Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"La zombification est un phénomène de dérèglement de l’instinct de conservation" – Entretien avec Lucien Cerise

Lucien Cerise sera en conférence à Toulouse le vendredi 13 avril 2018, à l’invitation du cercle Rébellion Toulouse. Une soirée qui s’annonce comme un moment de débat et d’échange très enrichissant.

 

Rébellion : Qui sont les zombies que tu évoques dans ta future conférence ?

Lucien Cerise : À l’origine, dans le vaudou, le zombie est un mort réanimé par un sorcier pour en faire son esclave. C’est un pantin sous contrôle et corvéable à merci, une sorte de golem. Dans l’imaginaire audio-visuel contemporain (cinéma, jeux vidéo), le zombie n’est pas forcément sous contrôle et se caractérise plutôt par sa sauvagerie anarchique sans bornes. Dans les deux cas, le zombie représente le dépassement de l’instinct de conservation. Comme il est déjà mort, il ne craint plus la mort, on peut donc lui faire faire n’importe quoi, il ne dira jamais « non » et il produira docilement tous les comportements destructeurs et autodestructeurs qui lui seront dictés. Par métaphore, les zombies que j’évoque sont ces individus irrationnels et impulsifs qui obéissent aveuglement à une loi autre que celle de leur intérêt bien compris. Ils vivent autour de nous mais ils ne voient plus les choses comme elles sont et agissent sous l’emprise de conditionnements et d’automatismes qui ressemblent à des programmes d’ordinateurs incapables de se corriger, répétant les mêmes erreurs en boucle. Le zombie est donc l’homme de la masse décrit par la Psychologie des foules de Gustave Le Bon, c’est-à-dire le fanatique, l’obsessionnel, le sectaire ou le « radicalisé », terme à la mode. On le trouve dans tous les milieux sans exception, non seulement chez les adeptes des religions, mais aussi chez les non croyants. Sur le fond, il n’y a guère de différences entre les consommateurs qui se battent dans un supermarché pour des pots de Nutella en soldes et les croyants millénaristes de toutes obédiences qui se délectent à l’idée que leur messie arrivera dans un déchaînement de violence matérielle signant la fin des temps. Quand ces deux sortes de « zombies » agissent en synergie, comme c’est le cas à notre époque, on peut dire qu’ils nous rapprochent effectivement de l’apocalypse, par effet de prophétie auto-réalisatrice.

 

L’aliénation zombifiante du système se prépare et s’exprime comment pour toi ?

La zombification est un phénomène de dérèglement de l’instinct de conservation. Quand ce dérèglement est provoqué méthodiquement chez autrui, on peut parler d’une ingénierie sociale négative. Un symptôme de cette aliénation zombifiante est la simplification de l’esprit dans deux tonalités primitives du cerveau reptilien, le sexe et la peur, ce qui peut se traduire de deux façons : le consumérisme et le militarisme (au-delà du militantisme). Aujourd’hui, le consumérisme n’a pas disparu mais il est un peu relégué derrière un conditionnement de masse pour nous préparer à la guerre. Après avoir fabriqué des consommateurs morts-vivants pendant des décennies, le système reprend aujourd’hui une tournure militarisée, mais non conventionnelle, adaptée aux méthodes de la guerre hybride. Il ne s’agit plus de former des troupes régulières mais de militariser les civils et l’opinion publique par l’ingénierie sociale : formater des comportements agressifs ou déprimés en faisant monter la méfiance ou l’indifférence vis-à-vis de telle ou telle cible. Par exemple, prononcer le nom « Poutine » doit déclencher automatiquement un réflexe conditionné d’agressivité par association avec les éléments de langage « bolchévique » ou « homophobe », selon le segment de public visé, afin de faire monter la méfiance et faire aboyer les chiens, ou encore par la diffusion d’une narration du type « Poutine est mondialiste, tout est sous contrôle », ce qui permet d’inculquer la passivité, la résignation, l’impuissance (cf. Martin Seligman). La propagande de guerre consiste toujours à personnaliser à outrance les débats pour faire baisser le niveau d’analyse en barrant l’accès à une compréhension systémique et parfois contre-intuitive du fonctionnement réel de nos sociétés de masse, dont la complexité est rétive à tout réductionnisme. Un volet de la zombification consiste donc à radicaliser la population en l’enfermant dans un monde mental où les projections de confiance et d’amour, ou de méfiance et de haine vont occuper toute la place dans le jugement et former un écran idéologique devant tous les faits contradictoires.

 

Comment juges-tu la première année de Macron ?

Cette première année est conforme à ce que l’on pouvait attendre. Aucune surprise. Macron est le zombie par excellence : soumission totale au mondialisme, au régime de Bruxelles, UE et OTAN, aux lobbies communautaires, ce qui se traduit par la russophobie, l’ouverture des frontières et le djihadisme d’État, en Syrie et ailleurs. Macron ne décide de rien, il obéit à tout, et sans discuter. Son cas individuel est sans intérêt, c’est un pion dans un programme plus vaste qui devait aboutir en 2016 à placer Hillary Clinton à la tête des USA, et en 2017 à faire réélire confortablement Angela Merkel en Allemagne, ce qui est un demi-échec au vu des résultats de son parti.

 

Les mesures antisociales du gouvernement te semblent-elles une commande de l’oligarchie ?

Les mesures antisociales du gouvernement sont effectivement des directives de Bruxelles et de la Commission européenne. Encore au-dessus, elles sont réclamées par la finance internationale et elles vont toujours dans le même sens : privatiser les biens publics. L’oligarchie qui pilote ces mesures nous promet la tiers-mondisation et le chaos, comme en Ukraine, un vrai cas d’école, où le gouvernement libéral issu de Maïdan vient d’autoriser la vente aux enchères de 3 000 entreprises publiques, sur fond de guerre civile. L’Occident est en phase de régression à tous les niveaux, socio-économique mais aussi intellectuel, et l’on sait d’où ça vient.

 

Comment résister au nouvel ordre macroniste ?

Le nouvel ordre macroniste agit depuis les institutions. Pour lui résister efficacement, il faut se hisser au même niveau, sinon on ne fait pas le poids. Autrement dit, la résistance consiste à prendre le pouvoir au niveau institutionnel, ce qui exige de passer par le même système électoral que celui par lequel Macron est passé. Une bonne partie de la guerre hybride qui nous est livrée est menée depuis des bureaux et des administrations. La technocratie est un champ de bataille. La politique politicienne conventionnelle est un théâtre d’opérations qu’il ne faut en aucun cas déserter. Tout le monde n’a pas le temps de s’y impliquer, évidemment, car il y a beaucoup à faire. En effet, à côté du système des partis, il y a aussi un travail métapolitique indispensable à mener pour gagner l’hégémonie culturelle. Mais si cette hégémonie culturelle n’a pas de traduction institutionnelle et n’acquiert pas force de loi, la métapolitique revient à « pisser dans un violon » et ne sert pas à grand-chose. Une résistance non institutionnelle est fragile, précaire, en sursis et sera démantelée légalement un jour ou l’autre. Il faut donc viser la conquête du pouvoir central et ne pas se contenter de lui résister dans les marges, car ces marges seront interdites, criminalisées, déclarées illégales et disparaîtront pour toujours. Il est impératif de s’extraire du romantisme des marges pour conquérir et exercer le pouvoir à l’Élysée, au Parlement, dans les ministères et les préfectures. La seule reconquista pertinente est là : c’est celle de l’État, car c’est le seul moyen d’organiser des purges dans l’État profond pour en finir avec le terrorisme et l’immigrationnisme, et d’autre part de peser face au pouvoir des banques pour stopper la casse sociale et la clochardisation de notre pays.

 

À ne pas manquer, Lucien Cerise à Toulouse le 13 avril :

Retrouvez Lucien Cerise chez Kontre Kulture :

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion,
abonnez-vous sur Kontre Kulture :

Lucien Cerise sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On pense aux zombies de Belgrade, Zagreb


  • Que pense Lucien Cerise de Théodore Kaczynski ? Pas à propos de son action "terroriste" réele ou fantasmée.... Mais du manifeste qui l’accompagne ? (Industrial Society and Its Future)
    L’idée de "power process" ?

     

    • Un brave homme, victime d’une expérience de Mind Control quand il était étudiant, ce qui a orienté, ou plutôt désorienté, toute sa vie. Il y a des pages savoureuses contre le gauchisme dans son manifeste, mais lui-même a cédé au "romantisme des marges" en menant sa vie de reclus, ce qui a stérilisé complètement son action politique.


  • L’omniprésence des écrans est un facteur important de la prison mentale que le système construit autour de chaque individu.
    Le contrôle par stimulis, impulsions et émotions avec une capacité de raisonnement limité au strict minimum (le bulot) en est un autre.

     

    • Il faut voir la tête des sans-dents illettrés lorsqu’on les amène devant les contradictions de cette narration : devant la simple phrase « Non je n’ai pas de télé. » je vois de la résignation, ils savent que la télé est toxique mais ils la regardent quand même. Ou encore « c’était la Marseillaise qui accueillait Lénine à Saint-Pétersbourg, cette révolution que nous fêtons comme une libération chez nous : nous sommes bien libres n’est-ce pas ? », là c’est l’angoisse, le néant, certains fuient en baissant la tête… Et voilà comment nous sommes arrivés à Macaron en passant par SarkHollande.


  • Pour moi le zombie c’est l’anti-modèle pour une société vivable, modèle que certains suivront malgré eux, que Jacques Attali appellent les "résignés-réclamants".
    Il dit aussi qu’il est tout à fait possible d’inverser cette tendance au niveau individuel ou national (le terme goy définissant ces deux attributs), si on le veut vraiment etc.
    Bon il oublie de dire que ses amis font tout pour nous mettre des bâtons dans les roues, à tous les niveaux, depuis plus de 2 siècles (1789).

    « Les gens qui n’y parviendront pas ou ne le voudront pas, ceux qui croiront qu’ils peuvent rester durablement un "résigné-réclamant", verront leur niveau de vie baisser irréversiblement quand les technologies feront fondre toutes les rentes, et quand les Etats, de plus en plus endettés, perdront leurs ultimes moyens d’assister les citoyens, même les plus faibles d’entre eux.

    Les nations qui n’y parviendront pas ou ne le voudront pas iront de déclin en décadence, de décadence en déchéance dans un monde de plus en plus impitoyable et concurrentiel. Tel sera en particulier le cas de la France [...] blablabla.

    En marche les zombies ! (slogan officieux)

     

    • Ce qui est choquant avec ce genre de "raisonnement", c’est l’emploi systématique du futur, comme quelque chose qui devra arriver, et on ne pourra rien y faire.
      Les visions du futur "made in Attali" sont toujours pleines de ces certitudes un peu ridicules.


    • C’est pas un « raisonnement » c’est un projet politique. Et jusqu’à présent on peut constater que çà a très bien marché - pour eux.
      Le but est leur gouvernance mondiale, et pour gouverner il faut prévoir : Attali nous donne ses grandes lignes, que ses copains mettent ensuite en route à différents niveaux, pour effectivement nous couper les vivres - çà fait des économies, çà rapporte du blé.
      L’art de faire du fric c’est ce qui les motivent. Leur dieu c’est le Veau d’Or.
      (Çà explique aussi pourquoi les riches ne se contentent jamais de ce qu’ils ont : c’est pas d’être riche qui les intéressent, c’est de faire du fric. C’est leur façon de prier.)


    • @France occupée
      Tout à fait, c’est bien pour ça que "raisonnement" était entre guillemets. Le projet politique n’apparaît que trop bien, ce genre de "raisonnement" ne sert qu’à préparer l’opinion.


    • Vous faites erreur : il s’agit d’un extrait du bouquin d’Attali, mais qui le lit ? Personne. Donc ce n’est pas çà qui prépare l’opinion - si elle existe.
      Ce qui sert la propagande de l’idéologie mondialiste (Attali et ses copains), à mon avis, ce sont les mythes - qui peuvent se rattacher à des figures, des marchandises... (lire Roland Barthes) - lesquels deviennent des signes que les individus identifient à leur propre environnement, parfois jusqu’à s’y identifier eux-mêmes (le fan, le collectionneur...).

      Les gens perçoivent le zombie, l’aiment pour se donner des frayeurs, se divertir, mais ignorent ce que Attali a écrit, et qu’en fait ce qu’ils voient ce sont eux-mêmes, devenus des résignés-réclamant.
      Et plus c’est gore, plus çà marque l’esprit, plus çà l’avilit. Il y a une volonté de nous conditionner derrière tous ces films ou jeux vidéos, sinon comment expliquer leur profusion ?
      Les gens qui se contentent de consommer ne se rendent pas compte du mal qu’ils laissent entrer en eux.

      Moi comme j’ai compris d’où çà venait, et que je préfère les belles choses, je ne regarde pas çà, et je ne consomme pas ce genre de choses, je préserve ma santé spirituelle...


    • Vous faites erreur : il s’agit d’un extrait du bouquin d’Attali, mais qui le lit ? Personne. Donc ce n’est pas çà qui prépare l’opinion - si elle existe.
      Ce qui sert la propagande de l’idéologie mondialiste (Attali et ses copains), à mon avis, ce sont les mythes - qui peuvent se rattacher à des figures, des marchandises... (lire Roland Barthes) - lesquels deviennent des signes que les individus identifient à leur propre environnement, parfois jusqu’à s’y identifier eux-mêmes (le fan, le collectionneur...).
      Les gens perçoivent le zombie, l’aiment pour se donner des frayeurs, se divertir, mais ignorent ce que Attali a écrit, et qu’en fait ce qu’ils voient ce sont eux-mêmes, devenus des résignés-réclamant.
      Et plus c’est gore, plus çà marque l’esprit, plus çà l’avilit. Il y a une volonté de nous conditionner derrière tous ces films ou jeux vidéos, sinon comment expliquer leur profusion ?
      Les gens qui se contentent de consommer ne se rendent pas compte du mal qu’ils laissent entrer en eux. Être raisonnable ne les intéresse pas !
      Moi comme j’ai compris d’où çà venait, et que je préfère les belles choses, je ne regarde pas çà, et je ne consomme pas ce genre de choses, je préserve ma santé spirituelle...


    • @France occupée
      C’est sûr que personne ne le lit, mais à la limite il n’en a pas besoin, étant donné que quand il n’est pas sur les plateaux TV pour (re)présenter ces idées et l’idéologie dominante, d’autres personnes sont là pour le faire à sa place. Les gens qui regardent la TV y sont nécessairement exposés, de près ou de loin.


  • Excellent le thème !



  • Aujourd’hui, le consumérisme n’a pas disparu mais il est un peu relégué derrière un conditionnement de masse pour nous préparer à la guerre.



    Oh, la défense du consommateur n’a pas disparu ? Mais c’est tant mieux !


  • Et les incubes et les succubes ? C’est le Malleus Maleficarum (Le Marteau des sorcières), ouvrage qui gagne en autorité grâce à la bulle papale qui initie la chasse aux sorcières en Europe. Ce traité d’inquisition date de 1486 et présente une description détaillée des démons, en particulier des incubes et des succubes. L’inquisition, la Sainte Inquisition, a fait un bien fou en Europe quoiqu’en disent des voltairiens aigris ; :

    Mais les zombis sont venus après. Ils ont un peut côté "Papa doc" et Tontons Macoutes. Que sont-ils d’ailleurs devenus, ceux-là ?

     

    • Vraiment ? Vous croyez aux succubes et autres démons ? Que c’était la vraie explication pour l’inquisition ? Allez donc écouter des vidéos de Marion Sigaut au lieu de délirer et raconter n’importe quoi.


    • @magic

      Un ignorant dit toujours qu’un homme instruit dit n’importe quoi !
      Bien gentille Marion Sigault mais de notre côté on préfère les maitres Eckhart ,Thomas d’Aquin , Francois d’assise,le curé d’Ars, Ibn Arabi , Rumi et les grands soufis .... etc etc. Leur autorité est bien plus à prendre en compte pour celui qui a un cerveau qui fonctionne encore !



  • type « Poutine est mondialiste, tout est sous contrôle », ce qui permet d’inculquer la passivité, la résignation, l’impuissance (cf. Martin Seligman)




    Il faut reconnaitre que les carottes sont cuites.

     

    • Attention, vous êtes en phase de zombification dépressive ! ;-)


    • Ça me fatigue aussi cette prophétie autorealisatrice, et répétée à satiété, du tout est foutu. C’est bien la dernière chose à dire et à penser. Et pour ceux qui pensent vraiment cela, il n’y a aucun intérêt à venir nous le coller sous le nez ... à moins de vouloir nous contaminer ! :-)


    • "Tout désespoir en politique est une sottise absolue."
      Charles Maurras.


    • Je ne sais pas si vous connaissez et avez déjà lu du Chesterton cher Lucien mais il use souvent d’ironie et de paradoxes amusants et souvent éclairants, comme tout bon paradoxe. Ainsi par exemple cette formule sur le pessimisme : « Le pessimisme n’est pas la lassitude du mal, mais la lassitude du bien. ». Je crois qu’on ne peut avancer sans espoir et la seule confrontation qui puisse nous faire avancer individuellement et collectivement est celle qui verraient se confronter nos espoirs respectifs pour en tirer la substance et les actions les plus utiles et constructives. Et quand bien même cela ne nous éviterait pas certaines épreuves, cela aurait cependant encore l’avantage de nous aider à nous y préparer. Ça vaut ce que ça vaut mais c’est ce que je pense :-)


    • Non, je ne l’ai pas lu. Pour reprendre et élargir le propos de Maurras, disons que tout état d’âme en politique est une sottise. C’est hors sujet. Il y a des choses à faire pour sauver sa peau (donc son drapeau) et on les fait, point barre. Si on ne les fait pas, c’est simplement que l’instinct de conservation est mort. Les délires pleurnichards qui disent en substance "Tout est foutu" doivent être dénoncés pour ce qu’ils sont : des virus malins propagés par des zombies qui essayent de nous contaminer.


    • Je corrige une faute atroce : « qui verrait » (on ne se relit jamais assez).
      Je suis certain que Kafka vous parlerait plus. C’est dans « Le château », son meilleur texte à mon avis, je le cite de mémoire mais ça m’avait beaucoup marqué tant cela pouvait contrarier une lecture superficielle de ses textes, c’est pour moi une formule clé du côté sisyphien de son œuvre (dans un sens positif donc) et que je m’efforce de faire mienne : « Mais toute ta vie a-t-elle à ce point sombré dans l’oubli que tu ne sais plus combien il faut lutter pour vivre, et combien il faut exploiter tout ce qui peut donner ne serait-ce qu’une lueur d’espoir ». Bon j’arrête là avec les citations. On est parfaitement d’accord. Les gens sont dans le tout ou rien, ce qui est une erreur grossière. Il vaut mieux de petits objectifs individuels, sans prétention mais accessibles, plutôt que d’inaccessibles qui ont juste pour effet de vous faire baisser les bras, et souvent avant même de les avoir levés. Quant aux zombies, ayant biberonné très tôt du Georges Romero et Cie, j’en fais mon affaire :-) Bonne conférence à vous.


  • Je cite : "ou encore par la diffusion d’une narration du type "Poutine est mondialiste, tout est sous contrôle"".

    Serait-il possible de développer un peu plus ce aspect au premier abord contradictoire ?

     


  • À l’origine, dans le vaudou, le zombie est un mort réanimé par un sorcier pour en faire son esclave.




    Aux Antilles, si une drogue était donnée à une personne, elle tombait dans un coma, avec un poul très lent, indécelable. La famille jugeait la personne morte et l’enterrait. Dans la nuit, le sorcier venait déterrer la personne. Il lui donnait une antidote pour la ramener à la vie et la mettait en esclavage dans les champs de cannes à sucre. Les zombies vivaient dans des baraquements au bord des champs, ils étaient peu nourris, constamment drogués, ils ne vivaient pas vieux. Cette pratique a perduré jusqu’au milieu du XXème siècle aux Antilles. Pour faire sortir un zombie de son état léthargique il fallait lui donner du sel à manger. Certains ont survécu. il existe des photos de personnes zombifiées.

    Dans la terminologie mondialiste, les zombies sont les goys que l’on met en esclavage et que l’on doit éliminer car trop nombreux. Beaucoup de jeux forment les enfants à ces futurs massacres. Les politiciens évoquent souvent le besoin de "réguler" la population mondiale. Nous savons que des virus créés, des guerres et des conditions d’esclavage et de malnutrition sont des moyens d’élimination des populations.

     


    • Les politiciens évoquent souvent le besoin de "réguler" la population mondiale




      Pourquoi ces mêmes politiciens font la promotion de la gpa ?


    • @Praxis

      L’objectif de la GPA est simple : mettre en place une système juridique qui permettent la disparition de la filiation, c’est à dire faire des enfants sans père ni mère.

      On présente un objectif positif pour un groupe de population prêt à tout comme les racistes sexuels : ceux qui n’aiment que les gens de leur sexe et qui n’aiment pas le sexe opposé (Par définition ce sont de vrais racistes eux).

      On propose donc une nouveau système de filiation : enfant fait par Père + Mère ou Mère + Mère ou Père +Père. Cela est fait au nom de l’égalité.

      Puis on élargi juridiquement le concept :

      Enfant fait par N Pères ou N mères ou N pères + N Mères. Remarquez l’astuce juridique avec le fait que N peut aller de 0 à 3 et plus.

      On aboutit au bout de quelques décennies à la possibilité juridique de faire des enfants avec 0 père 0 mère. C’est la disparation programmé de la filiation.

      En bon français cela veut dire un orphelin qui sera propriété de la personne ou l’organisation qui aura payé sa fabrication. C’est déjà le cas quand deux racistes sexuels commandent un enfant en inde.

      Et tout cela en douceur par petites modifications astucieuses de la la loi.

      Exactement comme avec la loi sur l’avortement : d’abord avorter est exceptionnel, puis c’est courant, puis c’est un droit.

      Mais il y a une suite :

      Faire un enfant normalement c’est un droit, puis cela devient rare, puis exceptionnel, puis cela devient interdit.

      Mais il y a une suite :

      Si on ajoute dans la liste des possibilités : Enfant fait par : N Père + N Mère + N animaux on obtient des hybrides semi-intelligents.

      Je vous fais un dessin ?


  • Grossier. Se hisser au niveau des institutions ne sert strictement à rien. Et d’ailleurs, lesquelles institutions ? Et ou ? En France ? En Belgique ? Aux Etats-Unis ? Ou ?
    Institutions bancaires ? Législatives ? Militaires ? Dans les loges ? Mais monsieur, les institutions sont verrouillées depuis belle lurette ...
    .
    C’est vraiment naîf de croire qu’il suffit de se hisser dans les institutions pour changer les choses. C’est limite criminel car on ne compte plus les morts qui ont eu la faiblesse de croire à cette fable, tant chez les politiques que les dirigeants d’entreprise. ( ex : Robert Boulin, ancien ministre, Christophe de Margerie, ancien PDG de Total , etc ... etc ...)
    .
    Pour agir sur le réel, il convient d’accumuler de la puissance ( plus que le camp d’en face, c’est mieux ) et d’en user à cette fin, et/ou, d’agir pour diminuer la puissance adverse.
    .
    Rien de plus, rien de moins.
    .
    Tout le reste, c’est du barratin lénifiant, tout comme cette propension à toujours laisser planer la carte "guerre potentielle", comme pour obliger l’auditoire à croire à la théorie et aux propos énoncés. => Si tu n’y crois pas, tu augmenteras le risque de guerre ( civile, mondiale, etc ..), donc t’es un salaud ! C’est d’un lourd ... Certains y verraient volontiers l’ébauche d’une soumission induite selon la théorie de la dissonance cognitive.

     


    • d’accumuler de la puissance




      Concept du colonel Harbulot.


    • "Pour agir sur le réel, il convient d’accumuler de la puissance ( plus que le camp d’en face, c’est mieux ) et d’en user à cette fin, et/ou, d’agir pour diminuer la puissance adverse."

      - Vous décrivez la partie stratégique, c’est-à-dire les grands principes, et vous oubliez la partie tactique, c’est-à-dire l’application dans le réel, dans un contexte. Il faut accumuler de la puissance, oui, c’est évident, mais si vous n’avez pas un terrain, un champ d’application pratique, vous restez impuissant.

      "Tout le reste, c’est du barratin lénifiant, tout comme cette propension à toujours laisser planer la carte "guerre potentielle", comme pour obliger l’auditoire à croire à la théorie et aux propos énoncés. => Si tu n’y crois pas, tu augmenteras le risque de guerre ( civile, mondiale, etc ..), donc t’es un salaud ! C’est d’un lourd ... Certains y verraient volontiers l’ébauche d’une soumission induite selon la théorie de la dissonance cognitive."

      - Vous décrivez bien ce que fait le pouvoir en Occident avec la "menace russe" ou le "choc des civilisations".


    • Parler sérieusement tactique contre le système en place publique reviendrait à se passer une corde au cou, avec risque de mise en accusation pour apologie de terrorisme.
      .
      Ceux qui le font sont soit des charlatans, soit de perfides serpents qui mènent les masses sur une voie sans issu, et surtout sans risque pour le système.
      .
      En pronant l’infiltration des structures et institutions, n’est-ce pas là du romantisme ? Laisser à penser qu’on peut faire une omelette sans casser d’oeufs, voilà un discours très plaisant et rassurant.
      .
      Seulement, mettre un fruit sain dans une corbeille de fruits pourris, cela revient à pourrir le fruit sain. C’est vide de bon sens. Peut-on dire que les institutions sont saines ou démontrent-elles au contraire qu’elles sont pourries jusqu’à l’os ?
      .
      Donc non, je n’oublie rien. Je suis juste conscient de certaines limites et je m’auto-censure sciemment.
      .
      La théorie du choc des civilisations sert autant le bloc occidental que le bloc sous domination russe. Cela sert le projet mondialiste dans son ensemble, et la secte de chacals fous qui oeuvrent à la mise en place de ce projet délirant et mortifère, en employant tous les moyens, y compris les plus terribles et monstrueux.
      .
      Les guerres entre les grands blocs, pour maintenir/verrouiller les accès aux ressources, restent des points de détails dans la mise en place du projet mondialiste. Ca fait partie du spectacle et participe à l’ilusion, à cette fausse dichotomie "Est vs Ouest". au niveau mondial, à cette autre "droite vs gauche" au niveau national. Qui est encore dupe à l’heure actuelle, et qui ne perçoit pas les dénominateurs communs ?
      .
      Discrétion et illusionisme ne conduisent pas à l’invisibilité. C’est fort dommage pour les acteurs et les promoteurs de ce projet.


    • "Parler sérieusement tactique contre le système en place publique reviendrait à se passer une corde au cou, avec risque de mise en accusation pour apologie de terrorisme."
      - Parler sérieusement tactique contre le système consiste à prôner la fin de l’UE et de l’OTAN, le reste suivra.

      "En pronant l’infiltration des structures et institutions, n’est-ce pas là du romantisme ? Laisser à penser qu’on peut faire une omelette sans casser d’oeufs, voilà un discours très plaisant et rassurant."
      - Il n’y a pas à infiltrer mais à reprendre le pouvoir légalement. On a fait la moitié du chemin en 2017 avec près de 11 millions de bulletins dans les urnes pour le FN. Allez, encore un effort, du moins pour ceux qui ont le mental ! ;-)

      "La théorie du choc des civilisations sert autant le bloc occidental que le bloc sous domination russe. Cela sert le projet mondialiste dans son ensemble, et la secte de chacals fous qui oeuvrent à la mise en place de ce projet délirant et mortifère, en employant tous les moyens, y compris les plus terribles et monstrueux."
      - Le "choc des civilisations" est une théorie commentée par les universitaires en Russie, mais comme ils savent que c’est une fiction stratégique ennemie visant à semer la pagaille un peu partout, et notamment en Russie, ils ne la soutiennent pas, ce qui explique que cette théorie ne fasse pas partie du discours politique officiel russe.

      "Les guerres entre les grands blocs, pour maintenir/verrouiller les accès aux ressources, restent des points de détails dans la mise en place du projet mondialiste. Ca fait partie du spectacle et participe à l’ilusion, à cette fausse dichotomie "Est vs Ouest". au niveau mondial, à cette autre "droite vs gauche" au niveau national. Qui est encore dupe à l’heure actuelle, et qui ne perçoit pas les dénominateurs communs ?"
      - Les choses s’éclairent quand on les regarde sous l’angle de la géopolitique. Les rapports de force internationaux obéissent toujours à la même problématique depuis le XIXè siècle : comment les puissances occidentales vont encercler et s’accaparer la Russie et la Chine ? En géopolitique, cela porte un nom : le Grand Jeu. Le débat sur le mondialisme est une sous-partie de ce Grand Jeu. Les dénominateurs communs ne sont pas géopolitiques mais techno-scientifiques.


    • La légalité pour prendre le pouvoir au sein d’un système qui rédige les lois et se charge de les faire appliquer ?
      Pourquoi ai-je l’impression de me mordre la queue en lisant cela ? C’est étrange, vous ne trouvez pas ?
      Je suis obligé de manger ça ou je peux le donner au chien ? Non, mais c’est parce que je crois que je suis allergique ; ça risque de me coller des boutons sur la langue.


    • "Pourquoi ai-je l’impression de me mordre la queue en lisant cela ? C’est étrange, vous ne trouvez pas ?"

      - Ce n’est pas étrange, vous avez une perception déformée de la réalité. Si l’on parle de l’Occident, il n’y a pas de "système" homogène du pouvoir, il y a une idiocratie, c’est-à-dire des attelages d’individus narcissiques et de lobbies qui se détestent entre eux, et qui ne parviennent à réaliser leur unité précaire que sur la base d’un ennemi commun, d’où la "menace russe". Cette menace étant purement virtuelle, personne n’y croit vraiment, et le système est donc en train de s’effondrer sous le poids de ses fictions et de la poussée des populismes, qui eux parlent au nom du réel. Des failles béantes sont en train de se creuser dans ce "système", et il n’y a plus que le terrorisme d’État ou la guerre à la Russie pour lui maintenir un semblant de cohésion.


    • Oui, ma cognition est en défaut... Je vais tout de même vous expliquer ce qu’il se passe ici avec la "légalité".
      Ici, ce sont les flics qui volent la caisse ( voir : http://www.paris-normandie.fr/alert... ), tandis qu’à Lyon, le commissaire est pris la main dans le sac à truander.
      .
      Ici, ce sont les flics municipaux qui volent ta voiture, pourtant garée dans une propriété privée, cloturée, avec panneau "propriété privée". La voiture, elle disparait ... Bah oui, le type de la fourrière semble bien évidemment de mêche avec le patron des flics municpaux dont il partage la loge. D’ailleurs, ces derniers t’embarquent ta voiture si t’as le malheur d’avoir des chaussettes bleues. Il faut faire du chiffre ...
      .
      Ici, ce sont les flics qui forcent ta porte et embarque ton ordinateur. Puis, ton ordi, tu ne le revoies plus.
      Ici, ce sont les avocats qui te privent de tes droits constitutionnels, en confisquant ton dossier. Le barreau fait la sourde oreille ; ils sont tous issus de la même secte, ils s’en foutent. Tu peux réclamer ou pisser dans un violon, c’est pareil.
      .
      Ici, ce sont les institutions qui violent le plus les lois.
      .
      Alors bon, je vois pas trop ou vous voulez en venir avec ce concept fallacieux de légalité, car l’illusion ne semble persister que dans le monde virtuel.
      .
      L’état de droit est un concept dont les promoteurs ne prennent même plus la peine de maintenir l’illusion. La corruption semble avoir rongé chaque parcelle des structures, du sol au plafond.
      .
      Si les moindres représentants d’une instution se font jeter des caillloux un peu partout, y compris les pompiers, peut-être y a-t-il des raisons ? On préfère dire que ce sont les jeunes qui n’ont pas de perspectives au lieu d’avouer, aussi, que les vieux installés au sein des structures sont pourris jusqu’à la moelle.
      .
      La disparition de l’état de droit semble être survenue ici très précisément après l’arrivée de l’actuel premier ministre en tant que maire de la ville, juste après le départ de Ruffnacht, peu de temps après le passage de la mairie communiste dans le camp de la droite chiraquienne. C’est très net et correspond aussi à l’arrivée massive de frères trois points parachutés là.
      .
      L’unique solution prendra inspiration dans le monde médical : exérèse des parties infectées/amputation des sources d’infection. Efficacité rime avec radicalité, mais pas avec légalité.
      .
      La Russie est le soucis cadet.


  • « Poutine est mondialiste, tout est sous contrôle »

    Je recommande à Lucien Cerise d’aller discuter avec Pierre Hillard qui démontre parfaitement comment cet homme fait partie de l’échiquier. Mais comme d’habitude, les gens préféreront fermer les yeux.

     

    • Justement, la "justification" qu’en fait Pierre Hillard est, pour être poli, hautement controversée. Elle se base sur la déclaration de quelques rabbins et du fait que M. Poutine ne soit pas né catholique.


    • Pierre Hillard ne se base pas uniquement sur le discours de 2014 mais sur d’autres choses pour prouver qu’il fait partie du jeu. Écoutez bien ses conférences et interventions radio.
      J’ajouterai aussi que si ce monsieur était réellement un opposant au NOM, il aurait été dégagé depuis longtemps tant physiquement que politiquement. Ils ne vont pas mettre en risque leur projet.
      À cela s’ajoute le fait qu’il est un franc-maçon du rite écossais.
      Ça vous va ou je vous laisse continuer dans vos illusions rassurantes ?


    • À supposer 1) que l’on puisse réduire la politique et la géopolitique russe à « Poutine », ce qui est déjà en soi une erreur de méthode, 2) que « Poutine » soit sous contrôle mondialiste - ce qui reste à prouver - alors cela démontre que le mondialisme consiste 1) à éradiquer Daech, à ramener la paix en Syrie, donc à lutter contre le Grand Israël, 2) à se défendre contre le LGBT, outil d’influence des « Jewish Leaders » comme l’avait avoué Joe Biden, 3) et à se défendre contre les nazis ukrainiens de Bernard-Henri Lévy et Victoria Nuland (sans commentaire).
      Pour mémoire, je rappelle aussi que Jared Kushner, censé être l’homme des Loubavitch à la Maison-Blanche, a perdu son accréditation secret-défense, et qu’il semble que ce soit Poutine qui passe ses ordres à Netanyahu et pas l’inverse, voir l’info ci-dessous.
      « Efraim Sneh : Israël a stoppé les frappes en Syrie à la demande de Poutine », 21/03/18.
      https://fr.timesofisrael.com/efraim...


    • @Lucien Cerise
      Votre argumentaire me semble pertinent mais je ne réduits pas la politique ou géopolitique russe à Poutine mais je parle de l’homme en lui-même. Le mondialisme ne se contente pas d’être la face LGBT-immigrationniste (face plus « soft », tendre plutôt faite pour les jeunes (j’en suis issu donc je peux confirmer) comme on le sait mais il y a un autre type de mondialisme qui est le planétarien défendu justement par Poutine avec un partage de gâteau par la mise en place de blocs continentaux.
      Je vous conseille de voir cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=BGvb...

      Quand vous aurez l’occasion de rencontrer Pierre Hillard, je vous conseille très fortement de discuter avec lui à propos de ce sujet car il explique les choses de manière plus profonde car je synthétise pour faire simple en gros.


    • Poutine ne se comporte pas comme quelqu’un qui est un mondialiste, alors on devrait penser que ce n’est pas un mondialiste ?

      D’abord Poutine n’est rien sans les organisation qui sont derrière lui. Quelles sont-elles ? Nous ne le savons pas.

      L’action des mondialistes ne peut être directe, elle est toujours lié au mensonge et se développe très lentement. Donc ce n’est pas parce Poutine s’est installé en Syrie et qu’il a aidé à détruire Daesh qu’il n’est pas mondialiste. C’est le coup classique de la protection par le racketteur.

      Il ne peut faire autrement que d’avancer les pions mondialistes très lentement avec beaucoup de ruse. Car une grande partie des militaires russes n’est pas mondialiste. Si poutine n’avait pas agit en Syrie, les militaires auraient tous vu pour qui travaillait Poutine (pour Bibi).

      Le résultat des courses c’est quand même que la Syrie est passée sous domination russe, donc des élites qui pilotent Poutine, et que la Syrie est détruite à 90 %. Belle réussite pour un Poutine soit disant anti-mondialiste.

      Il est évident que ce que je dis ne "prouve pas" que Poutine travaille la main dans la main avec les mondialistes US. Mais cela montre que c’est une possibilité qui tient la route.

      En fait Poutine travaille pour créer le bloc Eurasia prévu dans 1984 (les 3 blocs prévus dans 1984 étaient Oceania, Eurasia et l’Estasia). Il suffit de relire 1984, faites le.

      Vous pouvez aussi vérifier que les grands médias russes sont mondialistes en analysant les articles publiés par RT news : une partie est anti-occidentale c’est vrai, mais une autre partie est mondialiste , comme par exemple les articles sur le CO2 que RT continue de relayer.

      Méfions nous de Poutine et de gens qui sont derrière que nous ne connaissons pas. Les élites russes qui ont fait les goulags n’ont pas disparues et n’ont pas eu de procès. Elles étaient présentent pendant la perestroïka pour se gaver des restes de l’URSS, elles sont toujours là bien vivantes. Mais elles doivent agir dans l’ombre car pour agir elles doivent utiliser le relais des idiots utiles. Cela les obligent à agir de manière imperceptible et sur le très long terme, à la manière d’un Pompidou, d’un Giscard, d’un Mitterand ou d’un Chirac qui ont tout doucement détruit la France.

      Cela fait 5000 ans qu’on se fait baiser par des gens extrêmement doués pour ruser et mentir. Il serait temps que le doute soit notre façon naturelle de penser et pas l’inverse.


    • #1936465

      Il faut se mettre dans la tête que nous sommes face à des gens dont le but est de nous détruire et de nous réduire à l’esclavage sans le moindre répit. Ces gens là se sont organisés depuis 3500 ans pour tout contrôler, notamment les grands postes stratégiques comme le fait d’être au commandes de grands pays comme la Russie ou la Chine, de manière à ne laisser aucune chance à celui ou ceux qui viennent s’opposer ou faire barrière au plan de domination. Tout ce petit cinéma que vous voyez sont plusieurs branches du même arbre, appartenant et convergeant au même tronc qu’est le mondialisme. Le mondialisme, comme expliqué plus haut ne se constitue pas que d’une seule vision et une seule faction mais plusieurs petits groupes qui se tapent dessus depuis la nuit des temps. Toute tentative est étouffée et on vous jette une fois qu’on a plus besoin de vous parce que vous avez collaboré quand il fallait et assez fait le tapin. Les sorts sont variables, on vous pend, on vous enfonce un bâton dans les fesses ou on sort des affaires sur vous qui, normalement n’auraient jamais dû être sues du grand public. On vous ment depuis le début, vous croyez qu’ils sont quand même un tout petit peu gentils au point de laisser quelqu’un s’opposer au projet sans le mettre hors d’état de nuire ? Vous croyez qu’ils ont vraiment envie de se mettre en danger juste en tolérant, ne serait-ce qu’un opposant au projet ?


    • @ Nuremberg

      « je vous conseille de voir cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=BGvb... »

      Testez votre lien. La vidéo est indisponible : j’obtiens un point d’exclamation entouré d’un cercle, sur la gauche du rectangle noir comportant normalement la vidéo (c’est la première fois que j’observe ça).


    • Effectivement, merci pour la notification.
      https://youtu.be/H2kaQA0fFGw


    • Nuremberg : "Le mondialisme ne se contente pas d’être la face LGBT-immigrationniste (face plus « soft », tendre plutôt faite pour les jeunes (j’en suis issu donc je peux confirmer) comme on le sait mais il y a un autre type de mondialisme qui est le planétarien défendu justement par Poutine avec un partage de gâteau par la mise en place de blocs continentaux."

      - Il y a confusion entre mondialisme et mondialisation. La seconde est inévitable, à cause des moyens de communication qui réduisent les distances et homogénéisent le globe terrestre. Personne n’y peut rien, ce sont des lois de physique sociale (cybernétique) qui s’imposent d’elles-mêmes. La question est donc : "À l’heure de cette mondialisation inévitable, comment l’organiser de la façon la plus raisonnable possible ?"


    • Michel Amm : "Il serait temps que le doute soit notre façon naturelle de penser et pas l’inverse."

      - Pour vous aider à douter de ce que vous venez d’écrire dans ce message, je vous invite à prendre connaissance des informations que j’ai rassemblées dans "Retour sur Maïdan" et qui rétablissent où passe la ligne de front géopolitique majeure. En résumé : entre la Realpolitik et l’idéologie.


    • Lobby juif et lobby gay : "Il faut se mettre dans la tête que nous sommes face à des gens dont le but est de nous détruire et de nous réduire à l’esclavage sans le moindre répit. Ces gens là se sont organisés depuis 3500 ans pour tout contrôler, notamment les grands postes stratégiques comme le fait d’être au commandes de grands pays comme la Russie ou la Chine, de manière à ne laisser aucune chance à celui ou ceux qui viennent s’opposer ou faire barrière au plan de domination."

      - Si ces gens-là, dont le but est de nous détruire et de nous réduire en esclavage, ont déjà pris le contrôle de la Russie et de la Chine, et a fortiori du monde entier, alors ils ont déjà pris le contrôle de votre cerveau - qui peut le plus, peut le moins - et ce sont donc eux qui vous mettent dans la tête ces idées-là.


    • @Nuremberg

      Dans sa vidéo Pierre Hillard fait une très bonne analyse jusqu’au moment ou il passe en mode "croyant" a la fin de la vidéo. Faire intervenir la sainte-vierge en politique n’est pas sérieux. Il est exactement dans la position qu’il critique des personnes qui se raccrochent à Poutine : lui il se raccroche à la Sainte-vierge !

      Se raccrocher à Poutine ou au Père Noël : qu’est-ce qui est le plus dangereux ?

      Après il y a des marqueurs simples pour juger d’une personnalité :

      Un chef d’État qui se balade en avion de ligne sur de grandes distances au dessus de pays supposés ennemis fait forcément partie du système.

      C’est un marqueur du même type que "toute personne qui passe à la télé est contrôlée par le système".


    • Michel Amm : "Un chef d’État qui se balade en avion de ligne sur de grandes distances au dessus de pays supposés ennemis fait forcément partie du système."
      - Il y a effectivement un système qui s’appelle le droit international, qui recouvre en fait un équilibre de la terreur, avec des rapports de force et des contre-pouvoirs qui s’équilibrent, notamment au niveau militaire, et qui empêchent que les pays ennemis ne se tirent dessus à chaque instant.

      "C’est un marqueur du même type que "toute personne qui passe à la télé est contrôlée par le système"."
      - Pour entretenir son image de neutralité objective, la télé est obligée d’inviter régulièrement des personnes anti-système, sinon plus personne ne la regarderait. Contrainte technique qui s’appelle "propagande grise" (ni tout noir, ni tout blanc) : les médias sont obligés de dire la vérité en certaines occasions, pour conserver leur impact sur la population quand ils doivent mentir en d’autres occasions.


    • "Il y a confusion entre mondialisme et mondialisation. La seconde est inévitable, à cause des moyens de communication qui réduisent les distances et homogénéisent le globe terrestre. Personne n’y peut rien, ce sont des lois de physique sociale (cybernétique) qui s’imposent d’elles-mêmes. La question est donc : "À l’heure de cette mondialisation inévitable, comment l’organiser de la façon la plus raisonnable possible ?""
      .
      => C’est faux. C’est le capitalisme et cette soif de domination gobale qui génère cette obligation de mondialisation. C’est le capital qui a besoin de croitre et de trouver des ressorts de croissance via la mondialisation. Rien à voir avec la cybernétique.
      .
      Et l’autre question pourrait-être : comment allonger les distances / cloisonner les terroirs pour restaurer l’hétérogénéité vitale d’un monde à l’agonie, que l’uniformisation induite par la mondialisation rend de plus en plus précaire et fragile face aux bouleversements potentiels ( parasites, bactéries, champignons, intempéries, canicule, innondation, etc ...) et face aux perturbations des biotopes également causées par cette mondialisation via l’importation d’espèce aliens en tous genres ( faune, flore, individus ).
      .
      ( Ils sont ou les végans et les écolos du dimanche ? C’est une mission pour vous ça les filles ... En piste, enfilez les maillots. Vous ferez équipe avec un dauphin ou un phoque. Pour les phoques, vous pouvez contacter Marine Le Pen, elle en a une grosse réserve au FN.)
      .
      Les voies de communication requises par la mondialisation, c’est ce qu’il y a de plus simple à perturber. Nous en avons eu la preuve avec de malheureux pêcheurs somaliens déguisés en coton-tiges, dotés d’une barque en bois surmontée d’un moteur de tondeuse à gazon, trois kalachs rouillées et une grenade à platre.
      En plus, c’est à ce niveau que se trouve le plus grand nombre de goulets d’étranglement aisément accessibles. La logistique reste l’un des éléments les plus fragiles et le plus couteux en assurance sécurité d’un système mondialisé.


  • " Il est impératif de s’extraire du romantisme des marges pour conquérir et exercer le pouvoir à l’Élysée, au Parlement, dans les ministères et les préfectures"
    Oui, mais avec quels outils, quels moyens et quelles alliances ? L’expérience électorale du FN, même s’il n’y a pas à la regretter, a clairement échoué, ce qui est logique dans la mesure où c’est le camp adverse qui fixe les règles de façon à ce que vous ne puissiez jamais gagner ! De plus, le FN historique a disparu, en voie de normalisation et de soumission intégrale pour se fondre dans une union de la droite qui n’aura plus rien de national, populaire et social. De surcroît, même en faisant cavalier seul, on a pu voir depuis longtemps qu’il avait atteint ses limites ; qu’au mieux il faisait de très beaux scores sans lendemain, au pire de servir d’assurance-vie du système. Quant à l’autre côté, la LFI, la situation n’est guère meilleure et il y a encore beaucoup trop de divergences de fond... La seule possibilité de "grand écart" qu’il y ait eu c’était l’entre deux-tours, mais la fenêtre de tir s’est refermée pour longtemps...
    De toute façon, sans l’alliance des classes populaires et l’essentiel des classes moyennes de gauche et de droite, c’est à dire en gros de tout ce qui est géographiquement et sociologiquement périphérique, le système n’aura pas grand chose à craindre...

     

    • "L’expérience électorale du FN, même s’il n’y a pas à la regretter, a clairement échoué, ce qui est logique dans la mesure où c’est le camp adverse qui fixe les règles de façon à ce que vous ne puissiez jamais gagner !"

      - Dans les faits empiriques et quantifiables le FN est en progression constante depuis 2014, avec les effets de plateau habituels.

      "De plus, le FN historique a disparu, en voie de normalisation et de soumission intégrale pour se fondre dans une union de la droite qui n’aura plus rien de national, populaire et social."

      - Le "FN historique" a toujours plafonné à 15%. Question suivante. Si vous voulez avoir une perception directe du FN, non médiatisée par la doxa sur le sujet et ses éléments de langage du type "normalisation" et "soumission", voyez les communiqués officiels sur le site officiel.

      "De surcroît, même en faisant cavalier seul, on a pu voir depuis longtemps qu’il avait atteint ses limites ; qu’au mieux il faisait de très beaux scores sans lendemain, au pire de servir d’assurance-vie du système."

      - Qu’en savez-vous ? Vous lisez dans une boule de cristal ? ;-)


    • @Lucien Cerise

      Vous voyez le système comme un jeux avec des règles : règles internationales, propagande grise etc.. Dans le cas de la propagande grise, vous avez l’air de penser que les pseudo - antisystème qui passe à la télé (JMLP, MLP...) sont réellement anti-système, je penses que ce sont des acteurs qui savent exactement ce qu’ils font. C’est là ou nous ne sommes pas d’accord, un économiste comme Sapir n’est pas anti-système, quand il passe à la télévision moi je penses qu’il joue son rôle, vous vous pensez qu’il est anti-système. Moi je vous dit : quand vous êtes payé par le système, c’est le cas de Sapir, vous n’êtes jamais anti-système.

      Concernant les méthodes employés par le système, je penses que lorsque le système en a besoin, il ne suit plus règles. Les exemples abondent dans ce sens : Guantanamo, drones tueurs ....

      Vous avez évidemment raison quand vous dites que la plupart du temps le système utilise la ruse en suivant les lois qu’il fait.

      Vous pensez que vous avez affaire à des gens qui utilisent au mieux le système dans leur intérêt, moi je penses que nous avons affaire à des maffieux. On ne se bat pas de la même façon contre l’un ou l’autre. Même si dans le deux cas on doit comprendre les mécanismes rusés qui sont à l’œuvre. Bien sûr votre décryptage des mécanismes est utile.

      Vos remarques (justes ) ne cadrent qu’avec la nécessité qu’à le système d’utiliser la "plupart" du temps les idiots utiles pour atteindre leurs objectifs, ce qui les obligent à suivre les lois (qu’ils font) dans la plupart des cas, sinon les idiots utiles pourrait se poser des questions.

      Mais en cas de gros problèmes, les lois qu’elle soient locales ou internationales ne sont plus suivies.

      Vous voulez vous préparez à contrer le système quand il suit ses lois. Vous voulez devenir rusé. Comment serez vous préparé lorsqu’il ne les suivra plus ? Quand le système ne sera plus rusé mais dictatorial ?

      Pour bien poser le problème : Vous étudiez les possibilités d’action pendant la paix (semi paix, puisque guerre économique), lorsque la société suit ses lois.

      Mais nous n’étudiez pas les possibilité d’actions hors paix. Or au final il faut se préparer à agir durant la période pendant laquelle le système ne suivra plus ses lois : plus de règles internationales, plus de propagande grise....

      Ce n’est pas une vue de l’esprit, l’histoire montre que tôt au tard le système se débarrasse physiquement des gêneurs.


  • La zombification est déjà actée dans notre pays comme dans bien d’autres par ailleurs. Une micro-élite dirige et dirigera à coup sûr ce pays et bien d’autres contrées pour, non pas des décennies, mais bien pour plusieurs siècles au moins. Orwell et son roman "1984" sont déjà largement dépassés en 2018. Clochardisation, perte de moralité, d’intelligence et chaos généralisés sont inéluctables et pour demain.

     

Commentaires suivants