Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Deux fautes stratégiques face au Covid-19

Les pays occidentaux ont succombé à la panique face à l’épidémie de Covid-19. Basculant dans l’irrationnel, ils ont commis deux fautes stratégiques : confiner leur population saine au risque de détruire leur économie, et tout miser sur des vaccins à ARN au détriment des soins, voire au risque de provoquer des troubles particuliers dus à cette nouvelle technique vaccinale.

 

Communication : le Covid et la guerre

 

 

Le Covid-19 est une maladie virale entraînant la mort, dans le pire des cas, de 0,001 % de la population. L’âge moyen des décès du Covid-19 dans les États développés se situe à environ 80 ans, l’âge médian étant d’environ 83 ans.

Comparativement, les pays en guerre connaissent une mortalité supplémentaire, due à la guerre, 5 à 8 fois supérieure, mais surtout touchant principalement les hommes de 18 à 30 ans. À quoi, il faut ajouter une émigration pouvant aller jusqu’à 50 % de la population.

L’épidémie de Covid et la guerre sont donc deux situations sans commune mesure malgré la rhétorique apocalyptique qui les confond [1]. Au demeurant la réponse apportée par ceux qui se sont aventurés à cette comparaison dramatique n’a rien emprunté, en termes de mobilisation, à celles des situations de guerre. Tout au plus a-t-on requis un hôpital militaire mobile pour faire quelques photos d’uniformes en action. Son seul effet réel fut de paniquer la population et de la priver ainsi de son esprit critique.

 

Origine de l’erreur de communication

Cette comparaison a été faite sur la foi d’informations erronées. Un statisticien britannique, dont les modèles mathématiques avaient servi à justifier la politique européenne de réduction des hôpitaux, Neil Ferguson, avait en effet prédit plus d’un demi-million de morts dans son propre pays et autant en France.

Ce scientifique ignorait qu’un virus est un être vivant qui ne cherche pas à tuer ses hôtes, mais à les habiter comme un parasite. S’il tue l’homme qu’il a infecté, il meurt avec lui. C’est pourquoi toutes les épidémies virales sont à leur début très meurtrières, puis de moins en moins au fur et à mesure que le virus varie et s’adapte à l’homme. Il est donc complétement ridicule d’extrapoler sa létalité à partir des ravages qu’il commet dans les premières semaines de l’épidémie.

Les dirigeants politiques ne sont pas des connaisseurs de tout. Ils doivent avoir une culture générale qui leur permette de distinguer la qualité de leurs experts dans les différents domaines. Neil Ferguson fait partie de ces scientifiques qui démontrent ce qu’on leur demande, pas de ceux qui cherchent à comprendre des phénomènes inexpliqués. Son curriculum vitœ n’est qu’une longue succession d’erreurs commanditées par des responsables politiques et démenties par les faits [2]. Il a en définitive été renvoyé du Conseil Cobra britannique (Cabinet Office Briefing Rooms), mais un de ses disciples, Simon Cauchemez de l’institut Pasteur, siège toujours au Conseil scientifique français.

 

Première faute stratégique : le confinement, variable d’ajustement des politiques sanitaires

 

 

Face au fléau de la Covid, les États développés ont réagi en décrétant des fermetures de frontières, des couvre-feux, des fermetures administratives d’entreprise, voire des confinements généralisés.

C’est une première dans l’Histoire : jamais auparavant on n’avait utilisé des confinements généralisés – c’est-à-dire des confinements de populations saines – pour lutter contre une épidémie. Cette mesure politique s’avère très coûteuse d’un point de vue éducationnel, psychologique, médical, social et économique. Son efficacité se limite à interrompre la propagation de la maladie dans les familles saines durant le confinement au prix de sa diffusion dans les familles dont une personne est déjà contaminée. Lorsque le confinement est levé, la propagation du virus reprend immédiatement dans les familles saines.

Tous les États développés ayant progressivement restreint leurs capacités hospitalières depuis la dissolution de l’Union soviétique, la plupart des gouvernements ont adopté des mesures de confinement, non pas pour lutter contre la maladie – ce qu’elles ne peuvent pas –, mais pour prévenir l’engorgement de leurs hôpitaux. C’est-à-dire que pour poursuivre leur système de gestion des services de santé publics, les gouvernements considèrent le confinement comme la seule variable d’ajustement possible. Pourtant, le prix de ces confinements est bien supérieur à une gestion plus coûteuse des hôpitaux. Surtout, le vieillissement de la population dans les États développés rend prévisible la même crise d’engorgement des hôpitaux tous les trois à quatre ans, cycle habituel des épidémies de toute nature. Dans la pratique, le recours au confinement condamne les pays concernés à y recourir de plus en plus souvent, lors d’épidémie de Covid, de grippe ou de bien d’autres maladies mortelles.

Une étude comparative de l’université de Standford, publiée le 12 janvier 2021, montre que les pays qui ont pratiqué des fermetures d’entreprise, des couvre-feux et des confinement généralisés, n’ont pas influé en définitive sur la propagation de la maladie, qu’ils ont juste reportée, par rapport aux pays qui ont respecté la liberté de leurs citoyens [3].

Contrairement à une idée répandue, le choix n’était pas entre la saturation des hôpitaux ou le confinement, mais entre la mobilisation, voire la réquisition, des cliniques privées et le confinement. Tous les États développés disposent en effet, chez eux, d’un système de santé privé largement capable d’accueillir le trop-plein de malades.

 

Origine de la faute stratégique

La source à l’origine du confinement est la CEPI (Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies). Cette association a été créée, à Davos, à l’occasion du Forum économique mondial de 2015. Elle est dirigée par le docteur Richard J. Hatchett. Vous ne trouverez pas sa biographie sur Wikipédia, ni même sur le site internet de la CEPI. Il l’a fait retirer.

Cet homme fut le concepteur du confinement des personnes saines pour le compte du secrétaire US à la Défense, Donald Rumsfeld [4]. En 2005, ce membre du Conseil de sécurité nationale du président George W. Bush avait pour mission d’adapter les procédures des armées US à la population civile dans le cadre d’un plan de militarisation de la société US. Les GI’s en poste à l’étranger ayant pour instruction de se confiner dans leurs bases en cas d’attaque terroriste biologique contre eux, il préconisa de confiner à la maison toute la population civile en cas d’attaque biologique sur le sol US. Ce projet militaire fut rejeté unanimement par les médecins US, conduits par le professeur Donald Henderson de l’université Johns Hopkins. Ces derniers soulignèrent que jamais des médecins n’avaient confiné des populations saines.

Le professeur Richard J. Hatchett est le premier à avoir établi une comparaison entre l’épidémie de Covid-19 et une guerre, lors d’une interview sur Channel 4 quelques jours avant le président Macron. Bien entendu le premier don qu’il fit effectuer par la CEPI fut au profit de l’Imperial College de Londres. La directrice de cette vénérable institution n’est pas une britannique, mais une états-unienne, Alice Gast. En plus d’être administratrice de la transnationale pétrolière Chevron, elle travaillait avec le docteur Richard J. Hatchett aux États-Unis pour mobiliser les scientifiques contre le terrorisme. Elle a ainsi soutenu des travaux de propagande visant à assurer que j’avais écrit n’importe quoi à propos des attentats du 11 Septembre. En outre, l’un des plus célèbres professeurs de l’Imperial College est Neil Ferguson, l’auteur des courbes affabulatrices projetant la propagation de l’épidémie.

 

Seconde faute stratégique : l’orientation exclusive de la recherche vers les vaccins

 

 

Face à cette nouvelle épidémie, les médecins se sont trouvés dépourvus de traitements. Les gouvernements occidentaux ont d’emblée orienté la recherche médicale vers la découverte de vaccins appropriés.

Compte tenu des sommes en jeu, ils ont orienté tous les budgets vers des vaccins génétiques et clos les recherches sur la pathologie et les soins.

Le recours à la technique vaccinale fondée sur l’ARN, choisi par Moderna/NIAID, Pfizer/BioNTech/FosunPharma et CureVac, ne devrait pas impliquer d’effets secondaires classiques, mais il n’est pas sans danger pour autant. Jusqu’ici cette technique était considérée avec une grande prudence car intervenant sur le patrimoine génétique des patients. C’est la raison pour laquelle, en l’absence d’études suffisantes, ces compagnies ont exigé de leurs clients étatiques qu’ils les déchargent de toute responsabilité juridique.

Les médecins qui tentent d’exercer leur art en soignant leurs malades selon le serment d’Hippocrate ont été poursuivis par leurs instances disciplinaires. Les traitements qu’il ont expérimentés ont été ridiculisés, voire interdits, au lieu d’être évalués.

C’est la seconde faute stratégique.

Les médecins occidentaux qui, à de rares exceptions, n’ont jamais été confrontés aux exigences de la médecine de guerre et de catastrophe, ont parfois paniqué. Au début de l’épidémie, certains n’ont rien fait lors des premiers symptômes, attendant la venue d’un orage cytokinique, d’une inflammation brutale, pour plonger leurs patients dans un coma artificiel. De sorte que ce sont plus souvent des soins inappropriés que la maladie qui ont tué les premiers malades. Les résultats désastreux de certains hôpitaux comparés à d’autres de la même région en attestent, n’en déplaise à l’interdiction confraternelle de critique des médecins incompétents.

Les budgets pharaoniques attribués aux vaccins rendent nécessaire de ne pas découvrir de traitement sans risquer de provoquer la faillite de multinationales pharmaceutiques.

C’est pourquoi une censure intraitable s’est abattue sur toutes les recherches en la matière. Pourtant, on teste en Asie un cocktail de médicaments liquéfiant le sang, stimulant le système immunitaire, antiviraux et anti-inflamatoires qui soigne presque tous les patient s’il est administré dès les premiers symptômes. Identiquement, au Venezuela, l’autorité médicale et pharmacologique a agréé un médicament, le Carvativir, qui, selon elle, soigne presque tous les patients s’il est administré dès les premiers symptômes [5].

N’étant pas compétent en cette matière, je ne me prononcerai pas sur ces traitements, mais il est effrayant que les médecins occidentaux n’en soient pas informés et n’aient pas eu la possibilité de les évaluer.

L’institut Pasteur de Lille et la société APTEEUS ont de leur côté, en septembre 2020, identifié un médicament tombé en désuétude, le clofoctol, comme empêchant la réplication du virus [6]. Ils se sont bien gardés d’en faire la publicité afin de ne pas avoir à affronter la rivalité de l’industrie vaccinale. Leurs expériences arrivent aujourd’hui à leurs termes. La fabrication de ce médicament, originellement un suppositoire pour enfants, a repris en France de sorte qu’il pourrait être publicisé prochainement.

Par ailleurs, la censure des médicaments non-occidentaux n’est pas uniquement inadmissible parce qu’elle s’opère au détriment de la santé humaine, mais aussi parce qu’elle est le fait de pouvoirs non élus (Google, Facebook, Twitter, etc.). Le problème ici n’est pas de savoir si ces traitements sont efficaces ou pas, mais de libérer la recherche pour qu’elle puisse étudier ces molécules pour les rejeter, les approuver ou les améliorer.

 

Origine de la seconde faute stratégique

Observons incidemment qu’il y a une contradiction stratégique entre ralentir la contamination par la pratique du confinement des personnes saines et l’accélérer par la généralisation de vaccins vivants ou inactivés. Cependant cette remarque n’est pas valable dans le cas des vaccins à ARN, appelés à devenir prédominants en Occident.

La seconde faute stratégique trouve son origine dans une pensée de groupe. Les responsables politiques imaginent que seuls les progrès techniques apporteront des solutions aux problèmes que l’on ne parvient pas à résoudre. Ainsi, si l’on parvient à découvrir des vaccins selon une nouvelle technique fondée non plus sur les virus, mais sur l’« ARN messager », on devrait parvenir à vaincre l’épidémie. Il ne vient plus à l’idée de personne que l’on puisse soigner la Covid et se passer de lourds investissements.

Cette idéologie est celle du Forum économique mondial de Davos et de la CEPI. Il est donc dans l’ordre des choses que les gouvernements ne réagissent pas quand des transnationales censurent les travaux de médecins asiatiques ou vénézuéliens, bloquant la liberté de recherche scientifique.

Thierry Meyssan

Notes

[1] « Seconde allocution d’Emmanuel Macron sur l’épidémie », par Emmanuel Macron, Réseau Voltaire, 16 mars 2020.

[2] « Covid-19 : Neil Ferguson, le Lyssenko libéral », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 avril 2020.

[3] « Empirical assessment of mandatory stay-at-home and business closure effects on the spread of Covid-19 », Eran Bendavid, Christopher Oh, Jay Bhattacharya, John P.A. Ioannidis, University of Stanford, January 12, 2021.

[4] « Le Covid-19 et l’Aube rouge », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 avril 2020.

[5] « Le Venezuela aurait trouvé un médicament contre la Covid-19 », « Google, Facebook et Twitter censurent toute information sur le Carvativir », Réseau Voltaire, 25 et 27 janvier 2021.

[6] « La recherche sur la COVID-19 : l’institut Pasteur de Lille mobilisé face à la pandémie », Institut Pasteur de Lille, mise à jour du 26 janvier 2021.

En lien, sur E&R :

 
 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2657833
    Le 3 février à 10:41 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

    Partie 1

    Il serait peut-être temps d’en finir avec ces "analyses" qui ne font qu’effleurer la partie émergée de l’iceberg du mensonge.
    Comme quelques-uns l’ont fort heureusement relevé, il n’y a pas plus de fautes stratégiques que de bases nazies sur la Lune.
    Non, il s’agissait bien d’un plan criminel à visée génocidaire orchestré par ceux qui ne nous veulent pas que du bien. La vérité pour ceux qui ne veulent pas écouter c’est qu’ils n’ont aucune chance de s’en sortir à l’aune de ce qu’ils prennent pour la réalité. Dieu merci, des personnes qui ne plaisent pas aux gauchistes ont décidé de prendre les choses en main.

    Revenons donc à la réalité de la masse et de ceux qui croient s’en être extraits par la pertinence de leurs analyses dont ils sont les seuls à considérer qu’elles sont justes au point d’occuper en meute le terrain de ce qu’il croient être une pensée dissidente.

    Dans ce cadre, on constate que nos zélus zeuropéens ne nous considèrent plus comme des êtres humains. En effet et depuis le 17 juillet 2020, selon leurs lois, toute personne qui reçoit le "vaccin" des covidés devient un Organisme Génétiquement Modifié. Ce n’est dont plus une législation sur les personnes qui s’applique les concernant...

    Le décor légal étant planté, il faut ensuite considérer en quoi la "thérapie" génique imposée est particulièrement diabolique dans l’esprit de ses créateurs (pas besoin de développer, les gens d’ici auront compris) et létale dans ses effets.

    Comme je l’ai déjà expliqué, personne n’a isolé ce Covid 19 que les médias nous représentent pourtant partout (même mécanisme que pour les images d’avions percutant le WTC et montrées en boucle), la seule conclusion est donc qu’il n’existe pas.
    Vous constaterez donc que depuis qu’on a implémenté cette illusion, le virus saisonnier de la grippe a disparu au point de ne plus faire de morts dans les statistiques.

    Maintenant, si l’on fait abstraction des adjuvants bien pathogènes (métaux principalement) parfaitement injustifiés présents dans les "vaccins", qu’ont-ils bien pu mettre dedans ? Telle est la question.

    Ce qui est certain, c’est que le but n’est pas de lutter contre l’arlésienne covidesque mais bien d’apprendre à notre système immunitaire à surréagir à la menace fantôme de toutes les saloperies virales connues à ce jour. La conséquence directe de cela est une autodestruction de notre organisme qui en vient à considérer ses propres cellules saines comme des ennemis pour lui-même.

     

    Répondre à ce message

    • #2658033
      Le 3 février à 14:26 par nicolas
      Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

      @ Heureux qui, comme Ulysse...

      J’ai du mal à vous suivre. Vous avez dit sur un autre fil que le virus a été crée et ici qu’il n’a jamais été isolé et donc qu’il n’existe pas. Pouvez-vous préciser ce, qu’à titre personnel, j’ai bien du mal à comprendre...

      Cordialement

       
    • #2658642
      Le 4 février à 10:04 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

      @ nicolas

      Ma première réponse s’étant visiblement perdue, je vous précise que cette saloperie de virus a bien été créée par l’homme. Mais comme à chaque fois qu’il essaie d’imiter la nature, cela n’a pas fonctionné. Hypothétiquement, le virus pourrait avoir survécu et quelques foyers subsister mais c’est peu probable.
      En revanche, son "efficacité" n’a pas été au rendez-vous.
      On peut donc considérer qu’il n’existe pas (plus).

       
  • #2657871
    Le 3 février à 11:48 par Pépé le Moko
    Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

    Et bien sûr , pas un traître mot sur les huiles essentielles ( pour prévenir en brumatisant dans les lieux clos ) , ni les plantes médicinales ( pour traiter une infection ... le cas échéant ... )

    Je suppose que quand quelque chose est ( très ) efficace , c’est tabou !!!

     

    Répondre à ce message

  • #2657912
    Le 3 février à 12:22 par anonyme
    Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

    Stéphane Hessel, dernier résistant Français, disait que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la France n’était pas résistante mais remplie de pétochards soumis. Il disait aussi qu’il suffisait d’un petit nombre de résistant qui en voulait pour que tout change (sa métaphore du "peu de levain pour faire lever la pâte")

    Bon, on va pas se mentir, on sera peu nombreux à s’être sorti les doigts du cul. La question c’est surtout : on se les sort quand ?

    Paroles de Résistants - Stéphane Hessel (2mn à peine)
    https://www.youtube.com/watch?v=t5n...

     

    Répondre à ce message

  • #2657961
    Le 3 février à 13:10 par Rachid
    Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

    Connaissant Meyssan, je ne peut envisager qu’il n’ait pas la conviction que tout ceci va bien au-delà d’une simple succession d’erreurs et d’incompétences.
    Donc pourquoi son article n’arrive-t-il pas à cet conclusion ?
    La guerre informationnelle que nous subissons à l’occasion de cette opération "covid19" a emporté la raison de nombre de personnes, ces dernières ne sont tout simplement pas encore prêtes à entendre qu’elle sont dirigées par une horde d’assassins sans scrupules.
    Par contre montrer l’irrationnel de tout ce coronacircus est plus "digeste" pour les populations qui devront continuer leur travail de réflexion pour aboutir d’elle-même à l’inévitable conclusion que nous sommes dirigés par des "satanistes".

     

    Répondre à ce message

    • #2658288
      Le 3 février à 19:33 par Pierre Loup
      Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

      Parce qu’il est dans le déni comme énormément de gens y compris parmi les ”réveillés”. Ils sont beaucoup a continuer de s’accrocher a la fable de « l’incompétence » hors il n’y a aucune incompétence, la démolition contrôlé de l’économie sous prétexte de ”combattre une grippe” est faite à dessein et la campagne de ”vaccination” massive qui s’en vient et qui va créer des vraies malades en masse est fait aussi a dessein.
      Ils sont beaucoup a ne pas pouvoir concevoir que les régimes ”démocratiques” occidentaux puissent vouloir ouvertement du mal à leurs populations et ce sont souvent les mêmes qui refusent de voir (((qui))) contrôle vraiment l’Occident alors que les évidences sont innombrables.

       
  • #2657968
    Le 3 février à 13:15 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

    Partie 2

    En toute logique, les personnes piquées devraient donc, à l’avenir, réagir aux agents pathogènes et leur tout nouveau "mécanisme de défense" entraîner en quelques jours la destructions de leurs organes sans que bien entendu le lien ne soit fait entre le "vaccin" et les différentes affections (reins, poumons, cœur etc.) puisque les covidés décéderont de pathologies diverses statistiquement impossibles à imputer à leur injection bienfaisante.

    D’ailleurs, il faut préciser à ce sujet que les pathologies n’apparaissant qu’à mesure que les cobayes seront confrontés de manière aléatoire aux virus pathogènes qui circulent, ils ne déclencheront pas de symptômes en même temps (bien foutu, merde, quand même) pour encore mieux brouiller les pistes.

    Ce qui semble en revanche certain, c’est que chez les personnes âgées, "les plus faibles" comme ils disent, l’occurrence d’une issue fatale est de l’ordre d’une année, et peut-être moins avec les deux injections qui leur sont imposées.

    Soyons les bienvenus dans le monde merveilleux d’Attali...Ou pas, mais il faut pour cela réapprendre reconnaître les vertus qui demeurent chez les autres quand on n’en possède plus soi-même.

    Prions aussi pour que la médecine de demain soit déjà opérationnelle (ma boule de cristal qui a tout prévu me dit que oui) car j’ai bien peur qu’à l’instar de tous les mafieux organisés en Ordres (avocats, huissiers etc.), les médecins ne subissent un traitement populaire qui en réduira le nombre de manière drastique.

    Je ne suis pas certain que le fait de suivre les injonctions et les stimulations financières de la CPAM et de l’Ordre pour piquer la population en masse soit à présent une bonne option, mais je peux bien entendu me tromper.

    Et encore, par charité, je ne parle pas des médecins issus de la communauté des vendeurs de pantalons à une jambe qui trustent les médias pour nous vendre leur solution finale à nos problèmes de santé...De toute façon et depuis quelques années, même pour eux, Genève n’est plus un ville très sûre, trop de dangereux complotistes là-bas.

     

    Répondre à ce message

    • #2658249
      Le 3 février à 18:52 par V pour Vendetta
      Deux fautes stratégiques face à la Covid-19

      Pour illustrer, je pose ça là, un récit issu de ma patientele
      (je suis infirmier libéral).
      Je m’occupe donc au quotidien d’une majeure partie de personnes âgées et fragiles, bien souvent lobotomisées par les récits fantasques des médias autour de cette "pandémie". Dernièrement un d’eux est allé se faire vacciner (malgré mes mises en garde), je lui ai donc demandé comment ça se passait : rdv en centre de vaccination pris par téléphone. Gros interrogatoire en ligne donc, âge, pathologies connues etc etc. Les étoiles sont alignées donc rdv le lendemain. Sur place : de nouveau le même interrogatoire pompeux. Injection réalisée par une consoeur vacataire (la pauvre si elle savait...mais la cpam rémunère tellement bien cette fumisterie), puis, 30 minutes d’attente et enfin : consultation médicale avec un des médecins, vacataire lui aussi (encore plus grassement rémunéré) : "donc potentiellement dans les 48 prochaines heures vous pouvez : avoir mal au bras, avoir mal au crâne, avoir mal au ventre, avoir la diahrée etc" bref tous les maux de la terre. Et le bouquet final : " vous vivez seul ? ". Mon patient, octogénaire, lui explique que sa femme est en état végétatif et donc que c’est comme s’il vivait seul. Ce à quoi le médecin répond textuellement : "pensez à prévenir quelqu’un en arrivant chez vous que vous avez reçu le vaccin, que cette personne s’inquiète si elle n’a pas de vos nouvelles dans les prochains jour...". Le patient connaissant mon point de vue, j’ai d’abord cru qu’il me faisait une espèce de farce, je lui ai donc demandé de me répéter ça : et l’air plutôt grave : oui oui le docteur a bien terminé la consultation par cette réflexion.
      _"Rassurant n’est-ce pas ?"
      _"Très."

       
  • #2658075
    Le 3 février à 15:11 par crachetonvenin2
    Deux fautes stratégiques face au Covid-19

    Les Etats-Unis étant en grande difficulté visible depuis pas mal de temps, Macron Emmanuel doit faire le chef tout seul en adoptant une sorte d’attitude de shérif même en France.
    L’avenir ne peut être dans les mains de Macron Emmanuel et de la communauté privilégiée qu’il défend à tout prix même avec "une guerre" en France.
    Cette nouvelle donne internationale et donc française révèle une sorte d’état dans l’état français qui existe depuis fort longtemps et surtout depuis l’inénarrable Mitterrand.
    L’inadaptation aux faits réels et naturels entraine cette espèce de couverture présidentielle qui doit toujours être "au-dessus" !
    Les USA doivent absolument rester déconnectés de l’Elysée qui montre de plus en plus son niveau "western" américain à lui tout seul.

     

    Répondre à ce message

  • #2658145
    Le 3 février à 16:31 par Gauthier Perlouze
    Deux fautes stratégiques face au Covid-19

    Il n’y a aucune faute des élites occidentales,juste une adaption de la PLANdémie selon les moeurs,la culture et le degré de soumission de nos dirigeants au plan mondialiste transhumaniste et/ou à l’industrie pharmaceutiques et aux banques...
    Agenda 2020, 2030,2040,tout est écrit sur les sites de Global research ou du forum de Davos,quand au site de la fondation Rockfeller,là on touche le saint des saints alias la prophétie autoréalisatrice attalienne...
    Bon comme les plus courtes sont les meilleures je vais faire simple :
    Phase 1):on relâche le virus dans la nature.
    Phase 2):on fait peur aux gens comme si l’on ne savait pas ce qui se passait (fable des chauves-souris et du pangolin).
    Phase 3):on profite de l’immense inculture scientifique des peuples pour mentir et exagérer la dangerosité du virus,à coups de chercheurs tenus en laisse par leurs conflits d’intérêts et d’experts marrons.
    Phase 4):on assigne les gens à domicile "pour leur santé" (alors que tous ces élites hypocrites mondialistes ne rêvent que d’une seule chose c’est génocider les peuples)leur but véritable étant de nous enlever tous nos repaires et les rendre anxieux pour qu’ils intégrent volontairement leur servitude comme innévitable.
    Phase 5):on empêche les généralistes de traiter dès les premiers symptômes,on dit aux gens de tester chez-eux sauf fièvre et problèmes respuratoires graves et on organise l’encombrement des hôpitaux avec des gens âgés ou fragile non traités qui arrivent gravement atteints car non-traités en amont.
    On organise aussi la pénurie de gels,masques,pour les populations alors les élites elles ne semblent manquer de rien.
    Les pharmaciens qui vendent des masques ou de la chloroquine sont fermés avec amendes à la clef..
    Phase 6) : on laisse les choses revenir à la normale mais cette normalité retrouvé est soumise à certaines règles sanitaires aussi strictes qu’innéficace d’un point de vue médical car ces mesures sont avant tout de l’ingiénérie sociale afin de tester le degré de soumission des masses.
    Phase 7) : le port du masque jusqu’alors facultatif et contreversé dans les communautés scientifiques devient obligatoire dans les lieux publics et les transports,puis les commerces et les bureaux et enfin dans la rue dans toutes les villes (et parfois aussi leurs agglos) dépassant les 80 000 habitants.
    Phase 8) : les politiciens appuyés par des experts inféodés à Big Pharma nous créent une seconde vague de toute pièce dans l’hémisphère nord
    (A suivre).

     

    Répondre à ce message

  • #2658224
    Le 3 février à 18:22 par anon
    Deux fautes stratégiques face au Covid-19

    Il n’y a aucune erreur stratégique, tout se passe selon le plan

     

    Répondre à ce message

  • #2658236
    Le 3 février à 18:38 par Nono
    Deux fautes stratégiques face au Covid-19

    Non Mr Meyssan ce ne sont pas des fautes mais cette PLANdémie a été planifiée de longue date par les mondialistes pour ruiner les économies et par la même mettre en esclavage la population mondiale et arriver à la piqouze pour la réduire
    Tout était prévu depuis des années (d ailleurs il est a noter que la quasi totalité des pays a pris les mêmes mesures liberticides. Seule la Suède (on se demande pourquoi ?) et la Biélorussie (on lui a fait payer en voulant la déstabiliser) ont résisté a cette folie du COUILLONAVIRUS
    Donc tous les gouvernements ont cédé aux injonctions des mondialistes
    Par contre la vaccination ne marche pas car les moutons sont hostiles face aux contradictions de l exécutif

     

    Répondre à ce message

  • #2658247
    Le 3 février à 18:49 par Dawlish62
    Deux fautes stratégiques face au Covid-19

    Ulysse, vous dites n’importe quoi. Les médecins de mon service se sont tous faites vaccinés et je l’ai vu.
    Au fait, Trump ne devait pas engager l’armée ? Etre president ? On attend toujours...

     

    Répondre à ce message

    • #2658326
      Le 3 février à 20:25 par Wolff
      Deux fautes stratégiques face au Covid-19

      Je suis dans le médical comme vous. Et voir du personnel soignant se faire vacciner n’est selon moi absolument pas gage 1° de l’efficacité de ces vaccins 2° de l’innocuité des effets indésirables à posteriori. J’ai des médecins traitants qui heureusement tiennent le même discours de défiance face à ces injections. Jamais on n’a vu de vaccins (qui n’en sont même pas quand ils s’agit des arn-messagers) conçus en si peu de temps. On n’a tout fait pour justifier de l’interdiction de traitements efficaces avec des arguments sur les tests randomisés etc. Plus personne ne parle de ces tests dans le cadre de la sortie de ces vaccins/thérapies. Bref, en admettant qu’Ulysse ne puisse présumer de l’objet de cette vaccination de masse et de ses effets à long terme, vous non plus. Quand bien même vos collègues medicaux/para-medicaux se soient faits vaccinés.

       
    • #2658797
      Le 4 février à 12:48 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Deux fautes stratégiques face au Covid-19

      @ Dawlish62

      Vous avez le droit de penser selon vos propres critères, mais si vous voulez être crédible, que vos collègues médecins existent ou non, essayez d’exprimer vos certitudes sans trop faire de fautes car votre prose pique vraiment les yeux.
      De même, avant d’affirmer, avez-vous vérifié le contenu des doses que vos collègues ont reçu ?

      @Wolff

      Merci pour la précision de votre commentaire. Si effectivement l’objectif de cette vaccination en masse des covidés ne fait aucun doute, je suis pour ma part sceptique quant à la réussite du projet.
      D’abord, la méthode employée repose sur beaucoup de spéculations scientifiques.
      Ensuite, j’ai peine à croire que le temps nécessaire pour effectuer les tests aura été accordé à tous ces apprentis sorciers.
      Enfin, au vu de ce qui se passe en coulisse au niveau planétaire et particulièrement dans les attaques systématiques des lieux de production et de stockage des "vaccins", je me demande si une main invisible n’est pas en train de mettre un terme à tout ce cirque.

      Pour répondre à un commentaire acerbe qui semble avoir disparu, je dis aussi que les praticiens hospitaliers n’ont pas les mêmes pressions que les médecins de ville mais le résultat est en réalité le même car les uns et les autres ne sont finalement que des fonctionnaires qui répondent in fine à la CPAM.
      Ils sont dans leur grande majorité parfaitement soumis car ils savent que l’Ordre, L’ARS ou même le CNG pour les praticiens du public peuvent leur tomber dessus s’ils décident de ne pas suivre le troupeau.
      Rien d’étonnant à ce que l’on retrouve chez eux le même réseau de nuisibles qui agit partout en notre pays.
      Des crapules sans aucune formation médicale (les pires crétins au surplus) mais en revanche bien dociles sont même choisies pour diriger les établissements hospitaliers pour accélérer la destruction du système de santé en organisant la faillite des CHR pour laisser la place aux grosses unités.
      Même si la méthode peut varier, il suffit parfois de deux ou trois chefs de service FM pour ruiner totalement un hôpital. Ainsi, en laissant ces derniers pratiquer une activité à 95 % libérale (limitée par la loi à 20%) drainer à eux toute la clientèle rémunératrice et tout cela en faisant supporter leurs charges fixes par le contribuable, le résultat ne se fait pas attendre et l’impunité est garantie !

       
    • #2658987
      Le 4 février à 17:43 par Wolff
      Deux fautes stratégiques face au Covid-19

      @Ulysse...
      Votre mise en relief quant à la présence de FM dans la hiérarchie des services médicaux ou administratifs est je pense tout à fait avérée.
      Et oui, tous, ainsi que moi, sommes assujettis, car conventionnés, à la CPAM. Néanmoins, à mon petit niveau d’infirmier dans un milieu rural, je distille mon point de vue, j’essaie de sensibiliser, d’avertir. Je n’ai pas participé et ne participerai pas aux dépistages, je ne reponds pas aux appels de vacation de la cpam pour la campagne de vaccination. Et je n’y repondrai jamais. Il suffit de filtrer les appels et les mails. L’ordre je n’en parle même pas, c’est une véritable fumisterie. Dernièrement la CPAM veut nous recruter pour faire des "visites chez patients isolés". Pareil, c’est super bien côté dans la grille NGAP : du flicage pur et simple. Ils feront tout ça sans moi. Heureusement je sais que je ne suis pas le seul (j’ai lu le récit d’un confrère non soumis plus haut), et, heureusement, je sais qu’il ne suffit que d’une poignée d’individus...

       
Afficher les commentaires précédents