Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Il y a 80 ans, "le Nouvel Ordre mondial promis aux juifs"

 

 

La majeure partie de la diplomatie sioniste se déroule en secret, par la corruption et le chantage. Mais, parfois, il est jugé approprié d’obtenir d’un gouvernement une déclaration officielle. Le plus célèbre de ces documents est la brève lettre écrite le 2 novembre 1917 par le ministre britannique des Affaires étrangères Lord Arthur Balfour et adressée à Lord Lionel Walter Rothschild, président de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne.

 

Le Premier ministre britannique Lloyd George expliqua clairement, selon un rapport de la Palestine Royal Commission de 1937, la contrepartie de cette lettre :

« Les leaders sionistes nous ont donné la promesse ferme que, si les alliés s’engageaient à faciliter l’établissement d’un foyer national pour les juifs en Palestine, ils feraient de leur mieux pour rallier le sentiment et le soutien juifs à travers le monde en faveur de la cause des Alliés. Ils ont tenu parole. » [1]

Balfour pensait probablement que sa lettre, écrite avec réserve sur un papier sans entête, n’engageait pas à grand-chose. Mais les sionistes ont su capitaliser sur elle pour en faire la pierre angulaire de leur projet de colonisation de la Palestine. Lorsque le gouvernement britannique se montra par la suite réticent, en tentant de minimiser les termes de la déclaration Balfour, les sionistes trouvèrent leur champion dans le très ambitieux, peu scrupuleux et endetté Winston Churchill, dont les pensées, comme il le disait lui-même, étaient « à 99 % identiques » à celles de Chaïm Weizmann. Churchill a toujours affirmé que l’intention de la déclaration Balfour était que la Palestine devienne avec le temps « un État majoritairement juif » [2] (lire mon article Ce vieux sioniste de Churchill et la déclaration Balfour ).

 

 

On sait peu que des déclarations similaires à la déclaration Balfour ont été obtenues simultanément d’autres puissances européennes, et notamment de la France. La Grande-Bretagne, en effet, ne pouvait pas agir dans ce domaine sans accord de ses alliés. [3]

Dans une lettre datée du 4 juin 1917, le diplomate français Jules Cambon, alors secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, assure Nahum Sokolow, chef de l’Organisation sioniste mondiale depuis 1906, de la sympathie du gouvernement français pour le projet « de développer la colonisation israélite en Palestine », et cite avec approbation tacite l’idée que « ce serait faire œuvre de justice et de réparation que d’aider à la renaissance, par la protection des puissances alliées, de la nationalité juive, sur cette terre d’où le peuple d’Israël a été chassé il y a tant de siècles. » Le triomphe de la cause sioniste, conclue Cambon, « est lié à celui des alliés ».

Cette « déclaration Cambon », non seulement anticipait la déclaration Balfour, mais ouvrit la voie à celle-ci. De retour à Londres, Sokolow, dont le rôle dans le triomphe du sioniste est méconnu, déposa la lettre Cambon au Foreign Office, où elle stimula un esprit de compétition. En janvier et février 1918, il retourna à Paris, cette fois dans le but d’obtenir une déclaration publique française en faveur de la déclaration Balfour. Un bel exemple de diplomatie profonde transnationale.

 

 

Durant la Seconde Guerre mondiale, Weizmann et Churchill conspirèrent ensemble pour entraîner les États-Unis dans la guerre, en renouvelant la stratégie de la déclaration Balfour.

Dans une lettre à Churchill datée du 10 septembre 1941, Weizmann écrivit :

« J’ai passé des mois en Amérique, à voyager d’un bout à l’autre du pays. […] Il n’y a qu’un seul groupe ethnique important prêt à se tenir, unanimement, aux côtés de la Grande-Bretagne et pour une politique de mobilisation pour elle : les cinq millions de juifs américains. […] Il a été largement reconnu par les hommes d’État britanniques que ce sont les juifs qui, dans la dernière guerre, ont effectivement aidé à faire pencher la balance en Amérique en faveur de la Grande-Bretagne. Ils sont prêts à le faire – et peuvent le faire – à nouveau. » [4]

Dès son arrivée au poste de Premier ministre en mai 1940, Churchill avait chargé Arthur Greenwood, du cabinet de guerre, de rédiger un document promettant aux élites juives, en cas de victoire britannique, non seulement la Palestine, mais un rôle de premier plan dans le « ouvel ordre mondial », en compensation des « torts subits par le peuple juif ». Bien que peu connu, ce document a, selon les termes du rabbin Stephen Wise (un des plus ardents sionistes américains depuis l’époque de Herzl), « des implications plus larges et de plus grande portée » que la déclaration Balfour. Cette « promesse de Greenwood » (the Greenwood Pledge) et a été rédigée il y a exactement 80 ans, et publiée par le New York Times dans son édition du 6 octobre 1940, sous le titre extraordinaire « Nouvel Ordre mondial promis aux juifs » (reproduction ici et ici).

Arthur Greenwood était membre du cabinet de guerre britannique de Churchill, et il ne fait aucun doute qu’il a agi sur instruction de Churchill. Comme l’indique l’article, les représentants juifs considèrent que sa déclaration engage le gouvernement britannique.

Le récipiendaire de ce document, Stephen Wise, fut l’un des plus ardents sionistes américains depuis l’époque de Herzl. Proche de Louis Brandeis, Felix Frankfurter et Samuel Untermeyer, il fonda la New York Federation of Zionist Societies en 1897, ébauche de la Zionist Organization of America dont il deviendra président. En 1917 il participa à l’effort pour convaincre le président Wilson d’approuver la déclaration Balfour. En 1936, il cofonda le Congrès juif mondial, destiné à liguer les juifs du monde contre Hitler.

 

 

Voici la traduction de l’article du New York Times incluant le texte complet de la « déclaration Greenwood » :

 

Nouvel Ordre mondial promis aux juifs

 

Arthur Greenwood du cabinet de guerre britannique envoie ici un message d’assurance

 

Dans la première déclaration publique sur la question juive depuis le déclenchement de la guerre, Arthur Greenwood, membre sans portefeuille du cabinet de guerre britannique, a assuré aux juifs des États-Unis que lorsque la victoire serait obtenue, un effort serait fait pour fonder un Nouvel Ordre mondial fondé sur les idéaux de « justice et de paix ».

M. Greenwood, qui est le chef adjoint du parti travailliste britannique, a déclaré que dans le nouveau monde, « la conscience de l’humanité civilisée exigerait que les torts subis par le peuple juif dans tant de pays soient réparés ». Il a ajouté qu’après la guerre, une occasion serait donnée aux juifs partout dans le monde d’apporter une « contribution distinctive et constructive » à la reconstruction du monde. Le message a été délivré la semaine dernière au Dr Stephen S. Wise, président du comité exécutif du Congrès juif mondial, par le rabbin Maurice L. Perzweig, président de la section britannique du congrès. Le rabbin Perizweig est arrivé d’Angleterre lundi soir.

 

Intention de corriger les torts

 

En comparant la déclaration avec la déclaration Balfour de 1917, D. Wise a déclaré qu’en un sens elle avait « des implications plus larges et plus étendues », car elle traitait du statut des juifs dans le monde. Il a dit que le message de M. Greenwood pouvait être interprété comme une déclaration de la ferme intention de l’Angleterre d’aider à redresser les torts que les juifs ont subis et continuent de subir aujourd’hui à cause du « désordre et de l’anarchie » d’Hitler. M. Greenwood, envoyant aux juifs d’Amérique un message « d’encouragement et de chaleureux vœux », a écrit : « Le sort tragique des victimes juives de la tyrannie nazie nous a, comme vous le savez, plongé dans une profonde émotion. Le discours d’hommes d’État responsables au Parlement et à la Société des nations au cours des sept dernières années a reflété l’horreur avec laquelle le peuple de ce pays a vu la rechute nazie dans la barbarie.

« Le gouvernement britannique a cherché à améliorer quelque peu le sort des juifs persécutés tant en Allemagne même que dans les pays infectés par la doctrine nazie de la haine raciale. Aujourd’hui, la même puissance sinistre qui a foulé aux pieds les minorités de ses propres défenseurs, par la fraude et la force, a temporairement volé leur indépendance à de nombreux petits peuples, a défié le dernier bastion de la liberté en Europe.

 

Prévision du Nouvel Ordre mondial

 

« Lorsque nous aurons remporté la victoire, comme nous le ferons assurément, les nations auront l’occasion d’établir un Nouvel Ordre mondial fondé sur les idéaux de justice et de paix. Dans un tel monde, nous espérons que la conscience de l’humanité civilisée demandera que les torts subis par le peuple juif dans tant de pays soient réparés. »

« Dans la reconstruction de la société civilisée après la guerre, il devrait y avoir et il y aura une réelle opportunité pour les juifs partout dans le monde d’apporter une contribution distinctive et constructive ; et tous les hommes de bonne volonté doivent assurément espérer que dans la nouvelle Europe, le peuple juif, quel que soit le pays où il vit, aura la liberté et la pleine égalité devant la loi avec tout autre citoyen. »

Dans une interview à l’hôtel Astor, le rabbin Perlzweig a déclaré qu’il était certain que M. Greenwood « parle pour l’Angleterre ». Il y a une prise de conscience claire, a-t-il ajouté, que la liberté et l’émancipation du peuple juif sont liées à l’émancipation et à la liberté des peuples du monde entier. Le message, a fait remarquer le rabbin Perlzweig, a fait l’objet d’une sérieuse considération de la part du gouvernement britannique. « C’est une déclaration au nom du monde entier », a-t-il observé. « Ici, le gouvernement britannique exprime clairement ce qu’il espère avoir lieu après avoir gagné la guerre. »

Laurent Guyénot

Notes

[1] Selon un rapport de 1937 de la Palestine Royal Commission, cité dans Alfred Lilienthal, What Price Israel ? (1953), Infinity Publishing, 2003, p. 18-21.

[2] Martin Gilbert, Churchill and the Jews : A Lifelong Friendship, Henry Holt & Company, 2007.

[3] Martin Kramer, “The Forgotten Truth about the Balfour Declaration,” 5 juin 2017, sur mosaicmagazine.com

[4] David Irving, Churchill’s War, vol. 2 : Triumph in Adversity, Focal Point Publications, 2001, p. 76-77.

À lire, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "...la liberté et la pleine égalité devant la loi avec tout autre citoyen." C’est pas une citation d’un scetch de Coluche ? :"Il y aura des petits, des gros, des noirs, des blancs, des riches, des pauvres et tous seront égaux." "Et il y aura des petits, noirs, moches et pauvres et pour eux ça sera très dur !"


  • #2549842

    C’est incroyable, scandaleux... la vraie politique se fait dans le dos des hommes... nos ancêtres militaires sur le front 14-18 étaient à des années lumière de la Réalité !

    Quant à cet étron de Churchill, quand tu es à 99% d’accord avec un juif, à ce niveau-là d’engagement politique, faut vraiment être une belle merde... On parle toujours des deux pires Hitler et Staline, mais il faut ajouter ce vieux shnock au cigare.

    Le 1% restant correspond-il au moment de doute passager qu’il a eu avant de bombarder l’Allemagne, vu que l’ignoble Albion n’avait pas signé la convention de Genève interdisant de toucher aux civils, contrairement aux Nazis ?!

    On a vraiment un grand besoin de JUSTICE sur ce continent, même a posteriori, la vérité doit être rétablie ! - pour pouvoir ensuite être apprise, arrêtons d’enseigner n’importe quoi à nos enfants, Blanquer !

     

    • Ah, ce méchant Winston Churchill qui n’a pas déposé les armes devant l’Allemagne nazie et qui a tout fait pour que ces derniers perdent.


    • Là vérité est rétablie, elle est ici, il suffit d’oser la recherchE&R afin que ceux qui sont morts, "suicidés" ou arrêté en pleine rue, mis en garde à vue ne le soient pas en vain.


    • #2550012

      A aetius, Vous pouvez y aller de votre ironie... Mais, si on met de côté le nazisme, qui a gagné la guerre (aujourd’hui et demain) grâce à un tas de cons dont Churchill ? Partage du siège à l’ONU, troupes allemandes sur le territoire français (en cours), notre nucléaire militaire bientôt géré par Berlin, et l’économie... Le tout bradé par Macron et ses prédécesseurs en remontant jusqu’à la grande Zora...
      Sans creuser...


    • Bien dit et le plus salaud des trois, c est lui, Churchill !!!!


    • #2550295

      Merci Franky.


    • @fin de partie

      Ce sont les USA et les Soviétiques qui ont gagné la ww2. La France quant à elle a perdue deux fois, une fois en 1940 (les Versaillais : "plutôt Hitler que le front populaire"...), la deuxième en 1945 aux cotés des nazis après avoir totalement et éhontément collaboré avec ces derniers.


  • #2549843

    Merci M. Guyénot pour tout votre travail de recherche, de publication et de partage.


  • « Il y a une prise de conscience claire, a-t-il ajouté, que la liberté et l’émancipation du peuple juif sont liées à l’émancipation et à la liberté des peuples du monde entier. »

    Ah bon !!!
    Certains peuples apprécieront cette "magnifique" prise de conscience, en particulier le peuple palestinien et en général le peuple goy !!!


  • 80 ans seulement ? C’est déjà dans leur bible .


  • #2549921

    Reprocher à Hitler "désordre" et "anarchie" ne manque pas de sel ! Chutzpah, quand tu nous tiens...


  • #2549946

    Le British Israelism ou anglo-judaïsme est une idée qui est apparue au 17ème siècle en Angleterre mais qui s’est rapidement développée au 19ème siècle dans les pays anglo-saxons , spécialement aux États-Unis.Cette thèse est alors l’expression ethnico-religieuse de la co-réussite des bourgeoisie juive et WASP lors de la révolution industrielle.Le British Israelism a généré une abondante littérature peu connue en France. Le chercheur André Pichot lui consacre un chapitre bien documenté dans son ouvrage"Aux origines des théories raciales. De la bible à Darwin".



  • en secret, par la corruption et le chantage



    démontrée par la conference d’ Alain soral.

    https://www.egaliteetreconciliation...


  • Ils demandent que les torts subis par le peuple juif dans le monde soient rétablis ! Lol.... allô JESUS ?! Tu peux nous en dire un mot ! Lol


  • Ils sont le complot.


  • Cet article est un document à conserver.

     

    • On peut même dire que les recherches de Laurent Guyénot constituent d’ores-et-déjà une oeuvre, parmi les toute premières pour rétablir la vérité historique, dans ce domaine crucial.

      Coston, Ratier, Hillard, Guyénot....des historiens incontournables, pour les lecteurs épris de Liberté et d’exigence intellectuelle.


    • Certainement , en deux mille vingt deux , dame presidente devrz nous le raconter.


  • Personne ne parlait de cet article de Greenwood du NYT avant que Michael Collins Piper ne le signale dans son livre "The Confessions of an Antisemite" publié en 2011 (non-disponible en français).


  • Dans ce domaine, les faux en écriture ne doivent pas être exclus. Le vol de papier à en-tête, les pressions et autres exactions, non plus.

    Pour compléter l’article, il faut préciser qu’en 1938 a eut lieu la Conférence d’Evian dont le but a été de placer les juifs d’Allemagne et d’Autriche qui étaient devenus des ennemis du Reich suite à la déclaration de guerre des juifs de New York (NYC) à Hitler. Eh bien, malgré les 5000 $-or proposé par réfugié par la communauté juive de NYC, seule la République Dominicaine en a voulu sur 32 pays présents !
    Enfin, il faut encore préciser, que Churchill est de descendance juive... bien sûr !

     

  • #2550828
    le 20/09/2020 par Paquebot "Lusitania"
    Il y a 80 ans, "le Nouvel Ordre mondial promis aux juifs"

    « les leaders sionistes ... ont respecté leur parole ... »

    Les leaders sionistes de quels pays ? Allemands ? Anglais ? Français ?

    Si c’est des sionistes anglais ou français, quel mérite ont-ils eu en plus que les anglais et les français goyim qui n’ont eu d’autres motivation que défendre l’État dont ils avaient la citoyenneté ?

    Est-ce que les 6 millions morts dans la boucherie, soldats anglais et français mobilisés, ne compteront pour rien, et ne mériteront aucune reconnaissance ?

    Je suis dégouté par ce genre de contrat où l’on paie très cher un service totalement absent : les usa sont en guerre ouverte depuis 4 mois du fait de la guerre sous-marine à outrance depuis 9 mois.

    Est-ce que c’est des sous-marins sionistes qui ont coulé sous drapeau allemand les paquebots américains ?

     

    • "Les leaders sionistes de quels pays ? Allemands ? Anglais ? Français ?"
      Vous avez l’air de bien connaître l’idéologie sioniste...

      Entrée en guerre officielle des USA : début 1918.
      Première opération militaire engageant des soldats américains : juillet 1918...
      (Pour rappel : armistice novembre 1918).

      Je vous conseille la lecture de "La controverse de Sion" de Douglas Reed, afin de combattre votre touchante naïveté...


Commentaires suivants