Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sélection du Festival de Cannes 2017 : un éloge des "valeurs" mondialistes

Thierry Frémaux, le nouveau patron (enfin, délégué général, le président restant Pierre Lescure) du Festival de Cannes après le retrait de Gilles Jacob, a livré ce jeudi 13 avril 2017 la sélection finale des films qui vont lutter pour les prix du 17 au 28 mai. La conférence de presse était retransmise en direct, mais un peu comme les dîners du CRIF, les internautes n’y ont plus accès. Il faut désormais s’abonner à la chaîne officielle du Festival, autant dire que pour nous, c’est grillé.

 

Attention, la conférence de la paire Lescure-Frémaux dure 71 minutes :

« Nous sommes dans une séquence politique en France avec l’élection présidentielle, qui se tiendra juste avant Cannes. Ce festival, on espère bien qu’il soit une respiration qui va permettre de ne parler que de cinéma... [mais] Cannes ne peut ignorer la politique. » (Propos de Lescure rapportés par Le Figaro)

 

Heureusement, la presse bien comme il faut a accès à ces informations, que l’on peut relayer sans crainte. Frémaux annonce 1 900 films visionnés pour une sélection finale de 49 oeuvres, dont « 12 réalisés par des femmes », souligne l’organisation. On ne savait pas qu’il y avait des films « hommes » et des films « femmes » à l’image des toilettes, mais c’est ainsi, que voulez-vous. Bientôt, on devra même s’attendre à des films « transgenre ».

Donc sur ces 49 longs métrages issus de 29 pays, 18 seront en compétition, ce qui veut dire que les 31 autres seront là pour leur valeur intrinsèque et non directement commerciale. Pour l’art, quoi. C’est Arnaud Desplechin qui inaugure le Festival avec son Les Fantômes d’Ismaël, l’histoire – accrochez vos ceintures de sécurité mentale – d’un « cinéaste dont la vie, à la veille de son tournage, est chamboulée par la réapparition d’un amour disparu »... Formidable pitch, qui donne l’eau à la bouche, n’est-ce pas. La mise en abyme ultime du type qui n’a plus d’idées, et qui filme son manque d’idées en introduisant une histoire d’amour. Mais le pire est à venir : la distribution. Mathieu Amalric, Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg et Louis Garrel, soit la substantifique moelle du cinéma français mortel pour les neurones.

Si avec ça on ne se fait pas dépasser dans 10 ans par le Kirghizistan en matière de production cinématographique... la symbolique est forte. Notre cinéma est capté par une minorité agissante qui affadit, alourdit, enlaidit, tout ce qu’on a pu produire de grand et de beau par le passé. Pour l’info, parce qu’on est aussi là pour ça, voici la liste définitive des heureux élus :

- Loveless, d’Andrey Zvyagintsev
- Good Time, des frères Safdie
- You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay
- L’amant double, de François Ozon
- Jupiter’s Moon, de Kornel Mandruczo
- A Gentle Creature, de Sergei Loznitsa
- Mise à mort du cerf sacré, de Yorgos Lanthimos
- Radiance, de Naomi Kawase
- The Day After, de Hong Sangsoo
- Le redoutable, de Michel Hazanavicius
- Wonderstruck, de Todd Haynes
- Happy End, de Michael Haneke
- Rodin, de Jacques Doillon
- The Beguiled, de Sofia Coppola
- 120 battements par minute, de Robin Campillo
- Okja, de Bong Joon-Ho
- In The Fade, de Faith Akin
- The Meyerowitz Stories, de Noah Baumbach

 

On reconnaît les habitués de la fête, la creuse Coppola (Francis, pourquoi as-tu laissé faire ça ?), le psychopathologico-féministo-sexuello Ozon, le pénible Haneke dont la fonction est d’infliger un blues culpabilisant à la famille bourgeoise occidentale indifférente à la souffrance des migrants (film tourné en partie à Calais), sans oublier le film « familial » du très communautaire Noah Baumbach, le docu-fiction aux accents bien antirusses du Biélorusse Loznitsa, ou la « bio » d’Act Up par Robin Campillo.

« Chloé, une jeune femme fragile et dépressive, entreprend une psychothérapie et tombe amoureuse de son psy, Paul. Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité » (Pitch du dernier Ozon)

Le tournage du dernier Hazanavicius sur la vie politico-amoureuse de Godard :

 

On préfère ne pas googliser tous les titres, on a trop peur de découvrir des pitches encore plus grotesques, du genre « un trans qui veut rechanger de sexe pour la 4ème fois tombe amoureux d’un ex-nazi hétérosexuel repenti et ils adoptent deux orphelins du Soudan Sud qui deviennent plus tard députés PS sous François Hollande ». Tout est évidemment devenu possible dans ce monde merveilleux du cinéma mondialiste, où la propagande – ce gros coucou – a remplacé l’intérêt artistique. On ne confond évidemment pas l’ensemble des films avec cette sournoise entreprise cannoise de formatage des esprits, car il y a encore des réalisateurs qui résistent à ce courant dominant. Mais pour eux, c’est dur : dur d’obtenir les crédits du CNC ou des banques. Qu’elle soit publique ou privée, la banque ne finance que ce qui arrange l’oligarchie.

Pour la petite histoire, dans le cadre des « séances spéciales », on a repéré l’inamovible Claude Lanzmann avec Napalm. Claude a donné à propos de son dernier opus, déclaré « important et beau » par le journal La Croix, une interview à l’AFP :

« Si je suis irréductible, c’est par rapport à la vérité. Quand je regarde ce que j’ai fait au cours de ma vie, je crois que j’ai incarné la vérité. Je n’ai pas joué avec ça »

« Incarné la vérité », rien que ça. Avec Napalm, Claude, pour une fois, ne parlera pas d’Israël mais de la Corée du Nord, où il a vécu une histoire d’amour, qu’il a racontée dans Le Lièvre de Patagonie, son autobiographie assez incroyable. Néanmoins, il reçoit de son vivant (le bougre a 91 ans) un hommage appuyé du monde de la Culture :

Une vingtaine de personnalités dont les cinéastes Arnaud Desplechin et Luc Dardenne, le philosophe Patrice Maniglier, l’Académicien Marc Lambron, les écrivains Boualem Sansal ou Philippe Sollers témoignent de leur attachement à l’ami de Jean-Paul Sartre et d’Albert Cohen, amant de Simone de Beauvoir, résistant face aux nazis dans les maquis d’Auvergne à 18 ans et réalisateur, entre autre, de « Shoah », film qui demeure, 32 ans après sa sortie, la référence sur l’extermination des Juifs d’Europe durant la Seconde Guerre mondiale.

Eh mince, on parle de cinéma, de Cannes, et voilà qu’on retombe dans la Shoah. C’est à n’y rien comprendre !
Les salles obscures n’ont pas fini de faire résonner les heures les plus sombres...

 

Rire pour ne pas déprimer, avec Kontre Kulture

 

Pour ceux qui douteraient encore du prisme mondialiste de Cannes,
voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le festival de Khan

     

  • Pour gagner la palme, voici le scénario idéal :
    Un migrant transgenre métis soudanais cocaïnomane vêtu d’une chemise blanche échancrée tente d’assassiner Poutine. Une nymphomanne bi foldingo héroïnomane l’aide dans cette aventure.

     

  • c est vraiment une atmosphére bizarre !! impression de nous avoir volé le festival !!!étrange sensation


  • J’imagine - un peu à l’image du festival - que tout ce qui aura la côte aura trait à ce qui sort, ou entre, entre les fesses et toutes formes de relation qui peuvent se développer par rapport à celles-ci. Cela fait depuis des années que c’est le cas, sans jamais avoir fait preuve de bpc d’originalité donc je ne vois pas pourquoi ça changerait tout d’un coup. Enfin soit. J’espère seulement que toutes les personnes concernées savent comment les maintenir propres sachant qu’il n’y doit pas y avoir bcp de répit au niveau de ce département.


  • le festival du pognon , cela ne va pas plus loin ,

     

  • Il n’était pas invité kéchiche cette année ... ??!! Il aurait pu nous présenter la faute à voltaire 2.

     

    • Genre une merde de 4 heures filmée caméra à l’épaule (pas de besoin de mise en scène réac, nous on est progressistes et chébran donc on t’emmerde ") avec des jeunes plein d’énergie qui font du Molière façon wesh wesh :-) Le tout matiné d’une histoire d’homosexualité entre deux rebeus confrontés au rejet des islamo-bamboulas homophobes qu’ont pas compris qu’y fallait voter PS et que c’est pour ça qu’y sont dans la haine. On n’y échappera pas ! Il n’était sûrement pas prêt à temps, ce sera pour l’année prochaine.


    • Genre une merde de 4 heures

      La durée est fonction du message à délivrer. D’autres défilent sous les yeux des spectateurs 9 longues, très longues heures.


  • Toujours les mêmes... Copinage.
    Les artistes Français mort dans l’oeuf, et on garde les même membres de l’équipe d’élus.


  • Je crois que le piratage massif des "oeuvres" cinématographiques par le public a fait un bien immense au niveau de la santé psychologique des populations...

    En effet, lorsque vous pouvez récupérer un film gratuitement, l’attachement que vous allez ressentir vis avis de ce dernier sera fonction de ses seules qualités intrinsèques et non plus du pognon que vous aurez dû débourser pour pouvoir vous l’infliger cette daube...

    J’y vois personnellement une chance immense pour la plèbe de s’émanciper de cette assujettissement psychologique qu’entraine le rapport marchand aux biens culturels dont le système fait continuellement la promotion.

    En effet, lorsqu’on vous oblige à payer pour voir de la merde, vous vous dites toujours inconsciemment que la valeur de cette merde est au moins équivalente au prix que vous avez dû débourser pour l’acquérir... Mais quand au contraire la dite bouse vous l’avez eu gratos... Et bien vous n’avez plus aucune barrière psychologique qui vous empêche de vous dire que non seulement vous avez affaire à un étron, mais qu’en plus il pue grave.

    ...Et je crois que le système est tout à fait conscient de cela et que c’est la véritable raison pour laquelle il s’est à ce point acharné contre le piratage... Pas de bol pour lui, ce fut un échec retentissant.


  • Le festival de canne ,c’est devenu n’importe quoi ce festival ,c’est à dire rien ,plus rien .Il y a un festival ,mais faudrait pour ça qu’il y est des acteurs ? ils sont ou ? .Il y a 40 ans ,ce festival faisait rêver ,aujourd’hui il ferait presque pleurer .De rire .


  • Si à 50 ans t’as pas vu un seul film présenté à Cannes depuis 30 ans, et ben t’es un mec normal

     

  • C’est le festival de Soros, maintenant !
    L’attribution des palmes est uniquement contextuelle, maintenant : tous (même gauchos) le disent sous le manteau. (ex : "la vie d’adèle" -indépendamment du sujet- est franchement mauvais)...
    Une émission potable comme "le cercle" le sous-entend....Excepté Zvagintsiev, (immense réalisateur russe), et Desplechin, grand jusqu’à "un conte de noel" (puis... plus grand-chose), ça sent la bérézina cinématographique.
    Frémaux est-il libre de ses choix ?... on peut difficilement le penser ; entre marques de cosmétiques et montée des marches de Siffredi, on ne peut pas tomber plus bas....

    Godard et Depardieu ne perdent rien à ne plus y aller, Cannes c’est vide et sans talent, donc superflu.


  • le Nouvel Ordre Mondial résumé à Cannes
    01:00 Il espère que des évènements (Trump, Corée, Syrie) ne viendront pas ombrer le festival qu’il veut stable et festif, dit-il en rigolant faussement...


  • Je suis allé voir par erreur L’Autre côté de l’espoir, film du cinéaste finlandais Aki Kaurismäki qui narre les mésaventures d’un réfugié syrien et d’un quinquagénaire finlandais en Finlande. A un moment du film on voit un extrait du journal télévisé : les Casques blancs, qui sont des terroristes, y sont dépeints comme des héros et la Russie et Syrie sont diabolisés pour avoir bombardé des civils à Alep-Est. Pauvre monde !

     

  • Le festival des transgenres !


  • De la grosse propagande mondialiste et moralisatrice : Immigré + Shoah = monde de demain. Je regrette presque le cirque Canal + de Denisot et de Caunes. On se marrait parfois. Maintenant je ne regarde plus.


  • J’croyais qu’il y avait (encore) des réalisateurs français en France.


  • #1702054

    Une histoire d’amour, au Cinéma : "Aux frontières de l’aube", réalisé par Kathryn Bigelow, sorti en 1987.
    C’est un film qui traite de la notion de liberté, et ça charcle méchamment.
    D’une profondeur rare, le spectateur n’est jamais pris pour un neuneu, la violence y a un vrai sens, et l’aspect sexuel n’en est que plus intense.
    Et puis, c’est bien bouseux, bien western, genre "The Last Rebel" de Lynyrd Skynyrd, sans tièpe, genre John Carpenter, en plus vénère.
    Vraiment, un putain de film !

     

    • Near Dark, yeah ! En effet un putain de bon film comme vous dites. Avec Bill Paxton et l’excellent Lance Henriksen. Bigelow s’est bien perdue depuis. Coup d’essai coup de maître comme on dit.


    • #1702258

      Oui, Kathryn Bigelow s’est perdue dans la propagande la plus crasse.

      Mais ça ne fonctionne plus : son talent est neutralisé par le mensonge.
      C’est une personne sincère vampirisée.
      Ce film sur Oussama Bin Laden, personne n’y croit, et sans doute pas elle-même.
      Le résultat est terriblement mauvais.
      De la pure corruption.

      Tout ce qui faisait son talent de réalisatrice s’y trouve inversé.
      On dirait un épisode de L’inspecteur Derrick dynamisé par de la haine tribale.


    • Je ne l’avais pas vu mais je me doutais bien de la pure propagande hollywoodienne américano -centrée comme l’incroyablement surévalué et survendu (ceci expliquant cela) Démineurs. Je crois bien qu’il y avait même dans l’équipe des " conseillers techniques "(sic) de Zero Dark Thirty des gens de la sécurité nationale. Tout cela est gentiment bordé on l’imagine :-)


  • C’est quand que l’on reparle français ? On ne dit pas "pitche" mais : topo, résumé ou synthèse...


  • On ne dit pas "pitche" mais : topo, résumé ou synthèse...et j’en oublie !


  • « Mise en abyme » est davantage correct que « mise en abîme ».

    Certes, les deux orthographes sont admises, mais une sorte de convention tacite veut que l’on utilise le « y » lorsqu’il s’agit de désigner ce procédé narratif d’enchâssement.

    Enfin, c’est comme vous voulez après tout...


  • Le cinéma n est devenu que propagande mondialiste et bien pensant en résumé juste à vomir et en disant ça si j étais un personnage public je serai vu comme un réac, fasciste et antisémite pour soupoudrer le tout. Quand je regarde 10 affiches de cinéma j en vois 7 ou le héros où l héroïne a une arme , un film français pseudo engagé complètement merdique payé avec la redevance que personne n ira voir à part les bobos bien pensants et une énième bousse transpacifique avec un humour pipi caca digne d un enfant de maternelle 3 ème section bac à sable. Et cet éternelle dichotomanie du bon américain et du méchant barbu barbare non civilisé du moyen orient ou du russe ours mal lecher sans coeur aux yeux bleus perçant et qu au finale c est logique de leur atomisé la gueule parce qu’ils sont méchants. Merci pour cette ouverture d esprit le festival de canne sans vous je serai vraiment perdu dans ce monde


  • Vous n’ avez pas prévu BHL qui viendra peut-être 3 jours après le début du festival imposer un film choc narrant les états d’ âme d’ un journaliste transgenre égaré à Mossoul et qui comprendra avec effroi que son combat pour la reconnaissance de son sexe n’ a pas servi la cause du grand Is****...


  • Je note que cette année il n’y a pas Alain Guiraudie, un des très rares réalisateurs français d’origine populaire, dont on ne tolère l’existence que parce qu’il fait des films communautaires.


Commentaires suivants