Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Francis Cousin – La logique de Hegel au regard de la lutte des classes

Retrouvez Francis Cousin
sur Kontre Kulture :

Retrouvez Karl Marx chez Kontre Kulture :

Francis Cousin, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une promesse d’un grand régal dès que j’ai un moment pour me concentrer !! :)
    Chacune de ces vidéos est un grand moment. Mais il faut vraiment être à 100 % :) :)

     

  • Chers compagnons d’histoire contradictoire d’ER et d’ailleurs ...- du point de vue de la lutte de classe radicale pour abolir l’argent et non simplement

    pour en réaménager les effets...

    Cette entrevue est trop complexe pour le touriste basique ignare de vidéos qui va aller délirer narcissiquement sans rien comprendre à partir de son nombril autarcique et nous réciter toute la chefferie pathologique de son dressage à l’impuissance...

    Vous auriez mieux fait de relayer celle-ci toute aussi radicale mais plus facile et d’abord explosif :

    https://www.youtube.com/watch?v=y47...

    Fraternité radicale...

    Vive la Vie, la Commune et détruisons l’argent, l’Etat et le cosmopolitisme de la marchandise !

    Louise Zimmer

     

    • Douce volonté que de vouloir abolir l’argent, mais la vérité est que vouloir abolir l’argent revient à vouloir abolir le coeur de l’Homme.

      Car l’argent est cette incapacité à pouvoir vivre du don gratuit ; concrètement lors de tout échange de ne pas savoir donner sans rien attendre en retour. D’où vient la capacité à pouvoir donner en totale gratuité ? de la capacité à savoir aimer l’autre comme nous-même, amour annihilateur de l’égo qui rend possible en donnant, de se rendre à soi. Charité parfaite.

      Hélas, et c’est là que j’en reviens a ce que vouloir abolir l’argent c’est vouloir abolir le coeur de l’Homme, c’est que justement le coeur de l’Homme est incapable d’aimer son prochain comme lui-même. Vous me direz "ce n’est pas vrai, il y a là-bas un Sage qui ne vit que de charité", je vous réponds certes, lui en est capable mais qu’en est-il de l’humanité ? Hors le problème se pose globalement. Le Sage est l’exception, il est ici-bas pour édifier sur ce qu’est la sagesse, mais il y aura toujours un Homme égoïste sur cette Terre persistant dans l’Avoir pour empêcher que l’Argent soit expulsé du Monde.


    • @Igor meiev : Non, c’est justement ce qu’explique Cousin.
      Quand il reprend Marx pour expliquer que Wall street est
      contenu dans le premier troc, il montre bien que la valeur d’échange
      est comprise dès le premier échange, le premier troc, qui découle de la division des taches au sein du groupe. La communauté est déjà rompu !
      Il faut donc supprimer l’argent, non pas parce que c’est souhaitable au vu des
      crises et inégalités sociales générés, mais bien parce que c’est la condition sine qua non
      pour retrouver la nature de l’être original. Il explique cela très bien dans
      "L’être contre l’avoir".


    • Bambolailo

      A mon tour je vous dis non, pour la simple et bonne raison que l’argent n’est pas supprimable. Cousin reste dans la projection uniquement humaine, où l’Homme trouve la solution à son état d’Avoir. Retrouver l’état d’Etre...

      Moi je vous dis que cet état d’Etre avait déjà disparu dans toutes les civilisations humaines, car toutes étaient entâchées un tant soi peu par l’Avoir. Aucune n’était totalement et absolument dans l’Etre. L’Etre n’a existé qu’entre deux personnes : Adam et Eve. La présence de l’argent, qui est salissure de l’échange, découle de l’etat blessé du coeur humain après l’entrée du Mal dans le Monde.

      L’Homme s’est séparé de l’Etre, c’est à dire Dieu, qui est l’Etre, car source de toute vie et unique vrai Vivant. Logique qu’en se coupant de l’Etre, l’Homme ne soit plus en tant qu’être. Il s’en est séparé en souhaitant posséder ce que soi disant Dieu lui refusait : c’est par ce souhait de posséder que le coeur de l’Homme a chuté dans le souhait de possession, soit l’Avoir.

      Cet état d’Etre n’est pas retrouvable par forces seulement humaines. Dire "l’Argent sera aboli" revient à dire "il n’y aura plus de Mal dans le monde". C’est une utopie, et c’est de l’orgueil.

      Cousin peut bien dire ce qu’il veut, son point de vue manque de spiritualité ; hors l’Argent est une donnée spirituelle.


    • Louise Zimmer
      pourquoi tu parles comme cousin


    • L’échange c’est ce à quoi on pense immédiatement si l’argent est aboli, or la notion d’échange est une forme de capitalisme archaïque, je te donne ceci contre cela, en ce cas il faut obligatoirement étalonner.
      Dans une communauté retrouvée il faudrait parler de ’produire’ selon les besoins au sein de la reproduction de ladite communauté, plus précisément du don, qui lui sert la communauté dans son ensemble.


    • Il est possible que lors d’une philo analyse, il y ait transfert. Et dans ce cas là. Il n’y a rien (détonnant) à ce qu’il y ait fabrique de clones. C’est possible mais pas sûr.
      Sans offense Madame Zimmer.


    • @ Igor meiev, Désolé mais vous suivez une doxa totalement biaisée par l’idéologie libérale : le fait est que l’argent, la monnaie est une invention récente, qui n’a pas été crée pour l’échange mais par des états dans le but exclusif de payer l’impôt (dans un but tout aussi exclusif de financer des soldats et des guerres. que ce soit en Lydie (asie mineure) dans la vallée du Gange ou en Chine, ces trois lieux d’invention de la monnaie, à la même époque ont les mêmes causes :
      apparition du mercenariat, constitution de l’état et de l’impôt. même principe à la renaissance (avec la réapparition de l’argent (pratiquement inexistant au moyen äge) et l’apparition des banques).
      lisez donc l’incontournable : dette 5000 ans d’histoire de D.Graeber


    • Paramesh, m’avez-vous seulement lu. Je vous parle du fait que l’argent est conséquence de l’incapacité à savoir aimer son prochain comme soi-même, qui n’est pas une lecture réductrice de la chose, et ensuite vous liez le concept d’argent à la monnaie, liaison ô combien réductrice, matérialiste, pécuniaire, si bassement humaine ?... Je ne suis pas une doxa libérale, mais spirituelle ! point.

      L’Argent ce n’est pas seulement la monnaie, justement. Vous n’avez absolument pas compris mon point de vue.


    • @ Igor, votre concept :argent est fort nébuleux, j’ai l’impression que vous zappez totalement le fait que seul un échange économique (et même le troc) a besoin d’une valeur étalon, que ce soit la rareté, le travail produit ou de la monnaie. votre concept d’argent ne peut que se situer dans le domaine économique. par contre vous zappez totalement l’échange humain : le don et le don réciproque où l’obligation de retour est morale et non économique (on ne choisit jamais ce que l’on reçoit) où se situe votre concept d’argent dans cette situation qui a duré infiniment plus longtemps que l’échange économique.


  • Merci Francis, comme à chacune de tes vidéos, on est loin du frivole..

     

  • L’anti-thèse ne s’oppose que formellement à la thèse, de manière pratique seul l’egregor qui produit thèse et anti-thèse en recolte les bénéfices pour étendre de manière infinie sa domination sur les âmes et la matière, pcq oui l’esprit collectif qui produit un univers et sa négation, est un seul et unique , un seul et même dieu avec differents visages , aussi complexe , intelligente, pertinente la critique ou l’insurrection soit-elle , le monde ne changera pas car le même esprit reste et demeure.Si jamais la critique prend l’avantage dans sa dialectique avec le monde dont elle émerge cela conduit à la folie , cela ne conduit pas à une singularité radicale qui peut conduire authentiquement à un nouveau monde , mais simplement un monde à front renversé, negation du premier que l’on rejette , il n’y a pas de réelle nouveauté,simplement une réfutation très poussée et obstinée. Il faut partir de Dieu ou de l’egregor ,tuer celui qui nous domine depuis très longtemps maintenant ,ce qui suppose être capable de le reconnaître partout dans chaque mesures ,lui et ses differents visages contradictoires ,de sa mort viendra forcément la singularité des concepts , du monde et de la vie qui en decouleront , ce que les religions abrahamiques appellent Révélation , à condition de ne pas retomber dans un egregor similaire ou apparenté au premier ce qui reviendrait à le troquer pour un de ses cousins(sphère religieuse abrahamique).Il faut prier un Dieu , ou une famille de divinités qui nous semblent étrangers et étranges, mais sont en réalité notre origine, notre pour soi réprimé et pratiquement oublié, par des milliers d’annees de domestication abrahamique au sens large , elle même comprenant toutes les autres domestications dont celle du liberalisme marchand.

     

    • Brave Thule...

      Le débat, c’est écouter l’autre au lieu de tout de suite réciter son potage aliénatoire sécurisateur...
      Tu tournes en rond...Tu ne connais ni Hegel ni Marx mais tu oses parler adéquatement au marché narcissique des échanges du vide...

      Tu es donc bien un membre actif du spectacle de la marchandise ignare dont tu représentes le pôle ancien qui ne comprends même pas pourquoi le monde de tes chimères s’est écroulé...

      Lis davantage et tes paroles alors feront sens...

      Sympathie christique révolutionnaire...

      Solange DUBAILLE


    • Croire ou penser...
      Il faut choisir...
      Toutes les églises qui ont falsifié la parole radicale de Jésus qui nous appelle à l’être incendiaire nous recrutent pour nous asservir en une variation du Temple de la marchandise...
      Lisez Hegel et Marx que visiblement vous ne connaissez point et vous comprendrez que le Christ de vraie vie est aux antipodes de la banque vaticane et de ses rejetons protestants qui repartent directement en filiation soumise vers la thora de l’échange abrahamique....

      Jean CHAMBERLAIN


    • J’ai commencé Hegel, récemment, par ces textes sur le magnétisme animal. C’est vrai que c’est très très dur, j’ai énormément de mal. Mais comme dit le maître dans kung fu panda... : " si tu ne fais que ce que tu sais faire...jamais tu ne progresseras."


  • Lutte des classes, modernité, argent, aliénation par le salariat sont des nations héritées d’un autre âge marqué par l’émancipation du capital par rapport à la sagesse des Anciens héritées des civilisations gréco-latines qui s’étaient efforcées de préserver le respect dû à la sagesse naturelle sur laquelle est venue se greffer l’éthique chrétienne marquée par la répression des passions en vue de l’élévation spirituelle. Hegel et Marx sont des dialecticiens qui se perdent dans l’analyse à partir de concepts qui n’ont de sens que dans le monde virtuel de la modernité où s’exerce à plein la tyrannie du capital allié aux groupes révolutionnaires rêvant d’e faire triompher l’idéal démocratique sur les ruines du monde chrétien.. Le Christ par contre a apporté le Logos sur la Terre qui réconcilie les contraires dans la synthèse de l"Amour exprimée par les Béatitudes, qui permettent d’abolir en les dépassant les contradictions économiques et sociales et donc d’établir la paix en lieu et place de la guerre permanente résultant du processus dialectique de la démocratisation planétaire. Ainsi il n’y a plus d’oppositions entre riches et pauvres, faibles et forts mais unification du corps social tendu dans la recherche du Salut. C’est la raison pour laquelle la grille n’analyse des dialecticiens modernes n’a pas de sens dans le monde chrétien qui interdit la mise en branle des processus aliénatoires qui sont le fruit du péché, c’est-à-dire de l’égoïsme individuel ou collectif qui confond son bien propre avec celui de la société. De même la volonté de fondre les individus composant le corps social dans la matrice de la Volonté générale chère à Rousse par la socialisation des volontés individuelles conformées aux lois démocratiques débouche sur la dissolution des individualités dans l’uniformité collective. A contrario, la sagesse chrétienne porte en elle le respect de la personne dans son être propre par la préservation d’un espace vital où elle est libre de s’épanouir sans nuire à la liberté d’autrui. C’était le génie des "privilèges" accordés par le souverain aux "corps intermédiaires" qui jouissaient d’une juridiction propre hors d’atteinte de la prédation exercée par les structures supérieures ou concurrentes. Ce système a relativement bien fonctionné jusqu’à ce que la société se démocratise à partir de la Révolution de 1789, en abandonnant le pouvoir aux puissances d’argent liguées aux forces révolutionnaires pour abolir entièrement l’ordre chrétien.

     

    • Bonsoir à tous...

      Si les commentateurs hermétiques et rétrécis, au lieu de se purger en leur enfermement solipsiste, pouvaient de temps à autre se plonger dans l’histoire mondiale, cela ferait avancer tout le monde...
      Sortez de votre nombril passif et allez vers Hegel et Marx...Vous verrez d’un seul coup votre vie devenir plus intelligente ...

      Hervé


  • Je me demande toujours si la lutte des classes existe en dehors du cerveau des idéologues bourgeois qui ont formulé le concept. Vient-il spontanément à l’esprit d’un prolétaire de vouloir imposer à la société une dictature du prolétariat ? N’est-ce pas là une projection de dictateur ? Ou trouve-t-on encore cette phrase "Tout homme aspire au pouvoir ; il en est peu qui ne deviendraient pas dictateurs s’ils le pouvaient" ?

     

    • Avant de parler pour rien ...Au minimum s’informer et commencer par exemple par du simple : les textes communiers de la Commune de Paris...A près on peut envisager de discuter afin d’aller plus loin pour sortir des lieux communs des cafés du commerce du crétinisme généralisé...


    • La lutte des classes commence chaque matin lorsque nous tous qui n’avons aucun pouvoir sur nos vies, nous partons nous prostituer salarialement devant l’idole travail pour perdre notre existence dans la simple reproduction de notre soumission à la classe capitaliste mondiale du fétichisme de la marchandise...Et parfois cette cette lutte s’éveille jusqu’à la conscience...


    • Mais du pouvoir a la dictature il y’ a un grand pas.
      Vous interprétez "pouvoir" dans le sens politique.. L’homme moyen aspire plus au "pouvoir" d’avoir quelque latitudes pour gérer sa vie qu’au pouvoir en tant que tel.

      Il y a le pouvoir sur les autres, et le pouvoir sur sa propre vie, le second est bien plus fondamental.


    • la commune de 1871 et ses archives sont le parfait exemple de la véritable radicalité sans idéologie dominante (les communards n’ont pas osé toucher à la Banque de France hélas) mais dans la gestion d’une crise, ils ont pragmatiquement parfaitement réussi à rendre leur système efficace. un bel exemple de démocratie directe (voir Henri Vuillemin).
      Je ne sais pas s’il y a des classes sociales mais je sais qu’il y a des baiseurs et il y a infiniment plus de baisés, c’est une constante dans l’histoire : donc, dans la pratique, la démocratie ne fonctionne pas puisque c’est toujours la même minorité qui détient le pouvoir


  • C’est une doctrine comme une autre, aves ses codes et son vocabulaire.

    On peut arriver aux mêmes conclusions de par d’autres chemins..
    Et ça a été fait, 100 fois dans l’Histoire.

    Ca fait sens, et ça décrit bien la réalité, mais bon... C’est la capacité d’extrapolation qui fait le travail, les qualités du locuteur,non pas les textes en eux mêmes.

    Au risque de passer pour blaireau célèste, c’est juste une cosmogonie parmis tant d’autres pour moi.


  • #2050491

    Un grand moment de manipulation et de mensonges en tous genres.

    1) Tout part de soi, contrairement à ce qui est affirmé par Cousin. Déjà, ça commence bien, avec une négation de soi. Le mortifère s’affiche dès le début.

    2) Concernant l’universel, la aussi, c’est de la brasse coulée. Il opère un glissement sémantique entre l’universel et l’uniformité. La encore, la négation de soi est au programme, pour faire rentrer tous les individus dans un moule conçu par d’autre, selon leurs intérêts bien compris. L’universel, tout le monde en parle, personne sait le définir. Si l’universel, c’est tout ce qui est juste en tous temps, tous lieux, dans les mêmes conditions, alors, c’est en dehors de notre portée. Les "sciences dures" sont ce qui approche le plus l’universel. Mais rien ne permet de dire que les expériences renouvelables sur terre le seront ailleurs.

    3) Pourquoi faudrait-il lire des auteurs dont on sait pertinemment qu’ils avaient tord, et qui sont de toutes façons, depuis le temps, largement dépassés et contredits par les avancées des sciences et techniques. On a l’impression d’une bande de sumériens qui arriveraient en Europe et qui remanieraient leurs vieux textes pour les faire bouffer aux indigènes.

    4) " la déchéance aliénatoire n’est pas un substrat biologique"
    => affirmation péremptoire et fausse. On peut considérer qu’un "fou" n’est plus aliéné à la société et qu’il agit librement, émancipé de l’aliénation de la société. Dans bien des cas, les docs vont le reformater grâce à de la biologie, et le soumettre à nouveau à l’aliénation sociétale.

    Ces propos sont de la pure nécromancie ...

    Il y a une constante. Il est toujours question d’aliénation, mais jamais ne sont abordés les identités des aliénataires. C’est toujours très général et vague comme discours.

     

    • Pierre guillaume, la vieille Taupe, Francis Cousin, la Jeune Taupe et tous les groupes ouvriers maximalistes contre tous les capitalismes du monde...Approfondir Hegel et Marx...Dépasser la surface conventionnelle des choses et tous les interdits contemporains ...Vivre debout dans la difficulté du vrai ou ramper facilement apeuré dans l’apparence...Il faut choisir !


  • Je me dis parfois que Francis Cousin met la barre intellectuelle un peu trop haut, mais en s’accrochant, on peut finir par le comprendre et l’apprécier, d’autant que le personnage est dépourvu de toute prétention et de toute arrogance.
    PS : j’aime aussi sa chienne Gaia qui aboie pour le ramener un peu sur terre..


  • Avec Rudolf Steiner, au moins, on sait qu’il ne nous prend pas pour des cons, même si on l’est un peu … !!


  • C est la première fois que je l’entends dire quantum ... et il le répète un nombre de fois remarquable. Et ce n’est pas par hasard !

     

    • Il dit quantum pour expliquer Hegel qui dit quantum étant entendu que le quantum qui permet de saisir le seuil est ce qui rend possible de percevoir pourquoi à un moment historique donné - et seulement - l’humanité asservie produira l’abolition de sa servitude...


    • En désespoir de cause, le quantum est une quantité théorique d’énergie (de colère sociale, somme de la manifestation de l’Etre générique) précise et restreinte qui permettra, à un moment donné, le saut qualitatif vers l’émancipation, en gros la matière prolétarienne qui se met en refus, en mouvement d’insurrection généralisée, bref une quenelle de 300 généralisée et universelle ce que nos maîtres de lumière appellent la HAINNNNNNE !


  • La lutte des classes , c est la misère pour tous. Il faut des patrons et des ouvriers. C est comme ca , dans la vie il y a des hiérarchies pour que la nation tourne bien.
    La luttes des classes c est comme la théorie du genre et tout le délire, ça abouti a la désorganisation de la société. Le réel et rien que le réel !

     

    • C’est bien, seb59 nous chante là le crétinisme du MEDEF en une variante simplement plus classique puisqu’il vient ici sur ER faire l’apologie de l’usine de la non-vie...Il ne connait rien de Hegel ou de Marx et il fait de son ignorance un sujet de communication...Hors sujet...Encore un gros effort pour dire de l’intelligence et ne point simplement réciter la stupidité du crétinisme triomphant...


    • Vous demontrez zero capacité d abstraction. Cherchez a vous elevez au niveau du debat.

      La logique du capital fait que par saut qualitatif un entrpreneur valeureux devient une PME et au fil des annees une grande entrprise puis une multinationale. A ce niveau il n est plus question de la relation patron employee mais de la relation remuneration du capital (profit aloué a l entrprise) versus remuneration du travail (profit versé en salaire). Or la il y a bien une lutte entre le capital et le travail, entre le rentier et le travailleur.


  • Tout ce que vous dites je le comprends sans avoir lu Marx & co mais à la lumière d’une vision manifestement inexplicable quoique intégralement explicable rationnellement de A à Z comme dirait l’autre. De la genèse à la fin des temps. Les gens ne savent pas réfléchir ils ont un point de vue. Ils ne peuvent imaginer ce qu’est une existence basée sur l’obsession de comprendre.


  • Quelqu’un peut-il répondre à mon interrogation svp :

    j’ai pour l’instant écouté les 13 premières minutes de cette vidéo et Francis Cousin y parle entre autres de ses séances de philo-analyse.

    Il évoque Hegel (que je n’ai pas lu), et, si j’ai bien compris, il dit que pour comprendre l’individu, c’est-à-dire le singulier ou le particulier, il faut partir de l’universel sans quoi on manque l’essentiel.

    Schopenhauer, le frère ennemi d’Hegel, que j’ai beaucoup lu, dit exactement l’inverse, à savoir que pour comprendre l’universel, il faut partir du corps et aller vers ce qu’il y a de plus singulier et intime dans l’individu car ce qui se trouve au fond de chacun, la volonté, se retrouve en chaque être et chaque chose.

    Est-ce bien cela que dit Hegel (j’ai essayé de faire des recherches mais pour l’instant je n’ai rien trouvé) ?

    Si c’est le cas, ça me semble être une erreur fondamentale. Pour autant je trouve cela intéressant et je vais essayer de lire cet auteur.

    Par avance merci de vos réponses.

     

    • “Il faut que nous soyons convaincus que le vrai a pour nature de faire irruption historique quand son temps est venu, et qu’il n’apparaît que lorsque ce temps est réellement venu, que, pour cette raison, il n’apparaît jamais trop tôt ni ne trouve jamais de public non mûr...”

      - Phénoménologie de l’esprit , Hegel

      Schopenhauer c’est la passivité narcissique qui tourne en rond et qui se fait complice du monde du renoncement.
      Hegel, c’est l’activité objective qui sort du soi étroit et se fait action du renversement du monde de l’aliénation.


    • Les mots rendent les choses complexes. Tout est imbriqué et l’inverse de la vérité est aussi vrai que la vérité... Bref c’est un peu le bordel. Celà dit que peut on explorer d’autre que soi-même ? L’autre n’est il pas le reflet de soi ? L’universel est partout mais pour en explorer autre chose que la projection il faut valoriser les outils qui nous sont donnés et que nous ne voyons même pas... Sans vouloir tomber dans du folklore spirituel fatiguant il faut s’explorer soi-même pour justement découvrir l’universel ou dépasser le relatif. Et la pseudo objectivité qui n’est qu’une prison. L’extérieur n’est qu’une projection qui nous fait tourner en rond. L’universel n’est pas dans des livres même si chacun croit à sa propre méthode, son propre parcours. Ce ne sont que des miroirs il faut aller à la source.


    • Merci pour vos réponses.

      Je dois dire que je me sens beaucoup plus proche de la réponse de Boris que de celle d’Anaïs. Je crois en effet que cette notion de "projection" est essentielle et que pour accéder véritablement à l’Autre (et non à la représentation qu’on en a), il faut passer paradoxalement par ce qu’il y a de plus intime et singulier en nous.

      C’est d’ailleurs amusant Anaïs que vous parliez de narcissisme car je pense exactement le contraire (je ne dis absolument pas ça pour lancer le débat et d’ailleurs ce n’est pas le sujet).

      Je crois que chez certaines personnes (je ne parle évidemment pas de vous Anaïs, je ne vous connais pas et ne me permettrai jamais) qui ont toujours à la bouche autrui, l’action collective et politique, le militantisme ou changer le monde, se cachent en réalité parfois des egos monstrueux.

      Sinon, j’ai posé exactement la même question à Francis Cousin qui m’a répondu. Je vous cite sa réponse in extenso (qui confirme bien ce que je pensais) :

      « Votre vie singulière n’a pas en son scénario particulier d’autonomie historique...Ce qui vous spécifie est le résultat dialectique d’un seuil donné des contradictions qui font le devenir du temps mondial de l’aliénation tel que ce dernier positionne les réalités individuelles particulières de chacun en leur infinie diversité industrielle... »

      Je crois que ça se passe de commentaire. Chacun pourra se faire sa propre opinion...


    • Bonjour,
      Débat intéressant.
      Pour différencier Hegel de Schopenhauer, je dirais que le premier est dans un subjectivisme objectif (dialectique), là où le second est dans un subjectivisme subjectif (solipsisme).

      Reprise de quelques citations de Hegel que j’ai vues (et revues) à la fac :
      "L’absolu est sujet"
      " Le vrai, c’est le tout"

      Pour moi, Hegel a raison dans le sens où certaines données du réel échappent au sujet shopenhauerien. Notamment tout ce qui relève de l’objectivité scientifique qui ne relève précisément pas du "Moi" qui observe, mais de la spontanéité de la nature. Toutes les choses qui peuvent vous surprendre dans la vie, tout ce qui est inattendu, prouve que ce n’est pas "Moi" qui est le principe du tout, mais qu’au contraire, c’est bien ce "Tout" qui conditionne le "Moi". D’où la citation que je donnais plus haut : "Le vrai c’est le tout".

      MAIS.

      Ce "tout" pour Hegel, est un sujet, pas une totalité objective. (L’absolu est Sujet). Sujet que Hegel nomme "Esprit", mais qu’il pourrait aussi bien appeler Dieu ou Etre.

      PS : Pour débuter dans la lecture de Hegel, je conseille de commencer par l’encyclopédie en abrégé. La phénoménologie de l’esprit est extrêmement difficile à lire (en outre les traductions françaises reflètent souvent trop bien ce que Francis Cousin qualifie de "crétinisme universitaire").


    • Hegel et Schopenhauer furent unanimes contre le mécanisme à l’anglaise qui fait de l’univers une machine stupide, — Hegel et Schopenhauer, ces deux hommes de génie, frères ennemis en philosophie, qui, attirés vers les pôles opposés de la pensée allemande, furent divisés et furent injustes l’un pour l’autre comme seuls des frères savent l’être.

      Friedrich Nietzsche


  • Quand j’étais petit j’allais à la messe, c’était les même trucs et mots qui était répettés à chaque fois et donc Il s’était sacrifié pour moi mais j’étais très coupable mais fallait le dire et alors ça allait se changer en Pardon et comme ça j’irai au paradis.

    Maintenant je suis grand, faut que je me plie à la merdasse de produire quelque chose qui satisfasse quelque imagination humaine et donc maintenant je vais à la messe marxiste, Cousin c’est le meilleur, le grand archevêque, ça me fait vraiment du bien d’entendre la rime parfaite de sa poésie hegelo-marxiste, c’est tellement bon de savoir que la merdasse va se changer toute seule de sa propre nature contradictoire en pur Or de communauté humaine vraie.

    Vraiment, les lendemains qui chantent on n’a rien inventé de meilleur pour se faire du bien...

     

    • La pire des messes c’est celle de l’inculture et du non-savoir...
      Hegel est justement aux antipodes du ça va changer tout seul

      ...
      Comme disait Héraclite, le mieux est de savoir se taire tant qu’un minimum de réflexion et de lecture n’a pas commencé...


    • @Cousin : j’exprimais l’hégélianisme réel, celui qui existe dans la tête des gens, c’est à dire la certitude du processus dialectique avec lendemains qui chantent.

      Evidemment les élus de la vérité hégélienne comme toi savent qu’il va falloir beaucoup agir, c’est à dire beaucoup tuer ceux qui sont dans leur moment dialectique négatif. La dernière fois faut reconnaître qu’on a été ptit’slip : 200 millions de morts, en comptant ceux des idiots utiles du marxisme (nazis, fascites) c’était minable faut bien le reconnaître. Mao (bien meilleur dialecticien que Marx, qui est horriblement lourd dès qu’l essaie de parler la langue de Dieu) aurait dû se retourner contre les marxistes mous de Russsie et ensuite contre le "capitalisme" occidental via 2 ou 3 milliards de morts et c’est vrai qu’on serait depuis dans une planète unifiée où des choses comme Daech et toute la merde actuelle serait inimaginables.

      Le problème ce n’est pas qu’Hegel a tord, il a raison évidemment (en logique sémite d’inversion), c’est qu’on est indigne des visées qu’Il a pour nous...


  • Francis, tu es une bombe atomique à toi tout seul ! Une seule de tes vidéos, bien comprise, particulièrement celle-ci, est éminemment subversive..

     

  • Ce que Francis Cousin tente de nous faire comprendre par son approche et lecture sainement subversive de Marx et des autres vrais philosophes est le message toujours Vivant de Jésus dans le Christ.

    Jésus n’a eu de cesse, non de le répéter, mais d’ouvrir des liens de consciences par des Paraboles afin de libérer notre mental des catégories par trop intellectuelles. Elles sont nécessaires au début, mais il convient de laisser ensuite son coeur parler ..

    Un enfant de 4 ans n’a pas besoin de passer par toute cette phase intellectuelle, il saisit dans l’immédiat la relation UNE entre l’universel-particulier/singulier.

    Universel, c’est unus-versus à savoir l’ETRE entier tourné vers le SOI divin. Le moi-ego étant en arrière-plan et non plus en avant (voulant voir ou prendre : elle est là la tentation).

    Aussi, faut-il s’abandonner comme dans un acte d’amour et lâcher-prise. Faut-il faire un dessin ?

    En ancien français, -bandon vient de ban comme mise au ban et - bandon signifie aussi pouvoir, autorité. Avec plusieurs dérivés dont a bandon = librement ; à son gré ; avec excès.

    La réflexion précède la méditation. Cette dernière est bien supérieure car elle engage l’être entier comme dans un acte d’amour en recherche de fusion avec la réalité divine où le corps entier est absorbé, concentré vers le UN au point de fusionner y compris son moi-ego lequel semble disparaître mais bien au contraire, il est alors éclairé puisqu’il a fait le vide.

    On ne peut pas remplir une coupe déjà pleine !

    La coupe est chacun

    La pensée dite créatrice trinitaire fonctionne en trois temps :
    1. CONCEPTION
    2. ABANDON
    3. RÉALISATION

    Règle fondamentale. Nous la pratiquons plus ou moins consciemment.

    L’abandon c’est confier à plus grand que soi-même donc au SOI divin, à Dieu, à l’universelle Présence : peu importe comment elle est nommée.

    Confier c’est faire confiance dont l’étymologie est la même que fiancé/fiancée. C’est ce fier à ! Sans cette fiance (terme de l’ancien français), il n’y a pas la foi (même étymologie), la foi étant une confiance déployée dans le Temps long.

    Donc, écouter avec attention Francis Cousin. Prolonger évent. par des lectures parallèles. Mais surtout faire appel à l’oubli. Et le quotidien se charge bien de le faire afin que la Vie elle-même puisse, après abandon volontaire ou non, conscient ou pas, effectuer les correctifs nécessaires afin que la semence du PÈRE puisse être féconde.


  • Le Christ nous a déjà tout dit !
    Le Royaume de Dieu est sur Terre...
    Le rétablissement de toutes choses se fera Ici...
    L’argent s’est Mammon...
    L’Homme est fait pour vivre dans le don de soi pour son prochain... Là est le bonheur véritable.
    Mais pour le moment il vit dans le monde, la société de l’adversaire, qui est entrain de s’invalider et s’écrouler.


  • J’ai croisé le fétichisme de marchandise, du moins son implémentation généralisée : lundi 3 septembre dernier lors de la rentrée des étudiantes à l’université de droit dans une artère principale commerçante en descendant vers la place de la mairie, j’ai vu le vol de jeunes étournels, par nuées de six à huit, fonçant en piqué dans les boutiques de prêt-à-porter, stéréotypées short jean ou jupe et baskets femmes, un minuscule sac à main, tenant l’énorme iPhone dans l’autre pour se regarder en selfie, tchater avec les cop’s dans les autres boutiques, avec une telle frénésie que je croyais que c’était les soldes !
    Super les étournels sansonnets, vous êtes vraiment sur le chemin de l’émancipation !


  • Francis Cousin n’a pas fini une phrase que déjà il nous refourgue le "Radical", qu’est ce qu’il attend pour partir vivre dans les Gorges du Verdon, à poil comme son chien, contre la domestication...


  • Socrade ne sait même pas que les premiers à avoir dénoncé le capitalisme d’Etat bolchévique s’inspiraient de Marx et de Luxemburg en retour à Hegel...

    Socrade, même inspirée de prétentions égotistes, les lieux-communs sont des lieux vulgaires et ignorants...

    Socrade ne sait même pas que c’est la Vieille Taupe qui au nom de Marx a ouvert le chemin des dialogues critique sà Faurisson...

    Socrade doit beaucoup se documenter puis enfin son dire sera un parler du rien dire dépassé...


  • La vérité c’est le nationalisme radical !!…

     

  • La décadence de l’espèce humaine a comme origine son passage de l’être instinctif au calcul mental égotique ( je ME pense donc je suis = dualité) symbolisé dans la bible par Adam et Eve chassé du paradis pour avoir goutté du fruit de l’arbre de la connaissance ; après cette transgression l’humain décidera par la raison abstraitement à son émotion où sentiment concret résultant de ce que captent ses sens ici et maintenant et produit par son sixième sens l’intelligence du coeur de ce qui est bien où mal ... se transmettant de génération en génération la pathologie d’abstraction égotique qui le fait dominer ses émotions et sentiments par le mental ego qu’il prend pour une qualité civilisatrice .
    Depuis cette transgression il y aura de l’histoire d’ego commenté par des philosophes historiens comme MARX l’a fait à son époque sans comprendre qu’il analysait et prévoyait assez justement les effets pervers de la cause sans expliquer celle ci !...


Commentaires suivants