Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Espagne déchirée : "viva Catalunya" à Barcelone, "Viva Franco" à Madrid !

Deux ans après le référendum d’autodétermination, la haine entre partisans et adversaires de l’indépendance catalane semble avoir atteint un point de non-retour. Cette région du nord-est de l’Espagne est sous tension depuis la condamnation, le 14 octobre, de neuf séparatistes. Une nouvelle manifestation est organisée samedi.

 

Le groupe de touristes russes a d’abord cru que les insultes lui étaient adressées, avant de comprendre qu’elles visaient en réalité les policiers de la Guardia Civil (garde civile) postés dans le secteur. Il est 11 heures, mercredi 23 octobre, et les premiers « feixistes » (« fascistes ») résonnent déjà dans la Carrer dels Comtes, la ruelle qui longe par l’ouest la cathédrale de Barcelone (Espagne).

Enroulés dans des drapeaux rouge et or, les partisans de l’indépendance de la Catalogne manifestent une nouvelle fois pour dénoncer l’emprisonnement de neuf dirigeants séparatistes pour « sédition » et « désobéissance ». Pour rythmer les slogans, Montserrat a sorti de sa poche son sifflet.

« Il est toujours quelque part sur moi, crie la retraitée de 66 ans au milieu du brouahaha. Je le garderai tant que Madrid ne reculera pas ! »

 

Ce n’est clairement pas la manifestation la plus garnie que la capitale catalane ait connue ces derniers jours, pas la plus violente non plus. Rien à voir avec les affrontements qui ont fait plus de 180 blessés, quatre jours plus tôt, dans le quartier des célèbres Ramblas, quand des groupes ont incendié du mobilier urbain pour en faire des barricades. Rien à voir non plus avec les jets d’acide et de cocktails Molotov que les Mossos (les policiers catalans) disent avoir reçus. Ou avec les heurts qui ont éclaté lundi 14 octobre dans les allées de l’aéroport, entraînant l’annulation de plus d’une centaine de vols.

 

« Porcs » et « persona non grata »

À y regarder de plus près, la condamnation des neuf dirigeants indépendantistes à des peines allant de neuf à treize ans de prison semble surtout avoir servi d’étincelle à un feu qui attendait d’être rallumé. Depuis la victoire du « oui » au référendum d’autodétermination organisé en octobre 2017, les tensions ont en effet atteint un point de non-retour.

Les noms d’oiseaux volent sur Twitter. Début mai, Nuria de Gispert, l’ancienne présidente du Parlement catalan, a par exemple traité de « porcs » les dirigeants de plusieurs partis opposés à l’indépendance, avant de supprimer son message. Quelques mois plus tôt, elle avait déjà demandé à Inés Arrimadas, la porte-parole du parti libéral Ciudadanos, pourquoi elle « ne retournait pas à Cadix », la ville d’Andalousie où elle a grandi.

C’est aussi que les prises de bec ne s’arrêtent pas toujours aux mots. Inés Arrimadas et le président du parti Ciudadanos Albert Rivera ont ainsi été déclarés persona non grata par la commune de Sant Andreu de Llavaneres, située au nord-est de Barcelone. Même « sanction » pour le socialiste Josep Borrell, qui n’a carrément plus le droit de mettre les pieds chez lui, à La Pobla de Segur. Une banderole a même été plantée à l’entrée du village. Elle traite l’ex-président du Parlement européen et actuel ministre des Affaires étrangères de « honte de La Pobla ».

Et, désormais, c’est à l’eau de Javel que l’on nettoie les sols où les responsables anti-indépendance se déplacent. Cette vidéo a par exemple été tournée en février dernier à Amer, après un meeting d’Inés Arrimadas. Balai à la main, des militants frottent en criant « Desinfectem ! » (« Désinfectons ! »). Le jour de sa venue, beaucoup de commerçants ont d’ailleurs choisi de baisser le rideau en signe de protestation. Cette ville est un symbole fort : c’est de là qu’est originaire le leader indépendantiste Carles Puigdemont, aujourd’hui en exil à Bruxelles.

 

[...]

 

Au fil de la conversation, Antonio finira par reconnaître s’être « radicalisé un tout petit peu » depuis qu’il a glissé son bulletin « oui » dans l’urne, il y a deux ans.

« J’ai 48 ans, mais si j’en avais 20, je ne sais pas si je ne serais pas en train de jeter des pierres contre la police, admet-il. Je justifie et j’accepte cette violence. Il faut se mobiliser pour changer les choses. Si ça doit passer par la violence, ça passera par la violence. [...] Il y a deux ans, on a levé les mains et on a pris des coups. Mais on ne va pas lever les mains à chaque fois. On n’est pas Jésus. Si on prend une claque, on ne va pas en prendre une deuxième. Si on te répond toujours non, tu fais quoi, toi ? » (Antonio)

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 


 

Ambiance très différente à 50 km de Madrid, avec la dépouille de Franco qui quitte son mausolée... sous les applaudissements de la famille. Il y a toujours deux Espagne.

 


 

La dépouille de Franco exhumée de son mausolée en présence
de son petit-fils, prétendant au trône de France

Le cercueil est sorti de l’imposante basilique creusée dans la roche du mausolée du « Valle de los Caidos » en milieu de journée, jeudi 24 octobre. Il était porté par huit membres de la famille de Franco, dictateur de l’Espagne de 1939 jusqu’à sa mort en 1975, dont son arrière petit-fils Louis de Bourbon, cousin éloigné du roi d’Espagne Felipe VI et considéré par les légitimistes comme le prétendant au trône de France.

 

 

La dépouille a ensuite été transférée par hélicoptère au cimetière de Mingorubbio dans le nord de Madrid, où repose déjà l’épouse du dictateur. Environ 200 personnes l’y attendaient malgré l’interdiction d’une manifestation par les autorités.

Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez avait fait du transfert du Caudillo une priorité dès son arrivée au pouvoir en juin 2018. Il souhaitait que ce mausolée, sans équivalent dans d’autres pays d’Europe occidentale ayant été dirigés par des dictateurs, ne puisse plus être un « lieu d’apologie » du franquisme.

Lire l’article entier sur lci.fr

 

Le tweet légèrement à contre-courant du progressisme ambiant

 

L’Espagne sous le feu du mondialisme :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Exhumation par la volonté et l’autorité des socialistes en Espagne...
    L’heritier du trône de France semble s’exécuter...
    Est-ce qu’il attend une autorisation du pouvoir macronien pour aller se sacrer à Reims ?
    La banque où le trône ?


  • Franco a épargné son pays en refusant d’entrer en guerre en 40. Il a ensuite bénéficié du plan Marshall tout en assurant l’unité du pays. Défenseur de la foi , grand pourfendeur de gauchistes , je comprends qu’il y ait des nostalgiques. Dernier point , faut vraiment être justement de gauche pour déterrer un cadavre.

     

    • Le gonze a pris 200 patates des Anglais pour reconstruire « son » Espagne, à la condition qu’il ne s’allie pas avec le caporal d’outre Rhin (qui pourtant lui avait filé un coup de main contre les anars).
      Un grand bonhomme en effet...
      Tiens, je vais allé relire le Contr’un d’Étienne :, l’autre, De la Boétie.
      À la tienne, Étienne !


    • FAUX !!!! L’ Espagne n’a jamais reçu l’aide du plan Marshall et à même subie un embargo des USA


    • et Gernika, c’était des gauchistes et des anars... ?


    • Pour Xuru.

      Guernica, mais aussi Belchite …

      C’est l’événement le plus controversé de toute l’histoire de la guerre civile espagnole. Le nombre de morts pour chaque événement varie considérablement suivant les opinions politiques des auteurs où des sources d’informations, l’exemple type c’est le bombardement de GUERNICA !
      Selon une bonne dizaine de sources, le nombre de morts varie, en commençant par le pire, de 30.000 (sur une revue dite "catholique" en France) à ... 156 victimes pour le meilleur (Paradoxe ! dans un hebdomadaire espagnol à tendance anarco-gauchiste).
      L’ouvrage La guerre d’Espagne de Hugh Thomas fait référence et beaucoup s’en sont inspirés. On retrouve ses chiffres, 1.654 morts et 889 blessés, et sa version des faits dans pratiquement tous les documents. Guernica comptait alors 7.000 habitants, on est loin des 30.000 victimes.

      Le Gouvernement Républicain avait demandé à PICASSO de peindre une fresque pour stigmatiser les horreurs de la guerre. Il se servit de ce thème pour mener à bien cette commande.
      Grâce à Picasso, le monde entier connait Guernica.
      Guernica est devenu le symbole de l’horreur fasciste en Espagne, mais avez-vous entendu parler de Belchite ?

      A Belchite 2.000 soldats nationalistes défendaient la ville, et il y eu aussi des victimes côté républicain, mais à la fin de cette tragédie on compta 6.000 morts.
      Deux cents personnes seulement réussirent à s’échapper et à rejoindre le camp nationaliste.

      Il y eut d’autres cas.
      Quinto de Ebro, "libérée" par la Brigade Abraham Lincoln, et où sur une population de 2.751 personnes il n’en resta que 1600. 160 ayant été tuées sur place, d’autres blessées, d’autres emmenées dans des camps de concentration. Quelques unes ayant quand même réussi à fuir. (

      Santa Maria de la Cabeza.
      " Informé de la situation, le général Franco autorise le Capitaine Santiago Cortès à capituler.
      Le capitaine repousse cette invitation et continue à se battre. Le 1er Mai 1937, plus de huit mois après le siège, les Miliciens et les Internationaux pénètrent dans le Sanctuaire de Santa-Maria de la Cabeza. Les murs du monastère flambent, le massacre est général.
      La plus grande partie des femmes et des enfants est cependant évacuée par camions.
      Les partis Républicains éviteront plus tard de mentionner ce récit. Pour les Nationalistes, il restera inscrit au Livre d’ Or de l’héroïsme au même titre que la défense de l’ Alcazar de Tolède.

      Thémistoclès


  • Quatre-vingts ans après la guerre civile, le feu couve à nouveau. Rien n’avait été réglé avec la transition "démocratique" de 1978 : loi d’amnistie, les caciques franquistes étaient restés en place.

    L’Espagne est une démocratie de pandereta, de tambourin, autrement dit de pacotille. Le roi est chef des armées. Son père, le criminel Juan Carlos, assassin de son propre frère, d’un coup de feu en pleine tête à bout portant dans les années 50 à Estoril au Portugal, où la famille royale était exilée, n’a jamais été poursuivi, jamais jugé. L’affaire a été classée sans suite ! Il accepta en 1969 le titre de roi d’Espagne comme successeur de Franco lorsque celui-ci viendrait à disparaitre au mépris de l’ordre dynastique, puisque son père Juan de Borbon n’abdiqua qu’en 1977.

    Il faut craindre que l’exhumation de Franco ne soit qu’un gage spectaculaire qui ne change pas grand chose à l’affaire. Cela dit, la présence du dictateur au Valle de los caidos, la vallée des "tombés", monument visible à des kilomètres à la ronde, construit par des prisonniers politiques dans des conditions inhumaines, était une insulte aux victimes républicaines de la guerre civile.

     

    • Plus que tout autre pays, l’Espagne est perclus de contradictions qui ne demandent qu’à ressurgir. Pendant que Sanchez représentant l’arc Républicain s’oppose aux derniers franquistes, la catalogne anarcho-gauchiste s’oppose au pouvoir, quelqu’il soit. On est revenu 80ans en arrière en effet.


    • "le criminel Juan Carlos, assassin de son propre frère, d’un coup de feu en pleine tête à bout portant dans les années 50 à Estoril au Portugal, où la famille royale était exilée, n’a jamais été poursuivi, jamais jugé"

      Les deux frères, homicide et victime, étaient âgés de 18 (Juan Carlos) et 14 ans (Alfonso) au moment des faits (1956). Dans la résidence d’Estoril, les deux jouaient avec ce pistolet un étage au dessus de l’étage où les adultes se trouvaient à ce moment là. Ils étaient seuls, non surveillés par les adultes, et le plus probable est qu’il s’agisse réellement d’un accident. Par ailleurs, la majorité d’âge légal et pénal est parfois supérieure à 18 ans selon les pays et les époques. Il faudrait voir ce qu’il en est du Portugal ou de l’Espagne en 1956 mais c’est peut-être pour ça que Juan Carlos n’a pas encouru de poursuites sévères. Laissons, bien sûr, planer un doute sur sa culpabilité ou son innocence. Puis de toute façon, une famille de cette teneur a les moyens d’étouffer une affaire pareille...

      Une réelle critique à adresser à Jean-Charles (Juan Carlos) est celle de mon commentaire en pied d’article que la rédaction d’É&R, apparemment, a décidé de ne pas publier. Ainsi soit-il.


    • @Pelagia

      Juan Carlos était cadet militaire à l’académie générale militaire de Saragosse au moment des faits : il venait de suivre 6 mois d’instruction prémilitaire et 6 mois d’instruction militaire intensive. Il ne pouvait ignorer le maniement des armes à feu.

      En 2012, le fils de l’infante Elena, petit-fils de Juan Carlos s’était tiré une balle dans le pied alors qu’il n’était âgé que de 13 ans quand l’utilisation d’une arme à feu est interdite avant l’âge de14 ans en Espagne.

      ...un pais de pandereta : un pays d’opérette...


    • J’ai répondu plus bas au sujet du meurtre de 1956. Bref, pour moi ce mystère reste entier.

      Tu cites souvent le premier vers du poème "El mañana efímero" ("Le Lendemain éphémère"), publié par Antonio Machado en 1913 et dédié au républicain espagnol Roberto Castrovido. Ni ce premier vers ("La España de charanga y pandereta"), ni aucun autre dans ce poème, ne disent que cette Espagne là est la seule Espagne existante. Relis le poème... et tu te joindras peut-être à moi : mon opinion est que depuis les révolutions bourgeoises des XVIIe et XVIIIe siècles les Occidentaux de la première moitié du XXe siècle, français, espagnols ou autres, ont adhéré à des idéaux certes très opposés (par exemple, en Espagne, républicains contre nationaux) mais en réalité ils étaient mus par la même volonté de maîtriser et de forger l’avenir. J’insiste, s’il te plaît relis ce poème que tu as déjà cité au moins deux fois. Car à la limite, en 36-39 en Espagne, les Carlistes voulaient peut-être œuvrer pour une "fixation" d’une certaine idée "traditionnelle" de l’Espagne, mais toutes les autres mouvances (anarchistes, socialistes, communistes, républicains, phalangistes, fascistes, nationaux-syndicalistes...) étaient pour les notions de révolution et de changement.

      Les camps opposés actuellement en Espagne et en Catalogne espagnole ignorent deux choses essentielles :

      1. La source commune des mouvements qui s’opposèrent pendant la période 1936-1939. Cette source commune est celle de la naïveté des motivations. Les mêmes motivations, mais en fonction d’informations ou de désinformations, pouvaient faire basculer un Espagnol des années 30 dans un camp ou dans un autre.

      2. Que tout cela, aussi bien dans les années 30 que maintenant, ne dépend pas de la politique intérieure de l’Espagne mais d’intérêts financiers internationaux.

      Moralité : d’une manière générale les Espagnols ne comprennent pas ce qui leur arrive, pas plus que les Français ne comprennent ce qui leur arrive en France. Les mécanismes psychologiques de l’égarement en politique sont les mêmes pour tout le monde depuis la nuit des temps, et au cours des 300 dernières années les minorités financières ne les ont que très bien exploitées pour ne jamais se faire détrôner.

      L’Espagne n’est pas un pays de tambourin et d’opérette, c’est d’ailleurs un pays merveilleux. Un vieux et noble pays de l’Europe. Vieux, noble et fatigué... comme la France. Il est important de faire la part des choses.


    • La Catalogne c’est 1/4 du PIB de l’Espagne et les Catalans, ces égoïstes veulent tout garder pour eux, ne pas banquer pour les claque-dents des autre régions espagnoles, à l’exception de Madrid et du pays basque, également riches .


    • @Pelagia
      Détrompe-toi, je ne cite pas ce poème mais j’ai recours à une expression passée dans le langage courant que j’avais traduite littéralement. Tu fais bien de m’inciter à relire Machado, il y a trop longtemps que j’ai délaissé la poésie.

      Tu as raison, l’Espagne est un pays magnifique, noble et fier qui mérite beaucoup mieux que les dirigeants qu’elle subit depuis trop longtemps. Il n’y avait aucun mépris vis à vis de l’Espagne ou des Espagnols : ils sont une partie de ma famille.


    • À Mariana : entendu… faisons donc la part des choses, comme je disais.

      À Philippe :

      "La Catalogne c’est 1/4 du PIB de l’Espagne et les Catalans, ces égoïstes veulent tout garder pour eux, ne pas banquer pour les claque-dents des autre régions espagnoles, à l’exception de Madrid et du pays basque, également riches"

      Je la connais cette rengaine, et depuis belle lurette que je la connais. Ces chiffres sont à mettre entre guillemets puisqu’ils découlent d’une conception de la richesse et de l’autarcie économique qui passe sous silence des pans entiers de la réalité. Ça fait des lustres que l’agriculture japonaise ne suffit plus à nourrir les Japonais tout comme cela fait des lustres aussi que l’agriculture catalane ne suffit plus à nourrir les Catalans. Pour ne pas parler de certaines matières premières de base auxquelles les Japonais et les Catalans ne sont pas prêts à renoncer. C’est pourquoi l’indépendance de la Catalogne est devenue un mal parfaitement réalisable : la puissance mondialisante de la finance internationale, si cela lui convient et si elle le décide, soutiendra cette indépendance et fera en sorte que l’économie de la Catalogne reste viable. Le reste de l’Espagne, et aussi la France, sont des pays parfaitement autarciques en ce qui concerne l’agriculture. L’Espagne, même sans la Catalogne, et la France, sont des pays qui pourraient parfaitement tenir un embargo international (comme Cuba l’a fait pendant longtemps). La Catalogne, elle, s’est une autre paire de manches : le moment venu, si ses petits copains de la finance internationale la lâchaient, elle n’arriverait peut-être pas à s’en sortir toute seule.


  • le seul côté positif de la situation espagnole, c’est que quel que soit le camps, les espagnols,hommes comme femmes , ont encore du sang dans les veines...

     

  • La guerre d’Espagne recommence, jusqu’où iront-ils cette fois ?!


  • Déjà Madrid pourrait leur donner un niveau d’indépendance égal à celui des Basques, sans attendre que des passionnés ne commencent à faire des attentats partout.

     

  • Franchement, c’est quoi ces histoires de prisonniers politiques dans un pays occidental.
    Les Espagnoles doivent se ressaissir : donnez l’indépendance à la Catalogne, négociez des accords. Et puis, c’est vrai que la Catalogne est la région la plus riche d’Espagne, donc l’Espagne n’a aucun intérêt à lacher la vache à lait espagnole.

     

    • @compris

      Toi tu n’as vraiment rien compris, qu’est que tu veux qu’on leur donne une médaille pour ce qu’ils ont fait ? Si ils veulent leur independence ils peuvent faire leur baguages et se casser a l’étranger, tien à la Catalgone Française par exemple parce que nous on se battera jusqu’à la dernière goutte de notre sang pour défendre l’unité de notre pays. Ces politiciens sont accuser de sédition. Dans n’importe quel autre pays occidentale SURTOUT en France là où les partis indépendantistes et les autonomies sont interdite mais aussi en Allemagne ou en Italie, ci une bande de politicards se soulèvent pour déclarer l’indépendance d’une région (la Bretagne ?) la France y aurait envoyer l’armée directement. Aux USA je ne t’explique même pas. Mais bon, fracturer l’Espagne a toujours été dans l’agenda des anglo-saxons et des Israëlites.


  • L’Élite Espagnole a tout fait pour que la Catalogne deviennent indépendante.

    L’Espagne est foutue depuis qu’elle a accepté le retour des bannis. Ce fut la cas de l’Angleterre avec Cromwell, de la France avec Napoléon.

    Et dès que les bannis reviennent dans un pays, ils détruisent tous les descendants de ceux qui les ont bannis en déclenchant des guerres.

    En Espagne ils arrivent même a déterrer les morts. C’est un symbole, comme l’incendie de Notre-Dame.

    Serrez les fesses, cela va secouer.


  • La reine morte....un pape extrait de son tombeau par son successeur pour y être juger....Ces exhumations politiques sont légions sauf qu’on pensait que cela appartenait à l’Histoire....Éternel retour du concret et des traditions comme dirait l’autre... !!!

    Sinon,Franco voulait être inhumer auprès des siens...la décision prise en 1975 ne lui appartenait pas.. !!


  • Il faut bien être de gôche et ne rien vouloir oublier (comme une certaine communauté !) pour virer de son mausolée la dépouille d’un grand homme tel Franco qui a joué finaud et ne s’est pas lancé dans la guerre mondiale avec les deux autres dictateurs.
    Et qui encore cherche la noise si ce ne sont ces sosos espagnols ? On remarquera aussi que "les autorités" de l’Eglise Vatican 2 et grandgousier de François n’ont pas pipé mot. Il parait que l’Histoire se répète ?...

    Quant aux indépendantistes catalans, personnellement comme français je n’ai rien à en dire si ce n’est que " l’état profond européen" a du bien les travailler pour mettre là encore son petit bousin. Fracturer les nations et créer de la discorde au sein des peuples voilà tout ce que ces néo-dictateurs sont capables de faire...

    Ô Christ Roi que nous fêterons dimanche, nous vous en prions, venez, venez vite mettre de l’ordre dans ce monde de dingues et de pervers...

     

    • Un homme qui a commencé sa "brillante" carrière en 1934 en réprimant dans le sang la révolte des mineurs des Asturies (sur ordre du gouvernement républicain). La répression de Macron contre les gilets jaunes est une peccadille en comparaison !

      Qui a donné un pont d’or à Franco pour qu’il accède au pouvoir ? Pas les nazis, pas les fascistes mais les Anglais. C’est un avion anglais qui l’a ramené du Maroc en Espagne...


    • @Mariana

      Qui est le plus coupable, le gouvernement républicain qui a donné l’ordre de réprimer ou le militaire qui obéit aux ordres ?
      Cette république certainement de même inspiration que la nôtre avait donc très mal commencé sa carrière et portait en son sein tous les démons futurs...

      Quant à l’avion anglais qui a selon vous transporté Franco du Maroc jusqu’au terrain d’affrontement espagnol c’est peanut comparé à l’aide du gouvernement nazi aux troupes de Franco. Guernica, ça vous parle ?
      Dans une guerre civile il n’y a ni bons ni méchants et la difficulté est d’assurer avec certitude qui a commencé les horreurs. Il me semble que les pauvres religieux et religieuses qui ont été massacrées par les républicains alors qu’ils ne représentaient que l’église catholique montrent à quel niveau de haine en étaient arrivés ces républicains qui n’avaient rien à envier à ceux de 1789, les nôtres. Qu’il y ait eu ensuite des vengeances du camp franquiste n’est que très classique dans ce genre de conflit interne. Cela s’appelle "la production en dépendance"...


    • Il y eut des militaires qui refusèrent de tirer sur le peuple, en assumant toutes les conséquences et qui ne se rangèrent pas non plus derrière Franco lorsqu’il gagna la guerre. Ils perdirent tout sauf l’honneur.


    • @ Vicktor Von Berg
      Tout a fait daccord avec votre commentaire, ça fait plaisir. Ne pas oublier aussi le lache assassinat de J.A Primo de Rivera par ces memes Republicans socialiste qui vont aujourd’hui de democrates

      Les commentaires de Mariana me font rappeler un peu ceux de la passionaria ou de Anne hidalgo. Elles ont une haine de l’homme virile patriote et de l’eglise catholique. Franco a fait beaucoups plus pour l’ouvrier Espagnol que le PSOE.


    • Franco, un homme viril ? Vous plaisantez j’espère. C’était un pantin, comme Macron aujourd’hui.

      Il n’est pas arrivé au pouvoir par sa propre valeur mais parce que l’oligarchie l’y a placé. Quand le modèle était dépassé, la même oligarchie a créé le régime actuel avec les mêmes relais de pouvoir. Felipe Gonzalez (président socialiste, commanditaire des GAL) quelques années avant la mort de Franco portait la chemise brune et faisait le salut franquiste ! Le "destape" qui a induit l’explosion des codes moraux s’est produit 10 ans après 1968 mais la corruption des mœurs a été accélérée avec un matraquage de films à la télévision à des heures de grande écoute qu’on aurait interdits ici aux moins de 18 ans . Almodovar faisait la fiesta avec la petite fille du caudillo et Juan Carlos était un noceur invétéré ! Tout ce beau monde se bâfrait aux frais des petites gens. Quant à l’urbanisation qui a massacré toute la côte méditerranéenne, le modèle de développement franquiste, elle s’est faite à la va-comme-je-te pousse au mépris de toute la civilisation traditionnelle.

      Les vœux de Noël de la fille du dictateur sont un modèle de communication : Franco n’a jamais rien su faire d’autre que de lire son prompteur !

      https://www.youtube.com/watch?v=q8Z...


    • @El Cid

      (Algo presuntuoso el seudonimo, no ? Un peu présomptueux le pseudo, non ?)

      À court d’arguments vous répondez par l’insulte : où avez-vous vu de la haine dans mes commentaires ?

      Finalement, vous recourez aux mêmes techniques, à la même tendance à l’invective que les détracteurs de Soral qui, ne souhaitant pas débattre, lui prêtent on ne sait quelle haine, on ne sait quelles idées ou quelles intentions, pour éviter les questions qui fâchent. Ce n’est pas très viril !


    • @ Mariana
      C’est quoi un homme viril pour vous, une grosse fiotte genre papacito avec des tatouages partout ? Franco était un Général de la Légion Espagnol, un bon stratège, il a combattu en Afrique du nord et c’était un héros de le guerre civile alors rien à voir avec Macron. Franco tout comme Napoléon et Poutine sont petits physiquement mais grand entant que figure historique. Le Prof Faurisson était virile en soit de la manière où il a vécu s’en se soumettre.

      Comme les détracteur de Soral ? N’importe quoi, je viens de l’entourage de Pedro Varela et j’aime bien Soral. Je ne t’ai pas insulter je t’ai juste remise à ta place. Tout ce que tu fais c’est diffamer Franco dans tout tes commentaires donc je me dois de défendre ça mémoire surtout que tu ne connais absolument rien de l’histoire d’Espagne. Tu t’ais fait tout un caca mental sur Franco et la guerre civile hallucinant , tu rabâches la propagande anti Franquiste des "démocrates" de la transition de 78.

      Même mon communiste de grand père qui a combattu dans le camp républicain et qui a l’époque détester Franco, quand il voit aujourd’hui toute la dégénération ambiante, il avoue que la vie était beaucoup mieux du temps de Franco et qu’il a fait beaucoup pour l’Espagne et les travailleurs Espagnols et ses jours ci avec la profanation il est dégoûter. Alors renseigne toi mieux sur Franco, la guerre civile ou au moin ne raconte pas de bêtises par ce que c’est irritant. C’est pour ça que je tais comparer à Anne Hidalgo, je perçois la même hystérie.


    • Franco n’est pas le héros que vous décrivez. Il représentait une partie de l’armée factieuse qui n’a jamais rendu les clefs de la maison au pouvoir politique légal. Notez bien que je ne mets pas tous les militaires dans le même sac. La médiocrité actuelle ne représente aucune rupture avec le franquisme, elle en est l’héritage.

      Vos coups de gueule derrière votre écran d’ordinateur me sont indifférents.


    • Mariana
      Peut etre pas pour vous mais pour les milliers de catholiques qui se sont fait genocider par les hordes de bolcheviques Franco etait leur seul espoire.

      Rendu les clefs a qui, aux politiciens de tour ? La seule raison pour laquel l’Espagne etait la 8eme economie Mondiale en 1975 c’etait grâce a Franco. La transition "democratique" a detruit le pays en 40 ans.


  • Les séparatistes catalans sont vraiment abrutis fini, et je ne dis pas ça parce que je suis de Madrid et Franquiste,mais ils sont vraiment vraiment cons, psychiatriquement cons.il faut voir les trucs qu’ils font avec leur foulards jaune c’est a mourir de rire, ils sont devenu une secte de tocards. La majorité ne sont même pas Catalans de souche.

    Concernant la profanation de Franco tout ce que je peux dire c’est que leur réconciliation de 1978 et leur Democracie maintenant ils peuvent se la mettre dans le fion. J’éprouve une haine profonde pour Sanchez, je ne rêve que de lui éclater la tête. Les socialistes sont courageux avec les morts mais tellement LÂCHENT avec les vivants. Quand Franco était en vie ils les faisaient tous courir comme des poules

    Malheureusement je prévois une guerre civile dans mon pays d’ici a 10 ans. On dirait que tout est planifier pour éclater le pays, George Soros le pôte a Sanchez travaille là dessus.

     

    • Tout est planifié pour qu’il n’y ait plus d’États Nations sous la bannière du mondialisme, de la banque et des lascars non élus des peuples. Et comme de tout temps, des temps claniques aux premières civilisations il y a eu des dissensions entre les groupes d’hommes, il suffit au Malin de raviver le feu qui couve au moment opportun et c’est reparti mon Kiki.
      Même si je saisis la ferveur de votre propos, l’adhésion partisane qui est la vôtre, vous êtes malheureusement l’exemple type de ce qu’il ne faut pas faire : se dire « ceci », bien évidemment mieux que l’autre, en l’insultant puisqu’il est supposé être con. Celui d’en face n’a dès lors et surement aucune envie de traiter avec « vous ». Du reste, pense-t-il peut-être la même chose jusqu’à l’exprimer. Croyez bien que votre ennemi n’est pas intérieur : il est extérieur et insinue sa face camuse de vipère dans ce qui fait, non pas vos ressemblances d’avec votre prochain, mais vos différences : jusqu’à les rendre incompatibles plutôt que complémentaires.


    • Le fait de n etre pas catalan a 100 % n empeche en rien pour un individu d épouser un combat politique et de se battre pour une cause
      En outre , on peut ne pas etre Catalan d Espagne du tout et partager leur désir ardent d autonomie
      Ca n est pas un argument pour balayer leurs revendications , votre raisonnement vole très bas
      Pendant la guerre civile Espagnole des dizaines de milliers d etrangers sont bien venus combattre dans les brigades internationales aux coté des républicains Espagnoles , ils étaient italiens Français Américains Russes
      Ensuite , les 13 colonies anglaises qui se sont implantées en Amérique n étaient pas du tout mais pas du tout de la région et elles se sont bien battues pour obtenir leur indépendance et fonder les USA
      D autre part et contrairement a ce que vous dites la population catalane d Espagne est restée fixée sur sa terre car elle est la + riche d Espagne et son activité économique se porte très bien
      Il s agit d une population assez homogène car on ne quitte pas une terre et une région riche meme si des apports venus de l étranger se sont opérés au fil du temps , la population est essentiellemnt du cru
      Quant à votre prochaine guerre civile il n y a aucune fatalité
      Pendant la guerre civile de 1936 1939 SORROS n y était pas pour grand chose cette fois


  • Et dans d’autres pays on dit "viva" sur la gaypride...


  • Climat de guerre civile, enfin d’après ce que j’en lis. Ces gens représentent combien de personnes à travers l’Espagne ?

    J’attends l’avis de Mr Klein.


  • Au moins le maréchal à l’Ile Dieu est tranquille. Seul les fidèles viennent se receuillir. Pas de provocation. Du respect.

    AUX MORTS DE FÉVRIER
    Les derniers coups de feu continuent de briller
    Dans le jour indistinct où sont tombés les nôtres.
    Sur onze ans de retard, serai-je donc des vôtres ?
    Je pense à vous ce soir, ô morts de Février.
    5 février 1945

    Robert Brasillach

     

  • Ce "gouvernement" socialo-hystérique espagnol est en train de démolir l’Espagne avec son sectarisme :
    D’un coté il manipule la "justice" pour faire condamner des leaders catalanistes, pourtant démocratiquement élus, à des peines totalement disproportionnées et complètement délirantes …..
    Et d’un autre coté, il réactive les haines anciennes, qui ont amené ce pays à la guerre civile au siècle dernier, en faisant déplacer la sépulture de l’ancien chef d’état espagnol, qui avait gagné cette guerre, en choquant gravement ses partisans et de très nombreux espagnols, qui ne souhaitent que l’apaisement des vieilles blessures historiques …..
    Je crains que tout cela ne finisse très mal pour ce peuple, qui a pourtant déjà très largement souffert par le passé !!!

     

    • Démocratiquement élus, qui font un référendum truqué en bourrant les urnes, qui mentent sur les nombres de manifestants en gonflant les chiffres, qui sont réfugiés à Bruxelles, qui sont soutenus par toute l’oligarchie euro atlantiste qui vise à détruire les nations européennes via le projet des euro régions...
      M. Rufian, un indépendantiste hystérique a déclaré que la légalisation du cannabis faisait partie de leur ’’projet de société’’. Qui peut croire un instant que ces gens veulent défendre la culture, la tradition, la langue, la terre ?
      Ils veulent faire de la Catalogne un vulgaire paradis fiscal américanisé.
      Ils ne veulent pas la Catalogne indépendante, ils veulent l’Espagne détruite.
      Ce sont des gauchistes féministes hystériques qui comme nos féministes ici terrorisent tous ceux qui ne pensent pas comme eux, c’est-à-dire la majorité anti indépendantiste.
      Ça les gène d’être espagnols, mais ça ne les gène pas d’être américanisés à mort et finir comme le Cuba d’avant Castro.
      Cette minorité d’indépendantistes catalans soutenue à bout de bras par Soros et l’UE, et dont le prochain projet consiste à démembrer la France avec le Roussillon, afin d’étendre leur espace vital ne mérite aucune considération.


  • 1939 – 31 mar s : Toutes les villes espagnoles sont aux mains des Nationaux. Mais Franco a bien des raisons de ne pas se réjouir.
    Il aurait déclaré : "Franco ne fait pas la guerre à l’Espagne, Franco libère l’Espagne. Je ne peux pas me permettre de détruire un ennemi, une ville, un champ, une usine, un centre de production. C’est pour cela que je ne peux pas me presser. Si je me pressais, je me conduirais comme un étranger. "

    Franco va aussi devoir refuser de s’engager au côté de Hitler dans la guerre qui vient.

    Par contre, Franco l’ignore sans doute encore : ce 31 mars débutait une autre guerre, qu’il allait perdre : celle engagée par le 3e front.

    Le 3e front avait 3 objectifs, 3 ennemis à abattre : Franco, la droite, et l’Église. La méthode allait être l’amalgame : associer ces 3 ennemis au fascisme et au nazisme.

    1946 – 26 févr. Le socialiste Felix Gouin succède à de Gaulle le 20 février ; il va presque immédiatement couper tout trafic commercial entre la France et l’Espagne.

    1946 - Blocus des pays européens envers l’Espagne de Franco.
    La famine qui s’ensuit entraine un bilan équivalent à celui de la guerre civile : environ 1 million de morts.
    L’auteur de ces lignes (Roberto Bueria Julian) avec ses parents - comme tant d’autres espagnols- s’exileront en France pour survivre.

    Extraits de "Le choc des 2 Espagne" de Roberto Bueria Julian - 2007
    Roberto BUERIA JULIAN est né pendant la guerre civile. Une révélation libérera sa pensée : la confession d’un proche avouant avoir délibérément martyrisé et assassiné 3 prêtres sans aucune raison.

    Thémistoclès

     

    • En ne se pressant pas, Franco put liquider tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un opposant.

      D’effroyables atrocités furent commises dans les deux camps.


    • @anonyme, votre commentaire est criant de vérité. Quelle différence entre Franco qui libère l’Espagne et nos "amis américains" qui font la guerre à la France en juin 1944...et qui rasent des villes entières pour rien avec les morts que cela engendre...
      Autre chose : le comportement des socialistes français en 1946 est symptomatique de leur cruauté et haine viscérale qu’ils ont toujours entretenus envers l’Eglise et l’Espagne franquiste. Cette Espagne franquiste qui, au moment de l’embargo imposé par les USA au Cuba socialiste de Fidel Castro, a continué à commercer avec elle, et lui livrer toutes les denrées dont elle avait besoin. Alors c’est qui les méchants ?


    • Merci pour ce petit détour historique, Thémistocle. Je ne m’intéressais pas vraiment à l’Espagne contemporaine et la seule chose que je savais de Franco se résumait à ce que j’ai appris à l’école, soit Franco = facho. Je réalise aujourd’hui qu’il avait plutôt l’épaisseur d’un De Gaulle ou d’un Pétain de par chez nous.
      Bref, je vais me pencher dessus :)


      « D’effroyables atrocités furent commises dans les deux camps. »

      Oui, Mariana, on appelle ça la guerre.


    • @ZÉRO
      Vous n’avez pas voulu comprendre le sens de cette remarque, c’est dommage.

      À propos, j’ai répondu à votre question sous l’article du temple de Jérusalem.


  • Le PSOE a fait alliance avec les terroristes Basques PNV et Bildu, et aussi avec les terroristes du CDR catalans, pour rester au pouvoir , George Soros a visité Sanchez des son investiture il y a 2 ans , c"était pour prendre le thé ? Flamby etait lourd , mais Pedro le dépasse, les francs macs se couvrent , Puigdemont n’est pas inquiété et Torra continue sa propagande destructrice . les Espagnols commencent à se rendre compte ....


  • Les socialistes semblent tirer un immense plaisir en déterrant des morts.

    Ils font ça en Egypte, où ils sont en extase devant des tombes et des cercueils, ils admirent des cadavres, en Espagne ils déterrent aussi les morts, c’est une grande passion qu’ils vivent au grand jour comme si tout cela était parfaitement sain, et donc normal.

    Celui qui ne voit pas que c’est l’amour de la mort qui dirige les actes et les pensées des autorités un peu partout dans le monde, et que nous sommes sous domination de nécromanciens, celui-là le fait exprès . . .

    Même aux USA, les sociétés de la haute bourgeoisie vénèrent la mort, certaines via des os et des cranes.
    Quant à la France, n’en parlons pas. Un mort en croix a longtemps été son totem, loin devant le coq, animal solaire qui annonce la venue du tout puissant, celui dont la caresse peut se transformer en four.

    Le malsain qui règne sur le monde est difficile à ignorer, même s’il est présent partout et que par l’habitude, nos sens pourraient se laisser berner, un peu comme on ignore la nouvelle coiffure de sa femme.

    Une question parmi d’autres : est-ce que ceux qui répandent le malsain se rendent compte de l’image, des sentiments, et des idées qu’ils font jaillir autour d’eux, et qui finiront immanquablement par les remiser avec leurs idoles dans des boites en bois dans le meilleur des cas, dans des urnes pour les autres. On a l’impression qu’ils souhaitent avancer cette échéance. Bizarre . . .

    En même temps, finir dans une urne, n’est-ce pas l’accomplissement suprême des élus ? Est-ce de ma faute s’ils sont tous socialistes ?

    La langue Française est pleine d’humour. . . Elle annonce l’avenir d’une façon remarquable. Ceux qui ont fait notre vocabulaire sont des plaisantins, c’est certain.

     

    • Votre long développement implique un petit rappel :

      ¡Viva la muerte ! : Vive la mort, tel était le cri de ralliement des franquistes en 1936 !

      Miguel de Unamuno, avait été rétabli dans ses fonctions de recteur de l’université de Salamanque par les franquistes car il avait manifesté publiquement son opposition au front populaire, cela ne l’empêcha pas de tenir un discours mémorable le 12 octobre 1936, jour de la fête nationale, à l’université de Salamanque devant un parterre acquis au franquisme. On retint sa formule célèbre "Vous vaincrez mais vous ne convaincrez pas !" ou encore "Vaincre n’est pas convaincre !" Extrait :

      Mais maintenant, je viens d’entendre le cri nécrophile et insensé ¡Viva la muerte !. Cela revient à entendre "Mort à la vie" ! Et moi qui ai passé ma vie à composer des paradoxes qui excitaient la colère de ceux qui ne les comprenaient pas, je dois vous dire, comme autorité en la matière, que ce paradoxe me semble ridicule et repoussant. De façon excessive et tortueuse, il a été proclamé en hommage au dernier orateur, en témoignage de ce que lui-même est un symbole de la mort. Le général Millán Astray est un invalide, il n’est pas nécessaire de dire cela en baissant la voix. C’est un invalide de guerre. C’était aussi le cas de Cervantes. On ne touche pas aux extrêmes s’ils nous servent de norme. Mais malheureusement, en Espagne il y a aujourd’hui trop de mutilés et, si Dieu ne nous aide pas, sous peu il y en aura encore bien davantage. L’idée que le général Millán Astray puisse dicter les normes de la psychologie des masses me tourmente. Si la grandeur spirituelle de Cervantes fait défaut à un mutilé, il faut s’attendre à ce qu’il trouve un terrible soulagement à voir se multiplier les mutilés autour de lui. Le général Millán Astray n’est pas un esprit noble : il veut créer une Espagne neuve, à sa propre image.

      On ne touche pas aux extrêmes s’ils nous servent de norme. Traduction difficile de Los extremos no se tocan si nos sirven de norma. qui mériterait une élucidation mais chacun peut faire ses propres recherches...


    • Merci .
      votre commentaire est magnifique et remarquable...


    • @Mariana

      c’est FAUX !!!! VIVA LA MUERTE "vive la mort" est le cri de guerre de la Légion Espagnol jusqu’à aujourd’hui. Cela ve dire qu’ils n’ont pas peur de la mort et sont prêt à mourir pour la Légion. Franco était Légionnaire et seulmement les Légionnaires ou ex Legios emplois el VIVA LA MUERTE mais cela ne veut pas dire que c’est un cri Franquiste, c’est seulement pour la Légion.

      Millan Astray était un grand soldat et très instruit rien à voir avec le personnage colérique demi abruti que le nouveau film propagande de Amedanar subventionner par le parti socialiste essaye de le présenter.

      Les nécrophiles ceux qui profanaient les tombes de prêtres et sœurs catholiques pour se prendre en photo avec tout en rient c’était vos "héros" du front populaire socialistes anarcho et autres raclures. On le voit jusqu’à aujourd’hui que les socialistes adorent la culture de la mort, pas la mort héroïque du VIVA LA MUERTE des Légionnaires, mais la mort macabre nécrophiles satano-masonique de la gauche bobo, que ce soit labortement, l’eutanasie, la pedophilie d’élite, la destruction de nos cultures et profanation de cadavres pour gagner des voix électorale et peut être même pour faire un rituel massonique par derrière.

      Franco a toujours parler d’une conspiration judéo-massonique d’ailleurs la massonerie était interdite du temps de Franco pareil que l’usure (que plutart F.Gonzalez du PSOE à remis) ajouter à ça qu’il n’a jamais accepter l’état d’Israël et c’était rapprocher des nationalistes arabes comme Nasser, on peut comprendre aujourd’hui cette obsession de la part du parti socialiste et du silence de la droite libéral du PP pour profaner ça tombe et l’humilier une fois mort après 44 ans......hein Mariana ?

      Donc tout à fait d’accord avec le camarade @envolées-des-incultes


    • Je n’y avais pas pensé mais c’est vrai ce que vous dites !
      Rappelons nous de la fascination que Mitterrand avait pour les cimetières, flâneries au milieu des tombes , interrogations sur les fins de vies , meme dans les details les plus scabreux, auprès des intellectuels ou même des voyantes .
      La mort comme une fascination
      Inquiétant et morbide.


    • "Viva la muerte" (vive la mort) n’est plus un cri de ralliement au sein de la légion espagnole depuis au moins la mort de Franco. Par contre la légion espagnole a conservé son hymne "Novio de la muerte" ("Le Fiancé de la mort"), où le vers "soy novio de la muerte" (je suis un fiancé de la mort) est chanté à la première personne. Aussi, la légion espagnole a pour devise "novios de la muerte" (fiancés de la mort).

      Dans "viva la muerte" ou dans "novios de la muerte" la mort en question est la propre mort, celle du légionnaire, pas celle d’autrui. Toutes les armées du monde ont fait recours à des cris de ralliement et à des appels à la bravoure, tout cela pour encourager à mépriser la mort et le danger au moment des combats. Conclusion : rien de neuf sous le soleil, ne fantasmons pas trop de bêtises s’il vous plaît, et n’inversons surtout pas la réalité, nos adversaires le font déjà assez bien sans notre aide.


  • Prochaine étape probable de ce gouvernement socialiste ; expulser l’Église Catholique de la Cathédrale de Cordoue en Andalousie pour en faire un centre interreligieux laïc...

    Pour l’instant le nouveau maire de droite José-Maria Bellado élu en mai, tiens bon et a fait annuler toute procédure visant à exproprier l’Église, là ou l’ancienne maire a tout fait pour éjecter l’Église...
    Mais jusqu’à quand...
    https://fsspx.news/fr/la-cathedrale...

     

    • Dans la mosquée de Cordoue (car en Espagne elle est depuis longtemps connue comme "la mezquita de Córdoba") ça fait des années, avec l’avènement de la démocratie, qu’à l’intérieur il y a un espace mosquée et un espace synagogue, cela à l’image des sociétés modernes multiculturelles. Donc, de facto, ce "centre interreligieux laïc" existe depuis longtemps.

      L’Espagne… pays "moderne" où coexistent les trois monothéismes, le bouddhisme, et toutes les religions légalement acceptées par la constitution de 1978... seulement, voilà, lorsque les trois monothéismes coexistent sur un même territoire, l’un des trois a une vilaine tendance à dominer les deux autres. Je vous laisse deviner lequel.


    • Si la démocratie espagnol s’est construite avec les mêmes que la notre (ça ne fait aucun doute), il n’y a aucun à crédit lui donner quand à ses envies de faire de cet endroit un lieu multireligieux.
      Non, son intention est clairement anticatholique.

      En effet le monument de Cordoue était une mosquée (construite sur une ancienne basilique chrétienne) et est appelé affectueusement "mezquita" par les habitants, aujourd’hui il ne l’est plus et n’a pas vocation à le redevenir.

      Si l’on se fie au culte qui y est pratiqué (et c’est bien là le plus important) , aujourd’hui, c’est bel et bien une cathédrale, où siège l’évêque de Cordoue. Cathédrale dont le culte catholique y est célébré exclusivement depuis près de 800 ans sans interruption.

      Il est donc évident que toute tentative d’exclure l’Église de ce lieu et d’amoindrir son influence et une attaque direct contre l’Église et son peuple catholique. Exactement dans la veine du projet mondialiste.

      Tout soutiens à ce projet est un soutient direct aux mondialistes.


    • Nous sommes d’accord Kalel, tout ce que tu dis confirme ce que je disais moi-même.

      Mais précisons que le multiculturalisme détruit les cultures locales en leur greffant les cultures étrangères, pas en promulguant des lois qui visent à les supprimer directement. Lorsque tu dis "Prochaine étape probable de ce gouvernement socialiste ; expulser l’Église Catholique de la Cathédrale de Cordoue en Andalousie pour en faire un centre interreligieux laïc" cela est contradictoire. Effectivement, dans l’esprit du mondialisme le terme "interreligieux laïc" inclut l’Église comme un élément ayant été remis au même niveau que le reste de religions. Il ne s’agira jamais de chasser l’Église de cet ensemble architectural, il s’agira de la rendre inopérante en la noyant dans la masse "interreligieuse" et "interculturelle".

      Effectivement l’islam et la catholicité ne sont pas comme le judaïsme ou le protestantisme, qui eux peuvent traverser le temps même s’ils sont réduits à des minorités religieuses au sein de cultures dominantes sur un territoire donné. Non, l’islam et la catholicité ne peuvent traverser le temps que s’ils sont les régisseurs d’un état et de son territoire. C’est d’ailleurs l’un des éléments qui les définit, même indépendamment l’un de l’autre. La modernité veut nous faire croire, et les musulmans y croient de plus en plus, qu’une minorité de musulmans au sein d’un pays "d’infidèles" peut être porteuse de l’islam et le faire avancer. En réalité non, l’islam n’existe que parce qu’il a passé les mille premières années de son historie à fonder des états théocratiques enclavés sur des territoires précis. Depuis 100 ans, depuis que l’empire ottoman est tombé, la finance mondialisante apatride ne s’occupe pas uniquement que de détruire l’identité de l’Occident, elle s’occupe aussi de retirer son unité et son sens à l’ensemble des terres d’islam. C’est parce que les bombes explosent un peu partout dans le monde et que les médias nous parlent tous le temps de terrorisme musulman que nous pouvons être sûr que l’islam est plus inoffensif que jamais.

      Bref, tout ça pour dire que si les mondialistes ont un quelconque projet pour la mosquée de Cordoue, ce projet ne peut pas viser à expulser l’Église du bâtiment pour y mettre toutes les autres religions. C’est contradictoire avec l’esprit même du mondialisme, dont l’argument de base consiste à nous présenter systématiquement le souci qu’il se fait de toutes les expressions culturelles possibles et imaginables.


  • Les "bobo" s’amusent à Barcelone ! parmi 1,6 millions d’habitants.


  • Trop facile pour une région : profiter des finances nationales et quand la prospérité est là, se retirer en laissant le reste du pays dans la m...e. On a déjà connu cela avec la Padanie qui voulait lâcher le sud de l’Italie... comportement égoïste de gosses gâtés.
    avec les références "fascistes et "Franquistes" qui n’y changent rien.


  • Ce que beaucoup de gens (en particulier Les bobos antifa) ne savent pas sur Franco cest quil etait tres ami avec Fidel Castro, Nasser et le peuple Palestiniens.

    Franco a toujours refuser de participer a l’embargo contre Cuba meme quand les USA le lui ont demander et na JAMAIS reconnu l’etat d’israel. Il avait une tres bonne amitiée avec le nationalisme arabe de Nasser.A ça mort, Castro a fait 3 jours de deuille en respect pour Franco.

    Grace a Franco l’Espagne na pas participer a la 2 guerre Mondiale ni a la guerre du Vietnam.

    Donc voila aujourd’hui tout le monde lui crache a la figure, le Vatican , le roi d’Espagne et meme la Legion Espagnole et cest une fiotte socialiste masonique demi gay comme Pedro Sanchez qui a profaner la tombe de ce grand General qui a fait beaucoup pour l’Espagne

     

    • C’est également Franco qui a mis en place la sécurité sociale, les vacances payées et les 14 salaires à l’année (15 en Andalousie). Il ne reste plus rien de tout cela maintenant en Espagne, merci à la merveilleuse démocratie et à la laïcité (francs-masionniste) au pouvoir (peu importe si c’est une monarchie, une république, socialistes ou autres).
      Je ne dis pas que Franco était un saint, mais il n’était pas le "méchant dictateur" que l’on veut nous faire croire.


  • "Il ne pouvait ignorer le maniement des armes à feu"

    Oui, mais des accidents arrivent même aux tireurs experts, l’histoire est truffée d’exemples.

    En admettant qu’il l’ait fait volontairement… pourquoi l’aurait-il fait ? dans quel but précis ? N’y aurait-il pas eu des intérêts précis à la suppression de ce gosse de 14 ans ? peut-être des intérêts découlant de sa future position dans la hiérarchie de certains titres de noblesse ? Juan Carlos était l’ainé et donc de toute façon, et depuis la loi de 1949 au moins, il allait hériter du titre de roi d’Espagne… mais de quels titres de noblesse aurait hérité Alfonso s’il avait vécu une longue vie ? Quelle lignée en a bénéficié et en bénéficie encore maintenant qu’il est mort ? Bref… Est-ce vraiment un accident de tir ? Est-ce un crime monstrueusement commis par Juan Carlos pour une connerie, une jalousie ou autre excès passionnel ? Ou, commis ou pas directement par Juan Carlos, est-ce un meurtre commandité pour satisfaire des intérêts particuliers ? Est-ce vraiment Juan Carlos qui a tué son frère Alfonso ? Où est la vérité dans tout ça ?


  • Vive l’Espagne catholique. Vive la France catholique. Les traitres ont déjà perdu. Tout comme par le passé, ils se feront éjecter, eux, et ceux qui les financent. Une certaine Isabelle et un certain Louis ont déjà connu ça. Les traitres et les opportunistes perdent toujours.


  • En 1641 les Catalans révoltés se sont donnés à la France, Louis 13 a été fait Comte de Barcelone . Il serait peut-être temps de faire valoir nos droits sur la Catalogne, d’autant plus légitime que la langue catalane est plus proche du français que du castillan . Et j’aime beaucoup Cadaquès, un peu trop belle pour être espagnole...

     

    • Vos droits sur la catalogne ? Cest pour ça que vous nous avez envoyer Manu Valls ? Donc dans votre logique l’Espagne devrais faire valloir ses droits sur le roussillion ?

      Les Catalans ont du faire appellent au royaume de Castille pour les liberés des Français car ils se sont rendu compte que les Français les traités pire que Les Castillans. (Jusqu’a aujourd’hui la catalogne Française ne jouie pas dune autonomie comme la catalogne Espagnole).

      Actuellement le Catalan est beaucoups plus proche du Castillan que du Français. Nimporte qui en Espagne peux le comprendre.


    • Arrêtons de dire des âneries !! Vos « droits » sur la Catalogne ? La couronne d’Aragon vous dit quelque chose ? Le fait que ces catalans, finalement, ont regretté le choix français car ils ont été traités comme de la merde ne vous fait pas réfléchir ?... Et puis c’est quoi cette stupidité sur Cadaqués ? Connaissez-vous Santander, San Sebastien, Séville, Cuenca, Cáceres ??? D’où sortez-vous ? Un nationalisme raisonné et raisonnable, je veux bien, un patriotisme soit-il français ou espagnol, je veux bien ; or, un chauvinisme à la con et rempli de lieux communs des années 70, enfin... J’admire énormément tous ceux qui participent dans ce ”forum” chez E&R, leur vision et culture est incroyable mais, hélas, parfois on tombe sur des avis à l’emporte-pièce.


    • @El Cid : Je ne trouve pas de trace de ces mauvais traitements de la Catalogne par la France. Je suis curieux de savoir comment ça s’est passé d’un point de vue politique, mais je ne trouve d’informations que sur l’aspect militaire.

      D’un point de vue militaire, il n’y a eu acuune interruption entre la nomination de Louis XIII comme Comte de Barcelone et le traité des Pyrénées en 1648. L’épisode n’a donc pas même duré 10 ans, et le territoire a été en guerre tout le long...

      En somme, tout ce qu’on peut constater avec des recherches basiques, c’est une tentative de la Catalogne de s’extirper de l’empire des Habsbourgs, soutenue par les français, qui se solde par un échec et une partition de la Catalogne entre les deux grandes puissances du conflit (France et Espagne).

      Ou puis-je trouver les informations qui appuient vos propos ?


Commentaires suivants