Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La théorie du genre ne renonce pas : elle investit les cours d’école

Les gouines du mondialisme attaquent !

Les adeptes de la théorie du genre ne lâchent pas le morceau : partout, ils s’insinuent avec leur délire d’indifférenciation des sexes, ne voulant pas admettre que c’est ça qui fait la richesse des relations hommes-femmes, ou garçons-filles. Et c’est aussi ce qui fait l’amour, ne leur en déplaise. C’est peut-être cet amour qui leur échappe qu’ils visent...

 

Ils mettent leur gros nez dans nos écoles, dans nos médias, dans nos universités avec leurs expériences basées sur leur propre sexualité indéfinie, qu’ils plaquent sur ceux qui ne leur ont rien demandé, surtout les enfants.

Pourquoi ne laissent-ils pas les enfants tranquilles dans leurs cours de récréation ? Pourquoi venir leur inculquer quelque chose qui n’est pas naturel chez eux ? Cette intrusion permanente et pathologique sent l’inquisition, la nouvelle inquisition non pas sexuelle mais asexuelle.

On sent bien que ces agents promus par le mondialisme sont là pour bâtir un homme nouveau, ou plutôt un individu nouveau, indistinct, asexué, apolitique et inoffensif pour le pouvoir. Quelqu’un dont on aurait extirpé les défenses une à une, pour le livrer pieds et poings liés à un totalitarisme enfin repu.

Les amateurs de la pensée Maruéjouls pourront approfondir leurs connaissances genrées avec son extraordinaire découverte sur la ville comme espace genré.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Les cours d’école primaire se ressemblent toutes. Des terrains de sport au milieu, des garçons jouant dessus et des filles sur les côtés. C’est le constat dressé par la géographe Édith Maruéjouls.

 

Cette spécialiste du territoire étudie les cours d’école depuis 2010. Elle s’est fait remarquer lors de la conférence TedX Women de novembre 2017. D’après elle, l’espace de plusieurs établissements scolaires serait inégalement réparti, ce, dès le plus jeune âge. Ainsi, les garçons jouent tous les jours aux sports collectifs. Ils se dirigent vers les terrains dessinés sur le sol et situés au centre des cours de récréation. Ils jouent au football, au basket, au hand... Peu de filles les accompagnent.

 

« Les filles ne courent pas »

Dans les trois écoles observées, la géographe du genre a demandé aux garçons pourquoi ils jouaient le plus souvent entre eux. Leur réponse : « les filles ne courent pas ». Elle leur répondait alors : « comment veux-tu qu’elles courent si tu ne leur donnes pas le ballon ? ». Tous admettaient l’ambiguïté.

Les garçons au milieu donc, et les filles sur les côtés, dans le petit espace situé entre les lignes blanches des terrains et les murs de la cour. Voire un espace encore plus restreint, quand dans la cour de ce collège à Bordeaux par exemple, la largeur du terrain de foot est égale à celle de la cour globale. Les filles se dépensent autrement, en sautant à l’élastique, à la corde, dans des marelles, ou bien se marrent sur 1-2-3 soleil.

 

« Logique masculine »

« C’est une vraie discrimination spatiale, assure Édith Maruéjouls, créatrice de l’Arobe (L’Atelier recherche observatoire égalité). Elle n’est pas clairement voulue, elle est implicite, et se déroule invariablement, quel que soit le milieu social ou le quartier. L’idée de départ est de faire bouger les enfants avec ces terrains de sport, mais ils ont été pensés dans une logique masculine, omettant que les garçons étaient davantage éduqués à aimer les sports de ballon que les filles. »

[...]

Jouer avec l’enseignant

À l’école primaire du Peyrouat à Mont-de-Marsan, préfecture des Landes, on a organisé des récréations sans ballon. Tous les jeudis, d’autres jeux collectifs sont proposés par les enseignants, comme le « frisbee-foot. »

« Les enfants adorent voir leur maître ou maîtresse s’amuser avec eux, ils adhèrent tous au projet, du CP au CM2, constate Édith Maruéjouls. Et les plus frêles savent qu’ils seront protégés grâce à la présence de l’enseignant, donc ils ont envie de jouer. Parmi eux, on trouve aussi des garçons d’ordinaire exclus des terrains parce que moins charismatiques. »

[...]

Ces bonnes pratiques ont permis à l’école d’être honorée du prix du projet égalitaire filles/garçons.

 

 

Comprendre pourquoi le mondialisme veut détruire l’enfance,
avec Kontre Kulture :

 

Le mondialisme ne renonce pas à s’attaquer à la sexualité
des adultes et des enfants, sur E&R :

 






Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Investiguez pour ceux qui parlent anglais "transvestigation", transgenres (tranny-ies) occultés à pleine vue. Un transhumanisme androgyne à l’image de Baphomet, c’est ce qu’ils nous préparent.

     

    Répondre à ce message

  • #1878138

    Est ce qu’il n’y aurait pas un autre but , vendre à nos enfants la GPA ? Quand vous avez des sodomistes qui viennent dans les écoles , il y a des questions .

     

    Répondre à ce message

  • Les Dirigeants secrets de l’ombre sont très allergiques à certaines choses. Tout d’abord à l’énergie de l’Amour, surtout à l’Amour entre un homme et une femme.

    Quand ils ressentent un couple heureux lequel produit de l’émotionnel, ils veulent détruire cet Amour conjugal, parce cet Amour procure un pouvoir, une Onde transformatrice très forte qui rejaillit sur l’ensemble de l’humanité contre leur programme.

    Un couple aimant est l’archétype de la création. Les énergie- informationnelles qui le traversent transcendent l’univers même s’il en est inconscient.

    Cet Amour Jésus lui-même l’a éprouvé. Conscient de ce pouvoir, il en a produit une métaphysique de l’Esprit que la physique quantique redécouvre.

    Ces Dirigeants sont affectés par cet Amour auquel ils ne peuvent plus accéder. Ils en produisent donc des artefacts via le cinéma en particulier. Mais quant à le vivre réellement ...

    D’où tous les substituts de l’amour véhiculés par les médias ... Tu rêveras à l’amour mais tu n’aimeras point. D’où la nécessité d’entretenir la haine (antisémitisme, racisme, relation homme-femme, tout y passe ...)

    Ils sont aussi « allergiques » à l’énergie sexuelle saine. Ils tentent donc de supprimer cette énergie dans la population humaine par perversion et profusion d’incitations et d’images à caractère pornographiques et publicitaires.

    L’énergie sexuelle est la force de VIE elle-même. Quand Ils réussissent à la diminuer à la pervertir, l’amoindrir, ils ont le pouvoir d’obtenir une population docile sur toute la planète parce que dépressive, non épanouie. D’où ce complot permanent contre la santé physique mais surtout mentale en niant l’Esprit.

    Vitesse supérieure : ils s’attaquent à la jeunesse pour rendre les futurs adultes complètement immatures sur tous les plans afin de mieux les contrôler dans l’avenir.

    Tout se tient. L’idolâtrie de la technologie, la compulsion, l’addiction à toute cette quincaillerie est faite précisément pour empêcher toute prise de conscience des énergies fondatrices et incroyables contenues dans le corps psycho-physique.

    D’où ces médias qui produisent artificiellement de l’émotion, créent de l’événementiel afin de produire des égrégores - véritables décharges émotionnelles collectives - qui nourrissent ces dirigeants secrets. La matrice est donc une prison.

    Pour survivre, ils iront toujours plus loin et encore plus loin jusqu’à l’extinction complète de l’espèce humaine.

    Elle réagit. .

     

    Répondre à ce message

  • #1878216

    J’ai tenu 2min30... un flot de bêtise ininterrompu.. irréel.. !

     

    Répondre à ce message

  • #1878240

    J’ai pas pu aller au bout de la vidéo et je souhaite un sacré courage ainsi qu’une grande volonté à celui qui grimpe Edith M .

     

    Répondre à ce message

  • #1878322

    Pour fréquenter le milieu associatif, l’expérience leur donne tort. Si toute activité ou rencontre débute dans une forme de mixité "arbitrée", elle se termine le plus souvent en groupe genré lorsqu’on la laisse s’exprimer d’elle-même.
    Idem pour les soirées mixtes dans quelque milieu que ce soit où les filles finissent par jacter entre elles et les types de leur côté.
    Et même le karaoké, qui semblait échapper à la règle, prend parfois des tournures de duo à la Iglesias et Manson, genré à l’excès comme rappel d’un retour aux sources, commun : loin de l’exception qui n’est pas légion, mais qui aime à planter sa zone et offrir son lot de confusion.

     

    Répondre à ce message

  • En gros, selon elle, parce que les filles portent des jupes et pas les garçons, il y a inégalité. Bon bah voilà, pas besoin d’aller plus loin. La pauvre, je la plains, si elle s’imagine avoir toujours été traitée comme inférieure dans sa jeunesse parce qu’elle portait des jupes... Je serais elle, j’irais en discuter avec un psy.

     

    Répondre à ce message

  • Après les mecs au pourvoir qui nous interdisent de rire (dd) et ces meufs asexuées plein de pognons qui se font chier, avec des couilles à la place du cerveau, qui nous empêchent de draguer ou de l’être bordel ! comme dirait "Doc Gyneco" Lêchez-moi tranquille !
    Kim, (un être humain)

     

    Répondre à ce message

  • #1879006

    1’:18" " Parce que le contraire de l’égalité n’est pas la différence mais l’inégalité "
    Quelle trouvaille !...c’est comme dire le contraire du jour n’est pas la nuit mais le non-jour ! Pur sophisme...
    Derrière le discours égalitariste de cette détraquée se cache à peine la négation et le mépris de son altérité. Que de haine !

     

    Répondre à ce message

  • Comment peut-on deblaterer autant d’inepties a la minute ? Il faudra qu’elle s’enregistre au livre des records. En plus elle ne ressemble a rien, son accoutrement est ridicule, elle ne veut apparaitre ni femme ni homme. Ces gens sont des malades finis.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents