Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

Emmanuel Macron s’est donc rendu sur l’île de Saint-Martin, dans les Antilles, pour témoigner aux habitants de la solidarité de la Nation. Ce voyage a donné une nouvelle dimension tant aux critiques qui ont porté sur la (relative) impréparation du gouvernement français face à l’ouragan catastrophique « Irma », qu’à la polémique qui semble accompagner désormais chaque déclaration officielle du président Macron. Il aurait, en effet, déclaré à l’occasion de ce voyage que la France avait mis sur pied un des plus grands ponts aériens depuis la Seconde Guerre mondiale [1]. Il s’agit, bien entendu d’une énorme bêtise. Mais, l’écho qu’elle a eu, et surtout la volonté semble-t-il irrépressible d’Emmanuel Macron de se mettre en scène ainsi de manière « héroïque » pose un problème plus général tant quant à l’attitude du Président que quant à l’attitude de la presse qui relaie ses propos avec une complaisance et une absence de critiques qui ne grandissent pas les journalistes.

 

Les limites de l’action de la France et la stupidité de la déclaration du Président

L’affirmation concernant le pont aérien est, bien évidemment, une stupidité. Les moyens de la France, sur place, étaient limités : quelques avions cargos de petit tonnage et un Airbus A-400M qui a quitté la métropole à la fin de la semaine dernière pour arriver aux Antilles. Dans la mesure où l’on savait, au vu de la force de l’ouragan, force qui fut exceptionnelle, que les infrastructures portuaires seraient fortement endommagées, on peut s’étonner que plus de moyens de transport aériens n’aient pas été pré-positionnés aux Antilles. En fait, même si la piste principale de l’aéroport de Saint-Martin était inutilisable, un avion comme l’A-400M peut larguer à basse altitude de lourdes charges [2]. Le pré-positionnement de 2 de ces appareils, par exemple à la Guadeloupe, aurait permis de ravitailler rapidement la population, chaque appareil pouvant faire environ 3 rotations sur Saint-Martin par jour et pouvant apporter environ 37 tonnes à chaque rotation. Les CASA CN-235 qui sont utilisés ne sont, quant à eux, capables de transporter 6 tonnes à chaque rotation.

Les efforts de la France ont été faibles, si on les compare aux ponts aériens depuis 1945. L’exemple du pont aérien de Berlin [3], lors de la crise de 1948-1949 est évidemment le plus notable. Les aviations du Commonwealth et des États-Unis (la France n’y participa que marginalement) ont transporté 1250 tonnes de vivres et 3750 tonnes de carburant par jour lors de ce pont aérien. Il ne fut pas le seul. L’aviation française avait assuré, avant que ne débute le début de la bataille, le ravitaillement du camp retranché de Ðiện Biên Phủ en 1954, et avait effectué plusieurs ponts aériens d’importance, que ce soit à des fins militaires ou à des fins civiles (transfert de population) en Indochine de 1952 à 1954. Notons aussi le pont aérien organisé par les églises (tant l’Église catholique que les églises protestantes) lors de la « Guerre du Biafra » en 1968-69 [4]. Lors du terrible tremblement de terre qui ravagea l’Arménie à la fin des années 1980, les Soviétiques mirent sur pied un pont aérien qui transporta des centaines de tonnes de vivres et de matériel par jour. En fait, de nombreuses catastrophes naturelles donnent lieu à des déploiements aériens qui sont largement supérieurs à ceux que la France a consentis pour Saint-Martin.

Bref, la déclaration du président Emmanuel Macron relève de la grosse bêtise, comme il arrive, de temps à autres, à des responsables politiques d’en faire. Mais, la véritable question est de savoir pourquoi il l’a faite et pourquoi les médias français ont-ils gobés cet énorme bobard.

 

Un manque d’anticipation face à la catastrophe ?

La question du « pourquoi » de cette déclaration est posée d’emblée. On peut penser que le président Macron a voulu faire taire les critiques, nombreuses, qu’a suscitées la gestion de cette crise par le gouvernement français. Il faut savoir que la gestion de crise n’est pas chose facile. Elle exige de l’anticipation (qui semble avoir manqué) et des moyens en réserves pour faire face à une situation d’urgence. Le plus critiquable, ici, est sans doute le manque d’anticipation. Il semble que le gouvernement des Pays-Bas, qui cogère avec la France une partie de l’île s’y soit mieux pris. Il a su, en particulier, éviter une grande partie des pillages qui sont venus ajouter la peur à la désolation sur la partie française de l’île [5].

La catastrophe étant survenue, il convient de dire que l’on a été face à une situation similaire à une guerre nucléaire, les effets des radiations en moins. En effet, les dégâts enregistrés sur l’île de Saint-Martin sont comparables à ceux qu’aurait provoqués une charge nucléaire explosant à moyenne altitude (effet de souffle dit « air burst »).

La destruction des services publics a constitué le point crucial dans cette catastrophe. En théorie, l’armée française dispose des matériels, qu’il s’agisse de groupes électrogènes de grande puissance, de système de filtration des eaux ou de matériels du génie pour les travaux de déblaiements. Ces matériels auraient pu être rapidement transportés sur l’île s’ils avaient été pré-positionnés dans les Antilles et si des moyens de transport lourds (les A-400M) avaient été disponibles. Rappelons qu’il n’est pas nécessaire qu’un A-400M se pose sur la piste pour livrer de lourdes charges. Rappelons aussi que de pont aérien il ne semble pas être question pour transporter des dizaines de sauveteurs qui sont bloqués sur l’île de la Guadeloupe [6].

Dès lors, se pose la question de savoir pourquoi ce pré-positionnement n’a pas été fait et pourquoi des moyens supplémentaires n’ont pas été rapidement déployés dès que l’importance de la catastrophe est devenue évidente. Certainement, ici, la question du manque d’anticipation de l’ampleur de la catastrophe a joué. Mais, il faut aussi savoir que les réductions de crédits dont l’armée souffre depuis plusieurs années, et qui ont été dénoncées par le général Pierre de Villiers au début du mois de juillet (dénonciation qui lui a coûté son poste de chef d’état-major des armées), limitent drastiquement la disponibilité de ces divers matériels.

Au-delà de la polémique, qui n’est pas dépourvue – c’est la règle de la vie démocratique – de pensées politiciennes, il faudra qu’une commission d’enquête parlementaire face le bilan de ce qui a été fait et de ce qui ne l’a pas été et qui aurait dû l’être. C’est important tant pour la démocratie en France que pour tirer les leçons de ce qu’il faut bien appeler un échec de la gestion de crise et éviter qu’il ne se reproduise. Car, et c’est le moins que l’on puisse en dire, tout n’a pas été fait pour réduire les souffrances des populations.

 

Ce que révèle cette déclaration

Donc, le président Macron a réagi, de manière très maladroite et en fait puérile, à un débat qui devra de toute manière avoir lieu. Mais, cela n’explique pas pourquoi il s’est senti obligé de qualifier, lors de son arrivée à la Guadeloupe, les opérations de l’un des plus grands ponts aériens depuis 1945. Il y a dans cette déclaration même une outrance, une emphase, qui interroge quant à la psychologie du Président. Cette volonté de se mettre en avant à tout prix, et même à celui de proférer une énorme contre-vérité, inquiète. Elle traduit une certaine instabilité psychologique. Mais, il y a aussi dans cette déclaration de quoi se poser des questions quant à l’équipe de communicants qui l’entoure. Car, on peut penser qu’il y avait des personnes parfaitement au courant de la réalité des choses dans l’entourage du Président. Le fait qu’ils aient laissé passer cette déclaration, qu’ils n’aient pas soit informé le Président des réalités, soit lui aient signalés les dangers de se livrer à de telles déclarations, interroge aussi sur la nature de la communication mise en place autour d’Emmanuel Macron et sur les liens qui unissent le Président à son entourage.

Cette déclaration interroge enfin sur le comportement des journalistes qui l’ont reprise de manière globalement a-critique. C’est à croire que l’histoire de la seconde moitié du XXème siècle est délibérément ignorée dans les écoles de journalisme et dans les universités. En réalité, la reprise de cette déclaration illustre un état d’esprit de nombreux journalistes qui combine la révérence face au pouvoir, la servilité politique et parfois l’incompétence la plus crasse. Voilà qui pose problème. Imaginons qu’une autre personnalité politique ait proféré les mêmes énormités. Cette personne aurait été, et non sans raisons, l’objet de critiques assassines. On aurait glosé sur son incompétence. Rien de tel n’est survenu pour Emmanuel Macron, comme si sa parole était parole d’évangile. Oui, l’attitude des journalistes pose un véritable problème de démocratie en France.

Il ne reste plus qu’à espérer que l’État fasse désormais le maximum pour atténuer les souffrances des populations dans les îles, et qu’il débloque, sans rechigner, l’argent nécessaire à l’aide d’urgence comme à la reconstruction. Le président Macron serait aussi bien inspiré de rétablir les crédits de fonctionnement à l’armée, ces crédits qui ont été supprimés par M. Darmanin, le ministre du Budget et qui ont provoqué la crise avec le général Pierre de Villiers. Il serait enfin bien inspiré de s’abstenir de telles déclarations aussi tonitruantes qu’erronées à l’avenir ; ces déclarations le ridiculisent et soulignent sa fragilité dans les fonctions qu’il occupe, ce qui constitue un problème pour tous les Français.

Jacques Sapir

 


 

Premier survol de l’île après l’ouragan, le 6 septembre :

 

Des habitants évoquent le chaos à Saint-Martin :

Notes

[1] http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ouragan-irma-emmanuel-macron-est-arrive-en-guadeloupe_1942660.html

[2] Ce que l’on appelle le Low-Altitude Parachute-Extraction System ou LAPES. Ce système est certifié sur les Airbus A-400M utilisé par l’Armée de l’Air depuis 2016 (avion MSN33).

[3] Miller, R. G. (2000), To Save a City : The Berlin Airlift, 1948–1949, College Station, Texas A&M University Press, Harrington, D.F., (2012), Berlin on the Brink : The Blockade, the Airlift, and the Early Cold War, University of Kentucky Press, Lexington

[4] Ce pont aérien fut organisé sous l’égide de la Joint Church Aid, qui loua des avions à des compagnies indépendantes comme Balair (qui employait des C-97ex-USAF et des Transall ex-Luftwaffe), CanairRelief et Transavia Holland. Draper, M.I. (2000) Shadows : Airlift and Airwar in Biafra and Nigeria 1967-1970, Hikoki Publications, Londres.

[5] http://www.ouest-france.fr/monde/ouragan/irma/irma-pillages-agressions-et-bandes-armees-le-chaos-regne-saint-martin-5236697

[6] http://www.ouest-france.fr/monde/ouragan/irma/irma-des-secouristes-bloques-en-guadeloupe-il-est-ou-le-grand-pont-aerien-5243471

À lire, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1801209
    Le 14 septembre à 16:32 par Tatananick45
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    Je constate que vous donnez la parole à des gens qui ont subi le déchaînement de la nature en zone tropicale. Ceux qui sont habitués ( les autochtone) ne sont absolument pas traumatisés, il ont des gros dégâts, mais ils ne vont ni mourir de faim , ni de soif, ni de maladie, il râlent pour le principe, ils attendent des "aides" comme d’habitude, mais ils ont tout de même pris leur balai et leur courage à deux mains . Ceux qui ne sont pas autochtones ont vu leurs illusions de vie tranquille sous les cocotiers s’effondrer. Leurs investissements défiscalisés dans ce qu’ils pensaient être une usine à cash touristique se sont( provisoirement ?) envolés. Les barrières sociales qui leur permettaient de vivre sans croiser un noirs sont provisoirement abolies : c’est la panique...Ceux qui ont réussi à se faire évacuer retrouvent très vite leurs réflexes de citoyens métropolitains : ils râlent parce qu’il y a du retard dans les transports... Non je n’ai pas pleuré, il n’y a pas de quoi, je regrette simplement pour elles ,que des familles aient confié leurs enfants à une malade mentale qui est incapable de se rendre compte qu’elle est en sécurité, malgré l’inconfort de la situation et qu’elle devrait avant tout avoir une attitude rassurante pour les enfants...

     

    Répondre à ce message

    • #1801822
      Le 15 septembre à 14:14 par Caro
      Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

      Votre message est insultant envers une certaine partie de la population de l’île que vous qualifiez de "non autochtone" et par conséquent plus fragile envers un phénomène météorologique mieux "maitrisé" par les locaux... Vous laissez entendre que cette même population panique parce qu’elle a dû malgré elle croiser des noirs. "Dehors les blancs !" scandé par des hommes masqués, cagoulés mais surtout armés et prêts à tuer ta femme et tes gosses, ben tu m’étonnes que ça traumatise ! Et tu m’étonnes que ça ne va pas aider à la réconciliation tout ça...

       
  • #1801297
    Le 14 septembre à 18:24 par machin
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    Le socialisme consiste en l’entraide. Rien à voir avec la redistribution de richesse et l’argent qui n’est que du capitalisme d’état. Mais l’entraide ne peut fonctionner quen cas de fraternité entre les membres du peuple qui n’est possible que si l’on partage la même culture et le même religion. Les cosmopolites tentent de briser cela, ce qui explique leur promotion de l’immigration.

     

    Répondre à ce message

    • #1801531
      Le 14 septembre à 23:33 par micusa
      Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

      Excellent commentaire ! Le nouvel ordre mondial, c’est a dire les grosses fortunes mondiales, utilise la vieille recette bien éprouvée du "diviser pour régner". Il suffit pour cela de mélanger les populations d’origines, cultures et religions différentes, d’entretenir leur rivalité, leurs envies, et leurs haines pour l’autre différent, et au moindre problème, elles s’affronteront et se détruiront mutuellement, pour la plus grande joie des vrais responsables de leurs malheurs qui eux pourront continuer a jouir a tout point de vue du haut de leur tour d’ivoire. Quand détruiront nous ces tours de babel ?

       
    • #1801537
      Le 14 septembre à 23:42 par Jacques
      Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

      Ah bon depuis quand il faut être issu de même culture et de même religion pour s’entraider entre êtres humains ? Quelles conneries il ne faut pas lire parfois je vous jure... tout être humain est doté d’un cœur et chacun peu ressentir de la compassion pour son prochain, a plus ou moins grande échelle selon les individus mais en rien cela ne dépend de la culture ou de la religion.

       
  • #1801380
    Le 14 septembre à 20:06 par quidam populus
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    Qui ne se doute pas qu’en "real politique" extrêmement tendue mondialement comme en ce moment, plus grand chose ne survient par hasard... Alors IRMA et autres, est-ce de la politique ordinaire ou se pourrait-il qu’il y ait autre chose ?

    • "Les ouragans fabriqués par l’homme sont le résultat d’un programme gouvernemental américain de modification de la météo dans lequel on pulvérise dans le ciel des nanoparticules, ensuite des orages sont "activés" par l’utilisation de "lasers"." Dr. Michio Kaku, physicien de renommée mondiale.

    • ’La guerre climatique’ est susceptible de menacer l’avenir de l’humanité, mais elle a été exclue des rapports du GIEC, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2007. » Professeur Michel Chossudovsky ;
    The Ecologist, 122007 www.mondialisation.ca/haarp-... 04062008

    • Dès 2002 Jean-Pierre Petit publiait sur HAARP : "[…] Je vais donner ici simplement mon impression. Il y a des choses qui "font surface" ces temps-ci. […] Je pense par exemple au dossier se référant au projet HAARP […] Depuis de longues années le thème d’une "arme climatique" trainait ici et là. Je me demandais réellement en tant que scientifique comment on pourrait s’y prendre pour modifier le climat. […] l’effet des micro-ondes, comme révélé dans ce document HAARP […] Il existe une étude du dossier HAARP […] émanant du GRIP […] action météorologique de grande ampleur en agissant, à l’aide d’ondes électromagnétiques sur une certaine région du monde et plus précisément sur sa haute atmosphère. Tout entre alors en jeu, à commencer par la modification de l’énergie issue du soleil et parvenant au sol […] De la même manière, si l’homme arrive à dépasser certains seuils en manipulant la haute atmosphère il peut déclencher des tornades, les guider […]".
    http://www.jp-petit.org/nouv_f/Crop... Le projet HAARP et ce qu’il cache (2002 màj 2008) : http://www.jp-petit.org/nouv_f/Crop...

     

    Répondre à ce message

    • #1802762
      Le 17 septembre à 04:32 par 0+0=Toto
      Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

      Je suis assez convaincu de ça, mais je me demande pourquoi "attaquer" ces régions adulées par les riches qui y viennent en vacances (l’élite ?). Des populations US ont été touchées aussi... J’ai du rater un truc.

       
  • #1801448
    Le 14 septembre à 21:35 par Pamfli
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    Nan mais attendez les gens, ils n’ont pas le temps, vous n’êtes pas prioritaires et les migrants alors ! Les futurs Montaigne, voilà la priorité des mondialistes ! C’est ça le vivre ensemble, nous n’arrêtons pas de l’écrire ici, les faits, les preuves sont là, innombrables, massives, indiscutables, mais vous n’êtes pas curieux : arrêtez d’écouter Lapix Sadoun et de voter ripoublicain m’enfin !

     

    Répondre à ce message

  • #1801453
    Le 14 septembre à 21:40 par sylvie une française
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    En effet, les problèmes psychologiques du Président commencent à se dévoiler.
    "Un pont trop loin !" monsieur le Président.
    Excellent comédien pour qui s’y laisserait prendre.

     

    Répondre à ce message

  • #1801479
    Le 14 septembre à 22:27 par Europipo
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    Attendez, rafraîchissez ma mémoire.

    Combien il a fait Macron , à la présidentielle, sur Saint Martin ?

    Ah ! on me dit à l´oreille 65%. Alors, pas content de votre président ?

    C’est pas de chance alors, vraiment injuste.

     

    Répondre à ce message

  • #1801583
    Le 15 septembre à 01:28 par raoultvolfony
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    TOUT EST DIT

    ces régions administrées depuis des années par delégation maçonnique.. sont exempte de droits, de lois et de fonctionnaires dediés au peuple .. profane ... personne ne bosse, ils sont tous surpayes et combinards.... a plus soif.. et thesaurisent a mort sans rien produire...sous directeur des servives fiscaux avec 10 villa ici en martinique par exemple !!!!

    qui le contrôle lui ????

    tout est dit et maheur a ceux qui essaye de remettre de l ordre dans cette merde coloniale maconnique et ripoublikaine...

    c est prevu et planifie pour ne pas bosser et avantager les crapules et les branleurs rentiers...

    DONC RIEN DE CE QUI VIENT DE SE PASSER NE M ETONNE... les commissaires divisionnaires qui volent les scellées, les juges scelerat qui baisent au sens propre des justiciables. ; comme figuré...

    WHAT ELSE,

     

    Répondre à ce message

  • #1801614
    Le 15 septembre à 06:17 par SSSQ
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    Missié macwon, ba en di ou sa : kou ni a manmanw !!!
    Cette "insulte" guadeloupéenne n’a strictement rien à voir, comme beaucoup le pense avec les parties génitales, les gens entendant "cougne a manmanw", pensant à cogne et donc parties génitales. En fait, cela veut dire "le cou nu de ta mère. En effet, les esclaves n’avaient pas le droit de porter de bijoux. C’est comme cela que les esclaves rappelaient au nègre de maison qui il était également : un esclave, tout comme macron le nègre de la maison rotschild. Nous on n’est pas des esclaves manu, donc je te le re-dis et je pense que je peu parler pour toutes les Antilles : kou ni a manmanw, macwon, kou ni a manmanw !
    J’ai vécu Hugo le 17 septembre 1989. Un cyclone laisse apparement une blessure qui ne se referme jamais. J’ai suivi en direct de l’approche à maintenant. Je connaissais bien St-Barth, donc quand ils ont été frappé, toute l’angoisse est remonté. Mais je ne m’attendais pas à ce que le dégout lui emboite le pas. En 1989, ce ne sont pas 35.000 personnes qui ont été abandonnées à leur sort pendant près de deux semaines, mais plus de 300.000.
    Je m’attendais en 2017, justement, à un putain de pont aérien. Il faut constater que rien n’a changé, le dédain envers ces îles est intact, voire s’accrut. Bien sûr ceci fait la part belle aux partis indépendantistes et autres partitionneurs acharnés de notre spendide pays, si vous voyez de qui je veux parler...le crime semble toujours profiter à une petite communauté émettant de la lumière et ayant une très grande gueule mais une toute petite bi...
    1 - la France ne doit pas avoir honte de tout cela, les français ne sont responsables ni de cette débacle, ni de cette traitrise.
    2 - les traitres paieront. Jurons-nous ça. Amen.

     

    Répondre à ce message

  • #1801758
    Le 15 septembre à 12:23 par France31
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    Je vous le donne en mille qu’ils vont organiser un Antillesthon ! pour ramasser des fonds qui disparaitront dans les poches sans fonds de certains :(

     

    Répondre à ce message

  • #1802174
    Le 16 septembre à 07:36 par Alain
    Macron, le "pont aérien" et la tragédie de Saint-Martin

    A voir, le replay du 15/09/2017 émission "C à vous" avec Alain Duhamel, Édouard Balladur, etc... le passage où ils commentent l’actualité de St Martin. C’est la dictature médiatico-insidieuse en marche qui veut amener petit à petit au bâillonnement de la liberté d’expression car où se trouvaient au moment du drame les soit-disant "bon média" contredisant les soit-disant fake news ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents