Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

Les pertes cruelles que viennent de subir nos Armées – et qui ne seront hélas pas les dernières – ont donné à certains l’occasion de s’interroger sur le bien-fondé de la présence militaire française au Sahel. Cette démarche est légitime, mais à la condition de ne pas sombrer dans la caricature, les raccourcis ou l’idéologie.

 

J’ai longuement exposé l’état de la question sur ce blog, notamment dans mon communiqué en date du 7 novembre 2019 intitulé « Sahel : et maintenant quoi faire ? » , ainsi que dans les colonnes de l’Afrique Réelle et dans mon livre Les guerres du Sahel des origines à nos jours qui replace la question dans sa longue durée historique et dans son environnement géographique. Je n’y reviens donc pas.

 

 

Cependant, trois points doivent être soulignés :

1) Dupliquées d’un logiciel datant des années 1960-1970, les accusations de néocolonialisme faites à la France sont totalement décalées, inacceptables et même indignes. Au Sahel, nos Armées ne mènent en effet pas la guerre pour des intérêts économiques. En effet :

- La zone CFA dans sa totalité, pays du Sahel inclus, représente à peine plus de 1% de tout le commerce extérieur de la France, les pays du Sahel totalisant au maximum le quart de ce 1%. Autant dire que le Sahel n’existe pas pour l’économie française.
- Quant à l’uranium du Niger, que de fadaises et de contre-vérités entendues à son sujet puisqu’en réalité, il ne nous est pas indispensable. Sur 63.000 tonnes extraites de par le monde, le Niger n’en produit en effet que 2900… C’est à meilleur compte, et sans nous poser des problèmes de sécurité que nous pouvons nous fournir au Kazakhstan qui en extrait 22.000 tonnes, soit presque dix fois plus, au Canada (7000 t.), en Namibie (5500 t.), en Russie (3000 t.), en Ouzbékistan (2400 t.), ou encore en Ukraine (1200 t.) etc..
- Pour ce qui est de l’or du Burkina Faso et du Mali, la réalité est qu’il est très majoritairement extrait par des sociétés canadiennes, australiennes et turques.

 

 

2) Militairement, et avec des moyens qui ne lui permettront jamais de pacifier les immensités sahéliennes, mais là n’était pas sa mission, Barkhane a réussi à empêcher la reformation d’unités jihadistes constituées. Voilà pourquoi, pariant sur notre lassitude, les islamistes attaquent les cadres civils et les armées locales, leur objectif étant de déstructurer administrativement des régions entières dans l’attente de notre départ éventuel, ce qui leur permettrait de créer autant de califats. Notre présence qui ne peut naturellement empêcher les actions des terroristes, interdit donc à ces derniers de prendre le contrôle effectif de vastes zones.

 

 

3) Nous sommes en réalité en présence de deux guerres :

- Celle du nord ne pourra pas être réglée sans de véritables concessions politiques faites aux Touareg par les autorités de Bamako. Également sans une implication de l’Algérie, ce qui, dans le contexte actuel semble difficile. Si ce point était réglé, et si les forces du général Haftar ou de son futur successeur tenaient effectivement le Fezzan, les voies libyennes de ravitaillement des jihadistes auxquelles Misrata et la Turquie ne sont pas étrangères, seraient alors coupées. Resterait à dissocier les trafiquants des jihadistes, ce qui serait une autre affaire…
- Au sud du fleuve Niger les jihadistes puisent dans le vivier peul et dans celui de leurs anciens tributaires. Leur but est de pousser vers le sud afin de déstabiliser la Côte d’Ivoire. Voilà pourquoi notre effort doit porter sur le soutien au bloc ethnique mossi. Aujourd’hui comme à l’époque des grands jihad peul du XIXe siècle (là encore, voir mon livre sur les guerres du Sahel), il constitue en effet un môle de résistance. Le renforcement des défenses du bastion mossi implique d’engager à ses côtés les ethnies vivant sur son glacis et qui ont tout à craindre de la résurgence d’un certain expansionnisme peul abrité derrière le paravent du jihadisme. Cependant, si les jihadistes régionaux sont majoritairement Peul, tous les Peul ne sont pas jihadistes. Ceci fait que, là encore, il sera nécessaire de « tordre le bras » aux autorités politiques locales pour que des assurances soient données aux Peul afin d’éviter un basculement généralisé de ces derniers aux côtés des jihadistes. Car, et comme je l’ai écrit dans un ancien numéro de l’Afrique Réelle « Quand le monde peul s’éveillera, le Sahel s’embrasera ». Il y a donc urgence.

 

 

Par-delà les prestations médiatiques des « experts », une chose est donc claire : la paix au nord dépend des Touareg, la paix au sud dépend des Peul. Tout le reste découle de cette réalité. Dans ces conditions, comment contraindre les gouvernements concernés à prendre en compte cette double donnée qui est la seule voie pouvant conduire à la paix ?

 

Une illustration en cartes du conflit sahélien dans lequel la France est bien seule :

 

Le complexe et fragile puzzle sahélien, sur E&R :

 
 






Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2333421
    Le 1er décembre à 11:32 par Lion
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    poser la question à Laurent FAbus qui a longuement fait l’apogée et l’apologie du terrorisme en Syrie, à sarkozi et BHL qui ont détruit la lybie, aux Saoudiens qui financent et soutiennent le terrorisme dans le monde et qui détruit le yemen devant l’ONU et les pays de droit de l’homme et de la femme. Oa a l’impression d’être devant des amateurs en politique internationale et en géopolitique. un an passé et la crise sociale des gilets jaunes n’a pas résolu, alors comment vous voulez que ce gouvernement qui ne pense qu’à vider les poches des français trouve des solution pour des conflits et des zones de tension sur la scène internationale. La est devenu un géant sans coeur et sans jambes ni mains... même face à la Turquie est inmpuissant.

     

    Répondre à ce message

  • #2333671
    Le 1er décembre à 17:41 par delphin
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    Mr Lugan dit tout haut ce que tout le monde devine tout bas : nous sommes face à un problème qui n’est pas foncièrement militaire, mais strictement (géo)politique....

    A savoir, le manque de reconnaissance des peuls et des touaregs face à un état corrompu et erratique. Autant dire que nous pouvons être là encore dans 40 ans....
    La question économique est un peu trop passée sous silence, tout le monde sait que l’axe de shanghaï attend son heure.

     

    Répondre à ce message

  • #2333712
    Le 1er décembre à 18:49 par Opération Dragon
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    L’année 2019 a enregistré des cas de trafic de drogue importants au Sénégal. Ces faits se sont superposés à différents cas de faux monnayage dont le plus récent implique un député. Le Sénégal est il devenu un pays narcotrafiquant ?

    Sur une vidéo circulant dans les réseaux sociaux des passagers sénégalais ont été isolés pour un contrôle plus soutenu. Les événements se sont passés à l’aéroport John Fitzgerald Kennedy de New York.

    Cet incident survient alors que l’affaire du député Seydina Fall Bougazelli accusé de trafic de faux billets reste pendante devant la justice. D’autres célébrités avaient auparavant été poursuivies pour le même délit à savoir le chanteur Thione Ballago Seck et plus récemment le jeune rappeur Ngaaka Blindé. Dans la vidéo on peut entendre l’un des témoins déclarer : “ils isolent les passagers sénégalais pour les contrôler parce que selon eux le Sénégal serait particulièrement touché par le fléau du trafic de billets de banque“.

     

    Répondre à ce message

  • #2333719
    Le 1er décembre à 19:01 par domus
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    "Voilà pourquoi, pariant sur notre lassitude, les islamistes attaquent les cadres civils et les armées locales, leur objectif étant de déstructurer administrativement des régions entières dans l’attente de notre départ éventuel, ce qui leur permettrait de créer autant de califats." Oh, comme c’est étonnant ! toujours les mêmes qui font chier le monde sur cette planète ! Et des jeunes français meurent encore pour ça hélas.

     

    Répondre à ce message

    • #2333799
      Le 1er décembre à 20:50 par jeff
      Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

      Tout a fait d’accord toujours les memes qui font chier la planete entiere, ce sont les memes qui mettent la Libye la Syrie l’Irak l’Afghanistan a feu et a sang, qui bombardent les civils et destabilisent les pays du moyen orient,
      Les occidentaux et leur acolytes sionistes, c’est bien a eux que tu pensais ?
      Otes moi d’un doute

       
  • #2333937
    Le 2 décembre à 00:33 par Dugouts
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    @titus tu es un parfait inculte ! Le Franc CFA n’a rien à voir avec la France ??? Renseigne toi avant de dire de telles sottises !!!!

     

    Répondre à ce message

  • #2334006
    Le 2 décembre à 08:29 par Jean Jacques Bédouin
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    Putain l’Opération Bécane ,je pensais que c’était pour chopper le mollah Omar et sa mobylette

     

    Répondre à ce message

  • #2334153
    Le 2 décembre à 13:00 par Le Cynique
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    On se demande bien qui a dessiné ces frontières débiles et contre-natures...

     

    Répondre à ce message

  • #2334200
    Le 2 décembre à 14:22 par goyband
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    https://www.orano.group/fr/expertis...

    https://orano.group/fr/expertise-su...

    Est-ce suffisant pour Mr Lugan ?
    Si pas encore, on va préciser qu’en matière d’approvisionnement d’uranium et lorsqu’on est une puissance nucléaire civile et militaire, ce qui compte et par ordre décroissant de priorité :

    - Souveraineté par rapport à l’approvisionnement.
    - Taux de richesse du minerai.
    - Production du site.
    - Diversification des approvisionnements.

    Ce que raconte Lugan, c’est que le Niger n’est pas le Canada (N°1 mondial) en quantité et qu’il existe d’autres sites qui produisent plus que le Niger.

    Soit.

    En revanche, ce qu’il oublie surtout de dire, c’est qu’au Niger, même en partenariat, la France est quasi souveraine sur l’exploitation de son Uranium et qu’en interne, les boites privées qui bossent pour elle, doivent surtout gérer les grognes salariales locales.

    Alors que si la France ne dépendait uniquement que du Kazakhstan, de la Russie ou de l’Ouzbékistan, elle serait alors en très grande insécurité énergétique, contrairement à ce qu’il raconte.

    Et il n’est pas étonnant que Merkel ne veuille pas y mettre les pieds, l’Allemagne n’est pas une puissance nucléaire.
    Les élites Françaises demandent une armée Européenne pour l’aider au Sahel, or l’Allemagne n’en veut pas alors qu’elle est touchée également par le Djihadisme.
    Par conséquent, cela signifie donc que le véritable enjeu de la présence Française au Sahel n’est pas la lutte contre le Djihadisme pour la sécurité des Français.

    Les démocraties dépendent des opinions publiques pour fonctionner.
    Si l’opinion publique n’adhère pas, alors pas de financement pour sa souveraineté énergétique, donc pas d’Armée Française au Sahel.

    Les Peuls, les Touaregs, c’est un roman pour faire adhérer les opinions publiques.
    Ce n’est pas plus compliqué que cela.

    D’autre part, il est évident que si la France ne protégeait pas ses intérêts en Afrique, d’autres le feraient à sa place, à commencer par la Chine, les Coréens et les US.

    Le Mali représente donc un double enjeu géostratégique et géopolitique pour la France, d’où son combat contre le Djihadisme au Sahel, Wahhabisme qui, rappelons-le, vient d’Arabie Saoudite, l’allié historique des US dans la région.

     

    Répondre à ce message

    • #2334339
      Le 2 décembre à 18:52 par Titus
      Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

      @goyband



      Est-ce suffisant pour Mr Lugan ?




      Ça confirme précisément les chiffres avancés par Lugan qui montrent que l’uranium du Niger ne représente qu’une faible partie de notre approvisionnement...



      Les Peuls, les Touaregs, c’est un roman pour faire adhérer les opinions publiques.




      Va dire ça aux Peuls et aux Touaregs...
      Le fait ethnique, que tu nies pour une raison obscure, est un déterminisme majeur en Afrique, car les Africains sont fondamentalement racistes.

       
    • #2334360
      Le 2 décembre à 19:35 par goyband
      Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

      @Titus , "faible partie", relisez-attentivement les liens postés.
      Quantitatif ne vaut pas qualitatif.
      Les liens montrent que le Niger est vital pour la souveraineté énergétique de la France.
      Ce n’est pas un problème quantitatif.

      Quant au concept de "pacification", il est consubstantiel au concept de fabrication de l’ennemi.
      C’est ce dernier qui entraine le premier et vient chercher l’adhésion des opinions publiques.

      Là aussi, ce n’est pas un problème de négation génocidaire ou de faits ethniques.
      Bientôt BHL va nous faire croire le contraire, vous verrez.

      NB : La France défend également les intérêts espagnols et japonais au Sahel.
      Il suffit de faire quelques recherches.

       
  • #2334235
    Le 2 décembre à 15:12 par spartacus974
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    "Au Sahel, nos Armées ne mènent en effet pas la guerre pour des intérêts économiques."
    Nos soldats combattent probablement pour sauver la veuve et l’orphelin......
    J’ai l’impression que Bernard Lugan prend ses désirs pour la réalité avec tout le respect que j’ai pour son travail et sa connaissance de l’Afrique.Il serait tellement plus réconfortant de savoir que notre armée se bat pour une noble cause mais cela appartient à la mythologie.Les guerres visent toujours à s’accaparer un butin pris à l’ennemi.L’esprit chevaleresque a disparu il y a bien longtemps si tenté il ait existé un jour.

     

    Répondre à ce message

  • #2334343
    Le 2 décembre à 18:57 par Dandy
    Opération Barkhane : une mise au point nécessaire

    Des conneries, on en a lues... mais là, M.Lugan, vous êtes hors concours ! Prétendre que l’intervention française au Mali qui dure depuis plusieurs années est désintéressée, il fallait quand même oser. Et les bases françaises au Sahel, c’est des clubs de vacances ? Franchement, heureusement que le ridicule ne tue plus... on aurait à déplorer une quatorzième victime !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents