Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’impact de la chute du pétrole sur les économies mondiales

Jacques Sapir sur BFM Business

La tendance sur les marchés quelques jours avant la réunion de la BCE et les impacts de la chute du pétrole sur l’économie :

 

L’impact de la chute du pétrole sur l’économie russe et sur celle des pays émergents :

Connaître les notions de base en économie avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le prix du pétrole a beaucoup baissé, pas celui du carburant à la pompe, ou très peu . Que dirait Sapir si le prix du baril flambait ?

     

  • La chute du baril a probablement été organisée et manipulée par l’OPEP, afin d’assécher les réserves russes, et ralentir les bénéfices des réserves vénézuéliennes, premières réserves mondiales. Une manipulation similaire avait été organisée via l’OPEP (1985-1986 ?) sous la présidence Reagan , afin de grever les réserves russes.
    L’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, va devoir augmenter ses exportations.
    Le dollars (devises pétrolière) sera une nouvelle fois privilégié, mais cette énième manipulation semble être la dernière rustine destinée à maintenir le "green back".

    Par ailleurs, l’impact du prix du baril, aura nécessairement un effet similaire (à la baisse) sur le prix du gaz, matières agricoles et autres matières premières.On peut donc s’attendre à ce que Goldman Sachs & Co face le plein des supertankers américains en pariant massivement à la hausse (Achats massifs), ce qui aura - par effet réflexif - comme conséquence, d’augmenter le prix du baril et favorisera une énième fois les profits de ces ordures de spéculateurs.
    Inutile d’attendre une baisse des prix à la consommation.

    Quant aux conséquences sur les banques américaines, en plus des manipulations comptables type Hors bilan, le prix du baril sera surveillé de très près par les spéculateurs afin d’éviter le pire et relancer sa haute le moment venu.

    Quand le prix de l’or était à 800 dollars, Georges Soros annonçait qu’il s’agissait d’une bulle et déconseillait l’achat d’or, tout en investissant massivement par centaines de millions de dollars sur le métal jaune.


  • L’économie qui va souffrit le plus de la baisse des prix du pétrole est bien l’économie américaine qui est en train de ruiner les horribles producteurs de gaz et d’huile de schiste. A moins qu’ils soient persuader de pouvoir vendre leur m... en Europe. Dans ce cas, cela voudrait dire qu’ils organisent la guerre en Europe.


  • Voila, les principales raisons du programme nucléaire civile de L’Iran et des programmes de développement industrielle de la Russie l’objectif étant de s’affranchir des marchés pétrolier sous contrôle parce que indexé sur les cours du dollars (Fed)


  • La baisse du carburant est dû à une seule raison, tenir tête face à la Russie qui possède du pétrole sur son territoire mais surtout du gaz qui est une énergie dont les gens pourront éventuellement se tourné dans l’avenir.

    Aujourd’hui, nous sommes beaucoup en France et aussi en Europe à utilisé l’essence ou le diesel pour nos véhicules par exemple, énergie détenu par les Etats-Unis et donc rentabilité uniquement à ce pays. Et lorsqu’on a le monopole de l’énergie, et bien on pratique les prix que l’on souhaite et souvent ce sont des prix très très élevés face auxquelles nous sommes confrontés.

    Maintenant, imaginez que c’est l’inverse qui a lieu. C’est à dire que tous les véhicules essence et diesel utilisé en Europe prennent la place de véhicule au GPL et vice versa. Alors, à ce moment-là le monopole de l’énergie sera détenue par la Russie et autres pays qui détiennent beaucoup de gaz. Tous les efforts des Etats-Unis pour avoir la possession des pays pétroliers qu’ils ont conquis par des moyens illégitimes (Guerre en Iraq, en Libye, soumission de l’Arabie Saoudite, etc...) n’auront servi pour rien vu que les gens rouleraient au gaz et non au pétrole.

    Il est vrai que certains me diront qu’il y a eu déjà des augmentations du pétrole dans le passé et que malgré tout la population n’a pas opté pour un changement de véhicule. Alors oui, il est vrai qu’une énorme partie n’as pas pour autant changé de véhicules. Mais si je devais me justifié je dirais que la simple bonne raison est qu’il est difficile de faire changé les habitudes des gens, difficile de leurs faire changé d’énergie (flop des voitures électriques).

    Voilà pourquoi le prix des carburants pétroliers est en baisse, c’est une manière de ne pas voir les clients partir chez le concurrent tout en les rendant dépendant de l’énergie pétrolière.

     

    • Si il est si difficile de « faire changer les habitudes des gens », pourquoi ces mêmes gens (clients) changeraient-ils eux même leurs habitudes en se tournant vers une autre énergie (gaz).

      L’activité économique mondiale ainsi que sa production est dépendante du pétrole. C’est pourquoi la question de la transition énergétique est loin d’être résolue. Le pétrole n’est pas simplement une "énergie", c’est aussi une "matière" nécessaire à l’ensemble des productions d’articles de consommation et de production. (Hifi, électroménager, pièces auto, pièces industrielles, machines outils, emballages...etc) Ce n’est certainement pas avec du gaz que toutes ces productions pourront être réalisées, sachant que le pétrole est aussi nécessaire à sa propre extraction.