Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Conférence d’Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

Grand succès pour la conférence commune d’Alain Soral et de l’écrivain politique italien Gabriele Adinolfi.

Nous étions 300 personnes pour assister à ce passionnant débat entre les deux écrivains. Déjà la veille, entre près de 150 personnes avaient pu rencontrer les auteurs lors d’une dédicace publique.

Dédicace qui fut suivi d’un dîner où les militants d’E&R ainsi que des membres d’autres réseaux ou associations ont pu profiter de la disponibilité de nos deux invités jusque tard dans la nuit...

Un week-end sur les chapeaux de roues qui restera dans les mémoires de tous les participants. Cet évènement fut une réussite à tous les niveaux. Tant dans son organisation, grâce à l’engagement et l’efficacité des personnes nous ayant aidés à sa concrétisation, que par la qualité des interventions de messieurs Soral et Adinolfi.

Cet évènement a aussi montré que la demande pour ce type d’évènement est forte dans une ville comme Nice. Ville où ne vivent pas que des jet-setters cocaïnomanes ou des oligarques dégénérés comme on voudrait le faire croire au reste de la France.

Ces deux journées, qui sont le fruit d’un travail de longue haleine pour arriver du projet à sa concrétisation, ont démontré qu’il y a bien un fort public dissident dans la cinquième ville de France.

Reste maintenant à pérenniser cet évènement par des rencontres et activités futures. Cet évènement a aussi démontré que l’on peut très bien, en tous cas à Nice, discuter et débattre sereinement entre alter-nationalistes et identitaires.

Cela si l’on sait sortir des logiques biaisées et binaires comme l’ont justement rappelé nos deux invités tout au long de leurs passionnants entretiens.

Au centre de différents réseaux alternatifs locaux, cet évènement n’est que le début de la renaissance d’une Nice dissidente et non-alignée.

Nous nous excusons encore auprès de ceux et celles qui n’ont pas pu avoir des places pour la conférence mais compte tenu du nombre élevé de demandes, il y aura surement lieu de recommencer cet évènement dans quelques mois ou l’année prochaine.

Encore merci à tous les volontaires, au patron de la salle et à nos amis restaurateurs de la veille.

L’équipe d’ER Nice et le site les-non-alignes.fr

 

La conférence :

 

Questions du public :

 

Retrouvez les derniers ouvrages d’Alain Soral sur Kontre Kulture :

 

En savoir plus sur le nationalisme révolutionnaire italien, avec Kontre Kulture :

 

 

Transcription de la conférence

 

Interventions d’Alain Soral

 

Alain Soral : On va déjà remercier E&R Nice d’avoir organisé cette conférence, parce qu’il ne faut pas oublier que tout cela fonctionne grâce à un réseau de militants. Donc je remercie les gens qui nous accueillent et qui ont organisé cette conférence. Dans une ville communiste, trouver une salle pour ce genre d’événement, c’est une gageure. (…)

La domination sur l’Europe passe en général par la mise au pas de la France.

Le côté très intéressant de l’expérience de mon camarade, c’est qu’en Europe, il y a eu un endroit où s’est jouée cette manipulation qui poussait l’extrême gauche contre l’extrême droite, c’est-à-dire la jeunesse idéaliste et engagée, afin de s’annuler réciproquement : c’était l’Italie. En Allemagne, il y a eu la bande à Baader. Il n’y avait pas tellement l’extrême droite en face, à cause du pathos national-socialiste et de la culpabilité nazie. En France, il ne s’est rien passé en réalité, ce dont on peut se réjouir, à part Action directe. Il y a eu très peu de passages à la lutte armée. En mai 68, c’est quelque chose de très étudiant, de très culturel. En Italie, par contre, tout s’est joué…

L’Italie des années soixante-dix est un très bon laboratoire pour comprendre comment le pouvoir, que moi j’appelle « le pouvoir impérial », manipule la jeunesse, notamment idéaliste du monde étudiant, pour pousser [les jeunes] les uns contre les autres, afin d’annuler totalement leur potentiel d’émancipation et de prise de conscience des rapports réels, afin que le pouvoir se maintienne toujours sur une logique de pourrissement. Et c’est vrai que c’est très intéressant, parce que la France d’aujourd’hui, à mon avis, est un enjeu majeur puisque, historiquement, c’est un modèle alternatif au modèle anglo-saxon ; et la domination sur l’Europe passe en général par la mise au pas de la France. 

D’ailleurs, il y avait des déclarations qui disaient que la France devait être punie pour son espèce d’indépendance, dont les dernières traces remontent au gaullisme, pour ceux qui comprennent bien. Et finalement ce qui s’est joué en Italie dans les années soixante-dix, avec la stratégie de la tension, dont le point culminant était l’attentat de Bologne, qui est quelque chose de monstrueux puisque c’est un attentat dans une gare, où il y a plus de quatre-vingts morts, attribué je crois à l’extrême droite, afin de pousser au massacre des militants d’extrême droite, notamment d’ailleurs par les militants d’extrême gauche, alors qu’on sait qu’en dernière instance, c’est une bombe qui est posée par les services secrets. On est dans des manipulations meurtrières, ce qui d’ailleurs vous fait bien comprendre que le pouvoir occulte, le pouvoir profond, est capable de recourir à des massacres sur ses propres populations. Si on comprend l’attentat de Bologne, qu’on sait que cet attentat de Bologne est une manipulation politique de services, on peut aussi comprendre que le 11 Septembre est peut-être une manipulation aussi.

Il faut admettre, casser ce carcan de naïveté, que les États profonds sont capables, pour maintenir le pouvoir, par une vieille stratégie de diviser pour régner, de poser des bombes, de tuer des gens dans les populations civiles, etc. C’est important de le comprendre, et notamment de comprendre les dangers de manipulation, notamment chez les jeunes qui sont souvent extrémistes, révolutionnaires, pressés et très manipulables. Et, comme le disait Gabriele, ce qui s’est passé en Italie dans les années soixante-dix peut aider à comprendre ce qui se passera en France aujourd’hui et demain, dans un autre contexte puisqu’on a effectivement une très grande domination sur le milieu étudiant et sur le milieu culturel de gauche des réseaux trotskistes en France, dont le fleuron le plus emblématique est Daniel Cohn-Bendit. Ces trotskistes sont ouvertement aujourd’hui des atlantistes libéraux. Regardez récemment le commentaire très agressif de Cohn-Bendit envers Chavez mort. Il a été le plus anti-chaviste de tous. Et aujourd’hui, de façon très habile, après avoir joué notamment la carte de l’immigration contre la population de souche au nom de la chance, etc., ils se sont servis d’une diabolisation de l’Islam et de manipulations qui remontent au 11 Septembre pour finalement inverser leurs alliances et faire de l’ancienne chance pour la France immigrée un dangereux islamiste. Et l’on voit que dans un premier temps, on nous a construit des soi-disants réseaux islamistes arabo-maghrébins, et que même aujourd’hui on est en train de nous construire des soi-disants réseaux islamistes maliens, ce qui permet de manipuler des jeunes issus de l’Afrique saharienne et sub-saharienne, c’est-à-dire des Noirs et des Maghrébins, pour s’en servir dans une stratégie d’horizontalisation des luttes ou plutôt qu’il y ait une solidarité des dominés contre cette manipulation ultraviolente qu’ils appellent le « Nouvel Ordre mondial », qui est le néocapitalisme financiarisé ultraviolent, on pousse aujourd’hui, et c’est très important de le comprendre, parce que ça explique notamment la démarche d’E&R, on pousse le petit peuple, manipulé et victime, à la guerre civile horizontale, notamment sur une ligne ethnico-religieuse, entre soi-disant Français de souche et Français d’origine immigrée, requalifiés en islamistes potentiels. Et là vous pensez à Merah, qui permet d’ailleurs à Netanyahou de venir à Toulouse et de faire chanter « Israël vivra » au gouvernement socialiste. Donc ce sont des schémas globaux qu’il faut bien comprendre, et, comme je le disais, on a le recul historique pour savoir exactement ce qui s’est passé en Italie, et réellement ce n’est pas du complotisme ou du délire.

Toutes les preuves sont là, et il est très important de comprendre l’histoire de l’Italie des années soixante-dix pour comprendre le piège qui nous est tendu, avec les mêmes méthodes profondes de diviser pour régner, de manipulation, de pousser aux extrêmes, sur un peu d’autres critères puisqu’on est aujourd’hui sortis d’un critère droite-capitalisme/communisme. On est plus sur un critère Occidentaux chrétiens/danger islamisme radical. Et c’est très important de comprendre ce contexte et ces pièges parce que notre alternative ce sera : est-ce que l’on tombe dans ce piège ou est-ce qu’on y échappe ? Et vous voyez bien que toutes les forces et de droite et de gauche nous y poussent, puisqu’aujourd’hui les trotskistes montrent du doigt les musulmans au nom du danger de l’islamisme, en prétendant défendre la laïcité. Et vous voyez bien notamment l’évolution de Charlie Hebdo, qui est un bastion trotskiste historique, qui aujourd’hui relaye la propagande danoise d’extrême droite sur les caricatures de Mahomet, dans le but de pousser, en humiliant les musulmans pauvres, de les pousser à la radicalisation. Et c’est tout ça qu’il faut bien analyser, quel que soit son sentiment profond et ses colères profondes ou ses réactions d’angoisse par rapport à un monde qui nous échappe. C’est comprendre les manipulations, et au moins quand on choisit des positionnements, de savoir si ce sont des positionnements intelligents ou si on est victime d’une manipulation supérieure, dans laquelle en dernière instance on fera partie des perdants. C’est comme ça que je commenterais cette première partie.

Concernant le bouquin La France orange mécanique, effectivement je pense que les gens ont regardé récemment l’émission de Ruquier où le jeune homme est venu présenter ce bouquin. C’est très intéressant à étudier, parce qu’un Français honnête qui voit ça est d’instinct avec l’écrivain du livre, tellement c’est scandaleux la façon dont les petits privilégiés médiatiques qui étaient là le méprisent, lui crachent à la gueule, disent des absurdités comme quoi on peut faire tout dire aux chiffres. Non. Quand il y a une multiplication, par un certain nombre de facteurs, de cambriolages, de viols, etc., ce sont des phénomènes objectifs. Le problème, c’est qu’à un moment donné on voit que finalement ce genre de livre qui n’aurait pas pu être publié il y a quelques années, le système les accompagne de façon assez subtile parce qu’en plus il donne accès aux médias à ce genre de livre qui avant était totalement je dirais… empêché, parce qu’il ne faut pas oublier que d’être invité chez Ruquier, c’est quelque chose d’important comme décision. Vous avez remarqué que moi, j’ai publié un livre il y a deux ans, qui s’appelle Comprendre l’Empire. J’en ai vendu 50 000, je n’ai pas été invité chez Ruquier. Donc, il y a le diabolisé qu’on invite, et le diabolisé qu’on n’invite pas. Et quand on voit ce livre, La France orange mécanique, le constat est objectif, il est vrai.

Il y a un ensauvagement de la France, une montée de la délinquance, une montée de la criminalité, qui a forcément un lien avec l’immigration. C’est une évidence qu’on ne peut pas nier, etc. Mais après, on voit très bien qu’il y a dans ce constat une volonté de n’être que sur les effets et de ne pas remonter aux causes. Et donc, en fait, il y a quand même une manipulation politique assez habile, en laissant s’exprimer un auteur de livre, en l’agressant pour que nous on prenne parti pour lui, c’est assez habile, et pour finalement tomber dans une réaction, je dirais, assez immédiate de colère qui nous empêche finalement l’analyse des causes. C’est l’analyse des causes qui produit un effet politique, je dirais… possiblement positif. Et ce qui est assez intéressant, parce que moi c’est un sujet qui m’intéresse, c’est qu’à la fois je me retrouve solidaire avec l’auteur du livre quand je le vois passer à l’émission, j’admets que son constat est totalement vrai, et que c’est stupide de la nier, et en même temps, je me dis : « À quoi sert ce livre et pourquoi finalement, en même temps qu’on dit que c’est un livre maudit, tous les médias en parlent ? » En ce moment, effectivement, il y a eu un retournement d’alliance, comme je le dis, où aujourd’hui les gens qui sont au pouvoir et qui ont une énorme crise à gérer, qui est une crise objective, ont besoin de dévier les colères pour que ces colères ne remontent pas à eux, et si on remonte à eux, on remonte à Wall Street, on remonte à la vision du monde d’Attali, on remonte au capitalisme financier, et qui d’ailleurs produit aussi la délinquance de banlieue. Il ne faut pas oublier. Les délinquants de banlieue finalement sont des libéraux du sous-prolétariat. Ils sont sur ce modèle-là. Et aujourd’hui, on donne au peuple le droit finalement d’exprimer sa colère contre ces gens et contre les effets de toute cette manipulation. Et ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le pouvoir en place veut que notre colère se déverse sur ces nuisances qui sont réelles, mais sans jamais vouloir les amoindrir et les atténuer, parce que si jamais on règle ce problème-là, on s’en prendrait après aux causes.

Donc il y a une double stratégie aujourd’hui qu’il faut comprendre, c’est qu’on laisse s’exprimer la colère, notamment sur l’immigration, et on a aujourd’hui le droit de montrer du doigt et de stigmatiser des gens qu’on n’avait pas le droit de stigmatiser avant. C’est-à-dire qu’on a d’autant plus envie de le faire que ça nous a été interdit pendant des années. Mais à aucun moment le pouvoir politique ne va freiner l’immigration ou lutter efficacement contre l’immigration. C’est même l’inverse. Ils montrent à la fois du doigt une jeunesse immigrée, chômeuse et ré-islamisée, et en même temps ils font tout pour qu’elle se maintienne dans le chômage, que l’immigration continue, et que l’Islam s’installe en réalité par tous les moyens. Donc on voit bien cette stratégie de la tension, de la délation, de la colère et c’est pour ça qu’il faut avoir un niveau de plus de réflexion ; c’est de dire : ce constat est objectif mais qu’est-ce qu’il faut faire derrière, qui sont les responsables et qu’est-ce qu’il faudrait faire politiquement ? En fait, ce genre de bouquins pousse à la colère. Et après, on voit bien, quand on a une vraie culture politique, la malhonnêteté. Ruquier… Je me sers de cet exemple parce que je pense que beaucoup ont vu cette émission. Et Ruquier se dit : « Je ne sais pas quoi penser de vous parce que je ne sais pas d’où vous venez. »

Or ce n’est pas vrai. Moi, je sais exactement d’où vient le type qui a écrit le livre. Il suffit de regarder qui édite le livre. Ce sont les éditions Ring. Vous, les Niçois, vous savez un peu qui c’est. C’est David Kersan qui est derrière. David Kersan c’est le réseau Dantec, vous voyez ? Donc, en fait, ce sont des identitaires sionistes qui ont en réalité un gros soutien du pouvoir. David Kersan était invité dans un dîner privé à l’Élysée, reçu par Sarkozy. Il faut le savoir. Donc, en fait, les gens initiés, les gens qui ont la culture, savent très bien ce qui se joue en ce moment, et ils manipulent subtilement. Et ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’on manipule toujours sur des faits réels. Évidemment, on n’invente rien, on ne fabrique rien. Simplement, on regarde des lignes de force, on regarde des choses qui se passent, et on décide de plus ou moins s’en servir dans un sens ou dans un autre. Et aujourd’hui, la réalité objective, c’est qu’il y a une énorme crise économique qu’on ne peut plus cacher par de l’habillage et du baratin médiatique. On ne peut plus, comme dans les années quatre-vingts, revenir à Bernard Tapie, qui vous dit : « Gagnez, entreprenez, etc. » On est passé à un moment donné où le baratin médiatique ne peut plus cacher la crise, et qu’effectivement les politiques, qui sont des animateurs sans aucun pouvoir politique sur le politique réel, qui est en dernière instance l’économico-social, aujourd’hui sont des animateurs qui sont démystifiés comme purs animateurs et impuissants. C’est pour ça que Sarkozy était agaçant, Hollande est inexistant. Et le pouvoir de domination, qui est toujours un pouvoir de domination économique, vous donne le droit aujourd’hui d’être en colère et vous désigne contre qui vous devez être en colère, et cette colère est légitime, et celui qui vous est désigné mérite la colère. Et pourtant, tout ça va conduire à quelque chose de pourtant totalement stérile, dont vous serez les victimes, puisqu’il n’y aura plus au niveau du peuple que les victimes, et qui permet en dernière instance à ceux qui ont monté toute la combine, à ces tenants du système, de se survivre à eux-mêmes, de ne pas se faire attraper comme responsables, et même de se servir du chaos pour aggraver leur domination, avec la stratégie du pompier pyromane. C’est-à-dire qu’ils feront monter une violence horizontale, et ils vous proposeront de vous sécuriser en même temps alors qu’ils créent ses propres violences, exactement comme un racketteur vient mettre le feu à votre restaurant et le lendemain vous proposer de vous protéger contre les incendiaires. Le racketteur est toujours le protecteur et le menaçant. Et en fait, ces logiques mafieuses ne sont jamais que des applications très vulgaires du système de domination politique.

C’est ce que j’ai souvent dit dans mes livres. Le pouvoir politique ne ressemble pas à la mafia, c’est l’inverse. La mafia ressemble au pouvoir politique. Et c’est pour ça qu’il faut – enfin moi, c’est le travail que j’essaye de faire –, c’est comprendre comment ça marche, ne pas nier les colères, ne pas nier la réalité des problèmes, mais essayer de comprendre comment réagir intelligemment à cette réalité, à ces stimulus et voir à quel point le système est très pervers. Et cet exemple de La France orange mécanique est très subtil parce qu’effectivement, ce bouquin est vrai. Le mec est relativement respectable. Il se fait injurier dans les médias, ce qui donne envie d’être solidaire avec lui. Et pourtant, quelque part, il fait un sale boulot, et il le sait. Et moi, je sais qu’il le sait.

 

Présentateur : Que faire concrètement ?

 

Alain Soral : Je continue ma réflexion sur le pouvoir en période de crise. Ce qui est intéressant, c’est qu’on n’est plus dans l’époque des Trente Glorieuses où finalement, il y avait un taux de croissance élevé, un peu de redistribution, donc la situation était plus facile à gérer. Aujourd’hui, il y a une crise très très violente. On voit que le destin de la France est de passer par l’Italie, l’Espagne puis la Grèce, et à moins qu’une rupture politique radicale [intervienne], on n’y échappera pas. Or cette rupture politique radicale n’est pas possible, compte tenu de l’ingénierie politique en place, qui s’appelle la démocratie de marché et d’opinion, et ce qu’on appelle la démocratie représentative, qui est antidémocratique profondément. On a pu le vérifier par la manière dont l’Union européenne nous a été imposée malgré le référendum, etc. On a aujourd’hui toutes les preuves que tout ça n’est pas du complotisme ou du délire ou de la spéculation, mais que ce qui rend la période intéressante d’ailleurs, c’est que c’est une période d’accélération, d’aggravation, où tout devient assez lisible assez facilement, ce qui d’ailleurs explique qu’aujourd’hui les animateurs du système ne se fatiguent même plus à m’apporter la contradiction. Ils se disent : « Bon, on l’a cantonné sur Internet, au niveau quantitatif il ne touche pas encore assez de monde pour atteindre un seuil critique d’opposition problématique. » Donc aujourd’hui, on a presque une espèce de confort que je n’avais pas avant. C’est-à-dire qu’on fait silence, parce qu’il n’y a plus de critique à apporter, on le voit très bien. On se dit simplement que cette marginalité du commentaire et de la critique est gérable et n’est pas problématique.

C’est simple : mes vidéos qui font 200 000 personnes, sur TF1 un taux d’audience, c’est 5/6 millions. Ici on est 300, on n’est pas 30 000. À un moment donné, si au lieu d’être 300 on est 30 000, là, on accède à une phase révolutionnaire, mais tout est changé. Ça donne les années trente, le mouvement rexiste belge, la survie devient problématique… Donc là, on n’est pas encore dans une période très très dangereuse et on voit très bien qu’aujourd’hui le système oriente les colères : vous avez accumulé de la colère, de l’incompréhension, maintenant vous avez le droit de passer votre colère, on y va étape par étape, sur l’immigré musulman qui en plus a été éduqué de manière telle que vous avez beaucoup de choses à lui reprocher, ce qui est assez bien fait puisque le travail des éducateurs trotskistes en a fait des sauvageons pendant des années pour effectivement qu’au moment où l’on veut le bouc émissaire soit toujours bien choisi. C’est une phrase très importante qu’il faut comprendre. La stratégie du bouc émissaire, ça existe, mais le bouc émissaire est toujours bien choisi, sinon ça ne peut pas fonctionner. Vous ne pouvez pas écrire un Protocole des sages de Sion en expliquant qu’il y a un complot mondial des coiffeurs, ça ne peut pas marcher. Par contre, sur d’autres sujets, on se dit même si c’est un faux, c’est bien imité, c’est plausible.

Donc on a cette stratégie de désigner l’objet ou le sujet de votre colère, et puis aussi là on a les espoirs déviés. Effectivement, Beppe Grillo fait partie de cette stratégie. Il faut de l’espoir aujourd’hui, on sait que le politique est disqualifié. Maintenant, on vote systématiquement pour chasser celui qui est au pouvoir. Hollande est président parce que les gens voulaient virer Sarkozy. N’importe qui aurait été élu à sa place. Le système de domination a compris tout ça. Et il faut bien comprendre aussi, c’est important par rapport aux comiques et aux critiques d’institutionnels qui tapent tout le temps sur les politiques. Les politiques, finalement, sont des animateurs qui aujourd’hui servent de tampons entre le pouvoir occulte et la colère populaire. Donc finalement, agresser les politiques est devenu une stratégie facile et assez lâche. C’est pour ça que c’est fait par tous les comiques d’extrême gauche et les Porte, les Guillon, etc. C’est facile de se payer le politique. Finalement, il est là pour prendre les coups et finalement, ce n’est peut-être plus très stratégique, très intelligent et très courageux de s’en prendre à lui. Mais en revanche, ce pouvoir réel sait très bien que ces politiques qui sont disqualifiés mais qui sont là parce que la nature politique et sociale a horreur du vide, il va falloir créer de l’espoir. En Italie, on laisse monter un individu marginal, en général avec une espèce de conscience profonde libertaire, ce qui veut dire en général que ça n’aboutira jamais à rien, et c’est Beppe Grillo. Et là, la France a une certaine avance sur l’Italie, parce que nous, on a eu à l’époque Coluche. Coluche, c’était ça. Coluche, que j’ai connu – et j’ai bien étudié le phénomène Coluche –, qui est mort d’ailleurs de façon étrange, au moment où il y a eu le virage de la rigueur en France, c’est-à-dire que le Parti socialiste a décidé de passer au thatchérisme à la française et ça remonte du passage de Quinquin à Fabius, il a fallu accompagner cette poussée vers la misère de tout un pan du prolétariat français, qui a été l’abandon de l’industrie du Nord de la France, les industries lourdes, etc. Il a fallu accompagner cette stratégie de la misère faite par un gouvernement de gauche par une compensation dans l’espoir. Et c’est là où les réseaux trotskistes, via Romain Goupil et Attali, sont allés voir Coluche, qui était un mégalomane, politiquement inculte, parce que c’est toujours comme ça que ça fonctionne.

Dieudonné aujourd’hui est beaucoup plus cultivé qu’était un Coluche parce que Dieudonné a fait des rencontres que Coluche n’a pas eu le temps de faire à l’époque, et en fait ils sont allés flatter finalement un populiste sans culture politique pour lui faire faire les « Restos du cœur », c’est-à-dire, finalement, le régime politique socialiste, par des mutations économiques, pousse des prolétaires dans la misère et le chômage de longue durée, mais Coluche va leur donner à manger grâce à un système de substitution parfaitement apolitique, qui est la charité. C’est vous qui allez nourrir les prolétaires au chômage, que le Capital a mis au chômage. Finalement, c’est à vous de les nourrir, et ça a été le rôle objectif de Coluche. Il a fait les « Restos du cœur » avec la petite chanson avec Jean-Jacques Goldman, avec tout le système du charity business, et puis, à un moment donné, [il] a commencé à comprendre qu’il avait été manipulé et pris pour un imbécile, et là il a commencé à réfléchir et il a commencé à parler. J’ai écouté les bandes magnétiques du spectacle qu’il préparait avant de mourir au mois d’août, et qui devait être joué au mois de septembre, et il y parlait notamment de l’attentat de Bologne, et de la manière dont on manipulait les gens comme lui. Il avait pris cette conscience-là, et il voulait rentrer dans un vrai combat politique, qui aurait ressemblé, à mon avis, beaucoup plus au combat politique d’un homme comme Dieudonné aujourd’hui. Et bizarrement, il est mort, percuté par un camion conduit par un gendarme, sur une route fermée à la population, et les bandes magnétiques de ses répétitions de spectacles ont été volées, notamment par son ancien manager et mentor. Donc le Beppe Grillo, à un moment donné, s’il prend conscience qu’il est peut-être manipulé par des gens et qu’il veut réellement faire de la politique et tenter quelque chose de sérieux, il est possible, à un moment donné, que soit on lui coupe le robinet des médias et qu’on le diabolise sur des affaires de mœurs. C’est très facile de détruire quelqu’un par le travail médiatique, parce qu’il y a des gens dont on révèle les maîtresses et les activités pédophiles et puis d’autres pas.

Donc il peut être détruit par un système qui, au lieu de le flatter, le diabolisera, et il se rendra compte de la disproportion du rapport de force, parce que beaucoup de leaders populistes quand ils ont un charisme, on se rappelle notamment de le Pen en France, on leur donne un jour une émission qui s’appelle « L’Heure de vérité », et ils passent de 1,72 % à 15 % en quelques mois, parce que réellement, ils sont très performants, et très légitimes. Et là le pouvoir qui ouvre des robinets, c’est un peu comme une table de mixage, pour indiquer que ce niveau-là est monté trop vite, et hop, on va faire Carpentras. Les services vont déterrer un cadavre de monsieur Germon – j’ai étudié tout ça quand j’étais journaliste –, qui votait Front national comme tous les Juifs de la Côte d’Azur pour des raisons de nostalgie OAS, et on se dit qu’en déterrant un cadavre de juif, on va mettre à dos la communauté juive contre le Front national puisqu’ils votaient trop Front national. On va le diaboliser en disant que c’est l’extrême droite qui déterre des cadavres de juifs… on a donc réactivé toute la mystique de la Shoah, Mitterrand lui-même va organiser la manif où il y a 1,5 millions de gens dans la rue portant des poupées de le Pen pendu. Le Pen prend conscience qu’il a beau être un tribun doué avec un énorme potentiel, c’est l’ingénierie politique de domination qui fait de lui ce qu’elle veut. C’est-à-dire, là tu montes, comme un animal dans une cage dorée, et là on peut te faire tuer, parce qu’effectivement, on te met en danger de mort. Et là, c’est l’État français qui décide de le sécuriser ou pas. Quand je me retrouve dans les manifs, des fois, là il y a un cordon de CRS qui se met là pour me protéger de l’agresseur et c’est le préfet qui décide s’ils enlèvent le cordon ou pas. Et s’ils enlèvent le cordon, je me fais massacrer, donc je suis totalement à la merci du pouvoir politique. Et là, vous comprenez que vous n’existez pas. Vous êtes un jouet, et c’est un « mixeur » qui décide de pousser plus ou moins tel ou tel bouton sur une table de mixage, ou un artiste qui dit, je vais mettre un peu de rouge, un peu de bleu, etc. C’est comme ça qu’il faut comprendre la montée rapide de Le Pen, la manière dont il a été circonscrit entre 15 et 20 %, qui sont des seuils tout à fait acceptables par la gestion politique. Le seuil critique, c’est 35 %.

Ce système très puissant est beaucoup plus puissant qu’on croit. Un individu charismatique, qui a un moment donné peut être accompagné et même un peu aidé, et même avoir un peu de chance, le système, très très vite peut le contrôler, s’en servir, et lui appliquer ce qu’on appelle la stratégie de la carotte et du bâton. C’est-à-dire là tu as une vie politique confortable d’opposant institutionnalisé, et puis là tu veux te radicaliser, essayer d’aller au pouvoir réel, et là ce sera la mort : la diabolisation, la ruine et la mort, et en général, ça se fait sur des durées assez longues, de 10/15 ans. Et en général, on arrive comme ça à faire rentrer l’animal sauvage dans une cage. Il devient non plus un prédateur de premier ordre, mais un animal de zoo, c’est-à-dire que vous allez visiter et écouter rugir avec un ticket payant à l’entrée, et vous avez le droit de lui lancer des cacahuètes, et c’est un peu ça l’histoire de la politique française depuis trente ans, avec notamment le phénomène Front national. Et ce n’est pas du tout injurieux ou irrespectueux. C’est-à-dire que même le meilleur d’entre tous ne peut pas faire plus que de pratiquer un témoignage de contestation sous contrôle, parce qu’en plus, à un moment donné, il y a des problèmes de point de détail. On lui reproche dans sa carrière… la vox populi lui reproche d’avoir fait un dérapage dans sa vie, et on justifie pour ça qu’il n’ait pas pu aller plus loin dans la marche vers le pouvoir. Je peux vous relire les citations d’un Chirac sur le bruit et les odeurs, ou le discours de Cochin, qui est un discours national-socialiste, et ça, on leur pardonne tout, à ces gens-là. Dévier les colères, choisir des champions de l’espoir qu’on contrôle à distance et qu’on sait à la fois récupérer, diaboliser ou détruire, cette ingénierie politique de la domination du contrôle est bien au-dessus de ce que vous avez compris ou que vous croyez. Et c’est pour ça que l’opposition au pouvoir, à un moment donné, vient presque créer un pouvoir ailleurs. Donc ça crée des logiques d’autonomie, et surtout pas – je m’adresse à des jeunes –, des logiques de radicalité, d’opposition violente. Ce destin-là, c’est la manipulation et la prison, le malheur. Et en plus, pour découvrir à la fin que la bombe que vous avez posée, c’est la police qui vous l’avait donnée. Donc c’est toujours des logiques d’autonomie, de solidarité, de prise de conscience.

Avant même de prendre le pouvoir, il faut échapper à la dépression et à la misère économico-sociale, qui est le chômage, et à la dépression nerveuse, ce qui est un peu le destin qui est voué aux gens qui ont une conscience dans ce système, parce qu’ils ont un boulot de merde qu’ils ne supportent pas, ils se sentent marginaux au niveau des conversations permanentes avec les gens qui effectivement croient au système, parce qu’on ne peut pas le leur reprocher, et donc ils sont à la fois pauvres et dépressifs. Et déjà dans un premier temps une démarche d’autonomie, c’est d’échapper à cette violence symbolique du système, qui est de faire de vous un précaire permanent mal payé, et en plus en permanence au bord de la dépression. Déjà ce sont des réactions, comme ici, de solidarité. On se sent moins mal et moins fou quand on est avec des gens qui pensent un peu comme vous et qui vous font comprendre par un partage d’idées que vous n’êtes pas fou, parce que moi pendant des années, on m’a dit que j’étais fou. Ces solidarités affectives et intellectuelles peuvent créer aussi des solidarités économiques, puisque, effectivement, quand on met des forces en commun, on génère de l’économie sans avoir besoin de recourir au prêt. Ça existe au niveau macroéconomique mais ça existe aussi au niveau microéconomique. C’est un peu ça les logiques actuelles. C’est plutôt de rêver au grand soir et à cette vision de la politique très verbeuse. C’est la politique modeste qui est en réalité la politique la plus orgueilleuse. C’est finalement de fonctionner hors du système mais sans tomber dans une marginalité spectaculaire. C’est un peu ce que l’on fait avec E&R. C’est ce que Dieudonné fait avec sa logique à lui. Il a été mis à mort par le système.

Vous avez vu d’ailleurs comment ça s’est passé historiquement. Il a fait un sketch antisioniste. BHL a déclaré qu’il était mort, et comme il avait une certaine autonomie puisqu’il avait son théâtre et du courage, il a survécu malgré la fin du robinet des médias. Quand vous n’existez que par les médias ça veut dire que vous n’existez pas. Il faut le comprendre. Finalement, en ce moment, il est en train de montrer un combat politique très moderne et qui est vraiment de la politique. Le plus politique de tous, à mon avis, c’est lui. Et ça donne des pistes, et surtout ça rompt avec toute la mythologie gauchiste d’extrême droite, ce mythe du grand soir, ce mythe du pouvoir par l’action violente. Vous pensez que c’est parce qu’on va attaquer physiquement un lieu symbolique de pouvoir qu’on va prendre le pouvoir. C’est absurde et moi j’interdis toujours ce genre de démarches et je vire les gens qui sont dans ce genre de démarches de chez moi, parce que ça conduit à la prison, à la misère, à la mort, etc. Et surtout, il y a toujours derrière des manipulateurs pour pousser des gens à ces actions totalement stériles et contre-productives.

 

Présentateur : Justement, tu parles de Dieudonné, on voit qu’il remplit des salles de plus en plus grosses. À quel moment le système pourrait considérer qu’il devient vraiment un problème et décider de s’en débarrasser ?

 

Alain Soral : Quand il faisait des salles de 300 personnes, le système le diabolisait. Là, il fait des salles de 30 00 personnes, et en plus, il pourrait faire beaucoup plus. Je pense qu’effectivement, il rentre dans la zone dangereuse. Il a gagné un combat par des stratégies très nouvelles qui sont l’humour, la dérision, l’humour, la chanson, et non pas la phraséologie politique traditionnelle. Et c’est vrai que ce combat assez nouveau, assez différent, qui est à mon avis pas du tout le combat de Coluche – parce que le Coluche, on lui induisait son positionnement –, alors que Dieudonné c’est un positionnement de rupture. C’est un comique qui a la main. C’est lui qui impose à l’ennemi le terrain du combat, etc., alors que Coluche en réalité tout lui était imposé. C’est pour ça que les gens qui prétendent que Dieudonné c’est pas Coluche, j’ai bien connu les deux, Dieudonné est très très au-dessus en termes d’intelligence politique, et même en termes de comique. L’Histoire sans doute le vérifiera. Mais on peut s’inquiéter effectivement que le système commence à se dire on n’arrive plus par le baratin de l’antiracisme institutionnel, par la culpabilité sur la Shoah, à faire en sorte de le couper de la population. Au contraire, il y a une adhésion spontanée, intuitive, qui se fait du peuple vers lui, et ça commence à poser un problème au niveau des officines qui nous dirigent. Et je peux vous balancer une information de première main : il lui a été proposé avant-hier beaucoup d’argent pour qu’il arrête de lui-même sa tournée. Donc vous voyez jusqu’où ça va le système. Donc effectivement toujours la carotte, le bâton. C’est finalement un mec qu’on n’a pas réussi à mettre à mort, on peut discuter. Et qu’est-ce qu’on peut proposer quand on a le pouvoir ? La violence institutionnelle évidemment, et aussi beaucoup d’argent pour se retirer. Et ça, c’est très intéressant politiquement parce que c’est au jour le jour. C’était il y a deux jours.

 

Présentateur : Quelles sont les pistes pour construire quelque chose ? Construire un « lobby populaire » ? Dans quelle direction on doit aller un minimum pour orienter les gens ?

 

Alain Soral : Dans Comprendre l’Empire, j’avais bien écrit que finalement le point commun du socialisme et du capitalisme, c’était de détruire la classe moyenne, par le salariat généralisé, ce qui veut dire que si ces deux systèmes de domination verticaux pointent du doigt la classe moyenne comme l’ennemi à détruire, c’est que la classe moyenne, finalement, est la classe dangereuse pour le pouvoir de domination. Et la classe dangereuse, qu’on désigne d’habitude, qu’est le sous-prolétariat, n’est dangereuse que pour elle-même, il faut le savoir. En fait on est dans l’auto-eugénisme, qui sont des systèmes que les Américains maîtrisent très bien. On arme les bandes ethniques aux États-Unis et ils s’entre-tuent entre eux, et ça règle le problème, sauf pour ceux qui vivent à proximité, et qui eux sont en colère, mais tout ça est négligeable en termes de domination. Et en fait qu’est-ce que c’est que les classes moyennes ? J’en parle régulièrement parce que la sociologie journalistique vous ment sur la définition des classes moyennes. Les classes moyennes ce ne sont pas les gens moyen riches.

On confond toujours ce qu’on appelle les couches moyennes salariées, qui sont les cadres, qui sont les alliés objectifs du système, puisque ce sont des salariés, et qu’ils dépendent finalement de la hiérarchie du capital, dans sa forme de métiers de services, etc., ce qui donne d’ailleurs les bobos et les abonnés à Canal +, et puis il y a ce qu’on appelle la classe moyenne, qui sont les propriétaires de leurs moyens de production : les artisans, les commerçants, les petits patrons. Et eux, ce sont la cible en général de tous les pouvoirs de domination parce que quand on a une réflexion politique qui rejoint celle un peu d’Orwell, la conscience politique est liée à la maîtrise de sa propre économie. Et il faut bien comprendre, même si ce n’est pas très respectueux, qu’un salarié est un enfant. C’est-à-dire que c’est quelqu’un qui renonce à son autonomie en renonçant à la propriété de ses moyens de production, qui à la fois accède à un confort de passivité mais en même temps est neutralisé. Il faut bien voir que finalement si on pense à la démocratie grecque, c’est une démocratie d’hoplites, ce sont des petits propriétaires terriens soldats. C’est-à-dire que ce sont des types propriétaires de leurs moyens de production, qui sont armés et formés au combat. Et en fait, c’est le noyau d’une démocratie authentique. Ce n’est pas pour rien qu’aux États-Unis, il y a le deuxième amendement et qu’on veut les désarmer. Et ce qui veut dire aujourd’hui que dans cette logique de capitalisme financier mondialisé, qui est une logique de concentration de capital et de digestion des petits par les gros au niveau de ce qui se passe depuis trente ans, si vous regardez ce qui se passe dans le BTP, ce qui se passe, tout ce qui est les sociétés, y compris les sociétés de services, où systématiquement bouffent les petits, et d’ailleurs maintiennent l’illusion de leur performance économique en détruisant les petits. En général, quand ils les absorbent, ils détruisent aussi leur capacité créative et leur capacité de création d’emplois. La richesse créative et la création d’emplois ce sont les petites structures. Elles sont inventives et créatrices de beaucoup d’emplois.

Les grosses structures, les multinationales qu’on nous vend comme le parangon de l’efficacité libérale, et de la gestion optimum, ressemblent exactement aux apparatchiks de l’ex-URSS. Ce sont d’énormes structures où toute l’énergie des cadres et des cadres supérieurs est dépensée en luttes internes pour monter dans la hiérarchie, avec une production en réalité très faible. Il faut le savoir. Donc l’efficacité de production des mégastructures est une escroquerie en réalité. C’est pour ça que quand j’entends des gens du Medef vous dire qu’ils méritent leur salaire parce qu’ils créent des emplois, ils ne créent rien du tout. Un type qui est parachuté comme techno gestionnaire à la tête de Peugeot et qui vit sur quelque chose qu’il n’a pas créé, qui est le génie des ingénieurs Peugeot et une aventure de capitalistes à l’époque où c’étaient des ingénieurs couplés à des investisseurs, dans un domaine où il y a de la création de valeur ajoutée réelle, aujourd’hui finalement ces techno gestionnaires liquidateurs sont payés par le noyau dur des actionnaires pour faire des profits à court terme en détruisant l’entreprise. Le gros profit à court terme dans une entreprise est toujours un travail de destruction. Produire réellement de la valeur ajoutée est toujours un travail de rentabilité à long terme. C’est toujours à trop long terme pour les actionnaires. Il ne faut pas oublier que la logique capitaliste, pour ceux qui lisent Weber, c’est le compte d’exploitation annuel. Quand vous dites : « Voilà ce que ça va rapporter dans trois mois », tout le monde est d’accord pour vous. Quand vous dites : « Ça va rapporter dans douze ans », vous êtes viré le lendemain, parce que personne n’a douze ans à attendre dans cette logique-là, sauf si vous avez une vision politique, une vision humaniste, et ça, il n’y a qu’un État qui peut l’avoir. Il faut un Chavez, mais il ne faut pas un Attali.

Et donc, pour finir ce raisonnement, la classe moyenne, qui sont les gens propriétaires de leurs moyens de production, ont une vraie conscience politique, qui ne passe pas par le baratin de l’idéologie, parce qu’ils savent comment fonctionne la fiscalité, la feuille de paie, un compte d’exploitation annuel et ils ont une indépendance parce qu’ils sont propriétaires de leurs moyens de production. Ils sont dans un danger parce qu’ils sont peu protégés par la couverture sociale, donc ils sont réellement impliqués dans le politique et en ligne directe. Et c’est en général les plus durs à manipuler, parce que ce n’est pas une structure hiérarchique, c’est une structure atomisée horizontale. Le plus dur à manipuler ce sont les classes moyennes. Le plus dur à faire bouger politiquement ce sont les classes moyennes. Ceux qui croient le moins aux mensonges des idéologies, etc., ce sont les classes moyennes. Donc c’est la classe à détruire. Et le communisme soviétique a détruit la classe moyenne par un salariat généralisé, et le capitalisme à l’américaine a fait la même chose.

C’est pour ça d’ailleurs qu’il était très facile de passer de l’URSS à l’effondrement de l’URSS et à l’époque Eltsine, parce qu’en fait, vous avez un système vertical hiérarchique avec un petit nombre d’apparatchiks qui deviennent des oligarques, et à la base des salariés qui voient simplement que là où il y a une étoile rouge, il y a Coca-Cola, et finalement que leur condition quotidienne est à peu près la même, c’est la passivité de la feuille de salaire. Ce qui veut bien dire que ça rejoint que l’autonomie politique et le combat révolutionnaire c’est finalement non seulement de résister à la passivité des classes moyennes, mais de devenir soi-même un membre de la classe moyenne, un résistant, c’est-à-dire d’être propriétaire de ses moyens de production, et donc un citoyen autonome et conscient politiquement de ce que c’est les enjeux de la politique. Et ça veut dire donc effectivement monter des petites structures, qui d’ailleurs manquent énormément. On manque de plombiers, on manque d’électriciens… Le problème c’est la lutte avec l’administration, qui fait tout pour vous pénaliser, la fiscalité qui fait tout pour vous pénaliser. On voit bien qu’il y a un projet politique de s’opposer à l’autonomie des petits producteurs pour qu’ils se fassent bouffer par les gros et qu’ils acceptent le salariat, c’est une logique politique. Et donc, effectivement, ce combat révolutionnaire ce n’est pas d’aller balancer des cailloux, de défiler pour rien dans la rue.

Comme je dis, marcher dans la rue entre pauvres, qui s’insultent pour un rien, on a vérifié depuis trente ans de manifs. Effectivement c’est se dire comment accéder à l’autonomie en devenant un producteur de quelque chose, qui produit de la valeur ajoutée, qui crée de l’emploi et qui crée du réseau d’interdépendance économique. C’est fondamental. Et là vous rentrez dans la subversion réelle, dans l’autonomie réelle, dans la politique réelle. Et d’une certaine manière, ça consiste à un moment donné à se dire qu’est-ce que je pourrais créer comme emploi productif, dont je garderai la maîtrise. Et nous, c’est ce à quoi on travaille de plus en plus à E&R, puisqu’on a monté Kontre Kulture, on a monté Au Bon Sens, Sanguis Terra, Instinct de Survie, qui sont des petites unités de production, que nous finançons parce que ce sont nos militants qui le font, et qui dégagent assez vite du profit, parce qu’on travaille mieux quand on travaille pour soi-même, c’est quelque chose de vérifié, et qui permettent à des militants de devenir aussi des travailleurs actionnaires et propriétaires en partie du capital de leur SARL, ou ce qui est… on peut le remplacer. Et en général, quand on accède à ce genre de pratiques, on arrête de baratiner dans la politique inutile. On passe à la politique sérieuse, où il y a peu de baratin et de la production réelle, ce qu’on comprend bien quand on regarde ce que c’est que le Parlement. La première profession des parlementaires, c’est avocat. Parlement, ça veut dire ce que ça veut dire : Parle-ment. Et là, on commence à faire de la politique. C’est pour ça que, finalement, moins on a l’air de faire de la politique et plus on en fait. Et le piège, c’est quand vous croyez que vous faites de la politique, comme tous les petits c… d’extrême gauche étudiants qui vont dans les manifs, qui collent des affiches à la c…, et dont le symbole absolu est le NPA, dont d’ailleurs le symbole est en lui-même un aveu puisqu’on n’est même plus dans la faucille et le marteau. Qu’est-ce que c’était que le symbole du NPA ? Un mégaphone. Tout est en fait clair quand on sait lire. Et donc cette réflexion : faites de la politique, créez des entreprises. C’est ce que je dis aux jeunes de banlieues. Arrêtez d’essayer de devenir animateurs de quartiers, rappeurs, footballeurs, montez, faites des apprentissages de plombiers, d’électriciens, etc., et devenez autonomes économiquement, petits patrons. Vous serez votre propre maître, vous vous enrichirez, vous offrirez un service, ce qui fait que vous serez respectés par la population, parce qu’on est contents quand il y a un plombier qui vient. Si on voit que c’est un Maghrébin bien élevé, qui fait bien son boulot, d’un seul coup, on change sa vision sur l’immigration, parce qu’on n’est plus dans un truc de parasitisme, mais dans un truc où l’on apporte quelque chose, etc., et tout ça est totalement vertueux. Vous verrez que tout ça, on ne nous en parle jamais au niveau du débat politique officiel. Ce sont des pistes qu’on ne veut absolument pas vous montrer. Donc ça veut dire que si c’est caché et qu’on ne l’aborde pas, c’est que forcément, ça peut être intéressant.

 

Présentateur : On peut continuer sur un axe géopolitique de résistance…

 

Alain Soral : Ce que je voudrais rajouter en tant que Français, c’est que dans ce jeu de destruction que l’Amérique joue, la France est en première ligne comme modèle à détruire, parce qu’il ne faut pas oublier qu’historiquement, contrairement à ce que dit Éric Zemmour, dans son bouquin où il met un aigle au milieu du drapeau français, moi je crois beaucoup plus à la théorie d’Asselineau, la France est historiquement le modèle alternatif au modèle anglo-saxon. J’ai un très grand respect pour l’Italie, pour l’Espagne, etc., mais la France était le dernier pays historiquement qui a tenu tête à l’Angleterre, et la défaite de la France s’est jouée de très peu face à l’Angleterre. Elle s’est jouée sous Louis XV, elle s’est jouée sous Napoléon. Et la France est, là on va parler d’alternative culturelle, parce que ça existe aussi, la France est le modèle alternatif au modèle anglo-saxon, ce que j’appelle le « génie français ». On voit aujourd’hui que malheureusement toutes nos élites sont des traîtres au génie français et sont là pour accélérer son éradication pour qu’on oublie, chez nous et à l’étranger, que la France peut être un modèle alternatif de la situation et un modèle moderne, pas un modèle qui renverrait à, comme chez Guénon, à dire l’Orient contre l’Occident, mais un modèle à l’intérieur de l’Occident, qui était en réalité à la pointe au niveau de droit, au niveau du droit des affaires, au niveau du droit des propriétés culturelles, etc. Et ça, pour le comprendre, il faut comprendre un peu le dernier de Gaulle, le de Gaulle qui s’est mis à dos les Américains. Il a d’ailleurs été chassé par mai 68, par des jeunes idiots qui l’ont chassé au nom de la lutte contre l’impérialisme américain, alors qu’il était, de l’aveu même de Fidel Castro, le seul opposant sérieux à l’impérialisme américain en Europe. Et là, on voit les manipulations. On prend toujours la bêtise adolescente. Il faut toujours se méfier des politiques qui s’appuient sur les femmes et les jeunes. En général, ce sont pire que des démagogues, ce sont des manipulateurs.

Car historiquement, c’est facile à démontrer, ce n’est pas de l’agressivité, les jeunes et les femmes étant les plus loin de l’appareil de production et de l’Histoire de production, les jeunes par leur âge et les femmes par leur entrée récente dans le monde du travail plus d’autres aspects de psychologie que j’ai développés dans Vers la féminisation, sont les plus manipulables politiquement. Rappelez-vous que c’est Giscard qui a baissé l’âge électoral – ce sont toujours les réactionnaires qui le font – et qu’on s’est très longtemps opposé au vote des femmes en France parce qu’on savait qu’à l’époque où la femme était encore sous le contrôle de son curé de village par la confession, ça maintiendrait le pouvoir par la droite catholique de province, et que c’est la Gauche qui en fait ne voulait pas du vote des femmes parce que ça gênait la prise du pouvoir par la gauche urbaine. C’est l’ancêtre du… ce qui amène le boboisme et le libéralisme libertaire. Donc on a ce combat culturel de fond qui est mené aujourd’hui contre le génie français, qu’on peut comprendre effectivement par de Gaulle, quand de Gaulle a fait le discours de Phnom Penh, le discours de Québec, qui rappellent qu’effectivement, à l’époque, ce n’étaient ni l’URSS ni les États-Unis, ni socialisme ni Amérique, mais la troisième voie française, qui était montrée comme modèle d’émancipation pour les pays du Tiers-Monde, pour les pays d’Amérique du Sud. D’où encore un certain prestige résiduel dans le Monde arabe et en Amérique du Sud, à cause de la manière dont de Gaulle a su remagnifier, après la IVe République, qui était déjà une période de trahison totale du génie français, des élites totalement passées sous contrôle, on va dire, anglosioniste. Il y a eu ce petit rebond de de Gaulle, qui est le de Gaulle que je respecte plus que celui de 40, qui est plus de la stratégie de communication, ce de Gaulle qui effectivement a essayé de chasser les bases américaines de l’OTAN, sortir de l’OTAN, et proposé ce modèle de troisième voie, qui est un modèle je dirais contre-impérial, c’est-à-dire que la France historiquement a toujours résisté à l’Empire romain germanique ou à l’Empire anglais, c’est-à-dire à ceux qui ont vocation à régner sur le nomos de la Terre, c’est-à-dire l’Europe, et ceux qui ont vocation à régner sur le monde des mers, l’Angleterre. Et la France a toujours été ce pays qui a un pied dans l’eau et un pied dans l’Europe, en plus un pied dans la Méditerranée.

La géographie explique la géopolitique. Un pays se comprend par sa géographie, qui a toujours été cette chose étrange et fragile mais qui était une alternative. Et je pense qu’aujourd’hui, ce n’est pas pour rien que dans les programmes d’Histoire on essaye de faire oublier que la France a existé, en supprimant Napoléon, Louis XIV, etc. On essaye de nous éduquer un peu dans une culpabilité totale du génie français par la diabolisation de la colonisation, etc., la collaboration, etc., parce qu’on a besoin de tuer en nous-même cette fierté d’être français et d’avoir conscience que nous représentons une alternative à cette domination anglo-saxonne sur le plan culturel, ce qui est fondamental. Et n’oubliez pas que la langue diplomatique jusqu’au Traité de Versailles était la langue française, qu’à l’époque nous étions la Grande Nation, c’est-à-dire l’ironie française était le code d’intelligence des Cours européennes, que jusqu’à la mise à mort de Nicolas II par les bolcheviques, la langue de la Cour de Russie était le français, c’est-à-dire que nous jouissions d’un très très grand prestige, qui a été détruit jour après jour, malgré une certaine résistance, par cette éternelle perfide Albion. Et malheureusement, aujourd’hui, nous sommes passés à une phase où nos élites, soit traîtres, ont intégré cette soumission. Moi, on me reproche de parler mal anglais et aujourd’hui nos jeunes font des Masters, ils vont faire leurs diplômes aux États-Unis, et on est en train d’accepter cette soumission, avec, effectivement, des petits rebonds, des prises de conscience quand on découvre que les Français sont les meilleurs en mathématiques pures et que finalement, les traders français sont très recherchés à l’étranger et dans le monde anglo-saxon parce qu’ils ont cette maîtrise des mathématiques, qu’il y avait quand même l’école française d’Orient, qu’on a fait les trains les plus rapides du monde, qu’on sait faire des avions, des voitures et des trains. C’est pour qu’on sait tout faire. Il y a peu de nations au monde aujourd’hui qui sont capables de tout faire. Nous savons tout faire, et nous sommes en grave danger à cause de ça, car nous avons un génie spécifique qui représente une alternative dans la modernité à la domination anglo-saxonne. Et dans cette mise au pas du monde, il y a les ennemis lointains comme la Chine et la Russie, mais il y a cette mise à mort quotidienne, violente et perverse de la France, de son génie alternatif par la domination anglo-saxonne, qui passe aussi d’ailleurs par la communauté juive.

Un juif est un type qui est en France et qui regarde entre Tel Aviv et New York et qui pense que la France c’est de la merde. Ils nous ont bien éduqués dans cette honte au niveau notamment de la production du spectacle et du show business. La destruction du génie musical français qu’était la chanson française de Brel, Brassens et d’autres, remplacée par les yéyés qui est déjà une mise au pas américaine et ridicule, faite d’ailleurs par Filipacchi, quelqu’un effectivement dont les intérêts sont à New York. On sait aujourd’hui que la CIA a favorisé l’action painting des peintres américains pour que Paris cesse d’être la place de l’Art qu’elle était encore jusqu’en 45, et pour que ça devienne New York. Sans ça, on ne peut pas comprendre l’incroyable réussite d’un Andy Warhol, totalement accompagné par le pouvoir américain, pour que New York devienne le phare, et que le Français pense que pour être quelqu’un, ne pas être un ringard, il doit avoir un pied à Londres et un pied à New York. Je parlais récemment, dans une conférence, de problèmes de la disparition de la maîtrise de la langue française par les Français eux-mêmes, et qu’il fallait sauver la langue française.

Aujourd’hui, si les Français abandonnent leur langue, c’est parce qu’ils pensent qu’être français, c’est de la merde. Si on ne renoue pas avec la fierté de ce qu’est l’Histoire de France comme production de génie, etc., on ne peut pas vouloir non plus vouloir défendre sa langue qui exprime ce génie. Et ça, c’est un combat fondamental parce que c’est un combat culturel, c’est que les élites françaises doivent aujourd’hui mener ce combat qui n’est pas du tout un combat d’arrière-garde ou un combat narcissique. Il faut dire que la France est une très grande nation, avec une très grande culture. Elle a produit aux XVIIe et XVIIIe siècles un modèle alternatif au modèle anglo-saxon, qui a été vaincu militairement, mais elle est toujours une alternative à ce monde anglo-saxon du mercantilisme, d’une certaine laideur, d’une certaine vulgarité, et il ne faut pas l’oublier. Or, effectivement, toutes nos élites sont payées pour nous le faire oublier, payées pour liquider cette chose. Et aux jeunes souvent qui se croient révolutionnaires et qui veulent être subversifs, au lieu de s’allier sur le plan génie propre et génie français, vont chercher systématiquement leur modèle ailleurs. Rappelons-nous le travail très destructeur des maoïstes. Ce n’est pas pour rien que les maoïstes étaient pro-chinois. C’est parce qu’il fallait toujours chercher les modèles ailleurs. Et quand de Gaulle disait : « Finalement, je suis un révolutionnaire français qui s’appuie sur une tradition révolutionnaire française aux Empires », parce que la France a toujours résisté par des alliances inédites, notamment quand François Ier s’allie à Soliman Le Magnifique. La France a toujours été le modèle de la Nation, c’est pour ça que je suis très nationaliste, qui essaye toujours de résister à la domination de l’Empire allemand ou de l’Empire anglais. Et quelque part, cette histoire se répète, à part qu’il y a des hauts et des bas, et aujourd’hui nous sommes très très près de l’abdication totale, pas par le peuple mais par les élites évidemment élargies. Et c’est un combat fondamental à mener, qui est un combat culturel et de défense.

Et moi, c’est ce que je fais en banlieue. Je fais redécouvrir aux jeunes de banlieue l’amour de la France par la découverte du génie et de la grandeur française, pas de toute la France et de tous les Français, mais que la France a produit Bayard, elle a produit le Grand Condé, elle a produit Éric Tabarly. Et vous arrivez à faire aimer la France comme ça, pas en menaçant de botter le cul des jeunes qui se tiennent mal, parce que souvent les jeunes se tiennent mal en France, parce qu’ils méprisent la France, parce qu’on les a éduqués au mépris de la France, via les éducateurs trotskistes, et qu’effectivement il est normal qu’ils n’aiment pas le pays tel qu’on le leur présente. Et ce que je dis d’ailleurs à ces jeunes, c’est : « La France que vous n’aimez pas, nous ne l’aimons pas non plus. » Il y en a une autre, qu’on vous a cachée, et c’est la vraie, la Grande France, etc. Et là, d’un seul coup, tout change. Et c’est fondamental. Évidemment, ce n’est pas italien, mais je pense que les Italiens peuvent avoir le même combat d’une certaine façon. 

Je suis plus nationaliste qu’européiste. (À Gabriele Adinolfi :) Chaque fois que la France s’est prise pour un Empire, elle s’est cassée la gueule, elle est tombée plus bas qu’avant le début de son épopée. Et l’aigle n’est pas du tout le symbole de la France. Quand on met un aigle au milieu du drapeau français, c’est qu’on sort du logiciel français. Et il est évident que quand je dis que la France doit reprendre conscience de son génie, c’est dans le but d’une coopération des nations européennes, qui sont de grandes nations. L’Espagne est une très grande nation, qui a dominé le monde au XVIe siècle. L’Italie est une très grande nation, qui a dominé le monde pendant des siècles, c’est l’Empire romain. La France a été la grande nation du XVIIe et du XVIIIe, l’Allemagne du XIXe et du début du XXe, et on parle bien effectivement d’une coalition de nations qui ne sont plus en rivalité de domination, d’écrasement, parce que l’Empire dont tu parles, c’est l’Empire où ce sont des nations qui coexistent, des nations où on ne nie jamais leur spécificité culturelle, leur spécificité religieuse, etc. Ce n’est pas un écrasement impérialiste mais c’est, effectivement, cette idée d’Empire. Et effectivement, si la France toute seule voulait mener une espèce de guerre avec cet impérialisme qui s’est d’ailleurs appelé « l’universalisme français » et qui a été l’issue de la Révolution française où on a voulu faire adhérer les autres nations d’Europe par la force et par la violence à l’universalisme français, qu’on peut appeler le « panfrancisme », évidemment, la conséquence est catastrophique puisque c’est la coalition au bout de quinze ans de tous les peuples d’Europe contre la France. Ça donne effectivement la France d’après Waterloo, qui est le début de notre déclin en termes démographique et en termes d’affluence, etc. Donc je suis tout à fait d’accord qu’il n’y a pas du tout à opposer, de même que dans une logique française j’ai toujours dit : « Des régions fortes, une France forte » ; il n’y a pas à opposer l’échelle régionale à l’échelle nationale. Ce sont des nations fortes, conscientes de leur culture et de leur histoire, pour une Europe authentiquement autonome.

Vous voyez, ce ne sont pas des oppositions à faire de dire : « La France contre l’Europe. » C’est sûr que l’Union européenne n’est pas l’Europe. Ça n’a rien à voir. L’Europe existe, elle est historique, elle est incontestable. Moi, j’aime aller en Italie, j’aime aller en Allemagne, j’aime même aller en Angleterre, pour laquelle j’ai un très grand respect, même si je sais que c’est notre ennemi éternel et historique. Et ce qui me fait peur dans la marche du mondialisme, c’est qu’effectivement, plus je voyage loin, moins je vois de différences quand j’atterris. C’est-à-dire que je vois finalement une uniformité culturelle mondiale, qui est toujours d’ailleurs le modèle. C’est toujours une adhésion par le plus petit dénominateur commun, c’est-à-dire le jean, la basket, la grande surface, et la world music. Donc c’est une destruction de culture. C’est pour ça qu’il faut, même au nom d’une renaissance continentale, défendre les nations, et même les frontières. Il est très agréable de changer de pays et de voir que quand on passe de la France à l’Allemagne tout est différent, et c’est ce que j’aime. Et c’est d’ailleurs même pour ça que j’ai déploré à une époque la chute de l’URSS, car j’aimais aussi qu’il y ait un autre continent moral possible en Europe, un monde différent où l’on pouvait aller se cacher si l’on avait des ennuis, etc. ; et en réalité, au nom de la culture de la différence, qui est la grande mode des écologistes, il faut défendre effectivement les différences, et les différences culturelles, les alternatives de gestion, les continents moraux différents, etc. Et ce combat-là, à la limite, est le combat écologique authentique contre l’uniformisation, qui renvoie à l’élevage en batterie des poulets et à toutes les saloperies qu’on voit en ce moment, avec les raviolis à la viande de cheval frelatée, etc.

Donc ce combat en plus est facile à mener face à nos opposants stupides, qui prétendent être des écologistes, qui défendent soi-disant la diversité, etc., et qui sont en fait des agents souvent non sus et idiots de l’uniformisation mondialiste, qui est une destruction de toutes les spécificités. C’est ce que je disais d’ailleurs comme exemple pour les banlieues. Quand on est un Maghrébin musulman avec un Français de souche, on ne crée pas un apport des qualités de deux civilisations, ça donne un sous-prolétaire américain de ghetto, le résultat. Ça ne donne pas un type qui a à la fois un béret, une baguette et des babouches, ça donne un type en survêtement avec des baskets con comme un balai, ce qui veut bien dire qu’il faut bien comprendre ce peuvent être deux cultures qui se rapportent ou deux cultures qui se détruisent. Et la logique impériale actuelle, c’est de télescoper et de mettre en confrontation des cultures pour qu’elles se détruisent elles deux pour se soumettre à une culture tierce, qui est la culture mondialiste américaine du sous-prolétariat de ghetto, dont l’exemple maximal aujourd’hui est le rap. C’est pour cela que je viens d’éditer un bouquin qui s’appelle L’Effroyable imposture du rap, parce qu’il est important aujourd’hui de comprendre que ce qu’on pense être un moyen d’émancipation et un vecteur pour le combat est en réalité un outil qu’on vous donne pour annuler toute possibilité d’indépendance, d’autonomie et de prise de conscience.

 

Présentateur : Sur cette idée un peu impériale continentale, on a vu en France, on a parlé de Depardieu. Est-ce que ce n’est pas quelque chose comme ça ? Est-ce que ça n’illustre pas cette logique-là, qu’on passe d’une sphère d’influence à une autre ou que certaines de nos élites ont compris qu’il faut s’orienter ailleurs ?

 

Alain Soral : Je réponds en tant que Français. Moi, j’ai défendu Depardieu dans ma dernière vidéo parce que :

1) Depardieu est un Gaulois typique. C’est un type du peuple qui a réussi et qui est devenu une vedette mondiale. C’est-à-dire que c’est quelque chose.

2) Surtout, on voit à un moment donné qu’il quitte la France. Et ça veut dire qu’aujourd’hui, un Gaulois qui aime la bouffe et le pinard et qui a une espèce de truculence, en est réduit à quitter le pays pour aller en Russie, ce qui est intéressant, c’est-à-dire un pays où l’on peut encore retrouver quelque chose qui ressemble à la France des années soixante, vous voyez, puisqu’il y a ce décalage. Et on voit toutes les élites au pouvoir lui cracher à la gueule alors que toutes se réclament de l’Amérique et d’Israël.

Donc c’est un vraiment un marqueur qu’on a passé un seuil critique. C’est qu’aujourd’hui, on a Depardieu qui veut se barrer, Brigitte Bardot qui veut se barrer. C’est-à-dire que ceux qui sont des symboles de la France aujourd’hui se sentent tellement mal dans leur pays et tellement détestés par les élites en place qu’ils en sont réduits à se barrer. Et ça veut dire qu’on a atteint effectivement un seuil critique. C’était pas encore ça il y a dix ans. On y est aujourd’hui. Moi, je vois que beaucoup de gens avec qui je communique sont des expatriés. Ils me disent : « Moi, j’adore tellement la France que j’étais obligé de partir. »

 

Présentateur : Ça, ça nous amène aussi à un cadre plus général. Donc on avait reçu Pierre Hillard à Nice il y a quelques mois, vous deux, dans vos livres, vous développez un peu l’arrière-fond du mondialisme, c’est-à-dire une mystique du mondialisme, alors peut-être qu’on pourrait aller vers ce sujet-là, et ensuite on passera peut-être aux questions du public ? Est-ce que derrière l’aspect technocratique il y a une mystique, un projet à long terme qui est mené ?

 

Alain Soral : Alors moi qui viens de l’École marxiste, dans un premier temps, je vais dire que oui, en fait il y a un monde qui fuit vers une direction, et cette direction lui est imposée par ce qu’on appelle la logique du capital, par la dérive de l’accumulation. Et c’est vrai que techniquement, c’est vrai aussi, parce qu’en fait le profit, pour surmonter ses contradictions, est obligé d’avoir une intelligence pratiquement autonome, et donc impose une espèce de ligne de fuite qui s’impose aux élites, qui y adhèrent effectivement pour la rente, et effectivement qui les amène presque je dirais malgré leur volonté objective, dans une direction qui est justifiée effectivement par les bas instincts matériels. Et c’est vrai que cette analyse fonctionne. Mais l’analyse totalement inverse, c’est-à-dire magico-mystique, fonctionne aussi très bien parce qu’il y a des élites qui ne sont pas seulement capitalistes, et historiquement ont imposé le capitalisme par l’ingénierie effectivement des comptables et des banquiers venus du talmudisme et du cabalisme, pour comprendre ça, il faut lire Werner Sombart, Les Juifs et la vie économique. Ce sont eux qui ont monté toute cette ingénierie, et qui à la fois imposent une logique d’ordre mathématique, et en même temps qui est hantée par une vision du monde, qui est celle de l’Ancien Testament, c’est-à-dire un prophétisme, un messianisme, une logique de la fuite en avant, c’est-à-dire que la promesse est toujours demain, la transformation est la clé permanente du sens, c’est-à-dire que rien ne doit durer, donc tout doit être détruit, avec cette idée aussi de nomadisme, c’est-à-dire de mouvement, etc. Et on voit aujourd’hui effectivement que le capitalisme est à la fois une machinerie économico-mathématique qui a une relative logique interne, et en même temps est portée par une oligarchie qui, elle, effectivement, est une oligarchie, je le dis, anglo-américanosioniste, judéoprotestante, et dont effectivement la matrice sacrée est l’Ancien Testament, qui d’ailleurs ne s’oppose pas seulement au monde païen, mais s’oppose aussi aux Évangiles, si l’on comprend bien que Jésus est un helléno-chrétien et qu’effectivement, il y a une rupture très violente entre l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, notamment sur la notion d’élection, ce qui est très important.

Donc quand on pense qu’on est un élu, c’est-à-dire que l’on n’a pas de valeurs à acquérir par une démarche du type de celle d’Ulysse, et qu’on est a priori supérieurs par la grâce de Dieu, et que le monde nous est promis sans qu’on ait besoin de le mériter ou de le gagner en recourant aux valeurs morales, on a vraiment le monde juif opposé totalement au monde grec dans cette histoire. La figure d’Ulysse, c’est la figure totalement opposée puisque tout vient de son mérite et de ses combats, et au début, il n’est qu’un homme, et il s’élève à la dimension de héros par une praxis et une souffrance, alors que l’autre est prédestiné pour. On voit très bien d’ailleurs que dans l’épopée capitaliste européenne, il y a un substrat juif au niveau de toute l’ingénierie capitaliste, et aussi pour accéder à une certaine échelle, l’épopée protestante est un retour, quand on réfléchit bien, à la ligne de fond, notamment le protestantisme quand il évolue à travers l’Angleterre par le puritanisme puis par l’évangélisme américain, un retour à l’idée de prédestination, d’élection. Donc nous sommes face à des gens qui pensent qu’ils sont des élus, que le monde leur est promis, qu’ils ont le droit de conquérir des territoires qui ne sont pas les leurs pour apporter leur vision du monde, et que les autres doivent s’y soumettre et penser que c’est un bien. Que ce soit la colonisation des Palestiniens ou des Indiens d’Amérique, on le voit très bien.

Donc, on voit très bien que cette coalition américano-anglo-judéo-protestante, qui est aussi l’épopée capitaliste, qui est aussi l’épopée thalassocratique, c’est-à-dire effectivement ce monde qui n’est pas le monde de la terre et de l’enracinement et du producteur sédentaire, mais le monde effectivement qui a à voir avec la mer, qui est le monde de la mobilité et de l’absence de frontières et des espaces sans limitations. On voit bien qu’on a ce monde de la domination qui est à la fois une oligarchie bancaire et une oligarchie religieuse. Et on voit très bien que quand on gratte et qu’on va au-delà des marxistes ou des trouillards comme Michel Collon, que ce ne sont pas juste des techno-gestionnaires du capital, qui produisent des produits financiers. Ils sont aussi des mystiques d’une religion précise, qu’on appelle, excusez-moi, dans les années trente, la religion judéo-maçonnique. Et on sait très bien que la religion de la République et de la laïcité est la pensée maçonnique ; que cette pensée maçonnique n’a pu exister que contre le catholicisme et par la médiation du protestantisme, et qu’aujourd’hui, si on regarde les élites françaises, elles sont toutes maçonniques, et spécifiquement de la maçonnerie du Grand Orient, et très souvent très teintées de sionisme inconditionnel, et bien souvent dans une vision très méprisante du travailleur productif et enraciné. Donc on voit bien qu’il y a une cohérence globale au niveau idéologico-technico-religieux, et c’est même tellement visible que même nos propres élites d’aujourd’hui ont du mal à nous apporter la controverse. Et qu’est-ce qu’ils font ? De la reductio ad hitlerum. Oui, bien sûr, ça nous rappelle les années trente. Peut-être que ça rappelle les années trente, oui, et alors ? Je n’y peux rien, je fais un constat. Et on y est.

D’ailleurs, on voit qu’un des moyens de la manipulation subtile, c’est d’opposer toujours ces deux visions. C’est ce dualisme, alors qu’en réalité, souvent, l’opposition est par l’unité dialectique. Est-ce que c’est la structure ou est-ce que c’est le sujet ? La réalité est une dialectique de la structure et du sujet. Le sujet est structuré par la structure, et il rétroagit sur la structure par son autonomie de sujet. Et de dire que tout est sujet, comme le faisait d’ailleurs Sartre – il était payé pour ça –, avec ce concept très creux de la liberté absolue qui pouvait effectivement nier les rapports de classes, etc., ou de l’autre côté ce déterminisme matérialiste intégral. En fait, en nous faisant toujours choisir entre deux camps, c’est un peu comme si vous deviez choisir entre l’OM et le PSG, de comprendre seulement que vous êtes abrutis par le football. À un moment donné, il faut refuser ce dualisme imposé, car en général, c’est une stratégie justement pour que vous échappiez à la conscience. La conscience est très souvent tierce et dialectique, et d’ailleurs, ce n’est pas pour rien que le symbole absolu de la domination est le triangle. Je pense que c’est une des fonctions de domination du sport. Le sport est toujours basé sur le fait qu’il y a deux équipes. Et vous êtes tout le temps en train de penser qu’il y a la Gauche, la Droite, l’équipe de l’OM, etc. En réalité, le monde ne fonctionne pas comme ça.

On voit très bien, avec le recul historique, que finalement il n’y avait pas seulement l’URSS opposée à l’Amérique, mais il y avait aussi des gens qui finalement étaient à la tête de ces deux trucs et qui, à Yalta, s’étaient partagés le monde, quand un tiers exclu est mis à mort, etc. Et dès qu’on arrive à sortir de cette logique binaire : « Est-ce que tu es de Gauche, est-ce que tu es de Droite ? », la phrase la plus insupportablement stupide dans laquelle on est tous enfermés en permanence, est : « Est-ce que c’est le capitalisme ou est-ce que c’est la religion ? » « Est-ce que c’est le bourgeois ou est-ce que c’est le Juif ? » Par exemple, pour oser dire ça, ben qu’est-ce que c’est qu’un Juif ? C’est un bourgeois qui croit en Dieu, ce qui lui fait un atout de plus, alors que le bourgeois ne croit qu’en sa rente. Donc à un moment donné, il faut échapper à ces exclusives binaires qui sont, à mon avis, un des moyens les plus subtiles de la domination. C’est d’ailleurs – moi j’ai réfléchi pour ça – une des raisons, à mon avis, du sport de masse. Le sport de masse vous oblige à croire qu’il n’y a toujours que deux équipes. Et dès qu’on arrive à échapper à ce choix : « Est-ce que tu es de Gauche, est-ce que tu es de Droite ? » « Est-ce que tu es pour l’OM, est-ce que tu es pour le PSG ? » ; on commence à créer la possibilité d’accéder à la conscience du réel tel qu’il fonctionne. Et donc, c’est très important. Et vous verrez que toute la violence politique permanente, c’est de vous obliger à dire si vous êtes de gauche ou de droite, si vous préférez l’OM au PSG, si vous préférez l’Amérique à la Russie. À une époque, c’était : « Est-ce que tu es communiste ou capitaliste ? » « Est-ce que tu es pour la Russie ou est-ce que tu es pour l’Amérique ? », etc. Et là, quand on parle de Chavez : « Est-ce qu’il était un bon dirigeant ou est-ce qu’il était un mauvais dirigeant ? » Il y en a qui trouvent que c’était bien, d’autres que ce n’était pas bien. Souvent, en réalité c’est : « Pour qui c’était bien ? Pour qui c’était moins bien ? » Mieux pour certains, moins bien pour d’autres. On est toujours en train de nous empêcher l’intelligence de la complexité. Et tout l’appareillage de domination idéologique est là pour produire des catégories binaires : « Est-ce qu’il faut que ce soient les femmes ou les hommes ? » On le voit très bien. Et ça, dès que vous êtes là-dedans, vous avez déjà renoncé à l’intelligence.

>>> Afficher la transcription en pleine page
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

141 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Soral devrait faire ses conférences dans un Zénith, j’ te parie qu’il le remplirait !

     

    • ça viendra peut-être un jour (!)
      Bien que je ne sache pas si ce serait finalement bien adapté à ce genre de conférence (pour les questions-réponses, par exemple)...


    • Pourquoi pas pour les 10 ans d’E&R, avec un banquet et un spectacle de Dieudo.

      A mon avis, il faudrait s’inscrire de suite pour être sur d’avoir une place.


    • #369779
      le 26/03/2013 par lacomédiehumaine
      Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

      oui et pis y’aura des pizzas et du coca !!!

      sans dec’ les mecs vous etes graves, soral viens de vous dire que si on veut être efficace il faut l’être sur le terrain, faire les trucs empiriquement et pas uniquement ce contenter du spectaculaire et de quoi vous rêvez après avoir visionner la vidéo : d’aller au spectacle !!!

      c’est pas joué c’est sûr...


  • Merci patron !!!!!


  • #369186

    Bonjour,
    Vous pouvez aussi parler de François Duprat, l’intello du FN, assassiné sans enquête policière.
    "Manifeste Nationaliste-Révolutionnaire"
    Nationalement


  • #369194

    Discours intéressants sur la face cachée de la réalité "réelle" comme dit Gabriele. Dommage que les inscriptions aient été fermées très vite (dommage pour moi !) car à Nice c’est rare ce genre de conférence, déjà qu’on vient de nous annuler le spectacle de Dieudo...
    Le triomphe de Dieudo, en parallèle des audiences de + en + fortes de notre Père Soral m’amènent à penser que la France a encore un soupçon de dignité à réveiller.
    Merci


  • Merci à Alain, super conférence
    Il est vraiment au-dessus du lot !

     

  • Sur l’allusion d’Adolfini sur les connaissances des manipulateurs, je crois qu’il devient très important que E&R s’intéresse d’avantage à la psychologie sociale, si ce n’est aux sciences neuro-cognitives.

    Soral a parlé de Lebon, le grand père des analyses comportementales sur la foule ou de Milgram et ses expériences sur l’autorité. On peut aujourd’hui (pré)voir le rapport normé à la télévision, à l’information (anxiété/colère/stupeur), à la foule (=/= masse)...

     

    • Erratum : *Adinolfi


    • Les Neuro-sciences est un domaine très large. Quelle approche proposez-vous ?


    • Commençons par les codes couleurs télévisuels ? C’est déjà tout un programme !
      Par quel programme (au sens de la programmation informatique) voulez-vous commencer ?
      Le 20h quelle que soit la chaine avec l’omniprésence du bleu autoritaire ? Ou bien les publicités
      mensongères, contenant des enchainement de couleurs vives et criardes sur fond blanc ?
      Ou encore les programmes d’attarde-ment des "prime time" ou se retrouve pèle mêle des
      couleurs de fond sur des vas et viens circulaires avec un avant plan de plateau en rose et/ou
      d’autres couleurs deux tons (mâle/femelle) ? ...ou plutôt mâle/mâle et femelle/femelle... pour suivre la tendance "gouverne-mentale" !!! (notez tout de même que : c’est marqué dessus comme le nom d’une marque de fromage frelaté rabâché tant de fois que cette connerie est sévèrement incrusté dans nos cervelles...) Et c’est un travail de fond sans fin que d’analyser toute les ficelles de cette boite de narcisse (tv) machine à décerveler redoutable... La télévision : la télé qui donne des visions ! (Smaïn)
      NEURO-COGNITIF TELEVISUEL IN-FER-NAL !!!


    • Sur l’autorité de la télévision, le boulot a déjà été fait par Jean-Léon Beauvois en 2007. Très peu diffusé, son expérience de Milgram appliquée à l’organe de la télévision est absolument édifiante. Tapez "Jeu de la mort" et "zone extrême" sur Google ; un grand must, que je grave sur CD et donne au plus de monde possible pour qu’ils le visionnent. ça devrait même être obligatoire dans les écoles.


    • Tout d’abord, je précise que ce domaine est de la lecture personnelle, je n’y ai pas d’intérêts. Je connais que peu la neuro-psychologie car très spécifique (cf. TV Lobotomie)

      La démarche de E&R vise à l’autonomie structurelle et mentale. Dès lors, c’est bien d’appréhender les fondements (une méthodologie et une certaine analyse situationniste) des techniques politique, de formation (groupe) et de crise (comportement).

      En psychologie sociale, suivant le thème voulu, vous trouverez : Minorités actives (Moscovici père), groupes restreints (Anzieu), soumission librement consentie (Beauvois, Joules), autorité (Milgram), propagande et politique, influence/manipulation (Cialdini) etc Il y a des ouvrages de synthèses qui peuvent aider à faire une introduction (voire exposer les expériences et les techniques qui en découlent).

      *Beauvois a d’ailleurs fait des papiers critique sur la démocratie libérale (dont "Traité de la servitude libérale").


  • Conférence intéressante. Néanmoins, j’aurais aimé davantage de questions à Gabriele, voire que les questions ne soient posées à aucun directement, car s’agissant du même thème, comment savoir lequel sera le plus pertinent pour y répondre ? Et qui veut y répondre y répond.
    Simple suggestion.

     

    • #369786
      le 26/03/2013 par lacomédiehumaine
      Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

      plus je lis les posts plus je suis affligé !!!

      oui on mettra un peu plus de fleurs aussi la prochaine fois sur la table ! tu les veux de quellle couleur ?


    • Afflige-toi ! Je disais simplement que j’aurais voulu voir les deux points de vues se confronter davantage. On n’est pas sur les forums de LCI : que tu sois affligé n’a aucune importance, et pour personne.


  • #369352

    c’est vrai que l’on oublie vite sa naiveté sur la blancheur des services secrets d’un pays, ce qu’ils disent me rappellent un film qui m’avait choqué : "opération espadon" avec john travolta. Un film bien américain avec l’esprit américain à savoir que ce film nous disait dedans que les services secrets étaient d’ailleurs bien délirants dans leur tête, la fin justifiant les moyens pour eux, c’est à dire que cela ne leur posait aucun problème de conscience de sacrifier une partie de leur population pour en sauver l’autre partie, je me disais ils sont graves tout de même dans ce film, véhiculer de tels propos mais visiblement les films ne seraient ce qu’américains sont là pour véhiculer leur morale anglo saxonne qui ne repose sur rien d’ailleurs si ce n’est sur le profit à tout prix, la jouissance à tout prix quitte à sacrifier certains de leurs compatriotes sans problème, ce n’est pas le genre de système que l’on peut envisager comme idéal enfin pour toute personne encore bien sensée aujourd’hui ça c’est encore un autre problème mais grâce à l’amérique tout cela va changer, nos cerveaux vont être reconditionnés, et ils réussissent avec leurs films propagandistes et les gens acquiescent sans s’en rendre compte, boycottons leurs films même s’ils sont bien tournés afin de garder nos cerveaux libres.

     

    • #369444

      he oui petittroupeau pourquoi crois tu que des series comme 24h ou dexter existes ? ( on est des pu.ains de psychopathes , mais on est des gentils qui agissons pour votre bien ) ça justifie abou ghraib et guantanamo au yeux de la populace et inconsciement en plus.........


  • Bonjour à tous,
    Mise à part le contenu des conférences que je trouve très intéressant et bien exprimé, serait-il possible de soigner les prises de son ?
    Ce n’est pas un caprice, c’est juste que ça gâche le talent des orateurs.
    Pourtant un bon micro me semble plus important pour un conférencier et ne coûte pas ci cher en comparaison d’une camera.
    Je sais par expérience, qu’il n’est pas toujours possible d’avoir des conditions optimales alors ne faudrait-il pas qu’ E/R paye un micro à Mr Alain Soral qu’il emmènerai avec lui afin d’avoir toujours le minimum qualitatif à une bonne compréhension auditive sur les vidéos.
    J’espère ne pas vous vexer et je vous remercie énormément pour tout le travail que vous faites.
    Joachim (ex ingé-son)
    PS : Ne pas publier dans les commentaires merci.

     

    • #369569

      C’est pour çà l’idée d’une banque : comme çà vous pourrez côtiser vous aussi à l’achat des micros :)
      (PS : apparemment votre commentaire a été publié ?)
      Quant à moi je note que "la révolution ne se fera pas avec des universitaires et des profs". C’est noté.


    • C’est bien beau de râler mais il faudrait regarder plus de 2 minutes de vidéo avant de se plaindre...le son est bon a partir de là, on a eu de légers soucis techniques au début mais je te met au défi de chopper une conf avec une aussi bonne prise de son...


    • le collègue joachim ne râle pas, il vous propose, en tant qu’auditeur une critique constructive.
      ayant fait de l’audiovisuel, je confirme un ptit micro uni-directionnel ça coûte 60 euro, même pas.
      à plusieurs reprises et pas qu’au début, le son est mauvais.
      si vous avez loué une table de mixage pour la conf, branchez un DD/MP3 externe sur le port USB, vous pouvez enregistrer tout le son en prise directe et le restituer tranquillou au montage.les seuls parasites que vous risquez d’avoir c’est au moment de la manipulation du micro.
      l’expérience vient avec la pratique, continuez comme ça !!!


  • Personne n’a des liens sur ce qu’avance Alain sur la tentative de corruption de Dieudo ? J’en suis à la moitié de la 1ère vidéo (peut être qu’Alain en reparle plus loin), mais là c’est quand même du lourd - j’aimerais en savoir plus. Merci d’avance.

     

    • Ça n’intéresse personne ? C’est dingue ça. Pourtant c’est quand même une information spectaculaire non ? On aurait tenté de racheter la tournée Foxtrot. Rien que de l’écrire je n’arrive pas à le croire, surtout ce que cela implique derrière comme réflexion.

      Si c’est vrai, et je ne vois pas pourquoi Alain irait dire n’importe quoi devant tout le monde. Alors c’est peut-être un signe de faiblesse qui est un bon présage. La machine s’enraille. Ils ont voulu le saigner financièrement, le mec triomphe partout en France. Quenelle mangez et partagez !


    • Qu’est ce que ça va changer pour toi d’en savoir plus ? Monsieur Soral en a déjà dit amplement assez. Il risque sa vie en disant ça. C’est très courageux. Il peut risquer gros en revelant cette "affaire" en détail. Donc mieux vaut qu’il n’en dise pas plus pour sa sécurité et celle de Dieudonné. Cordialement camarade


    • Qu’est ce que ça va changer pour toi d’en savoir plus ?

      Me donner de l’espoir. Et certainement plus d’espoir qu’avec cette "Manip pour Tous".

      Enfin je penses que c’est pas compliquer à comprendre. Si Dieudonné a été soudoyé ou tenté de l’être c’est quand même un changement de cap important dans l’affaire Dieudonné après 10 ans de lutte.
      Et puis en général, les gens normalement constitué quand on les interpelles pour annoncer un information choc comme ça, le premier réflexe c’est d’essayer d’en savoir plus.

      Enfin, je ne sais même pas pourquoi je répond. Un peu de bon sens que diable.


    • #370496

      Pour ma part c’est le genre de truc qui m’inquiète, on a essayer de le faire passer pour un fou, puis de le faire taire, maintenant ils tentent de le soudoyer, la prochaine étape c’est la barre de plutonium dans l’cul ?


    • Je suis désolé max si j’ai été un peu agressive. Je pense que c’est déjà très courageux de révéler cette tentative de corruption, monsieur Soral peut subir des représailles etc, en dire + c’est mettre sa vie clairement en danger. Donc je trouve que savoir la somme exacte qui lui à été proposé, qui sont ceux qui lui ont proposé etc c’est juste du commérage, on s’en fou limite, l’info principale est donné ça suffit dèjà. Surtout qu’on se doute bien que c’est pas le lobby catholique ou musulman qui lui à proposer cette somme. Cordialement camarade !


    • c’est juste du commérage

      Non, ce qu’on fait actuellement à échanger sur du vent c’est du commérage. Avoir des informations sur cette annonce c’est rompre avec le commérage.

      Après chacun son intérêt sur ce site. Je trouve que cette annonce dépasse largement le ridicule, la pleurnicherie des manifestants de la Manip Pour Tous déçus qui se rendent compte sur le tard que les médias les méprisent autant que le gouvernement.

      Bonne journée.


    • ce qui est inquiétant c’est que Soral fini par c’est la carotte et le bâton ce qui implique que si ce n’est pas la carotte qui prend, il passeront au bâton


    • @Medhi

      si ce n’est pas la carotte qui prend, il passeront au bâton

      Exactement. Je penses que 2013 / 2014 vont êtres des années décisives, et pas qu’au niveau de l’affaire Dieudo, même si elle permet de prendre le pouls de nos ennemis.


  • Merci pour la vidéo, de plus très bien filmé.


  • Bonne idée de créer une banque, monsieur Soral est un vrai révolutionnaire ^^

    Excellente conférence merci à E&R !

     

    • #369843
      le 26/03/2013 par FOUDROYANT ENONCE qui aspire à toutes les promesses.
      Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

      Soral est un maitre de la pensée soralienne totale qui prend les choses et les événements par la peau du dos sans faire le tour du pot ! BRAVO ALAIN pour cette annonce publique de banque pour les volontaires engagés du nouveau mouvement socio-économique  ; restera à en énoncer les repères et les bornes morales, éthiques et philosophiques dans la durabilité . MERCI ALAIN de ce défi ayant de la poigne .


    • #372813
      le 30/03/2013 par lib&ration du travail par sa propriété du capital
      Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

      c’est plus qu’une idée révolutionnaire ...un nouveau modèle sociétal est crée ou capital et travail sont mis en oeuvre en synchrone la propriété de leurs propres protagonistes volontaires .


  • Toujours un très bon Alain Soral qui a remis à leur place quelques petits malins.
    J’ai bien aimé la clarification de sa pensée sur les mouvements identitaires.

    Sinon, je viens de découvrir ce Gabriele Adinolfi qui malgré sa fatigue évidente lors de la conférence a fait des réponses tout à fait pertinentes et complémentaires à celles d’Alain.
    J’ai bien aimé sa thèse selon laquelle nous n’assistons pas à l’effondrement du système mais justement à son renforcement via l’effondrement des nations et de notre société.

    Longue vie à ces deux grands messieurs !


  • #369543

    Outre la pertinence de Soral et Adinolfi, remercions Pierre Antoine des non-alignés ( le type au centre ) pour ses questions extrêmement pertinente et la gestion originale de cette conférence, qui est de très haute volée, une des meilleures qui m’ait été de voir depuis des années.


  • Très belle analyse de Soral sur le livre ’’La France, orange mécanique" et la prestation de son auteur chez Ruquier.
    Une fois de plus, comme un con décérébré, dominé par ses émotions, j’étais tombé dans le panneau "il faut en découdre avec la racaille immigrée".

     

  • Formidable, pour de pas changer !
    En détail, je dirai que je préfère les interventions de Soral en ce qu’elles ont de profondément humain et dynamique de par ce biais, mais je reconnais que je manque forcément d’objectivité.

    Le public s’y retrouve d’ailleurs d’autant et il me semble que ce n’est pas en premier lieu dû au fait qu’il soit français devant un public français qu’à son tempérament et l’ensemble de son approche.

    Car Adinolfi, aussi très lucide, est plus sévère voire désabusé par instants et n’apporte alors pas aux autres cette même stimulation, si importante.
    Mais il est malgré tout très complémentaire...

    Sinon, de manière plus personnelle, mais je sais cependant que c’est grandement partagé ici, je suis heureux (si) de me retrouver, toujours et encore, sur autant de points fondamentaux avec Alain Soral ! :)
    je pense notamment à mes commentaires sur E&R, bien moins efficaces (mais je sais que j’ai une tendance à communiquer par énigmes quand je chercherais plutôt à être laconique...Bon, j’écris trop vite, et je ne sais pas comment font certains parmi nous pour avoir le temps quotidien d’écrire tant et bien !?!).


  • #369602

    L’idée de créer une banque est intéressante, mais avez-vous songé à l’idée que cette banque pourrait être également un petit gouvernement parallèle ?

     

    • Le problème c’est comment se constitue une banque ? Si c’est pour devenir une tentacule de la pieuvre avec un conseil d’administration et 5 ans plus tard tout le monde est dehors et le business est repris par le système. Bof.

      De plus c’est un milieux concurrentiel et même si les banques (comme les opérateurs téléphoniques) harmonisent leur tarif pour te niquer où que tu ailles, tu seras un concurrent pour eux et tu subiras des attaques de toutes part.

      Le seul recourt qu’on ai c’est reprendre notre souveraineté et de se retirer de la tutelle des marchés financiers. Redonner à la Banque de France sont statut d’antan et imposer un code moral et éthique sévère pour les banques privées. Avec impossibilité d’appliquer des agios de fou à des gens en difficulté et contribuer ainsi à leur ruine. Comme un vautour qui fini une carcasse abattue.

      C’est tout le système et sa mentalité à revoir. Et s’il faut s’imposer on s’imposera.

      En trente ans, on est passé du "Client est Roi", à la "Ménagère de moins de 50 ans" et au "Consommateur". On a vendu le "Service des Employés" par un "Service des ressources humaines". On ne vire plus les gens, on les fait se suicider (pas de prime de départ, pas de prime d’ancienneté, et pas de pot de départ - question de productivité).

      Mépris total pour vos banquiers, crachez leur à la gueule tant que vous pouvez, il ne méritent pas plus que ça. Et gardez vos commentaires modérateurs à ce propos. Rien à foutre des exceptions qui confirment la règle.


    • #369865

      ZZzzzzz

      Max, Max....

      Le but de créer une banque qui serait un gouvernement parallèle, c’est justement de reprendre notre souveraineté et de se retirer de la tutelle des marchés financiers. Si vous attendez encore l’élection d’un gouvernement qui redonnerait à la Banque de France sont statut d’antan, vous risquez d’attendre longtemps, car c’est les banques privé qui dirige le gouvernement.


    • Si une banque dissidente était créée, ses dirigeants serait alors effectivement une sorte de petit gouvernement parallèle, avec ses potentiels abus de pouvoirs.

      Ne serait-ce pas l’occasion d’appliquer en partie ce que défend Etienne Chouard, en y intégrant des contre-pouvoirs tirés au sort parmi les clients et les déposants, avec pour rôle de contrôler ce qu’il s’y passe, et avec la possibilité, par exemple, de virer des dirigeants qui se serait laissés "corrompre" par le pouvoir que leur confère leurs postes ?


    • Si vous attendez encore l’élection d’un gouvernement qui redonnerait à la Banque de France sont statut d’antan, vous risquez d’attendre longtemps, car c’est les banques privé qui dirige le gouvernement.

      Je n’ai pas dit ça. Je dis qu’idéalement c’est un retour à la BDF avant 1973. Quand j’ai dis ça, je n’ai pas dit que j’espérer quoi que ce soit des élites politiques en place. Je penses que c’est cuit et bien cuit et qu’on va devoir aller au charbon. Et au vrai, pas de la petit lacrymo à deux balle.

      Et si on ne le fait pas, on est cuit et sera dégusté.

      Donc ta proposition initiale serait dans le cadre d’un renversement du pouvoir. Il est évident que le premier poste à considérer dans ces cas là c’est la question des finances et des banques.

      Pourquoi Zzzzzz . Vous faites chier avec vos allusions. Si tu as une critique à émettre ou quelque chose à dire. Il y a suffisamment de mot dans la langue française pour l’exprimer. Tu dis, max t’est chiant, mais voilà ... et blabla ... Crois moi bien que je préfère ça et je ne serait pas vexé plutôt que des mesquineries qui pullulent comme en ce moment.

      Un peu de couille et de franchise et vous aurez tout mon respect.


  • #369646

    Je savais que Laurent Obertone était issu des rangs sionistes identitaires mais pas que c’était cette grosse merde de David Kersan derrière merci Alain..A mon humble avis, les dernières postures anti-immigration de David CAMERON en Angleterre suit exactement la même logique à savoir :
    1- sauver ses fesses et garder son siège en suivant l’opinion populaire anglaise excédée et crève la faim
    2- servir les groupuscules sionistes identitaires anglais (EDL ou English Defense League) soutenus grassement par la secte rabbinique (voir les défilés de l’EDL avec des rabbins aboyeurs en tête de cortège !!)

    merci


  • #369678

    c’est bien cette idée de créer une banque entre dissidents du système, vraiment à developper comme idée, on constituerait un contre pouvoir alors, avec notre argent on pourrait faire la nique au système d’ailleurs lui même serait obligé de s’adapter et revoir ses positions s’il souhaite tenir.
    Après y aurait il d’autres moyens de pression vis à vis du système comme celui là ? Créer notre propre assurance également, tellement elles rechignent à payer quand elles le doivent par contre bien pressées de ramasser la cotisation.
    Déjà avec ER et autres sites de résistance, ils font mal à la tv c’est déjà une belle victoire, bravo à soral en tout cas d’avoir enfoncé le fer de lance contre les merdias, cela fait déjà plaisir à voir, il est vraiment très créatif et entreprenant, il a vraiment beaucoup de talents, je remercie le bon Dieu qu’Il nous donne des hommes comme alain soral, ce genre d’hommes redonne un espoir à l’humanité et revalorise son image, bravo pour ce combat permanent que vous menez, déjà vous constituez une alternative à cette mentalité abjecte, vomitive de la boboitude ambiante que l’on nous force à ingérer et ce depuis des années, rien que pour cela Alain Soral merci beaucoup.


  • La deuxième partie vers 10:00 est une tuerie. Mangez c’est gratuit. On dirait un match de boxe. Un manipulateur - Crient au loup les opposants à Soral. Mais voyons un manipulateur ne répondrais pas comme ça à un public. Le passage où il peste sur "les questions des petits cons" alors que les micros sont branchés, c’est quand même une tuerie :)

    En tout cas, très intéressante comme conférence et ça montre bien une chose c’est que la Révolution ne se fera pas simplement et surtout en claquant des doigts.

    Il y a juste une question qui n’est jamais abordée, mais est-ce que le processus mondialiste a une finalité, un stade, une étape de mutation, de saut brutal. Où est-ce que le processus de mondialisation (et donc de tout les changements que ça implique directement ou indirectement) est un processus lent, constant et potentiellement illimité dans le temps.

    Et donc s’il est limité, où ou plutôt quand se trouve l’échéance ? Est-ce qu’on a 10 ans, 25 ans, 100 ans, 1000 ans devant nous ? Ce point est soulevé sous une autre forme, en parlant d’accélération du temps et des évènements qui forcent à penser que nous serions en plein période critique. En même temps c’est flou.

    Voilà, j’attends vos avis là dessus, si vous en avez un bien sur.

     

    • Si on se réfugie dans le compassionnel, on va prendre pitié pour les deux types qui ont posé les premières questions. C’est sûr que de se faire remettre à sa place devant 300 personnes ça doit être humiliant. Néanmoins ça peut être un moyen de se remettre en question. C’est vrai que cette pensée binaire, du tout noir ou tout blanc est énervante et c’est même ce qui domine l’ensemble de notre société et qu’il faut apprendre à se défaire.


    • Je pense qu’il n’y a pas de finalité au sens où ils changeraient de paradigme , d’étape, une fois un but atteint (en ce cas la domination unitaire de la planète).
      Il sont déjà dans leur propre matrice à plein régime, limite ils "mourraient" si le but ultime était accompli.
      Leur propos, c’est de continuer ce qu’il savent faire le mieux : toujours plus de pouvoir... et c’est hélas... tout.

      Toutes les autres vertus importantes sont apportées par le reste de l’humanité, c’est pourquoi le propos de ces puissants est très limité. Il n’existe pas véritablement d’après dans leurs têtes en réalité, ce qui prime, et de loin, c’est de l’idée même d’avoir un but.

      Bien sûr, ils se seront prétexté une mythologie, et même acoquinés avec des vrais outils de la conscience, mais juste pour la forme ... Le fond, lui, n’a pas bougé d’un iota...


    • Le processus mondialiste est une démarche de survie. Il est question de ressources (eau, nourriture, matières premières) et d’ordre pour que le tout fonctionne bien.

      Ordre : contrôle démographique, les institutions comme la police, la santé, la propagande, l’éducation... le commerce.

      Plus il y a d’ordre et de mécanisme, moins il y a de la place pour la flamme qu’il y a en chacun de nous. Empêcher un Homme d’accomplir son destin le frustre, s’il est frustré il devient triste, haineux... De cette répression viennent toutes les perversions.

      Depuis que l’on a Internet, une voix populaire,originale et subversive peut se faire entendre. Dans l’Empire se crée d’une certaine manière l’antidote à son effrayant objectif d’ordre glacé et mécanique.

      Il ne faut pas être trop pessimiste, des voix et des consciences travaillent pour lutter contre l’ignorance. En fait rendez-vous compte que de nos jours chaque humain connecté à Internet a accès à tant de culture que même les rois et les empereurs des siècles passés nous jalouseraient. Le savoir n’est plus réservé à l’élite. Et ce n’est pas une vue de l’esprit puisque nous discutons ici :)

      Si l’on a une vision mécaniste et matérialiste, oui il y a de quoi s’inquiéter... Mais l’homme ne peut-il pas voir au delà des apparences ? Comprendre les desseins divins lui est-il interdit ? Pour ma part mes recherches ces dernières années m’ont conduit à avoir de l’espoir car les humains sont en train de changer : les enfants qui naîtront demain seront très différents des brutes qui pourrissent nos institutions.

      Que faire ? Puisque la culture est si facile d’accès, étudions :) toutes les religions, les sciences, les arts. Essayons de vivre nos rêves. Devenons de bons parents, éveillés, équilibrés et intelligents. Que nos cultures soient porteuses de ce que nous sommes maintenant, mais ne nous renions pas pour suivre des règles. Il est important d’être rebelle par rapport à ce qui nous injurie et d’obéir à notre conscience... La pire chose du matérialisme c’est de nier l’existence de l’âme et du besoin d’accomplir son destin.

      On dit d’un esprit qui ne se connaît pas lui même qu’il est endormit. Quand l’esprit est endormi, l’homme est comme aveugle et ignorant. Les mains d’un homme aveugle et ignorant briseront ce qu’elles touchent.


    • @Gabin
      La personne qui a posé la première question est un emmerdeur qui poste de fausses vidéos de soral sur youtube et dailymotion (sous le pseudo de soralofolaso). Il se décrédibilise totalement quand il met des liens de vidéos d’ulcan (ennukan selon Seba) si tu vois ce que je veux dire. Je penses que Soral doit savoir que des trolls s’invitent à ses conférences. En tout cas il l’a bien remis à sa place.
      Maintenant parmi les personnes qui critiquent Soral, je les diviserais en deux catégories
      . Celles qui ont une idéologie à peu près cohérente (ils critiquent le lobby ce qui est central) mais pas la même que Soral. On trouveras des catholiques, nationalistes et d’autres (contre-info, hervé ryssen). A la limite ça sert à rien de se chamailler avec eux.
      Ensuite il y a les petits cons qui essayent de faire passer ER pour une secte, prétendent que Soral est un névrosé antisémite, et qui ne l’attaquent jamais sur le fond. Ces trolls ont malheureusement infesté le net.


    • #371677

      Concernant le plan du NOM, tout dépend de l’angle d’analyse. A un niveau matériel et physique, la marche est dictée par des considérations très concrètes (manipulation des masses, main mise sur les ressources et application de lois marchandes ET contraignantes, sans oublier la nécessité de réduire la population pour mieux la maintenir en esclavage)... Quant aux étapes de tout ceci, elles sont dépendantes du répondant de la masse AUTANT que par la faculté de réponse négative ! Car peu en parlent mais de nombreuses oppositions, même disparates, existent un peu partout dans le monde : et même avec la maitrise des médias officiels, d’autres médiums et canaux permettent, un tant soit peu, de contrer ou de fournir des informations contradictoires par rapport aux multiples entreprises de déstabilisation sociétales et mondiales. La marche en avant est donc forcément chaotique (non au niveau des objectifs mais de leur application ferme). Mais s’il est bien, hélas, un facteur sur lequel ne s’appuient pas "certains", c’est le temps. Il joue automatiquement en leur faveur car, du fait de leurs actions insidieuses, par le fait également que l’homme relâche à un moment son attention, les multiples facettes du But finissent, inévitablement et invariablement, par se concrétiser dans la société.
      Pour ceux que cela interpelle, existe cependant aussi une autre facette. Métaphysique. Que l’on discerne le fait sous un angle religieux ou hermétiste, nombre d’éléments attestent l’émergence "d’autre chose" (je vais rester pudique). Et, pour qui sait, c’est d’ailleurs cet angle-ci qui détermine totalement le premier (et alors même que nombre d’acteurs au niveau matériel n’en ont AUCUNE connaissance) ! C’est bien pour cela qu’ils se feront, tôt ou tard, déborder par d’autres forces... Certains saints ou âmes éclairées nomment la période actuelle "Le temps du Choix". Celui-ci déterminant soit une récompense ayant trait à la salvation (opinion fidéiste), soit une évolution de l’être (opinion hermétiste).


    • La personne ayant posé la première question ,on la connaissait déjà de notre côté,bien qu’elle l’ignorait,ses vidéos sont en partie reprise sur YouTube par SoraloFolaso,s’étant déplacé de son lieu de domicile specialement pour la conférence de Nice,elle est en ce moment en train de rager en postant des vidéos de réponses sur le "cas Soral" ,à n’en pas douter un crypto wahhabo-moudjahidin du net detestant Poutine car en guerre contre ses frères takfiristes Tchétchénes,qui d’ailleurs ne verront pas la fin de la décennie au rythme auquel ils se font effacer,.


  • Très belle conférence... "Les grands esprits se rencontrent" cela n’a jamais été aussi vrai ;)... Bonne continuation à nos conférenciers en espérant vous revoir prochainement.


  • Bonjour à tous,

    Je suis étonné d’entendre les conclusions de Mr soral, que ce soit dans son dernier livre ou dans ses vidéos.
    Vous avez certainement lu la bible Mr Soral, les raisons de la chute des nations y sont clairement expliquées :

    La désobeïssance des peuples aux commandements de Dieu.
    La france a été victime comme israël de sa désobeïssance, elle aura part aux mêmes calamités !
    Si nous voulions regagner la gloire passée de notre france, il suffirait d’appliquer ne serait-ce que les 10 commandements, mais qui peut les citer de nos jours ?

    Éphésiens 6:12

    "Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes."

    Luttons contre les mensonges par la vérité qui nous a été donnée à travers la bible.
    Merci.


  • J’espère que les propos lucides de Soral et d’Adinolfi vont enfin sortir les "fans de" et autres monomaniaques poutiniens de leur russolâtrie béate et primaire ... et, d’une manière plus large, de l’abêtissement manichéen sur toute une série de sujets.


  • "Quand tu mets un français de souche et un musulman en banlieue, ça donne un sous-prolétaire américain en survêtement con comme un balais !" Cette phrase me fair rire à chaque fois. J’écoute beaucoup de musique du moyen-âge français et de musique orientale traditionnelle, et c’est vrai que quand j’entends ce qu’on donne à nos oreilles en ce moment, ça donne vraiment envie de pleurer.... Les diatribes d’Alain, on peut les sortir quand on veut en public, ça fait son effet... !!


  • #369998

    Soral est toujours très bien mais je crois que cette conférence marque un saut qualitatif dans la profondeur et la qualité des analyses. Très inspirant.


  • salut camarades.
    Alain en grande forme et en verve, comme on l’aime, du grand Soral.
    Merci aux camarades qui ont filmé et mis la vidéo en ligne, pour ceux qui ne pouvaient pas y être physiquement, mais vous accompagnaient par la pensé.

    A+++


  • #370054

    Merci de partager de ce moment d’intelligence ! Du haut niveau !


  • #370059

    Juste un bémol concernant la référence à René Guénon. Sa pensée est bien moins simpliste et manichéenne qu’une opposition Orient contre Occident, surtout dans le contexte cité par Alain Soral. Il faut lire "La crise du monde moderne" (livre de poche, c’est pas cher...) disponible en pdf pour les plus fauchés => http://la-dissidence.org/2011/09/26... ou la conclusion est la recherche d’une alliance entre Orient et Occident par le biais de leurs élites intellectuelles, pouvant utiliser ici la dernière structure traditionaliste occidentale qu’est l’Eglise Catholique. Livre criant d’actualité, pourtant publié en 1927.


  • #370074
    le 27/03/2013 par Godefroi de Javron
    Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

    Excellent débat entre deux excellents intervenants. Bravo à eux.

    L’idée de créer une banque dissidente est une riche idée.

    Banque ER. La Banque de l’Economie Réelle, la banque à qui parler :)


  • #370083

    Un Adinolfi très cohérent... J’aurais bien aimer savoir ce qu’il pensait de l’oeuvre de Julius Evola, qu’il nous en parle un peu car je crois qu’il en a été particulièrement influencé.


  • #370130

    J’ai entièrement écouté cette conférence hier. Voici mes impressions mûrement réfléchies.

    Alain Soral m’épate toujours par la justesse des explications qu’il donne. C’est comme une illumination qui éclaire ce que l’on n’a pas pu se formuler.

    Cependant, je trouve parfois très difficile de le suivre. Il faudrait qu’il se mette plus à la portée des simples quidams, comme moi.

     

    • Même si "parfois" Alain Soral accélère le rythme avec des envolées pas toujours compréhensibles pour les novices (comme moi), on lui pardonne car dans l’ensemble, il a su vulgariser un maximum pour être compréhensible et faire comprendre le fond de son analyse. Lorsque je tombe sur des passages un peu ardu, je le revisionne avec mon petit dico virtuel pour comprendre certains mots et surtout le sens de ce que veut démontrer Alain Soral. C’est sûr que ce n’est pas toujours tout cuit et que c’est bon parfois d’apprendre...à cuisiner :o)


    • Il faudrait qu’il se mette plus à la portée des simples quidams, comme moi.

      Je penses, camarade, qu’il voudrait plutôt que toi tu tendes vers lui. Si tu n’arrives pas bien à suivre ses propos, peut être parce qu’il parle de choses qui ont déjà été visité par Alain dans le passé et qu’il est bien évident que lorsque tu maîtrise un sujet, difficile de savoir à quel niveau se mettre pour un public.

      Un conseil d’ami, et qui s’applique à tous ceux qui apprécient les élans verbaux d’Alain, c’est de visionner les vidéos en lignes (à défaut de lire ses livres) et même celle qui datent un peu. C’est un festival, toutes les vidéos d’Alain comprennent des "illumination" comme tu le dis si bien. Aucune n’est redondante et ça te (vous) permettra aussi de voir des choses obsolètes (actualité du monde) sous un autre angle.

      Crois moi que tu ne perdra pas ton temps à ça. Un régal ;)


    • Pas de mystère : il faut lire. Mais je peus comprendre, je lisais très peu avant mes 16 ans, j’en ai 19 aujourd’hui et j’ai pris gout à la lecture grâce à monsieur Soral sur internet, bien que certains concepts me dépassait au départ. Je te conseille à chaque conférence, vidéos du mois etc, de noter dans un petit calepin tout ce que tu ne comprends pas et ensuite consulter wikipedia pour un 1er éclaircissement, et quand il parle d’ouvrages, de concept, etc je te conseil de noter aussi et de te renseigner sur internet, avec internet la culture est à porter de quasi tous aujourd’hui.


    • Je pense qu’il ne faut pas chercher à vouloir à tout pris à comprendre avec le mental. La compréhension doit se faire sans tension, naturellement.
      j’ai bien aimé quand il dit que dans le jeu de la dualité, l’intelligence fait défaut. la compréhension c’est un peu comme un oiseau qui a besoin de ses deux ailes pour voler. Nous avons besoin d’être neutre binairement parlant pour accéder à cette compréhension. Nous avons besoin du noir et du blanc.
      Cela peut vous semblez bizarre, mais c’est le fait de ne pas comprendre que le sujet vous captive, car lorsque l’on comprends un sujet , on cesse de s’y interesser tout naturellement. Je pense que c’est pour cela que beaucoup de gens sont attirés par les livres mystiques , car tout un chacun les interprète selon sa compréhension et peu les comprennent, Ce qui garanti le recherche pertuelle.


  • #370141

    Merci à Mr Soral, Mr Adinolfi, l’équipe dE&R et les non alignés !

    Hâte de voir la suite ;)

    J-p


  • trés interessant,notamment sur les differents niveaux de d’implication...il y a de quoi cogiter.

    Effectivement,la fougue et la lucidité de la jeunesse permet des envolés charismatique,mais qui ne reste que des envolés.
    La structuration des reseaux est donc indispensable a l’etablissement d’une sociétée saine et viable pour longtemps.

    La banque c’est une bonne idée.
    Avec un peu de pub elle devrait attirer tous les commerçants et artisans de France et de Navarre.

    Bien a vous.


  • Soral-Adinolfi : un grand moment de l’aggiornamento de la pensée européenne en ce 3ème Millénaire. Merci Alain Soral de nous avoir rappelé que notre beau et grand pays la France, est par vocation, une alternative face à la domination anglo-saxonne, ouverte à une troisième voie dans la modernité. Une idée forte dont nous devons être porteur pour combattre la subversion américano-judéo-maçonnique.


  • Je m’excuse d’avance de n’avoir rien de plus intéressant à dire mais ... C’est quoi la musique au début de la vidéo des questions du public ? Merci.

    Encore une fois Alain en grande forme, surtout lors de ses interventions à propos de la subtilité du système en ce qui concerne le livre "France Orange Mécanique", et sont petit coup de gueule quant aux questions du style "Alors, Khadafi ? Bien, ou pas bien !?".


  • Merci à l’équipe d’E&R et les non-alignés !
    Bien filmé.


  • Moi il y a un truc que je comprends pas :

    Cette conférence est super intéressante, mais la plupart des gens "sérieux" comme Michel Drac, Pierre Hillard, Piero, Jovanovic ou Soral disent clairement que le système vas s’effondrer dans une guerre civile terrible dans les 5 ans environ.

    Je comprends même pas qu’on continue à discuter sur certains sujets, ou ne pas poser des questions autres que "comment ne pas se faire troncher en une semaine".

    Doit-on se préparer au pire ou est-ce que le système est parti pour durer des décennies ?

    Question peut-etre con mais franchement essentielle, non ?...

     

    • #370938

      Non, penser ainsi est te soumettre au système. La sagesse très martiale est d’être fort dans sa tête, dans son corps et d’agir quand il le faut. Il ne s’agit pas de se laisser dicter une réaction ou d’être différent parce que le système se transforme mais d’être un roseau qui peut plier sous le vent mais ne va pas se rompre. Des conseils très précieux d’attitude ont été donnés dans cette conférence, ils m’ont fait penser Bruce Lee, celui qui est attaqué doit devenir comme de l’eau.


    • Pour avoir longuement bossé sur la question Blitz, si on fait la moyenne des annonces d’effondrement les plus optimistes et les plus pessimistes des gens les plus sérieux on tombe sur l’année 2016...

      Ca vaut ce que ça vaut, ça peut être plus tôt, ça peut être plus tard. Mais bon une chose est sûre des décennies, non ! Une décennie tout au plus mais c’est tout, tous les voyants sont au rouge et il y a en plus le facteur non négligeable de l’imprévisible type Fukushima qui peut précipiter les évènements...

      Donc non ça sera autour de 2016 soit un peu avant, soit un peu après mais pas 2030 comme disait Pierre Hillard. Ca j’en mettrai ma main à couper ! Chaque année c’est pire et ça s’aggrave plus vite mais là comme l’a remarqué Jovanovic c’est ininterrompu...Ca ne s’arrête plus...Le bâteau prend l’eau de partout alors comment tenir des décennies ? C’est déjà incomprensible que tout ne ce soit pas déjà effondré.

      2013 commence fort entre le Mali, la démission du pape, Chypre, la Syrie, la réconciliation d’Obama et Benjamin N., les débordements à la manif anti-mariage pour tous, les scandales alimentaires à répétitions et qui vont même jusqu’à la flotte maintenant, les immolations à répétitions, la criminalité qui explose etc. etc. Mais aussi les bonnes nouvelles Dieudo qui remplie les zéniths de France, cela montre que la colère populaire monte...Plus elle montera plus le Système devra réagir vite et plus il sera dur...Les démocraties étaient des tyrannies molles mais quand la vérité commencera à briller un peu partout, la tyrannie dure va se mettre en place ou du moins essayer.

      Ils ont voulu imposer le Nouvel Ordre Mondial et plus localement l’Europe par la manipulation et la douceur, les gens ont été dupes pendant un temps mais aujourd’hui comment mentir aux gens avec tout ce qui se passe et avec ce que les gens vivent ???

      Le Système doit montrer les dents maintenant et nous ne sommes plus très loin du combat final. Il me semble qu’avant l’Armageddon il y a cette période de tribulation où tout va de mal en pis mais là les masques sont presques tous tombés. Apocalypse signifie littéralement "ôter le voile" ou "révélation". Je pense que ça va péter quand les gens verront le mal en face et qu’ils prendront consciences de la monstruosité absolue de nos élites. Ils ont voté à Gauche pensant que "ça serait mieux que la droite" et pour punir Sarkozy mais s’attendaient-ils à une pâte molle pire que Sarko l’américain ???

      C’est inouïe ce qui se passe !!! En 2017, il n’y aura plus d’élections c’est pas possible !
      Ca va péter avant 2017, j’en suis presque convaincu !


    • Merci Blitz ...
      C’est le même constat que je fais.... si c’est plié d’avance alors pourquoi se battre et faire pousser des tomates bio sur son balcon, apprendre à faire du feu avec un tampax ou passer 3h avec un âne qui prétend qu’un individu avec un zizi n’est pas forcément un garçon...
      Alors pourquoi se battre :
      pour l’honneur ! (je respecte tout à fait cette grandeur d’âme)
      pour sauver son âme (à défaut de sauver son cul du brasier qui s’annonce) Si, comme on l’entend dire de plus en plus, nous avons à faire à des sectes sataniques alors, à mon sens, la seul réponse à cela est Dieu (personnellement j’ai opté pour Jésus-Christ, le plus à même pour leur mettre LA divine quenelle) Les croyants savent que l’on ne peut pas inverser le cours de l’histoire de la fin des temps.

      Le combat est spirituel et non politique ou social... Sauvons nos âmes pendant qu’il en est encore temps ! ensuite on pourra mener des actions, par amour pour Dieu et notre prochain.

      En tout cas merci à E&R pour nous aider à regarder l’ennemi dans les yeux afin mieux le combattre (avec Son aide) merci aussi d’apporter des éléments concrets qui vérifient les récits apocalyptiques.


    • Ta question est très pertinante Blitz, je me fais souvent la même réflexion, tout va bientôt se casser la gueule et de tout évidence c’est devenu inévitable, ça sert plus à rien de débattre sur le chômage, Hollande, les merdias, les femen et compagnie...

      Je suis d’accord avec Gaëtan, la fin approche, tout s’accélère, n’importe qui peut le constater... Ca sera pas pour 2030 comme dirait Pierre Hillard, mais avant...

      Le combat désormais, c’est de rechercher un maximum d’indépendance, regardez les vidéos de Piero San Giorgio c’est très instructif, ça se passe en 7 points : l’eau, la nourriture, la santé et l’hygiène, l’énergie, la défense, les liens sociaux. Même avec des revenus très modestes il est possible de faire un minimum de préparation, et mieux vaux être préparé à 1 ou 2 % que pas du tout...
      Le survivalisme ou préparation, ou recherche d’indépendance, peut importe comment on appel ça, n’empêche pas de continuer à s’informer et à lutter si on en a envi (la quête d’indépendance est déjà une lutte en soi).
      Il ne s’agit pas de survivre pour le fait de survivre, mais de vivre, pour pouvoir ensuite rebâtir la société de demain... Car pour le voir, le monde de demain, il faudra déjà survivre à l’effondrement qui nous attend (c’est pas gagné même pour ceux qui sont prêt, alors pour ceux qui ne sont pas prêt, je préfére pas imaginer...)

      Je ne partage pas l’avis de ceux qui trouve le survivalisme sans intérêt car plus les gens seront nombreux à ne pas être préparés plus il y aura de chaos. La recherche d’indépendance, même un minimum, me semble être une question de bon sens.


    • Merci pour vos réponses, je me sens moins bancal xD

      Donc on est bien d’accord pour la plupart, le système vas s’effondrer, et sachant que la vie sera très hypothétique nous sommes donc en train de nous battre plus pour l’honneur et pour nos Âmes que pour le reste.

      Merci


  • Si quelqu’un possède une référence fiable sur Gandhi, j’aimerais l’obtenir. Quant on fait allusion à pédophile et Gandhi, on est dirigé vers les sites d’une certaine communauté. Je trouve cela étrange, car bien que celui-ci ait été élevé dans la culture anglo-saxonne, il l’a finalement dénoncé, retrouvant ces racines indiennes traditionnelles, voulant imposer un modèle d’État décentralisé et basé sur des agriculteurs libres. C’est à ce niveau qu’il est devenu une référence d’opposition à l’empire.

     

  • #370542

    Bravo Alain !

    Excellente et courageuse initiative pédagogique que d’imposer ce nouveau rythme de parution des vidéos du mois. Quelque chose me gênait dans le concept et je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. J’ai bien senti que les dernières vids paraissaient de plus en plus tardivement, et je me prenais à ne plus vraiment les attendre. Et pour tout dire la dernière manquait un peu de passion. Encore une fois tu as trouvé ce qui clochait avant tout le monde et pris la mesure qu’il fallait. La lecture, et l’écriture, sont des outils actifs d’acquisition du savoir. Gaver les gens d’informations et même de savoir sur un un mode de communication qui flatte les instincts oisifs n’est pas sans effets, et le but d’ER n’est pas de créer de nouveaux esclaves mais bien de nous libérer. Cette libération ne se fera pas sans efforts de nous tous.

    Vive ER et vive Kontre Kulture !

     

    • Y’a les raisons que tu as cité, et puis y’a aussi surement le fait que jusqu’a novembre les vues des videos mensuelles montaient à pique pour atteindre plus de 200,000 vues, ce qui forcément motivait à continuer sur ce concept, puis ça a commencé à stagner.. j’y vois la une corrélation. De toute façon comme le dit Soral pas la peine d’attirer le grand nombre, il faut juste être une organisation structurée.

      Sinon Adinofi est impressionant, un mec en cavale qui a tout compris et qui suit E&R !


  • #370686

    Bravo pour cette initiative de partenariat italien, bel échange de savoirs et d’énergie ! Et merci pour la découverte de Mr.Adinolfi. J’espère qu’on ré-entendra ce monsieur. La voilà la riche Europe, ça fait du bien...


  • #370718

    Bonsoir,très bonne conférence même si il est difficile de suivre surtout sur la géopolitique concernant Poutine et les alliances qu’il fait par stratégie,c’est vraiment complexe et je me dis que je sais pas si un jour il y aura des politiciens amateur comme dit Chouard car ces vraiment un monde de joueur d’échec et pas trop accessible au simple citoyen.Sinon Dé fois je le trouve un peux dure (Soral) avec les poseurs de questions,surtout pour le chômeur sa ma fais un peu mal pour lui.Mais comme on dit qui aime bien châties bien,


  • Simple question, par curiosoté. Pour quelle raison principale Alain Soral traite t-il Michel Collon de trouillard ?

     

    • Il ne va pas assez loin dans sa critique d’israel, il est un peu sur une ligne chomsky, ce sont des vilains colons comme les americains, mais pas touche à l’ideologie et au systeme de valeur judaique.
      Collon est aussi un tiers mondiste qui defend chavez mais qui est contre le nationalisme en europe, pas tres coherent comme tous les tiers mondistes.


    • Parce qu’il fait semblant de ne pas savoir certaines choses, comme la maçonnerie et autres groupes occultes, qui ne se cachent pourtant plus aujourd’hui, des choses conspirationniste, donc tabou, donc collon manque de couille pour éviter de parler de tout cela, et au final il tourne en rond " israël, sionisme, etat-unis, israël, sionisme...".


  • #370796

    Soral a fait preuve de beaucoup d’élégance et de subtilité à propos de ceux qui lui ont tourné le dos. C’est ce genre de discours qui distingue un homme mûr et équilibré d’un adulescent hystérique guerrier du net.
    C’est vrai que la dissidence authentique n’est pas à la portée de tous ! C’est comme le sport à haut niveau il n’y a pas une personne sur 10 000 qui a le talent et le génie nécessaire pour faire de son combat dissident quelque chose de constructif. N’est pas Dieudo ou Soral qui veut ! La dissidence authentique et radicale pour les gens de bonne volonté mais sans le génie et le charisme nécessaire finit en général par la marginalisation, la solitude et parfois in fine à la clochardisation ou peut sans faut. D’où l’importance des réseaux d’entre aide où les dissidents qui sont parvenus à faire de leur insoumission quelque chose de constructif peuvent accompagner et former ceux moins doués à s’émanciper.


  • bonne idée pour la banque, sur le modèle islamique, j’ai des questions, Monsieur Soral : la banque islamique fonctionnerait-elle sur un principe non-usuraire réel, comme pourrait l’être une banque basée sur la foi authentiquement chrétienne ? A-t-elle existé dans l’histoire ?
    Partant du principe qu’elle est possible, techniquement, peut-on l’envisager assez grande pour répondre aux besoins de la macro-économie, je veux dire peut-elle devenir un grosse banque et supporter le poids lié à cette position dominante (toujours techniquement), et donc avoir un poids économique indubitable ? Ce modèle a-t-il déjà existé sans avoir besoin d’une coexistence avec l’usure pratiquée par la communauté des marchands ?

    Petite réflexion :
    Nous ne sommes pas capables aujourd’hui de trouver les mêmes lois physiques qui régiraient l’infiniment petit et l’infiniment grand (lois quantiques et relativité). En terme d’échelle nous ne savons pas actuellement unir les deux. En serait-il de même pour le système bancaire ?

    "Rendre à César ce qui appartient à César", une phrase de Jésus.

    Créer une banque vertueuse, en marge des autres qui pratiquent le gain à très court terme et la spéculation, ce qui peut être considéré comme amoral, ne signifie-t-il pas au final devoir créer sa monnaie ?

    Et dernière question : pour quelle(s) raison(s) la banque islamique, qui se dit vertueuse et ne pratiquant pas le taux usuraire, n’existe-t-elle pas, de fait ? Serait-ce par impossibilité technique ?

    Merci de votre réponse, si vous en trouver le temps.

    Fraternellement,

    Damien

     

    • "Et dernière question : pour quelle(s) raison(s) la banque islamique, qui se dit vertueuse et ne pratiquant pas le taux usuraire, n’existe-t-elle pas, de fait ? Serait-ce par impossibilité technique ?"

      Rien de technique là dedans, et ne crois pas à tout ceux qui te parlent d’impossibilité technique/économique et tout le blabla concernant la sortie de l’euro.. c’est pareil, dans un cas comme dans l’autre c’est un problème politique. La banque islamique de Dubai avait commencé de la vraie finance islamique puis HSBC plus grande banque à Dubai a fait pression sur Sheikh Mohammed et ils sont rentrés dans le rang de la finance mondialisée. Ils basent le taux de "profit" (l’intérêt n’existant pas) sur les taux d’intérêts pratiqués mondialement.


    • #371554

      Toutes banques qui recois un benefice proportionnel a ce qu’il prete est consideré comme usurieres
      Seul les banques qui sont payé que par les cotisations des clients et seulement alors c’est une banque islamique
      L’usure en general :je gagne de l’argent en pretant de l’argent . Toute les banques font cela
      Donc a l’heure actuel il n’existe pas de banque islamique
      LA TONTINE EST ISLAMIQUE : Je rend ce qu’on ma preté Elle date du 17 eme siecle crée par Pontchartrain initié par MAZARIN en 1689 ( comme par hazard 100 ans avant la revolution francaise) et elle dure toujour
      Une banque sur le principe de la tontine est une banque islamique


  • Super conference. Dommage que je n’ai pu y assister.
    Merci a Alain Soral d’avoir dedicacé gentiment les Chroniques a ma chere moman qui me l’enverra par la poste. Impatient.
    J’espere que toute l’equipe a goutée nos specialités locales. :-P


  • "Intéraction des forces armées" !
    Le juge Gentil, Elkabbach...

    Putain vous avez le bras long à E&R, on est au-delà de la quenelle épaulée à ce niveau là, quand ça ressort par les narines...

    2 fingers in the noise mais de l’intérieur !


  • #371080

    La compréhension de Mr Soral sur l’apparition de Obertone à l’émission "on n’est pas couché", me semble fausse. Il tire ses conclusion sur l’idée que chaque spectateur tendra nécessairement à prendre le parti d’Obertone au vu du déroulement de l’émission.

    Cependant, Mr Soral prend son anticonformisme pour une généralité.
    Je parle d’anticonformisme, parce qu’il me semble que la résolution de l’énigme repose sur le secret de la manipulation des foules (voir mon commentaire au livre de Gustave Le Bon).

    J’ai coutume de comparer les émissions de télévision à la place du village.
    Quand il s’agit de décourager l’expression de certaines opinions, on invite quelqu’un qui les tient puis on l’humilie en direct. Le conformisme des foules fait que tout ceux qui ne tiennent pas à être humiliés, feront donc profil-bas s’ils ont l’occasion d’évoquer ce genre d’opinion, ils se tairont.

    C’est une manière subtile d’interdire l’expression de certaines opinions (au strict sens étymologique, l’interdit est ce qui s’interpose au discours).

    Ce genre de traquenard télévisuel a été à maintes reprises employé, et Mr Soral ou Mr Dieudonné en ont fait eux-mêmes les frais. C’est la constante de la manipulation des opinions de la foule des citoyens via le spectacle télévisuel.

    Une "bonne" opinion est présentée sous un jour favorable par l’organisation de débats où celui qui la tient est respecté.

    Une "mauvaise" opinion est présentée sous un jour défavorable par l’organisation de débats où celui qui la tient est humilié.

    Celui qui émet une "mauvaise" opinion est donc humilié en public devant quelques centaines de milliers de téléspectateurs à titre d’exemple.

    Si jamais il fait amande honorable, s’il se repend, alors il pourra continuer à participer au système médiatique. Sinon, s’il tient son opinion fermement, alors il sera exclu des médias pour ne pas faire d’émules.

    Bref, manipulation des foules via les médias :
    Humiliation des "mauvais", encensement des "bons".

     

    • Dans le prolongement de votre propos, je citerai Gérard Pince : "Jean Moulin n’allait pas se faire interviewer par Radio Paris".

      Quand on est un dissident, un résistant , on ne va pas se faire démolir dans les médias piégeantes du système.

      Internet est un bon médium de substitution ; les livres aussi avec les éditeurs tels Kontre Kulture. Il suffit de les utiliser intelligemment.


  • #371240

    un grand et profond moment de dissidence !...merci respectueux et solidaire à Alain et Gabriele (une belle découverte)...par contre pas d’accord du tout sur la hiérarchie, vaine à mon sens entre coluche et dieudo, coluche avait un talent populaire immense et un coeur énorme...hélas c’était la "mitterrandie" et attali le faux ami de coluche usait de méthodes déjà vicieuces pour "neutraliser" coluche qui n’a pas eu le temps (putain d’camion, bien opportun ceci dit) d’approfondir sa vision politique (on a raté un sacré moment à la rentrée 86...), rappelons nous aussi des intentions de vote pour la campagne de 81, l’approche là encore malfaisante du sordide attali pour ramener coluche au bercail ps..la mort d’un proche collaborateur de coluche dans des circonstances jamais élucidées le découragera, le dégoutera de l’engagement politique...le sionisme déjà existant à l’époque mais ne mettant pas encore et de façon outrancière son empreinte sur la France, a permi à dieudo des années plus tard de se grandir face à un persécuteur aussi hystérique...durant les années 80 c’était plus vicieux et on ne savait pas ce que l’on sait aujourd’hui (internet).......sans coluche ou desproges, dieudo ne serait pas, en tous cas pas tel qu’il est, on se nourrit des talents qui nous ont précédé et qui ont ouvert la voie, après autres temps autres moeurs et toute hiérarchisation n’a pas de sens quand il s’agit de talents tels que ceux évoqués par ces lignes !...


  • #371299
    le 28/03/2013 par Elric de Melniboné
    Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

    "La musulmane suisse qui fait des vidéos très naives"

    AHAHAHAHAHAHA XD

    C’est vrai que cette personne là semble avoir beaucoup de mal à comprendre la situation globale, qui va bien au-delà de la finance pure.

    Pour ce qui est de Gandhi, j’invite quiconque à taper sur google Netaji Subhas Chandra Bose, le Chavez Indien de l’époque de Gandhi qui est, d’après de nombreux Indiens le véritable libérateur de l’Inde (et non pas Gandhi !).

    A lire : Who brought freedom, Gandhi or Netaji ? http://folks.co.in/blog/2012/01/23/...

    D’ailleurs, Hollywood fait des films sur Gandhi, tandis que Netaji se fait traiter de fasciste indien dans les médias dominants...


  • #371316
    le 28/03/2013 par lumpenproletariat
    Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

    Merci à tous pour cet excellent moment.


  • " L’homme explique le singe "
    " Si la science ne peut résoudre le mystère ultime de la nature, c’est qu’en dernière analyse nous faisons nous-mêmes partie de l’énigme que nous tentons de résoudre " Max planck

    La physique quantique abonde dans le sens des mystiques de tout temps, à savoir que sans l’observateur rien n’existe. J’ai besoin de mon opposé pour m’identifier.Et comme Soral le dit qu’au delà du jeu des contraires et de de la dualité, l’intelligence du réel est inexistante.
    En l’absence de ce que je suis pas, ce que je suis n’est pas !


  • Sauvons nos âmes avant tout ! et trouvons un allier de poids pour lutter contre (j’opte pour Jésus-Christ, qui me semble le plus crédible)
    Merci E&R pour les éclairages !


  • 57 minutes

    Faut-il être propriétaire de ses moyens de production pour être conscient politiquement ?

    Non ! il suffit de considérer une situation comme grave ou tout simplement injuste ...
    Quand les conditions matérielles se durcissent, ce sont les classes les plus exposées qui se mobilisent : les salariés ... La classe moyenne ne résiste pas, elle est rétive à la mobilisation, nuance...

     

    • Je connais des propriétaires de leurs moyens de production : en général, ce sont des sarkosystes boboîsés.Et ce sont des gens qui ne lisent RIEN.


    • La pensée marxiste a voulu investir les prolétaires d’une mission qu’ils n’étaient pas capable de remplir.
      Ça ne fait pas d’eux des enfants...

      Ce n’est pas un motif suffisant pour mythifier la classe moyenne... Les classes moyennes sont les dernières à se politiser. Par contre ce sont les premiers à récupérer les tickets de caisses pour retoucher la TVA...


  • crée une banque !!!!

    c’est énorme, je suis morte de rire, car déjà c’est faire un vrai choix contre les oligarques, et ainsi montrer que nous ne sommes plus des "goys " stupides.....

    même jovanofric n’y a pas pensé !

    bravo, et encore bravo


  • Très bonne conférence, de plus à la fin on a encore pu constater le génie du maitre,
    car sérieusement, quelle envolée intellectuelle sur les catégories binaires !
    Le fait de penser dualité, c’est de renoncer à l’intelligence, c’est d’une finesse et c’est tellement bien vue, du haut niveau.
    je suis réellement reconnaissant envers Alain Soral, et égalité réconciliation d’accéder à ce genre de conférence.


  • #371775

    Pas d’accord sur un point...

    Sade disait « Il n’y a point de passion plus égoïste que celle de la luxure. »
    D’où la déception légitime lorsqu’on apprend que tel grand homme s’adonne à des actes aussi peu nobles que de fouetter des p*tes ou éjaculer sur le dos de petites filles...
    Ceci me rappelle d’ailleurs cette anecdote : un jour Malraux interrogea un vieux prêtre, pour savoir ce qu’il retenait de toute une vie de confesseur, quelle leçon il tirait de cette longue familiarité avec le secret des âmes... Le vieux prêtre lui répondit : "Je vous dirai deux choses : la première, c’est que les gens sont beaucoup plus malheureux qu’on ne le croit ; la seconde, c’est qu’ il n’y a pas de grandes personnes."

    Nous reste Jésus (entre quelques rares autres...) ; manquerait plus que d’apprendre qu’il fût un partouzeur invétéré, ça ferait franchement mal au crâne...


  • Pour l’instant je n’ai vu que les premières 30minutes, je suis d’accord avec Alain sur le livre "La France Orange Mécanique". L’analyse est pertinente et juste .. logiquement si le sioniste à deux balle là était subversif, pensez-vous qu’il viendrait chez ce trou du *** de Ruquier ? Il aurait connu le même sort qu’Alain, Dieudo, LLP etc. .. !
    Encore un bouquin pour faire monter le choc de civilisation dans une émission faite par des bobos pour des bobos, perso je ne regarde jamais cette m****** le samedi. Je préfère voir ou revoir des conférence d’ER ^^

    Juste pour finir sur une note pessimiste :
    Je regarde la conférence demain !
    J’ai peur que les puissants de la communauté organisée et des loges fassent tout pour nous interdire l’accès au net ... ils ont compris que ça nous permet de nous réunir grâce à ER et de ne pas tomber dans les pièges.

    Rassurez-moi ? lol


  • Je pense qu’Alain oublie quand il critique Laborit que toutes les civilisions ont toujours vénéré les animaux et notamment les égyptiens qui avait une fascination pour le chat. Les indiens d’Amérique vénéraient les animaux.
    Nous apprenons beaucoup des animaux. Je ne pense pas que nous descendions du singe mais le fait d’étudier ces animaux fait que nous ayons une meilleure compréhension de nous-mêmes. . L’observation comportementale des animaux en laboratoire aide beaucoup à comprendre nos réactions.

    D’ailleurs, il un fait admis dans les hautes sphères métaphysiques que l’homme est une machine pavlovienne. Celui-ci ne fait que réagir tel un rat en laboratoire, et quand il pense agir, il ne le fait que par rapport à un stimulus. Notre but ultime est de quitter notre animalité afin de regagner notre dignité de ne plus être mu par notre environnement comme des girouettes.
    Peu de gens se connaissent réellement et surtout pas les politiciens.
    Je pense qu’Alain doit penser à la conscience quand il réfute Laborit, pourtant la majorité des hommes se disent conscients, bien que souvent erronément, mais ils ignorent ou refusent d’être la conscience. Notre essence ultime est la conscience, car sans elle rien n’existe. Le but de la vie est de d’englober cette conscience morcelée.
    C’est pourquoi toutes les grandes religions disent de ne pas juger. Jésus ne disait pas autrement.
    Nous représentons la conscience universelle jouant le jeu de la dualité.
    Imaginez-vous si les six milliards d’individus allaient à l’encontre de la tyrannie de leurs conditionnements binaires et pavloviens et ne jugeaient plus ?
    Quoi qui en soit pour la conscience ultime tout est bien, car elle ne connait pas la négation.

     

    • Désolé mais je ne comprend rien à ton machin, et je pense ne pas être la seule ! Ce monsieur Laborit alimente beaucoup de débat à ce que je vois. Merci à l’intervenant en tout cas parce que je ne le connaissait pas !


    • #373194

      Ne nous emballons pas. M. SORAL souligne la complexité et la pluralité de l’humanité, donc le côté "on est des robots de Pavlov" est une réduction trop rapide : être conditionné pour agir d’une certaine manière ne signifie pas que le conditionnement est absolu, car chaque conditionnement se fait sur un aspect de l’être humain. Ensuite votre remarque sur l’observation des animaux pour nous connaître est fausse : anthropomorphiser un singe n’en fait pas un homme. Le singe a ses instincts, ses réflexions, qui viennent de sa nature (cerveau différent) et de ses connaissances (éducation par d’autres primates de son espèce). Tout ce que nous pouvons espérer de la confrontation avec le regard animal, c’est d’en apprendre plus sur nous-même en tant qu’individu, car la confrontation est source de réflexion et d’introspection.


  • #371903

    Mon dieu, que les grossiers personnages, les perdus de service qui cherchent une laisse, cessent de réclamer leurs vidéos du mois, et ça sans honte....
    C’est vraiment gênant, moi ca me fait littéralement pitié. Soral obligé de se justifier, tel le pater féminisé, en prenant des gants pour pas les vexer... Oui parce qu’en plus ces types se vexent si on ne les materne pas dans le sens du poil.
    Je parle même pas du type qui réclame l’entrée gratuite à Dieudo.... Et bien mon gars, tu vas pas le voir, tu attends la vidéo en DVD, tu le mattes chez un pote, etc..... Et puis le "Je suis fan" grotesque....Non mais je te jure.... UN PEU D’HONNEUR QUE DIABLE. Plus personne n’a honte de rien. Et bin la "révolution", c’est pas gagné.
    Svp, que la modération laisse passer, parce qu’il faut que ce soit dit. Ca prend des proportions pathétiques.

     

    • Absolument d’accord avec toi, ça dé-crédibilise tout le mouvement en plus. Dans une vidéo monsieur Soral disait qu’il faisait le ménage au sein d’ER entre les gamins, les palabreurs inutiles qui ne sont jamais dans l’action, les violents un peu trop radicaux etc, il à bien raison, parce que certain de la dissidence du net son vraiment d’un niveau de gaminerie.


  • Bien : passer à l’action ! L’action concrète, de politique appliquée réellement à « la vie de la Cité ».
    Certains ont commencé depuis longtemps. Mais le pouvoir tient à les cantonner dans l’ombre et le silence.
    Bien, la création d’une banque « morale ». Entièrement d’accord.
    Il existe déjà cette forme de banque, pour le moment UNIQUE. Et comme vous le rappelez tout ce qui est BON est PASSE SOUS SILENCE, non retranscrit dans les merdias. Comme ça commence à chatouiller l’opinion publique, on la transforme en opinion publiée et forcément dévoyée avec du « washing » du « green-washing », de « l’éthic-washing » et maintenant les empaffés du Crédit Agrrr nous font du « local-washing ».

    - Je rappelle ceci pour LA CREATION D’UNE BANQUE EN FRANCE :
    Pour éclairer un aspect JURIDIQUE que quasiment personne ne connaît :
    la France impose une procédure qui ne respecte pas la réglementation européenne, en tout cas pour ce qui concerne la seule Banque éthique de France.
    La Banque de France n’accepte pas de nouvelle banque en France, SI ELLE NE S’ADOSSE PAS A UN DES DEUX GROUPES SUIVANTS EXISTANTS : le groupe de BANQUES MUTUALISTES ou le groupe de BANQUES PRIVEES, et ce EN DEPIT DE LA REGLEMENTATION EUROPEENNE !!!!!!
    Ainsi la Banque éthique a été obligée (à l’encontre de la réglementation ) de s’adosser à un de ces deux groupes, elle a choisi le groupe mutualiste. Les ignorants, par méconnaissance ou/et pure nuisance volontaire pour légitimer leurs choix et actions, font ainsi allègrement l’amalgame pour stipuler que la Banque éthique est donc appuyée sur ces banques traditionnelles, et qu’elle est donc aussi véreuse que les autres. Ce qui est totalement faux, c’est seulement un cadre législatif non-réglementaire mais obligatoire ! La gestion de la Banque éthique est totalement indépendante. Et le bilan de notre Banque est positif, ce qu’aucune Banque traditionnelle actuelle ne peut prétendre.
    La Banque de France REFUSE donc de délivrer LE STATUT DE « BANQUE » à la banque éthique alors qu’elle est conforme à la réglementation. Ceci pour l’empêcher de progresser, de se faire connaître. Une façon d’être sous contrôle. Si nous la ramenons, nous serons alors éjectés d’une autre façon du système. Des trolls tentent régulièrement de salir cette Banque éthique par des rumeurs infondées.
    Qu’à cela ne tienne ! Nous n’avons pas d’intérêt à nous confronter actuellement avec la Banque de France, de lui faire un procès. Ceci ne nous empêche pas d’exister. Le principal étant que nous sommes complètement autonomes et indépendants.
    Nous sommes une coopérative de finances. Cela fait 27 ans qu’elle existe. Nous sommes actuellement plus de 31.000 sociétaires (coopérateurs). Pour progresser, nous nous rapprochons d’autres banques éthiques européennes, avec le projet d’arriver à fonder une Banque Européenne Ethique.
    Pour ceux qui n’ont pas encore saisi les enjeux :

    Je suis sociétaire d’une Banque éthique et vous ?

    Chez vous, une canalisation d’eau se rompt créant des dégâts.
    Votre réaction est :
    a) prendre la serpillière pour éponger
    b) couper l’arrivée d’eau

    SAVEZ-VOUS COMMENT VOTRE BANQUE UTILISE VOTRE ARGENT ?
    a) votre compte bancaire est dans une banque traditionnelle :
    qui soumet votre argent à la spéculation, à la Bourse, à travailler avec les lobbys oeuvrant contre l’humanité comme les OGM, l’armement, les gaz de schistes, le nucléaire, les énergies fossiles, les nanotechnologies insérées dans l’alimentation, les vêtements et bientôt dans l’homme comme la puce RFID, cautionnant et collaborant par là à la destruction de l’environnement et de l’homme.
    b) votre compte bancaire est dans une banque éthique :
    une banque qui est non-côtée à la Bourse, qui ne sert pas la spéculation, qui œuvre à des projets d’agriculture biologique, artisanaux, sociaux et culturels. Qui permet de réimplanter des sources d’alimentation saine et de proximité, de relocaliser des commerces, de relocaliser des emplois. Qui réinvestit en court-circuitant la spéculation tierce, son capital au service de la collectivité, aux services des citoyens. Qui remet l’argent au service de l’humain et non l’inverse.
    COHÉRENCE ET COHÉSION !
    Cohérence : car si vous manifestez, pétitionnez, oeuvrez contre les OGM, l’armement, le nucléaire, etc, mais que vous laissez votre argent travailler pour ces causes : vos actions restent inefficaces et contradictoires, en maintenant les causes de vos luttes et empoisonnements !
    — > COUPER LE ROBINET A LA SOURCE !
    Cohésion : par nos actions, notre comportement, notre responsabilité envers nous, les autres, l’environnement ! Cohésion des consom’acteurs et citoyens que nous sommes !
    Une alternative possible :
    UNE « BANQUE ETHIQUE ».
    C’est une coopérative de finances solidaires. C’est-à-dire que je deviens « sociétaire ».
    Comment œuvrer pour une finance plus éthique et transparente ?
    En souscrivant des parts sociales de la coopérative, ou en ouvrant un produit d’épargne, qui vous permet d’une part d’orienter celle-ci dans un secteur de l’économie solidaire que vous souhaitez privilégier, et d’autre part de bénéficier à posteriori de la liste intégrale des prêts que la Nef finance chaque année.
    On peut y ouvrir aussi tout simplement un compte courant.
    Voilà, je ne sais pas si le public de Nice en connaissait l’existence, d’autant que notre Banque est représentée à Nice. Je dis « notre » parce que j’en suis coopérateur et par pleine adhésion à son principe.

    LES MONNAIES LOCALES constituent une excellente alternative ! Elles oeuvrent dans le même sens : ELLES SQUIZZENT TOUS LES TIERS PARASITES QUI SE GOINFFRENT et REINJECTENT L’ARGENT DANS L’ECONOMIE REELLE !
    DEJA PLUS DE 15 MONNAIES LOCALES EN CIRCULATION EN FRANCE !
    Cette monnaie locale complémentaire à l’euro aura pour ambition de :
    - soutenir le petit commerce local en réorganisant nos échanges vers ceux qui produisent ;
    - reconnaître économiquement les compétences que chacun peut apporter à la communauté ;
    - donner la priorité à un développement durable ;
    - engendrer plus de possibilités d’échanges pour chacun !
    POURQUOI AGIR LOCALEMENT ?
    - parce que l’économie devra inévitablement se relocaliser en grande partie ;
    - parce que c’est le niveau auquel les citoyens peuvent inventer des solutions bien adaptées à leur réalité et passer à
    l’action ;
    - parce que c’est souvent près de nous que se trouvent les gens, les ressources et les solidarités pour agir.
    https://www.youtube.com/watch?v=Dcz...

     

  • Merci E&R de nous aider à constater que : c’est la merde ! C’est mort les mecs alors...

    1 :: Pourquoi passer son temps à analyser l’ennemi ?
    2 :: Pourquoi chercher des solutions, même inteligentes, qui ne fonctionneront pas ?
    3 :: Pourquoi nous faire croire que le combat et éco-social alors qu’il le dépasse de loin ?

    La Maison brûle et tout vas péter bientôt ! L’humanité est entrain d’accoucher... CHANGEZ DE COMBAT !! bon courage à tous !

     

    • CHANGEZ DE COMBAT !!

      Crie pas camarade, on n’y est pour rien. Ton postulat est juste, mais que proposes tu comme combat pour ta part ?


    • Max, mon ami,

      Ce sera une théocratie satanique ultra sanguinaire... Il faut se réconcilier avec Dieu (Jovanovic) - accepter l’autorité et l’amour de Christ, recevoir son Esprit et écouter ses consignes pour mener le combat du Roi... Une fois ce système inique détruit (Babylone), on pourra reconstuire une société "parfaite - Jésuscracie - manger bio et faire des bébés !

      On va perdre toutes les batailles mais on va ganger LA GUERRE.... quel espérance !

      Apocalypse 20:4 Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans.

      Que Dieu vous bénisse tous !


  • Syllogisme soralien.

    Le Rap en France a été promu par Jack Lang
    Jack Lang fait partie de la communauté juive (ah bon ?)
    donc les juifs ont promu le Rap

    Imparable...

     

    • Jack Lang

      Issu, du côté paternel, d’une riche famille juive laïque de Nancy, son père Roger Lang est le directeur commercial de l’entreprise familiale fondée et dirigée par le grand-père de Jack, Albert. Roger et Albert sont tous deux francs-maçons. Sa mère, Marie-Luce Bouchet, catholique, née en 1919, est la fille d’Émile Bouchet, mort en 1926, et de Berthe Boulanger, infirmière également franc-maçonne.

      C’est trop d’honneur de lui attribuer l’entière responsabilité, d’ailleurs c’est mal connaitre les propos d’Alain de le résumé à ce genre de conclusion rapide. Mais il est vrai qu’on connait plus Jack Lang pour sa promotion de la musique électronique que du rap. Quoiqu’il bouffe à tout les râtelier dans ce domaine.


  • #372318

    Le plus grand atout d’Alain Soral, au-delà de ses qualités de penseur et sa culture, c’est sa faculté à employer des mots justes.
    C’est révélateur de sa Vérité humaine et c’est ça qui attire la lumière à lui. Ses mots résonnent chez les gens.

    Les hommes dans une démarche authentique de vérité arrivent à le faire de manière naturelle.
    Les manipulateurs ne font qu’imiter (sophisme et subtilités dialectiques).
    Les mots incorporent une vision avec eux. C’est un emballage qui, pour être partagé aux autres, est encore plus important que son contenu.
    Rien de plus efficace qu’un visuel.
    Les manipulateurs le savent et c’est pour ça qu’ils utilisent tant l’image et le symbolisme.

     

    • Dans une de ses vidéos monsieur Soral dit qu’il a alterné durant sa jeunesse entre les discussions de bistrot avec les petits patrons et les chauffeurs de taxi (argot, phrase courtes et simples) et les soirées mondaine+monde universitaire (Baudrillard, le langage intello esthétique etc). Pour moi c’est la synthèse de tout ces langages qui font que Soral emploi un discours claire et concis en + de son aisance à l’orale de la drague de rue et de ses lectures.


    • Au delà de sa faculté d’employer des mots justes, c’est aussi sa faculté d’employer des mots durs et sa faculté d’humilier ses interlocuteurs.


  • #372570

    Puisque la force militaire suffit pour imposer des chèques sans provisions (billets de banque) comme valeur d’échange, à quoi ça sert d’accumuler de l’or ?

    faire des bijoux ?
    l’utiliser comme futur super-conducteur ?
    changer des chicots ?
    le donner à des extra-terrestres ?
    jouer à Picsou dans sa piscine ?
    le changer en plomb ?

    Plein de choses m’échappent, mais ça en particulier ; et ne venez pas me parler de réserve fractionnaire...c’est fini tout ça.

     

  • #372741

    Il y a quelques mois j’’ai envoyé un petit message à Alain Soral pour le remercier d’être notre sémaphore en ces temps bien obscurcis !
    Je dois dire qu’avec cette conférence, il envoit du lourd !
    Mirandolien le gars, chapeau bas l’artiste, quel plaisir intense de voir un pur esprit en cette époque de Kali Yuga !


  • #372881

    Bonjour à tous,

    Cette conférence m’a convaincu de rejoindre e&r.
    Il y a une série nommée romanzo criminale, qui est sans concession, intéressante qui retrace un peu tout ça.


  • @avrelarmor à écrit :



    Puisque la force militaire suffit pour imposer des chèques sans provisions (billets de banque) comme valeur d’échange, à quoi ça sert d’accumuler de l’or ?



    Je pense qu’il s’agit tout simplement de contrôler l’or, de l’avoir sous la main, d’empêcher les pays de déclarer leur indépendance. Quant à savoir où il va, visiblement cela reste un mystère mais je me suis dit qu’avec le chaos qui s’annonce et l’écroulement probable des cours monétaires mondiaux, il serait judicieux pour le NOM de disposer de stocks d’or sur chaque continent de façon à l’utiliser rapidement et efficacement pour contrôler le chaos et justement faire émerger une fois pour toute le bloc Américano-Européen (par exemple pour pouvoir payer la machine militaire répressive qui accompagnera cette émergence).

    De nombreux intellectuels ont montré que le plan financier du NOM est de virtualiser entièrement la monnaie et donc de contrôler totalement les salariés.

    @Salah à écrit :



    J’ai peur que les puissants de la communauté organisée et des loges fassent tout pour nous interdire l’accès au net ... ils ont compris que ça nous permet de nous réunir grâce à ER et de ne pas tomber dans les pièges.
    Rassurez-moi ? lol



    Quand la situation l’exigera, le net ne sera plus libre. Désolé. D’ailleurs il ne s’agit que d’une illusion. De fait internet est un gigantesque fichier de renseignements. Constituez des réseaux (amis, contacts, bad, discussions, etc.) et possédez des livres à faire circuler au cas où !

    @Bruno à écrit :



    ... tout va bientôt se casser la gueule et de tout évidence c’est devenu inévitable, ça sert plus à rien de débattre sur le chômage, Hollande, les merdias, les femen et compagnie...



    Attendre passivement que tout s’écroule et penser qu’on va y gagner c’est jouer exactement le jeu qu’ils veulent qu’on joue. Le NOM émergera du chaos (« Ordo ab Chaos »). Je vous conseille de voir ou lire tous les penseurs de la mouvance E&R à ce propos.

    Conférence : En ce qui concerne le système corporatiste (artisans-ouvriers), en France il fût abolit sous la révolution et il n’était pas représenté aux Etats généraux (voir Sigaut).
    - http://fr.wikipedia.org/wiki/Corpor...)
    - http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89...

    Merci aux Non-Alignés pour la conférence. Soral et Adolfini ! On sent qu’on franchit une étape ! Pleins de nouvelles pistes en perspectives …


  • #373812
    le 02/04/2013 par PNP MAGNAVAL F-L
    Conférence de Alain Soral & Gabriele Adinolfi à Nice

    Merci beaucoup à E&R et Alain SORAL pour tout ce qui est fait, je fais à mon petit niveau de la ré information mais ce n’est pas simple.
    Heureusement le peuple se réveil de + en +.
    Je test une chose que ça plaise où non, qu’on y croit où pas :
    http://partinationalpopulai.wix.com/pnpf
    Ce n’est qu’une ébauche, tout le monde peut et même se doit d’y apporter sa pierre à l’édifice.
    PartiNationalPopulaire@gmail.com

    Bien à vous, à toutes les personnes qui font ce travail de fourmis.

    Mr MAGNAVAL F-L.


  • #373848

    Soral a compris une chose essentielle à l’époque actuelle :
    Un réformateur politique doit partir du principe qu’il n’est attendu par personne, et que le peuple qu’il entend sauver n’a pas du tout envie d’être sauvé (d’ailleurs, la distinction maurrassienne entre pays réel et pays légal est un mensonge, ou une naïveté, ou les deux à la fois) !

    Ensuite, que seule une frustration des appétits dévoyés de la populace (l’immense majorité du peuple) est susceptible de livrer au réformateur les conditions d’efficacité de son action salvatrice. Cela dit, le système économique mondial révèle de plus en plus sa fragilité ; quand les glandes consuméristes seront sevrées, il y aura des colères, des fureurs de désespoir, mais aussi de timides élans de lucidité, à tout le moins de disponibilité pour la lucidité et les grandes remises en cause ; et c’est à cela que l’homme politique réaliste doit se préparer aujourd’hui.

    Comme dirait l’ami et camarade San Giorgio : préparez-vous !


  • Excellent, surtout la première partie...

    En revanche, dommage que Alain prenne encore Hegel pour le plus grand des philosophes...

    Faut bien comprendre qu’en Occident, tout ce merdier n’est pas venu comme ça d’un seul coup, mais qu’au départ, et jusqu’au 14e siècle, la philosophie était une philosophie de la substance, et puis on a commencé à confondre substance et individu. Ensuite ce zozo de Descartes a tourné très explicitement le dos à Aristote (il l’a écrit textuellement…), et enfin est arrivé Hegel, et avec lui la dialectique et le primat de la relation. Aujourd’hui, découlant d’Hegel, il y a les idéologies athées, et pourtant Hegel n’était pas athée. Y a quand même une cohérence, mais enfin ne la développons pas ici sinon ça ferait trop long.

    On a donc oublié que la substance est source indirecte de la relation. On pourrait dire que la petite fille de la substance, c’est la relation, sa fille étant la qualité. Si on comprenait vraiment la relation on remonterait à sa grand-mère, la substance, ça aiderait peut-être à comprendre la nécessité de la substance, enfin ça permettrait de la saisir plus facilement que directement. Au lieu de ça on tue la grand-mère… Ben c’est du propre !

    On est parti de la substance et on a magnifié la relation et le relatif, en tirant un feu d’artifice spectaculaire, mais y a rien derrière, reste plus que la fumée du feu d’artifice et une odeur de cramé. Maintenant, la philosophie contemporaine ne connaît plus aucun principe. Elle ne peut donc rien nous apprendre, rien, que du vent et des courants d’être à s’enrhumer les neurones.

    Or la relation est littéralement débile lorsqu’elle veut prendre la place de la substance ! Ainsi, le monde est débile… Alors lorsqu’une personne sait qu’elle est débile, ça peut passer, mais lorsque qu’on est gouverné par des débiles, ça donne quoi ?!? Ben ça donne des millions de vieillards sur un manège de chevaux de bois, des vieillards enfants ou adultes, peu importe, et tout le monde tourne en rond en essayant d’attraper le pompon de ceci ou de cela, dans une espèce de singerie de jeunesse qui n’est autre qu’une débilité carabinée et un infantilisme ahurissant. De temps en temps on fait tourner le manège plus vite, alors on sort un TGV plus rapide, parce que la vitesse a ceci de particulier qu’elle enivre, et donc on inaugure un nouveau trajet ou une nouvelle fusée, ou un nouveau missile… et pis ?

     

  • (suite)

    Le monde est-il plus intelligent parce qu’il va plus vite ou parce qu’il sait détruire le voisin ?

    En fait, il n’y a que deux façons de s’y prendre, soit on part de la relation pour aller à la substance, soit on part de la relation pour tuer la substance. Il y a aujourd’hui deux philosophies sur le marché, pas trois, deux, et diviser la philosophie en philosophie de l’esprit d’une part, et philosophie du réel d’autre part, est un leurre, car que fait l’intelligence humaine si ce n’est abstraire, donc produire l’universel, et qu’est-ce que l’universel si ce n’est une relation ? Donc voilà le choix, car de toutes façons t’es obligé de partir de la relation : soit t’en pars pour aller à la substance (et c’est pas commode car faut remonter absolument à contre-courant et le courant descendant est très violent), soit tu fais comme tout le monde, tu pars de la relation, tu extermines la substance et tu te laisses dériver dans le courant en barbotant au milieu des cadavres.

    Bon, donc on n’a pas le choix ! Va falloir retourner chez Aristote pour voir comment il regarde la relation, et faudra se faire un peu Hegel pour voir aussi comment lui la regarde. Entre les deux y a Descartes mais ce nain-là on en fait le tour en deux minutes. En revanche, faut absolument revenir à Aristote et puis passer un peu de temps avec Hegel, car il est le père de toutes les dialectiques contemporaines.
    [MademoiselleInopinée]


  • Bravo ! Même si la mise au point sur l’orateur peut être amélioré...


  • Je plains le mec qui a lâché 40 balles pour se prendre une saucée pareille à la gueule, il aurait du rester chez bobonne celui la


  • #380299

    Je suis loin de posseder votre culture et votre éloquence.
    Je voulais juste vous dire Merci


Afficher les commentaires suivants