Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Emmanuel Macron : les aides sociales coûtent un "pognon de dingue"

 

 

Emmanuel Macron expose ce mercredi 13 juin le cadre de sa politique sociale devant le 42e congrès de la Mutualité française. Un discours dont les maîtres mots devraient être l’« efficacité » des aides et la « responsabilité » des aidés. Le locataire de l’Élysée a d’ailleurs donné le ton dès le mardi 12 juin en fustigeant le « pognon de dingue » que coûtent les aides sociales sans endiguer la pauvreté.

 

Dans un visible souci pédagogique, il expose sa philosophie en un langage familier, comme en témoigne une vidéo postée dans la soirée par sa conseillère en communication Sibeth Ndiaye, qui le filme en train de peaufiner son discours de mercredi.

« On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux et les gens ne s’en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir. Par l’éducation... », s’enflamme le président français. Et d’expliquer : « Je vais faire un constat qui est de dire : on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif (...). Il faut prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu’ils sortent de la pauvreté. Et sur la santé, c’est pareil. »

L’Élysée a cité l’exemple du RSA dont « la moitié des allocataires n’ont pas d’accompagnement vers l’emploi ». Ce qui ne rentre pas dans la logique d’efficacité érigée en boussole.

 

 

Le discours de Montpellier ne sera « pas un tournant social »

Toutes les aides sociales, aux particuliers comme aux entreprises, sont passées en revue sous ce prisme, poussant les ministres concernés à afficher ces dernières semaines des points de vue contradictoires. Celui de l’Économie, Bruno Le Maire, a dégainé le premier en jugeant « légitime de réduire la politique sociale sur l’emploi ». Son collègue des Comptes publics, Gérald Darmanin, a renchéri en estimant qu’il y avait « trop » d’aides sociales, dénonçant au passage certaines « trappes à inactivité ». « Pas question de faire des économies sur le dos des pauvres », a répliqué la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, qui sera aux côtés de M. Macron mercredi.

Lire l’article entier sur lepoint.fr

 

Combien vaut la promesse de Griveaux aux pauvres ?

Abandonné par l’élite, le peuple prend soin de lui-même,
lire sur Kontre Kulture

 

L’aide sociale en France, sur E&R :

 






Alerter

145 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je me souviens, quand il était ministre de l’Intérieur, Manuel Valls avait donné ces chiffres pour l’immigration ( qui ont du légèrement augmentés ces derniers temps ) :

    « 200 000 immigrés par an dont 30 000 qui viennent en ayant un travail et 60 000 pour les études. »

    Pour les 110 000 autres, (200 000-30 000-60 000) il n’a rien dit et le journaliste n’a rien demandé...surement des rentiers qui n’ont nul besoin des aides sociales :)

     

    Répondre à ce message

  • #1985278

    Son ministre de l’Education Nationale qui va au Bilderberg, va surement lui ramener de bonnes idées pour éduquer ces ignorants de pauvres.

     

    Répondre à ce message

  • Marche, et vite sinon le marché te crèvera.
    Tous au UBER SMIC avec des UBER JOBS.

     

    Répondre à ce message

  • La vaisselle aussi, qu’est-ce que ça coûte cher... !!!

     

    Répondre à ce message

  • Les aides sociales font tourner l’économie, ce n’est pas de l’argent qui est jeté dans un trou. C’est d’ailleurs pour ça que le centre gauche, faux nez des capitalistes malins, a toujours produit une quantité incroyable "d’aides sociales" qui sont aussi et surtout des aides aux entreprises.... Evidemment il faut un qi a deux chiffre pour comprendre, ça ne semble pas être le cas chez notre président même si une légende affirme le contraire.

    Bien sûr je ne dis pas que c’est une bonne chose mais c’est un problème très compliqué qui mérite mieux que des propos de café du commerce ou de la com macronesque.

     

    Répondre à ce message

  • #1985856

    Il a déclaré il y a peu qu’il ne voulait voir personne "coucher dans les bois".

    Mais c’est un pognon de dingue !

     

    Répondre à ce message

  • Pantin macron ne devrait pas s’énerver, au risque de casser la vaisselle...

     

    Répondre à ce message

  • Quand on prend un Falcon pour faire 100 km et même avec les fausses excuses du château princier, on est déconnecté de la réalité, les pieds ne touchent plus le sol...

     

    Répondre à ce message

  • #1986540

    Et la shoah, ça nous a pas coûté pas un pognon de dingue, peut-être ?!!

     

    Répondre à ce message

  • #1989745

    - Supprimer le paiement des frais d’obsèques aux députés, leur femme ou enfants.

    - Supprimer l’aide médicale d’état coûtant 3 milliard par an pour les réfugiés. (AME) + ATA + CMU + RSI etc etc

    – Diminuer drastiquement les effectifs du Sénat. Réduire le nombre de ministres et secrétaires d’état.

    - Réduire de plus de la moitié les députés (200 suffiraient) ainsi que les élus des collectivités territoriales et les conseillers régionaux.

    - Installer un pointage à l’assemblée nationale afin que chaque député ne soit payé qu’en fonction de sa présence.(pas de son travail - faut pas rêver)

    - Interdire réellement le cumul des mandats et le cumul des retraites.

    - Retraite limitée à 10000 EUR : ne tenir-compte que du seul dernier échelon franchi, comme pour les autres français !

    - Pour les non-réélus, (y compris les anciens présidents) supprimer protections policières, chauffeurs et autres avantages. Et avant de "quitter le navire" interdire la distribution de postes tous azimuts aux copains pour les planquer gratuitement.

    - Réduire le nombre de parlementaires européens, et la masse de fonctionnaires aux responsabilités fantômes avérées et autres "conseillers" qui n’en ont que le nom sans rien faire !!!.

    - Suppression de la CMU à certaines catégories

    - Stopper le versement des retraites à l’étranger sans vérifier que les personnes soient toujours vivantes (!). On exige bien un certificat de vie pour les français, il doit en être de même pour les étrangers : obligation de se présenter dans les consulats et signer un registre d’attestation (Problème dénoncé à maintes reprises par la cour des comptes). Le Maghreb étant le plus grand bénéficiaire.

    - Suppression des retraites versées aux étrangers arrivant en France à 65 ans sans jamais n’avoir cotisé un centime ! (1157 EUR) alors que certains de nos retraités touchent 300 à 400 EUR... Une ignominie, quand des français de souche se tuent parce qu’ils n’arrivent plus à payer leurs factures après avoir cotisé pour la plupart 44 ans.

    - Réduction drastique du train de vie de toutes les "soi-disant élites". Leurs vies dans nos palais nous coûtent une fortune et les rendent rapidement déconnectés du réel : trains de vie insensés avec cuisine 4 étoiles, bouquets de fleurs de concours, décorations intérieures revisitées selon leurs caprices, etc, etc, etc...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents