Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

« Un corsaire est une personne (le plus souvent l’armateur, le capitaine ou le membre de l’équipage d’un navire civil armé) autorisée par une lettre de marque (également appelée “lettre de commission” ou “lettre de course”) à attaquer en temps de guerre, tout navire battant pavillon d’États ennemis, et particulièrement son trafic marchand, laissant à la flotte de guerre le soin de s’attaquer aux objectifs militaires. Les corsaires ne doivent donc pas être confondus avec les pirates puisqu’ils exercent leur activité selon les lois de la guerre, uniquement en temps de guerre et avec l’autorisation de leur gouvernement. Capturés, ils ont droit au statut de prisonnier de guerre. »

Source : Wikipédia

 

Découvrir l’histoire de France avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1795790
    Le 5 septembre à 22:03 par Eric
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    Avant d’avoir regardé cette vidéo, j’étais persuadé que Surcouf était un corsaire de l’Ancien Régime.

     

    Répondre à ce message

  • #1795802
    Le 5 septembre à 22:21 par Fernand
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    Un capitaine anglais aurait dit à Surcouf :"Nous ! Nous nous battons pour l’honneur et vous ! Les français vous vous battez uniquement pour l’argent ! " et Surcouf aurait rétorqué :" on se bat toujours pour ce que l’on a pas..... !".

     

    Répondre à ce message

    • #1795818
      Le 5 septembre à 22:52 par VIVACHAVEZ
      La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

      Excellente réponse !!!! Dans le genre réplique qui fait mouche, et qui figure dans le livre de l’amiral Philippe de Gaulle, fils du Général. L’ambassadeur d’URSS, qui prend ombrage du fait que le grand Charles ne se couche pas devant son pays, déclare :"N’oubliez pas que nous possédons l’arme nucléaire". Et le général réponds :"Et bien, Mr l’ambassadeur, nous mourrons ensemble". La France venait de réussir son premier essai nucléaire.....

       
    • #1796152
      Le 6 septembre à 19:13 par ed
      La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

      On se bat pour des prérogatives que l’on s’est accordé et qu’on veut faire valoir, de manière générale et en particulier, pas pour quelque-chose que l’on n’a pas ou dont on ignore l’existence.

       
  • #1795825
    Le 5 septembre à 23:03 par Y P
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    C’était le premier épisode de Yacht People.

     

    Répondre à ce message

  • #1795836
    Le 5 septembre à 23:24 par pépé
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    Pourquoi Surcouf a-t-il refusé de servir Napoléon ? Il nous aurait peut-être évité Trafalgar et permis à Napoléon de traverser la Manche .

     

    Répondre à ce message

    • #1795935
      Le 6 septembre à 09:15 par Talion
      La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

      Probablement parce que la France n’avait pas les moyens d’aligner une flotte de combat du niveau de la Royal Navy (que ce soit en terme d’effectifs ou d’expérience)... Ce genre d’outil prend en effet des décennies pour être développé.

      La seule stratégie alors envisageable, sur les mers, pour les français était donc une logique de guérilla maritime susceptible de perturber à mort les voies de communication et d’approvisionnement dont dépendait l’Empire Britannique.

      Les allemands se sont probablement inspiré de cette réponse du faible au fort lorsqu’ils ont misé sur la guerre sous-marine pour tenter de faire le blocus de l’Angleterre durant les première et seconde guerres mondiales.

       
  • #1795843
    Le 5 septembre à 23:32 par Henri
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    Ah, la lointaine époque où la France avait encore de grosses couilles bien lourdes et touffues, si vous me passez l’expression... :-)

     

    Répondre à ce message

  • #1795949
    Le 6 septembre à 09:40 par Pamfli
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    Sur les remparts de Saint-Malo, une très belle statue de Surcouf désigne l’ennemi en pointant du doigt l’Angleterre.

     

    Répondre à ce message

  • #1795978
    Le 6 septembre à 10:56 par nicolasjaisson
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    Il faut toujours replacer un personnage historique dans son contexte. Il y a en effet bien d’autres raisons qui expliquent pourquoi Surcouf a faussé compagnie à la "Royale" et à ses agents civils et militaires. Dans les années 1790, les arsenaux français sont en pleine décomposition, du fait des troubles révolutionnaires entretenus par l’argent de M. Pitt qui regardait d’un oeil jaloux les progrès remarquables accomplis par la marine de guerre française sous Louis XVI. Les commissaires politiques ne tardent pas à faire leur apparition, afin d’apprendre aux officiers les nouvelles manières qu’il convient de respecter au nom des grands principes révolutionnaires d’égalité et de fraternité. Du coup, l’encadrement passe largement à l’ennemi, ce qui explique pourquoi de nombreux officiers de la Royale se retrouveront sur des vaisseaux anglais qui termineront l’oeuvre de destruction révolutionnaire à Aboukir et Trafalgar. On comprend que dans de telles conditions, un Surcouf ait préféré conservé son indépendance sur un navire marchand converti en corsaire agissant loin des yeux du gouvernement révolutionnaire, tout en conservant les grandes traditions des marins de la flibuste, dont les succès remarquables contre la Navy sont entrés dans l’Histoire. La Royauté savait encore apprécié les caractères dont les qualités personnelles compensaient les faiblesses en moyens matériels. Bien que franc-maçon, Surcouf a toujours entretenu des rapports tendus avec les représentants de la Convention.

     

    Répondre à ce message

  • #1795985
    Le 6 septembre à 11:27 par TontonYo
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    Un bon ouvrage pour s’immerger dans l’ambiance d’alors :

    "Corsaire de la République", de Louis Garneray, peintre officiel de la Marine.

    https://www.amazon.fr/Corsaire-Repu...

     

    Répondre à ce message

  • #1795988
    Le 6 septembre à 11:33 par pascaldeb
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    tres bien mais j aurais souhaité entendre une petite phrase citée par R Surcouf à un commandant anglais qui lui dit :’vous les français vous vous battez toujours que pour l argent nous ,nous nous battons pour l honneur’ et Surcouf de répondre :’ mais Monsieur on se bat toujours pour ce qu on a pas’.

     

    Répondre à ce message

  • #1795990
    Le 6 septembre à 11:46 par Certainement
    La Petite Histoire : Surcouf, le roi des corsaires

    1. Au trente et un du mois d août (bis)
    Nous vîmes sous l vent à nous (bis)
    Une frégate d’Angleterre
    Qui fendait la mer et les flots
    Cétait pour aller à Bordeaux.

    Buvons un coup,buvons en deux,
    A la santé des amoureux
    A la santé du Roy de France
    Et merde ! pour le roi dAngleterre
    Qui nous a déclaré la guerre.

    2. Le capitaine au même instant (bis)
    Fit appeler son lieutenant (bis)
    Lieutenant te sens-tu capable
    Dis-moi, te sens-tu assez fort
    Pour l’aller crocher à son bord ?

    Refrain.

    3. Le lieutenant fier et hardi (bis)
    Lui répondit : Capitaine, oui ! (bis)
    Faites monter tout léquipage
    Hardis gabiers, gais matelots
    Faites monter tout l monde en haut.

    Refrain.

    4. Vire lof pour lof en arrivant (bis)
    Nous labordâmes par son avant (bis)
    A coup de hache, à coup de sabre
    De pique, de couteau, de mousqueton
    Nous lavons mis à la raison.

    Refrain.

    5. Que va-t-on dire de lui tantôt (bis)
    A Brest à Londres et à Bordeaux (bis)
    De s être ainsi laissé surprendre
    Par un corsaire de quinze canons
    Lui qu en avait trente et si bons ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents