Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

Note de la rédaction

ERFM vous propose d’aider au développement de la radio d’E&R en nous envoyant des interludes via l’adresse interludes@erfm.fr. Si un passage audio vous paraît drôle, significatif ou fait référence à l’univers de la dissidence, vous pouvez nous envoyer un lien YouTube avec le minutage du passage et il sera diffusé sur ERFM après vérification. Merci à vous !

L’atelier Clefs de lecture a pour vocation de fournir une aide à ceux qui ont des difficultés à lire. L’objectif est de choisir une œuvre connotée « dissidence » et réputée ardue afin de l’étudier sur plusieurs séances. Le principe est d’aider à la compréhension de textes obscurs en donnant des clefs de compréhension afin de déverrouiller le texte.

Cette émission d’ERFM est produite en collaboration avec la section Île-de-France d’Égalité & Réconciliation.

 

La bourgeoisie est une classe qui a bouleversé l’histoire. Telle une bête sauvage, elle se déchaine depuis 1789 et étend sa domination économique et idéologique jusqu’à nos jours. Ce numéro de Clefs de lecture vous permettra de comprendre comment la bourgeoisie fait pour garder, justifier et étendre cette domination depuis plus de deux siècles.

 

Le sommaire :

01’30 : Objectif de cet épisode
02’59 : Plan
04’58 : La phénoménologie de la bourgeoisie
05’06 : Première clef : La phénoménologie et la logique
06’37 : Le capitalisme concurrentiel libéral ou la naissance des couches moyennes salariées
07’36 : Le romantisme
08’13 : Le positivisme
08’31 : Le romanesque
08’53 : La structure de la famille bourgeoise
10’58 : Le capitalisme monopoliste ou le développement des couches moyennes salariées
14’18 : Comment la bourgeoisie règle ses contradictions internes
16’26 : L’intellectuel et l’artiste
18’11 : Seconde clef : la critique marxiste de la psychanalyse
21’01 : Le capitalisme monopoliste d’État ou la prise de pouvoir des couches moyennes salariées
22’35 : Le culturo-mondain

 

Écouter l’émission :

 

Pour écouter l’émission en podcast, rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Clefs de lecture, sur ERFM :

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2294241

    Oouuuf, ça fait du bien d’entendre du sérieux. Merci pour cette émission !

     

    Répondre à ce message

  • #2294387

    " Le riche est une brute inexorable qu’on ne peut arrêter qu’avec un paquet de mitraille dans le ventre " (Léon Bloy, Le sang du pauvre, 1909) .

     

    Répondre à ce message

  • #2294425
    Le 9 octobre à 17:01 par Atos, Portos et Aramis
    Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

    Un grand merci à l’auteur des Clés lecture pour ce travail salutaire sur la pensée de Clouscard. Vraiment c’est une excellente initiative.

    Ce qui est drôle c’est qu’en écoutant ces podcasts je me rends compte que je n’avais pas compris 10% du livre Critique du Libéralisme Libertaire à l’époque ou je l’avais lu. Ça parait tellement plus limpide quand quelqu’un de compétant essai de vulgariser ce contenu.

    J’aimerais savoir si il existe une version papiers des Clefs de Lecture par exemple sous forme d’article (ou même de livres que je m’empresserais d’acheter). Vraiment ca m’intéresse (et je suis certain de ne pas être le seul).

    Ce qui est sur c’est que je m’imposerais une nouvelle lecture du Livre (voir du triptyque) après cette série d’émissions.

    Encore merci et bravo pour ce travail. On attend la suite avec impatience.

    Continuez

     

    Répondre à ce message

  • #2294430
    Le 9 octobre à 17:10 par Atos, Portos et Aramis
    Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

    J’en profite aussi pour poser une question que j’avais oublié d’insérer dans mon précédent commentaire.

    Est ce qu’une bonne âme aurait l’amabilité de revenir en quelques lignes sur ce qui constitue : " La limite de la théorie de la connaissance de Kant " ?

    L’auteur de l’émission explique que c’est par ce moyen que les Neo Kantiens ont pu détourner le Kantisme pour en faire un outil contre-révolutionnaire. Mais je n’ai pas bien compris en quoi. Je n’ai pas non plus saisi la notion d’inconnaissable chez Kant.

    Idem pour le concept de "antéprédicatif".

    Merci par avance.

     

    Répondre à ce message

    • #2294549

      Cherchez du côté du concept du noumène et du phénomène et de l’impossibilité d’expliquer le réel uniquement par sa représentation selon Kant. Une thèse reprise par la bourgeoisie au pouvoir qui cherche à le maintenir en appliquant le néokantisme au politique afin de masquer les rapports de production.

      Le rattachement au politique, j’ai trouvé sa justification, n’étant pas philosophe, par la définition non tronquée d’Aristote à propos de l’homme animal politique social car doué du logos (parlé, écriture, raison, logique) :

      « Mais que l’homme soit un animal politique à un plus haut degré qu’une abeille quelconque ou tout autre animal vivant à l’état grégaire, cela est évident. La nature, en effet, selon nous, ne fait rien en vain ; et l’homme seul de tous les animaux, possède la parole. Or, tandis que la voix ne sert qu’à indiquer la joie et la peine, et appartient aux animaux également (car leur nature va jusqu’à éprouver les sensations de plaisir et de douleur, et à se les signifier les uns aux autres), le discours sert à exprimer l’utile et le nuisible, et, par suite aussi, le juste et l’injuste ; car c’est le caractère propre à l’homme par rapport aux autres animaux, d’être le seul à avoir le sentiment du bien et du mal, du juste et de l’injuste, et des autres notions morales, et c’est la communauté de ces sentiments qui engendre famille et cité » - ARISTOTE. (330 av. J-C.) - La Politique. I, 2. (Traduction Jules Tricot).

      Soit aucune subjectivité, ni abstraction dans cette affaire.

      Que le capital, avec son baratin qui ne cesse de se dégrader, essaye de réifier en un énième mythe fondateur du « vivre ensemble », à mourir de rire.

       
    • #2294819
      Le 10 octobre à 08:09 par pin-parasol
      Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

      Bonjour,

      Pour Kant et son indéterminisme (qui est toujours d’actualité en sciences et recherche fondamentale ! voir mécanique quantique et son principe d’incertitude de Einsenberg)

      Citation de Kant : « Quand même nous pourrions porter notre intuition à son plus haut degré de clarté, nous n’en ferions point un pas de plus vers la connaissance de la nature même des objets » ou encore « nous acquérons par là un objet de plus pour la perception mais notre concept à propos de l’objet ne se trouve pas accru par là »

      pour info j’ai écrit un bouquin où je parle de la relation entre la recherche fondamentale et Kant ;
      Nous sommes toujours dans l’inconscient collectif de l’incertitude et la science nouvelle forme de religion (décadente) n’échappe pas à cette contradiction...
      bonne lecture : http://fpoinsot.free.fr/Marx/marx

       
    • #2295555

      @ pamfli :

      Merci pour votre réponse



      Cherchez du côté du concept du noumène et du phénomène et de l’impossibilité d’expliquer le réel uniquement par sa représentation selon Kant. Une thèse reprise par la bourgeoisie au pouvoir qui cherche à le maintenir en appliquant le néokantisme au politique afin de masquer les rapports de production.



      Votre passage que je cite ci-dessus me semble assez claire, mais justement n’auriez-vous pas un article ou un quelconque texte (voir même vos propres termes) par lesquels je pourrais poursuivre cette vulgarisation accessible pour un modeste comme moi ? En tout cas merci pour ces quelques ligne qui me permettent déjà de’y voir un peu plus claire.

      @Pin-parasol :

      Merci pour votre aide. Je tenterais la lecture de votre livre, si ce n’est en entier (par manque de temps), au moins les passages qui m’aideraient à comprendre la théorie de la connaissance et sa récupération néo kantienne.

       
    • #2296393

      @ anonyme je vous remercie,
      L’antéprédicatif, sorte de moi réflexif (la conscience qui dialogue avec elle-même pour atteindre la raison et non le rationnel ce qui est différent) a abouti à la tautologie sartrienne de l’existentialisme pour donner « l’existence précèdent l’essence. ». Comme très peu font cet effort et que la pression du marketing est là (cf “La Culture du narcissisme” ce fléau qui ronge notre société ... du sociologue américain Christopher Lasch) contrairement au personnage Colin passant de l’hédonisme narcissique flottant au-dessus de L’écume de jours de Boris Vian avec Jean Sol Partre, à, vers la fin du roman, un individu plus épais, le syllogisme Cogito sum aboutit inéluctablement à la situation d’aujourd’hui « L’enfer c’est les autres ». Ainsi les conflits permanents se traduisent en procédures judiciaires au tarif de 5 000 euros la saisine jusqu’à la plaidoirie et ce, pour chaque itération judiciaire, pour souvent, au final être renvoyé dos à dos, le juge faisant généralement appel à la raison des parties et non à la logique du rationnel, du Logos, d’où l’enculerie du bourgeois par la parlerie (cf Francis Cousin et même le chef-d’oeuvre Les Méfaits des intellectuels d’Edouard Berth).

      L’autre forme d’antéprédicatif est celle d’Husserl :
      http://clouscard-alerte.org/index.p...

      Je n’ai pas compris cette autre forme de syllogisme ni ses effets dans le réel.

      La conscience qui dialogue avec elle-même ayant abouti au sac à merde, celui de refoulement dans l’inconscient de Freud, au chaudron d’or arc-en-ciel de la PNL, dans lequel l’individu peut désormais puiser afin de trouver des ressources non exploitées bah tiens !
      Une nouvelle manifestation de l’inconscient de l’inconscient aboutissant tout au plus à un effet placébo avec à la fin un pti billet à lâcher.

      Sauf erreur de ma part.

      Concernant ces clés de lecture, c’est du bonheur, merci E&R pour tous ces dons, ah oui vous avez les bouquins de KK notamment de Michel Clouscard, Le Capitalisme de la Séduction est accessible.

       
    • #2296495

      Bonjour Monsieur Pamfli,

      Vous dites :

      " La conscience qui dialogue avec elle-même ayant abouti au sac à merde, celui de refoulement dans l’inconscient de Freud, au chaudron d’or arc-en-ciel de la PNL, dans lequel l’individu peut désormais puiser afin de trouver des ressources non exploitées bah tiens !
      Une nouvelle manifestation de l’inconscient de l’inconscient aboutissant tout au plus à un effet placébo avec à la fin un pti billet à lâcher."

      Je me demandais si Sigmund n’avait pas lâcher lui même quelque piste de compréhension, quand il dit par exemple dans son introduction à la psychanalyse :" Je suis donc en droit de dire que la psychanalyse proprement dite ne date que du jour où on a renoncé à avoir recours à l’hypnose."
      Ou Martha Freud n’arrivant pas à allaiter ses enfants eu recours à l’hypnose dit :" J’ai eu honte de voir qu’une chose comme l’hypnose puisse obtenir des résultats là où toute la force de ma volonté était impuissante." D’ailleurs Dans le livre de Mikkel Borch-Jacobsen sur Le Freud d’avant la psychanalyse, il dit :" C’est le seul récit de cas publié par Freud durant toute sa carrière qui fasse état d’un succès thérapeutique, et il s’agit d’un cas de guérison par l’hypnose.

      Ce qui amenait à dire à je ne sais plus qui, que quand il y a succès thérapeutique en psychanalyse c’est l’hypnose qui en ait responsable. ( peut-être Lacan mais pas sūr).

      Je trouve cela très drôle et très léger ce qui m’amène à penser que peut-être les choses sont beaucoup plus simple qu’on ne croit. Au pire ce que l’on peut reprocher à Freud, c’est d’avoir compliqué les choses mais pas plus.

      Cordialement

       
    • #2296862
      Le 13 octobre à 01:35 par Atos, Portos et Aramis
      Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

      @ Pamfli :

      Un très grand merci pour ce lien qui à l’air juste parfait. C’est totalement le genre de dossier que je cherchais pour m’aider à approfondir. En favoris direct !

       
  • #2294460

    Très intéressant mais vu la densité du sujet traité, je pense qu’il faudrait au moins une heure d’exposé.

     

    Répondre à ce message

  • #2294587

    La plupart pour pas dire la majorité des artistes romantiques n’étaient pas bourgeois : ils galéraient, à bouffer des patates et à vivre de magouilles, la plupart sont morts dans l’anonymat. Au contraire ils étaient contre la bourgeoisie. Nan ?
    Mais ils étaient aussi contre l’académisme, ce qui fait que certains les plus connus, entre littéraires et peintres, ont exprimer une certaine mystique en retournant à la source de tradition, de l’instinctif, c’est ce que je vois, le reste... a été rattrapé par le marché etc. et c’est parti en quenouilles, art abstrait etc.

     

    Répondre à ce message

    • #2295034
      Le 10 octobre à 13:56 par Atos, Portos et Aramis
      Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

      Il y avait beaucoup de romantiques dans la petite bougeoisie voir même dans la noblesse (Goethe par exemple). C’est même essentiellement dans ces milieux qu’on retrouve les plus connus.

      Et justement ils étaient "contre" la bourgeoisie ou plutôt l’idéologie bourgeoise tout en en faisant partie. D’ou le malaise et la névrose qui les caractérisent.

       
  • #2294599

    Bonjour,
    J’ai beaucoup apprécié ERFM jusqu’à il y a quelques mois, un écran blanc s’affiche, et tout se bloque (sauf retour à la page précédente).
    Est-ce qu’il faut maintenant s’abonner pour ERFM ?

    Ps : J’utilise un Smartphone.

    Remerciements

     

    Répondre à ce message

  • #2295087
    Le 10 octobre à 15:07 par Pierre Rochat
    Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

    Je me joins aux commentateurs qui vous remercient pour cette excellente émission. Comme dit plus haut, il serait opportun de pouvoir bénéficier du texte de l’émission.
    De manière globale, je dirais que le format est inadapté au contenu.
    En effet, le contenu de l’émission est très riche et dense et il est difficile de suivre parfois, moi en tout cas je dois souvent mettre pause et revenir en arrière. Et, si je ne m’abuse, il me semble bien que l’auteur lit son intervention... Donc autant la rendre disponible en version écrite, papier et / ou numérique !

     

    Répondre à ce message

  • #2297163
    Le 13 octobre à 17:52 par Val guest
    Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

    Il y a une chose que je ne comprends pas c’est que Clouscard qui nous aide à repérer les intellectuels du système est lui-même désigné par Francis Cousin comme un pur intellectuel du système... Est-ce qu’un érudit pourrait m’éclairer sur ce point ? Merci.

     

    Répondre à ce message

    • #2297510
      Le 14 octobre à 10:45 par Atos, Portos et Aramis
      Clefs de lecture #7 – La phénoménologie de la bourgeoisie

      Bonne question.

      j’ai le sentiment que pour Cousin, tout ce qui n’est pas pour l’abolition de l’état et de l’argent ne vaut rien... Ce qui fait effectivement un paquet de monde

       
  • #2298006

    Quelqu’un peut me détailler cette histoire d’inconscient de l’inconscient ? Je suis pas sûr d’avoir saisi.
    Si quelqu’un peut le faire de la manière la plus détaillée possible, je lui en serais reconnaissant !

     

    Répondre à ce message