Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Il y a trente ans, la sixième agression contre le professeur Faurisson

Le 16 septembre 1989, il y a juste trente ans, alors qu’il promenait comme d’habitude son chien dans un parc de Vichy proche de son lieu de résidence, le professeur Robert Faurisson fut victime d’une agression d’une violence inouïe, la sixième en onze ans.

 

Trois jeunes gens qui faisaient mine de jouer au football l’ont violemment frappé à coups de poings et de pieds. Sans l’intervention de trois pêcheurs alertés par ses cris, le professeur Faurisson aurait été achevé à coups de pieds dans la tête. Hospitalisé en urgence pour des fractures à la mâchoire et aux côtes, le professeur Faurisson avait dû être transféré à l’hôpital de Clermont-Ferrand pour y subir de nombreuses interventions chirurgicales.

Une organisation jusqu’alors inconnue, Les Fils de la mémoire juive, avait alors revendiqué par téléphone auprès de l’AFP cette agression soigneusement préméditée puisque les agresseurs ne furent jamais retrouvés ni même identifiés.

Le juge d’instruction en charge de cette enquête n’a jamais convoqué le professeur Faurisson pour l’entendre et l’affaire s’est conclue par un non-lieu.

 

Extrait du journal télévisé de France 3 du 16 septembre 1989 :

 

À revoir : « Alain Soral – Mon hommage à Robert Faurisson »

 

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants