ni les élèves, ni les profs ne sont dupes.

      Les professeurs, pour la plupart, se débattent, font ce qu’ils peuvent...
      C’est le rectorat qui est RESPONSABLE dans l’Education Nationale.
      Ne confondez pas, n’amalgamez pas...
      Vous vous trompez de cible.
      Leurs membres éminents sont formés pour vous faire dire l’inverse de votre pensée.
      Ne tapez pas sur les petites gens, le prof a 1400 n’est pas un abruti, ni une menace, c’est un OUVRIER DU SAVOIR ; il applique et sa marge de manœuvre est faible, et ne peut se faire qu’au sacrifice de sa santé mentale et physique.

      Etre enseignant ne signifie pas être le gauche, ni bobo...
      Vous réduisez votre champ de réflexion.


    • « Mais eric ta blague sur la féminité basée sur le pseudo alors que je t’ai indiqué par 2 fois dans le passé que tu faisais fausse route (la dernière fois lors d’un fil de discussion sur dieudonné) vaut ce qu’elle vaut, mais assumes un peu... »
      _ !!! Pouvez-vous concevoir que je ne m’en souvienne pas ? Et dois-je encore vous répéter, comme dans mon post précédent, que ce n’était pas une blague (vous aurez peut-être remarqué que je le précise quand c’est le cas). Pour tout vous dire je n’y accorde guère voire aucune d’importance, par conséquent je n’ai rien à « assumer », ça n’a pas lieu d’être. Essayez plutôt de vous endurcir. Soyez rassuré, vous êtes libéré de cet atroce monde carcéral ! :-) Vous vous faites beaucoup de film, je me « prétendrais humaniste », « voudrais interdire beaucoup de chose », ... et si vous arrêtiez de vous faire des films ?! Conclusion : Vous êtes un homme, je tâcherai de m’en souvenir dorénavant. Par contre, vous m’avez l’air bien fragile. Je note tout de même que sur le fond, vous n’avez rien à redire.


    • Merci pour votre témoignage @AZ, intéressant et symptomatique. On retombe sur ce que je disais concernant la hiérarchie. Personnellement, quand j’ai commencé à avoir de bons à très bons contacts avec les profs, j’ai pu me permettre de leur dire des choses, à commencer qu’il serait plus judicieux de faire des grèves conséquentes, et pas seulement d’une journée, ce qui présente l’inconvénient de se mettre beaucoup de parents à dos (y compris d’ailleurs, parmi ceux qui ironisent ici sur le fait qu’ils cautionneraient largement le merdier, ce qui est la vraie ironie) et permet en plus au ministère de faire des économies. J’ai toujours globalement défendu les profs dans leur métier pour la raison que je les ai vus à l’œuvre dans les difficultés qui sont les leurs et que j’ai pour eux la plus grande estime. Ils font leur possible et on leur en demande plus qu’aux autres. Parfois, cela vient d’ailleurs de gens qui n’en font pas tant mais qui aiment bien les dos larges, tant qu’il ne s’agit pas du leur ! :-) Je réitère donc qu’il n’est vraiment pas malin de les accabler et pire encore de se réjouir d’une situation qui les dépasse tous et sur laquelle ils n’ont comme les autres guère de prise, à l’image du salariat globalement. Sur un site comme E&R, c’est d’ailleurs littéralement un contresens. Le jour où il y aura des morts, viendront-ils également ricaner ? J’ajoute que je ne crois pas que le « politiquement correct » se résume au manque de finesse et d’empathie dans les jugements, ce qui est lui faire bien peu d’honneur et lui rendre un bien mauvais service. Bonne journée et bonne continuation à vous.


    • Az , c’est touchant si on veut.
      On a répondu à un reportage et aux profs que l’on a vu. Ce sont eux, ou ceux qui défilent dans la rue contre "la haine" de pacotille dont on se moque.ce qui est assez français.

      L’éducation nationale contient une très grande concentration de "Charlies". Si tu nies cela c’est inquiétant. Qu’il y ait actuellement 5 %de déviants c’est à dire de profs réveillés ne change rien. On ne raisonne pas à priori sur les exceptions. Ça c’est le piège de cohn béndit.

      Il y a une façon très efficace de faire réagir les gens et de les réveillez et c’est de se moquer des comportements imbeciles. C’est beaucoup mieux que les insultes ou les menaces. Si tu es prof tu devrais essayer. Quoi que la colère et la discipline marchent aussi.

      Dans la certitude de ton bon droit et de ta plus grande moralité, tu as toi même utilisé le mot "vomir" dans ton message initial. Libre a toi mais où est la "haine" ? Et Je suis sérieux dans ma question. Le politiquement correct c’est cela. Arrêtez une discussion parceque les adversaires auraient utilisé un mot trop amalgamant ou trop méchant, alors que soi même on est dans la violence verbale et les amalgames.
      Et tu continues avec ta moraline et les profs à 1400 euros. Je suis d’accord que les profs ne sont pas des privilégiés. Mais ils sont au dessus des 1400 euros pour la tres grande majorite et tu le sais tres bien..ils sont dans une niche de sécurité de l’emploi et de "pouvoir d’achat" très enviables. S’ils ont des problèmes d’environnement de travail, ils en sont entièrement responsables. Et c’est cela qui est risible. Ils ont creusé eux même leur tombe. Et ils continuent.

      Aussi tu dis que les gens ne tiendraient pas une semaine devant une classe.C’est possible .Mais j’aimerais bien voir un prof sur un chantier par exemple...Rien que pour rigoler...Et après on en rediscute.


    • zuleya,

      ce que que tu appelles « moraline » et ma stricte expérience sur le terrain.
      Oui, nombreux commentaires « vomissent » des jugements, des insultes.

      Quelle est ton expérience du monde professoral qui te permet de réduire les enseignants à deux groupe ?
      soit ceux qui conviennent à ton regard sur eux 95%
      Soit ceux qui sont marginaux et qui ne rentrent pas en compte les 5% restant.

      Il y a bien une infinité de personnes et d idéologies.
      J ai eu des collègues socialistes, communistes, libertaires, reac, enfants de miliaires, des amis maghrébins antisionistes, d’autres voulant leur fion de hamsters en mobilisant chaque année leurs élèves pour une belle pleurniche subventionnée en Allemagne...

      Il y a bien tous les courants qui existent.
      Et cette caricature que tu évoques est celle à qui l’on donne strictement la parole dans les médias la plupart du temps : tu te représentes les enseignants tels qu’on nous donne à les voir, avec toutes les simplications et réductions sur lesquelles j’incite les camarades d’ER d’avoir une réflexion et une mesure.

      N’étant pas passionné par la concurrence victimaire, je ne rentrerai pas dans le jeu de comparer les différents métiers de manière sarcastique tel que tu le fais.

      De plus, je te confirme l’existence chez un très grands nombre de professeurs (notamment les plus jeunes) des contrats de vacations (limitant le métier à 6heures semaines sur une annee ou 200 heures par an, sans possibilité d être payé pendant les vacances), ou encore des CDD renouvelables qu’une seule fois sans échelon bien évidemment

      Bien évidemment ces jeunes professeurs sous payés sont ceux qu’on envoie dans les zones difficiles.

      En conclusion : réduire un corps de métier à un seul parti politique ou une seule idéologie , c’est vraiment la dernière des mécaniques intellectuelles à faire pour saisir le monde dans sa subtilité et la première a employer pour se rassurer dans ses certitudes.

      Vu que tes enfants seront (ou ont été ) nécessairement pris en charge dans leur enfance ou adolescence par des enseignants, il va falloir un peu se modérer pour éviter d’inciter ses propres enfants à mépriser leurs professeurs, ce qui serait malvenus, pourrions-nous le dire, dans une lutte gauche du travail droite des valeurs.


    • Az je suis fils de profs, et frère de profs...donc je connais l’ambiance d’ailleurs très humaine, mais idéaliste et déracinée du milieu. Et terriblement autocentrée.les salles de prof ou les pots de fin d’années dans l’établissement, ou encore les aperos des enseignants qui refont le monde, c’est toute mon enfance...Et j’en entend encore parler de longue...

      C’est de la moraline de tenter de faire pleurer sur ce qui est l’apanage des profs : la sécurité de l’emploi et une paye supérieure à la moyenne...tu ne feras pleurer personne.vu qu’on rigole de la situation. Dans tes complaintes tu réalise qu’il y a 6 millions de chômeurs au bas mot en france et que certains pourraient y voir de l’indécence ?

      La stratégie ici est plus efficace que tu sembles le croire car tu reste dans un esprit de corps coûte que coûte avec les profs de la vidéo...on a osé rigoler et "Insulter" et "vomir" sur des énergumènes qui manifestent sous des banderoles " non à la violence" et qui n’ont aucun amour propre ni de respect d’eux mêmes ...

      Mais mets toi dans la peau d’un indecis. Notamment un jeune prof désemparé. Quel groupe tu preferes rejoindre ? Un groupe de bons vivants , qui pratiquent l’humour et la rigolade tout en voulant changer la direction des choses, ou un groupe de pleureuses qui proposent d’aller dans le mur un peu plus vite ?


    • Zuleya,

      vous confirmez ce que j’ai suggéré : vous n’avez pas de connaissance directe ni d’expérience du milieu.
      Vous vous fondez sur ce que votre famille raconte. L’expérience cristalline du monde serait-elle génétique et descendrait-elle de la mère ? (vous voyez que je sais plaisanter aussi).

      Vous continuez à comparer : constater la précarité d’une situation n’est pas indécent et ne nie pas l’existence d’une autre.

      Les chasseurs ne sont pas des beaufs alcoolo racistes.
      Les flics ne sont pas des fachos.
      Les artistes ne sont pas des bobos.
      Les juifs ne sont pas banquiers.
      Les arabes ne sont pas des voleurs.
      Les chômeurs ne sont pas fainéants.
      ...
      On ne peut pas réduire une partie au groupe ; c’est intellectuellement fragile.
      Et on ne peut pas se réjouir du malheur des autres.
      On ne peut pas non plus accabler un métier de la responsabilité de la déliquescence d’un ministère.
      Ma pensée est aussi simple que cela.

      Je ne comprends pas en quoi un apéro en salle des profs à refaire le monde puisse être problématique ou centré sur soi. En quoi est-ce ridicule ou malsain d’avoir des relations amicales professionnelles ?
      C’est bien l’un des enjeux d’une association comme ER de valoriser le lien social et d’ailleurs aussi les corps de métiers.

      Relisez l’ensemble des mails de ce sujet (et non les vôtres) et vous verrez la gratuité et la virulence de la critique que j’évoque.

      Me concernant, je suis toujours enseignant mais dans un autre ministère maintenant, et non titulaire, non syndiqué et non gréviste. Je ne suis donc nullement "bloqué" comme vous le suggériez, ni malheureux, ni frustré... je suis parfaitement libre de mes choix et bien dans ma tête et dans mon "corps".


    • Que voulez-vous @AZ, certains préfèrent la grossièreté des jugements à l’emporte-pièce à toute autre chose. C’est pathétique. Quant à propager des notions tel que le respect des aînés (parents, professeurs, etc.), là il n’y a pus qu’à espérer que des discours aussi parfaitement crétins ne tombent dans l’oreille d’élèves qui n’ont pas besoin de ça, ou ici en l’occurrence des enfants des intéressés. Une remise en question ? Un peu de mesure, de nuance ? Non, pensez-vous !


    • az , où as tu vu que je me moquais des aperos des profs ? J’ai juste cité cela car tout comme les pots de fin d’année ou de départ à la retraite dans le lycée, c’est le folklore de la vie des profs et les gens étrangers à cela ne connaissent pas. Et de ce fait je te montrais que je connais intimement ce petit monde. Sans compter que j’ai étudié cette profession in situ, comme tout le monde, en tant qu élève...prétendre qu un fils de profs ne connait pas personnelemnt le milieu de l’enseignement te decredibilise et me fait craindre le pire pour tes élèves.

      ta tentative de te rallier les arabes et les banquiers -euh pardons, les juifs (la tu m’as fais rire...) , est naïve. Comme si il ne fallait jamais faire d amalgame. Ça c’est ce que le système veut faire croire et on se demande bien pourquoi (ironie). Faire des catégories et des amalgames c’est le début de l’abstraction, et d’un raisonnement intelligent. Ce qu’il ne faut pas faire c’est des erreurs de jugements dans ses catégorisations. Dire que tous les juifs sont banquiers par exemple est stupide. Et même les antisemites les plus virulents ne disent pas cela. Par contre qu’il y a un contrôle communautaire du système bancaire c’est autre chose et cette thèse peut se défendre.
      Dire que l’immense majorité des profs n’est pas charlie et s’offusquer quon dise le contraire est une autre erreur...

      quand tu as distribué des tract fn, tu vas nous faire croire que cela s’est toujours bien passé et que cela ne pose pas de problème ? Et la marmotte met le chocolat dans le papier aluminium ?ta ligne d’argumentation me fait penser à une réflexion de soral sur le niveau de compréhension sociale et de culture politique des profs. Et pourtant toi tu es "réveillé " comparé à d’autres...Et en plus tu es à Roubaix... Enfin bonne chance.

      Sinon eric tu as finis tes petites provocations de roquet ? C’est pas très sérieux tout ça...


    • Vous n’avez pas l’expérience du métier.
      Vous pouvez le retourner dans tous les sens : votre seule expérience concrète est celle d’élève, comme n’importe qui.

      De plus, maintenant vous plaigniez mes élèves !
      Sur quel fondement ? Qu’est-ce qui vous permet de juger de mon travail ?

      Oui, la charte d’ER affiché pendant plusieurs mois en plein milieu du tableau syndical de la salle des profs.
      Et comme je l’ai dis il y a eu enquête interne.

      Connaissez-vous beaucoup de métiers où vous pouvez revendiquer à voix haute votre attachement au Front National sans avoir de problème ? C’est à peu d’exception prêt partout la même chose.

      Et vous de votre côté, votre famille d’enseignants vivent comment le fait que vous vous encanaillez sur ER ? Le sujet doit être exaltant !

      Trop de certitudes, trop de jugements... vu comme vous personnalisez le sujet et attaquez directement la vie des gens, vous resterez sur vos certitudes.
      Bien fait pour leur gueule à ces gaucho de profs, ils l’ont bien mérités.

      En tout cas, pour ma part, je n’ai pas ânonné sur les forums dans le confort, je suis allé au casse pipe et j’ai fais le taf : à vous de jouer, à vous de juger.


    • « Faire des catégories et des amalgames c’est le début de l’abstraction, et d’un raisonnement intelligent. Ce qu’il ne faut pas faire c’est des erreurs de jugements dans ses catégorisations. » ... et donc il ne faut pas faire des amalgames foireux et/ou ici plutôt des généralisations foireuses ! Comme base d’abstraction (carrément !), on fait mieux comme point de départs ! C’est donc le début d’un raisonnement qui est tout saut intelligent car foireux. Pour les raisonnements intelligents, faudra peut-être revoir la méthode et les présupposés. Généralement les enfants de profs sont d’un autre niveau tout de même. On pourrait avoir comme un vieux doute, ça sent son mytho à plein nez ! Je plaisante car je crois que l’amalgame est ici impossible ! :-) Mais quand bien même ce serait vrai, je m’interdirais de tomber moi aussi dans le travers de leur demander l’impossible, y compris avec leur propre progéniture. Le coup du fils de profs qui connaîtrait mieux le milieu de l’enseignement que ses propres parents et que tous les autres profs, celle-là fallait l’oser quand même ! Et d’ajouter, pour finir de consommer le ridicule, que le prof en question se « décrédibilise » et lui fait « craindre le pire pour ses élèves », là on est ailleurs. Ça va les chevilles ?! A roquet, roquet et demi hein ! :-)
      Merci donc de confirmer que vous êtes bien concerné par l’incapacité de la remise en question. Quant aux provocations, soyez gentil de balayer devant votre porte. Je ne parle que de vous, quand je jugerai avec la même virulence une catégorie professionnelle à la louche comme vous le faites, on en reparlera comme vous dites. Tartufferie donc. Vous êtes passé de la provocation à la pleurniche (on aurait voulu brimer votre liberté !!!) et maintenant de nouveau à la provoc car vous n’aviez précisément rien à répliquer sur le fond, de sérieux s’entend, et n’avez pas l’humilité de reconnaître que vous exagérez largement et donc à tort. Vous n’êtes pas le seul à avoir versé dans le commentaire pachydermique mais le seul à avoir insisté à ce point. Copie de cancre, redoublement demandé :-)


    • Az, relis ton post et tu verras que tu as aussi porté des jugements et même durs...et tu as bien raison de le faire. On sen fiche.

      Aussi on peut connaître la mentalité des profs sans l’être ou l’avoir été. Il manquerait plus que cela...Quelle bêtise ...

      Mais malheureusement pour toi, j’ai aussi enseigné (en remplacement pour rendre service car j’ai un autre métier) et ce n’est absolument pas difficile comparé aux autres métiers. Vous (profs) vous faites tout un cinéma. Ce qui est sûr est que les personnes sans autorité et sans vocation ont beaucoup plus de soucis et devraient changer de metier. Et très peu de profs aiment réellement enseigner ou aiment seulement les jeunes. Comme tout le monde le dit ici, c’est en plus devenu un environnement difficile par la bêtise générale du corps enseignant.

      Pour donner un exemple, quand un prof se plaint, et c’est tres fréquent, ce sera : de ses collègues, de son inspecteur d académie qui l’a mal noté, du chef d’établissement, d’un changement de programme qui le force à faire de nouveaux cours...

      Il n’est pas question de parler de la meilleure pédagogie pour un probleme, ou de suggerer d’un changement de programmes qui serait favorable aux élèves, ou encore de discipline...les élèves sont et ont toujours été une nuisance , y compris les bons. Là depuis que les choses se sont mis a déraper, les profs se mettent à parler des élèves. Mais toujours avec l’incapacité à se remettre en cause eux même, où a repenser leur rapport à la France, à l’autorité, à l’immigration...l’idée qu’il faudra changer quelque chose chez eux, est la pire des choses. Et ce corporatisme...dont tu fais preuve toi même pour défendre tes collègues indécrotables, en te cachant derrière les exceptions...

      Alors tu peux chanter sur tous les toits que 95 %des profs ne sont pas charlie (qui est bien sûr un chiffre que j’ai sorti de mon chapeau et qui est symbolique ), tout le monde rira et ne te prendra pas au sérieux.


    • Wouah ...Eric is on fire !...
      Tu en es à un point tel que si je disais que le ciel est bleu par beau temps, tu contre-dirais en t’étouffant ...
      Je t’ai plus blessé que je le pensais...ah ah ah...merci pour le moment de rigolade....


    • Au final,

      vous avez raison sur tout,
      vous connaissez mieux la vie que tout le monde car vous parlez pour lui,
      vous avez l’expérience de toute chose même de ce que vous n’avez pas vécu,
      vous avez la solution à tous les problèmes même ceux qui n’existent pas,
      vous rendez même service aux gens quand vous travaillez pour vous,
      vous n’avez même pas besoin de respecter les gens car vos rallierient les éclairent,
      vous êtes l’omnipotience et l’omniscience,
      vous êtes au-dessus du soleil.


    • Voilà qu’il a été prof vacataire maintenant, il avait oublié de nous le dire ! C’est pas de la rigolade, ça ?!


    • Ça ne s’appelle meme pas prof vacataire techniquement, c’était aux états unis où je travaillais, et c’était à un niveau universitaire dans un community college. Mais si cela peut te faire plaisir eric...Ceci dit c’est vrai que j’ai roulé ma bosse.

      Az je ne comprends pas très bien ta réponse, si ce n’est qu’elle est méprisante. cela ne me dérange pas à un plan personnel (avant que tu me dises que je suis moi meme direct car cest vrai) mais cela invalide tes cris de vierges effarouchées.

      Tu avais basé tout ton raisonnement sur le fait que je n’ai pas d’expérience d’enseignement et tu t’es trompé. Et en plus ce n’est pas la question. Je te parlais du fait que la majorité des profs français étaient "charlie", et du fait qu en tant que fils et frère de profs on connaît personnellement ce milieu. De même qu un fils d’infirmières connaîtra le monde hospitalier. C’est tellement enfantin.

      Juste une prédiction. Si tes collegues ou les équivalent des grévistes au rectorat de Toulouse apprenaient que tu etais derriere les affiches ou les tract de E&R (car je ne sais même pas si l’enquête a Roubaix a abouti) je peux te prédire que ces charlie-charlots n’auront aucune considération pour toi. Et je précise que je ne te le souhaite pas car cela ferait très mal. Ils ne sont pas tes alliés et ils ne se sont pas réveillé.

      Tout ce que je fait c’est rire d eux (et à cause de leur comportement de faire la grève au rectorat et pas au lycee, avec une affiche ridicule ) et proposer en rigolant " de les enfermer avec leurs élèves dans leur etablissement". Mais à part cela tu trouve normal d être intransigeant envers moi et sortir toi même des réflexions (snifsnif) et pas avec eux. Y a pas un petit problème ? Je te laisse chercher...

      Les dégâts du corporatisme et du politiquement correct...


    • Aucune expérience du métier d’enseignement en France dans l’Education Nationale.
      Aucune connaissance du terrain sujet de cet article comme on le dit depuis le début.
      Prétention totale à mieux connaître le métier des autres en fonction de ce que lui on dit sa famille.
      Volonté perpétuelle de réduire l’individu à un groupe.
      Visions de prophètes fondées sur ses propres préjugés.
      Insultes directes à la personne à chaque message.
      En général, quand dans la rue tu insultes quelqu’un que tu ne connais pas, ça se termine en bourre-pif ; comme dirait Alain, cela s’appelle « l’éternel retour du réel ».
      Le réel, cette notion pour laquelle tu a perdu tout attachement comme le prouvent chacun de tes messages.
      « Vierge effarouchée ! » : là tu viens de toucher le fond de pensée.


    • Excellente idée, je vais jouer à ce petit jeu aussi :

      Tu essaies de me decridibiliser personnellement par tous les moyens, pour ne jamais répondre sur le fond, tout en cherchant des insultes là où il y en a pas, et au final la fantaisie des bourre pifs...on y croit...

      Mais C’est face aux élèves et à tes collègues endormis qu’il fait être plus ferme (plutôt que de te cacher après avoir mis une affiche)...la violence oui...Mais en classe dans une relation hiérarchique saine du maître (ce mot n’est pas anodin) à l’élève...c’est tout le sujet du débat...

      Quel gâchis...


    • En plus c’était ... aux Etats-Unis !!! Là on est dans la quatrième dimension ! Vous racontez vraiment n’importe quoi et seriez plus avisé de lâcher l’affaire au lieu de vous enfoncer en ayant en plus le culot de la faire à l’envers. Et de continuer d’affirmer, alors que l’on parle de l’éducation nationale en France et que vous auriez vaguement enseigné en tant qu’étudiant au U.S), qu’il a l’expérience de l’enseignement, ce qui invaliderait les arguments de son interlocuteur. C’est plutôt de culot que vous ne manquez pas, et carabiné dans le genre, à l’inverse du sens du ridicule qui vous fait défaut pour insister de la sorte. Sans parler du fait que si le caractère méprisant invalide ce que dit quelqu’un, ça vaut alors aussi pour vous, avec vous concernant le lourd handicap d’avoir étalé votre mépris non sur une personne mais sur « les profs ». Vous devriez réfléchir à l’avance à ce genre de sortie. On ne dit jamais rien d’intelligent quand on commence des phrases péremptoires par des termes génériques. Quant à se planquer derrière le soi-disant politiquement incorrect pour légitimer des opinions qui sont surtout grossières, c’est encore une fois revendiquer et utiliser ce même politiquement incorrect de bien mauvaise manière. Ici ça relève plus de propos et de l’humour de fin de banquet que du politiquement correct intelligent. Je n’ai rien contre mais c’est autre chose alors.


    • Eric, si tu es incapable de suivre une conversation peut etre qu’il faut s abstenir...
      Az me dit "vous n’avez aucune connaissance de l’enseignement" et je repond que précisément non, j’en ai une expérience personnelle. Et que même si je n’avais jamais enseigné cela ne changerait rien. A aucun point il n’était question du public, ni du sujet enseigné...Quant à prétendre que les gens mentent quand tu es à court d argumentation ce n’est pas sérieux.

      Et là tu en a encore sorti une belle et je finirai la dessus car elle est trop drôle et elle résume ton niveau de debat :
      ’On ne dit jamais rien d’intelligent quand on commence des phrases péremptoires par des termes génériques’

      Vu que "on ne dit jamais rien d’intelligent" est un terme générique et que cette phrase est peremptoire, elle est par elle même absurde, elle sauto-détruit. ..réalise tu seulement cela ?

      Mais surtout il y a beaucoup de choses qui sont génériques et qui sont vraies.

      La science par exemple est basée sur la recherche des généralités , exprimées sous forme de "lois"...

      Ou encore une citation d audiard qui te va si bien : "les cons sont prêts à tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît..."
      c’est générique , c’est péremptoire, et c’est tellement vrai...


    • Quand on sort des commentaires de votre niveau sur ce fil, on s’épargne au moins de faire le malin. Vous croyez tromper qui sérieusement avec vos sophismes du pauvre ?! S’obstiner à ce point à ne pas admettre ses torts au moins par son silence, là ça devient coupable :-) Votre conclusion est en un sens involontairement très juste par contre, on peut remplacer « les cons » par « les profs », n’est-ce pas ? Bravo pour votre autocritique ! L’inversion accusatoire est un métier, ça fait déjà au moins deux fois que vous faites le coup en vous tapant sur le ventre pour faire croire que. Ça tourne en rond.


  • Il m’est arrivé de faire des remplacements de nuit dans ce lycée comme surveillante à l’internat (c’était mon job étudiant)
    C’est un bordel sans nom mais au vu du laxisme de principe qui règne dans ce type d’établissement, je trouve tout cela bien fait pour leur gueule. C’est un juste retour des choses. Lorsque je sanctionnais des élèves, la direction me reprochais de le faire.
    Il faut le voir pour leur croire. En étude, pour tenir ces gosses, on leur donnait des coloriages... Lorsque moi j’étais au collège, nous étions obligés de faire nos devoirs en étude. Maintenant, ces mômes font ce qu’ils veulent... Ce sont eux qui dirigent !
    Ces gauchos n’ont que ce qu’ils méritent !

     

    • J’ai lâché un CDI de nuit dans une Maison d’Enfants à Caractère Social ( MECS) , constatant que "l’action éducative " laïque , républicaine et droit-de l’hommiste arrivait bien après la bataille mondialiste et libérale -libertaire . Le remplacements ? Je les ai vus défiler les remplaçants et remplaçantes d’éducateurs écoeurés et lassés, et j’ai vu de jeunes éducateurs diplômés quitter le métier pour faire des formations dans des secteurs bien différents.


  • Merci les politique s , merci les politicards , quels plaisirs de travailler pour vous ,nous sommes malheureux comme des fous , merci les politiques merci les politicards , ceux que vous faites ici bas , un jour DIEU VOUS LE RENDRA .


  • On ne devrait jamais rire du malheur des autres. Exception faite, de ceux qui l’ont bien cherché. Et la "nouvelle vague" des enseignants, que je situe à la charnière des années 70 - 80 en fait partie. C’était lors des premières et incessantes réformes successives d’ un Enseignement belge, qui n’a cessé de se chercher, depuis..

    Je me souviens de l’idée "géniale" exprimée en ce temps-là, face caméras, d’une toute jeune institutrice, qui se disait déjà "professeur". Elle déclarait, du haut de sa haute "expérience" que lui conférait sa... deuxième année dans la profession : "Il faut abolir les barrières de l’autorité. L’élève ne doit pas y être assujetti. Il doit être considéré tel un copain" (TEXTUEL)

    Avec l’âge, son vœu a du lui paraître exaucé, au-delà de toute espérance. Car c’est bien connu, qu’entre "copains", il peut arriver qu’on se mette sur la gueule. Comme il peut arriver qu’il vous mette la main au cul, en guise de "préliminaires" consentis ou non. Surtout lorsque l’on est une idiote et présomptueuse jeune blondasse (ce qui était le cas, en l’occurrence)

    Je repense toujours à cette séquence, quand un/e de ces illuminé/es professeur/es, vient geindre la gueule ensanglantée ou... les "muqueuses" déchirées par quelque élève qui applique consciencieusement lesdites réformes, par la profession, exigées.


  • Arrêt net de l’immigration. Déchéance de nationalité pour les binationaux délinquants. Retour à l’instruction publique, les enfants doivent être élevés par les parents et instruit par l’école. Un élève qui n’a pas les bases (hygiène, respect, amour du drapeau) ne devrait pas être scolarisable et les allocations coupées. On n’a plus le temps pour les négociations, il en va du Salut de la France.


  • Déjà enseigner dans des lycées pro en zone rurale c’est pas simple, alors là bas...
    Pour enseigner dans ces lycées faudrait 3 compétences :
    - une super pédagogie des profs pour intéresser les gamins,
    - un charisme hors norme
    - et maitriser les arts martiaux pour remettre en place les neurones des branleurs

    Mais normalement avec les 2 premières qualités, la 3eme est inutile... car un type qui a à la fois une super pédagogie, et la gueule de Jérome Le Banner.... y en a pas bcp qui vont bouger le petit doit en face...

    En fait des types comme Alain feraient l’affaire je pense... ça serait le silence total dans la classe...


  • Il ne faut pas non plus assimiler tous les profs à des glandeurs gauchistes : je connais des profs en classe prépa, qui sont certes bien payés mais sont là de 7h30 à 19h, font cours de maths le matin, donnent des cours particuliers l’après-midi, font passer des oraux le soir. Et ils sont passionnés, humbles, dévoués, attentionnés envers les élèves qui le méritent, et transmettent leur savoir de façon traditionnelle (pas de tablettes et toutes ces conneries) et sans idéologie.
    D’autres, autant diplômés, mais dans d’autres matières, plutôt littéraires, et dans les mêmes établissements, sont simplement des gauchistes qui vomissent Trump tels des ados en psycho socio de 18 ans, de façon gamine, monolithique et sans réflexion.
    Donc voilà un même établissement, un même niveau de diplômes, un même niveau d’enseignement, la prépa, et deux visions totalement différentes du monde, et de l’instruction.


  • Une simple conclusion , ÉCHEC ET MAT pour l’école républicaine , même la république FRANCAISE tout cours .


  • Le fait est que cette grève se passe à Toulouse, la ville "rose", tout un symbole. Il suffit de voir les résultats aux élections pour se dire qu’il n’y a pas de hasard si cela se passe là bas et pas ailleurs.


  • Les effets du grand remplacement de peuple se font déjà ressentir à grande échelle, et ce n’est que le début ! Mais que tout ces profs gauchistes se débrouillent après tout le travail de sape qu’ils ont fournis pour soutenir ce processus.


  • ils voulaient la diversité et le multiculturalisme, ils l’ont eu

     

  • Il faut entrer en résistance, cesser la collaboration.
    Le pays s’effondre. Laissons faire, de toute façon on ne pourra pas l’empêcher.
    Plus tard nous reconstruirons.
    Je comprends bien que des jeunes veuillent embrasser la profession d’enseignants, et c’est très bien. Vous serez en fait des larbins pour colmater les brèches dans l’école de la République. Alors allez-y mais vite orientez vous vers des écoles libres qui en valent encore le coup ou des écoles sous contrat.
    De même pour les policiers, pompiers, etc. fonctionnaire c’est bien, mais si vous le pouvez orientez-vous vers le privé.
    Protégez vos proches, laissez l’État s’effondrer.
    Les français ne doivent plus obéir à ce système qui nous détruit.


  • Si l etat rouvrait les mines pour y envoyer les eleves recalcitrants , irrespecteux et voyous , je vous garanti qu a l arrivée de chauqe prof en classe, les eleves se leveraient par respect comme a une epoque. Le travail d interet general est la seule solution. L incarceration n a pas d effet positif . Le travail dur enormement..


  • Bon,
    Camarades,
    A quand une école privée ER, c’est un projet qui devient nécessaire,
    pensons à nos gamins, pensons à l’avenir !

     

    • A.E.

      Excellente suggestion. A creuser vraiment.


    • L’état n’est plus capable d’instruire, car ce n’est plus son projet.
      Les parents soucieux de l’instruction de leurs enfants font le choix d’un enseignement à domicile. Les mamans sont à la maison, car c’est par elles que passe l’accès aux savoirs. Elles sont soutenus en cela par les papas, qui reconnaissent le travail et l’abnégation de leur épouse en matière éducative et instruction. Il faut ensuite que, dans les matières plus spécifiques (lettres classiques, langues, sciences), un réseau d’enseignants de l’ancienne génération accomplisse le travail et forme aussi les nouveaux. Il existe aussi les intervenants, type animateurs, qui peuvent aider les familles à mettre en place, organiser des activités dites transversales pour faire le lien entre les matières.

      A défaut d’organiser une école E&R, il faut collecter les expériences acquises par les familles déjà en action, pour élaborer une proposition d’instruction auprès de nos enfants et petits-enfants.

      Première session : Redéfinir l’Ecole.


  • Rien à foutre, c’est bien fait pour leur tronche.
    Signé un ancien prof "carpétisé" par ses gentils collègues toulousains de gauche, et par son rectorat, lorsqu’il prophétisait que çà ne s’améliorerait pas. Et c’était il y a presque 20 ans. Monde de merde.


  • Ils ont bon dos les professeurs !

    Les profs appellent au secours, et on leur jette des pierres ?

    À suivre ce fil de commentaires, on croirait que les enseignants ont le pouvoir... Ils ne l’ont pas plus que vous ou moi.

    Tout d’abord, les programmes scolaires sont pondus par des pédagogistes qui n’ont rien à voir avec le corps enseignant. On ne peut donc pas les accuser de détruire l’école.

    Les réformes non plus ne sont pas du fait des profs, mais bien des gouvernements. Parmi ces réformes, on retrouve notamment la loi Jospin du 14 juillet 89 dont l’article 11 annonce l’entrée des parents dans les établissements scolaires. Depuis, dans la majorité des établissements, les associations de parents d’élèves ont récupéré le soutien de la direction, au détriment des enseignants alors privés de l’autorité indispensable à l’exercice de leur métier.

    D’autre part, de nombreux parents ont abandonné leur mission éducative pour la confier aux professeurs. Il y a de quoi devenir schizophrène !

    L’essentiel des enseignants ont choisi ce métier pour remplir un mandat d’instruction, pas d’éducation. Pour transmettre des savoirs, pas pour faire du dressage.
    Après cinq ans d’études et un concours, il faudrait en plus un gant d’argent de savate ?

    Il n’y a plus aucune reconnaissance pour ce métier. La grille de salaires des enseignants est gelée depuis dix ans. Si les profs exerçaient pour l’argent, ça se saurait.

    Les enseignants ont donc perdu le soutien de leur direction, celle des parents... et celle de la population : ce fil de commentaire en est la preuve flagrante. De la part d’une communauté qui prône la réconciliation, c’est décevant.

    Par conséquent, plus personne ne veut exercer « le plus beau métier du monde ».

    Les troufions ne sont pas responsables de la guerre, mais en font toujours les frais.

     

    • Tous ceux que je connais ne le font que pour 2 raisons :
      1- l’argent : c’est BEAUCOUP mieux que d’être au chomdu. Et vu leur retraite, le nb d’heures et l’absence totale de superieur hiérarchique, c’est bien payé sur le long terme. Il n’y a qu’un prof qui pense que sa valeur sur le marché du travail serait indexée sur son niveau de diplôme, dont aucun employeur n’a strictement rien à f.
      2- le temps libre et les vacances.
      C’est simple, ils ne parlent que de ça. De "où ils vont aller lors de leurs prochaines vacances".

      Ce que je constate :
      - Les profs qui viennent en costard cravate ne se font pas em... on entend les mouches voler.
      Ceux qui n’ont aucun charisme et/ou qui viennent sapés comme des ados se font chahuter
      - Le responsable de la qualité de vie des profs et des éleves dans un établissement, c’est le directeur dudit établissement. Quand il est bon, même dans les pires cités, aucun pb. Qaund il est nul (turnover, etc.), c’est le chaos.


    • Tous les profs que je connais, et j’en connais un paquet, TOUS sont des gauchaux endurcis, européistes pour l’ouverture des frontières, etc.... ils récoltent ce qu’ils ont semé... et je ne m’en réjouis pas du tout.


    • @ Mouais et jpgrillon
      Vous n’avez pas forcément tort (plutôt raison, en fait), et j’ai comme vous rencontré soit des mollusques tire-au-flanc, des profiteurs qui se cassent dès que la sonnerie retentit, un syndicaliste fier de son droit à branlouser pendant sa décharge, ou des bisounours enfermés dans une bulle et qui n’ont jamais réussi à concevoir leur vie autrement qu’à l’intérieur d’une enceinte éducative, comme s’ils avaient voulu rester à l’école pour toujours.

      Mais je rejoins conjoint_de_prof à 100% (j’en suis un aussi), il dit des vérités immenses sur le métier tel qu’il est vécu par les *vrais* profs ; les profs sont réellement seuls face aux parents, la hiérarchie et les élèves (enfin, selon le vécu que j’en ai).
      Les hiérarchies (principal, principal adjoint) accaparent souvent des mauvais profs ambitieux et suffisamment pervers et sociopathes pour manipuler les uns contre les autres, se faire bien noter par le Rectorat et palper du bifton, il y a de la prime (plus fréquent qu’on ne le pense, vraiment).

      Je connais très bien deux profs qui enseignent en collège (le front russe) la matière la plus ingrate en terme de popularité et de travail investi : le français.

      Parmi eux, ma compagne, bientôt 20 ans de boutique, bosse encore le dimanche après-midi pour préparer des cours renouvelés chaque année à ses classes (c’est aussi son plaisir d’enseignante : concevoir des séquences adaptées). Elle est toute seule à défendre le droit de ses élèves à ne sortir pas trop amochés de la Fabrique du Crétin, à l’ancienne parce qu’elle y croit.


    • Les troufions ne sont pas responsables de la guerre et en font toujours les frais, certes. Un professeur n’est pas un troufion : il ne fait pas voeu d’obéissance aveugle mais à partir du moment où il consent à l’absurdité, il ne peut plus se faire respecter par ses élèves, c’est ainsi. Or les enseignants ont massivement consenti à TOUT pour la gamelle.

      L’institution est perverse, impossible d’y travailler sans y laisser des plumes et des lambeaux entiers de son âme.


  • Ils me font rire avec leurs pauvres slogans de victimes " Non à la violence" .... Démagogiques jusque dans leurs revendications et leurs combats. Ils s’attendaient à quoi ces enseignants qui ont constitué le gros de troupes de l’électorat de F. Hollande ? Ils s’attendaient à quoi ces enseignants qui manifestaient "contre la haine" en 2002, en 2012 et en 2017 ? La haine, ils se la prennent depuis 30 ans en pleine poire par leurs petits protégés et leur ministère de tutelle (euh, pardon de truelle) qui a tout fait pour que l’EN en soit là aujourd’hui. Qu’ils aillent jusqu’au bout de leur constat et de leurs analyses. Qu’ils commencent donc par nommer les choses au lieu d’user de périphrases et d’euphémismes. Qu’ils demandent des comptes aux syndicats qui les ont trahis. Qu’ils arrêtent de soutenir la doxa immigrationniste et mondialiste ces gentils citoyens du monde. Le déracinement n’est pas viable. C’est une anthropologie mortifère qui sert les intérêts de l’oligarchie et ils en sont aujourd’hui un des principal relais dans l’opinion et dans l’esprit des jeunes qui leur sont confiés, autant qu’ils la subisse. Or ils restent dans l’idéologie, ils se cramponnent à leur certitudes surannées (alors qu’ils sont en sous-France) pour ne pas voir la réalité qu’ils ont contribué à façonner au fil des réformes qui leur ont été imposées. T’en veux de l’écriture inclusive ? T’en veux des ABCD de l’égalité ? T’en veux des IDD, des EPI, .....et autres fadaises pédagogistes. Et bien regarde bien où elles t’ont mené. La vérité c’est que chaque année pour 150 000 de ces jeunes, le djihad et la délinquance sont des voies autrement plus prometteuses que pôle emploi. Ils y trouvent au moins la reconnaissance de leurs pairs. Ce que l’EN et le corps enseignant ne veut pas voir ou feint de ne pas voir. Préférant mener des combats qui n’en sont pas. L’heure du bilan a sonné et la note c’est eux qui vont la payer.


  • Quand même la fonction Présidentielle est rabaissée comme elle l’est depuis 2-3 quinquennats, il ne faut plus s’étonner de rien. FH au chevet de Théo vous vous souvenez ? ........
    On voit bien que le niveau baisse partout, du plus haut au plus bas.
    Les signes de faiblesse sont partout, les jeunes le savent, et en profitent.
    Il y a un laissé-aller manifeste des autorités depuis quelques années, on le sent bien. Notre pays traverse une crise morale majeure.
    Internet aussi a été un accélérateur dans tout ce merdier. Internet c’est la violence partout, tout le temps, pas forcément physique d’ailleurs, c’est bien plus sournois que ça.
    Tout ceci accentué par la télévision, les séries et les médias où tout est violence, délation, barbarie, guerres, police, meurtres, polémiques, débats stériles, bêtise crasse, etc.
    Les jeunes de nos jours baignent dans une mare de merde que j’ai pas connu et perso j’en suis content. Ils n’ont plus de repères sains.
    Ce weekend des jeunes de 15 ans ont poignardé un autre jeune, qu’ont ils vécu pour avoir autant de haine en eux à cet âge ? Rien. Le problème est plus profond et est civilisationnel selon moi.
    Les profs sont en 1ère ligne de tout ce merdier, de toutes ces chances pour la France qui ont foutu notre pays tel qu’il est aujourd’hui. Ça explique pas tout mais quand même.
    L’état a un rôle de fermeté et d’exemplarité qui tisse la cohésion, à travers le respect, l’autorité, mais non ça préfère faire les poches des honnêtes gens qui souvent n’ont pas de casier judiciaire et laissent les racailles en liberté. Voilà pourquoi aussi on en est là.

    C’est foutu la France est foutue les traîtres au sommet font tout pour qu’il en soit ainsi.


  • C’est comme quand place du Capitole , on a brûlé des drapeaux français
    Ces même profs avaient dit , il n’y a que l’extrême-droite pour y voir un malaise
    Vous avez raison, il n’y a aucun problème, aller hop ! tout le monde en classe et qu’on en parle plus


  • Si vous voulez détruire, une civilisation, un peuple, une nation, c’est ultra simple. Pas besoin de faire des guerres, des magouilles économiques ou politiques, il suffit simplement de détruire son système éducatif et de patienter. Le tour est joué.
    Le sujet de cette vidéo est donc de la plus haute importance.


  • C est affligeant mais pour autant j’ ai du mal à plaindre ces tapins du gauchisme et de la bien-pensance que sont la quasi intégralité des représentants de l éducation nationale !
    Bientôt 4 décennies que l éducation nationale est toujours plus un sinistre bordel sous la pression de l idéologie gauchiste et des multiples réformes foireuses qu elle a subie et on vérifie chaque année un peu plus à quel point tout ceci ne tourne qu au désastre.... Comble du cynisme, les prof parmis les premiers responsables de la donne sont les premiers à s en plaindre !
    Dire que jusqu’ aux début des années 80, l éducation nationale française était une référence mais ça c était avant la montée en puissance du gauchisme au sein de celle ci !


Commentaires suivants