Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’école française est-elle en train de changer ?

Il semble que le départ de Najat Vallaud-Belkacem, ex-ministre de l’Éducation nationale, ne soit pas un simple remplacement comme on l’a vu depuis 40 ans dans le domaine. Jean-Michel Blanquer a pris les choses en main et se propose de rebâtir une école publique très abîmée. Mais on ne rêve pas : d’autres en leur temps ont essayé non pas de dégraisser, mais de réformer le mammouth, qui montrait de plus en plus de signes d’inefficacité. Claude Allègre et Luc Ferry, à gauche et à droite, s’y sont cassé les dents.

 

Un face-à-face résume les deux écoles, c’est celui d’Antonin Ferreira, ce jeune LR qui répond aux attaques d’étudiants gauchistes qui se sentent discriminés par leur manque... de travail. Les jeunes ont été tellement intoxiqués par la doxa égalitariste qu’ils ne supportent plus quelqu’un qui bosse pour s’en sortir, même s’il vient d’en bas comme eux. Il faut le voir pour le croire :

 

 

Pour Marine Le Pen et le nouveau FN, qui va probablement s’appeler Union nationale d’après Faits & Documents (à lire pour avoir toujours un coup d’avance), le constat est clair :

 

 

Marine Le Pen a soutenu lors d’une conférence le 8 décembre 2017 la ligne « Blanquer » :

« L’engouement suscité autour de M. Blanquer, que l’on peut même qualifier de “phénomène Blanquer”, constitue une victoire idéologique notable pour le Front National et une défaite cuisante des sociologues et des pédagogistes qui avaient pourtant méthodiquement pris possession de l’institution scolaire. La crise est considérable mais elle n’est malheureusement pas nouvelle. Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’arrivée au ministère d’un personnage qui affiche une volonté de rupture et qui multiplie les annonces positives. »

Cependant, ces enfants d’immigrés qui selon elle plombent le niveau (c’est vrai dans pas mal de collèges sacrifiés par le pouvoir socialiste pendant trois décennies) n’ont pas été instruits correctement. L’égalitarisme, la destruction de l’excellence et de l’autorité, l’autoflagellation nationale – un programme oligarchique sans précédent – ont produit un élève dégoûté des études, dégoûté de la France, de son histoire, de sa grandeur malgré tout. La chose a été analysée avec lucidité et brutalité par Brighelli dans La Fabrique du crétin.

Maintenant qu’on est d’accord sur le constat, il faut se retrousser les manches et admettre que le gauchisme a déglingué non seulement l’école de la République, dont il se réclame !, mais aussi les élèves eux-mêmes, qui n’avaient pas demandé à être pris pour des cons.

 

École publique, école des pauvres ?

Véronique Decker, auteur de L’école du peuple, interrogée par francetvinfo :

« On a déjà des écoles qui sont très ghettoïsées [...] L’éducation prioritaire était là pour rétablir de l’équité entre les écoles, mais aujourd’hui on n’a pas du tout les moyens qui sont à la hauteur des besoins qui sont les nôtres. »

 

Avant, sous le régime socialiste, on ne voulait pas voir les problèmes, parce qu’on avait besoin du vote des banlieues et que la religion de l’antiracisme gelait toute initiative. Aujourd’hui, on peut enfin parler librement des problèmes de l’école française : niveau général en baisse, manque de respect dû à l’absence d’autorité, ce manque d’autorité étant dû en partie à la féminisation grandissante du métier, difficultés d’intégration des dernières couches d’enfants d’immigrés, dévalorisation médiatique de la France et des Français, surgissement de conflits communautaires et religieux... Bref, Blanquer a du pain (noir) sur la planche.

 

Déminer la guerre religieuse à l’école

Sur ce dernier point, le ministre a décidé de créer, en cette journée de la laïcité – eh oui, c’est le 9 décembre – des « équipes mobiles laïcité » dans toutes les académies. Elles devront répondre, explique Le Figaro, « aux cas de revendications religieuses et communautaires à l’école ». S’agit-il d’un énième Machin étatique inutile et coûteux ou bien d’une prise à bras-le-corps d’une fracture dangereuse pour l’Éducation nationale ?

Qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien la montée de l’islamisme dans les écoles publiques de banlieue qui est visée. Là où l’État est faible, les mafias prennent le pouvoir, on le sait tous. La communautarisation rampante de l’école française est le fruit de l’aveuglement volontaire des socialistes. Cause ou conséquence, les petits Blancs – on parle cash – s’exfiltrent par wagons entiers vers le privé, qui est à 100% de remplissage. Les établissements catholiques refusent du monde, au grand dam de parents (pauvres ou de gauche) perdus. Résultat inattendu de la pensée socialiste appliquée à l’école. Quant aux petits juifs, ils ont déjà intégré leurs propres cours privés, avec protection communautaire et parfois militaire française ! Bravo aux apprentis sorciers socialo-sionistes de SOS Racisme et de l’ÉducNat.

Rétablir un enseignement de qualité,
l’amour de la France et le primat des valeurs,
avec Kontre Kulture

 

Blanquer doit lutter contre les forces négatives dans l’Éducation nationale
mais aussi dans les médias ennemis, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est tout-à-fait abjecte cette position. Il faut absolument qu’il n’y ait aucune discrimination dans les études. Il faut que le dernier crétin puisse se retrouver conseiller d’un X, voire un X conseiller du dernier des tarés.

    Il faut qu’un illettré soit ministre de l’enseignement, sinon comment enseigner l’illettrisme égalitaire. Et vu que le nombre d’illettrés est supérieur, c’est même à eux de gouverner directement, je le réclame, aux nom des droits de l’humain (#écriture inclusive...et humaine alors ? MDR les cons !).

    Fais chier les gens qui ont de la Culture et de l’intelligence, place aux trous du cul s’il vous plaît. Regardez le gouvernement macaron, il est ouvert lui, y’en a même qui sont ministres, si, plusieurs même...

    Trève de plaisanterie : vous savez mes amis, le prochain autodafé ne concernera pas les livres qui dérangent, il les concernera tous ! :(


  • #1857623

    Ils sont là entre autre, les 20 millions qui ont voté le 6 Mai, et qu´on ne veut pas voir.
    Il est là l´effondrement absolu de la conscience, le niveau scolaire du jeune qui sort dans les années 2010 de l´Éducation Nationale : un mélange d´idiotie heureuse, de poncifs éculés, de continuation du même, dans la gentillesse.
    Ces gens-là sortiront de la faculté à 25 ans, ils seront fontionnaires ou RSAiste, le différence n´est pas grande, et ils continueront de voter pour le Bien, car le Mal c´est pas Bien.

    Effectivement, à ce niveau, Sciences Po, en comparaison, est une école d´élite.


  • Blanquer n’a pas touché au socle commun
    Blanquer a certes retouché un peu le brevet des collèges mais personne ne le sait encore
    Blanquer n’a pas touché à l’oral débilissime de ce même DNB
    Blanquer n’a pas rendu les heures de grec et de latin détruites ’par’ Belkacem
    Blanquer lance la réforme du bac à la suite de la réforme ’Belkacem’

    Mais Blanquer a dit "une dictée par jour !" alors garde-à-vous au drapeau ! tadaaa !
    Blanquer sauve la France !

    Comme il l’a été analysé dans le Figaro à la rentrée, maintenant le vrai enjeu auquel travaille Blanquer, c’est la ’libéralisation’, c’est-à-dire que le contrat de travail du prof ne dépende que de l’établissement qui choisit de l’employer

    Mais bon, il est très facile de constituer une opinion préoccupée par des questions d’arrière garde pendant que dans les cabinets on sait ce qu’il y a à faire

    La question de l’immigration, oui c’est une vraie question, Blanquer a déclaré en 2014 que si la France était comme la Bretagne, il n’y aurait aucun problème. La réforme Belkacem essaie de faire des collèges bretons des collèges du 93, mais pour l’instant rien de ce qu’a fait Blanquer n’envisage un retour en arrière. Mais qui veut revenir à Windows 98 ou XP ? sérieux !


  • #1857644

    Selon moi, l’ecole ne peut pas tout faire. La culture ,la langue française passe avant tout et des le plus bas âge par la maison et les parents. C’est d’abord aux parents de prendre en charge les enfants afin qu’ils arrivent au CP avec un bon niveau de français - plus ou moins 800 mots de vocabulaire, minimum. Or, et je le déplore, nombre de familles d’ascendance africaine n’assure pas ce minimum vital à leurs enfants ; de sorte que leurs bambins arrivent en CP déjà largués et ainsi pénalisés pour le restant de leurs vies...commençons par le commencement : que les parents arrêtent de se plaindre et qu’ils s’occupent de leurs gosses en leur fourrant des le plus jeune âge des livres entre les mains !!!

     

    • #1857739

      Tout a fait d’accord, le rôle des parents et de la famille en général est encore une fois mis de côté alors qu’il constitue le socle du problème selon moi.

      Cependant, je ne suis pas d’accord sur le coté ethnique du problème, les français d’origine européenne ( certaines branches plus que d’autre selon l’importance de la famille dans la culture d’origine ) sont également touchées par ce problème, divorce, désinvestissement des parents puisque certains se contentent de ramener du pain sur la table et de laisser le reste aux enseignants.

      J’en veux pour preuve les effarantes réunions parents/profs ou les premiers demande des comptes au dernier sur les notes faiblardes de leurs enfants sans s’assurer qu’il fasse bien son travail personnel.
      Comment en vouloir aux parents aussi, après la destruction de la famille grâce aux procédés que l’on connait, les femmes au travail, encouragements du divorce, placement des grands parents en maison de retraite, migration économique... etc. En rentrant du boulot, on n’a qu’une envie c’est allumer la télé et éteindre son cerveau, et pas passer plusieurs heures sur les leçons du petit Timmy qui doit se démerder tout seul.


  • #1857645

    L’ échec de l’ égalitarisme c’ est la nature qui revient au galop , bien qu’ ils tentent éperdument d’ y parvenir en nivelant par le bas . Le déni de réalité et l’ intoxication par surdosage de l’ idéologie utopiste athée et matérialiste accompagnée de l’ étalage excrémentiel appelé culture , ça donne quoi ? Un monde abject, une humanité dégénérée et encore plus d’ inégalité , qui n’ est plus naturelle et voulue par Dieu , mais qui est éminemment démoniaque et qui permet a une élite satanique de dominer .


  • #1857677
    le 09/12/2017 par réGénération
    L’école française est-elle en train de changer ?

    En même temps, Blanquer est très bien payé pour sa mission, et il est entouré j’imagine... donc bon courage à lui.
    Doit-on s’étonner qu’un ministre fasse enfin son travail ?


  • #1857681
    le 09/12/2017 par Philippe Emmanuel
    L’école française est-elle en train de changer ?

    Oui oui et Oui,
    oui Blanquer est une excellente nouvelle,
    oui il ne faut pas rêver
    oui il faut espérer la fin des méthodes délirantes, mais dire que l’éffrondrement du niveau est dû à l’immigration c’est du grand n’importe quoi. On oublie toujours qu’avant tout les enfants d’immigrés ce sont des enfants de pauvres. relire cavanna, le fils de macaroni passé par l’école française avant de devenir l’écrivain que l’on sait et le connaisseur de la langue française dans toute sa richesse. Les quartiers populaires et paupérisés ont été abandonnés, tout comme le fut le nord pas de calais, précisément là où se trouve hénin beaumont où Marine le pen qui n’est pas du coin et n’ a rien à foutre des gens d’hénin beaumont, est venue exploiter la misère et la souffrance de gens qui ne sont profondément pas racistes dailleurs. contrairement à Steve briois, maire apprécié et fils de la terre locale MLP est une opportuniste.
    E&R devrait absolument se distancer du FN de MLP et de son discours simpliste. La faillite de l’école c’est d’abord et avant tout la faillite de l’état. Et qu’on ne vienne pas dire que les fils de polonais qui apprenaient le français dans le pas de calais dans ls années trente ou que les enfants de mineurs de charbon maghrébins qui entraient à l’"cole dans les années soixante et sont tous devenus français et ont tous appris notre langue sans incidents avaient plus de facilité avec notre langue que les fils de Maliens ou de Subsaharienns aujourd’hui
    En revanche il existait en france une école républicaine ou l’on notait les élèves ou l’on progressait au mérite et ou l’Etat tenait son rôle un peu au dela des rues clovis à Paris , des 5ème et 6ème arrondissement.
    l’état de l’école en Seine Saint Denis, voilà la cause de l’efondrement de l’école.
    le Fn est toujours dans les amalgames et pour ré-exister il relance sa ligne "c’est la faute des bougnoules".. insupportable !

     

    • #1857814

      Les enfants de maghrébins et d’afrique subsaharienne plombent effectivement le niveau scolaire et non les enfants européens polonais roumains ou autres qui s’intègrent plus facilement, le nier c’est se condamner au retour du réel.
      En petits nombres il y moyen de donner une bonne éducation aux maghrébins ou aux enfants noirs, avec l’immigration massive on les condamne.
      Être dans le déni constant engendre toujours un retour du bâton.


    • #1857855

      @kirikoo
      Merci de cette mise au point. L’immigration intra européenne n’a jamais posé de problèmes car les fondamentaux culturels et religieux étaient similaires. L’immigration africaine et moyens orientale a conduit à un suicide culturel programmé. 3ème génération pour certains avec un refus de "devenir" français. Et dans les ZEP quel jolie mot c’’est la barbarie qui règne dans les classes : Insultes, bagarres, bref les conditions parfaites pour apprendre le français et les bonnes manières.


  • #1857693
    le 09/12/2017 par Francois Desvignes
    L’école française est-elle en train de changer ?

    Lorsque l’Education relève de l’Etat c’est que la nation est sous dictature (idéologue)

    En effet, l’Etat peut se charger d el’Instruction (apprentissage des savoirs) mais non d el’Education (apprentissage des croyances).

    L’Education de l’enfant appartient exclusivement aux parents et aux délégataires qu’ils se désignent, en aucun cas à l’Etat, qui n’a aucun droit au formatage idéologique de l’enfant.

    L’Etat ne doit donc mettre à disposition QUE des infrastructures, les personnels et les contenus relevant de la compétence exclusive des parents.

    Et le Ministère de l’Education doit être renommé en Ministère de l’Instruction publique ou être dissous et tout son personnel cosmopolite gauchiasse licencié.

    Parents, reprenez vos écoles : elles vous appartiennent.


  • #1857706
    le 09/12/2017 par Mo’Truckin’
    L’école française est-elle en train de changer ?

    Et si nous revenions à l’Instruction ?
    Celle qui faisait que nos Anciens sortaient de l’école instruits.
    Et non pas le cerveau lavé.
    La liste des dysfonctionnements est tellement longue ...
    Détruire des générations d’élèves aujourd’hui, c’est asservir les populations de demain.
    Et pourtant, il y a des enseignants qui ont l’amour de leur métier, qui le font bien, avec cœur et intelligence.
    Pour le bénéfice des enfants.
    Des résistants, en quelque sorte.

     

  • #1857717
    le 09/12/2017 par Ils ont des grandes oreilles
    L’école française est-elle en train de changer ?

    L’endoctrination réussie ! Discrimination ,immigrés , privilèges tout a été bien appris par cœur par ses jeunes égalitaristes .Désolé, mais tu ne peux pas prétendre entrer à l’université si tu n’en as pas les capacités . Tu ne pourras pas étre chirurgien ,si tu n’as pas le niveau d’entrée à l’école de médecine (Si ces gens s’imaginent qu’ils auront un job parce qu’ils auront passé 6 mois à la Fac ,ils se fourrent le doigt dans l’œil Des Milliers de sur- diplomés cherchent du travail et sont obligés d’aller faire caissier au supermarché du coin pour survivre) .
    Si tu n’as pas de bonnes notes ,c’est que tu n’es pas apte à faire des études supérieures ,immigré ou pas .Tu ne pourras ètre maitre de conférence ou agrégé de lettres ou Physicien si tu n’as méme pas la moyenne pour étre sélectionné à l’entrée de la Fac ou de l’Ecole .
    Comme on ne peut pas vivre à Neuilly ni se payer des écoles privées quand on n’en a pas les moyens .Immigré ou pas .
    On ne voit pas pourquoi la ramener avec des idées
    dénuées de sens .Etudie et tu auras des notes qui te permettront de continuer sans que ce soit une assurance pour le futur de toutes façons .


  • #1857724

    Derrière tout le blabla sur le niveau de l’école qu’on ne cesse de ressasser se pose, en réalité, la question des différences d’aptitudes intellectuelles entre les groupes humains.
    Même si l’éducation des enfants en bas-âge joue un grand rôle dans leur futur réussite scolaire, le point fondamental déterminant celle-ci reste leurs aptitudes innées, en d’autres termes leur intelligence génétique.
    Pour beaucoup c’est triste de l’admettre mais ce n’est que la stricte vérité.
    Les Chinois, les Indiens et certains maghrébins s’en sortent très bien alors qu’ils baignent eux aussi dans un environnement défavorable.
    Vous pouvez toujours éduquer une classe de Maliens dès le plus jeune âge avec du Balzac, Hugo ou Montesquieu et leurs donner autant de cours du soir que nécessaire, ils auront toujours un niveau largement inférieur à celui des Français.

     

  • #1857741

    Un ministre de l’Education Nationale "conservateur" au sein d’un gouvernement libéral, il y a tout de même quelque chose d’étonnant, alors soi, à peu de frais, ils ont mis un ministre qui colle à peu près avec les désidératas des Français pour avoir un semblant de popularité, soi le MEDEF qui chapeaute se dit qu’au final il vaut mieux avoir une main d’oeuvre avec un minimum de culture sachant qu’on ne fait pas tourner l’économie avec des demeurés, même à un bas niveau de l’échelle.

    Je l’ignore, j’attends de voir ce que ça va donner sachant que décider qu’il y ait une dictée quotidienne, tout dépend ce qu’on met derrière cette décision : si des élèves de CM2 vont juste avoir deux lignes de Petit Ours Brun, on est pas avancés...

    En attendant, avec mes trois enfants, je vois l’évolution catastrophique de l’école et du niveau des enseignants depuis 2002 (ou déjà les dégâts étaient patents).

    Ce que je remarque surtout c’est le niveau intellectuel des enseignantes de primaires (je dis "enseignante" car il n y a quasiment plus que des femmes) : de plus en plus mièvres, incapables d’instaurer de la discipline et devenant adeptes d’un univers bobo pseudo religieux. C’est ainsi que l’an dernier, ma fille en CM1 a eu droit à du "yoga" en classe...

    Il y a urgence à faire des réformes au bon sens du terme, tout ou presque est à revoir...


  • Notre école républicaine est et a toujours été une prison.
    La preuve c’est que nous avons passée 6 heures par jour à étudier pendant au moins 10 ans. Soit environ 10000 heures de 7 à 17 ans, sans compter les devoirs à la maison.
    Vous avec passé 10000 heures à étudier ! Ou sont elles ? Ou sont nos connaissances ? Ou est notre savoir-faire ?
    Une personne motivé peut apprendre en autodidacte les bases d’une nouvelle langue en 50 heures.
    Je ne vois aucune raison de soutenir cette institution.
    Vous pouvez revisionner la vidéo d’Aron Russo par Alex Jones, il y explique très bien ce qu’est l’école républicaine.
    _


  • #1857778

    je cite MLP :
    « "Il faut l’admettre, car si nous ne le faisons pas personne ne le fera : une des raisons de l’effondrement des élèves qui est enregistré, c’est bien sûr l’ensemble des méthodes pédagogistes délirantes, mais également le poids considérable de l’immigration." »

    Oui c’est évident que c’est les banlieues qui font chuter la moyenne de la France aux classements internationaux. Il faut arrêter complètement l’immigration de gens n’ayant qu’un très faible niveau scolaire voire analphabètes. Ils n’ont plus aucune chance et leur futur progéniture avec, de s’intégrer et de faire remonter le niveau.

     

    • #1858307

      Il n’y a pas besoin de polémiquer 50 ans sur la question : une analyse sommaire suffit ! Expliquons une énième fois "sommairement" un état de fait : tous les pays classés au 1er rang en mathématique et ayant d’excellentes places en lecture, ce sont ceux où il n’y a AUCUNE mixité ethnique ET où l’Autorité du Maître est incontestable ! Chez nous, dans une France morte dans son âme, vous rencontrez désormais des problèmes dans des villes de 10 000 hab. avec des élèves n’ayant aucune culture autre que celle des jeux vidéos (et du fric pour les CSP+) avec désormais des jeunes issus d’une immigration n’ayant pas la moindre culture autre que celle d’aller prier à la Mosquée et prendre des cours coraniques. A cela s’ajoute une mode sous-jacente des parents bien blancs et propres sur eux d’aller contester l’autorité du prof, qui a osé mettre une note en adéquation avec les capacités réelles du Petit Prince dictateur avec sa PS4 ! Voilà où nous en sommes ; et je ne pense pas que même le privé (hors contrat) puisse changer cette mentalité CSP+ !


  • #1857785

    "Sur ce dernier point, le ministre a décidé de créer, en cette journée de la laïcité – eh oui, c’est le 9 décembre – des « équipes mobiles laïcité » dans toutes les académies. Elles devront répondre, explique Le Figaro, « aux cas de revendications religieuses et communautaires à l’école ».

    Voilà ce qui arrive quand on fait venir des millions de musulmans en France. Si la religion catholique était restée religion d’Etat, ce dernier ne serait pas contraint d’invoquer la laïcité pour prévenir les conflits, car les gouvernements français successifs n’auraient pas permis à ces millions de musulmans de déferler sur la France.

     

    • #1857803

      Arrêtez deux secondes avec votre monomanie féminine sur l’Islam !!!
      Dénoncez plutôt l’immigration dans son ensemble, lorsque l’on sort dans les rues de Paris, ce qui frappe n’est pas tant l’islamisation mais l’hétérogénéité raciale et culturelle.
      Ceux qui agitent la menace de l’Islam ne le font que pour justifier les agissements de l’entité sioniste, dans le même temps ils font aussi rentrer des millions de "migrants" venus d’Afrique pour dissoudre le peuple.

      Opposez vous à l’immigration (qu’elle soit maghrébine, africaine, asiatique, turque, ou autre) mais arrêtez de mettre l’Islam à toute les sauces. Quel est, par exemple, le rapport entre l’Islam ou le Coran et la baisse du niveau scolaire des élèves ?


    • Créponné.
      Il ne faut pas se voiler la face.
      Avec l’immigration qui augmente, le nombre de musulmans aussi.
      C’est un phénomène de plus en plus visible, frappant, venez à Marseille.
      Et à partir d’un certain seuil, cela va créé une "indigestion", telles sont les lois de la psychologie.


  • #1857788

    L’immigration massive , la non-assimilation et les perpétuelles revendications communautaires sont les principales causes de ce bordel.


  • #1857813

    Le ministre, c’est bien. Mais l’institution EN est bourrée d’idélogues. La démission de Lussalt ne suffira pas, il y a plein de clones à tous les étages.
    Suite à la dernière raclée internationale sur le niveau de compréhension des CM1, une représentante syndicale ose : il ne faut pas faire d’amalgame... Déni de réalité comme d’habitude.
    Je souhaite bonne chance à M. Blanquer. La seule solution sera, à mon avis, de donner de l’autonomie aux établissements et aux enseignants et de favoriser la création de nouvelles écoles (y compris financièrement en cessant cette ségrégation du hors contrat). Avec des objectifs clairs et des évaluations sur les résultats.
    Ce ne sera pas parfait, mais ça permettra de tabler sur ceux qui sont compétents (il y en a) en espérant un effet d’entraînement.


  • #1857825

    Quand papa, maman, tonton, tatie et les voisins de paliers sont tous au RSA, l’école n’est qu’une garderie.
    Les parents chômeurs ne croient plus en l’école, en cette possible ascension sociale, alors comment voulez-vous que leurs enfants y croient ? Ils ont déjà baissé les bras avant d’entrer au collège...
    La misère des délocalisations et la désindustrialisation du pays se retrouve dans l’absence totale de motivation pour l’école des plus jeunes.
    Le pire, c’est que c’est encore les classes défavorisées qui ont plus de 2 enfants ; le % d’élèves à ne plus y croire est donc supérieur à chaque génération !
    L’éducation nationale peut mettre en place tous les projets inutiles qu’elle veut (dans le primaire, les APC, les RASED (une armée mexicaine autour de la machine à café), les projets d’école, les PPRE (Projet Personnalisé de Réussite Éducative (et mon cul sur la commode !)), les maîtres surnuméraires (une usine à gaz), les équipes éducatives (ou comment perde son temps en une leçon)... Il faut s’attaquer à la cause des causes.
    L’école est le réceptacle des maux de la société, et le premier est le chômage. Ensuite la destruction de tout ce qui pourrait rendre un élève fier d’être français, dans le genre, ce n’est pas mal non plus (pour empêcher toute intégration des immigrés (que l’on laisse venir comme si nous étions en période de plein emploi !) c’est parfait !).
    Bref, il est gentil le Blanquer (en même temps, en passant derrière Najad, la dernière des buses passerait pour un génie !), mais on n’est pas sorti de l’auberge...


  • #1857884
    le 09/12/2017 par Grindsel Tirédunevi
    L’école française est-elle en train de changer ?

    La première responsabilité des parents est d’instruire eux-mêmes leurs enfants au maximum. Il est totalement irresponsable d’abandonner l’éducation de ses enfants aux mercenaires d’un système inique et inefficace. L’école à la maison a de meilleurs résultats, et elle préserve les valeurs et la personnalité des enfants, ainsi que la cohésion de la famille (horreur !). Contrairement à une idée reçue, tous les asociaux sortent de l’école, qui crée des cas à la pelle (à tous niveaux). Autre idée reçue, tout le monde peut faire l’école à domicile, pas besoin de diplômes. Le cours par correspondance a surtout une vertu administrative (pour satisfaire aux obligations légales).

     

    • #1858108

      L’école à la maison est souvent dispensé par la mère.Il faut alors convaincre la mère de prendre un mi temps et de mettre son boulot de coté pendant que le père est en plein temps.bonne chance pour ceux de convaincre cette mère qui préfère largement l’émancipation par le travail que de rester à la maison, vos propos concerne une infime partie d’une communauté survivante traditionnaliste.hélas, pour un citoyen lambda, l’idée est belle mais à notre époque, elle est presque impossible à réaliser.le poids du système globale abrutit toute remise en question de ce système.


  • #1857916
    le 09/12/2017 par Jean Le Chevalier
    L’école française est-elle en train de changer ?

    L’intelligence dépend de la génétique, de l’éducation, du milieu social et scolaire. C’est un tout, l’égalité n’existe pas dans la nature...Il faut faire de son mieux avec les "qualités" à sa disposition, travailler et arrêter avec la pleurniche actuelle. Le gauchisme idéologisé, l’afflux massif d’une immigration africaine et le manque d’investissement des parents sont les causes de la désagrégation de l’Ecole et du niveau scolaire. Est-ce rattrapable ? Ne rêvons pas trop...


  • #1857982

    Michel Blanquer veut remettre un peu de raison et d’efficacité dans cette pétaudière mais il aura du mal et il ne m’étonnerait pas que les profs se mettent en grève contre lui : il veut les remettre au boulot et ils n’aiment pas ça du tout ;


  • #1858139
    le 10/12/2017 par L’après Macron
    L’école française est-elle en train de changer ?

    Cette école n’est pas française mais républicaine.

    Dans une école française, on trouverait normal d’enseigner l’Histoire de France, la langue française, la culture française, la géographie française et tous les savoirs fondamentaux de manière approfondie, car le but serait de former un peuple intelligent, fier de son pays, capable de l’honorer, de le défendre et de le servir, afin de le faire perdurer et d’offrir aux générations suivantes plus qu’il n’a reçu.

    Pour cela, on n’hésiterait pas à utiliser les méthodes pédagogiques traditionnelles, qui reposent sur l’autorité, la contrainte et l’effort, car on penserait avant tout à l’avenir de l’enfant et non à son plaisir immédiat, à son devenir en tant qu’homme et non à sa seule insertion économique sur le marché.

    Dans une école républicaine, c’est tout autre chose, il s’agit de faire perdurer un régime politique. Dès lors, le savoir y est nécessairement figé et délimité.

    Or, une intelligence, pour se développer, a besoin de questionner, de faire des liens, et de pouvoir rechercher la vérité.


  • #1858237

    Le niveau d’exigence du collège a été fortement baissé, particulièrement en orthographe et en grammaire pour permettre aux enfants des cités d’avoir le bac. Du coup au collège et au lycée on apprend plus à disserter de façon dialectique. Or la dialectique amène la nuance, la modération, la troisième voie. Elle apporte la capacité à réfléchir de façon universelle et à s’extraire du carcan idéologique d’où l’on vient...


  • A lire les commentaires, on voit bien les effets de ce système éducatif... Je lis mal mais c’est à cause de l’autre !


Commentaires suivants