Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quand une "chercheuse" de l’IRSEM s’aventure à parler des ethnies…

Durant des années, des membres du CNRS (Jean-Pierre Chrétien, Jean-Loup Amselle, Catherine Coquery-Vidrovitch ou Elikia M’Bokolo), nièrent l’existence des ethnies. Puis, rejoints et dépassés par les évidences, ils attribuèrent l’origine de ces dernières à la colonisation. Comme si les Africains n’avaient pas eu d’identité avant l’arrivée des colonisateurs...

 

Aujourd’hui, comme il n’est plus question de nier l’évidence ethnique en raison de l’actualité, les « baise-cul » de l’idéologie officielle ont donc recours à la vieille méthode marxiste consistant à déconsidérer ad absurdum la thèse qu’ils attaquent en lui donnant un énoncé caricatural.

Sonia Le Gouriellec, « chercheuse » à l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire), publie ainsi dans Le Monde du 16 octobre 2017, un article archétypique en la matière intitulé « La lecture exclusivement ethnique des conflits en Afrique est fallacieuse ».

Or, nul esprit sensé n’a jamais écrit que l’ethnie explique tout. En revanche, ceux qui connaissent l’Afrique autrement que depuis l’algeco de la place Joffre, savent que rien ne s’explique sans l’ethnie…

Pour fonder sa dialectique, Sonia Le Gouriellec prend l’exemple du Rwanda, société qu’elle ne connaît pas plus que la question ethnique elle-même, en caricaturant outrancièrement ce qui y constitue le soubassement de toutes les relations sociales :

« Selon cette lecture (sous-entendu, celle de ceux qui ne pensent pas comme elle), les Tutsi et les Hutu seraient destinés à s’affronter et les massacres seraient le résultat d’une opposition raciste héréditaire et pratiquement constitutive de l’ADN des Rwandais et, plus largement, des Africains, condamnés aux tueries et aux barbaries spontanées sans dimension politique ni instrumentalisation ».

Mais où donc ailleurs que dans ses fantasmes, Sonia Le Gouriellec est-elle allée chercher de telles inepties ? On le comprend quelques lignes plus loin quand elle écrit, paraphrasant Jean-Pierre Chrétien : « C’est à partir du XIXe siècle (sous-entendu avec la colonisation) que le critère racial est intégré… ». Et nous voilà revenus à la théorie de la fabrication de l’ethnie par la colonisation… Bel exemple de pensée à la fois biaisée et totalitaire.

Plus loin, vautrée sous le truisme, notre « chercheuse » à l’IRSEM écrit : « l’ethnie n’est pas une réalité figée ou immuable, mais au contraire se trouve en constante évolution ».

Une fois encore, qui soutient le contraire ? Cependant, est-ce parce que leurs contours évoluent, ce qui est le propre de toutes les sociétés humaines, que les ethnies n’existent plus ou n’existent pas ?

Que Sonia Le Gouriellec utilise les colonnes du Monde pour développer ses élucubrations est une chose. Qu’elle le fasse es-qualités de « chercheuse » à l’IRSEM, en est une autre. Nos soldats qui risquent quotidiennement leur peau en étant confrontés, eux, au réel ethnique, ont en effet besoin de véritables connaissances du milieu sur lequel ils sont projetés, et non de fantasmes idéologiques inspirés de l’air du temps.

Mais allons plus loin : en ces temps de drastiques réductions budgétaires, est-il concevable que, depuis les bureaux feutrés de l’IRSEM, loin de l’ennemi – et pour quelle utilité ? –, des manieurs de concepts hors sol, fendent les eaux de la sociologie et du contentement de soi en « consommant » des crédits qui font si cruellement défaut à ceux qui, sur le terrain, constatent chaque jour l’inanité de leurs postulats ?

Derrière la bienpensance, la réalité des guerres africaines,
à lire sur Kontre Kulture

 

 
 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1832314

    « l’ethnie n’est pas une réalité figée ou immuable, mais au contraire se trouve en constante évolution »....autrement dit...« l’ethnie est une réalité en constante évolution »...et là, la ’’chercheuse’’ devrait faire le ’’travail’’(en fait, une cinécure) pour lequel elle est rétribuée sur la ponction fiscale, en démontrant/explicitant les modalités de l’évolution dont il est question. Le problème fondamental c’est que, pour ce faire, elle va devoir garder aux pieds ses deux grosses godasses de clown : les ’’sciences sociales’’ et le ’’marxisme scientifique’’ et leurs errements. De fait, l’ethnie est caractérisée uniquement selon deux critères, le type physique et l’espace qu’il occupe. Pour le reste, une problématique existencielle fondamentale universelle, commune à l’ensemble de l’espèce humaine est ’’gérée’’ selon des approches qui sont orientées en fonction des caractéristiques spécifiques de l’espace occupé.

     

    Répondre à ce message

    • "sinécure". En comparaison de l’Allemagne, qui a un niveau de service public supérieur au niveau français (pour à peu près tout), là où il suffit d’1 fonctionnaire allemand, il y a 1,6 fonctionnaire en France.
      Donc sur 7 millions de fonctionnaires et assimilés français il y a 2.625.000 sinécures (le plus souvent réparties sur chaque fonctionnaire qui jouit ainsi EN MOYENNE d’un fraction égale à 37,5 % de son temps de sinécure intégrale). Si certains fonctionnaires sont à la fois utiles pour chaque minute de leur temps, et de plus travaillent d’arrache-pied, d’autres ne fichent strictement rien.
      L’IRSEM, le CNRS, etc. sont réputés pour abriter de nombreuses grasses sinécures à 100% du temps payé.
      Or, à 50 000 Euros de moyenne par dysfonctionnaire et par an (charges sociales et avantages inclus), 2,625 Millions d’inutiles, représentent 131,25 Milliards Euros jetés par la fenêtre.
      Le déficit budgétaire français officiel sera de 69 Milliards en 2017. Eliminer tous(tes) les « Sonia Le Gouriellec » français(es) et mettre tous les dysfonctionnaires au travail réel dans les PME du privé, mettrait le budget français en excédent de 32 Milliards par an, une formidable première depuis 1974.
      En fait toutes les problèmes français, tous les scandales de manque de moyens, toutes les manœuvres et intrigues cachant la vérité et la nécessité de frapper le problème à la source, toutes les chamailleries et discussions de café du commerce, ont pour UNIQUE source DIRECTE ou INDIRECTE, le scandale des fonctionnaires en surnombre.
      C’est le PRINCIPAL problème français, d’autant plus grave que les mécanismes de protection contre tout changement sont surpuissants et exclusivement financés avec l’argent public.
      La sombre chercheuse Sonia Le Gouriellec, entièrement dysfonctionnelle, est l’exemple-même de la détentrice d’un emploi sangsue.

       
    • Le principal problème fraçais est sa perte de souveraineté, et financièrement le coût de sa dette publique cumulée à l’évasion fiscale des cols blancs. Pointer du doigt fonctionnaires ou chômeurs c’est horizontaliser les luttes pendant que la vraie arnaque se poursuit.

       
    • @LH.
      Le coût de sa dette publique, l’évasion physique et fiscale des cols blancs et la perte de souveraineté française, sont 3 importantes conséquences DIRECTES de la surabondance de dysfonctionnaires. Pointer du doigt autre chose, c’est noyer le poisson et reporter les corrections sur des utopies irréalisables. Valoriser (enfin) économiquement et recycler les dysfonctionnaires ou chômeurs c’est faire des choses FAISABLES qui CORRIGENT le problème. La vraie arnaque se poursuivra aussi longtemps que ce ne sera pas fait. Quand on est riche, tout devient possible. Le reste est du baratin.

       
    • Dans ce cas, comment se fait il que votre exemplaire Allemagne ne se porte-t-elle pas mieux relativement aux points que j’ai relevé ?

      Je vous remercie de m’avoir trouvé la solution miracle, je n’y avais pas pensé. Moins de fonctionnaires, moins d’ennuis en effet. C’était pourtant limpide...

       
    • #1832629

      @PMJLL
      Exactement. En 2 vies d’homme, le nombre des fonctionnaires de cet endroit du monde a été multiplié par 100 alors que sa population a à peine doublée, cherchez l’erreur...De plus l’arrivée de l’informatique de gestion, plutôt que de réduire cette pléthore, n’a fait que l’accroître exponentiellement par création exponentielle de nouvelles contraintes (sans que rien n’ait fondamentalement changé on sera passé en 2000 ans des 10 aux 10000 commandements...Le tout en pataugeant dans les existences des victimes phagocytées pour faire perdurer le délire.

       
  • #1832327

    Pffff, n’importe quoi ! Sans s’aventurer aussi loin, dans mon village en Algérie, mon grand père me racontait que les terres étaient peuplées par des grandes familles sous la responsabilité de grands patriarches respectés par tous... Les conflits et quelquefois les combats éclataient pour diverses raisons à l’époque : l’eau,la nourriture, relation humaine...etc. Tout ce qui est normal quoi.

     

    Répondre à ce message

  • C’est quand même dingue que ce soit les "spécialistes" qui racontent le plus de bêtises... dans tous les domaines.

    Ou alors les gens sérieux sont volontairement mis de côté, mais sur n’importe quel sujet, quand on prend l’avis officiel de référence..c’est généralement un tissu d’anneries mâtiné di’idéologie et de jugements à l’emporte pièce.

    A croire que c’est fait volontairement.

     

    Répondre à ce message

    • #1832444

      "Le fils du paysan n’est pas assez instruit pour raisonner de travers" Montesquieu :. lui pas moi

       
    • #1832739

      Vous voyez des gens sérieux aux manettes des institutions Françaises,vous ? Mis à part peut-être dans certains état-major à visée stratégique, les restes c’est copinage, stagiaire fils/fille de la cour, etc.
      Pour ce qui est des "spécialistes" qui racontent des âneries, non seulement ils sont encouragés à le faire, mais il surtout ils sont formé ainsi. Leur logiciel est totalement formaté par le cahier des charges droitdelhommiste et tutti quanti.
      Cerise sur le gâteau, ils bénéficient d’une aura qui impressionne les plus naïfs, une sorte de statut d’autorité, qui leur confère une certaine crédibilité. Celui qui se réveille doit se préparer à l’exclusion sociale qui est inévitable tant que la doxa perdure et qu’elle accentue sa pression.

       
  • " Et nous voilà revenus à la théorie de la fabrication de l’ethnie par la colonisation… Bel exemple de pensée à la fois biaisée et totalitaire."

    Réécrire l’histoire, c’est-à-dire raconter des histoires, pour complaire à la main qui la nourrit. Etant donné la faiblesse du niveau scolaire, en particulier en histoire, il sera de plus en plus aisé de faire passer des vessies pour des lanternes.
    Pourtant ces ethnies ou groupes ethniques, ont disait tribus existent toujours.
    Palikao évoque l’Algérie : chaouïas, mozabites, Kabyles, Touaregs...
    Les plus connues en Afrique : Massaï, Peuls, Zoulous, Pygmées...
    Aux dernières nouvelles ces ethnies existent toujours.

    J’en conclus qu’il existe un budget propagande qui ne dit pas son nom. En revanche, il va falloir serrer les dents et mourir en silence, réduction des effectifs au service de santé de l’armée :
    http://www.opex360.com/2017/11/01/b...

     

    Répondre à ce message

  • #1832459

    Toujours plus loin dans le déni de réalité, elle brasse du vide , le seul effort est de faire coller ses inepties a la pensée matérialiste scientiste progressiste et démoniaque avec toutes ses gauchiasseries libérales libertaires .

     

    Répondre à ce message

  • Il à toujours était plus légitime d’aider d’abord sa famille, ses amis, ses voisins, quelqu’un de son village ou de sa ville et enfin ses concitoyens...avait d’aller s’émouvoir, et parfois à juste titre, sur le triste sort des autres malheureux qui ne manquent pas dans cette économie mondialisé...

     

    Répondre à ce message

  • #1832601

    Bah ... c’est une femme ...

     

    Répondre à ce message

  • Par contre la notion de " peuple élu " supérieur a tous les autres , pas de de problème t’as le droit .

     

    Répondre à ce message

  • #1832886

    Selon Lugan, « les « baise-cul » de l’idéologie officielle ont donc recours à la vieille méthode marxiste consistant à déconsidérer ad absurdum la thèse qu’ils attaquent en lui donnant un énoncé caricatural »... Mais que ce procédé a-t-il à voir avec Karl Marx ?

     

    Répondre à ce message

  • #1833897

    Ces gens sont dangereux car ils sont logiques et argumentent mais basent leur raisonnement sur une hypothèse de départ tordue. En effet, ce n’est pas la colonisation qui a fabriquée les ethnies. Pour celui qui connait un peu l’Afrique, il est facile de ce rendre compte que les frontières coloniales encore en vigueur aujourd’hui m’ont tenu aucun compte des ethnies et de la répartition de celles-ci sur le territoire. Elles ont été tracées à coup d’intérêts financiers et géopolitiques, une sorte de partage du gâteau par les colons de tous poils. Certes il y a sûrement des apports positifs mais la séparation des peuples par des frontières arbitraires a été mère de beaucoup de conflits. Cependant, il faut aussi relativiser la notion d’ethnies car par exemple il y a 74 dialectes différents en Côte d’Ivoire qui correspond à 74 clans (ethnies ?) qui ne se comprennent pas mais dont la plus belle conquête sur le colonialisme est la langue française (dixit eux-même) sachant que le clan ou l’ethnie majoritaire, celle de Baoulé tient tous les postes administratifs... On pourrait évoquer l’ethnie Peuls qui peuple quasi toute l’Afrique de l’ouest et qui se retrouve dans une dizaine de pays... Bref une poudrière organisée plus par méconnaissance des réalités éthniques (ou par négations des réalités ethniques) que par choix volontaire de division des peuples, la raison basique étant le partage des intérêts entre les colons.

     

    Répondre à ce message