Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Il y a trente ans, la sixième agression contre le professeur Faurisson

Le 16 septembre 1989, il y a juste trente ans, alors qu’il promenait comme d’habitude son chien dans un parc de Vichy proche de son lieu de résidence, le professeur Robert Faurisson fut victime d’une agression d’une violence inouïe, la sixième en onze ans.

 

Trois jeunes gens qui faisaient mine de jouer au football l’ont violemment frappé à coups de poings et de pieds. Sans l’intervention de trois pêcheurs alertés par ses cris, le professeur Faurisson aurait été achevé à coups de pieds dans la tête. Hospitalisé en urgence pour des fractures à la mâchoire et aux côtes, le professeur Faurisson avait dû être transféré à l’hôpital de Clermont-Ferrand pour y subir de nombreuses interventions chirurgicales.

Une organisation jusqu’alors inconnue, Les Fils de la mémoire juive, avait alors revendiqué par téléphone auprès de l’AFP cette agression soigneusement préméditée puisque les agresseurs ne furent jamais retrouvés ni même identifiés.

Le juge d’instruction en charge de cette enquête n’a jamais convoqué le professeur Faurisson pour l’entendre et l’affaire s’est conclue par un non-lieu.

 

Extrait du journal télévisé de France 3 du 16 septembre 1989 :

 

À revoir : « Alain Soral – Mon hommage à Robert Faurisson »

 

À ne pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2279133

    De son côté, Serge Klarsfeld s’était fait le porte-parole du monde médiatique en déclarant au sujet de la tentative d’assassinat : « Quoi de plus normal ? C’est quelque chose de regrettable, mais de normal et naturel » (Le Monde, 19 septembre 1989, p. 14).

     

    Répondre à ce message

  • #2279136

    La deuxieme agression a eu lieu lorsque le professeur a tente de reprendre ses cours
    quelques semaines plus tard ; le Dr Marc Aron etait encore present ce jour-la a l’Universite.
    Le 12 septembre 1987, a la Sorbonne, des membres d’une milice juive ont attaque Henry
    Chauveau (grievement blesse), Michel Sergent, Pierre Guillaume et Freddy Storer (Beige)
    ainsi que le professeur Faurisson, tous blesses. Les gardes de la Sorbonne ont apprehende l’un
    des agresseurs. Un responsable, en civil, de la police a fait relacher l’agresseur et a utilise la
    violence pour expulser le professeur de l’enceinte de l’universite. Rappelons que R. Faurisson
    avait enseigne a la Sorbonne.

    Le 16 septembre 1989, un guet-apens etait tendu a R. Faurisson pres de son domicile, dans
    un pare de Vichy, par un groupe de trois jeunes gens ; sans l’intervention d’un passant, il aurait
    ete acheve a coups de pieds dans la tete. Blesse, il devait subir une longue operation
    chirurgicale. L’enquete de la police judiciaire confirmera que l’agression etait imputable a de
    jeunes activistes juifs parisiens. La veille de l’agression, R. Faurisson avait note avec surprise la
    presence, a proximite de ce pare, d’un certain Nicolas Ullmann, ne en 1963 ; le 12 juillet 1987,
    ce dernier avait violemment frappe le professeur au Sporting-Club de Vichy. A la police
    judiciaire, N. Ullmann, interroge sur les raisons de sa presence en ces lieux, donnait des
    reponses vagues et contradictoires ; en outre, il pretendait avoir participe, le jour mime de
    l’agression, a Paris, a un bal masque, d’ou l’impossibilite pour quiconque, sinon son hote et ami,
    d’attester de sa presence ce jour-la a Paris. II est a noter que le juge destruction de Cusset, pres
    de Vichy, n’a jamais convoque le professeur pour l’entendre ; ce juge, Jocelyne Rubantel, ne l’a
    recu dans son bureau, comme un criminel, que pour lui signifier qu’elle demanderait un non-
    lieu. Ce qu’elle a obtenu. Aucune perquisition n’a ete operee au siege du Betar/Tagar a Paris.
    Une telle perquisition aurait cause trop de col ere dans la communaute juive.

     

    Répondre à ce message

  • #2279161

    Une araignée vénéneuse enserre la France dans ses pattes gluantes .
    Chaque jour, elle lui inocule une dose de son venin paralysant.
    Sous le regard amusé de ces futurs chômeurs qui sont encore des putes.

     

    Répondre à ce message

  • #2279164
    Le 17 septembre à 09:10 par Je suis pas Charlie
    Il y a trente ans, la sixième agression contre le professeur (...)

    Deux événements ont accéléré la mise en place de la loi scélérate Fabius-Gayssot du 13 juin 1990, l’agression du professeur Faurisson le 16 septembre 1989 et surtout l’émission explosive et historique "Ciel, mon mardi !" du 6 février 1990 où la horde communautaire s’est déchaînée verbalement et physiquement sur Olivier Mathieu.

     

    Répondre à ce message

  • #2279260

    Merci à E.R. de rappeler ce fait que peu de français connaissent... fait qui en dit long .... Quant à l’hommage d’Alain Soral, je l’avais trouvé magnifique (et bien sûr courageux), tellement profondément touchant que j’en avait sangloté ..... Merci cher Alain

     

    Répondre à ce message

  • #2279262

    Ça c’est le Alain Soral que je préfère : mesuré, précis (exactitude), reconnaissant et courageux dans son positionnement.

     

    Répondre à ce message

  • #2279295

    Mr le Professeur Robert Faurisson m’a montré la lune et comme elle, je réfléchis, notamment a cette éclipse empêchant au monde entier, la lumière Divine.

     

    Répondre à ce message

  • #2279340

    Très beau lapsus révisionniste de la présentatrice à 1.46 min les chambres à "gage"...

     

    Répondre à ce message

  • #2279519

    Grand Homme !

     

    Répondre à ce message

  • #2279550

    Un moment de silence pour l’extermination de l’objectivité journalistique....

    Bien que gênés, les journalistes à l’époque faisait encore un boulot (juste) correct, des faits en majorité, la petite touche victimaire (RIP la caméra), un juge rationnel et objectif devant la caméra, on sent que le sens du vent tourne la terre (com)promise mais ça reste timide.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents