Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

James Jatras, un ancien diplomate américain, pose une question hautement pertinente dans son article Lenin Updated [Lénine Mis à Jour, NdT]. Premièrement, dit il, le Président Trump rencontre le Président Poutine et semble faire des progrès pour apaiser les tensions bilatérales. « Immédiatement, tout l’enfer se déchaîne : Trump est qualifié de traître. Le “projet de loi de sanctions infernales” [“sanctions bill from hell”, expression utilisée par le sénateur Lindsay Graham, NdT] est introduit au Sénat, et Trump est acculé à la défensive ».

 

Ensuite, note Jatras, le sénateur Rand Paul va voir Poutine à Moscou. Paul lui tend une lettre du Président américain proposant quelques pas modérés vers la détente. Puis Rand Paul rencontre, et invite des sénateurs russes à Washington, pour continuer le dialogue : « Immédiatement, tout l’enfer se déchaîne : Paul est qualifié de traître. Le Département d’État » déclare « les Russes coupables d’usage d’armes chimiques illégales (au Royaume-Uni)… et impose des sanctions. Trump est encore plus acculé à la défensive ».

Clairement, depuis le début, Trump a été « perçu par l’ordre néolibéral mondialiste comme un danger mortel pour le système qui les a enrichis », observe Jatras. La grande question que Jatras pose à la suite de ces événements, c’est comment une telle hystérie collective a pu se transformer en une telle hostilité viscérale, pour qu’une partie de la classe politique « anglo-américaine » soit prête à intensifier les hostilités vis-à-vis de la Russie, même au point de risquer un « conflit [nucléaire] catastrophique, inévitable ». Comment est-il possible que leur passion « pour sauver le mondialisme » soit tellement irrésistible qu’elle leur impose de mettre en péril l’humanité ? Jatras suggère que nous avons affaire dans ce cas à des impulsions psychiques extrêmement puissantes.

Jatras répond en évoquant le zeitgeist de Lénine, quand en 1915, il prit son tristement célèbre tournant vers la guerre civile en Russie. Une guerre contre « la Russie », en elle-même et pour elle-même, son histoire, sa culture, sa religion, et son héritage intellectuel et politique. Avec près de 10 millions de russes morts dans son sillage, Lénine dit « je crache sur la Russie. [Le massacre] n’est qu’une étape à traverser, sur notre chemin vers la révolution mondiale » [voir sa vision d’un communisme universel].

Le professeur John Gray, en écrivant son livre Black Mass, note que « le monde dans lequel nous nous trouvons… est jonché des débris laissés par les projets utopistes qui, bien qu’ils aient été encadrés dans des termes séculaires rejetant la vérité de la religion, étaient en fait chargés de mythologie religieuse ». Les révolutionnaires jacobins lancèrent la Terreur comme un châtiment violent pour réprimer l’élite, inspirés par l’humanisme des Lumières de Rousseau ; Les bolcheviques de Trotsky assassinèrent des millions de gens au nom d’une réforme de l’humanité par empirisme scientifique ; les nazis firent de même, au nom de la poursuite d’un « racisme scientifique (darwiniste) ».

Tous ces projets utopistes (et meurtriers) découlèrent effectivement d’un style de pensée mécanique, à voie unique, qui s’est développé en Europe au fil des siècles, et qui a assis, chez les penseurs de l’Europe de l’ouest, tout au moins, le sentiment inébranlable de leurs propres certitude et conviction.

Ces certitudes supposées, produit d’un empirisme, ancrées aujourd’hui au cœur de l’ego de l’homme, déclenchèrent précisément le retour de ces notions apocalyptiques des premiers judéo-chrétiens ; à savoir, que l’histoire, en quelque sorte, convergerait vers une transformation humaine et une « fin », sous forme d’un châtiment terrifiant pour les dépravés et d’un monde, radicalement nouveau et racheté, pour les élus. Mais aujourd’hui, ces notions apocalyptiques ne sont plus le fait de la main de Dieu, mais sont « orchestrées » par la main de l’homme des Lumières.

 

 

La rédemption du monde, de son état de corruption, devait être amenée à travers les principes rationnels et scientifiques des Lumières. La paix s’ensuivrait, après la fin des temps.

Ces révolutionnaires millénaristes, partisans d’un nouveau scientisme, qui espéraient imposer une discontinuité terrible à l’histoire (discontinuité par laquelle les tares de la société humaine seraient retirées de son corps politique), n’étaient finalement rien de plus que les représentants séculiers du judaïsme apocalyptique et des mythes chrétiens.

Le « mythe » millénariste américain, jusqu’à aujourd’hui, prend racine dans la croyance fervente en une Destinée Manifeste des États-Unis, « la Nouvelle Jérusalem », pour représenter le meilleur espoir de l’humanité pour le futur. Cette croyance en une destinée spéciale s’est traduite par la conviction que les États-Unis doivent diriger, ou plus précisément, ont le devoir de contraindre l’humanité vers ce futur.

Cependant, certains pourraient faire valoir que l’humanisme « libéral » du début des Lumières, avec ses « bonnes intentions », n’a aucun rapport avec le jacobinisme ou le bolchevisme trotskiste. Mais en pratique, ils sont fondamentalement similaires : ils constituent des versions séculaires du progrès vers la rédemption utopique d’une humanité imparfaite. Un aspect a pour objectif de remettre l’humanité dans le droit chemin par la destruction révolutionnaire des parties irrécupérables de la société, et l’autre, ancre la rédemption de l’humanité dans un processus téléologique de « refonte » de son identité culturelle. Il cherche aussi à affaiblir le sentiment de lien par le « sang » et par le territoire (le lieu), dans le but de créer une table rase sur laquelle une nouvelle identité homogénéisée, non rationnelle, cosmopolite et qui sera à la fois pacifique et démocratique, peut être écrite.

Le but est une société mondiale, cosmopolite, débarrassée des religions, des cultures et communautés nationales, de l’appartenance à un sexe et des classes sociales. Les mécanismes de tolérance, qui furent autrefois considérés comme essentiels à la liberté, ont subi une métamorphose orwellienne pour émerger comme leurs antonymes : comme des instruments de répression. Tout dirigeant national qui se lève contre ce projet, toute culture nationale contraire ou fierté nationale affichée des réussites d’une nation, constitue manifestement un obstacle à ce royaume universel futur, et doit être détruit. En d’autres mots, les millénaristes d’aujourd’hui peuvent éviter la guillotine, mais ils sont clairement coercitifs, bien que d’une manière différente, à travers la « capture » progressive du fil de l’histoire et des institutions de l’État.

En bref, un espace mondial est requis, qui ne reconnaîtrait qu’une humanité internationale mondiale, un peu comme le voulaient les trotskistes.

Alors comment, précisément, la Russie et M. Poutine sont devenus les antithèses du projet utopiste, et les déclencheurs d’une telle peur et d’une telle hystérie parmi les élites mondialistes ?

Lire l’article entier sur les-crises.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

L’hydre mondialiste, sur E&R :

 

L’idéologie mondialiste décryptée
sur Kontre Kulture

 






Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2075864
    Le 5 novembre à 12:06 par Quentin MacLeod
    La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

    Alors comment, précisément, la Russie et M. Poutine sont devenus les antithèses du projet utopiste, et les déclencheurs d’une telle peur et d’une telle hystérie parmi les élites mondialistes ?



    Parce que, pour reprendre Charles Gave : il faut avoir vécu en enfer pour savoir ce qu’est le paradis.

    Toute la période communiste n’était peut-être pas si "infernale" que ça mais il y a clairement eu un moment dans les années 20 où le projet anti-nationaliste le plus pur a exercé un court règne (celui de Lénine et de Trotsky) et ce fut à cette période où le communisme a tué le plus de russes (chrétiens et musulmans pour la plupart).

     

    Répondre à ce message

  • #2075928
    Le 5 novembre à 14:49 par barbara
    La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

    "Comment est-il possible que leur passion « pour sauver le mondialisme » soit tellement irrésistible qu’elle leur impose de mettre en péril l’humanité ?"

    C’est pourtant simple : c’est parce que ces gens, les mondialistes, sont avant tout des sionistes. La guerre, les morts, les dommages collatéraux ne leur ont jamais fait peur.

     

    Répondre à ce message

    • #2076240
      Le 6 novembre à 09:34 par méta
      La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

      "La guerre, les morts, les dommages collatéraux ne leur ont jamais fait peur."
      Tant qu’il s’agit des autres. Ceux parmi eux qui tirent les ficelles ont une peur panique de la mort, parce qu’elle ne ment pas.
      De là la recherche effrénée d’organes neufs, les implants, les chirurgies esthétiques, la lutte enragée contre la nature, le naturel. De là ces richissimes malades d’Alzheimer en pagaille qui se traînent jusqu’à cent ans dans le luxe extérieur, la dépendance complète à la technologie et aux soins de mercenaires très qualifiés, et l’indigence complète du corps et de l’esprit.
      Oui le problème est avant tout métaphysique. Non, il n’y a pas de raison purement économique à cette rage de destruction gigantesque, en proportion inverse de la dimension spirituelle de ces gens-là.

       
    • #2076728
      Le 7 novembre à 08:21 par Michelly58
      La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

      @Méta En vérité, nous avons affaire à des gens profondément névrosé et qui aiment projeter leurs tares sur le reste du monde.

       
  • #2076006
    Le 5 novembre à 18:20 par Emilien Chaussure
    La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

    Si l’article est intéressant, je ne vois nulle part quelconque trace de métaphysique. Faut-il que le mot et la notion soient à ce point incomprises par nos contemporains pour l’employer à tort et à travers !

     

    Répondre à ce message

  • #2076185
    Le 6 novembre à 03:03 par h3kt0r
    La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

    Karl Popper explique l’histoire :

    De tous les idéaux politiques, celui de rendre les gens heureux est peut-être le plus dangereux. Cela conduit invariablement à tenter d’imposer aux autres notre échelle de valeurs " supérieures ", afin de leur faire prendre conscience de ce qui nous semble le plus important pour leur bonheur, pour sauver en quelque sorte leur âme. Cela conduit à l’utopie et au romantisme. Nous sommes tous certains que tout le monde serait heureux dans la belle et parfaite communauté de nos rêves. Mais, comme je l’ai déjà dit, la tentative de créer le paradis sur terre produit invariablement l’enfer.

     

    Répondre à ce message

    • #2076217
      Le 6 novembre à 08:32 par MP
      La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

      Moi je trouve que c’est facile de se limiter à ce genre de réflexion... De toute façon, l’important n’est pas de projeter un idéal, l’important est d’apporter des comment faire qui aillent dans le sens d’une cohérence vivante et naturelle qui ne nuisent pas à l’environnement, ni à la Conscience du Collectif, si Conscience il y a... car ça c’est justement le fond du problème... Il faut être clair, l’expérience seule est garante de la véracité de celui qui apporte ’’un éclairage’’... et malheureusement quand bien même il y en a qui se seraient coltiner cette partie d’aller voir plus loin que le bout de leur nez...et bien personne n’accorderaient l’espace nécessaire à ces audacieux pour écouter et vérifier leurs trouvailles. La bêtise humaine condamne sans savoir et juge parce que ça arrange bien les affaires de l’inconscient collectif.

       
    • #2076376
      Le 6 novembre à 14:44 par Snayche
      La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

      Quelqu’un a dit : "le bon caractère (géré par la piété) conduit au bonheur (et à la fin de toute déception)."
      Qui veut parier ?

       
    • #2076729
      Le 7 novembre à 08:24 par Michelly58
      La métaphysique de notre angoisse mondiale actuelle

      Ses gens sont malades et ils veulent entraîner tout le monde de leur chute.