Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Éclairage du Sheikh Imran Hosein sur les troubles en Turquie

Questions :

1. La révolution nationale a commencé en Turquie. Quelles sont donc les forces derrière celle-ci ? Qui se bat contre qui ?

2. De quelle manière la révolution turque est-elle liée à l’opposition géopolitique entre le pôle eurasiste (Russie, Iran, Syrie...) et le pôle atlantiste (OTAN, États-Unis, Union européenne) ?

3.Quel est votre pronostic sur l’évolution des événements en Turquie et qu’en sera l’impact sur la situation en Syrie ?

 

Réponses du Sheikh Imran Hosein :

Je ne reconnais pas les manifestations populaires actuelles en Turquie comme étant un soulèvement, et certainement pas une révolution nationale.

Le mécontentement de l’opposition à l’encontre du mode de gouvernance d’Erdogan, et des tentatives de son gouvernement à se draper d’une sorte de légitimité islamique, par l’introduction d’un islam cosmétique, ne représente pas une révolution en soi.

Mon opinion, qui est peut être prématurée, est que les mêmes forces sinistres sionistes, qui ont réussi à promouvoir la propagation des protestations arabes jusqu’à devenir le « printemps arabe », qui a réussi à délivrer un panel de révolutions colorées dans plusieurs parties du monde, semblent être attelées à la tâche d’exploiter une excellente opportunité pour créer la diversion sur leur défaite embarrassante dans la ville syrienne, et très stratégique, de Qussair, en veillant à ce que ces protestations turques puissent dégénérer assez dramatiquement pour devenir le centre de l’attention partout dans le monde.

Si le président égyptien, Morsi, a pu de loin survivre à des protestations populaires, bien plus importantes et violentes en Égypte, je ne vois aucune raison à ce que le Premier ministre Erdogan ne puisse pas à son tour survivre aux protestations internes en Turquie ; ni à ce que les forces sinistres externes, qui sont à l’œuvre dans ces protestations, chercher à renverser Erdogan. Ils ont trop investi en Turquie et depuis trop longtemps pour risquer aujourd’hui un changement qui pourra basculer dans un status quo.

En vérité, si mon analyse est correcte, ils sont susceptibles de chercher à maintenir les protestations jusqu’à ce que Erdogan soit obligé de chercher un moyen de s’extirper de sa misère.

Leur raisonnement est, peut-être, qu’il sera livré à lui-même et n’aura aucun choix, pour s’en sortir, que de se conformer au script qu’ils lui ont préparé, et qui consiste à lancer une invasion turque – conduite par l’OTAN – en Syrie.

Maintenant que Qussair est tombée, à leur plus grand dam, il leur devient encore plus urgent que la Turquie agisse conformément à leurs ordres.

Ainsi, je crains que, si les protestations ne montrent aucun signe de fléchissement, elles ne soient susceptibles de provoquer un retranchement du gouvernement turc, le poussant à trouver une issue de secours par le biais d’une invasion turque de la Syrie.

Pour des raisons qui sont évidentes, il est impossible qu’une invasion turque de la Syrie ne puisse provoquer une réponse de la part de l’Iran et de la Russie. Ainsi Israël obtiendra ce qu’elle a tant désiré, à savoir, une grande guerre ou plusieurs, qui témoigneront, comme elle le veut, de la destruction mutuelle des deux blocs militaires puissants dans le monde, l’OTAN et ses alliés, et la Russie et ses alliés.

Ce qui restera du monde après cela, se réveillera alors avec la Pax Judaica ou le règne judéo-israélien sur le monde.

L’eschatologie chrétienne a décrit cette grande guerre comme étant l’Armageddon, tandis que dans l’eschatologie islamique, celle-ci est connue sous le nom de la Malhama.

Il y a, bien entendu, beaucoup plus d’informations à donner sur ce sujet dans l’eschatologie islamique, mais ce n’est pas dans le cadre de cette réponse que l’on pourrait en fournir davantage.

Je crains qu’une explication adéquate à cette capacité sinistre des sionistes à faire basculer une protestation locale en une conflagration nationale, ne soit une tâche qui dépasse le cadre de l’érudition profane (ne disposant pas de connaissance en science religieuse).

J’entrevois un cerveau transcendantal d’un acteur à l’œuvre dans la matrice socio-politique. Mon eschatologie me permet de reconnaître l’acteur en question, qui n’est autre que Dajjal, le faux Messie.

Il est très important de rappeler un fait : quoi que les forces subversives et sinistres avaient pu faire , en tentant d’exploiter les protestations – électorales et autres – en Russie pour faire obstacle à Poutine, ils ont échoué à atteindre leur objectif. En effet, Poutine et la Russie n’ont cessé de croître de plus en plus fort, et ont considérablement montré une telle volonté de résistance à leur quête de domination politique, économique et militaire, mondiales. Ceci indique que la Russie pourrait avoir un rôle eschatologique à jouer, que même Dajjal ne pourra pas contourner.

 

Interview réalisée par Natella Speranskaja pour Global Revolutionary Alliance [1].

Traduction : IMRANHOSEIN.FR, tous droits réservés.

Retrouvez Sheikh Imran Hosein chez Kontre Kulture :

Notes

[1] G.R.A., pour Global Revolutionary Alliance, un think tank fondé en 2011, qui compte parmi ses membres plusieurs intellectuels tel que le Pr Alexandre Douguine, ayant pour objectif la lutte contre la dictature planétaire et unipolaire du libéralisme et du mondialisme économico-impérialiste, trouvant son apogée au sein du sionisme.

Le G.R.A. axe son travail sur une coopération globale et planétaire, avec tous les acteurs qui comprennent la menace réelle que représentent les politiques américaines impérialistes et sionistes, et se mobilisent dans cette lutte commune contre l’impérialisme et le sionisme.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le liberalisme et le socialisme, les 2 visages du même monstre bicéphale mondialiste. Ceux qui essayent de nous faire croire qu’on peut combattre l’Empire au nom du socialisme sont soit des idiots, soit des tartuffes. Marx, le grand prophète se faisait entretenir par Rothschild & co, la trahison et l’escroquerie de cette pseudo idéologie "alternative" est originelle.

     

    • Alors que fais-tu sur le site dirigé par Alain Soral, qui lui-même a toujours revendiqué Marx comme un de ses maitres à penser ?


    • #435092

      @ Aurelien362

      Et pourtant non cher camarade, Nero n’a pas tort. Marx n’était pas marxiste. Ce qu’A.S. explique qu’il faut faire pour avoir une économie qui fonctionne un tant soit peu, ça n’est pas de l’idéologie mais uniquement du bon sens (prendre ce qui marche dans chaque système (fasciste/marxiste & "libéral"...et qui donne en fait une organisation proche de ce qu’elle était avant la révolution industrielle)) :
      - patriotisme économique (pour moi le patriotisme n’est pas une "idéologie" comparable aux autres, c’est une base)...et en France, la patrie & l’état c’est la même chose.
      - entretien d’un tissu de PME/PMI/artisans (comme en Italie sous l’ère Berlusconi) qui se ferait, se déferait, se referait, au gré des aléas de l’économie (toujours sous la surveillance/protection de l’Etat), mais resteraient toujours créateurs d’innovations technologique, maturité du travail, emploi et facteur de croissance ou en tout cas de stabilité économique.
      - L’élément marxiste qui est promut ici serait tout ce qui concerne la B.A.D. qui se rapproche un peu de l’autonomie permise par le système des Kolkhozes Soviétique ou des potagers à Cuba.

      Ceux qui ont tort sont ceux qui ne misent aveuglément que sur un seul modèle, en se moquant du réel. Ceux qui manquent de pragmatisme. Soral a été communiste, mais il ne l’est plus maintenant.


    • Salam ahlikom mes frères et sœurs,

      Cher Nero,

      Et la politique de Hugo CHAVEZ ? N’est-elle pas socialiste au vrai sens du terme et chrétienne en même temps ? Franchement, là est LA solution. Je nous souhaite à tous retrouver les valeurs traditionnelles catholiques avec l’Église qui reprend toute sa place dans notre pays.

      Ton frère.


    • Heureusement qu’Alain Soral, tout comme feu Hugo Chavez paix à son âme, a d’autres "valeurs" que celles de "gôche".


    • Nero : si t’as pas lu les œuvres de Marx alors on ne parle pas , on écoute les spécialistes : pour Soral le marxisme est chrétien (vers 4,20) :
      http://www.youtube.com/watch?v=N7ni...

      matrix le gaulois : Marx n’est pas seulement un économiste mais c’est surtout un penseur créateur de la dialectique matérialiste, c’est ça le coeur du marxisme et Alain Soral est un des rares véritable marxiste à le comprendre, comme Michel Clouscard. Contrairement aux staliniens et trotskistes qui ont créer un dogme marxisme qui neutralise toute la vrai pensée marxiste.
      La pensée soralienne est englobé par la dialectique matérialiste c’est évident quand on compare certains ouvrages de Marx (surtout "Les Luttes de classes en France") et ceux de Soral.

      Le marxisme c’est aussi la lutte des classes : c’est à dire une élite de la haute bourgeoise qui tente d’écraser les peuples, cela rejoint plus ou moins le concept anglo saxon des "1%/99%" mais les ricains ont plus d’un siècle de retard sur les Européens car il se sont fait berné par le consumérisme encouragé par Henry Ford.

      Bref Soral n’est plus un communiste d’idéal(cad la fin de l’histoire remporté par le prolétariat) c’est vrai, mais il est toujours marxiste en tant que penseur, et c’est ça qui fait que ces ouvrages sont uniques.

      sinon chose très intéressante, contrairement à Ricardo et Adam Smith, Marx est le premier "économiste" moderne à pointer du doigt l’utilisation de la monnaie papier qu’il qualifie de "simulacre" destiné à accéléré l’enrichissement des plus puissant mais aussi pousser la finance à mieux contrôler les marchandises, et donc renforcer leur pouvoirs...
      il rejoint donc l’avis islamique du sheik Imran Hossein. Si Marx était un complice de la Banque jamais il n’écrirait une chose pareille...


  • Le liberalisme et le socialisme, les 2 visages du même monstre bicéphale mondialiste. Ceux qui essayent de nous faire croire qu’on peut combattre l’Empire au nom du socialisme sont soit des idiots, soit des tartuffes. Marx, le grand prophète se faisait entretenir par Rothschild & co, la trahison et l’escroquerie de cette pseudo idéologie "alternative" est originelle.


  • #435015

    Cheikh Imran Hosein : un homme de haute vue !


  • J’ai quand même du mal a croire que l’Ouest souhaite affaiblir la Turquie justement en ce moment critique en Syrie.

    Je suis d’accord avec la position de Sheikh IH quand il dit que l’Otan pourrait un jour abattre sa carte Turque en amenant la Turquie à attaquer la Syrie (en représailles à un tir de roquette bricolée depuis la frontière syrienne par exemple..). D’ailleurs Ankara a plusieurs fois menacé Damas d’intervenir..

    Mais précisément, pour arriver à cela il faut un pouvoir Turc sûr de sa position au niveau national, incontesté en Turquie même... Le gouvernement Turc ne va pas se lancer dans une telle bataille à haut risque alors que le pays est au bord de l’émeute..

    Je pense plutôt que ces violences urbaines improvisées tombent à un très mauvais moment pour l’Ouest, car cela libère en réalité Damas de la menace turque

     

    • Personne ne cherche à affaiblir la Turquie, l’objectif est de punir Erdogan qui traîne des pieds alors qu’il avait pour mission de lancer la Turquie dans une guerre totale contre la Syrie. Erdogan le franc-maçon, aussi soumis soit-il n’est pas pour autant fou. Il a réalisé qu’une guerre contre la Syrie aurait des conséquences dévastatrices qui n’apporteraient rien de bon à la Turquie. On peut supposer que les Russes ont expliqué à Erdogan que la Turquie c’est aux yeux de l’Empire de la merde, l’Empire n’a pas d’allié mais des vassaux qu’un jour on bichonne pour les anéantir le lendemain si besoin est.


    • Justement je crois pas. L’état de guerre justifie de tenir tout le monde en respect. Inversement, sans émeutes et agitations, Erdogan ne peut déclencher les hostilités car le peuple Turc se rend bien compte qu’il n’a aucun intérêt à ce que son gouvernement attaque la Syrie. Pour lui, on dirait que ça tombe à pic.


    • O.K avec GoyPride,
      .
      L’objectif est de laisser tremper Erdogan dans sa merde ... car il n’est que ça !
      Souhaitons que le peuple turc ne soit pas dupe de ses projets hautements vassalistes ...
      que la Turqui, quoi qu’elle fasse avec l’occident n’obtienrait rien ... en fait si, ils obtiendront quelque chose ... quelque chose de durable : le ridicule pour l’éternité !
      .
      Merci à Imran Hossein qui répond ici ... aux trois questions que l’on est en droit de se poser.
      .
      Mais j’aimerai lui poser une question ... s’il y a une "malhama" guerre mondiale généralisée ... où Israël sortirai indemne !!! ...mais par quel miracle Israël ne serait pas atteint, si N.Y, Wachington, Paris, Londres, Moscou, Pekin seraient en feu ??? ... j’aimerai qu’on m’explique !
      Je vais essayer de poser directement cette question au vieux Sheikh.


    • #435926

      @Hiijack - Bonjour.

      Imran Hussein a déjà répondu en partie à cette question. A savoir que Israel a déjà planifié cela, et construit des abris souterrains où seuls les "élus" auront accès. Le gouvernement s’en foutant pas mal de la masse, qu’elle soit juive au pro-israélienne.


  • il fait ce que sa conscience lui ordonne de faire,INFORMER,PROPOSER,car au commencement etait le verbe...


  • J’ai le sentiment que Cheikh Imran Hosein commet des erreurs d’analyse à partir du moment où il considère que les sionistes n’ont pas encore atteint leur pleine puissance et qu’ils devraient dominer un peu plus le monde, cependant que la guerre en Syrie justement annonce leur déclin par une défaite mémorable. Tout le pouvoir est entre leur main dans le monde occidental et ailleurs, or la guerre en Syrie participait justement de la mise à mort de la seule résistance qui leur échappait encore, après la mise sous tutelle du monde arabe et musulman par le "machin arabe". Et sa lecture erronée lui fait supposer que la Turquie sera amenée à intervenir en Syrie, ce qui stratégiquement et militairement est un non sens car le timing est dépassé (le test des appareils turcs abattus avait mis fin à cette idée d’intervention). Il aurait pu en être question voilà une année, plus maintenant. Je rappelle juste que la réalité du pouvoir entre les mains des forces armées et du complexe économico-industriel a déjà dit niet à Erdogan lorsque c’était encore possible. Or maintenant que la Syrie est totalement équipée pour protéger son territoire, soutenue par une flotte russe impressionnante, que peut faire la Turquie dont plus des deux tiers de la population est mécontente de sa politique étrangère en Syrie et qui pourrait totalement imploser en cas d’intervention. Pour rappel, les Alévi (les pendants des Alaouis syriens) représentent près d’un quart de la population tout comme les kurdes. En l’état actuel des choses, ces deux communautés exaspérées par le comportement d’Erdogan et de son âme damnée Davutoglu se soulèveraient en cas d’intervention en Syrie. La situation tendue en Turquie empêche toute aventure militaire, c’est une donnée essentielle de l’analyse. Je ne comprends pas qu’un si fin analyste soit autant aveuglée par sa propre logique au point d’oublier les évidences du terrain qui construisent les stratégies.
    La grande guerre aura lieu, j’en conviens, mais elle n’interviendra très probablement que le jour où les suppôts du dajjal seront face à une impasse, ce qui n’est pas encore tout à fait le cas même s’ils commencent à perdre du terrain...

     

    • Le Sheikh Imran n’a pas commis d’erreur sur ce point . Les sionistes n’ont pas encore atteint leur plein puissance . Ils l’atteindront quand ils formeront leur Grand Israël .


    • @ xyz
      Le Sheikh Imran n’a pas commis d’erreur sur ce point . Les sionistes n’ont pas encore atteint leur plein puissance . Ils l’atteindront quand ils formeront leur Grand Israël .
      Il ne peut pas y avoir de Grand Israël au sens territorial du terme, c’est juste une lubie pour la simple raison que historiquement l’apogée a déjà été atteinte avec l’occupation du Sinaï, du Sud Liban et du Golan, c’est l’extrême limite des capacités territoriales israéliennes. Le grand "Israël" est déjà constitué dans les faits en prenant en compte tous les territoires où l’influence "d’Israël" s’exerce déjà et où ses choix politiques sont systématiquement exécutés, que ce soit en Arabie Saoudite, dans les pays du Golfe, en Turquie, en Égypte, au Liban, en partie en Irak, en Jordanie, au Maroc, en Tunisie, en Libye, très partiellement en Algérie. Le Grand Israël aujourd’hui s’exprime de façon absolue dans le monde. A moins que je ne sois complètement idiot mais il me semble que toutes les lois, tous les choix politiques des états (essentiellement d’Occident et du Golfe), tous les dirigeants politiques, toutes les nominations à toutes sortes d’organismes, tous les ennemis ainsi que toutes sortes de choses qui ne me viennent pas à l’esprit doivent être d’abord décidé à "Jérusalem". N’est-ce pas cela ce que nous dit Imran Hosein, sauf qu’il se plante en croyant qu’il doive y avoir physiquement un état tout puissant alors qu’il y a déjà un pouvoir tout puissant qui prend son essence de Jérusalem. Sinon, comment comprendre le comportement de Netanyahou face à Hollande, Obama et tant d’autres esclaves ? Et comment comprendre l’humiliation du nouveau ministre de la défense américain, Chuck hagel avant sa nomination ?
      Il faut arrêter de se cacher derrière son doigt, le "Grand Israël" est tout puissant, sa capitale est Jérusalem, ses "dépendances sont à Washington, Paris, Londres, Berlin..., ses soldats sont tous ceux qui luttent contre la résistance, ses porte-parole essaiment les média qui sont sa tribune. Qui peut élever la voix sans être puni ? Qui peut contester sans subir son ire ? Alors s’il fallait attendre un hypothétique état qui bientôt n’existera plus en omettant l’évidence, que Dieu Lui soit d’un grand soutien....


    • pkoi es tu certain que la grande guerre aura lieu ?
      peux tu me donner ton analyse ?


    • @actarus
      pkoi es tu certain que la grande guerre aura lieu ?
      peux tu me donner ton analyse ?

      La première évidence indiscutable d’une guerre globale au Moyen Orient est la persistance d’une résistance palestinienne et d’un peuple palestinien qui gardent la mémoire de leur terre la Palestine, toute la Palestine. Or le projet israélien est qu’il ne doit plus exister ni terre palestinienne ni peuple en Palestine en effaçant toute la mémoire de la terre par le changement des noms et la destruction systématique des cimetières et des lieux de mémoire. Et c’est là que s’inscrit la guerre actuelle contre la Syrie et c’est ainsi qu’il faut la comprendre et l’interpréter. Liquider de manière définitive l’opposition au projet israélien par la mise à mort définitive du dernier bastion qui empêche la liquidation de la question palestinienne. Pour cela il fallait une guerre mondiale du "Grand Israël" contre ses ennemis sur le territoire même qui constitue la défense stratégique de la Palestine. Je veux juste attirer l’attention sur le fait que le bobard de deux états sur le territoire palestinien est juste un non sens (rappelons-nous que la naissance des Etats Unis est très proche de ce qui se passe en Palestine, une colonisation de peuplement où un seul projet peut survivre avec la quasi disparition du peuple autochtone, rappelons-nous également de l’Afrique du Sud, cas identique où finalement une cohabitation plus ou moins heureuse existe).
      Ceci étant dit, nous sommes face à une situation intenable du fait que le projet de liquidation de la question palestinienne a lamentablement échoué en Syrie. Et même si une partie du Hamas s’est fourvoyée en trahissant ses anciens protecteurs, la résistance palestinienne s’est réorganisée et restructurée en un seul état major opérationnel, pire encore, elle a repris vie sur trois fronts aujourd’hui : Gaza, Cisjordanie et le Golan. Cela signifie très clairement que le projet de tourner définitivement la page de la question palestinienne en utilisant des proxy arabes chacun avec une mission précise (Qatar, Arabie Saoudite, Égypte, Jordanie, Ligue arabe) ou musulmans (Turquie, OCI) n’a eu comme effet que de renforcer l’axe de la résistance, de le solidifier et de le rendre non seulement plus redoutable du fait de l’importance du complot interne qu’il a réussi à neutraliser, plus grave encore, l’aveu d’échec en Syrie est avant tout stratégique. (à suivre)


    • @actarus (suite)
      Trois pôles de résistance palestinienne sont ouverts aujourd’hui, le plus dangereux étant le Golan, du fait que la Syrie permet non seulement aux résistants palestiniens d’y intervenir mais également au Hezbollah qui sait y faire, aux syriens désireux de récupérer leur terre et au-delà à tous les arabes et musulmans désireux d’en découdre avec Israël (c’est la réponse du berger à la bergère) mais également à tous les affranchis du monde qui voudront faire le coup de main et qui considèrent que c’est leur résistance.
      L’autre échec stratégique est la capacité syrienne à répondre intelligemment aux agressions israéliennes par l’armement accru du Hezbollah en armes stratégiques qui déséquilibrent dorénavant l’équation mais surtout en affranchissant la Russie de ses réserves quant à l’utilisation par la Syrie des armes qu’elle lui a fourni.
      Le dernier échec, à mon avis le plus important, est qu’aujourd’hui tous les experts israéliens savent que la Syrie qui s’est préparée depuis plus de dix ans à un affrontement inéluctable avec son ennemi est encore plus forte d’un soutien quasi mystique de la Russie plus présente militairement que jamais dans la région et d’un front qui s’étend, bien au-delà des pays traditionnels, de pays habituellement plus timides tels que la Chine ou de pays en très bonne santé économique, ceux d’Amérique du Sud entre autres.
      Nous sommes ainsi aujourd’hui face à deux projets contradictoires de vie ou de mort où l’un des deux doit disparaître pour permettre à l’autre de vivre. Or, après 65 ans de tentative de liquidation de la mémoire palestinienne, ce projet est face à une impasse incarnée par une résistance régionale plus affirmée, soutenue extérieurement comme jamais, qui bénéficie d’une continuité géographique ininterrompue depuis l’Iran, en passant par la l’Irak et la Syrie, pour enserrer Israël géographiquement dans un étau entre le Hezbollah, les différentes factions palestiniennes, échaudées par les exemples avortées de l’autorité palestinienne moribonde et du Hamas politique affaiblie, et enfin la nouvelle résistance populaire syrienne.


    • @actarus (suite et fin)
      « Israël » ne sera jamais abandonné par son protecteur états-unien, soutenu par son proxy européen britannique. Israël est par ailleurs dans une situation interne absolument catastrophique pris en étau qu’il est par ses éléments sionistes les plus irréductibles qui ne veulent même pas entendre parler d’un peuple palestinien, ni d’une quelconque cohabitation. Les éléments les plus radicaux poussent dans le sens d’un affrontement, étant persuadés, pour les plus religieux d’entre eux, d’un soutien divin absolu qui leur garantirait sans l’ombre d’un doute une victoire écrasante. Que les autorités du pays s’avisent à considérer autrement la question palestinienne et le pays irait vers l’effondrement certain.
      « Israël » est ainsi piégé entre l’affrontement interne ou externe, il n’existe aucune autre voie puisque celle consistant à détruire l’axe de la résistance pour tourner la page palestinienne a définitivement échoué !
      Maintenant, c’est le compte à rebours, chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus de la date fatidique d’un affrontement global certain entre deux camps qui affûtent leurs armes et se préparent à une guerre totale…



    • J’ai le sentiment que Cheikh Imran Hosein commet des erreurs d’analyse à partir du moment où il considère que les sionistes n’ont pas encore atteint leur pleine puissance et qu’ils devraient dominer un peu plus le monde



      Je suis d’avis que cette calamité qu’est Israël vie actuellement son pathétique "age d’or" et je suis d’avis qu’Israël ne s’étendra jamais du Nil a l’Euphrate, et que son expansion n’est qu’un mirage qui se dissipera lorsque ils approcheront un peu trop prés du but...

      Je suis aussi de ceux qui voient "lorsque ils ouvrent les deux yeux" que le grand trompeur et "maitre du monde" (et particulièrement d’Israël) n’est surement autre qu’Obama...Vous savez c’est cet homme a la peau rouge ; au nez large ; au cheveux courts et crépus ; qui a fière allure (faite ici la comparaison physique avec le faux messie des ahadith islamique).

      Les sionistes avec Obama a leurs têtes -si il est le dajjal comme je le pense- n’auront pas la possibilité d’étendre Israël du Nil a l’Euphrate car ils seront stoppés juste avant par le Messie fils de Marie alors que les sionistes penseront être sur le point de vaincre les "hérétiques mohamediens" et de récupéré la terre du "cham" et tous ce qui pensent leurs être du.

      Ce qui suit ce n’est pas moi, c’est tiré d’un article sur l’antéchrist dans la bible () sur info-bible.org :
      Au commencement du Jour du Seigneur, l’homme du péché sera révélé. Ce sera un dirigeant mondial qui fera une alliance avec Israël, avant la fin des temps. L’antichrist se prétendra donc soit juif, soit au moins sioniste


    • @actarus
      pkoi es tu certain que la grande guerre aura lieu ?
      peux tu me donner ton analyse ?

      J’ai posté une très longue réponse qui n’est pas parue (ce n’est pas la première fois), je n’ai vraiment pas la force d’en proposer une autre, je suis désolé.


  • 1-Je pense aussi que ces troubles en Turquie sont un moyen de pression sur Erdogan par les sionistes pour le tirer par ses cheveux vers une guerre contre la Syrie .

    2- Je ne comprends pas pourquoi le Sheikh imran tantôt nous dit que la Russie est Magog tantôt les "Rum" .

     

    • Parce qu’il y a deux russie, l’une sioniste, l’autre orthodoxe...


    • Dans une vidéo récente il explique qu’il a longtemps pensé que Gog était l’axe americano-sioniste et Magog la Russie et ce n’est que récemment qu’il s’est rendu compte de son "erreur" (ce sont ses propos pas les miens) et que la Russie représentait en fait ce qu’il appelle Eastern Christianity qu’on pourrait traduire par Christianisme orthodoxe. Son opinion est maintenant que Gog et Magog sont l’alliance judéo-chrétienne (évoquée dans surah Al-Maida) et que Rum représente les chrétiens orthodoxes (comprendre les Russes).
      J’ai peut-être fait qq raccourcis mais c’est grosso modo ce que j’avais compris ^^


  • Décidément le Sheik Iman Hosein est un guide éclairé que j’apprécie chaque fois davantage.


  • Je suis en règle générale, quasiment toujours en accord avec les analyses très pertinentes du sheikh, c’est d’ailleurs en cherchant à trouver son livre que j’ai été aiguiller par un frère de la mosquée que je fréquente vers kontre kulture, ce qui m’à emmené à découvrir E&R et à y adhérer vu que je partage la plus grande partie de la "pensée Soralienne" et que je vois très bien l’urgence d’une réconciliation nationale des diverses communauté qui la composent pour ne pas basculer dans un affrontement fratricide qui serait catastrophique pour chacun d’entre nous.
    Cependant je pense qu’on ne peut pas tout analyser avec une vision binaire des choses, tout n’est jamais complètement blanc ou noir, il doit certainement avoir de forces de manipulations qui sont à l’oeuvre en Turquie actuellement, là dessus je pense que le sheikh à raison, cependant, je connais pas mal de turques et je discute régulièrement "politique" avec eux, les turques, dans leur grande majorité sont des gens qui ont une fierté de leur pays poussé à un point que peux de nationalistes ont, il est extrêmement rare de voir un turque porter un regard critique sur son pays, cependant, et ce surtout depuis que le "conflit syrien à éclaté, beaucoup de turques, notamment les religieux sunnites ne se reconnaissent plus du tout dans la politique d’Erdogan, certains le qualifient du pire des khouffar (mécréant) du pays, il y à une véritable contestation politique qui est entrain de monter, les religieux turques ont bien cerné la trahison dogmatique de leur gouvernement et ne comptent pas laisser les "traîtres de la nation" continuer dans cette dérive clairement analysée comme sioniste.


  • Je tiens d’abord à remercier sheikh Imran Hosein pour son analyse de la situation. Il a tt à fait raison d’évoquer le fait que les puissances impérialistes veulent faire entrer la Turquie en Syrie pr ne pas se salir les mains. Ce que la Turquie n’a jamais voulu faire car le gouvernement actuel turc est peut être dépendant ds une certaine mesure dans ses décisions(étant membre de l’OTAN). Cependant, il sait très bien qu’une invasion en Syrie sans les États-Unis peut se conclure avec une victoire, très certainement mais une victoire couteuse, qui fera tomber à l’eau le rêve des turcs de devenir une des 10 puissances éconmiques du monde d’ici 10 ans. Ceci est risqué car d’une part cet invasion peut se retourner contre la Turquie. Pq ? Pcq d’un côté les puissances impérialistes peuvent décider d’envahir la Turquie, tout comme elles ont décider d’envahir l’Irak en 1990-1991 alors qu’au début, les États-Unis fermaient les yeux sur les intentions de Saddam. Mais aussi, et là ce point est bien plus important : la réactualisation du nationalisme arabe ; En effet depuis la chute de l’Empire Ottoman, les puissances sionisto-impérialistes ont divisé cet empire de 6s pour le remplacer par plusieurs États. Puis, lors de leur décolonisation, des nationalistes arabes ont pris le pouvoir et ont diffusé les idées que ces mêmes puissances voulaient diffuser mais qui aurait été sans succès, s’ils l’avaient fait eux. En effet, ces nationalistes ont diffusé via des mensonges une fausse histoire de leur passé ottoman, montrant cet empire comme impérialiste alors que c’était le seul dernier empire qui favorisa l’équité et la justice dans le monde, et qui pouvait faire face aux aspirations impérialistes. Pour résumé, en cas d’attaque de la Turquie en Syrie, Assad pourra jouer la carte du "retour des turcs",ce qui peut se traduire par un retournement de situation chez le peuple syrien, et les autres peuples arabes, notamment les pétro-monarchies du golfe. C’est ce qu’attend Assad, c’est sa dernière chance pour survivre, et ce que craint la Turquie en intervenant pas en Syrie. Puis, pr les éventements qui se produisent en Turquie, il "suffit de vous demandez qui vous informe, je vous dirais qui vous mens". D’un côté on s’oppose à la guerre en Libye car les médias occidentaux s’y sont mobiliser avec une grande énergie. Puis lorsque ces mêmes médias en font de même pour la Turquie, vous avez un autre discours. Soyez honnête. Ce n’est pas chez les bobos que vous trouverez vos alliés.