Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Effets et dangers de la surveillance de masse, par Edward Snowden et Glenn Greenwald

Dans ces deux extraits du documentaire Citizenfour (Laura Poitras, 2014), Edward Snowden et le journaliste Glenn Greenwald reviennent sur ce que fut l’Internet avant l’ère de la surveillance de masse ainsi que sur l’importance de débattre publiquement des politiques de contrôle et de surveillance menées par les gouvernements.

 

Voir aussi, sur E&R :

Soutenir l’information indépendante sur Internet :

Défendre la liberté d’expression et d’opinion avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci mais il serait plus utile de nous balancer la totalité des itw de Snowden, c’est assez incroayble que les videos sortent au compte goutte ! Dans les medias mainstream n’en parlons pas !

     

  • Dès que vous avez l’audimat d’un blogueur vous refusez de débattre avec autrui pourquoi des gens qui ont un reel pouvoir le feraient ? ou pourquoi débattraient ils avec vous ? l’auriez vous fait ?
    On connait la réponse malheureusement.
    rendre impossible le dialogue, créer des situations bloquantes, voila ce qui créer des Nabe (dans le meilleurs des cas).


  • Il y a une chose que j’ai du mal à comprendre concernant Snowden ; c’est comment pouvait-il être au courant d’autant de choses, en étant si jeune (donc sans avoir une très longue expérience, ni être au sommet de la hiérarchie), sachant que j’imagine que dans les services de renseignement on a tendance à cloisonner (même numériquement) les différents services et informations, afin d’éviter les fuites. Si quelqu’un a la réponse ça m’intéresse :)

     

    • Si ça t’intéresse, il faut absolument voir le documentaire dont est tiré cet extrait (Citizen Four), il explique tout ça et bien plus.
      Ce que j’en ai retenu c’est que c’est un informaticien pas quelqu’un qui s’occupe de renseignement à proprement parler : son emploi était très technique et il justifiait l’accès à tout un tas de systèmes avec des droits relativements élevés...


    • Bah c’était son job ! C’était un insider ! Ce qu’il sait est relatif à son activité passée ! Et comment voudrais-tu maintenir les individus travaillant pour le compte de la NSA dans le secret absolu sur ce quoi ils travaillent ? C’est comme si tu voulais cacher aux ouvriers d’une chaîne de montage de voitures qu’ils sont entrain de monter des voitures ! Même le plus ignorant des ouvriers se doutera qu’il doit participer à la fabrication d’une voiture quand ils installent le carburateur ou les roues ! Et en fin de compte ce qu’il sait et révèle est plutôt basique ! N’importe quel internaute à peine pubère intéressé par le sujet en sait tout autant ! Snowden vient juste confirmer les soupçons de certains ainsi que certaines sources d’informations.


    • La réponse est dans le documentaire.

      Snowden était administrateur système. C’est à dire qu’il était en charge de la maintenance du système informatique. Lorsque vous faites ce métier, il n’y a plus d’accréditation qui tienne, c’est vous qui gérez les droits des utilisateurs au niveau informatique et vous devez donc vous même, disposer de tous les droits sur le système pour pouvoir faire votre travail. Vous avez donc accès, de manière numérique, à tous les documents disponibles sur le réseau. Ensuite, il vous suffit d’être suffisamment discret et de bien savoir effacer vos traces pour extraire le maximum d’info vers l’extérieur afin de les consulter et analyser tranquillement chez vous.


    • Pour connaitre quelqu’un qui a bossé dans un site "sécurisé" (sans en dire plus), il m’ a dit que la sécurité des locaux faisaient peur...Alors j’ai tendance a penser que finalement, ils doivent être plutôt soft sur ce genre de matos/informations/projet.


    • #1181726
      le 10/05/2015 par je ne suis pas charlie et je t’emmerde
      Effets et dangers de la surveillance de masse, par Edward Snowden et Glenn (...)

      apparemment, c’est payant pour regarder le film
      si vous avez un lien où on peut le voir, en entier et gratuitement, ce serait bien


    • Pour télécharger les vidéos de Rutube (c’est plus confortable de les visionner dans VLC, par exemple pour jouer avec le ralenti/acceléré) :

      A) si vous utilisez Windows, vous pouvez par exemple utiliser un petit programme russe nommé "Raljeta" :

      - á télécharger ici : http://tradiz.org/Rutube/Raljeta
      - une fois téléchargé, décompressez celui-ci (il est au format .7z). Il est préférable de changer la langue qui est par défaut le russe. Pour cela allez dans le dossier raljeta_ahk-0.3.44, ouvrez le « fichier_lang.txt » et changez la dernière ligne "#Include lang_ru.txt" par "#Include lang_fr.txt" (attention à la syntaxe : c’est sans les guillemets, ajoutés ici pour bien délimiter). Ceci fait il est préférable par souci d’organisation de déplacer le dossier (raljeta_ahk-0.3.44) dans votre dossier programmes.
      - pour l’utiliser avec votre navigateur, lancez l’exécutable de Raljeta (raljeta_ahk.exe), copier l’URL (par exemple, clic droit puis "copier l’adresse du lien"). Cette action vous ouvre l’invite de sauvegarde où vous choisissez l’emplacement pour enregistrer votre vidéo. Vous verrez apparaître une fenêtre type Dos (un terminal) avec le processus automatique qui, une fois terminé, vous permettra de visionner votre vidéo qui se trouve où vous l’avez sauvegardé. Notez que vous pouvez quitter le programme une fois qu’il vous a servi (clic droit sur l’icône du programme (un dessin de flèche vers le bas) puis "Quitter").

      Voici quelques explications (redondantes) en images, par pédagogie :

      - un article détaillé : http://xsolutions.bugs3.com/raljeta...
      - un tutoriel en images : http://www.youtube.com/watch?v=P439...
      - un autre tutoriel en images : http://www.youtube.com/watch?v=Lbj1...

      B) si vous utilisez un système GNU/Linux, je vous invite à consulter cette page (désolé, je n’ai pas testé les solutions proposées) : http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopi...


    • Parce qu’ils finissent toujours par confier le boulot à quelqu’un qui sait le faire. Je me suis baladé à Berlin Est, Moscou et Leningrad (on disait comme ça) ce qui ne m’a pas empêché d’être habilité secret défense pour jouer avec de gros missiles intercontinentaux avec six têtes sous la coiffe.
      Jacques Servier détestait mon opinion sur bigpharma mais il n’avait personne d’autre.
      La clé c’est d’être pas mal bon dans ce que l’on fait. Les imposteurs finissent toujours par perdre.
      Dans les domaines très techniques il n’y a pas de piston ou de passe droit ou d’ancienneté comme tu le suggères.


  • Quelles vont être les conséquences au niveau ingénierie sociale ? Soyons vigilants...

     

    • Exactement le point jamais abordé par les journalistes : il est évident que cet espionnage massif est une mine d’or pour tous les ingénieurs sociaux ! Sachant que ces derniers influencent au plus au niveau c’est loin d’être délirant d’imaginer que toutes ces formidables bases de données servent directement à fabriquer les opération de propagande de demain...

      C’est tout l’intêret à mon avis d’écarter au maximum la justice de notre loi du renseignement : j’ai pas entendu beaucoup de journalistes se demander ce que le pouvoir (en l’occurence du premier ministre) pourrais bien faire de ces données s’il décidait ,soyons conspirationiste, de les conserver (et là le renseignment numérique permet des miracles !).
      (après en plus d’être expatrié j’écoutes plus beaucoup de media "mainstream" donc bon j’exagère peut être...)


  • Le chant du signe (ah ah ah)
    Ce documentaire qui se finit silencieusement, vient à point avec les conférences et entrevues sur l’ingénierie sociale. Pour créer un gouvernement mondial il faut récolter des informations à grande échelle. Cela marche peu en Asie disait Gendre. Pourquoi ? parce qu’il y a 1 milliard de musulmans, 1 milliard d’hindous et quelques orthodoxes qui ne rêvent pas d’une Mustang V8 ou d’un nouveau barbecue automatique. Bien-sûr ils sont poussés de force dans la nasse mais sans conviction. Leur satisfaction n’est pas de ce monde. Ils sont une main-d’oeuvre bon marché que le système emploie pour capter leurs richesses.

    Le système d’emprise judéo maçonnique a échoué parce qu’il n’a pas la confiance des peuples et donc la crédibilité pour être accepté. Il ne peut survivre que quelques temps par le mensonge, la force et la déformation des informations. Il est dépendant des ressources énergétiques et des réseaux de surveillance. Intoxiqué par sa propre attitude liberticide, il n’a plus que le factice et le dérisoire à proposer à une population féminisée, infantilisée et abêtie.


  • À ce stade de mon investigation, à mon avis, un des objectifs stratégiques du documentaire (dont est tiré l’extrait présenté ici) est de produire une dissonance cognitive chez le spectateur pour le déstabiliser et le démoraliser. Je mesure la gravité de mes propos. Je m’en explique ici : http://linuxfr.org/users/samwang_le...

    Pour résumer mon propos, les révélations extrêmement graves (tout le long du documentaire, sur l’enregistrement tous azimuts des données et les capacités d’analyses à posteriori, y compris des américains eux-mêmes) combinées à la chute de crédibilité sur la fin, pour qui prend quelques instants à réfléchir, créer cette dissonance cognitive. Car en effet, de façon éminemment dramatique (sur la forme et le fond), les allégations de Glenn Greenwald (produisant une réaction éberluée de Snowden) nous apprenent à la fin du documentaire que :

    - toutes les attaques par drone avaient lieu autour de 2014, date de parution du film, à partir de la base de Ramstein en Allemagne. Cela vous parait-il censé, pragmatique, étant donné la quantité de bases américaines dans le moyen-orient, par exemple ?
    - toutes les requêtes pouvant concerner 1,2 million de personnes à différents stades remontent à Obama. Cela vous paraît-il censé, crédible ?

    Enfin, notez que d’après un témoignage reçu en commentaire dans ce même journal sur LinuxFr, le film ayant été soumis comme pièce à conviction publique dans le cadre d’un procès, il serait légalement accessible par tout le monde. Vous trouverez des liens dans ce journal pour le télécharger ou le visionner en ligne (dans le journal pour y accéder via Rutube en version sous-titrée Fr et via un commentaire en version non sous-titrée, y compris en haute définition). Si vous pensez que le travail de l’équipe du documentaire est sincère et digne (et donc qu’ils se sont lourdement engagés), vous pouvez les soutenir financièrement.