Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Algérie : le racisme envers les Subsahariens devient une politique d’État

Les rafles et expulsions de migrants subsahariens se banalisent en Algérie sans que les autorités ne s’en émeuvent. Le racisme contre les Noirs est assumé sans complexe par les plus hauts responsables algériens. L’enchaînement des mesures incline à penser qu’il s’agit d’une politique d’État.

 

Décembre 2016, le Mali, le Niger, la Guinée et plusieurs pays subsahariens se réveillent en apprenant avec stupéfaction que l’Algérie vient de lancer la plus grande chasse à l’homme noir depuis 1962. Certes, elle avait commencé sous Abdelmalek Sellal mais elle connaît son paroxisme depuis la nomination à la tête du gouvernement algérien d’Ahmed Ouyahia.

[...]

On aurait pu croire isolés les propos de Farouk Ksentini, avocat et président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme, et surtout conseiller d’Abdelaziz Bouteflika, qui a fait cette déclaration stupéfiante : la présence des migrants africains expose les Algériens « au risque de propagation du sida ainsi que d’autres maladies sexuellement transmissibles ». Et d’encourager les autorités à expulser les migrants africains, « pour arrêter cette catastrophe qui nous est imposée ».

 

[...]

Tout s’est accéléré en juin dernier avec une campagne de hashtags racistes sur les réseaux sociaux : « #Non aux Africains en Algérie », « #Nettoyer les villes », qui avait provoqué l’indignation de certains intellectuels algériens, des médias, des responsables des droits de l’Homme et d’ONG et des citoyens algériens.

Toutefois, à la lumière de ce qui a suivi, on peut se demander si cette campagne n’était pas téléguidée depuis le sommet de l’État algérien pour torpiller la politique initiée par le Premier ministre tebboune.

Ainsi, le 9 juillet 2017, Ahmed Ouyahia, ministre d’État et surtout directeur de cabinet du président algérien Abdelaziz Bouteflika, faisait des déclarations scandaleuses, décrétant que « ces étrangers en séjour irrégulier amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux », avant d’ironiser en ajoutant « on ne dit pas aux autorités, jetez ces migrants à la mer ou au-delà des déserts ». Pour les Algériens, aucun doute, le message est venu d’« en haut », sachant que Ouyahia est considéré comme l’un des hommes plus les proches de Bouteflika.

[...]

Nommé au poste de Premier ministre, Ouyahia obtient « carte blanche », si ce n’est l’ordre de mission pour peaufiner et exécuter sa « solution finale » : plus de migrants subsahariens en Algérie, légaux ou illégaux.

Du coup, c’est le début des rafles, une véritable chasse à l’homme noir qui n’épargne aucun lieu : mosquées, appartements, lieux de travail, rues. Après avoir rempli les centres de transit, le 1er août, les nouvelles autorités algériennes annoncent la reprise des expulsions de migrants subsahariens...

 

 

Et comme l’avait prédit Ouyahia, on jette ces migrants « au-delà des déserts ». les migrants arrêtés à Alger et sa périphérie, ainsi qu’à Blida, sont conduits dans un camp de transit, à Réghaïa, dans la banlieue algérienne, dans des conditions répugnantes. [...] Puis les migrants sont conduits dans des conditions inhumaines à Tamanrasset, près de 2 000 km au sud, avant d’être abandonnés par les autorités algériennes à la frontière avec le Niger. Ils doivent parcourir plusieurs dizaines de kilomètres à pied dans le désert pour espérer arriver au premier village nigérien après la frontière algérienne. Affamés, nombreux n’arrivent pas à joindre ce village.

Lire l’article entier sur afrique.le360.ma

 


 

Heureusement, toute la société algérienne n’est pas aussi brutale.

« Nous devons réagir et montrer que les personnes qui tiennent ces propos ne reflètent pas l’ensemble de la société algérienne. Nous sommes un pays africain. Nous avons des compatriotes qui ont une couleur de peau plus foncée. Il est important que nous travaillions sur la tolérance et l’acceptation de nos différences » (Hassina Oussedik, présidente de la branche algérienne d’Amnesty International)

 

D’un autre côté, alors que l’Algérie essaye de se débarrasser du problème des migrants, peut-être pour en faire le contre-feu de ses propres problèmes sociaux, beaucoup de jeunes tentent d’obtenir un visa pour la France. Le site marocain afrique.le360.ma a littéralement exulté en montrant la foule qui se pressait dimanche 29 octobre 2017 pour passer le test de français, nécessaire à l’obtention du précieux visa :

 

 

Si le média en ligne marocain parle de 30 000 jeunes Algériens « prêts à mourir pour décrocher un test sans lequel il est impossible d’obtenir une préinscription dans les établissements d’enseignement français », et de plusieurs « milliers » devant l’Institut français d’Alger, les journalistes français parlent plutôt de « centaines » de personnes :

 

 

Sans comparer les migrants subsahariens qui « montent » du Niger ou du Mali vers l’Algérie avec les jeunes Algériens qui veulent tenter leur chance en France, il est clair que la décence voudrait qu’on traite les uns comme on voudrait que les autres nous traitent.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Pour saisir les concepteurs et les profiteurs de l’immigration,
lire sur Kontre Kulture

 

L’Algérie à un tournant politique et social, voir sur E&R :

 






Alerter

101 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1832724

    l’Algérie est un pays complètement paumé elle n’a pas les moyens de prendre a charge des tonnes de migrants venus de bled encore plus paumés, c’est Idem pour l’Europe dans une certaine mesure même si on s’entend pour dire que l’Europe a beaucoup plus de moyens financiers et sociaux que l’Algérie pour gérer un tel problème.
    C’est un véritable merdier tout sa, mais bon pour moi le problème il est clair, les grandes puissances financières mondiales et les pays associés(Occident principalement) font tout pour maintenir les pays noirs africains dans la misère et ainsi pousser leurs Hyper démographie vers le Nord.
    Le seul moyen ce serait d’utiliser la planche a billet pour investir des milliers de milliards en programmes sociaux/infrastructure/électricité/eau potable/éducation/politique de contrôle de natalité en Afrique noir mais bon jamais ceux qui contrôle la monnaie ne vont faire cela car la logique du Capitalisme n’est pas d’aider l’Humanité et la planète mais bien de les détruire.

     

    Répondre à ce message

  • Ça me désole de voir mon pays d’origine ce comporter de la sorte alors que des personne d’origine algérienne son soumis au préjugé français soyons au dessus de tout ça et reproduire les erreur que d’autre fond

     

    Répondre à ce message

  • Le problème des migrants dit africains au Magreb n’est pas une question simple, cela exclu de faire des réponses simples du type ":les maghrébins sont racistes, les arabes sont racistes"
    Il faut analyser les faits comme si c’était des choses :
    1) pourquoi les africains émigrent au Magreb ?, d’une part la corruption des dirigeants africains qui captent toutes les richesses au profit de leur famille ( en réalité des miettes laissées par les états impérialistes occidentaux),les dictatures installés dans l’intégralité des états du continent,l’instabilité chroniques causés par les assassinats des dirigeants politiques et les guerres fratricides poussent une masse croissante de jeune africains à émigrer vers le nord en quête d’un sort meilleur pour eux et leur famille.
    D’autres part les maghrébins doivent savoir qu’aucun état africain n’a le contrôle de sa monnaie ce sont les états occidentaux en particulier la france et le franCFa qui parvient à piller 90% des richesses des pays africains par le mécanisme monétaire colonial qui perdure 60 ans après les indépendances fictives.
    Enfin si je peux comprendre que les maghrébins refusent d’accepter "la pauvreté organisée " des États africains et la lâcheté des africains qui refusent de s’attaquer aux vrais problèmes et prendre leur destin en main ; ce que je ne peux comprendre c’est les conditions inhumaine de renvoi des immigrants africains ce sont des véritables ratonnades de noirs qui sont organisés en Algérie et abandonnés en plein désert nigérien .les autorité algériennes pays frères et amis doivent mettre en place une véritable politique migratoire comme un véritable état moderne , avec des contrôles plus sévères à l’entrée et abandonné la politique coup de point d’humiliation des africains.les africains doivent rester unis pour lutter contre l’impérialisme. Non au pillage,non à la haine et l’intolérance oui au bon sens et à l’intelligence entre les peuples.

     

    Répondre à ce message

    • #1833428

      ce que je ne peux comprendre c’est les conditions inhumaine de renvoi des immigrants africains ce sont des véritables ratonnades de noirs qui sont organisés en Algérie et abandonnés en plein désert nigérien



      Ça n’est justement pas un état "moderne" tel qu’on l’entend (dans le sens occidental et positiviste du terme) ces migrants le savaient avant de venir. Même les autochtones se font mettre la misère par les forces de l’ordre quand cela arrive, il n’y a rien d’étonnant, franchement je ne vois pas ce qu’il y a d’incompréhensible...

      Solidarité "africaine" ne veut rien dire.

      Qu’il y ait déjà une solidarité entre pays d’Afrique du nord déjà, à commencé entre l’Algérie et le Maroc qui passent leur temps à se bouffer le nez, alors qu’il s’agit du même peuple à l’origine... Et on verra éventuellement le reste après.

       
  • Savoir lire entre les lingers...serieux l’article parle de "solution finale"..."rafles" encore un Moyen pour stigmatiser les peuples Arabes ! Quand l’Europe ferme les yeux sur les bâteaux qui coulent en mer ! Je ne dit pas que ce qui se passe en Algerie est bien mais évitez chez journaliste d’utiliser ces termes là qui appartiennent à l’histoire de l’Europe avec toute son horreur,... !

     

    Répondre à ce message

  • #1833042

    Avant d’être noir, ce sont surtout des pauvres.

    La chasse au pauvre est ouverte, et le braconnage interdit, seul les seigneurs de guerre avec leurs permis d’exploiter les peuples sont autorisés à chasser ce gibier de leurs terres, et ce dans toutes les seigneuries depuis des temps immémoriaux.

     

    Répondre à ce message

  • #1833051

    Et naturellement, la source de l’article est un site marocain.
    C’est comme si on demandait l’avis de Valls sur Dieudonné, ou El Krief sur Soral.

     

    Répondre à ce message

  • #1833065

    Il me semble que dans un monde normal, on rentre dans un pays avec un passeport et éventuellement un visa.
    Cette façon de faire est une violence faite à un pays, et le pays a le devoir de se défendre. Les sionistes utiliserons tous les moyens pour détruire les nations et les cultures.
    100% d’accord avec les autorités algériennes.

     

    Répondre à ce message

  • Article d’un site marocain qui s’étonne de l’application de l’état de droit ! Tout le monde est le bienvenu en Algérie à condition d’y entrer en règles et d’y respecter les lois. Cela devrait être partout pareil.

     

    Répondre à ce message

  • #1833672
    Le 5 novembre à 09:05 par kapsachema@yahoo.fr
    Algérie : le racisme envers les Subsahariens devient une politique (...)

    Les commentaires assassines de certains ‘’africains ?’’ envers l’Algérie me désole, et m’attriste profondément. L’Algérie qui au travers de son président, et sans l’aval du parlement Algérien a décidé en 2013 d’effacer l’ardoises salée, pour près d’un milliard de dollars, laissée par les dirigeants africains et qui concernait quatorze pays, sans demander aucune contrepartie économique ni même diplomatique, qui plus est, elle prend à sa charge la formation de nombreux élites africaines –plus de 30.000 cadres depuis 1962- et à participer activement à la chute du régime d’apartheid que les ‘’blancos’’ imposés aux noirs sud-africains, en plus de soutenir activement l’indépendance de nombreux pays africains à ce libérer du joug du colonialisme ‘’Blanc’’ du franc CFA et inchallah finira par bouter en touche définitivement le colonialisme marocain au Sahara occidentale.
    Je dirais aux africains qui restent esclaves des colons français, et qui sont entrains de distillé leur venin, en jouant le jeu de l’ancien colonisateur qui empoissonne l’Afrique avec ses guerres (Libye, Mali, …) pour quelques barils de pétrole de plus, et de son laquais ‘’makhnézien’’ (MIMI 6), d’aller au Moroc, en France, ou nourrir les poissons de la méditerranée, on a rien à foutre, s’ils il faut qu’on les dégagent à coup de pied dans le derrière, on le fera, mais ceux qui veulent que l’Afrique se dresse sur ses pattes et fait face aux enjeux colossaux du développent, la porte ’’Algérie’’ leur est grande ouverte, quelques soit votre couleur de peau, et comme dirait le proverbe Algérien : ‘’Al-Fahm yefehm bel guemaza ou l’ehmmar y feham be debza’’.

     

    Répondre à ce message

    • @ Iskandaar
      Tu te trompes :

      Solidarité africaine veut dire quelque chose :
      j’en veux pour preuve les militants de l’ANC du temps du présidents Algérien Boumedienne qui ont bénéficié de camps d’entraînement en Algérie , des subsides pour lutter contre l’apartheid, crois moi cela signifie beaucoup pour nombre d’africains ,ou encore le FLN qui a reçu base de repli, argent et armes de l’Egypte au temps de la guerre d’indépendance.
      la coopération économique nord Sud entre les états africains.
      les droits de l’étranger en terre étrangère est un des droits les plus sacrés et connus de nos ancêtres depuis la nuit des temps : dans l’odyssée d’homere que dit Ulysse au Cyclope dans la caverne : il invoque les droits d’hospitalité et le fait que l’étranger est protégé par Zeus suppliant,

      Dans le deuteronome Dieu prescrit aux Hébreux d’être bienveillant envers les étrangers car ils doivent se souvenir qu’ils ont été esclave en Égypte.

      Tu invoques la solidarité intra maghrébine qui doit prévaloir sur la solidarité Africaine qui pour toi n’a aucun sens.
      tu as tort de réagir ainsi car pour beaucoup d’africains, l’Afrique est une et indivisible ,
      et ce dont tu parles c’est exactement le concept de préférence nationale des lepenistes en France.
      en tout et pour tout il y a beaucoup de choses que tu dois savoir sur l’origine de l’Afriqueet sa destiné.
      tant que l’Afrique sera divisé et morcelé, ses habitants seront toujours à la merci de prédateurs plus puissant et la dernière roue du carosse mondial.
      il faut vraiment une réflexion globale à l’échelle du continent,
      Il faut qu’on définisse ce qu’on est prêt à faire ensemble ce qu’on refuse et en tirer toutes les conséquences.
      La pire des solutions est l’hypocrisie.

       
    • #1835290

      Quand on te lit on comprend tout de suite que Socrate ne s’est pas étouffé à la ciguë pour rien (ironie)...

      Il y a une claire différence entre l’aide au voyageur isolé et la migration massive illégale. C’est le problème lorsqu’on parle de Tradition et religion sans avoir une vision intégrale de la "chose" : on prend alors un cas particulier pour faire valoir un point de vu particulier. Procédé très spéculatif et très platonicien...

      Bien sûr nous connaissons l’aide au voyageur, mais il s’agit d’un cas, quant à l’entrée d’un peuple sur un territoire il s’agit d’un autre cas, et obéit à d’autres règles qui ont été établies depuis la genèse des civilisations. On ne fait pas entrer les siens (peuple, tribu) sur le territoire d’autrui sans permission car cela s’appelle une invasion. On envoie d’abord des représentants, ambassadeurs afin d’éventuellement négocier un droit d’asile. Le droit moderne ne fait que se reposer sur ces lois qui viennent de nos ancêtres. Dans le cas présent un tel accord n’existe pas. Les patriarches de la Bible/Thora que tu cites n’auraient jamais fait entrer leur peuple sur un territoire étranger (même d’un peuple purement idolâtre, c’est dire) sans permission de l’autochtone, car c’est un viol des prescriptions divines. Même en cas de guerre déclarée ; les romains n’envahissaient pas sans un premier avertissement, même symbolique. Sans l’observation de cette règle ce serait le chaos sur Terre.

      Et si Ulysse venait un jour à frapper à la porte du Maghreb, ses gens pourraient bien sûr lui offrir l’asile, et en profiter par la même occasion pour lui demander de les sortir de leur naufrage sociétal...

       
  • Patrice Evra, les coups de pied sont interdits sur les supporters.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents