Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Epée de David contre le Goliath misogyne

« Se tromper au sujet du problème fondamental de l’homme et de la femme, nier l’antagonisme profond qu’il y a entre les deux et la nécessité d’une tension éternellement hostile, rêver peut-être de droits égaux, d’éducation égale, de prétentions et de devoirs égaux, voilà les indices typiques de la platitude d’esprit. Un penseur qui, dans cette dangereuse question, s’est montré superficiel — superficiel dans l’instinct ! — doit passer pour suspect d’une façon générale. Mais il se trahit et se dévoile aussi. Pour toutes les questions essentielles de la vie et de la vie future, son jugement sera vraisemblablement trop « court » et il ne pourra les atteindre dans leurs profondeurs. » Nietzsche – Par delà le bien et le mal

Vous pourrez, ICI, lire l’interviouve de l’Épée levée contre les misogynes, et contre les « néoféministes » qui ont trahi « le féminisme historique ».

Usant de cette thèse pro-féminisme comme d’un marchepied, nous allons tenter en la critiquant, de faire apercevoir de loin, quelques lueurs de vérité traditionnelle au travers des brumes œstrogéniques du Kali Yuga. C’est le mieux que nous puissions faire devant la confusion sur ce sujet le plus profond, quand la virilité spirituelle se tient dans l’Agartha (comme mon roman dialogué L’Enfer de Don Juan reste confiné dans l’enfer des bibliothèques).

La revue Éléments demeurera pour nous la revue qui nous fit connaître « La métaphysique du sexe ». Mais le magazine qui parlait d’Evola évolue et avilit Evola. Aujourd’hui sur la question fondamentale du féminisme le périodique n’éponge que les flux abondants du néo-con Taguieff et d’ Eugénie Bastié.

C’est elle est la Dame du Lac qui a sorti l’Epée crypto-féministe des eaux.
Ainsi entre un antiféminisme néocon et un alter féminisme cucul, s’est glissé un crypto-féminisme concubin, celui de l’Epée, qui les a déjà réuni dans l’indigent dossier d’Éléments.
Leur caractère commun, particulièrement risible, c’est qu’ils accusent les féministes d’avoir trahi le féminisme historique, lors même qu’elles l’appliquent rigoureusement à la lettre, dans la plus stricte orthodoxie.
Il est indubitable que la virulence féministe a connu une accélération exponentielle ces dix dernières années, mais loin de correspondre à une révision doctrinale, à une trahison des principes, il s’agit au contraire d’un retour aux sources du féminisme intégral.
Lors des agressions sexuelles de Cologne, beaucoup s’étaient indignés de ce que la racaille féministe avait détourné vers les hommes en général, et « les blancs » en particulier, sa condamnation, en ignorant délibérément l’origine extra-européenne des agresseurs.
Depuis cet événement, on a commencé à entendre par ci, par là, que le féminisme était dévoyé, dénaturé, et que les féministes actuelles trahiraient la cause des femmes pour la cause de l’invasion migratoire.
Pourtant, dès les années 70 les féministes américaines appuyées par la CIA et les fondations de milliardaires comme la fondation Rockefeller, s’en prirent aux seuls Mâles Blancs hétérosexuels et firent leur possible pour détourner sexuellement les jeunes filles du blanc vers le noir, du WASP vers les dites « minorités opprimées ».

Soucieux ne pas avoir l’air trop néo-con, l’Epée de Rébellion ne s’en prend pas qu’aux seuls Muzz, peu s’en faut ! Il élargit sa critique tranchante à tous les « calotins indignés » dont « les prêcheurs mahométans qui vocifèrent contre les jupes trop courtes, la nudité au cinéma et la gauloiserie ... » Les jupes top courtes, la nudité au cinéma et la gauloiserie sont trois choses absolument distinctes. Ne pas les distinguer révèle un manque de distinction. Fourrer tout ça dans le même sac, c’est un peu court jeune homme !
Le jugement sur la longueur de la jupe dépend du caractère de celle qui la porte. Est-ce Aphrodite, prête à se donner, ou Mégère toujours prête à s’indigner ? Est-ce la libertine ou l’allumeuse ?
Si ces dames marchent le derrière à l’air et l’air sévère c’est parce que c’est leur Droit !
Et de par ce Droit sacré nous ne nous sentons plus libres d’aborder une donzelle qui se promène en nuisette en plein jour. N’ayant plus ni pudeur ni décence à faire valoir, elle a besoin du Droit, donc de la police. D’où le renforcement des lois sur le harcèlement. Le féminisme est l’habillage légal qui supplée aux jupons et culottes absentes.

La nudité au cinéma ? Vous voulez dire sans doute l’obscénité au cinéma ? Mais pour qui exhibe-t-elle ses charmes, en première et dernière analyse ? Pour le « cinéphile » ou pour Ben Cinema ? Quant aux gauloiseries, les obscènes « prêcheurs » de service, ou des Services, qui font du bon boulot au Bataclan ou en Syrie, ce qu’ils haïssent là dedans ce sont... les gaulois !

Or donc, l’Epée taille des croupières à tous les « puritains », à tous les « puceaux » et autres refoulés qui lisent Otto Weininger en suivant péniblement le texte de très petit sexe.
Car l’Epée n’est pas pieuse c’est là son moindre défaut. Il est une sorte de Don Juan cinéphile aimant « l’érotisme, l’humour, la drague, le cinéma, la séduction, ... la beauté et ... la différence des sexes » . Mais Don Juan l’impie loue la religion :

« En vérité, rien ne me paraît plus aimable que la femme chrétienne. Le christianisme est une religion taillée sure mesure pour la femme... » [1]

Cependant que l’impiété de l’Epée s’inscrit dans l’émancipation des femmes.

« Comme si une femme sans religion n’était pas pour un homme profond et impie quelque chose d’absolument répugnant et ridicule ». [2]

Disons, pour être aimable, que l’Epée est impie mais peu profond, semblable en cela à celles dont il se veut la lame.

« La femme est une surface qui mime la profondeur » [3]

 

Féminisme et progrès social

Toute honte bue, l’Epée lie féminisme et progrès social : « Le féminisme historique et la tradition de progrès social dans laquelle il s’inscrivait jusqu’alors ».
C’est une pure mystification !
Ce serait comme lier éternellement EELV, avec la défense de la nature. Ou l’Union européenne avec la défense de l’Europe réelle.
Rien, absolument rien de social, ne fut apporté par le féminisme : dire que le « féminisme classique défendait, presque de manière « corporatiste », les intérêts des femmes, que ce soit en matière de droits, de salaires, d’égalité, de liberté », n’est que de la récitation de perroquet qui répète stupidement, ce que sa maîtresse lui souffle.

La Parité obligatoire c’est de l’égalité, peut-être ? Mais le gouvernement féministe qui l’a octroyé, dans le même temps rétablissait le travail de nuit des femmes dans les usines ! Comme social on a fait mieux !
La contraception, l’avortement ? C’est ça le progrès ? Le sanglant avortement et l’abjecte Pilule, potion de magie noire en vue du noir pullulement.
Pilule qui casse le Cycle, le cycle des Lunes, il était de règle de dire dans les temps anciens d’une femme indisposée : elle a ses lunes.
Avortement qui anéantit la génération, qui met le nouveau né chrétien dans l’étable, sur la table sanglante.

Cela vous paraît un progrès ? Soit. Mais il est indissociable du progrès de la gynécologie médicale, de l’hygiène, de l’obstétrique, qui doivent tout à de certains hommes, les grands cliniciens mâles, les jeunes médecins accoucheurs comme Semmelweiss qui a dû lutter toute sa vie contre contre l’arriération des sages-femmes, et sauver la vie de millions de femmes.
Quel fut le rôle du féminisme dans ces progrès réels de l’hygiène et de la médecine ?
Strictement aucun.
Il s’est contenté d’organiser des monstrations pour exiger Pilule et Avortement pourtant généreusement offerts par l’État capitaliste.

On doit être indulgent devant la jeune Eugénie ingénue qui a peur que le bébé féministe ne soit jeté avec l’eau sale des menstruations des gorgones actuelles. Mais il est plus difficile de tolérer qu’un quidam grimpe sur des estrades pour répandre la plus commune mystification : lier ensemble féminisme et progrès social.

 

Féminisme idéal

« Le terme de féminisme est bien trop polysémique si on ne précise pas ce qu’on met derrière. »
Nous ignorons si le mot est polysémique, polysémite, ou policier, mais nous préférons considérer la chose. Le féminisme réel, celui qui se produit. Dans féminisme il y a féminin donc il est aimable en soi ? Pour l’Epée le beau visage souriant du féminisme (à l’image des féministes elles-mêmes), est altéré par le rictus guindé d’« un nouveau puritanisme d’inspiration féministe ».
Nouveau ? Mais dès l’origine les mouvements féminins furent des ligues de « tempérance » et de vertu, atteintes par le prurit puritain, démangées par « l’envie du pénal ».

Pour L’Epée le néo-féminisme n’est qu’un retour aux âges victoriens, au stupide XIX siècle ennemi des femmes : « Ne parlait-on pas, au XIXème siècle encore, ’’d’une personne du sexe’’ pour désigner une femme ? » dit il, indigné.
Ce n’était pourtant qu’une ellipse pour dire personne du beau sexe, mais il est vrai que cinquante ans de féminisme triomphant nous ont révélé la caducité de l’expression.
Parler de « personne du sexe » était aussi une compréhension métaphysique et psychologique sur la nature de le femme.

« Ce qui chez la femme inspire le respect et assez souvent la crainte, c’est sa nature, plus ’’naturelle ’’ que celle de l’homme, sa souplesse rusée de véritable félin, sa griffe de tigresse sous un gant de velours, la naïveté de son égoïsme, son inaptitude à se laisser éduquer, sa sauvagerie profonde, le caractère insaisissable, vaste et flottant, de ses convoitises et de ses vertus... Ce qui, malgré la crainte qu’on éprouve de ce joli et dangereux félin, inspire la pitié pour la femme, c’est quelle apparaît plus dolente, plus, vulnérable, qu’aucun autre animal, plus assoiffée de tendresse et condamnée à plus de désillusions. » [4]

Mais si l’on veut être résolument moderne, on peut aisément puiser dans la Science, avec le concept de néoténie. La néoténie c’est la « conservation de caractéristiques juvéniles chez les adultes d’une espèce. »
En d’autres termes, le corps féminin est plus juvénile que celui de l’homme par néoténie. En revanche, par compensation, dans sa psyché, « la femme mûrit plus tôt et davantage, elle est plus prudente, plus posée, de par son rôle de procréation et d’éducation des enfants. » (Philippe Cesse)
L’importance de la néoténie pour la biologie humaine a été étudiée par Desmond Morris dans ses ouvrages Le singe nu, ou La Femme nue. J’invite les esprits libres et curieux à les lire. « Les formes du corps féminin sont le résultat d’une longue évolution et servent d’autant de signaux sexuels pour attirer l’homme en vue de la copulation » explique Desmond Morris. La femme était bien la personne du sexe, des ongles vernis à la chevelure, du corps à l’âme. Si ce n’est plus vrai c’est tant pis pour elle...et pour nous.

Avec souplesse, l’Epée conspue le « raidissement des rapports entre les sexes voulu et promu par une partie de nos élites. »
Concernant les rapports entre les sexes, le raidissement n’avait jamais semblé aux stupides âges antérieurs une entrave à leur assemblage. (Et l’on aurait pu croire que nos élites promouvaient plutôt le raidissement entre personnes du même sexe.)

Mais reconnaissons que pour le féminisme historique le raidissement était effectivement très mal vu. Déjà en 1968 l’immense théoricienne Andrea Dworkin demandait fort intelligemment : un philosophe est-il encore philosophe quand il bande ? Sheila Jeffrey, autre égérie historique, considérée comme « la Simone de Beauvoir américaine », l’inspiratrice de la théorie du genre, démontrait brillamment que : les relations sexuelles entre un homme et une femme ne sont acceptables que lorsque le pénis de l’homme est mou.

D’ailleurs avec une logique de fer, contre le raidissement, des féminismes en 1972 avaient fondé le philanthropique SCUM ! Society for cutting up men. Faut-il traduire ?

On dira, l’Epée dirait, car on peut la faire parler sans crainte de se couper tant son alter féminisme domestique est prévisible, que ce sont des exagérées, des folles, des hystériques ! Mais c’est LE féminisme qui est exagéré, hystérique, irrationnel. Et il n’y en a jamais eu un autre. — Si tu en veux un autre il te faudra commencer par le fonder ! Et ce faisant, combattre avec l’Epée pour cette niaiserie de « l’harmonie entre hommes et femmes », tombant sous le coup du jugement de Nietzsche cité en exergue, auquel il n’y a rien a retrancher.

L’Epée a parfaitement le droit d’être crypto-féministe ou trotsko-féministe, cela relève de sa nature, de son instinct, mais il n’a pas le droit d’être à ce point ignorant du sujet qu’il prétend traiter en haut des chaires, en prêtant au féminisme des vertus qu’il n’a jamais possédé. Un simple regard historique, même superficiel, s’il ne suffit pas à révéler l’être du féminisme, suffit à dévoiler son apparaître, à découvrir ce que le féminisme a toujours dit et fait.

 

Avoir un problème avec les femmes

Les antiféministes et « la plupart des misogynes [qui ]sont de fieffés puritains » « font preuve d’une grande erreur d’appréciation, une erreur qui ne peut s’expliquer que par le problème qu’ils ont non pas avec le féminisme mais avec les femmes. » Ainsi parlait l’Epée de Damoclès qui pend au nez des misogynes....comme la verge de l’eunuque au gynécée.

Le mode de penser féminin dans toute sa hauteur. Le caniche crypto-féministe dans toute sa bassesse. Tu critiques le féminisme ? T’as un problème avec les femmes !
Et si c’était plutôt la soumission au féminisme qui ne pouvait s’expliquer que par la minable soumission du mâle de l’espèce à sa femelle ?
Les crypto féministes qui sont de fieffés lécheurs font preuve d’une grande servitude, qui ne peut s’expliquer que par leur dépendance non pas au féminisme mais à leurs bonnes-femmes. Ils pensent comme elles, petitement. La poule fait chanter le coq sur son tas de fumier.

Salomon dit « L’homme amoureux suit la femme comme un bœuf que l’on mène au sacrifice. »
Pas seulement amoureux, mais désireux de lui plaire.
Le bœuf contemporain en rajoute sur le féminisme. Sa réputation de virilité en dépend. Car il y a un chantage dans le soubassement de la doxa féministe. Un chantage sur le plan sexuel. Être féministe, ou alter féministe, ou crypto-féministe c’est d’abord valider la thèse démente de l’oppression immémoriale de F par H.
— Mais pourquoi H fait il ça ? Par pure cruauté ? Par ce qu’il est le plus fort physiquement, et qu’il en abuse ?
Il fallait une explication plus universelle et plus psychanalytique : la pseudo « domination masculine », procéderait d’une angoisse : celle de l’homme face à l’éros féminin, décrit comme insatiable et illimité. Face à lui, la puissance virile ne serait qu’une impuissance.

C’est le bobard fondamental. Face à cette exubérante libido, seul le mâle féministe serait à la hauteur de cet Eros insatiable.
Ce que spontanément ce dernier traduit par celui « qui assure », « qui sait bien faire jouir sa partenaire. » Tu critiques le féminisme parce que tu es un frustré. Là gît l’explication psychologique de la capitulation générale de H.

En vérité ce n’est pas le féminisme qui est dévoyé mais sa contestation.
La critique du féminisme pense dans et avec les critères du féminisme .
Un type qui prétend chérir la drague et l’érotisme dans la gynécocratie régnante, on ne voit pas bien ce qu’il peut aimer sinon la drague et la liberté sexuelle... des filles.

La soumission à la femme et au féminisme est la plus profonde, la plus inconsciente, elle trahit la race de l’âme ; ensuite idées et opinions coulent de source. Le féminisme n’est pas une idéologie mais une ontologie.
La virilité spirituelle ne s’acquiert pas par l’artifice comme les néo musculatures. Elle se traduit non par la fusion mais par la Distance.
Aujourd’hui, les mâles sont fiers d’être devenus d’authentiques gynécologues savants, leur problématique est toute centrée sur le cénacle humide de la gynécocratie., car « la femme domine maintenant l’homme en tant que celui ci devient esclave de ses sens », « l’homme devenant simple objet de plaisir manipulable » dit Julius Evola.
Qui ajoute : « la matérialisation de la virilité est la contrepartie inévitable de toute féminisation du spirituel. »

 

Se procurer L’Enfer de Don Juan de Félix Niesche chez Kontre Kulture :

 

La présentation de l’ouvrage par Alain Soral :

 

Notes

[1] http://www.kontrekulture.com/produi...

[2] Nietzsche – Par delà le bien et le mal

[3] Nietzsche – Par delà le bien et le mal

[4] Nietzsche – Par delà le bien et le mal

Se procurer L’Enfer de Don Juan de Félix Niesche chez Kontre Kulture :

 
 






Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1979895
    Le 5 juin à 21:28 par mik ezdanitoff
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Les femmes n’ont pas d’instinct civilisationnel, simplement maternel, ce qui est différent. Elles vivent le temps présent, sans se déplacer dans le temps et l’espace. Il fallait plus ou moins les "brider", pour faire perdurer notre civilisation. Regardez les lois qu’on promus, aussi bien les Romains Païens, que les rois Francs Chrétiens, les concernant.
    C’est à eux que nous devons ce que nous sommes aujourd’hui. Dans une marée égalitariste, les femmes jouissent en cœur, et ce au détriment de leur civilisation.
    Ceux qui veulent la détruire l’ont bien compris, en comptant sur elles principalement.

     

    Répondre à ce message

    • #1980243
      Le 6 juin à 13:45 par roman
      L’Epée de David contre le Goliath misogyne

      Lisez donc un roman vécu d’Irina Golovkina "Lebedinaïa Pesn" paru assez récemment en français sous le titre : Les Vaincus qui traite de la vie au quotidien dramatique des ci-devant déchus et persécutés (nobles et religieux) en URSS stalinienne dans les années trente, avec le reste de la société en toile de fond (koulaks, prolétaires, déportés, etc.).
      Beaucoup de femmes y apparaissent, vivant dans des conditions extrêmes (le passé soviétique est le futur français, disait un Russe). Leur caractère, leur force ou leur faiblesse s’y révèlent.
      Elles ont généralement un fort "instinct civilisationnel", pas toujours l’instinct maternel, nécessité faisant loi. En termes généraux, on peut dire que mieux elles ont été éduquées (discipline, devoir, politesse stricte, musique, lettres, sciences et environnement d’art et de beauté, famille aimante et vigilante) plus de force, de patriotisme et d’altruisme elles auront en cas de malheur. Mais ce n’est pas toujours le cas, bien sûr.
      Les mal élevées (sans honneur, dans la propagande perpétuelle), les vulgaires, les délatrices, ce sont alors et maintenant les femmes dites "prolétaires" des villes. Là encore, ils y a quand même quelques exceptions.
      Non, la femme, on ne la capte pas en trois mots. Il y en a tant. Mal éduqués, les hommes deviennent eux aussi délateurs et vulgaires.

       
    • #1980396
      Le 6 juin à 19:31 par jacquedechante
      L’Epée de David contre le Goliath misogyne

      J’ai rarement connu une femme qui savait profiter de l’instant présent, savoir, hors interaction à but socialisant : les relations sexuelles par exemple sont un instant présent mais avant tout une interaction socialisante, et dans ce monde matérialiste, elles sont presque du même ordre que de prendre une verre en terrasse, ou bronzer. Lorsque on est seul, on ne bronze plus, on s’en moque.

      Une femme qui sait observer le mouvement des oiseaux (pour savoir où elle va et non où les oiseaux se rendent) , des feuilles, et écouter silencieusement la nature ou le calme d’une chapelle...

      La femme a une tendance à suivre le calcul, la spéculation, si bien qu’elle trouve en le milieu moderne une sorte de familiarité qui la rassure et l’enivre, tout en la rendant passablement aveugle et sourde (le sourd connait-il le silence ?) un peu plus, dans des agitations qui la poussent à l’ immature, à l’espiègle, à la naïveté et bientôt à l’acide et dans le pire des cas au Nihilisme et à l’Orgueil : c’est deux derniers étant le portrait type de la civilisation en question, nommez-la comme vous le souhaitez.

      Mais de dire que les Rois très chrétiens ont engendré le temps présent est erroné : autant dire que la justice avance sur le fil rouge de la lame des crimes en une bénédiction. Et cela est une inversion totale des Valeurs bien comprises. Or, la justice avance au fil des nouveaux scandales et ne permettra jamais d’en éviter de nouveaux sans réviser son passé qui les a tous permis. Absurde.
      Louis XVI croyait en l’échange, mais catimini et mensonge sont la litière de certaines cultures, il a fait confiance. Trop gentil, il fut un mauvais Roi. Bien évidement, lui ne porte plus seul tout le poids de ce gigantesque échec sur ses épaules, mais, voyez le résultat. Le doute s’est généralisé tel un sponsor névrosant.

      Ils sont nombreux les êtres avançant sans tête, jusque dans quelconque chapelle, de la Famille aux groupes Médiatiques (même sur ce site, voyez les commentaires totalement disparates) sont érigés le doute et l’aveuglement comme humilité alors qu’il est l’orgueil qui consent à tous les sacrifices : la Peur trône.

      L’ignorance fini par nous faire avaler la cigüe et nous déclare héros de notre temps, dans un passé qui n’est qu’un futur qui meurt à petit feu.

      Une civilisation de l’émotion qui préfère ne pas voir, préfère le divertissement stérile à millions qui court après sa tête roulant vers la fatigue finale qui marque la fin définitive de la Vérité.

       
    • #1980462
      Le 6 juin à 21:15 par guili guili
      L’Epée de David contre le Goliath misogyne

      @jacquedechante
      Les reproches que vous faites aux femmes sont exactement ceux que beaucoup de femmes font aux hommes.

       
    • #1980507
      Le 6 juin à 22:53 par jacquedechante
      L’Epée de David contre le Goliath misogyne

      Bonjour, ce ne sont pas des reproches, il se pourrait, mais ce n’est pas le cas.
      Quelqu’un qui est abruti n’est pas responsable de ce qu’il est devenu : il a été influencé pour le devenir voire presque obligé de le devenir par une époque devenue tribunal.
      Je suis d’accord avec vous, ce que je mentionne est évidemment applicable aux hommes modernes également. Il me semblait que cela allait sans dire.
      Bien à vous.

       
  • #1979976
    Le 6 juin à 00:17 par Janus
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Félix... Je ne suis pas toujours d’accord avec vous mais par contre, quel style !! Et qu’est ce que je me marre !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1979995
    Le 6 juin à 00:46 par Ciceron
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Nietzsche – Par delà bien et mal

    et non pas

    Nietzsche – Par delà le bien et le mal

     

    Répondre à ce message

    • #1981466
      Le 8 juin à 13:11 par Paysan Breton
      L’Epée de David contre le Goliath misogyne

      Hi, Klugscheißer, si vous aviez vérifié vos sources au lieu de vous écouter parler ou vous regarder écrire, vous vous seriez aperçu qu’il s’agit d’un texte allemand, dont le titre français doit subir une opération qui s’appelle la TRADUCTION (tra-duc-tion) qui laisse au traducteur (donc pas à vous) la possibilité de choisir de traduire l’articile. Sachez donc que sur les huit traductions de l’ouvrage en français, seules deux omettent l’article, ce qui est pour le moins discutable.

       
  • #1980205
    Le 6 juin à 12:38 par Auri
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Je suis vraiment navré, je vais dire encore des choses qui fâchent mais comme d’habitude quand on parle de féminisme on passe son temps à se plaindre que les choses ne sont pas comme on voudrait qu’elles soient, c’est à dire qu’on pleurniche...

    Ça ne sert à rien de citer tout les défauts de la femme car la marée féministe monte et monte encore et toujours sans s’en préoccuper. On dit non mais non veut dire peut-être et peut-être veut dire oui, les règles que l’homme pensait faites pour lui sont maintenant en train de se retourner... Je me demande même s’il ne va pas finir violé par les féministes, ne sachant comment réagir. Ensuite on dira qu’il s’est laissé faire et que c’est parce qu’il le voulait bien dans le fond, vous voyez le genre ?

    Comme souvent dans une longue guerre quand un des deux camps fini par l’emporter, c’est rarement par une prouesse mais plutôt parce que l’autre s’effondre de lui-même.

    La féminisation de la société arrive, du moins pour les plus chanceux, pour les autres ce sera bonne-femmisation !

     

    Répondre à ce message

  • #1980209
    Le 6 juin à 12:47 par Japhet
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Et sinon, quelles sont les conditions d’existence du féminisme, hormis la bêtise ou la traîtrise des femmes et hommes qui s’en revendiquent, et les caractères orduriers de ceux qui le diffusent et/ou contribuent à sa diffusion, je pense aux juges et législateurs suprêmes, ainsi qu’aux aboyeurs dont la vilenie est aussi apparente que la truffe d’un chien ?

    Encore un nœud gordien de plus. Ça va le bondage, ou bien ? Vous aimez ça ? lol

    En même temps, le féminisme n’est rien en comparaison de la morbidité que les mêmes esprits retors ont pris soin également de propager. Lorsque ses fruits seront difficiles à ignorer, y aura-t-il encore des traîtres pour dire d’aller voter ou pour intimer l’ordre de ne rien faire ? Oui, bien évidemment.

    Quand vous serez complètement atomisés, entourés de débiles profonds, et complètement ligotés, quelle solution vous restera-t-il, sauf celle(s) que vous refusez déjà aujourd’hui ?

    Tout est dit.

     

    Répondre à ce message

    • #1980989
      Le 7 juin à 18:05 par europhobe
      L’Epée de David contre le Goliath misogyne

      Quelles sont les conditions du féminisme ?

      L’avènement de la société industrielle et la l’émasculation de l’Homme, voire du Père, qui a suivi. Pour faire court, ce n’est plus l’homme qui assure la pérennité de la femme et de sa progéniture, mais la société. Société qui d’ailleurs favorise les femmes, puisqu’elle exige de mettre son orgueil en veilleuse (la fermer devant le patron) et d’accomplir des tâches répétitives et peu transcendantes, deux qualités essentiellement féminines. La société réussit donc mieux aux femmes.

      Et dans ce cadre, les femmes ont senti les interdictions qui leur étaient faites au nom notamment de la cohésion sociale (famille) et du vivre-ensemble (société), comme illégitimes car profitant aux hommes, qui, de nos jours, ne servent plus à rien (même plus à procréer d’ailleurs, l’insémination artificielle pour les couples lesbiens étant autorisée).

      Je pense que ce sont les réelles raisons d’apparition du féminisme, et non pas une contestation idéologique de concepts abstraits (la contestation et l’abstraction leur étant plus difficile d’accès qu’aux hommes) qui serait spontanée chez chaque femme.

      On me répondra que c’est un complot du système : oui, c’est vrai, sauf que si celui-ci tient dans la durée, c’est parce qu’il est au moins en partie légitimite. Donc c’est à la fois en partie légitime et en partie poussé par le système (qui y trouve un intérêt).

      Personnellement, je le déplore bien sûr, parce qu’il est plus difficile de trouver une femme convenable (mais encore faut-il être un homme convenable). J’essaye néanmoins d’en faire une analyse impartiale, malgré toutes les passions que peut déchaîner ce sujet.

      Seule solution : retrouver ses couilles, botter le cul à tous les parasites et reprendre le contrôle de la société, qui deviendra naturellement moins aliénante pour chaque individu, car plus proche de la Nature.

       
    • #1982891
      Le 10 juin à 16:06 par Alderic-dit-le-microbe
      L’Epée de David contre le Goliath misogyne

      Il suffit d’appuyer sur le bouton "stop" du confort technologique pour voir rappliquer en courant, les nibards entre les mains, toutes les féministes et leurs chapons.

      Si elles continuent de nous casser les nouilles, c’est un retour vers l’age de pierre qui se profile à l’horizon, et ces foldingues iront moudre les grains de blé avec un bâton ou un caillou.

      Quant aux traîtres qui s’en revendiquent, à la couche ou dans la douche, c’est ainsi que le progrès social est bien ordonné.

      Je savais l’AF infesté d’anti-racistes, je découvre qu’il l’est aussi de féministes, de communistes, d’anti-capitalistes, et de grosses moches à lunettes aux sinus encombrés, qui distillent du marxo-débilitantisme, tout en prétendant faire de l’anti-féminisme. Les troupes de Besancenot auraient-elles fait de l’entrisme ? Des rescapés du communisme ? Avec des socialistes en son sein, cela me conforte définitivement à classer l’AF dans le rang de mes ennemis.

       
  • #1980632
    Le 7 juin à 09:25 par rivolta
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Du très, très lourd. Merci.

     

    Répondre à ce message

  • #1980696
    Le 7 juin à 11:45 par Mick
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Je viens ici une bonne part pour lire vos commentaires. Merci à ceux qui prennent la peine d’en rédiger.
    Ils sont de plus en plus intéressants, même si je suis loin d’être d’accord avec la plupart.

    C’est vraiment un aspect de l’intérêt de ce site.

     

    Répondre à ce message

  • #1981854
    Le 8 juin à 21:38 par Pierre Décembre
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    La vidéo de la conférence de Bordeaux de David L’Epée

    http://rebellion-sre.fr/videos-la-c...

     

    Répondre à ce message

  • #1982918
    Le 10 juin à 16:52 par Alderic-dit-le-microbe
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    « Le féminisme historique et la tradition de progrès social dans laquelle il s’inscrivait jusqu’alors ».

    Instinctivement, lorsqu’un individu use du mot "progrès", je serre les fesses, et s’il lui colle l’adjectif "social", je serre aussi les poings.

    Avec un jugement de valeur imposé ( notion de progrès qui ressemble au contraire à une régression des libertés à tous niveaux, à une aliénation totale ) + une immixtion dans les relations interpersonnelles (social), dans le flot des chiffres et lettres vertes qui défilent sur un écran noir, façon Matrix, se dessinent très clairement la silhouette d’un individu qui porte à son ceinturon, un collier et une laisse dont je devine qu’ils me sont destinés. Naturellement, je place ma jambe d’appui légèrement en avant, mon cœur accélère, et le questionnement " quelles contre-attaque" fait naître une profusion d’idées ingénieuses.

    L’amélioration suppose au moins la mesure et un objectif mesurable à atteindre. Le progrès n’a de sens qui si l’on définit le but à atteindre. Sans cela, la mesure de la progression est impossible. Or, la plupart de ceux qui usent de ces mots n’ont pas de projet, pas d’objectifs mesurables, en commun avec la majorité. Et pour cause : leur projet est exclusif, sectaire, et contient le parasitisme du plus grand nombre, via un abaissement général des niveaux de conscience.

    C’est pourquoi ce genre de discours apparaît comme du néant, du vent, du verbiage, pernicieux et sournois, qui en d’autres temps, recevait un coup d’épée ou de hache dans les dents. L’histoire française regorge d’exemples en la matière. Or, l’histoire repasse toujours les plats, le "revival" est un phénomène cyclique.

     

    Répondre à ce message

  • #1986634
    Le 16 juin à 07:23 par MagnaVeritas
    L’Epée de David contre le Goliath misogyne

    Insolite, subtil et pertinent,
    Félix Niesche grand comme l’océan !
    Cette fois, il fait rouiller une épée
    Qui n’a jamais été très affûtée.

    ça me rappelle que je n’ai pas renouvelé mon abonnement à cette revue trop élémentaire. En plus, ils étaient très désagréables par email. Et ils m’ont envoyé un exemplaire tout abîmé de leur autre revue, celle en crise, là. Je regrette de leur avoir donné tout cet argent... A la place, j’aurais mieux fait de m’acheter des caleçons.

    A propos du texte en lui-même, pour ajouter mon petit commentaire : ça fait un moment qu’on voit un genre d’énergumènes qui viennent systématiquement contredire salement les antiféministes et les virilistes. Ce sont les « amis des dames » de Soral, mais dans leur version agressive qui s’intéressent moins aux dames qu’à nous. Des genres de faux virils qui mendient l’approbation gynécocratique, effectivement. On trouve le même genre à propos du « racisme » et d’autres sujets polémiques. C’est ça, un « gauchiste structurel », pour moi.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents