Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Législatives : un braquage institutionnel

Jean-Michel Vernochet et Youssef Hindi analysent les résultats du premier tour des élections législatives 2017. Où l’on s’aperçoit que le système politique mis en place par la gauche et la droite et qui peut donner une majorité écrasante à une infime minorité oligarchique peut aussi être utilisé pour mettre en place en toute légalité une dictature oligarchique.

 

Les analyses de Youssef Hindi et Jean-Michel Vernochet
chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 
 






Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1744994
    Le 13 juin à 22:23 par Karim
    Législatives : un braquage institutionnel

    Ils m’éclatent ces deux-là !
    Ils font la paire.
    Merci à eux.

     

    Répondre à ce message

  • #1744998
    Le 13 juin à 22:27 par Bougras
    Législatives : un braquage institutionnel

    Mais le "braquage institutionnel" il dure depuis... 1958, c’est ce que Mitterrand appelait "Le coup d’Etat permanent" - auquel il se garda bien de mettre un terme quand il fut élu en 1981 . Cette bande de voyous sionistes ne rétablira jamais la proportionnelle : elle aurait donné 80 députés au FN, alors qu’ils n’en auront sans doute pas un seul . "La salope fascisante" ne doit en aucun cas entrer à l’Assemblée "Nationale" .

     

    Répondre à ce message

    • #1745125
      Le 14 juin à 07:27 par Eloise
      Législatives : un braquage institutionnel

      Je prefere la version de H2L : « Nous avons changé de Constitution le 1er juillet 1972 (entrée en vigueur de la loi Pleven). Nous étions un État républicain, et nous avons basculé dans un État cosmopolite. » Preference des allogenes sur les souchiens.

       
  • #1745057
    Le 14 juin à 00:04 par K3
    Législatives : un braquage institutionnel

    Dans la démocratie de marché et d’opinion (comme on dit), quelle est la place de la volonté populaire ?

    Et qu’en reste t’il de volonté populaire ? Autant dans les siècles passés, chacun pouvait défendre sa réalité objective et immédiate, autant aujourd’hui ça devient plus compliqué, surtout quand 95% ont accès au minimum vital.

    Que pèse les gens qui ont une volonté en % ?
    En sachant que tous les moyens légaux existent pour s’affranchir de cette volonté.
    Simplement la faire entendre exigerait l’illégalité.

    Ce n’est pas une critique personnelle,mais plutôt générale, ça verse dans la sur-analyse, tant l’avenir est déjà écrit,pensé,théorisé...(au moins dans les grandes lignes pour l’occident).
    Macron n’est une surprise pour personne, même pas pour ceux qui n’ont que très peu de culture politique...c’est la suite logique.

    On se retrouve en quelque-sorte cantonnés à commenter la vie politique, mais rien ne vient...

     

    Répondre à ce message

  • #1745122
    Le 14 juin à 07:15 par Imen
    Législatives : un braquage institutionnel

    Chaque occasion qu’il nous est donné d’entendre une analyse politique digne de ce nom est bonne à prendre. En dehors de ce site et ceux qu’il relaie il est tellement rare d’avoir autre chose que des banalités à se mettre sous la dent. Sans parler du manque total de référence aux causes des causes, devenues interdites d’antennes officielles.
    Donc vive ER et ses commentateurs d’exception.

     

    Répondre à ce message

  • #1745333
    Le 14 juin à 14:48 par Nenex
    Législatives : un braquage institutionnel

    Merci messieurs,comme toujours c’est un plaisir.Je viens d’acheter La mystique de la laïcité petit livre que je vais lire pendant les vacances.Youssef,si je peux me permettre je vous conseille des chemises d’une taille supérieure. Encore merci pour votre prestation instructive.

     

    Répondre à ce message

  • #1745417
    Le 14 juin à 17:48 par babar
    Législatives : un braquage institutionnel

    Je fais partie de cette frange controversée de Français (et parfois pour de bonnes raisons) qu’on appellée expatriée. J’ai eu le bon sens de donner mandat à mon père de voter pour moi (le vote expatrié, surtout dans ma circonscription d’Europe du Nord, étant tellement noyé sous le vote Macron UMPS qu’il aurait été vain de voter en nom propre). Vivre en Irlande m’a permis de mieux comprendre le fonctionnement du vote expatrié qui est assez intéressant. Les Français de l’étranger sont divisés en plusieurs circonscriptions géographiques qui seraient très intéressantes à décrypter. Certaines sont relativement cohérentes bien que le simple principe de découpage géographique des Français en fonction qu’ils habitent en Colombie ou au Bouthan me semble abject (la non proportionnelle pour une élection parlementaire qui se veut Nationale était déjà abjecte). Le découpage le plus intéressant est au niveau du Moyen-Orient précisément. L’on a tous les pays Arabes mais bizarrement il manque le pays que Meyer Habib qualifie de "seule démocratie au Moyen Orient"... Israël est dans la circonscription de l’Italie, de la Grèce et il est vrai de la Turquie (ce dernier pays pourrait expliquer un hypothétique redécoupage). Les personnes ayant la nationalité française sont très nombreuses en Israël (je le sais pour avoir fait un pèlerinage en Terre Sainte on parle partout français dans les quartiers israéliens de Jérusalem)... Tout cela est assez intéressant et j’en appelle à quiconque aurait le temps d’y faire davantage de recherches mais l’on comprend pourquoi notre ami de toujours Meyer Habib est député depuis un certain temps maintenant...

     

    Répondre à ce message