Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Corée du Nord pourrait devenir un leader mondial dans la robotique et l’intelligence artificielle

Il y a beaucoup d’avantages contre-intuitifs pour un pays avec une main-d’œuvre instruite et dynamique qui modernise son industrie plus tard que beaucoup d’autres pays de taille similaire. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l’industrie allemande était à maints égards beaucoup plus avancée que ses homologues britannique, française ou belge, bien que l’Allemagne n’ait connu sa réunification que longtemps après les révolutions industrielles dans les pays cités ici.

 

Au XXe siècle, le Japon, la Chine et la révolution industrielle de la Corée du Sud ont récolté les bénéfices des leçons issues des erreurs des autres et de les avoir évitées en travaillant à la modernisation à grande échelle de leurs économies respectives. Aujourd’hui, alors que la RPDC (la Corée du Nord) dispose d’une importante base industrielle nationale depuis des décennies, une grande partie de sa technologie est à la traîne par rapport à ses voisins. Cet inconvénient à court terme pourrait cependant se transformer en avantage à long terme selon les mesures prises par le gouvernement pour moderniser l’infrastructure industrielle du pays.

Sous la direction de Kim Jong-un, l’expansion économique, le développement rapide des infrastructures et leur amélioration dans le domaine social ont clairement montré que le jeune dirigeant du pays a poursuivi des mesures de réformes dans la sphère domestique même avant de s’engager dans un processus de paix historique avec la Corée du Sud et les États-Unis. Malgré les sanctions, l’économie nord-coréenne s’est largement développée ces dernières années et l’objectif à moyen terme de la levée des sanctions, conformément au processus de paix, a amené Kim a réfléchir aux prochaines mesures à prendre pour améliorer la condition matérielle de la population.

L’une des plus grandes percées dans l’industrie cette dernière décennie a été l’automation croissante des usines grâce à l’utilisation de la robotique dirigée par l’intelligence artificielle (IA). La Chine est en train de devenir pionnière en la matière, à la fois dans sa campagne Made in China 2025 et dans le désir du président Xi Jinping de faire pivoter la base industrielle du pays vers l’IA et de l’éloigner du travail manuel pour ouvrir de nouvelles avenues entrepreneuriales dans le cadre du projet plus large Made in China.

Fondamentalement, et contrairement aux systèmes économiques néolibéraux où l’augmentation de la robotique tend à provoquer le chômage d’une main-d’œuvre industrielle par ailleurs bien rémunérée, dans le modèle socialiste de marché chinois, les profits générés par la main humaine ou par un robot seront finalement réinvesti dans les mêmes sources, à savoir l’infrastructure publique, le logement, l’éducation, la santé, la culture et encore plus de recherche industrielle et de développement.

À cet égard, le modèle chinois est bien équipé non seulement pour gérer efficacement la prochaine révolution IA et robotique dans l’industrie, mais est en mesure d’en tirer rapidement avantage en ouvrant de nouvelles possibilités à une main-d’œuvre dont les vocations futures seront soutenues par les profits générés par les machines. Comme Kim Jong-un a déjà introduit quelques réformes économiques élémentaires qui, à un stade précoce, suggèrent un pivot vers une version Juche du modèle socialiste de marché chinois, il est tout naturel que Kim considère la révolution IA/robotique comme un moyen de moderniser l’infrastructure industrielle de la RPDC et, ainsi, ouvre la voie à un avenir économique radicalement différent pour son pays.

Lors d’une visite récente dans une usine à Sinuiju, près de la frontière chinoise, Kim Jong-un a déclaré :

« Il est important de supprimer totalement le travail manuel et de moderniser les processus de production. »

Cette déclaration implique clairement que Kim cherche à imiter le mouvement d’automatisation tourné vers l’avenir de la Chine et l’a reproduit dans son propre pays. Comme la RPDC a une population beaucoup plus petite que la Chine, il est imaginable qu’au cours de la prochaine décennie, l’économie industrielle de la RPDC devienne l’une des plus automatisées au monde.

Sans devoir moderniser progressivement l’infrastructure industrielle du pays, les dirigeants de Pyongyang peuvent en lieu et place établir un programme de changement radical dans le développement industriel du pays, qui vise à automatiser totalement toutes les usines existantes et futures en les basant sur les technologies les plus récentes et les plus durables. Alors qu’un partenariat revitalisé avec la Chine semble sur le point de se développer au fur et à mesure que le processus de paix se poursuit, il est tout à fait possible que l’utilisation de la technologie chinoise combinée à la recherche maison aide à faire de la RPDC un futur pionnier en matière économique – ce qui représenterait un changement radical par rapport à la situation actuelle, où l’industrie nord-coréenne tend à manquer des innovations technologiques présentes en Corée du Sud, en Chine et au Japon.

La transformation de l’économie de la RPDC ne se fera certainement pas du jour au lendemain, mais en indiquant une politique de modernisation tournée vers l’avenir grâce à une automatisation totale, le pays peut à moyen terme récolter les bénéfices d’être catapulté dans l’avenir économique en contournant les étapes du développement industriel où il est resté à la traîne ces dernières décennies. En faisant un proverbial bond en avant par rapport à l’automation et à l’intelligence artificielle, la RPDC pourrait bientôt être à l’aube d’une nouvelle révolution industrielle qui sera non seulement égale mais qui potentiellement dépasse celle de pays qui sont aujourd’hui à la pointe de la technologie industrielle et de l’innovation.

Voir aussi, sur E&R :

Voir et revoir Alain Soral en Corée, sur E&R :

Sortir de la propagande occidentale avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • N’importe quoi ! Et quand bien même cela serait, rien nous garantit qu’ils en feraient un usage pacifique : l’expérience démontre que la technique bride les libertés individuelles... alors si en plus, elle émane de sociétés ultra matérialistes comme la Corée du Nord, ça ne présage rien de bon !

     

  • Cela demanderait un niveau de technologie et de technicité que peu de pays sur développés possèdent. Donc certainement pas la Corée du Nord. Et ils n’en feraient de toute façon pas un usage pacifique ou bienveillant, cessons de rêver.

     

    • Oui. De surcroît, le taux de mécanisation dans l’agriculture est faible, alors qu’il est très élevé dans TOUS les pays industrialisés. En plus, l’internet de la Corée du Nord est plus proche d’un intranet que d’internet, et pour pouvoir rivaliser avec la Chine et les US il faudrait des centaines de milliards de dollars (par an !), qu’ils n’ont pas du tout, et des dizaines de milliers d’ingénieurs en robotique et IA qu’ils n’ont pas non plus, du tout. Je m’interroge sincèrement sur l’identité et la qualité de celui qui a écrit cet article :)


  • Quand on va jamais à la messe on ne se sauve pas. Et là-bas y’a pas la messe.

     

    • Mais oui c’est bien sûr la solution à tous les problèmes, tous à la messe !
      J’oubliais que les curés étaient de grands meneurs, des visionnaires tant sur le plan sociétal que économique, non vraiment dire qu’il suffisait d’élire un prêtre-président pour que l’humanité prospère, on est passé si près...

      Note : ça fait 5-6ans que jtraîne sur E&R, toujours eu beaucoup de catho qui intervenait sur des notions spirituelles (et c’est très bien) ou sociétales. Mais alors là, on parle d’économie, de robotique, de nouvelle révolution industrielle je vois pas ce que la messe vient faire là. Au XIXème siècle, l’Espagne et l’Italie sont les pays les plus chrétiens d’Europe, ont-ils réussit leur tournant industriel ? non, seuls les italiens ont réussi à prendre le tournant mais avec un retard considérable. Les messes espagnoles n’ont pas sauvé (au sens matériel du terme) ceux qui ont été emportés par les maladies ou la guerre de 1936.
      Et pour finir je ne vois pas ce que la messe apporterait à des païens politiquement communistes et asiatiques. Malgré tout le respect que j’ai pour les enseignements de Confucius, je pense que j’éclaterai de rire si un asiatique me sortait que c’est deux-trois maxime du "Maître" qui vont sauver la France. Spirituel et matériel se mélange parfois mais pas tout le temps, là on est dans du matériel pur, la messe n’intervient qu’après le boulot pas pendant.


    • @ Faya
      " je ne voit pas ce que la messe viemt faire la".

      C’est la tout le problème...


  • N’importe quoi !
    Faut vraiment rien avoir compris à l’IA et à la robotique, et ne rien avoir lu sur le sujet, pour raconter des âneries pareilles. Le pays largement devant aujourd’hui en matière d’IA et de robotique ce sont les US avec les GAFAM, et le seul outsider qui se rapproche au galop et qui prendra peut être le dessus c’est la Chine avec les BATX, tous les autres pays sont à des kms derrière et la Corée du Nord, elle, est à des années lumière.


  • La Chine nous envoit son surplus de population depuis des décennies, la robotisation va accentuer le processus.
    Dégager du temps libre par la robotisation et la diminution, voire disparition du travail, a rendu nombre d’individus plus cons qu’au moyen-âge. Si c’est pour descendre des toboggans aquatiques, assister à des matchs de foot, se déguiser en dark Vador ou chasser des pikachu, autant arrêter l’expérience.
    Au contraire, il faut valoriser le travail, sans machine et sans robot : le travail de la main
    au service du cerveau, de la créativité, du bel ouvrage.

     

    • Ouais, réconcilier la main et le cœur...


    • Le grand luxe c’est le "fait main" : ex les sacs Hermès (50 000 euros un sac "Kelly" en croco), les bijoux de la place vendôme, la haute couture . Et la clientèle du grand luxe c’est sa majesté… la Femme .


    • "Au contraire, il faut valoriser le travail, sans machine et sans robot : le travail de la main
      au service du cerveau, de la créativité, du bel ouvrage"
      Tu as surement en grande partie raison mais ce n’est pas la voie vers laquelle avance l’humanité ou la technologie. Quand à la valorisation du travail, oui ça vaut pour les artisans, mais pour tout les employés style les magasiniers dans les grandes surfaces, tu trouve que leur travail est valorisant ?
      Tout ne peut pas être valorisé, quand t’es éboueur bah t’es éboueur, tu peux toujours te dire que c’est grâce à toi si la ville est propre mais dans la réalité on sait très bien que c’est grâce à la municipalité, qui te dégageras pour prendre un autre si jamais tu fait mal le boulot. Comment veux-tu que ces gens se sentent valorisés ?
      A terme je suis favorable à une société d’ingénieurs et de penseurs sans travail, sans travail de la main si ce n’est nécessaire tel qu’on le connait, reste à savoir comment ça va s’organiser et à qui profiteras pareille société (sûrement d’une façon à bien nous arnaquer, malheureusement).


    • Robotisation standardisation pour les produits sans valeur achetés par les masses pauvres . "Fait main" pour les produits de luxe achetés par les très riches .


    • "Fait main" signifie aussi se former pour des savoirs élémentaires qui ont souvent disparu.
      Quand j’étais ado, nous avions des cours de travaux manuels filles/garçons en 6 eme, 5 eme. Très instructifs et forts utiles.
      Puis la scission s’est faite avec la dévalorisation du travail manuel menant aux lycées professionnels synonymes d’échec scolaire.
      La mafia qui n’a que ça à faire, a préparé la transformation du pays en activités du tertiaire, délocalisation, désindustrialisation, aliénation du salarié.
      Toujours des coups d’avance au nom du progrès qui nous mène à toujours plus de régression.
      Manger une carotte, une tomate, un bout de gruyère, un morceau de pain, un fruit accompagnés d’un verre d’eau ne prend pas plus de temps que d’ouvrir une pizza surgelée, la chauffer au micro-onde et ouvrir une canette de coca. Entre temps les énormes profits de la malbouffe sont passés entre les mains de l’industrie alimentaire grâce au formatage publicitaire.
      De plus il faut bien écouler toutes les merdouilles made ni china qui permettent aux pauvres d’acheter des immondes conneries dans les temples commerciaux de périphéries urbaines aussi glauques que destructrices des centres villes.


  • Je vois que les six premiers commentaires estiment que l’article, c’est grosso-modo n’importe quoi.
    En réalité, ce sont ces commentaires qui sont peu ou prou n’importe quoi. Leurs auteurs n’ont visiblement jamais buché les sujets de la sortie du retard économique et des révolutions industrielles. Sur la base de leur ignorance, et de leur bon sens, ils émettent des jugements péremptoires qui illustrent assez bien l’effet Duning-Kruger.

    Pour info, la stratégie préconisée par l’article pour la Noko est déjà connue, et elle a déjà été expérimentée avec succès. L’article cite l’Allemagne. On pourrait aussi bien citer le Japon, que WW2 avait ramené à la même misère que le tiers-monde. Plutôt que de compétitionner avec l’Occident dans les industries traditionnelles, ils se sont lancés dans un nouveau secteur, l’électronique grand public (par exemple la hifi). Parce que dans ces nouveaux secteurs, leurs concurrents occidentaux n’étaient pas avantagés par une longue expérience antérieure.
    La Corée du Sud a suivi pareil. On pourrait également citer la Finlande qui avait délibérément choisi d’occuper le nouveau marché des téléphones GSM. Ca a donné Nokia.

    La clé est évidemment de disposer du capital humain, c’est à dire une population instruite et travaillant consciencieusement. Les infrastructures matérielles manquantes ne sont pas un obstacle insurmontable. On peut toujours emprunter le capital, lorsque le projet promet d’être rentable.

    D’autre part, lorsqu’on choisit de concentrer l’investissement du pays sur un secteur d’avenir, on choisit forcément de faire l’impasse sur les types d’industrie plus traditionnels. Mais c’est judicieux. Pourquoi disperser son capital matériel et humain sur des secteurs où les concurrents étrangers, déjà installés depuis longtemps, empêcheront de faire des profits ? Il vaut mieux qu’ils soient fournisseurs de ce qu’on ne pourrait pas produire à un meilleur cout de toutes façons.

    @Georges Abitbol
    Même si nous diminuions beaucoup notre consommation, cela fait un siècle que le travail artisanal ne peut produire assez pour répondre aux besoins. On ne peut se passer de la production en usine. Et, en étant beaucoup plus efficace, elle consomme moins de ressources que le travail artisanal, en réalité.
    Vous préconisez le travail humain, tâtez en dans le monde réel : quelques semaines en usine à la chaine, en trois*huit. Après cette expérience, vous serez un fana de la robotisation.

     

    • @ jp
      Et que croyez vous que la mafia oligarchique mondialiste cynique, cupide et dégénérée ai prévu pour tous ces humains inutiles libérés du travail par la robotique ?


    • @Georges 4bitbol
      Je n’en sais rien, et il n’est pas certain qu’ils aient faits des projets.
      Car remarquez que pour le moment les pays industriels ayant un programme sérieux de robotisation de leur industrie sont surtout le Japon et la Chine. Et je ne crois pas qu’ils envisagent de rejouer "Soleil vert". Leur motivation, c’est qu’il vont bientôt se retrouver avec une population vieillissante.
      Vous me citerez aussi peut être les projets américains. Mais s’agit-il d’y remplacer les OS ? Ils ont déjà été remplacés par les travailleurs "délocalisés" des maquiladoras et des sweat-shops. C’est plutôt que la Silicon Valley voit dans le développement de ces robots un marché porteur à l’exportation.

      Mais vous, à quel scenario pensez-vous ? Sachant que le progrès technologique est inévitable dans ce domaine, à cause de ses applications militaires.

      Pour moi, le plus grand danger correspond plutôt à celui qui est pointé par Yuval Harari dans cet article de TheAtlantic : https://www.theatlantic.com/magazin...


  • Moi je trouve que cela est une distopie...

    Mais au contraire des autres commentaires...

    C’est un avenir possible.

    La mécanisation/robotisation de la Chine est dûe aux machines​ outils de l’Allemagne.

    Capitalisme rotation des richesses...

    Demain il se peut que la Chine (rétro-ingénierie +amélioration par tous les ingénieurs chinois qui parcours les universités du monde) les machines outils de Corée du Nord viennent de Chine...

    Ne pas confondre IA et robotisation industrielle​...


  • et comment vont ils le financer ?!


  • Et comme les USA et Israel sont à la pointe de ses technologies...


  • Prochain progrès décisif et nécessaire pour la Corée du Nord, c’est la libre circulation des habitants vers l’étranger et la suppression des barbelés.


  • En Asie c’est possible car ils peuvent COPIER sans payer aucun droit sur un brevet quelconque (jurisprudence japoniaise -sans doute grâce au parapluie étatsunien- oblige).


Commentaires suivants