Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Boko Haram : une mafia africaine sous paravent religieux ?

Avec Daech, on n’entend plus guère parler de Boko Haram. La faute aux médias ?

Dans la presse africaine, on en parle beaucoup. Et dans la lutte contre Boko Haram, les Camerounais ont déjà perdu nombre de soldats. Loin des médias occidentaux, loin du cœur ; mais la réalité, elle, est toujours là…

Entre mouvements islamistes, peut-il y avoir jonction entre fondamentalistes issus d’Afrique subsaharienne et leurs homologues d’origine et de culture arabe ?

Non ! Il peut y avoir des ponts ou des coups de mains éventuels, pour des trafics illicites, le plus souvent, mais un Noir musulman sera toujours plus proche d’un Noir chrétien que d’un Arabe musulman. Dans l’imaginaire local, le Noir demeure l’esclave et l’Arabe l’esclavagiste. Après, l’islam ne consiste jamais qu’à surinfecter des plaies déjà existantes. Après, il y a des revendications territoriales locales. Mais il s’agit là d’une tout autre histoire…

Plus précisément…

Au Nigeria, les chrétiens du Sud sont maintenant au pouvoir avec le président Goodluck Jonathan, un chrétien – enfin, un protestant, pour être plus précis – ce que les habitants du Nord, musulmans pour la plupart, ne peuvent admettre. Mais il s’agit là plus de querelles plus ethniques que religieuses. Après, n’oubliez pas l’enjeu pétrolier, sans négliger les souvenirs historiques, tel celui du califat de Sokoto, fondé au XIXe siècle par Usman dan Fodio, et tenu depuis pour « âge d’or » par nombre de musulmans locaux…

Dans ce paysage, quelle est la part du crime plus ou moins organisé, sachant qu’un otage européen se revend presque aussi bien qu’une cartouche de cigarettes ?

Primordiale, même si Xavier Raufer la réduit à 10 % du problème – je pense qu’elle est légèrement plus importante, de l’ordre de 15 à 20 %, peut-être. Elle devient d’ailleurs de plus en plus importante, sachant qu’avec l’implication de la France au Mali et en Centrafrique, la traditionnelle route de la drogue a dû emprunter des chemins détournés. Lesquels passent désormais par la Libye et le golfe de Guinée, là où les groupes islamistes pullulent. Et pour eux, toute source de financement est bonne à prendre.

Nous sommes donc assez loin de la croisade des démocraties…

Assez loin, en effet.

Voir aussi, sur E&R :

Retrouvez Bernard Lugan sur Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1002356

    Non ! Il peut y avoir des ponts ou des coups de mains éventuels, pour des trafics illicites, le plus souvent, mais un Noir musulman sera toujours plus proche d’un Noir chrétien que d’un Arabe musulman. Dans l’imaginaire local, le Noir demeure l’esclave et l’Arabe l’esclavagiste. Après, l’islam ne consiste jamais qu’à surinfecter des plaies déjà existantes. Après, il y a des revendications territoriales locales. Mais il s’agit là d’une tout autre histoire…



    Ce qu’il dit est peu clair. Pour avoir vécu en Afrique de l’est : je témoigne que les Afircains de l’est (Somaliens, Ethiopiens, Djiboutiens, Soudanais) ont beau avoir la peau noire, ils se définissent comme étant arabes et ils ne supportent pas les "noirs" de l’ouest, ceux qui ont les traits négroïdes qu’ils considèrent comme des moins que rien, presque des esclaves.

    Désolé à Kemi Seba de le dire : mais entre l’Afrique de l’est & l’Afrique de l’ouest, on a beau avoir la peau noir, ça n’est pas suffisant pour se sentir être les mêmes. Les "nubiens" sont noirs mais ils ont les traits fins (ils auraient la peau plus claire vous penseriez qu’ils sont arabes ou indiens) alors qu’en Afrique de l’ouest : un black qui a les traits négroïdes, il aurait la peau plus claire ça ferait plus Mickael Jackson qu’autre chose (je caricature).

    Il y a autant de différences morphologiques entre un africain de l’est & un africain de l’ouest qu’entre un indien & un chinois et pourtant à chaque fois, tous vivent sur le même continent.

    C’est pour cette raison que les gens ne comprennent pas les conflits au Soudan : quand c’était entre le nord & le sud c’était + ou moins entre musulmans & chrétiens. Mais au Darfour, ceux contre qui Khartoum se battait étaient des musulmans eux aussi...Mais eux étaient des abid (je crois que c’est le terme), ils n’étaient pas de ceux qui pouvaient se dire être des descendants des cavaliers du prophète.

    Ceci dit, c’était pareil en Haïti : les troupes françaises, comme les esclaves révoltés ou les mulâtres étaient tous catholiques...mais ils n’étaient pas tous de la même couleur de peau, ce qui a pourtant suffit à faire une guerre.

     

    • Leur traits différents est peut-être dû au fait qu’ils sont un mélange avec les arabes. La corne de l’Afrique a des liens millénaire avec la péninsule arabique et ceci depuis des millénaires. Et pour le Darfour on voit que tu fais parti de ces types qui ont avalé tout ce que la propagande occidentale leur font croire. T’as pas remarqué toute la comédie qu’il y avait sur cette histoire ? Une telle comédie qui est allé jusqu’à engager des acteurs heuuu plutôt propagandiste comme George Clooney, Angelina Jolie pour faire leur propagande. Ce n’était que dans le but de déstabiliser la région en découpant le Soudan en plusieurs états. Grâce à Dieu ils n’ont pas réussi dans cette parti mais ils ont bien réussi leur coup au Sud Soudan.


  • Le gouvernement nigérian vient d’annoncer qu’un accord a été conclu pour la libération des 219 filles .