Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

BD : polémique après la réédition des aventures de "Bamboula"

Les professionnels (et les amateurs) de l’antiracisme pètent les plombs

Quand on lit ce que l’éditeur a subi comme pressions et comme menaces suite à sa volonté de rééditer deux albums de Bamboula, on comprend sur quel ressort communautaire est basé l’antiracisme.

Qui l’a organisé et construit, et dans quel but. Il s’agit bien entendu de relancer une guerre raciale Noirs/Blancs et derrière, une guerre entre Français et immigrés. Toujours ce conflit triangulé dans lequel la base est perdante.

La sensibilité antiraciste n’est qu’un prétexte pour la guerre de tous contre tous qui est organisée par ceux qui prônent ouvertement le racisme dans leurs institutions. Et on rappelle aux Noirs qui se sentiraient blessés par les aventures de Bamboula que les organisateurs du racisme esclavagiste il y a cinq siècles sont aussi les organisateurs de l’antiracisme : c’est la même idéologie.

« Si cette maison d’édition ose aller au bout de son projet, je débarque dans leurs locaux et ça va chauffer !!‬ »

Quant à Claudy Siar, qui a basé sa carrière sur l’antiracisme, il ne pouvait faire autrement que de... menacer physiquement l’éditeur. Dire que cet animateur socio-culturel a été « délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer » !

- La rédaction d’E&R -

 

 

JPEG - 76.3 ko
Sur ce dessin, Bamboula fait rôtir un poulet mais au lieu de ramasser du bois dans la forêt, ce petit paresseux a fracassé une chaise. Et après on va s’étonner que la femme blanche vote FN !

 

Le tweet du très soumis Corbière, relayé par Haziza :

 

 

 


 

Confrontées à une violente polémique et des accusations de racisme, les éditions De Varly ne vont vraisemblablement pas publier des planches mettant en scène le petit héros noir créé en 1951 par le dessinateur Mat.

 

En s’attelant à la réédition en France de Bamboula, George Fernandes, responsable des éditions De Varly, ne s’attendait pas à affronter un ouragan d’indignations. Derrière Bamboula se cache un personnage atypique de la BD franco-belge d’après-guerre, et qui a eu peu de succès en son temps. Bamboula, imaginé par l’illustrateur français Marcel Turlin, alias « Mat », est un petit garçon « venu d’un pays d’Afrique noire » qui débarque en France où il joue les Candide. Ce qui en fait l’un des très rares héros de couleur à avoir ses propres aventures mises en cases à l’époque. Il y a bien eu quelques précédents, comme Razibus Zouzou, l’ami noir de Bibi Fricotin, mais c’était un comparse, relégué au second plan.

 

L’éditeur évoque le contexte historique

L’éditeur, qui avoue aujourd’hui « ne plus dormir », tant les réactions au projet l’ont « bouleversé », savait que la réédition des œuvres de Mat, et donc également des aventures de Bamboula était un projet compliqué. Dans l’ouvrage qui doit théoriquement paraître le 1er février prochain et que nous avons pu consulter, il se fend d’une longue introduction pour se défendre.

Il reconnaît d’abord que le terme de « Bamboula » est une insulte. Mais il évoque les bonnes intentions de l’auteur :

« Mat (1895-1982), était un homme de cœur. Il aimait faire rire les enfants et il détestait l’injustice. Il souhaitait la fraternité entre les hommes (…) l’auteur a toujours mis en valeur la fraternité et pointé du doigt l’idéologie des extrêmes. »

De plus, pour Georges Fernandes, le petit garçon fait preuve de nombreuses qualités : honnêteté, courage, intelligence, qui en font un personnage positif, à une époque, comme il nous l’a expliqué « où la censure avait du mal à admettre un héros noir ».

Enfin, l’ouvrage reste pour lui un document historique important qui témoigne des représentations de l’époque. « Si nous effaçons tout ce qui nous dérange dans le passé, nous n’aurons plus d’Histoire », explique-t-il.

Il s’étonne de la violence des attaques alors qu’en France, les pamphlets antisémites de Céline, « qui contiennent des appels au meurtres » vont être réédités par Gallimard, avec l’assentiment du Premier ministre Édouard Philippe.

 

La parution – en papier – annulée

[...]

Bien sûr, certains personnages blancs violents, égoïstes, sont aussi caricaturés. Mais à longueur de cases, c’est plutôt l’inadéquation de Bamboula au monde moderne qui crée l’effet comique et peut être jugée insupportable aujourd’hui.

Lire l’article entier sur jeuneafrique.com

 

« Moi le descendant d’esclaves, j’ai la haine », lance Claudy Siar qui a appris que des Africains étaient vendus comme esclaves en Libye :

Luttons tous contre le racisme oligarchique en rigolant
avec Kontre Kulture

 

Les ravages de la tintinophobie, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bamboula est un mot bantou qui veut dire "tambour" . Au 18ème siècle le mot désigne une danse haïtienne qui va débarquer à la Nouvelle Orléans avec les Noirs chassés d’Haïti par la révolution . Rien de raciste là-dedans . La danse étant estimée par certain "bruyante", faire la bamboula a bientôt signifié faire du bruit en faisant la fête . Comme "faire du ramdam" viendrait du mot "ramadan", la fin du jeûne musulman s’accompagnant souvent de manifestation de joie bruyante .

     

    • Merci pour ce petit devoir de mémoire linguistique.


    • Bantou n’est pas une langue mais un ensemble très disparate de langues qui ont vaguement quelques traits communs. Et je doute que le terme bamboula signifie tambour dans aucune de ces langues, puisque l’une des caractéristiques de ces langues est que le préfixe "ba" indique que le mot est au pluriel et qu’il désigne des êtres humains.


    • Lorsque je dis "putain de merde", c’est pour souligner un moment d’exaspération, en a un cas je ne parle de prostitution.. J’espère que vous ne réclamez pas le droit d’utiliser le mot « Bamboula » sous prétexte que vous maîtrisez son étymologie ? Negro ça veut dire noir en espagnol et Negro spiritual est un genre de chant religieux.. à priori impossible de blesser une personne par l’emploi de ces termes dans ces contextes... mais ça ne serait pourtant pas intelligent d’appeler une personne noire de nos jours de negro sous prétexte qu’on l’a déjà fait par le passé..


    • @peter
      Bien sûr que les mots vivent, évoluent, et qu’il ne suffit pas de parler à l’ancienne pour être dans le vrai. Mais la maîtrise du langage est importante pour maîtriser sa pensée. User du langage médiatique, du langage de pouvoir, ne permet pas de se libérer de l’idéologie dominante.

      Par exemple, le remplacement de nègre par noir a permis de glisser du qualitatif vers le quantitatif.
      Un "noir" qui se fait empêcher de monter dans le métro par des hooligans anglais : dit comme ça, le mot "noir" est utilisé pour augmenter la gravité du fait, en invoquant confusément dans l’esprit des tas de scènes présentes ou passées qui n’ont rien à voir (esclavage, appartheid...). Ici, on sous-entend que l’on n’a pas besoin d’en savoir plus pour pouvoir juger la scène ; Parler de "noir" offre une vision ethnique uniformisante et insignifiante. Si au contraire vous restez avec le vocable de "nègre", ces confusions n’existent plus.

      Car, dans le cas présent, vous ne pourrez pas dire "un nègre est empêché de monter dans le métro", car la personne en question, dans ce qu’elle incarne, n’a à priori rien de nègre : de part sa présence sur le quai de métro, son choix de vie, son lieu de vie, son attitude, on peut préjuger que sa culture est française, sans nécessité de creuser plus loin. Donc on est obligé de se contenter de dire "un homme/français est empêché de monter dans le métro par des hooligans anglais". Les maniaques voudront peut-être préciser la couleur de peau, mais alors ils passeront pour ce qu’ils sont, des maniaques. Et dès lors, la manipulation qui veut ethniciser tous les conflits ne peut plus marcher aussi bien.

      Parler de "noirs" n’a aucun sens, il ne faut donc pas l’employer, sauf à justifier l’importance de la couleur de peau dans la qualificatif et la détermination sociale d’une personne.


  • C’est comme pour Céline. Soit on réedite tout, soit on réedite rien.


  • Les antiracistes d’occasion font leur caca nerveux pour une BD, un dessin, et pendant ce temps en Libye, on fait du trafic d’êtres humains en les vendant comme de vulgaire sac de patates .Ou sont-ils les antiracistes ? que fait Claudy Siar, mis à part nous chier une pendule à 10 coups et menacer physiquement un éditeur de BD. Lorsqu’on a été « délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer » ! on prend son baluchon et on va en Libye, au lieu de nous jouer les vierges effarouchées. Si vous ne savez pas quoi foutre, rendez-vous utile pour quelque chose de sérieux , sinon fermer là à tout jamais

     

    • On s’en fout de la Libye. En France, en Allemagne, en Europe, tous les jours, par millions, des enfants se font martyriser dans les écoles par des indésirables colons.


    • Il y a un problème de connections synaptiques... C’est incroyable les raccourcis que vous vous permettez...

      Il ne faut en aucun cas faire un lien direct entre le coup de gueule d’un descendant d’esclave Guadeloupéen et la polémique d’un éditeur voulant (re)publier une BD sur Bamboula et se faisant accuser de raciste. Au contraire, l’article met en évidence une fausse polémique d’un côté et de l’autre un citoyen français (depuis des siècles) taclant son gouvernement par rapport au laissez-faire en Lybie..

      Il est question ici d’hypocrisie.. comment faire tout un flan pour des dessins « dérangeant » selon les sensibilités, alors qu’en Lybie on voit le chaos total dont nos élites sont les initiateurs ? Plus personne n’est Charlie et n’aime plus les dessins humiliants ? Y a que les prêtres pedophiles ou les imams coupeurs de têtes qui peuvent être caricaturés ?

      C’est vrai, si la France sous Sarkozy sous prétexte d’ingérence humanitaire a amené la guerre en Lybie, c’est plutôt intelligent de questionner son indifférence diplomatique d’aujourd’hui ? Je ne suis pas descendant d’esclave mais je peux comprendre que ça le scandalise particulièrement le gars.. Tant mieux lorsqu’ils vont â la collecte des votes électorals à la Guadeloupe autant que les gens sur place ai des munitions pour questionner ces enculés de politichiens...


  • bonjour ,,euh ! est-ce que la coiffure lissée d’Oprah Winfrey est une caricature de la femme blanche pour se moquer des blanches car si on veut tout gratter autant le faire dans tous les sens non ???? et encore une autre question aussi



    quand Fernandel dit , dans en se faisant passer pour un gendre infâme afin de dissuader un père de marié sa fille à tout prix dans le film "le mouton à cinq pattes " je cite ("elle ira rejoindre mes autres femmes ,des négresses ramenées d’Afrique , oui c’est vrai elles sentent un peu fort mais elle s’habituera vite,")




    fin de citation faut -il couper cette scène à ce film aussi parmi des milliers d’autres on n’en fini plus et faut il retourner tous les épisodes de mission impossible car Barney n’est pas le chef de l’équipe , qui lui est un blond aux yeux bleus ((inacceptable aujourd’hui ))de plus il n’y à pas un seul pédéraste dans l’équipe non plus, hop aux oubliettes cette série aussi


  • Vidéo RI-DI-CULE de ce que j’apprends être un ancien délégué inter-ministériel. Réaction complètement immature compulsive révélatrice de notre temps. Au lieu de s’informer à la télé va donc t’enfermer dans le silence et le calme d’une bibliothèque, emprunte de bons livres et étudie l’Histoire chez toi, dignement et humblement. Et sois un homme anonyme et cohérent avec tes aspirations par tes actes et ta vie plutôt que de bomber le torse et conclure ta vidéo par un "on est prêt" belliqueux grotesque.
    Quelle génération de merde mon Dieu... Quand il n’y a plus de spiritualité il n’y a plus rien, du vide.

    "Le modernisme est l’égout collecteur de toutes les hérésies" (Saint Pie X)

     

  • Je ne vois aucun cliché raciste dans ces BD, je trouve qu’au contraire elles rendent Bamboula sympathique, un peu comme les pieds nickelés des fripons sympathique.

    Personne ne feraient de scandale si on ressortait les pieds nickelés, faut arrêter le délire !

     

    • La BD date de 1951...A cette époque , j’étais enfant en Afrique équatoriale française, territoire de l’Oubangui Chari , et je dois dire que la réalité africaine dépassait , et de loin , les gags de "Bamboula ", mais les détracteurs n’ont pas connu cette réalité .


    • Rien que le titre pose un problème ? Je ne suis pas pour la censure mais autant savoir de quoi on parle, non ?

      La difficulté c’est que le protagoniste est par essence un petit noir et trimballe les clichés qui vont avec.. Personnellement, j’ai beaucoup de clichés concernant les noirs d’Afrique, pas forcément des honteux d’ailleurs.

      Ça pose en effet un problème parce que l’essence du personnage, son être est noir et il est supposé être représentatif... L’essence signifie quelque chose de commun à toutes les natures que l’ont classifie dans son espèce.

      Le petit croquis ou il brûle les meubles pour faire rôtir son poulet signifie qu’il n’a pas accès à la modernité, rien d’anormal avec l’époque et pas contre une situation rocambolesque.. mais c’est plus problématique lorsque ça signifie qu’il ne perçoit pas la fonctionnalité des meubles en bois.. Il est primaire... primitif... le bois c’est de la première nécessité pour lui : le chauffage...

      Les pieds nickelés sont des individus EN AUCUN CAS une généralisation (leur nom ironiquement en témoigne).. si ils sont des archétypes, c’est pour révéler une multitude..

      Le petit noir des colonies est un archétype et toute profondeur psychologique lui sont interdites. Tous les protagonistes européens représentant la majorité dans les trames narratives occidentales sont des individus puisqu’ils sont au centre du discours..

      Le prétexte de raconter une histoire, c’est la rupture de la normalité.. Le petit noir des colonies illustre une anormalité.. tout comme les pieds nickelés illustrent une brochette de caractère investies par l’anormalité.. L’un représente une généralité qui doit prêter à rire lorsque les autres font rires car ils sont éloignés de nous.. Il n’y a rien de raciste à cela pour autant. Je suppose que le conte au mille et une nuit à ses propres archétypes de « l’autre »..

      Il ne faut pas s’étonner que certains soient inconfortable avec le mot Bamboula et les raccourcis culturels d’un autre temps.. Ça n’est bien évidemment pas une raison pour censurer la culture..

      La culture c’est justement l’intérêt de l’investir pour la comprendre. Vu la période du prêt à penser, prête à ingurgité et la pilule du lendemain on comprends pourquoi des frustrés seraient pas très chaux avec la réalité.. et ont toutes les réticences pour qu’on puisse comprendre et expliquer les choses..


    • En Islam il y a un concept central qui est de juger les gens de part leur intention... Autrement dit : une action n’a de sens que par ce qui la motive. Et le soupçon est une mauvaise inspiration, lorsqu’une personne présente tout les aspects d’un bon caractère. Je suis persuadé que ce concepte est commun à toutes les traditions..

      Je prends ce détour pour qu’on se pose la question si un rire peut être anachronique ? Peut on avoir un décalage temporel dans le comique ? C’est cette idée que l’on peux rire de tout mais pas avec tout le monde et pas à n’importe qu’elle époque devrait on ajouter ?

      L’anachronisme n’est pas de toute façon, une rire très consensuel.. ça suppose une sorte de connivence culturelle... c’est d’ailleurs ce qu’évoque Vororine qui nous dit que ça tient presque à la private joke...

      C’est un truc qu’on fait à chaque fois en réalité dans le rire, séduire un public par rapport à des références culturelles.. Les Simpsons sont très bon justement en adressant plusieurs public et plusieurs niveaux de compréhension en même temps.

      L’indignation face aux personne se grimant le visage en noir utilise cette même méfiance de la vanne "lost in translation" ou dans un conflit espace-temps..

      D’un côté le village global ainsi que la possibilité d’accéder à la mémoire culturelle et visuelle de plus d’un siècle pose des problèmes jamais connus auparavant.. Si la Black-Face fut une pratique douteuse car elle représentait les noirs comme ignorants et stupides.. il ne faut pas oublier que les escalves noirs des décennies plus tard étaient autorisés à moquer la démarche et les fausses postures de la bourgeoisie blanches une fois par an dans les Cake-walk... Ce qui prouve que le public blanc pouvait aussi pour certains être fair-play (au moins une fois par an).. C’est d’ailleurs un genre musical qui aboutira sur le Rag Time...

      Pour conclure, si le rire est « souvent » malveillant, il faut pouvoir rire de tout comme il faut pouvoir parler de tout... N’est-ce pas hilarant en soit ceux qui pensent restituer de manière fidèle des préjugés stupides ? Et si le rire conduit à un entre-soi n’est-ce plus du rire ?

      Ça peut être aussi des stratégies de séduction à une idéologie (droâtarde) par l’utilisation du rire ou une distinction de ce qui ne fait pas rire également dans une perspective idéologique (gôchiste)..
      There is nothing as free lunch... On n’obtient rien sans effort... même un rire de qualité demande un minimum d’effort culturel..


  • Cette pub de 1990 serait impensable aujourd’hui.
    Le pays a bien dégringolé en 27 ans, au niveau de la liberté de s’exprimer...
    Comment raisonner, se réconconcilier, avec des bougres comme Claudy Siar ? il va falloir encore quelques accidents pour que les Français disent stop ?

     

    • J’étais enfant à l’époque des biscuits Bamboula.
      Et dans les publicités je voyais surtout un petit garçon qui m’était très sympathique (ce qui a certainement valu quelques notes de téléphone salées à mes parents car je jouait régulièrement sur 3615 Bamboula)
      En transformant des images d’Épinal en objet d’indignation antiraciste, ne sommes nous pas finalement devenus des racistes ?


    • @jeanJacky,
      mais en tant qu’enfant il est tout à fait normal que tu interprètes les choses en tant qu’enfant.

      Enfant j’étais particulièrement bon public et j’aimais particulièrement Chaplin ou Louis de Funés, leur corps démantibulés étaient si maladroit.. Michel Leeb me faisait rire tout en me sentant coupable de rire des différences physiques, je pense particulièrement à la vanne des narines comparées à des lunettes de soleil.

      Je me suis sentis inadéquate des années plus tard lorsqu’au lycée j’ai défendu les imitations de Michel Leeb auprès d’un pote noir. Et à la fois je ne prétends pas pouvoir me mettre toujours à la place des autres.... eux-mêmes peuvent parfois éprouver les mêmes difficultés d’appréciations. Voilà, la tendance n’est peut être plus â la tolérance.


  • Les VHS de kirikou seront bientôt un produit collector de contrebande !


  • "Les footballeurs qui ont les moyens ne disent rien".

    Ils sont surbookés !!!!! Planquer leurs sous à l’étranger et cracher sur les pays qui les accueillent leur prend tout leur temps. Entre acheter la dernière Ferrari et soutenir leurs frères de race, certains ont vite choisi leurs priorités......


  • Pauvre Claudy Siar... il n’a toujours pas compris que sa colère (tout à fait légitime au demeurant) n’aura aucun impact sur ceux qu’il interpelle.

    Il n’a toujours pas compris que l’esclavage est LE moyen utilisé par l’hypercapitalisme mondialisé pour pérenniser ses profits sans limite et que l’homme blanc ordinaire, pas forcément descendant d’esclave, est AUSSI l’esclave du management planétaire qui aliène absolument tout individu ici comme ailleurs ?

    Il n’a pas compris non plus que sa vidéo de colère publiée sur le net n’atteindra aucun des irresponsables conscients qui font que le monde est ce qu’il est en Lybie, en Afrique noire et partout où l’empire à décidé de mettre le chaos ?

    Claudy Siar... votre colère ne sert non seulement à rien mais vos menaces non plus. "Vous êtes prêts" dites-vous ? A quoi ? A descendre ajouter du chaos au chaos ? Où avez-vous vu qu’une "révolution" changeait l’ordre des tous puissants de ce monde construit sur l’accaparement, sur l’obsession matérielle, le fric et la paillette ?

    Changez d’abord votre vision du monde, cher Claudy. Tachez d’étudier et de comprendre ce qui a permis tout ça, en amont. Cessez de scinder le monde en les "pauvres victimes" d’un côté et les "vilains exploiteurs" de l’autre. Vous êtes une partie du "mal" qui détruit ce monde. Lisez René Guénon dans "Mélange" et vous saisirez pourquoi on en est là et comment on peut en sortir...


  • heureusement qu’on peut toujours se foutre de la gueule des blondes et des ch´tis....

     

  • Le pays est dirigé par des employés étrangers qui non contents d’avoir ruiné les leurs, veulent pratiquer la même chose ici.


  • Le seul (l’un des seuls) qui fasse le boulot réellement jusqu’au bout, dans ses vidéos, c’est Alain Soral. C’est évident !
    Et c’est bien ce qui manque à encore beaucoup trop d’autres de ceux qui font aussi leurs petites vidéos dans leur coin, c’est de pouvoir remonter jusqu’aux vrais responsables, tout en haut ou au plus profond. C’est de pouvoir comprendre "l’Empire"...

    Une question se pose donc : Comment pouvoir aller plus loin encore pour que le déclic se produise enfin dans les têtes, les consciences et les cœurs ? C’en est pas loin dirait-on parfois. Mais c’est bien long. Il faut y réfléchir.


  • Racisme et antisémitisme sont maintenant des mots très "tendance" voire prisés par la crapulerie gauchiasse et sionarde de ce pays .....patriotisme et nationalisme sont aujourd’hui à éviter pour rester politiquement correct, docile, bêlant et soumis à cette dictature programmée !!! ...


  • Perso,ce genre de BD débiles enferme les gosses dans le grossier et la suffisance ! ,comme toutes les histoires débiles où les animaux sont mis en scène comme de vrais personnages !L’ Abrutissement des masses dès le plus jeune âge !La raison est simple,faire perdre le sens des réalités,abrutir les âmes !L’histoire regorge des meilleurs Héros créés par Le Tout Puissant,d’Adam au prophète Mohamed ,qui Eux sont des modèles pour L’HUMANITÉ !A chacun son truc !Entre l’histoire de bamboula ou Celle de Jésus ,y a pas photo !

     

    • Les fables de La Fontaine mettent en scène des animaux aux comportements humains qui pour ma part contiennent tout autant de sagesse que les textes religieux...


    • Peut être préfères tu La vilaine lulu pour éduquer nos enfants ?!...


    • Pour l’anécdote, Jean de la Fontaine, dans la préface de ses "Fables choisies" (1668), reconnaît avoir puisé l’inspiration d’une grande partie de son oeuvre dans un recueil d’origine arabe. Ce genre d’anthropomorphisme existe depuis la nuit des temps..

      Mais je ne crois pas trop m’avancer pour dire que le côté magique d’accorder des motivations humaines, ou décrivant les animaux comme possédant la capacité de comprendre et réfléchir.... c’est toujours dans la perspective de tirer des leçons.... très humaines.

      Ce qui se passe dans Walt Disney ou d’autre dessins animés est tout autre, à mon avis, car on n’est pas dans le fantastique mais juste la substitution d’humains par des animaux. Mickey, Donald ou Picsou, il s’agit des qualités et travers des humains.. et il s’agit probablement de marquer un changement dans l’esprit humain.

      Avant un héros avait des aspects surnaturels de par un dépassement de sa nature humaine... Et ses ennemis laissez court â leurs instincts les plus bas.. leur bestialité..

      Allons droit au but : peut les accuser de vouloir inconsciemment pervertir l’esprit de nos petites têtes brunes/blondes (et parfois crépues) à travers divers messages ?

      Si des animaux ont des comportements homosexuels par exemple est ce qu’un enfant trouvera ça moins choquant que si c’est des humains ? La sexualité elle même passe bien mieux si c’est des animaux.. Au zoo par exemple, les professionnels de l’éducation ne seraient nullement gênés si des animaux étaient surpris dans l’acte..

      Il y a de nombreuses images subliminales dans Disney.. dans Aladin il y a un moment où un tigre se montre hostile et Aladin lui dit d’être un bon chaton et de partir.. mais on a plutôt l’impression qu’il dit que les bons adolescents doivent retirer leur vêtements...


    • @Peter



      Pour l’anécdote, Jean de la Fontaine, dans la préface de ses "Fables choisies" (1668), reconnaît avoir puisé l’inspiration d’une grande partie de son oeuvre dans un recueil d’origine arabe.




      Non, la Fontaine a retraduit en vers les fables d’Ésope, auteur grec (qui ont été elles-mêmes reprises d’Ésope par Brabius puis Phèdre avant La Fontaine).

      Wikipédia


    • Voilà un texte bien plus complet sur le sujet.
      https://gerflint.fr/Base/Algerie5/h...



    • Voilà un texte bien plus complet sur le sujet.
      https://gerflint.fr/Base/Algerie5/h...




      Ce texte évoque un auteur hindou et non arabe !


  • Moi je le trouve très mignon ce Bamboula .
    J’apprends le Norvégien en ligne et sur la page du mot "Les enfants " qu’est ce qu’on voit ? Une petite Bamboula toute souriante et un petit Norvégien
    Le problème c’est que le Nordio il a un œil au beurre Noir et qu’il lui manque une dent ! Qu’est ce que ça peut bien vouloir dire ???.

     

  • Personnellement je vois de l’hypocrisie des deux côtés, comme dit l’expression « Autre temps, autre moeurs » et de toutes façon ont ne peut pas remonter le temps.

    Ce personnage ne sors pas de nul part, il date d’une époque ou la France était un empire colonial, notament en Afrique. C’est l’expression d’un imaginaire, de fantasme et de préjugés d’une autre époque que la notre, d’un autre temps avec d’autres moeurs.
    Du coup je n’arrive pas à comprendre ce qui est passé dans la tète de cet éditeur pour vouloir rééditer cette BD aujourd’hui.
    Les réactions mêmes les plus caricaturales étaient largement prévisible et forcément ca n’a pas rater...
    D’ailleurs elle s’adresse à qui cette BD en 2018 ?
    L’image qu’ont les français des africains aujourd’hui est très loin de celle qu’ont pouvaient avoir à l’époque de Bamboula. Je pense pas que ce soit une très bonne idée de laissé lire ca à des enfants.

    Sinon sur le contenu de la BD, je l’ai pas lu mais apparemment elle véhicule des préjugés et caricatures exagérément le physique et l’attitude des africains, c’est très insultant et méprisant. En particulier à cause des codes adopter par l’auteur, sur la planche de l’article le noir est petit et les traits de son visage sont grossier par rapport à ceux de la femme blanche. Et son langage petit nègre qui amusait tant les colons à l’époque, c’est pas méchant mais quand tu te prends ca par ceux qui t’ont colonisé ca donne beaucoup moins envie de rigoler.

    Cela dit, si ce n’est pas vraiment une idée brillante je trouve qu’elle mériterait une quenelle d’or parce que fallait oser quand même.

     

    • #1878312
      le 12/01/2018 par L’habit ne fait pas le moine.
      BD : polémique après la réédition des aventures de "Bamboula"

      C’est caricatural aujourd’hui, mais non, ce n’était pas caricatural en 1950 !

      Au sortir de la guerre, seul les notables avaient une voiture en métropole. Regardez un film de De Funes (grande vadrouille) et vous verrez sur les plans large qu’il n’y a que 2 ou 3 voitures de garées dans la rue. Et absolument aucune télé.

      Alors imaginez en Afrique.

      Tiens, doit-on supprimer les films sur la seconde guerre mondiale parce que les gens sont caricaturaux : Ils ne sont pas habillés comme nous.


    • Vous confondez, je ne prône pas la destruction des archives mais je trouve que la réédition de cette BD n’est pas très intelligente.

      On peut d’ailleurs se demander à qui elle s’adresse, aujourd’hui ?
      Ce n’est pas vraiment une grande oeuvre d’ailleurs l’article dit qu’elle n’a pas connu un grand succès.
      Franchement, je ne comprends pas la démarche de cette éditeur, il ne pouvait que prendre des coups.
      Et même si l’époque veut qu’ont baigne dans une ambiance d’hystérie antiraciste, féministe, lgbtiste, etc... je pense qu’il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse en prétendant que cette petite BD est totalement inoffensive.
      Elle est très offensante au contraire, mais elle appartiens à une autre époque, c’est donc en la replaçant dans son contexte qu’elle deviens inoffensive.
      La rééditer aujourd’hui est logiquement perçu comme une provocation ou au mieux une maladresse.

      Si l’éditeur aime vraiment cette BD et qu’il veut préserver ces archives il n’a qu’a en faire des PDF et les laisser en libre accès sur internet, sans faire de pub pour éviter les ennuis.


  • Les re editions de la bonne Becassine poseront elle probleme d’apres vous ? Non bien sur !


  • « Si cette maison d’édition ose aller au bout de son projet, je débarque dans leurs locaux et ça va chauffer !!‬ »

    C’est pas de l’incitation à la haine ça ?! Limite apologie au terrorisme.. puisque : rapprochement possible avec CH et imposition d’une opinion sous la menace...
    Vive la Fronce


  • Quand certains parlent de racisme ou d’antiracisme, moi je ne vois que du mondialisme. La réalité est là. Point.
    Des puissants ont le pouvoir, montent les peuples entre eux, volent les uns et les autres, montent les uns contre les autres et pendant qu’on s’echarpe entre nous, on ne parle pas d’eux.
    Les Africains doivent renverser le pouvoir en Afrique, idem pour les Européens, on peut s’entraider, pour le reste, la fierté de retrouver la terre de ses ancêtres fera le reste et plus personne pointera du doigt ces histoires de gâteaux ou BD bamboula. D’ailleurs, pour ma part, je comprends que le terme "Bamboula" soit péjoratif pour certains, faut dire que beaucoup l’utilisent comme insulte. En face, ils existent la même chose avec le terme de "Gaulois" sauf que nous en sommes fier. Mais, peu importe, arrêtons de rentrer dans ce jeu d’amalgame ou pas d’amalgame, le sujet essentiel n’est pas là, parlons de ce mondialisme. Point.


  • Descente d’organes pour une BD (que personne ne va lire) des "Bambous" fragiles.


  • Claudy Siar ? Le descendants d’esclaves ? Il est toujours esclave, les Antilles appartiennent à la France et a une poignee de békés sionistes. Il a rien compris le mec.


  • Gouadeloupéen, lui, il descend vraiment d’esclaves.

    Contrairement aux Africains.

     

  • C’est tellement politiquement incorrect et décalé que je crois que je vais me payer un exemplaire...


  • #1878717

    L’esclavage a eu à long terme d’heureuses conséquences. Sans esclaves en Amérique, pas de jazz ni de soul ni de reggae ni de rock.
    Adieu Louis Armstrong, Chuck Berry, Bob Marley, James Brown, Michael Jackson......

     

    • Effectivement, selon votre logique en Afrique ces génies seraient devenus des bons sauvages... Que demande le peuple... Nos élites pourraient utiliser la même réthorique... ah bah.. je suis cin ils le font déjà..


    • #1878925

      En fait, tu n’as vraiment RIEN COMPRIS à mes propos. Tous les incultes comme ce Claudy Siar feraient bien d’arrêter de pleurnicher car l’esclavage a été aboli depuis plus de 150 ans en France et aux États-Unis....Il serait peut-être temps de passer à autre chose.
      Les esclaves noirs d’Amérique ont su imposer leur culture musicale en y incorporant des éléments de musique blanche (country et autres...)
      Ce métissage à donné naissance au jazz, á la soul, au rock....qui ont fini par s’imposer à l’ensemble de la population. Les descendants d’esclaves ont donc fini par remporter cette bataille sur le long terme.....Un mal (la traite des noirs) à fini par engendrer un bien (cette musique qui a fini par conquérir la planète entière).
      Le temps de l’esclavage est révolu et il ne faut pas s’ériger en perpétuelle victime si l’on souhaite évoluer...
      Le statut de victime ne fait que maintenir les descendants d’esclaves dans l’immaturité et contribue à entretenir un fond de commerce malsain....et juteux pour certaines associations et lobbys ( on pourrait d’ailleurs faire la même remarque à propos de certains descendants de déportés....)


    • Le passé reste le passé et il est bien plus utile de se questionner sur la néo-colonisation que sur la colonisation..

      En interdisant à l’Afrique un développement normal nous avons l’impossibilité de comprendre ce que ce continent aurait pu être sans la traite transatlantique des esclaves par exemple. Le colonialisme dès l’encerclement des côtes africaines par la brutalité des portugais*, n’a fait que favoriser un tribalisme qui est encore de nos jours sources de népotisme et corruption généralisée. La vie n’est pas un long fleuve tranquille.

      Demandons plutôt à Dieu de nous épargner les épreuves difficiles et chargeons nous de dénoncer les fauteurs de guerre et ceux qui poussent aux conflits par haine des autres ou de ses semblables..

      Nous nous sommes relevés de deux guerres particulièrement meurtrières ne laissons pas des puceaux du réel n’ayant jamais sous la colère passagère balancés des poings dans la gueule de victimes tout en déplorant l’expression d’une injuste violence. Ne les laissons pas prendre le leadership des guerriers du net.. Il suffit de les écouter pour comprendre qu’ils ont du mal à gérer le réel... alors anticiper les choses ne fait certainement pas partis de leur compétences.

      *si l’empire coloniale portugais n’était pas à l’initiative d’une toute petite nation d’un million d’âme... étant des précurseurs... ils auraient sûrement été un empire bien plus grand que l’empire britannique... Le déclin n’était pas du â une supériorité technologique de ses adversaires ou des pays soumis mais juste à l’impossibilité de fournir fonctionnaires et administrateurs des territoires tombés sous leur influences.


    • @Peter



      Le passé reste le passé et il est bien plus utile de se questionner sur la néo-colonisation que sur la colonisation..




      Tout à fait. À condition de ne pas oublier que la néo-colonisation a lieu dans les deux sens et qu’on doit lutter contre ces deux aspects à la fois pour être cohérent.


  • Quand une association antiraciste prend position, le faite de prendre automatiquement l’opinion à contre courant ne fait pas que notre avis est le plus juste. Le "théorème BHL" n’est pas valable sur ce cas, les plus sincères s’aperçoivent quand même que la BD est de mauvais goût.
    Car retournons les choses :
    - Si un noir de france décide de rééditer un livre de la nation of islam s’appelant "Gaouli" ou l’on voit un paysan gros lard aussi rose que son cochon, à moitier homo et qui pense qu’à se bourrer la gueule ; malgré que ça soit caricaturale et historique beaucoup d’entre nous dirions que c’est du racisme anti-blanc de racaille...
    On peut faire pareil avec une BD surnommé "Bougnoule", "Youpin","Niakoué"..
    La France s’en sortira quand chacun sortira de son communautarisme impérialiste, n’imitons pas la communauté de lumiére.
    Privilégions la liberté d’expression sans interdire : oui, mais en sachant que la roue tourne et qu’elle pourra nous offenser un jour.


Commentaires suivants