Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La sacralisation de l’État d’Israël

Lors du 75e anniversaire de la Rafle du Vel’ d’Hiv’, Emmanuel Macron, en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, a déclaré, sous les applaudissements de l’assistance : « Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. »

Le lobby judéo-sioniste a réussi, grâce au régime républicain [1], cet exploit proprement « magique » ; celui de sacraliser l’État d’Israël, rendre tabou toute critique radicale du sionisme et du judaïsme et frapper d’anathème tous ceux qui remettent en question la légitimité et l’action de l’État hébreu. Et ce dans un régime (la République française) supposé être areligieux [2], axiologiquement neutre et ne reconnaissant la suprématie d’aucune religion.

Du moins c’est ce qu’imagine l’historien israélien Shlomo Sand, qui a écrit une lettre en réponse à la déclaration d’Emmanuel Macron. Naïvement, il explique au Président :

« Voici précisément le moment de vous expliquer pourquoi je vous écris, et pourquoi, je me définis comme non-sioniste, ou antisioniste, sans pour autant devenir anti-juif. Votre parti politique inscrit, dans son intitulé : “La République”, c’est pourquoi je présume que vous êtes un fervent républicain. Et dussé-je vous étonner : c’est aussi mon cas. Donc, étant démocrate et républicain, je ne puis, comme le font sans exception tous les sionistes, de droite comme de gauche, soutenir un État juif. Le ministère de l’Intérieur israélien recense 75% de ses citoyens comme juifs, 21% comme musulmans et chrétiens arabes et 4% comme “autres”. Or, selon l’esprit de ses lois, Israël n’appartient pas à l’ensemble des Israéliens, mais aux juifs du monde entier qui n’ont pas l’intention de venir y vivre. Ainsi, par exemple, Israël appartient beaucoup plus à Bernard Henry-Lévy et à Alain Finkielkraut qu’à mes étudiants palestino-israéliens qui s’expriment en hébreu, parfois mieux que moi-même ! Israël espère aussi qu’un jour viendra où tous les gens du CRIF, et leurs “supporters” y émigreront ! Je connais même des français antisémites que cette perspective enchante ! En revanche, on a pu entendre deux ministres israéliens, proches de Benjamin Netanyahou, émettre l’idée selon laquelle il faut encourager le “transfert” des Israéliens arabes, sans que personne n’ait émis la demande qu’ils démissionnent de leurs fonctions.
Voilà pourquoi, Monsieur le Président, je ne peux être sioniste. Je suis un citoyen désireux que l’État dans lequel il vit soit une République israélienne, et non pas un État communautaire juif. Descendant de juifs qui ont tant souffert de discriminations, je ne veux pas vivre dans un État, qui, par son autodéfinition, fait de moi un citoyen doté de privilèges. À votre avis, Monsieur le Président : cela fait-il de moi un antisémite ? [3] »

 

La sacralisation du peuple juif

 

La sacralisation en cours de l’État hébreu nécessitait au préalable celle du peuple juif. Dans l’époque contemporaine, où règne, du moins en apparence, l’athéisme, il fallait, pour faire accepter aux goyim (les non-juifs [4]) occidentaux l’idée de la sacralité des juifs, inventer un culte « profane », ou plus précisément, un culte dépourvu de transcendance.

Ce culte, aujourd’hui admis en Occident, est celui de la Shoah (mot hébreu signifiant « catastrophe »). Ce culte fut édifié par un holocauste (terme torahique désignant un sacrifice expiatoire ou rémunératoire) humain. L’holocauste humain était pratiqué par nombre de peuples païens antiques, tandis que les Hébreux, pour expier leurs fautes, s’épargner le courroux de l’Éternel-Dieu, ou obtenir de Lui des avantages matériels, pratiquaient le sacrifice animal.

Mais dans le cas du culte shoatique, l’objectif était de le substituer au christianisme pour remplacer Jésus par un autre dieu-messie (c’est au XVIe siècle, avec la kabbale lourianique, que les juifs ont été substitués au Machiach attendu [5]), le peuple juif sanctifié. Ainsi le sacrifice sur la Croix est remplacé par la Chambre à gaz et le four crématoire, le Golgotha par Auschwitz, le chemin de croix par les rails de train où passaient les wagons de déportés (d’où la commémoration quasi-religieuse du Vel’ d’Hiv’).

D’ailleurs, le célèbre rabbin Ron Chaya, qui enseigne dans une école talmudique à Jérusalem, affirmera (dans un français approximatif) :

« Les bienfaits de la shoah, c’est inimaginable ! Inimaginable ! Grâce à quoi l’on vit aujourd’hui, si ce n’est pas par le mérite de cette souffrance ? Tout à coup, après la shoah… l’organisation des Nations Unis donne la Terre d’Israël (la Palestine) au peuple juif. Et par quel mérite, si ce n’est par la souffrance de tous ces juifs qui sont partis ?
Ces souffrances, c’est terrible, mais pour un peu de souffrance, tu reçois l’infini, ça vaut l’coup ! [6] »

Cette capacité des hommes politiques juifs à instiller leurs idées au sein des peuples et imposer leurs lois, était déjà pointée du doigt par Sénèque (1-65) : « Les Romains ont adopté le sabbat [7] », déplore-t-il, et ailleurs, parlant des juifs il écrit « Cette abominable nation est parvenue à répandre ses usages dans le monde entier ; les vaincus ont donné des lois aux vainqueurs [8]. »

Le grand historien du judaïsme et du messianisme juif, Gershom Scholem, ne dit pas autre chose lorsqu’il explique le but ultime des mystiques juifs :

« Une fois le judaïsme rabbinique cristallisé dans la Halakhah (la Loi juive formée par la Torah et le Talmud), les forces créatives, ranimées par un nouvel élan religieux – qui ne tentèrent pas ni ne furent jamais en mesure de modifier le judaïsme halakhique solidement établi –, trouvèrent à s’exprimer, pour la plupart, dans le mouvement kabbalistique.
Elles œuvrèrent le plus souvent de l’intérieur, s’efforçant de transformer la Torah pour faire de la loi du peuple d’Israël la loi secrète propre à l’univers et, par suite, à donner au juif, hassid ou zaddik (les mystiques « pieux » et « justes »), un rôle vital dans le monde [9]. »

Ici, Gershom Scholem nous dit en substance que la finalité du judaïsme poltitique, via sa mystique, est de faire de la Loi des juifs la loi secrète universelle, afin d’insuffler aux autres religions, idéologies, philosophies, aussi bien qu’aux institutions et à l’organisation des États, l’esprit du judaïsme. Ceci en vue de faire adhérer à leur insu les non-juifs à cette loi – ignorance liée à son caractère occulte – pour que ne subsiste en fin de compte que le judaïsme sous ses divers visages ou habillages.

Aujourd’hui, ce qui est exigé des goyim, c’est d’accepter sans résister la sacralité du peuple juif et son règne. Ceci fut affirmé notamment par l’essayiste et journaliste politique juif français Bernard Lazare (1865-1903) :

« Sans la Loi, sans Israël (le peuple juif) pour la pratiquer, le monde ne serait pas, Dieu le ferait entrer dans le néant ; et le monde ne connaîtra le bonheur que lorsqu’il sera soumis à l’empire universel de cette loi, c’est-à-dire à l’empire des juifs [10]. »

Espérance de domination universelle présente dans toute la littérature juive moderne, comme l’a très largement démontré Hervé Ryssen dans ses travaux. Mais au Ier siècle déjà, cette espérance de domination universelle était affirmée, notamment par le philosophe juif d’Alexandrie, Philon (25 av. J.-C- 50 ap. J.-C) lorsqu’il recommandait à ses coreligionnaires de ne pas irriter les sophistes, pour ne pas provoquer d’émeutes, et d’attendre patiemment leur châtiment, qui arrivera le jour où l’Empire juif sera établi sur le monde entier [11].

Quant à Cicéron (106 av. J.-C-43 av. J.-C), il décrivait un phénomène tout à fait contemporain : avant la destruction du Second Temple, les juifs installés à Rome et qui s’y enrichissaient, utilisaient les deniers qu’ils tiraient de la République romaine pour soutenir Jérusalem [12].

 

L’État d’Israël et le sionisme : à l’origine d’un nouvel antisémitisme ?

 

Comme l’a exposé Bernard Lazare dans son ouvrage L’Antisémitisme, son histoire et ses causes, depuis l’Antiquité, à Rome, à Alexandrie et ailleurs, puis durant tout le Moyen Âge en Europe, la présence des juifs et leurs activités (notamment économique) a systématiquement déclenché l’antijudaïsme des peuples.

Cette question se pose à nouveau mais de manière différente aux époques précédentes, pour deux raisons : la mondialisation, qui permet, entre autres choses, et via Internet, de diffuser la même information, les mêmes faits, la même réalité, instantanément et partout dans le monde. Et l’existence de l’État d’Israël dont les atrocités qu’il commet et l’incroyable insolence qu’il affiche ne manquent pas d’atteindre presque tous les habitants de la planète._ La conséquence en est la montée graduelle, et à terme exponentielle, de l’antijudaïsme et de l’antisémitisme, de manière simultanée dans de nombreux pays du monde. Car de fait, ce ne sont pas les antisionistes qui amalgament le judaïsme et le sionisme, mais les juifs sionistes eux-mêmes.
Comment ne pas voir, dans le racialisme et le racisme pratiqués dans l’État hébreu autre chose que l’application des lois juives ? Lois qui étaient jusqu’ici largement méconnues des masses non-juives.

À titre d’exemple représentatif du lien étroit existant entre le judaïsme et le sionisme, et entre l’État d’Israël et les prêtres juifs, j’évoquerai le fameux Yossef Ovadia (1920-2013), grand rabbin d’Israël qui fut le fondateur et le guide spirituel du Shass, troisième plus important parti en Israël. Ce Yossef Ovadia, décédé en 2013, était considéré comme une sommité et son influence politique était incontestable, au point que le journaliste franco-israélien Marius Schattner écrivait à son sujet : « Il s’est imposé comme faiseur de rois de la quasi-totalité des gouvernements israéliens depuis trente ans [13]. »

Après la mort de Yossef Ovadia, le Premier ministre Benjamin Netanyahou lui a rendu un vibrant hommage en le qualifiant de « géant de la Torah » et « guide pour une multitude ». Peu de temps avant sa mort, le rabbin reçut la visite du président israélien Shimon Pérez. Il était aussi important pour les dirigeants que pour le peuple israélien qui était au nombre de 700 000 à son enterrement, ce qui représente un dixième de la population israélienne.

Le discours et la vision politique de celui qui fut jusqu’à sa mort récente la plus haute autorité religieuse d’Israël, se situent dans la droite ligne de la loi juive (Torah et Talmud).
Conformément aux promesses d’extermination des peuples voisins des Hébreux énoncés dans le Deutéronome et dans le livre de Josué, le Rabbi Ovadia a déclaré au sujet des Palestiniens :

« Puissent-ils disparaître de la Terre. Puisse Dieu envoyer un fléau aux Palestiniens, ces enfants d’Ismaël, ces vils ennemis d’Israël [14]. »

En 2001, Yossef Ovadia, dans un sermon, a appelé à l’extermination pure et simple des Arabes : « Il est interdit d’avoir pitié d’eux. Vous devez envoyer des missiles et les annihiler. Ils sont mauvais et détestables », et il ajoute : « Le Seigneur retournera les actions des Arabes contre eux-mêmes, épuisera leur semence et les exterminera, les dévastera et les bannira de ce monde [15]. »

Ayelet Shaked, l’actuelle ministre de la Justice israélienne, appela, lorsqu’elle était membre de la Knesset (parlement israélien), durant le bombardement de Gaza en juillet 2014, à « tuer toutes les mères palestiniennes [16] ». Une proposition génocidaire ingénieuse faisant écho aux propos de Yossef Ovadia qui parlait d’épuiser la semence des Arabes [17].

En 2012, Yossef Ovadia a appelé tous les juifs à prier pour l’annihilation de l’Iran. Ce qui est intéressant, c’est que, précédemment à cet appel, des dirigeants du ministère de la Défense, ainsi que le président du Conseil à la Sécurité nationale Ya’akov Amidor et le ministre de l’intérieur Eli Yishai, avaient rendu visite au rabbin pour le persuader de soutenir une éventuelle attaque d’Israël contre l’Iran. Mais Ovadia avait déjà tenu un discours similaire à propos de l’Iran, une semaine avant de recevoir la visite de ces dirigeants israéliens [18].

Selon la loi juive, comme l’explique Yossef Ovadia, si les non-juifs méritent de vivre, ce n’est que pour servir Israël :

« Les Goyim sont nés seulement pour nous servir. Sans cela, ils n’ont pas leur place dans le monde – seulement à servir le Peuple d’Israël. »

Ne s’arrêtant pas là le rabbin poursuit en expliquant pourquoi les non-juifs jouissent d’une significative longévité :

« Ils ont besoin de mourir, mais Dieu leur donne la longévité. Pourquoi ? Imaginez qu’un âne appartenant à un juif meurt, le juif perdrait son argent. Ils ont une longue durée de vie pour bien travailler pour nous. »

Le Rabbi Ovadia précise encore sa pensée, en parfaite conformité avec les enseignements de la Bible hébraïque, lorsqu’il avoue très ingénument :

« Pourquoi les goyim sont-ils nécessaires ? Ils vont travailler, ils cultivent, ils récoltent… C’est pourquoi les goyim ont été créés [19]. »

Certains de ceux qui n’auront pas lu la Bible hébraïque, diront que Yossef Ovadia l’a lue de travers. Bien au contraire, ce grand érudit la connaissait par cœur et la suivait à la lettre. Ovadia ne fait que se conformer à ce passage (parmi d’autres) biblique que l’on trouve dans le livre d’Isaïe :

« Des gens du dehors seront là pour paître vos troupeaux ; les fils d’étrangers seront vos laboureurs et vos vignerons. Et vous serez appelé prêtres de l’Éternel, on vous nommera ministre de notre dieu. Vous jouirez de la richesse des nations et vous tirerez gloire de leur splendeur » (Isaïe, 61 :5-6)

D’après l’enseignement de la Bible hébraïque, les peuples étrangers vivant près d’Israël et en Israël ne doivent leur survie qu’à leur statut d’esclave potentiel, sans cela, ils doivent être exterminés (voir comment le Foyer national juif puis l’État d’Israël ont mis en application la stratégie de conquête du livre de Josué dans mon ouvrage : Occident et Islam – Sources et genèse messianiques du sionisme). Servir ou mourir, tel est le destin des Palestiniens et des peuples voisins d’Israël ou ceux qui sont les victimes désignées de sa vindicte.

Yossef Ovadia n’est pas une exception dans le monde rabbinique, il en est l’incarnation, lui qui est considéré comme le maître de la génération.

Et cette horrible réalité de la Bible hébraïque, aujourd’hui, c’est l’État d’Israël, qui met en application la loi juive, et le sionisme international (qui défend les intérêts de cet État), qui permettent aux masses du monde entier d’en prendre connaissance.
Le lien de causalité entre sionisme et antisémitisme se situe là, et non pas dans la lutte antisioniste.

La question juive, et plus précisément celle de l’antijudaïsme, est par conséquent inséparable de la question sioniste et de la politique israélienne.

Youssef Hindi

Notes

[1] A ce sujet, lire mon article : « La République et la kabbale, une histoire occultée », Geopolintel : http://www.geopolintel.fr/article1989.html

[2] Sur la religion de la République française, voir : Youssef Hindi, La Mystique de la laïcité, Généalogie de la religion républicaine, Sigest, 2017.

[3] http://www.algerieinfos-saoudi.co%7Dm/2017/07/la-lettre-de-shlomo-sand-a-emmanuel-macron.html

[4] http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/goyim

[5] Voir : Youssef Hindi, op. cit., chapitre II.

[6] https://www.youtube.com/watch?v=Fa05gwDRpwE

[7] Hist. Nat., XIII, 4.

[8] Epître XCV. Cité par Bernard Lazare, L’Antisémitisme, son histoire et ses causes, 1894, réédité par Kontre Kulture, 2012, p. 31.

[9] Gershom Scholem, La kabbale : une introduction, thèmes et biographies, Gallimard, 2003, pp. 46-47.

[10] Bernard Lazare, op. cit. p. 15.

[11] Cité par Bernard Lazare, op. cit. p. 27.

[12] Cité par Bernard Lazare, op. cit. p. 30.

[13] Cyrille Louis, « Disparition d’un « géant de la Torah » », Le Figaro, 07/10/2013.

[14] Courrier international, « Les dérapages incontrôlés du rabbin Ovadia Yossef », 10/09/2010.

[15] BBC News, Rabbi calls for annihilation of Arabs, 10/04/2010.

[16] Press TV, Mothers of all Palestinians must be killed : israeli MP, 16/07/2014.

[17] Projet d’extermination et génocidaire dont l’originaire se trouve dans le corpus biblique. Voir : Youssef Hindi, Occident et Islam – Sources et genèse messianiques du sionisme, chapitre IV, 2015, Sigest.

[18] Haaretz, « Shas spiritual leader calls on Jews to pray for annihilation of Iran », 26/08/2012.

[19] The Times Of Israel, 5 of Ovadia Yosef’s most controversial quotations, 09/10/2013.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 

La Shoah matin, midi et soir dans les médias, voir sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1781165

    Excellent article de Youssef Hindi.
    Maintenant, je ne veux pas orienter ses travaux mais il serait bien qu’il essaye de faire des ponts islamo-chrétiens, maintenant qu’il a traité le judaïsme.
    Car oui, les Palestiniens, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, souffrent, énormément.
    Mais d’un autre côté, Daesh applique à la lettre l’Islam (quelles que soient les manipulations israélo-américaines).
    Or, la plupart des Arabes sont pacifiques et pas arrogants contrairement à ceux d’en face...
    Comment cela se fait-il ? Alors que le Coran a été écrit par des judéo-nazaréens (acceptant Jésus comme prophète mais pas comme Messie ni la trinité, et revenant à la loi mosaïque, ’’la communauté du juste milieu’’ comme le Coran lui-même les appelle), et est très inspiré du Talmud.
    L’esprit communautaire et victimaire juif, peu existant chez les musulmans (mais qui a tendance à apparaître en Europe chez certains attardés convertis ou d’origine immigrée qui délirent et accusent le pauvre français de base (toujours le chrétien d’en bas, mais jamais le puissant non-chrétien d’en haut, quel courage...) qui le laisse vivre, prier, construire des mosquées, travailler normalement, qui se laisse rançonner et insulter dans les transports en commun, comme étant la source de tous ses maux et un horrible kouffar à égorger sur le champ comme un mouton...alors que le type vient de sortir de prison pour braquage...) explique-t-il le fait que le peuple agriculteur arabe de base soit plutôt pacifique et se soit toujours bien comporté avec ses voisins arabes chrétiens ?

     

    • #1781233
      le 09/08/2017 par Gargamel
      La sacralisation de l’État d’Israël

      Votre postulat de départ est erroné : Daesh n’applique rien du Coran, mais constitue plutôt un agrégat de satanistes sanguinaires drogués et de mercenaires occidentaux et sud-américains. Je vous renvoie aux multiples articles d’E&R de Soral, Messan, Hindi, entres autres le travail a déjà été fait...
      Donc oui les musulmans du quotidien que vous décrivez bien aiment la France, la respectent et attendent la libération avec impatience. Ceux-là respectent les principes du Livre (Coran, Bible) et des messagers sans aucun favoritisme entre les prophètes (sourate 4) dont Jésus comme vous l’avez expliqué. Ces mêmes musulmans du quotidien souffrent comme vous des "islamo-racailles" ou déchets sociétaux fabriqués par la communauté organisée via l’antiracisme, le socialisme contemporain les valeurs de gauches libertaires...
      Lisez et contextualiser le Nouveau Testament et le Coran, vous constaterez qu’en dépit du champs lexical guerrier parfois présent les deux religions monothéistes sœurs ne sont que des traités de paix et de tolérance.

      Vive E&R et vive la France
      un musulman du quotidien ou plutôt un musulman tout court


    • #1781276
      le 09/08/2017 par Pierre Loup
      La sacralisation de l’État d’Israël

      ’’Daesh applique à la lettre l’Islam’’
      L’Islam bannit la drogue et l’alcool... les combattants de Daesh sont tous drogués a mort...
      Votre ’’théorie’’ tombe a l’eau..........


    • #1781445

      Je réponds aux 2 commentaires.
      Je pensais exactement comme vous il y a peu (moi même étant issu d’une famille musulmane pour moitié), mais force est de constater qu’après une étude approfondie de l’islam, on ne peut que en ressortir mitigé.
      D’abord, l’aspect extérieur : tous les convertis et autres ré-islamisés sur internet sont des huîtres au QI de 80 qui sont sur un mode salafiste et ne cherchent que des justifications théologiques à leur violence, et veulent en découdre avec le français de souche.
      Mais ça, ce n’est pas très grave, le plus important étant de s’intéresser au message de cette religion.

      Allons-y :

      Comment peut-on, par notre morale naturelle, accepter de se marier avec des enfants ?
      Sourate 65, verset 4
      Volume 8, Livre 13, hadith 151, de Boukhari

      Avez-vous lu les textes de Khomeiny ? Où il dit qu’entre le mariage (à 6 ans) et sa consommation (à 9 ans) conformément au hadith ci-dessus, on peut quand même prendre du plaisir avec la fillette par l’autre orifice ? Comment appelle-t-on cela si ce n’est de la pédocriminalité ?
      Ou que l’homme peut se soulager sexuellement sur un chameau ou un âne ?

      Comment peut-on accepter d’assassiner un apostat ? Si on est tellement sûr de soi que c’est la bonne religion, ben laissez le type apostasier et il ira en enfer.

      Comment peut-on accepter les mariages temporaires ?
      Qui permettent en fait de faire des partouzes et de violer autant de femmes que de contrats de mariage temporaire que l’on aura passé avec l’imam ?

      Comment peut-on accepter de battre sa femme ? (Sourate 4 il me semble)

      Comment peut-on accepter de croire que boire de la pisse de chameau est bon pour la santé (Coronavirus MERS, dizaines de morts récemment...), obliger les gens à dire que la Terre est plate (Ibn Baz), ou encore dire que le lait est formé de sang et d’excréments, puis oser parler de miracles scientifiques du Coran ?

      Comment toutes ces petites islamo-racailles peuvent elles être conditionnées ainsi pour en arriver à dire qu’ils ne touchent pas au ’’français chrétien impur’’ qui l’a accueilli alors que ces petits cons mériterait une baffe ?

      Comment peut-on accuser les cathos d’association si soi-même on embrasse une pierre noire polythéiste ?

      Comment peut-on justifier la vie du Prophète ?

      Le problème c’est que quand on dit ’’c’est pas l’islam’’, malheureusement, en cherchant, on voit que oui, c’est l’islam. (Et non pas les musulmans, nuance)
      Avez-vous lu le Coran, les hadiths, la Sira ? Connaissez-vous votre religion ?


    • #1781541
      le 09/08/2017 par Créponné
      La sacralisation de l’État d’Israël

      @Ert
      Je ne veux pas spécialement défendre l’Islam mais le verset 4, sourate 65 peut faire référence à des femmes mûres en age, qui n’ont pas de règles, du moins c’est le point de vue défendu par un certain nombre d’imams.
      Il y a un certain consensus dans la jurisprudence, comme quoi, les relations sexuelles sont autorisés quand les femmes (ou plutôt adolescentes) ont leurs règles et sont fécondables (Boulough), ce qui repousse l’âge à 13/14 ans (ce que je n’approuve pas).
      Le mariage temporaire est interdit par le plus grand nombre des sunnites, et beaucoup de chiites aussi.
      Quant à la pisse de chameau, on aurait tort de dénigrer cette pratique, si les bédouins de l’époque le faisait c’est qu’ils avaient expérimenter ses "vertus".
      Un certain nombre de scientifiques (et un docu sur Arte) vantent les mérites de l’urine de chameau. Elle serait très bénéfique pour le système immunitaire, le chameau étant l’animal, au monde, qui résiste le mieux à la sécheresse, son urine serait riche en principes,actifs fortifiants.

      Il n’y a pas de mal à critiquer telle ou telle religion mais il ne faudrait pas tomber dans la caricature et tout dénigrer.


    • #1781544

      Vous avez écris trop de choses. On n’a pas le temps de vous répondre (et pas trop envie non plus à vrai dire). Beaucoup de croyants ne comprennent déjà pas
      Que dire alors des autres ...


    • #1781624
      le 09/08/2017 par Gargamel
      La sacralisation de l’État d’Israël

      Je comprends totalement votre message ERB.
      Malheureusement, y répondre dans les details et ecueils cités necessitent beaucoup plus que les 2500 caractères autorisés par le forum.
      En tout cas vos interrogations sont logiques et sont reccurentes chez le profane. Nous aboutissons systématiquement à la meme problématique. En réalité deux problématiques parfaitement actuelles auquelles " "les autorités" musulmanes ou celles reconnues comme telles feignent de répondre soit bien intentionnés et par ignorance soit de facon mal intentionnés (Chalghoumisation de l’islam par la communauté organisée) et qui concernent la place de la tradition prophetique (le hadith) et donc la déconstruction des mensonges des chaines de transmissions jusqu’à Boukhari, Muslim, Hourayra,.... que de mensonges et de hadith tous controversés... certains sont sahih pour lun pas pour l’autres. Le mensonge du hadith pour être clair est démontré mais reste un tabou et fonde les bases du courant "coraniste"... donc je n’argumenterai meme pas au sujet du hadith qui dit qu’il ne faut pas chier en direction de La Mecque...
      L’autre problematique est celle de la contextualisation historique et culturelle de certains versets qui sortid de leur contexte peuvent signifier ce que vous voulez,...m. Eric Zemmour connaît bien ce procédé. Cela me permettrait de developper autour la polygamie et autre hérésie de personne que vous citez... qui sont terribles à lire mais qui ne sont ni de source coranique ni meme dans la morale coranique qui trame dans le discours de Dieu Coran et Bible compris. En ce sens que le Coran insuffle une logique une ethique, cela met en contraste tous ces hadiths. En soi le hadith est une autre religion. L’on a le culte de la Shoah mais, également le culte du Hadith religion differente avec deification du prophete Mohamed ce qui est une hérésie.
      Merci à E&R pour etre cette tribune d’échange et enrichissements.

      Alors oui je connais bien ma religion pour repondre a votre question..et nombreux sont ceux qui pensent comme moi.

      Cordialement.


    • #1781704
      le 09/08/2017 par Étienne
      La sacralisation de l’État d’Israël

      "La lettre tue, l’esprit vivifie"


    • #1781820

      @Gargamel

      Heureux de voir que l’on peut avoir un dialogue constructif et de qualité.
      Déjà, la dénonciation du wahhabisme, je pense que là-dessus, nous sommes tous d’accord.

      Ensuite, j’en suis venu à me poser des questions sur l’islam lui-même :
      Les éléments biographiques contenus dans la Sira du Prophète ont-ils été accentués par les califes afin de justifier leur répression ? Car j’espère vraiment que Mohammed n’a pas percé les yeux de ses victimes innoncentes (parfois juste de poètes qui avaient produit un texte politiquement incorrect à son égard) avec des clous chauffés... ça ne ressemble pas à un comportement éthique et moral pour moi.

      Ensuite les hadiths : en effet, trop les sacraliser en vient à ne faire plus que du légalisme et à stresser à se demander si l’on a bien prononcé la prière qu’il faut en se retournant la nuit (! !) ou si l’on a bien mis en oeuvre le rituel pour boire islamiquement un verre d’eau, ou encore comme vous dites, la réglementation pour voir comment chier...
      Comme le disait quelqu’un dont j’ai oublié le nom, les musulmans ont maintenant 1000 livres sacrés : le Coran, les hadiths de Muslim, Boukhari et autres puis l’explication de texte, puis l’explication de l’explication...

      Puis, le niveau au-dessus, le Coran : je dois vous avouer que de prime abord, la beauté poétique du texte ne m’a pas trop touché. (En français, mais aussi en arabe, mais de façon moindre)
      Ensuite, je trouve le livre assez confus, passant du coq à l’âne, et parfois contradictoire ou anachronique.
      Je le trouve également rempli de menaces, et de justification de la divinité, comme si Allah (excusez, mais c’est ce que je ressens) était un petit djinn du désert en mal de reconnaissance.
      Il y a ensuite malheureusement beaucoup de versets violents, appelant au meurtre, au pire châtiment.

      Enfin, je reviens là-dessus, mais ça me semble être une religion purement légaliste avec peu de rapport à la divinité (’’Dieu seul sait’’, comme il est écrit). Il suffit de payer tel montant pour se faire pardonner, etc.

      Que dites-vous à ceux qui disent que l’Islam a été créé par une secte de judéo-nazaréens, que Mohammed était lettré, que le Coran n’a été ’’mis au propre’’ que par le Calife Othman qui détruisit les autres versions, et que aucune source non islamique ne fait référence au prophète à l’époque, ou encore que l’Arabie Saoudite empêche toute fouille archéologique sur son sol de peur que cela fasse écrouler l’Islam, et que les musulmans sont polythéistes ?

      Merci


    • #1782382

      @Ert :
      "Que dites-vous à ceux qui disent que l’Islam a été créé par une secte de judéo-nazaréens, que Mohammed était lettré, que le Coran n’a été ’’mis au propre’’ que par le Calife Othman qui détruisit les autres versions, et que aucune source non islamique ne fait référence au prophète à l’époque, ou encore que l’Arabie Saoudite empêche toute fouille archéologique sur son sol de peur que cela fasse écrouler l’Islam, et que les musulmans sont polythéistes ?"

      Je suis moi même complotiste, mais imaginez la chose, un mec qui part se cacher dans une grotte car il aime la retraite spirituelle pour se rappeler son Dieu (celui d’Ismael et D’Abraham) dans le désert aride d’Arabie. Il se dit que pour conquérir le monde au delà de son désert il va créer une religion. Avant d’imaginer la chose, je vous invite à aller passer une semaine dans le désert d’Arabie, pour l’avoir fait moi même , vous verrai par vous même que les priorités ne sont pas les mêmes. Boire de l’eau est un combat car les puits d’eau sont pris en otages...

      Pour le coran remis au propre... alors il y ce qu’on appelle le tarawih, qui est une tradition prophétique du vivant du prophète ou Le coran y est récité par cœur. Tradition qui a vécu jusqu’au aujourd’hui... , donc l’ordre y été respecté et connu depuis le début du ramadan, et ce, du vivant du prophète bien avant Le Khalifa sous Othmane ( Kur’an signifie récitation). Les " recitateurs " étaient envoyés partout bien avant Le Khalifa avec une version unique ... celle qu’ils ont appris, fallait des mois pour aller voir les voisins...
      le prophète Mohamed, lettré ? En quelle langue ? L’arabe de la révélation n’est exactement pas le même, il n’y avait pas de consonnes par exemple, En fait, l’arabe était avant tout une langue parlée et il faut bien comprendre que c’est la propagation de l’islam qui a enrichi l’Arabe. Seuls les poètes et scribes maîtrisaient l’arabe et arrivaient à se relire sans les consonnes. La femme du prophète, son oncle, ses amis et tout son entourage savaient qu’il n’était pas lettré, alors il aurait pu le cacher, mais encore une fois, je pense que les priorités de ces gens étaient plutôt alimentaire...

      Je ne vais pas parler des fouilles... car il y a plus aberrant comme la rotation de la terre autour du soleil... mais c’est les saoudiens... bref.

      Vous chercherez des défauts encore et encore car vous ne voulez pas simplement pas croire. Mais continuerez de chercher :)


  • #1781252
    le 09/08/2017 par Sedetiam
    La sacralisation de l’État d’Israël

    "Ces souffrances, c’est terrible, mais pour un peu de souffrance, tu reçois l’infini, ça vaut l’coup !" Le coup pendable qu’ils ont fait à Balfour et aux américains dès 1916 et qui sucent désormais la roue de ces politiques verreuses ?

    Mais que l’on se rassure, d’autres ont connu une ère Shōwa, celle d’un lascar qui bricolait aussi en Asie, se prétendant demi-dieu. C’est déjà plus qu’élu, demi-dieu. Vinrent deux baffes magistrales (au grand dam de milliers de civils) pour régler le précédent de 20 millions de morts afin que notre gugusse baisse son froc et rappelle à tous la supercherie du mythe, quand bien même il reste cent millions de croyants.
    Sans compter le deal avec Mc Arthur pour conserver son trône (jusqu’à sa mort) et les rouleaux de papier nécessaires à se...moucher afin que les USA occupent le coin. Car dans le monde des empapaoutés, il n’y a jamais de doublure.

    La problématique de la sacralisation, c’est qu’elle doit s’accompagner d’un dogme verrouillant des sociétés "fermées" et recroquevillées sur elles-mêmes. Avec par dessus le maché, une forme d’inquisition. Or parallèlement, le monde s’ouvre (et avec l’Internet, plus vite que prévu) et le combat, autrefois dynastique, reposant désormais sur un fait de guerre odieux comme il en existent d’autres, auxquels certains ou certaines apporteront plus d’ampathie, pour s’en foutre le mois suivant, ne peut tenir dans le temps. Que l’on considère une eschatologie ou non.

    Car fatalement, il se retrouvera comme Shlomo Sand, pluralité de juifs anti-sionistes et nombre de sionistes non-juifs.
    Déjà qu’il en est qui ne sacralisent pas trop ; en Israël : https://www.youtube.com/watch?v=Omo...


  • #1781303
    le 09/08/2017 par awrassi
    La sacralisation de l’État d’Israël

    Israel se pose comme le défenseur de l’Occident contre la barbarie musulmane. Et comme peu de gens réfléchissent et lisent, leur aura va perdurer jusqu’à ce que les Palestiniens les chassent de leurs terres. Ce qui se fera ; il faut juste être patient !

     

  • #1781473

    Youssef hindi rejoint parfaitement l ’ analyse de L . Guyénot en démontrant que dans la bible se trouve tout l ’ ADN du judaisme , que tout le programme (racialisme , haine des non-juifs . . .) y est explicité au contraire de la thèse qui voudrait que le jadaisme ait muté en une religion "differente "( de ce qu ’elle était précedement ) à partir du christianisme et pour s ’ opposer à lui (talmudo-judaisme ) .Le sionisme lui même ne fait que développer le programme biblique . Laurent Guyenot ( et sans doute aussi Y. Hindi ) considère que le judaisme n ’est pas en réalité une religion ; Soral définit la Bible " uniquement un programme politique de domination " .


  • #1781505

    Bonjour,
    ce texte figure mot pour mot en page 4 du Rivarol du 27 juillet 2017 n°3293 mais attribué à la plume d’un certain Jean TERRIEN.
    Est ce un pseudo de youssef hindi ou y a t-il eu plagiat dans un sens ou dans un autre ?
    Très bon article en tout cas.

     

  • #1781522
    le 09/08/2017 par tabouret1789
    La sacralisation de l’État d’Israël

    Il faut dire aussi que la flamme de gaz est plutôt une faute de goût dans cette situation, mais il ne faut pas trop en demander.


  • #1781994
    le 10/08/2017 par Régulus
    La sacralisation de l’État d’Israël

    @ tabouret1789

    Bien vu !
    Et je ne trouve pas respectueux le fait de déposer une pizza tomate / mozzarella en guise de commémoration, d’autant qu’il y a trop persil et une seule olive.

    « Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. »
    Manu, sort de ce corps !


  • #1782463
    le 11/08/2017 par goy pride
    La sacralisation de l’État d’Israël

    Que l’on se croyant ou non il est important de protéger la doctrine chrétienne. En effet c’est la seule qui donne les outils intellectuelles et intuitifs nécessaires pour se protéger contre la modernité. Que cela soit un croyant ou un non-croyant mais de culture chrétienne, ils comprennent ou au moins ressentent de manière intuitive les dangers de la modernité comme la désacralisation du vivant et de la reproduction (marchandisation), le transhumanisme, la théorie du genre...en revanche les civilisations qui ne sont pas de culture chrétienne, même quand paradoxalement elles restent encore fortement imprégnées de tradition, tombent aisément dans les pièges de la modernité. Ceci explique pourquoi le transhumanisme, l’ingénierie génétique avancent de manière inquiétante dans des pays comme la Chine ou la Corée du Sud où ils ne semblent pas connaître les tabous qui existent encore dans les nations de culture chrétienne.
    La doctrine chrétienne est une réponse spécifique au judaïsme, c’est un contre-judaïsme s’attaquant à l’essence même de ce dernier et c’est pour cette raison qu’une des priorités du projet messianique juif est la corruption et destruction de la foi chrétienne et des peuples qui ont été modelés par cette dernière car ces derniers sont les plus aptes à identifier les dangers de la modernité portés par le judaïsme.

     

    • #1782556
      le 11/08/2017 par aliciakiss
      La sacralisation de l’État d’Israël

      L’islam s’oppose au judaïsme dans la mesure où il prône le salut de tous ceux qui déclarent vrai le message de son dernier prophète.
      Cela dit, l’empire étant chrétien, les peuples qui intègrent le mieux ses normes et ses dogmes, (parce qu’eux-mêmes chrétiens ou par défaut de normes restrictives) sont bien placés pour adopter ou contester ses paradigmes (égalitarisme à tout crin, droits-de-l’hommisme, séparation de l’église et de l’état, sécularisation...).
      Cela n’est pas le cas d’un Islam encore dans la fleur de l’âge (même pas quinze siècles).


    • #1784681
      le 14/08/2017 par Pseudonyme
      La sacralisation de l’État d’Israël

      @aliciakiss

      Ah bon, l’empire est chrétien ?
      C’est au nom du Christ que BHL et Attali agissent ?
      On en apprend tous les jours...

      L’Islam est au contraire un retour au judaïsme : légalisme, retour à la circoncision et aux interdits alimentaires que le Christ a abolis, et il y a plein d’ambiguïtés dans l’islam : invoquer le prophète dans la Chahada et le mettre au même niveau que Dieu comme certains le font relève du plus pur associationnisme que certains se croient malins d’en accuser le catholicisme, tout comme vénérer une pierre noire à La Mecque, ou embrasser et vénérer un livre.

      Si on étudie l’Islam et le Coran historiquement et non théologiquement, on se rend compte qu’il s’agit d’une hérésie judéo-chrétienne et non d’une nouvelle révélation. Tous les textes et documents existent et sont disponibles.
      Des prédicateurs judéo-nazaréens (car dans les Coran, les Chrétiens sont qualifiés de ce terme de ’’Nasariyin’’, alors que les Chrétiens en arabe, ça se dit ’’masihiyin’’, donc le Coran parle bien de cette secte en particulier) d’origine syrienne et parlant le syriaque (d’où le fait que des passages obscurs du Coran prennent tout leur sens quand on les lit en syriaque et non en arabe), ont dû rencontrer Mohammed et ses compères arabes lors d’un voyage de celui-ci (marchand caravanier me semble-t-il) en Syrie.
      Ces prédicateurs les auraient séduits, voyant en eux une bonne chair à canon et eux se voyant comme le nouveau peuple élu.
      Les nazaréens voulaient reprendre Jérusalem et y reconstruire le temple, ils avaient dit aux Arabes que Jésus reviendrait ensuite.
      D’où l’attaque de Mohammed sur Jérusalem en 629.
      D’où le Dôme du rocher.
      D’où le fait que la chahada inscrite sur cette mosquée ne contient pas le nom du Prophète car il n’était à l’époque qu’un chef de guerre.
      Voyant que Jésus ne venait pas, et qu’ils s’étaient fait avoir, les Arabes massacrèrent les Nazaréens.
      D’où les insultes envers eux dans la 2nde partie du Coran.

      Et le Coran et les hadiths (tous fabriqués par les Califes) parlent d’une Arabie polythéiste, alors qu’à l’époque elle était christianisée.
      Voilà pourquoi les saoudiens interdisent toute fouille.

      Et puis, jugeons un arbre a ses fruits : malgré certaines beautés du monde arabo-musulman, le bilan est globalement négatif et ce n’est la faute d’aucun acteur étranger. C’est de la faute des musulmans qui passent le plus clair de leur temps à s’excommunier et à s’entretuer, si bien qu’on se trouve en état de guerre permanent.


    • #1784839
      le 15/08/2017 par reymans
      La sacralisation de l’État d’Israël

      "le bilan est globalement négatif et ce n’est la faute d’aucun acteur étranger"
      Et là c’est le drame ! d’accords pour dire que les arabes/musulmans ont leur part à prendre.
      Mais nier qu’on les y a plus que fortement pousser par ingérence, en tout particulier de nos jours, c’est assez peu lucide je trouve.


    • #1784859
      le 15/08/2017 par Yasmina
      La sacralisation de l’État d’Israël

      @Pseudonyme

      L’islam est une religion qui a sa propre personnalité..La foi musulmane proclame que Dieu est le Créateur de l’univers et qu’il a confié à l’Homme une mission sur terre. Dieu a accordé la liberté exclusivement à l’Homme, lequel est responsable de ses actes devant son Créateur le Jour du Jugement dernier.

      . La source ( Dieu Créateur ) étant la même, c’est normal qu’il y est des ressemblances avec le christianisme et le judaisme. Dieu envoie ses Messagers à l’humanité avec le même message mis à jour.
      C’est comme un logiciel , de temps à autre vous faites les mises à jour du logitiel pour que votre ordinateur fonctionne correctement. Ou bien la mer et les océans : l’eau est la même mais les vagues sont différentes. Les vagues représentent les Messagers, Envoyés de Dieu, symbolisé par l’Océan.
      la chahada, ( j’atteste qu’il n y a de divinité que Dieu, et j’atteste que Mohamed est Son Prophète) témoignage de la foi des musulmans est un acte de foi qui en deux phrases affirme deux choses à l’adresse des polythéistes et des croyants israélites et chrétiens qui peuplaient l’Arabie à cette époque : la première affirmation est une adresse aux polythéistes pour dire qu’il n y a qu’un SEUL et Unique Dieu, , et la deuxième est adressée aux deux autres monothéismes israélite et chrétiens pour dire que Mohamed est dans la continuité des autres Messager, Prophètes et Envoyés de Dieu.


    • #1784941
      le 15/08/2017 par Pseudonyme
      La sacralisation de l’État d’Israël

      @neymans
      Évidemment, que des acteurs étrangers (américains, israéliens...) font tout pour détruire le monde arabo-musulman, mais ce que je n’ai pas pu dire à cause de la limite de caractères c’est que même quand Israël ou les États-Unis ne font rien, c’est le bordel et ils s’entretuent.
      Regardons l’histoire du début de l’Islam, les 4 premiers califes me semble-t-il sont morts assassinés par d’autres prétendants.
      Et actuellement, tout ce que l’Arabie Saoudite trouve de bon à faire, c’est de bombarder sa propre population à coup de F-16 et bulldozer dans l’enceinte même du pays !

      @yasmina
      Je comprends ce que vous voulez dire théologiquement mais j’y mêle une analyse historique.

      Et sinon, en réponse à votre commentaire, il n’y a aucune liberté en Islam, on nous demande de croire aveuglement et de ne pas l’ouvrir sous peine des pires châtiments de l’enfer.
      Ce qui est étendu à la parole politique : ’’Ferme ta gueule, le calife/roi/caïd a raison, c’est le commandeur des croyants, le représentant de Dieu sur Terre, il fait ce qu’il veut.’’
      Voilà comment des dictatures persistent en terre d’Islam, à cause du défaitisme et du ’’je crève la faim, c’est Dieu qui l’a voulu’’ (en réalité c’est l’ordure au pouvoir qui l’a voulu).

      Dire que l’Islam serait une mise à jour, j’y croyais au début, mais j’ai quand même étudié le sujet ensuite : l’islam n’annonce rien de nouveau par rapport aux deux autres monothéismes. (Il y a une progression entre judaïsme et christianisme, les juifs n’ont pas voulu le voir, c’est leur problème) De plus, ’’on’’ dit que les Écritures précédentes ont été falsifiées pour justifier la ’’remise en ordre’’ que fait l’Islam.
      Déjà, rien n’a été plus falsifié que les textes musulmans, ensuite, le Coran lui-même dit de se référer aux anciennes Écritures pour connaître la vérité sur tel ou tel sujet !
      Si bien qu’elles ne sont donc plus considérées comme falsifiées.

      Sinon, la falsification qui serait ’’les Chrétiens ont menti, ce n’est pas Jésus qui est mort en croix’’, provient des évangiles apocryphes, notamment l’Évangile selon Barnabé... qui est un faux du Moyen Âge écrit par un Italien ou un Arabe d’Espagne pour justifier le fait que le Coran soit vrai.
      Pas très honnête !!

      Pourriez-vous répondre sur le reste du message ?

      Je vous le dis de la manière la plus douce, sans insulte aucune, c’est juste une impression, mais en vous lisant j’ai l’impression d’entendre un peu Tariq Ramadan, c’est-à-dire quelqu’un qui répond systématiquement à côté.


    • #1785278
      le 16/08/2017 par aliciakiss
      La sacralisation de l’État d’Israël

      L’Islam est au contraire un retour au judaïsme : légalisme, retour à la circoncision et aux interdits alimentaires que le Christ a abolis

      Des rituels et lignes de conduite prégnantes dans le quotidien pour faciliter la transmission et la propagation du message divin par ceux de nôtre espèce concernés - non par le sang mais l’adhésion, le choix, le besoin. Par la force peut-être aussi, mais une coercition conjoncturelle et politique, dont on peut blâmer, une partie des "croyants" mais pas la religion en tant que telle.
      Pour les adeptes du christianisme il en va autrement, le risque est plus grand de voir tarir le message tant l’humain est sensible aux tentations prodiguées par les forces du mal. Mais l’ Homme dont l’âme est vertueuse - prôné par le christianisme - est plein de ressources. S’ il perpétue la grâce dont Dieu nous a fait don, c’est une aubaine pour nôtre espèce.

      Pour le reste, les américains, tête de pont de l’ Empire tel que nous nous le représentons en principe sur ce site, à ma connaissance jurent encore sur la bible. Une empreinte vétéro-testamentaire qui se retrouve dans ses engagements politiques et militaires, même si c’est implicite et non revendiqué par les décideurs de l’Otan par exemple. Donc oui l’ Empire est chrétien avec son aiguillon qui ne l’est pas, certes, mais là n’est pas la question. Cet aiguillon mène aussi le monde musulman...

      Le monothéisme décliné en trois temps est donc une manière de faire en sorte que l’homme se souvienne du Divin et manifeste ce souvenir.
      D’autres moyens de vivre cette transcendance existent et perdurent à grande échelle mais pour le coup il s’agit réellement de civilisations différentes de celle issue du monothéisme.
      Vivre sa foi entre pratiques saines (comme gérer son propre rapport aux nourritures terrestres) et quête spirituelle encadrée, permet d’éviter de se perdent dans des méandres métaphysiques pour atteindre un mysticisme nébuleux. C ’est tout l’intérêt des religions "bien comprises" (comme tout du reste).


    • #1785377
      le 16/08/2017 par Yasmina
      La sacralisation de l’État d’Israël

      @pseudonyme

      je ne réponds pas à coté puisque vous avez affirmé que les musulmans sont hypocrites car ils placent leur Prophète au même niveau que Dieu, en faisant la chahada( témoignage de leur foi) ce qui est un acte d’association , eux qui trouvent déjà la Trinité comme un acte d’association à Dieu.

      tariq ramadan n’est ma tasse de thé. je n’aime pas la Confrérie des F.M. si vous voulez me coller une etiquete c’est plutôt du coté de Roger Garaudy et de Eva de Vitray qu’il faut chercher. Et, je suis une convertie, J’ai meme appris l’arabe ( arabe coranique et poésie ancienne est une specialité à part pour ceux qui veulent vraiment apprendre) J’ai reflechie et médité des années.

      Votre approche, historique, ne tient pas compte des défauts des hommes qui ont changé la parole Coranique. Oui, le Coran fait appel à la raison et l’homme est libre de croire ou de ne pas croire.

      Je peux répondre à toutes vos critiques, non fondé à mon sens.


    • #1785690

      Prenons un exemple :
      Je veux me convertir.
      Bon. Je m’informe sur l’Islam, naturellement.
      Je me rends compte en moins d’une semaine de recherches que :
      - Contrairement à l’orthodoxie musulmane, le Coran n’est pas incréé, et d’après l’orthodoxie elle-même (!) plusieurs versions du Coran ont existé (toutes celles que Othman a fait brûler).
      - Que le Coran est pétri de contradictions historiques ou simplement logiques.
      Que cela est corroboré à une lecture syriaque du Coran qui lève toute ambiguïté du texte.
      - Que personne dans cette région n’a parlé d’Islam jusqu’à près de 200 ans après la mort de Mohammed.
      Que cela est corroboré par le fait que Mohammed ne voulait pas créer de nouvelle religion et qu’il était le disciple d’une hérésie judéo-chrétienne.
      - Que la grosse majorité des hadiths sont faux et fabriqués sur ordre califal afin de justifier théologiquement la terreur de leur population.
      D’ailleurs plus les hadiths sont rédigés tardivement, plus leur isnad est de bonne qualité. Très étrange...
      - Que la vie du prophète est tout sauf morale.
      Mariage a 6 ans, décapitation pour un oui ou pour un non, esclavage, pillage de masse, torture, coupage de main, clous chauffés dans les yeux...
      De deux choses l’une : soit c’est vrai, et gros problème donc.
      Soit c’est faux, et inventé par des vicieux pour justifier leurs actes, et tant mieux que ce soit faux, mais ça veut dire que tous les textes orthodoxes musulmans qui relatent cela sont sans valeur.
      - Que la Sira (biographie) est un tissu de mensonges. (Cf Aldo Sterone)

      Je me documente au sujet de trucs qui me gênent et je vois que :
      Toute la justification théologique du viol, du meurtre, du mensonge, de l’esclavage et de la pédophilie existe et tient la route.

      Quelles conclusions dois-je en tirer ?
      Je vois que tout ce que moi-même je croyais s’écroule.
      ...
      Ce qui ne m’empêche pas d’apprécier certains penseurs, philosophes, artistes, scientifiques arabo-musulmans (qui étaient souvent berbères, turcs, perses donc tout sauf arabes. Les bédouins en tant que tel n’ont jamais rien inventé. Et une parties de ces élites arabo-musulmanes étaient des chrétiens d’Orient, faut le savoir. Ça c’est pour l’islamo-racaille qui passe sa journée à insulter les kouffar depuis son ordi de kouffar, avec son électricité de kouffar, en parlant une langue de kouffar et qui dit que le Coran est un livre scientifique miraculeux. Ce n’est pas son objet me semble-t-il.), l’art abstrait comme ce qu’on voit a Ispahan, la musique arabe, etc.


    • #1786336
      le 18/08/2017 par A l’anonyme
      La sacralisation de l’État d’Israël

      A l’anonyme

      Vous nous offrez un beau condensé de ce qu’une certaine littérature raconte sur la vie de Mohamed et sur les débuts chaotiques de la propagation de la religion que d’aucun appelle "mahométane" à dessein.
      Comme toujours des faits décousus ne disent rien d’une réalité historique dense et riche en évènements. Affaire classée, diront les gens pressés de retourner à leurs préoccupations matérielles. Et ça se comprend tant la vie moderne est trépidante.


  • #1785022
    le 15/08/2017 par Anonyme
    La sacralisation de l’État d’Israël

    Ah la photo, on dirait un conseil de Koh Lanta.


  • #1785966
    le 17/08/2017 par D. Kada - Oran
    La sacralisation de l’État d’Israël

    @ pseudonyme



    Et sinon, en réponse à votre commentaire, il n’y a aucune liberté en Islam, on nous demande de croire aveuglement et de ne pas l’ouvrir sous peine des pires châtiments de l’enfer.



    Avant de reprocher à l’islam l’absence de liberté, il faut au préalable que tu sois libre, ce qui n’est pas, d’après tes propos, ton cas. Car la Prophétie, donnée non-humaine, divine, transcendante, s’adresse à l’intelligence du cœur, elle dépasse pour ainsi dire, 
tout en l’englobant, la seule raison.

    Sache qu’une infime partie des hommes du notre âge, le monde moderne,
 cherchent à contrôler l’humanité, se prennent pour Dieu dans une 
inversion satanique de l’ordre des choses, leur but est de maintenir la majeure partie des êtres humains ignorants, à la périphérie de leur 
propre centre, de leur propre être, périphérie qui est alors le lieu 
de l’illusion et de la manipulation, c’est pourquoi ce monde est le 
monde de l’excentricité, du divertissement, bref, de tout ce qui est 
capable de troubler l’intériorité de l’homme, n’existe que ce qui est extérieur, tangible ; ce monde du tout-physique, où il ne peut y avoir d’autre réalité que celle que l’on veut bien vous montrer maintient 
l’homme dans cet état de soumission totale, l’homme n’a jamais été 
finalement aussi esclave et l’ironie consiste en ceci que jamais il ne s’est cru 
aussi libre et affranchi, comme toi, de tous les soi-disant obscurantismes des 
âges précédents, mensonge et inversion totale !

    Les gens sentent bien que rien ne va plus, les forces chaotiques n’en finissent plus de se répandre à travers les crises (voulues), les guerres qui n’ont jamais été aussi nombreuses et destructrices, perfides et perverses, une société atomisée, "anomique" (qui est comme le reflet des individus qui la compose) où l’inversion des valeurs atteint son paroxysme, l’âge de la grande Parodie et de la subversion est là.

    Je sais que tes habitudes mentales forgées dans l’acier de la laïcité ne te permettra jamais de comprendre ce que je viens de dire.

    Le Pire DK


  • #1785983
    le 17/08/2017 par D. Kada - Oran
    La sacralisation de l’État d’Israël

    @ ert



    Ce qui ne m’empêche pas d’apprécier certains penseurs, philosophes, artistes, scientifiques arabo-musulmans (qui étaient souvent berbères, turcs, perses donc tout sauf arabes. Les bédouins en tant que tel n’ont jamais rien inventé.



    L’expansion des bédouins arabes "réincarnés" par une pseudo-religion, comme vous ne cessez de le claironner à travers vos posts, commence contre deux adversaires à la fois deux empires gigantesques, en territoire, en hommes et en moyen comparé à l’Arabie presque déserte.
    C’est bien la grenouille arabe sauvage qui dévore les deux gros bœufs gras légués par l’antiquité. Il n’aura fallu que deux batailles en 636 pour ébranler les forces des deux grands empires d’alors, Yarmuk et Qadisiyya.
    Quand les bédouins arabes ombrageux se lancent à l’assaut du moyen orient en 634, soit deux ans après la mort du prophète mohammed Salla Allah Alayhi Wa Salem (632), l’unification des tribus arabes a quelques mois à peine. L’empire Perse, lui, se prévaut d’un millier d’année d’existence sous les dynasties "achéménide", "Parthe" et depuis le début du IIIème siècle "Sassanide". L’empire romain d’orient chrétien dit "Byzantin" a de son coté plus de 1300 ans d’histoire. Le rapport démographique entre les conquérants arabes et les deux empires est incommensurable. Et pourtant, c’est bien la grenouille arabe "métamorphosée" comme vous le prétendez par une pseudo-religion qui dévore les deux gros bœufs gras légués par l’antiquité.

    Depuis Alexandre, on n’a jamais connu de conquête aussi rapide que démesurée. Réussite extraordinaire qui va susciter au cours de l’histoire bien des interrogations : comment des sauvages ont-ils pu s’adjuger un empire allant de l’atlantique aux avants poste de la Chine ?

    Vous, vous avez percé l’énigme en ayant l’air d’affirmer avec si peu de mots qu’ avec une mauvaise foi on déplace les montagnes. Vous êtes d’un discernement aveuglant celui d’un ignorant haineux qui ne le sait pas. Et qui ne le saura jamais...

    "Pere, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font..."

    Le Pire DK

     

    • #1786142
      le 17/08/2017 par Pseudonyme
      La sacralisation de l’État d’Israël

      (Pseudonyme/ert est la même personne cad moi, j’avais cliqué par erreur sur un pseudo resté en mémoire)

      Je ne suis pas laïcard. Je parle de christianisme et vous me dites laïcard ? Alors que je les déteste ? (Ne croyez-pas que tous ceux qui font une critique de l’islam sont des agents laïcards américano-sionistes ni que l’islam est un bloc monolithique sachant se défendre. L’Empire sait très bien utiliser l’Islam a ses fins. On le voit encore cet après-midi et ce soir à Barcelone...). Puis vous citez une phrase du Christ comme pour vous l’approprier, face à moi, que vous avez d’office désigné de laïcard ?

      Est-ce honnête ? N’est-ce pas là le summum de l’inversion transfert ?

      Ensuite, vous semblez algérien : vous êtes donc peut-être 100% berbère, mais comme beaucoup d’entre eux qui ont un complexe d’infériorité et qui se sentent obligés de s’inventer ’’de glorieux ancêtres arabes’’.

      Ensuite, je ne vois pas ce qu’il y a de faux dans mon message : oui, les Bédouins n’ont rien inventé.
      Scientifiquement, techniquement, philosophiquement. Rien. Rien de socialement positif.
      Comme je l’ai dit, la majorité des cerveaux du monde arabo-musulman étaient soit chrétiens (avec un nom arabe qu’ils étaient obligés de prendre, c’est pour ça qu’on ne les reconnaît pas au 1er coup d’oeil), soit perses, berbères, etc...
      Par contre, oui, les Bédouins ont envahi les terres alentours et fondé un empire. Par l’épée et pas par la persuasion contrairement au Christianisme, rappelons-le... (si vous êtes sur ER, vous savez très bien comment se sont comporté les français catholiques au Canada)
      Et même : Tarik Ibn Zyad, dont Gibraltar porte le nom, qui a envahi l’Espagne n’était même pas arabes mais berbères...

      Mais puisque vous citez le Christ, allez jusqu’au bout : croyez-vous à la Bible, comme le Coran vous dit de le faire, ou n’y croyez vous pas... comme le Coran vous dit de le faire car elle serait falsifiée ? (Déjà, y a contradiction)
      Voilà une question claire où y a pas à tortiller du cul et partir dans des grandes envolées lyriques.
      Soit vous y croyez, et vous refusez une partie du Coran : donc attention à votre tête si un islamiste passe à côté de vous.
      Soit vous n’y croyez pas, donc vous pensez que la Bible est fausse et citer le Christ n’est que de l’hypocrisie.

      Ce que je demande, c’est juste un peu de logique, de bon sens, d’honnêteté et de concret.
      Et ne pas aligner des mots dans un grand discours amphigourique sans réel fond.
      Et il n’est nul besoin de se victimiser.


    • #1786461
      le 18/08/2017 par D. Kada - Oran
      La sacralisation de l’État d’Israël

      @ ert Le Pseudo



      Ce que je demande, c’est juste un peu de logique, de bon sens, d’honnêteté et de concret.



      Si vous étiez un tant soi peu chrétien ou, si vous voulez, profondément chrétien vous sauriez que la foi est au-delà de la raison. Et que spirituellement le centre de l’intelligence est le cœur et non le cerveau. Enfin si vous l’étiez, un vrai chrétien, vos commentaires auraient été exempts de tout ridicule. Comme dire par exemple que Tarek Ibn Ziyad, entre autres, était musulman et non arabe comme si vous reprochiez à l’Arabie d’être le berceau de l’Islam et aux arabes de l’avoir exporté aux non arabes.
      Sachez que l’Islam est "supranationaliste" et "supra ethnique". J’espère que vous savez que le nationalisme et la notion de l’Etat-Nation sont récents, trop tardifs et qui représentent l’ultime étape de la dégénérescence de l’intellectualité, par rapport à l’Histoire de l’Humanité. Précisément depuis l’INVOLUTION de 1789.

      Si vous n’arrivez à saisir ce que je dis, je peux vous initier à communiquer par Tam-Tam ou par fumée pour qu’il n’ait aucune possibilité que vous idées soient saugrenues et là où vos extrapolations ne peuvent revêtir aucun son ni aucune forme...

       :) Le Pire DK


  • #1791103
    le 28/08/2017 par Miville
    La sacralisation de l’État d’Israël

    Non ! Ovadia Youssef a beau avoir lu et su par coeur la Bible hébraïque, son enseignement ne fait que la tordre le plus fort possible. Tout d’abord, Ovadia Youssef répand une doctrine dont le plus proche équivalent connu dans le monde est l’hindouisme vishnouïte, et non pas le judaïsme. Ovadia Youssef ne fit aucun sermon sans parler de karma et de réincarnation en abondance, deux concepts à l’opposé le plus direct de l’ensemble du texte biblique tout comme de ce que nous savons de ce que fut la croyance juive durant tous les siècles anciens, à l’exception de certains courants de la Kabbale qui sont à religion juive ce que le gnosticisme est au Christianisme, et dont la plupart des juifs se méfient comme de quelque chose d’assez sulfureux. Voici un exemple parmi tant d’autres d’énormités dites par Ovadia Youssef : les juifs qui moururent du fait de l’Holocauste nazi n’étaient pas des juifs mais en fait des âmes non juives que Dieu mit dans des corps d’origine juive en prévision de ce crime pour sauver les vrais juifs de ce destin et pour le faire subir par des non-juifs le méritant par leur karma. Le problème grave, c’est que malgré ce tissu d’énormités à la file plus de la moitié des habitants de Jérusalem Ouest l’aient considéré comme un des prédicateurs les plus respectables.


Commentaires suivants