Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Festival de Cannes 2018 : une année à pédés ou à trans ?

(La photo de une correspond à la scène où le héros qui veut changer de sexe mais qui aime la danse se fait moquer par les méchantes vraies filles...)

 

 

Des fois c’est une année à scolopendres, des fois une année à mouches, des fois une année à Roms. 2018 est manifestement une année à pédés.
On pensait que la Palme d’or de La Vie d’Adèle aurait suffi à calmer le lobby LGBT mais pas du tout : il leur faut tout-e-s. Cependant, le grand obstacle à l’obtention d’une seconde Palme pour le lobby pédé c’est le lobby féministe, qui arrive en force cette année, dans le jury et sur les marches. Pensez donc : elles ont été 82 à grimper pour montrer au monde entier (qui ne regarde plus cette exhibition vulgaire) la souffrance des « femmes » !

 

 

« Me Too » oblige, la guerre au principe intangible du cinéma sexiste « une baise contre un rôle » est déclenchée. Conséquence inattendue, effet pervers de la déweinsteinisation du 7e Art : on ne devrait plus voir que des moches à la place des belles dans les films. En même temps, les scénarios sont déjà tellement moches que des actrices moches par-dessus, c’est plutôt raccord.

Aussitôt après cette ouverture des hostilités, contre-attaque du lobby LGBT par Christophe Honoré, interrogé par le magazine de gauche sociétale Society (société, en français) :

« C’est une histoire que j’avais envie de raconter depuis longtemps mais je ne me l’étais pas autorisé. Après, je me méfie parce que c’est dangereux d’essayer d’expliquer qu’il y a des raisons et des intentions alors qu’il n’y en a pas forcément. N’empêche que toutes les manifs autour du projet de loi sur le mariage pour tous, en tant qu’homo, ça m’a profondément marqué. Je me suis vraiment reproché quelque chose : “Tu étais aveuglé, t’avais ta petite vie tranquille…” Moi, j’ai toujours assumé mon homosexualité sans l’afficher, avec l’impression de la vivre sans conflit avec le monde. Et à ce moment-là, je me suis aperçu que c’était faux, que pour une partie de ce monde, je représentais quelque chose qui était de l’ordre du danger et qu’il pouvait y avoir une forme de discrimination entre les couples. »

On vous laisse imaginer sa souffrance, et on reprend.
Prêts ?
Et maintenant, en exclusivité locale sur E&R, voici la débande-annonce du « filmomo » (on espère que l’Académie validera le mot en 2019) :

 

 

On ne critiquera pas le film pour deux raisons :

1 on n’a pas trop regardé la bande-annonce,
2 on n’ira probablement pas voir le film, pas par homophobie mais à cause du risque de sida dans la salle par le truchement d’attouchements inappropriés.

Nous allons plutôt nous intéresser à l’époustouflante vie d’aventurier du réalisateur Christophe Honoré dans les années 90 à Rennes (James Cameron peut remballer sa trilogie sous-marine sur Pandora qui arrive) :

« Ce sont des souvenirs tellement vivaces ! Je pourrais par exemple vous raconter l’après-midi où je suis allé voir La Bande des quatre de Rivette au Cinéma l’Arvor, rue d’Antrain, où j’étais assis dans la salle et comment, en sortant de là, j’ai rejoint mes amis pour boire une bière, comment je les ai quittés pour aller traîner sur un lieu de drague et comment j’ai fini par rentrer. Ce n’est pas du tout un monde englouti. C’est hier. Donc c’est très troublant. C’est une mémoire tellement vivace que je n’ai pas besoin de l’entretenir. Et je sais très bien que quand je suis sur un plateau de cinéma, ça me revient par vagues. J’ai toujours l’impression d’être un étudiant de 22 ans. Mais c’était une période inquiète aussi. J’étais inquiet et je sentais bien que les gens à qui je parlais de films pensaient : “Oh il est peut-être temps qu’il fasse un IUT.”

On vivait beaucoup la nuit aussi. On avait un tropisme pour l’alcool. Ça coûtait moins cher, on buvait dans les bars, on ne buvait jamais en dehors, on restait là jusqu’à la fermeture. Puis on allait dans deux ou trois boîtes : le Cactus, la Prison et l’Espace. Vous êtes un peu ivre donc vous roulez un peu des pelles à des gens que vous ne connaissez pas, sans trop y croire et puis vous vous éclipsez parce qu’à un moment, vous avez envie d’un contact plus charnel, vous allez traîner dans des rues et des jardins, pour trouver ce que vous voulez trouver, d’une manière gracieuse, puis vous rentrez chez vous, sans trop savoir ce qui s’est passé après 23h. Ensuite, je me réveillais pour aller à la fac à 14h. On se sentait un peu les princes de la ville. »

Les princesses de la ville, rien que ça.

Voilà voilà, maintenant passons à l’autre chance de transpalme. On est sûrs qu’un des stagiaires de Libé va nous faire un jeu de mots avec « palme » et « napalm », même si y a pas de film vietnamien dans la sélection cette année. Ce coup-ci, on n’est plus chez Société (le journal, pas le roquefort) mais dans Les Inrocks, ce trou dans les finances de Matthieu Pigasse – le boss de Lazard Frères – qui en a besoin pour payer moins d’impôts dans sa holding LNEI (ça sert uniquement à ça la presse pour les riches), LNEI qui a raflé l’an passé le festival Rock en Seine. Rock et Banque font bon ménage !

Girl est donc le portrait d’une ado transgenre, c’est-à-dire un être qui fluctue entre l’enfant et l’adulte, le masculin et le féminin, pardon, la féminin. Un film belge osé, audacieux, avec la « première apparition d’un acteur extraordinaire », selon Les Inrocks. Oh la la, ça sent la palmeraie à plein nez !

Hélas, Girl n’a pas été retenu dans la sélection finale pour la Palme, il a seulement eu droit à Un certain regard, la ligue 2 du Festival... Tout ça pour ça !
Attendez, c’est pas une raison pour zapper : voici le bitch, en écriture inclusive s’il vous plaît (ça va apparemment avec le rock et la banque) :

« Le premier film du jeune réalisateur belge Lukas Dhont raconte l’histoire d’un ado qui est en train de changer de sexe grâce à un traitement hormonal très strict, en attendant le moment où il pourra être opéré et être débarrassé de ces organes génitaux dont la présence lui est insupportable. Mais là où le scénario se corse, c’est que Lara (c’est le prénom sous lequel elle veut qu’on l’appelle, car elle a déjà l’aspect d’une fille) veut également devenir danseuse classique professionnelle : elle en a les capacités et surtout la volonté. Ce portrait naturaliste, factuel, donc cru, d’un.e adolescent.e transgenre en quête de réussite professionnelle est une réussite. »

 

La putain de son père, comment qu’ça a l’air trop bien ! Où est-ce qu’on peut le voir ? Dans quel pissotière, dans quel backroom ? Car il y a deux bonnes raisons – à part la nécessaire lutte contre la transphobite – d’aller le voir, c’est que un, le film est « puduque » et deux, il évite les « pensifs », du coup on n’a pas à penser et ça c’est coolissime :

« Pudique mais frontal, un film belge sur l’impatience de la jeunesse et la souffrance qui marque aussi la première apparition d’un acteur extraordinaire : Victor Polster. [...]
Le premier talent du film est d’éviter les poncifs : le père de Lara (il n’y a pas de mère) soutient totalement son enfant. Le problème de Lara est intérieur et typiquement adolescent : rien ne va assez vite pour elle. Son corps se transforme trop lentement à son goût. Les médecins, les psys, son père doivent sans cesse la tempérer et l’empêcher de dépasser les doses autorisées par son traitement hormonal. »

Allez, un autre extrait, pas du film mais des Inrocks :

« Et Lukas Dhont (sans vulgarité, sans provocation) montre ce que cela signifie concrètement. Par exemple, Lara se scotche son sexe entre les jambes quand elle danse, et nous comprenons que cela lui est interdit (le récit avance vraiment par allusions, sans didactisme lourdingue) parce que cette ablation symbolique de son sexe de naissance est source d’infections urinaires. La vie de Lara est très rude (elle devra aussi subir une scène d’humiliation de la part de ses "amies" danseuses). »

Parce que nous sommes aussi là pour l’information et pas seulement pour la déconnade, voilà en animation l’opération de changement de sexe. Accrochez-vous aux valeurs, ça va twister :

 

 

Nous nous élevons évidemment contre ceux qui crachent sur l’exceptionnelle exception enculturelle française (ce qui inclut la Belgique) :

 

 

Honte à toi, cinéphobe primaire !

 

Post scrotum : on a quand même eu un moment d’angoisse juste avant d’envoyer cet article, on s’est dit non c’est pas possible, ils se sont foutus de notre gueule, c’est un piège comme celui que le fils Huchon a tendu aux complotistes avec une grosse fake news attrape-nigauds en ligne.
On a vérifié : eh bien non, ce n’est pas un piège. Tout est vrai.
C’est peut-être pire.

À voir ou à revoir, sur E&R :

La dégénérescence du Festival sous l’influence des lobbies victimaires,
voir sur E&R :

 

Le LGBTisme donne de mauvais films,
allez plutôt sur Kontre Kulture

 






Alerter

76 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1965920
    Le 15 mai à 10:02 par Falasha Blanc
    Festival de Cannes 2018 : une année à pédés ou à trans ?

    Le Showbiz se meurt mais n’a pas tiré ses dernières cartouches.
    L’Eurovision prochain se tiendra en Terre Sainte.
    Par le tirage de brushing laqué...
    Nous pourrons observer qui ne l’est pas.

     

    Répondre à ce message

  • #1965953
    Le 15 mai à 11:20 par Ribouldingue
    Festival de Cannes 2018 : une année à pédés ou à trans ?

    Je trouve le terme exception enculturelle française assez bien choisie...
    Pareil pour le tweet résumant l’exception enculturelle française du cinéma...

    En revanche, il me semble avoir entendu la sélection d’un film kényan, premier film kényan du reste sélectionné à Cannes...
    L’histoire de deux gamines lesbiennes à Nairobi ou quelque chose du genre...
    Donc là on est bien dans la droite ligne de l’idéologie humaniste droit-de-l’hommiste, mon cul sur la commande... Parfait pour Cannes !
    Deux gamines qui doivent sûrement vivre cachées pour pouvoir se bouffer les fesses peinards dans un pays où le coup de fouet est sûrement encore au code pénal...
    Parce que c’est ça qui est important pour nous, les pays développés, les démocraties occidentales, ce qui est important c’est que partout dans le monde on puisse s’enculer et se bouffer le cul peinard !! c’est ça le progrès !!
    D’ailleurs, l’établissement d’une démocratie ne passe-t-elle pas tjs par une phase de sodomie ??
    ...

    Bon ben sauf que les autorités kényanes, elles ont pas le même point de vue !!
    Elles ont dit, les autorités, qu’elles avaient autre chose à foutre pour redresser le pays que de s’occuper de la promotion de l’homosexualité !!
    Tu m’étonnes Elton !!
    Du coup le film est interdit au pays et le réalisateur se planque parce qu’il sait que lui et ses actrices, ils risquent de se faire fouetter le cul un moment avec leur film à la con !!!

    En tout cas, merci au festival de Cannes de faire avancer les droits de l’homme (enfin de l’homo surtout), la liberté ( de s’enculer surtout), le progrès (enfin la chirurgie pénienne surtout)...
    En un mot : merci de faire avancer la Démocratie !!!

     

    Répondre à ce message

    • #1966630

      "Se bouffer le cul"

      Perso, ça me dérangerait pas de bouffer le cul de ces petites kenyanes et de leur faire découvrir d’autres formes de plaisir. Au moins cela aurait le mérite de contrecarrer un peu cette démographie exponentielle typique chez les noirs africains. C’est comme si ils étaient incapables de le faire sans qu’il y ait des enfants au bout du compte. C’est un truc qui m’a tjs frappé quand j’étais au Congo sans parler d’autres tabous. Ainsi moi je dis : vamos por el culo ! (des femmes)

       
    • #1967431

      @Sa Majesté C’est beaucoup trop frontale, allez y doucement surtout, car la lenteur est à l’honneur chez les féministes.

       
  • #1965994

    A propos de la vidéo de l’opération, je me pose la question de savoir si avec ce bricolo-truc machin ils arrivent à atteindre un orgasme féminin ?

     

    Répondre à ce message

    • #1967433

      Non ! parce que se sex artificiel n’ayant pas nerfs, il est impossible pour eux d’avoir du plaisir. Raison pour laquelle beaucoup de trans gardent leur pénis.

       
    • Lorsque l’opération est réussie, et ce n’est pas assuré, le pseudo vagin/clito reconstitué est normalement irrigué et innervé, donc oui, il y a sensations et potentiellement plaisir.

      Les trans qui gardent leur pénis le font pour 2 raisons très distinctes :

      1- le refus du protocole, de l’opération très lourde et du traitement hormonal à vie.

      2- les hommes paient pour des "famabites", sinon c’est moins "drôle" et donc moins rentable.

      Voilà pourquoi on les prend aujourd’hui avant même la puberté et qu’on fait des films pour sensibiliser l’opinion... pour leur "bien", car dans une société de service, les femmes trouvent plus facilement du travail et les robots font le reste, mieux que les hommes nous dit-on....

       
  • #1966048

    Pardon d’être hors propos mais je propose à Agnès Varda de déposer un brevet pour sa "kippa anti-vent violent" (peut s’appliquer aussi pour "l’oubli de kippa").

     

    Répondre à ce message

  • #1966054
    Le 15 mai à 13:48 par Yves-Sans-Logement
    Festival de Cannes 2018 : une année à pédés ou à trans ?

    Vive le Christ, vive les nations, vive la tradition et la famille
    Et qu’Hollywood, le modernisme, le vice, les républiques du péché soient anéantie
    Viva Cristo Rey !!

     

    Répondre à ce message

  • #1966078
    Le 15 mai à 14:28 par crachetonvenin2
    Festival de Cannes 2018 : une année à pédés ou à trans ?

    En ce qui concerne la récompense .... et bien ?
    La France en cette association et donc ?! Attribution sans possibilité de s’en défaire malgré ? Un autre avis mais déjà sur quoi ?
    La Palme, certes. Mais depuis quel collectif ?
    Le fait que ce festival et toutes les activités qui lui sont liées soient aussi sous bannières nationales ne serait ce qu’un peu et aussi sur sol dit national français. Ne bloque t il pas toute critique déjà pour soi même de machins-films-actrices-acteurs-metteurs en scène validés dès le début comme chef d’oeuvre potentiel car une sélection. Dite internationale sur sol français très quoi au juste ? Si ? En plus les chaines étatiques et étatisées à redevances valides le tout et le palmarès par des directs et commentaires pour ?
    Faire croire à génies divers dont elles sont sans grand effort voire moins ...
    En ce qui concerne le lobby éventuel qui y est défendu ?? Y a t il dès le début comme une incapacité de le cerner puisque comme une sorte de compétition internationale comme ? Le Mondial ou et ?
    Les Jeux Olympiques !!

     

    Répondre à ce message

  • #1966323

    Réponse à la rédaction au sujet de votre « Post scrotum »
    vous avez devant vous le totalitarisme pervers . Les dictateurs pervers se font passer pour des victimes pour être sûr d’avoir de la chaire fraiche , se qui participe au plan du contrôle familiale ( le vrai nom est contrôle de la population ). Il est très clair que le système fabrique via les lois ( liberté sexuel des prédateurs ) et les propagandes , énormément de prédateurs pour réduire la population du troupeau . Le système financier fonctionne sur le même schéma pour le même but .

     

    Répondre à ce message

  • #1966783

    Non non. Cette année ce n’est pas le festival de Cannes mais bien le festival de Connes. Marrant de constater qu’en faisant tomber une barre verticale à une seule lettre on obtient la vrai signification.

     

    Répondre à ce message

  • #1970195

    Festival de Connes des mondanités 2018 ; coqueluche des pétasses cinéphiles et des cuistres criticons bobos germanopratins : effondrement des mœurs et déliquescence de la morale tous azimuts.

    En dehors de son fessetival anal ou suinte la vulgarité la plus crasse enrobée de crème solaire surannée où le cul ne sait plus où donner de la queue, Cannes est l’équivalent du boulevard des Anglais à Nice, c’est bien le seul endroit ou les chiens glissent sur des crottes de vieux, pour paraphraser Jean Yanne…

    Chers compatriotes, n’allez plus au cinéma, c’est délétère, voire létal, pour le corps et l’esprit. Écoutez, lisez ER et Kontre Kulture, c’est à la fois comac et foutral !

     

    Répondre à ce message

  • #1970302

    problème sur le lien "le fils Huchon"

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents