Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Alors que le champion de l’oligarchie financière aux élections présidentielles françaises 2017 entame un « Mémorial (entre deux) Tour », pensant ainsi pouvoir se passer d’arguments face à la candidate populaire, cette dernière semble prise en tenaille idéologique par ses adversaires.

 

D’un côté, le « front républicain » bourgeois tente, comme en 2002 (mais avec moins de succès) d’en faire une candidate fasciste, dévoreuse de libertés individuelles. De l’autre, l’extrême gauche intellectuelle et universitaire tente de décrédibiliser son programme social, avec une Marine Le Pen libérale et vendue au grand patronat, traquant dans son programme la moindre « baisse de charge ».

Cette dualité formelle de l’opposition au FN est l’expression de la profonde unité objective d’un front antipopulaire alliant bourgeoisie d’argent et extrême gauche « radicale ».

Dans son édition de mai 2017, Le Monde diplomatique consacre un article à la « duplicité économique du Front national [1] » : ce dernier a adapté son positionnement politique au monde post-guerre froide, actant la restructuration de l’affrontement Est/Ouest (marxisme/libéralisme) en opposition mondialisme/nationalisme. En 2017, le FN défend, selon le Diplo, un capitalisme national à tendance corporatiste et identitaire contre une financiarisation sauvage et sans frontière de l’économie, au sein d’un parti hétéroclite. Cette analyse est parfaitement juste.

Ce qui l’est moins, c’est quand l’extrême gauche croit y trouver la preuve de la trahison sociale du parti de Marine Le Pen [2]. Sous des dehors sociaux, le FN proposerait aux ouvriers de se faire « exploiter français ». Ce qui reviendrait au même qu’avec Macron qui le leur proposerait à l’international (d’où le « ni Marine ni Macron / ni patrie ni patron »).

Largement issus de la bourgeoisie et occupant les dernières planques de la société post-soixanthuitarde (enseignant-chercheur), les intellectuels d’extrême gauche (Lordon, Ruffin, les Économistes atterrés…) révèlent avec cet argument à quel point ils passent totalement à côté des réalités concrètes du monde du travail. Car se faire « exploiter français », soit avec contrat de travail, couverture santé et assurance chômage, reste tout de même moins douloureux que de se faire exploiter « slovaque », « bangladais » ou dans la société uberisée qu’appelle de ses vœux Emmanuel Macron. C’est même la revendication des « sans-papiers » !

Le FN 2017 n’est pas un parti marxiste-léniniste (quel scoop !) qui promet au prolétariat de mettre fin à l’exploitation en général. Il n’en a pas le pouvoir (même élu), pas plus qu’aucun candidat à la présidentielle 2017. Il propose, dans le cadre du libéralisme actuel, de tenter d’offrir un rempart à la prédation du capital international et financier en France. Rempart dont seraient logiquement bénéficiaires en priorité les catégories populaires, car les plus fragiles face à la crise mondialisée du capitalisme. Quelqu’un a-t-il mieux au deuxième tour ?

L’extrême gauche universitaire et arrogante se ridiculise en passant totalement à côté du véritable enjeu de cette élection présidentielle, soit la préservation du cadre national, acquis révolutionnaire s’il en est. Et c’est un enjeu de lutte de classes ! Mais actualisé et dialectisé : 40 années de réaction néolibérale ont déplacé l’objet de la lutte vers la préservation de l’espace à l’intérieur duquel elle est effective : la Nation. Retour à 1792.

Une fois cette donnée connue, le choix de l’abstention à gauche n’apparaît pas dénué ambiguïté. Car pour valider l’équation Macron = Le Pen, il faut mettre en balance le programme, les soutiens et le bilan gouvernemental du premier, face à ce que l’on suppose être les motivations psychologiques cachées de la seconde. Supposition qui confère à la divination, voire à l’incantation magico-émotionnelle (l’insaisissable déesse Haine) [3]. En réalité, idéologie dominante bourgeoise, réflexe de classe claironné par tous les organes de propagande du pouvoir et logiquement validée par les éléments les plus « radicaux » de l’anticapitalisme institutionnel.

Mais cette prise en tenaille de la candidate du Front national entre fascisme et libéralisme révèle encore un énorme paradoxe qui frise la schizophrénie. Car loin de nous l’idée de nier l’existence et encore moins la nocivité de l’ « extrême droite ». Mais nous dirons, en forme de bravade : surtout quand elle est au pouvoir ! Entre autoritarisme politique (état d’urgence, utilisation pavlovienne du 49-3…) et ultralibéralisme économique (CICE, pacte de responsabilité, loi Travail…), le gouvernement Hollande/Valls peut à bon droit être qualifié de libéral-sécuritaire [4]. Or, la gauche et l’extrême gauche appellent, sinon à élire directement le successeur de ce gouvernement, au moins à faire barrage à son opposante au nom d’un danger… libéral et sécuritaire ! Marine Le Pen a tout de même le dos large…

L’argument selon lequel il faudrait d’abord battre MLP, avant de résister à EM, est donc totalement à renverser. Face au pourrissement néolibéral de l’Histoire incarné par le candidat post-moderne et post-national d’En Marche !, la victoire du FN est souhaitable en tant que « moins pire », y compris si l’on veut la combattre sur la gauche ensuite. C’est le sauvetage du cadre même à l’intérieur duquel la lutte des classes peut produire ses effets (36, 45, juin 68) qui est en question (retour au CNR).

L’argument de type trotskyste (= révolution totale ou rien) fait donc une fois encore le jeu de la prise du pouvoir en France par le capital sous sa forme la plus avancée.

Et une fois la société intégralement dissoute dans une jungle économique et sociale, les mêmes viendront sans doute nous expliquer que la violence qui en résulte vient de la « lepénisation des esprits ». Idéalisme philosophique, quand tu nous tiens !

René Perriot, le 3 mai 2017

Notes

[1] Le Monde diplomatique, mai 2017, « La duplicité économique du FN », Renaud Lambert.

[2] Trahison au profit du grand patronat qui serait d’ailleurs bien étonnante, ce dernier lui crachant toute la journée à la figure et appelant à voter Macron !
Serait-on un peu complotiste à l’extrême gauche ?

[3] Quand ce n’est pas à la génétique comme lorsque l’on nous rappelle l’ADN de son père.

[4] Sans parler de sa politique étrangère pour le moins… agressive ni de ses accointances avec l’un des derniers régimes unanimement reconnu comme raciste et colonialiste, celui de M. Netanyahou en Israël.

À lire chez Kontre Kulture :

Du même auteur, sur E&R :

 
 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1718300
    Le 4 mai à 10:03 par goyband
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Tant qu’il n’aura pas été expliqué et au plus grand nombre, que le système est une alliance objective entre l’ultra libéralisme et la gauche culturelle et au service du mondialisme sauvage, les postures du FN seront systématiquement perdantes face à cette tenaille.

    Gauche du travail, droite des valeurs, c’est insuffisant, la droite ne veut pas de la gauche du travail et la gauche ne veut pas la droite des valeurs, ce clivage étant bien sûr factice, puisque le système se sert de ses deux bras pour alterner et conserver le pouvoir ou s’auto mutile un membre, ici le droit, lorsque le FN est au second tour, en 2002, ce fut le gauche qui fut sacrifié.

    Il faut repenser totalement la dialectique de la critique du système et surtout repréciser ce qu’est le système, la médiacratie ayant réussit à en réduire la définition aux élites afin de mettre en relief le coté populiste de ses contradicteurs.

    Or la critique du système, c’est bien plus que celle des élites, elle demande une analyse sérieuse des intérêts concourants à sa survie, quitte a essuyer les accusations de compotistes et sur les plateaux télés.

    Seule une ligne radicale, sans compromis, sans volonté de séduction ni à droite, ni à gauche, peut l’emporter face à ce système politico-médiatico-intellectuelle et oeuvrant pour la poursuite de l’enrichissement de l’oligarchie au pouvoir.

    Se pose alors la question de l’incarnation politique de cette ligne.
    Le débat est donc ouvert.

     

    Répondre à ce message

    • #1718310
      Le 4 mai à 10:31 par dixi
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Se pose alors la question de l’incarnation politique de cette ligne.
      Le débat est donc ouvert.
      Si Macron venait malheureusement à passer ,il y aurait même pas à se poser la question sur un débat,mais sur la constatation des faits .Il n’y a pas à réfléchir pendant des jours ,si c’est le cas les Français vont se rendre compte très vite de leur erreur ,et viendrons comme d’habitude faire leur caca nerveux dans les manifs ,je vous en fait le pari ,cela fait des années que ça dure .Le Français est ainsi fait ,il ne sait pas prendre un virage à 180° ,parce qu’il n’ose pas ,par peur,par soumission .Il prend un marteau ,il se tape sur les doigts ,et après il dit que ça lui a fait mal C’est énorme ,mais à force ça devient rengaine . Alors qu’une population normalement constituée refoulerait ce Macron sans ménagement . C’est évident ,surtout après les 5 années que l’on vient de passer ,et je vous fait grâce des 5 année avec nabot

       
    • #1718342
      Le 4 mai à 11:31 par Alexandre L
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      J’irais même plus loin, c’est à s’interroger : le chemin des urnes est-il encore viable ? Un régime politique qui se construit autour d’un affaissement général du niveau (culturel, intellectuel, politique) peut-il produire des ennemis internes d’un niveau suffisant ?

      La pensée la plus élevée se trouve à la marge. Et pourtant, qui voit-on pour coiffer les mouvements qui vont se partager l’éventail ? Baroin, Wauquiez, Valls, Macron... et tant d’autres de cet acabit, ces produits du néant. Je n’ai cité que ces quatre-là mais ils sont les portraits crachés de cette médiocrité ambiante, si férue de petites combines et si peu charpentée. Ils savent parler de tout mais si les autres ne disaient plus rien, ils n’auraient rien à dire.

      La dissidence, par quelque bout qu’on la prenne, offre ce qui se fait de plus artisanal (j’entends de mieux construit et de plus réfléchi) en fait de propositions et d’affirmations dans le champ des idées. La question de l’incarnation politique se posera donc, en des termes tragiques, jusqu’au jour où la posture solide, sereine et sans compromission saura séduire le plus grand nombre, et on sait bien que rien n’arrête une idée dont l’heure est venue...

       
    • #1718357
      Le 4 mai à 12:06 par goyband
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      dixi, ce que vous dites tient la route en considérant que le français moyen est au mieux, un veau, au pire un bœuf.
      Cela étant dit, je pense qu’il est bien mieux outillé que les générations précédentes quant à se montrer proactif vis-à-vis de la politique, le net et la réinfosphère sont désormais à son service, même si ces derniers ne remplacent par le libre arbitre et/ou un niveau moyen de connaissance suffisant quant à prendre une décision peu ou prou conforme à ses aspirations d’émancipation.

      Je passe rapidement sur une éventuel syndrome de stockholm qui le pousserait à se jeter dans les bras de ceux qui l’asservissent, c’est du domaine psychologique et je ne suis pas compétent en l’espèce.

      Ce que je sais et en revanche, c’est que la mécanique au pouvoir fonctionne parfaitement quant à organiser un coup d’état démocratique et que, pour réussir ce coup d’éclat, il faut que le système se réorganise en amont et qu’il dispose de petits soldats en aval.
      C’est exactement ce qu’il s’est passé sur ces élections 2017, la classe politique UMPS a donc imaginé sauver ses fesses via EM et Macron a endossé le costume de l’héritier de Giscard, le premier nommé sera à la post crise de 2008 ce que le second fut après le choc pétrolier de 73, à savoir le moins mauvais possible pour continuer de maintenir la paix sociale afin que le pouvoir n’échappe pas au système.

      Ce n’est pas plus compliqué que cela, il suffit de dérouler à l’envers cette campagne présidentielle pour comprendre qu’hormis le FN, tous ont contribué à ce coup d’état, même Fillon et même s’il bénéficie encore du doute quant à son plein gré ou pas.

      Et je prends les paris que pour les législatives, comme par hasard, les LR obtiendront sinon la majorité, tout du moins en ressortiront comme force principale d’opposition du gouvernement Macron, surtout si Marine paye cash dimanche prochain et dans les urnes, son débat calamiteux, ce que je pense.

      Echec et mat en quelque sorte, car si la politique en démocratie, emprunte à la nature la loi du plus fort, elle s’en distingue quant à sa maitrise à conserver le pouvoir, plus grande que lorsqu’il faut aller le chercher.
      Bien évidemment, politique et système étant consubstantiels et en l’espèce.

      C’est dire si le rapport des forces et à son avantage, n’est pas seulement important, il est surtout colossal.

       
    • #1718960
      Le 4 mai à 22:49 par Gertrud
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Macron ou Le Pen sont moins important que ce qu’il représentent, et donc je ne les vois que comme des outils. L’outil Macron est celui de l’équipe que je n’aime pas, donc il faut l’empêcher d’être utilisé, même si c’était mon meilleur ami, mon super pot. Le Pen que j’apprécie très très moyennement va dans le casting à l’encontre des intérêts de la majorité de l’équipe adverse, donc un super outil pour faire ch... N’étant pas dupe et sachant que tous les deux sont de sales hypocrites qui veulent vivre sur mon dos. Mais j’ai envie de me faire plaisir et voir la purge, la tête déconfite de certains, avec déménagements et qui sait perte de privilèges. C’est enfantin mais j’en rêve.

       
  • #1718324
    Le 4 mai à 10:55 par réGénération
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Les abstentionnistes et les faux rebelles qui adoptent une position intello en se disant contre le système électoral sont des cons qui s’ignorent :

    1) - ils n’ont pas réalisé que leur jugement est biaisé car il se base sur 40 ans de politique où le FN n’a jamais été au pouvoir ;

    2) - et que si Marine Le Pen peut l’emporter, on se doit de voter pour elle car Macron n’est pas égal à Marine ! Tout ne se vaut pas !

    3) - je les invite donc à la fermer, qu’ils s’abstiennent mais n’influencent ou ne découragent pas les autres !!!

     

    Répondre à ce message

    • #1718345
      Le 4 mai à 11:36 par Marie
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Honnêtement, après le débat d’hier soir, il ne faudra pas s’étonner de l’abstention dimanche...
      Marine s’est faite laminée, j’en avais mal pour elle. Elle a vraiment mal préparé ce débat, elle avait pourtant un boulevard devant elle.
      C’était si simple de démonter Macron, elle n’avait pas besoin de sortir ses griffes toutes les 3 mn. Elle aurait du réserver sa carte blanche à ça, ou seulement quelques minutes en milieu de débat, et tout balancer d’un coup pour que Macron n’ait pas le temps de tout nier. En sortant quelques infos par ci par là, il a pu y répondre et lui rétorquer qu’elle ne faisait que l’attaquer sans parler de son propre programme.
      Les quelques fois où elle a pu détailler son programme, on la sentait mal à l’aise et pas assez précise. Et il faut reconnaître que Macron se contentait de grimacer mais sans lui couper la parole, ce qui lui a permis une fois qu’il l’avait, de démonter une par une les idées de MLP, et de montrer sa politesse.

      Je suis vraiment déçue car nous savons qu’elle a raison sur beaucoup de choses, mais elle s’est montrée faible (en argumentation) et dans l’opposition, aucunement présidentiable.

      C’est à mon avis les limites d’une femme, comme moi, même avec les meilleurs arguments du monde, je cartonne à l’écrit mais je panique à l’oral, surtout devant un homme. Ce n’est pas par admiration, juste par faiblesse. L’homme est capable de raison, alors que la femme réagit par ses émotions. Il paraît que c’est hormonal. Pour défendre les malheureux, rien de mieux qu’une femme, à condition qu’elle se comporte comme telle. On aurait dit que comme un homme, elle voulait en venir aux mains, alors que la douceur était la meilleure stratégie, car cohérente avec son programme. Elle a le programme d’une mère qui veut protéger ses petits, mais l’attitude d’un homme colérique. Macron s’est positionné comme l’exact contraire, et c’est pour ça qu’il a gagné ce débat.
      Une main de fer dans un gant de soie, je crois que c’est comme ça qu’on dit.

      Quelle tristesse, MLP a fait du Trump, du spectacle, mais les français ne sont pas les américains.

       
    • #1718371
      Le 4 mai à 12:31 par adile111
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      @Marie
      nous sommes bien étonné par votre constat car de notre côté nous pensons bien que c’est le petit élève Macron qui s’est fait laminé ! Comme quoi on a pas tous les même oreilles et les mêmes yeux. Mais peut être avez vous déjà foncé sur le commentaire des merdias.. ? qui bien sûr ne diront jamais que macron a tout au long du débat ressemblé à un petit homme très angoissé et énervé devant la mise au grand jour de ses contradictions et L’hypocrisie de ses promesses vu son passé et ses alliances....

       
    • #1718398
      Le 4 mai à 12:59 par John
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      @Marie
      Tout à fait, objectivement Macron a remporté ce débat. Il n’y a eu en revanche aucune forme de politesse et de respect l’un envers l’autre. Les éclats de rire et autres pouffements de Marine Le Pen auraient pu jouer en sa faveur s’ils n’avaient pas été aussi dédaigneux. Malheureusement, je crains que l’attitude de Marine pendant ce débat est à l’image de la situation d’extrême tension qui oppose radicalement les électorats des deux candidats en lice. Elle a très certainement voulu jouer le tout pour le tout, quitte à être agressive, parce qu’elle sait, et nous savons, que si elle ne passe pas maintenant devant le candidat de l’oligarchie, elle ne passera plus. En fait, cette élection est déjà jouée.

       
    • #1718408
      Le 4 mai à 13:09 par Zoul
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      @ Marie,

      Entièrement d’accord avec vous. MLP a grillé toutes ses chances dans le débat d’hier alors qu’elle avait une voie royale pour détricoter le programme de Macron. Elle s’est montrée incapable d’aligner deux idées cohérentes et n’a répondu a pratiquement aucune des questions qui lui étaient posées en préférant invectiver et faire de l’ironie tombant à plat. Elle n’a pas donné l’image d’une personnalité capable de diriger et de représenter décemment tout un pays. Vous soulignez à juste titre que son impulsivité l’a emporté sur sa raison... Or un homme, un Soral par exemple, n’aurait fait qu’une bouchée de ce freluquet zozotant. A méditer par les instances du FN....

       
    • #1718416
      Le 4 mai à 13:20 par réGénération
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Marie, votre commentaire est très long !

      Ne vous perdez pas en considérations secondaires : les CONSÉQUENCES du vote Macron s’il est élu, seront bien pires pour TOUS les français que sous Hollande !

      Et ceux qui s’abstiendront ou voteront nuls, donneront malgré eux plus de chance à Macron de l’emporter, c’est çà que je dis.

      Il faut donc appeler à voter Marine, c’est notre intérêt à nous tous pour les 5 ans à venir, et pour cela, dépasser ses petites considérations personnelles ou individualistes, au nom du bien commun !

      "Je place l’intérêt de la France avant tout." - Alain Soral

       
    • #1718480
      Le 4 mai à 14:11 par Franck
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      @Marie

      Beaucoup ont ressenti que Marine Le Pen n’a pas été bonne lors du débat.

      Perso, je ne l’ai pas regardé car je sais que les sophismes allaient se succéder, endormir ou exalter le spectateur comme lors d’un film ou un match de foot et faire oublier la Gravité de ce qui se joue aujourd’hui.

      Marine Le Pen n’a pas été bonne, la belle affaire. Elle pourrait être une poissonnière, je voterai toujours pour elle et ce qu’elle représente en l’Instant : Le seul recours pour nous sortir d’une situation de servitude financière technocratique et "remplaçoïde" dans laquelle nous ont plongé des mafieux bien réels auprès desquels toute la classe politique, veule et traitre, se met au garde à vous.

      PS : Le ventre mou de la population indécise n’a peut être pas les mêmes critères que nous (qui attendons beaucoup, vu l’enjeu) pour juger. Alors Espoir.

      Stratégiquement elle est obligée de faire le Grand écart. Car chaque camp est autiste ( quoiqu’en dise Fillon)




      A l’électorat proche de Fillon, il faut rappeler : le problème c’est l’immigration incontrôlée, les menaces jihadistes, la délinquance quotidienne insupportable




      A celui plus proche des "insoumis", c’est la haute finance , les lobbies d’influence(système mafieux s’il en est), Bruxelles technocratique, ces dictats, la monnaie unique qui nous étouffent.

      En fait ce sont des problèmes concomitants car connexes et interdépendants IMPOSSIBLE DE RÉGLER L’UN SANS L’AUTRE. Parce que c’est notre projeeeeeeet comme dirait Macron (Attali, Minc et autres sbires de l’ombre, Bildeberg et associés, et autres Soros).

      Je vous salue bien tous. Que Dieu vous garde et vous inspire !

       
    • #1719084
      Le 5 mai à 05:34 par Yankee98
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Ou plutôt des gens pas si cons et qui ne l’ignorent pas, qu’ils sont pas si cons.

      Par exemple je suis monarchiste, aller voter est contre mon éthique.

      De même qu’étant végétarien, aller dans une boucherie est contre mon éthique.

      Cette première éthique, je l’appuie contre 1500 de bonnes monarchies qui ont bâti le pays.

      Face à quelques 150 ans de raie-publique, sans trop compter le Consulat ni la Restauration, ces 150 ans qui eux ont fait dégringoler le pays.

      Navré mais en « nous » traitant de cons, tu te trompes soit de cible, soit de terme.

      Mais dans tous les cas, tu te trompes.

      Quand t’aimes pas un truc, tu boycottes, c’est tout.

       
  • #1718338
    Le 4 mai à 11:26 par oleodedieu
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Il faut tout simplement revenir à la lutte des classes donner de la verticalité au combat et arrêtez de croire comme le fait la vieille gauche que tous les patrons sont des salauds et croire que les ouvriers ou salariés sont capables de se diriger seuls, de prendre des initiatives. Les petits patrons comme les salariés reste des humains avec leurs faiblesses et leurs forces. Le seul moyen de gagner est de le faire par la reinformation comme le fait ER et comme​ devrait le faire le Front National sur son site et sur YouTube. Il faut combattre les merdias sur leur terrain mais vu qu’on ne peut pas le faire par la radio et la télévision il faut le faire par internet. On vois qu’aujourd’hui le travail fait depuis des années commence seulement à être reconnu. Aujourd’hui certaines personnes ne croit plus systématiquement au blabla de l’empire... La reinformation doit être factuelle et ne pas se laisser
    Disperser par des dentistes qui d’un côté font le boulot et d’un autre ne veulent en réalité que rien ne change... Dissidents collabos !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1718381
    Le 4 mai à 12:43 par bertin
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Y en a , qui ne savent pas encore
    qu’extrème gauche trotskiste et oligarchie
    mondiale ne font qu’Un ?
    Et ça dure depuis un siècle au moins !
    Stupidité ou complicité ?

     

    Répondre à ce message

    • #1718690
      Le 4 mai à 17:24 par goyband
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Très bonne question.
      Car établir une ligne transversale allant de l’extrême gauche mélenchoniste jusqu’à la droite filloniste, afin que Marine puisse marcher sur ses deux jambes, c’est justement suicidaire à l’aune de ce rappel plus qu’évident.

      On ne peut pas prétendre combattre le système en revêtant ses oripeaux.

       
  • #1718382
    Le 4 mai à 12:43 par awrassi
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Ce qui est sûr, c’est que FN n’est pas marxiste (dictature du prolétariat et nationalisation des moyens de production. Et s’il n’est pas marxiste (ni maoïste), il est donc nécessairement libéral (capitaliste). Mais d’un libéralisme national socialiste. Du De Gaulle en quelque sorte ... lorsque le pouvoir français avait réellement peur des syndicats !!! La posture du FN et celle d’Alain Soral sont contradictoires, en ce que l’on ne peut pas être de droite économiquement et de gauche moralement ... Je soutiens Alain pour son patriotisme, pierre angulaire de tout nationalisme et de toute lutte contre l’Empire. Comme le PNS d’Hitler, le FN est libéral. On le dit péjorativement "populiste" parce qu’il est tout autant social ... Mussolini, le fasciste par excellence, était un libéral qui cherchait à diriger le pays et les patrons !!!

     

    Répondre à ce message

    • #1718439
      Le 4 mai à 13:40 par goyband
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Hors volet social lié à la critique de l’union européenne, la différence entre le FN aujourd’hui et la droite forte de Didier et de Peltier ?

      Une feuille de papier à cigarette.

      Il faut donc revenir aux fondamentaux.

       
  • #1718470
    Le 4 mai à 14:04 par redsniper06
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    La future France à Macron n’ aura que ce qu’elle mérite ....une litière véreuse et putride trop bien illustrée par ses votes inconséquents d’abrutis heureux et ignares !!!...

     

    Répondre à ce message

  • #1718733
    Le 4 mai à 18:11 par Liberté
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Projet présidentiel de Marine le Pen : Patriotisme et démocratie

    https://www.marine2017.fr/2017/02/0...
    https://www.marine2017.fr/2017/02/0...

     

    Répondre à ce message

  • #1718739
    Le 4 mai à 18:15 par Liberté
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Projet présidentiel de Marine le Pen : Patriotisme et démocratie

    https://www.marine2017.fr/2017/02/0...
    https://www.marine2017.fr/2017/02/0...

     

    Répondre à ce message

  • #1718901
    Le 4 mai à 21:21 par ursus
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    Comme je le dis depuis déjà un moment :
    Marxisme = Trotskysme = Capital international.
    La seule véritable alternative est le communisme stalinien (c’est-à-dire communisme national) et le national socialisme.
    Si cela ne rentre pas dans vos têtes, ça rentrera par un autre orifice !
    Je pourrais développé, mais j’en ai un peu marre de me répéter...
    Bon allez, juste un truc : le capitalisme international s’est servi du communisme national (le seul communisme véritable) pour détruire le national socialisme et le capital international s’est ensuite débarrasser de l’encombrant communisme.
    De la part d’un communiste "d’extrême-droite"...

     

    Répondre à ce message

    • #1719153
      Le 5 mai à 08:48 par goyband
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Le « Ils se valent » trotskyste et lors du débarquement des alliés de 44 résume la tragédie humaine que nous vivons, le national socialisme et le libéralisme de l’époque, comme la même face d’une seule pièce pour les uns, l’ultra libéralisme et le trostskysme d’aujourd’hui, comme la même face d’une autre pièce pour les autres.

      En définitive, l’idéologie ultra libérale joue donc sur du velours, il lui suffit d’opposer national socialisme et trotskysme pour conserver le pouvoir.

      C’est exactement ce qui va conduire Macron au pouvoir dimanche, alors que le contexte n’a jamais été aussi favorable que maintenant pour un retour des idées sinon nationalistes, tout du moins souverainistes, attentat à 3 jours du premier tour et contexte national anxiogène de par la pression sur les peuples de la politique de l’union Européenne.

      Et pourtant, un paltoquet pro Européen va remporter la mise en ne rassemblant pas plus de 25% au premier tour, alors que Mélenchon et Marine totalisaient, eux, près de 41%.

      A méditer.

       
  • #1719287
    Le 5 mai à 10:44 par TeddyTed
    Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

    @ Marie
    Je souscris en grande partie à ton commentaire sur le débat Marine/Macron.
    Il est évident que Dupont-Aignan aurait été plus efficace dans ce style de confrontation (techno, bienpensante...)
    A la décharge de Marine, elle est fatiguée, car elle mène une campagne dure et usante, avec tout le "système" contre elle, les agressions et les insultes permanentes etc. Tandis que de l’autre côté Macron est protégé, et même aidé en sous-main (cas Elkrief par exemple).
    D’autre part, le débat a été très orienté "techno" au grand avantage de Macron, qui baigne là-dedans depuis sa prime carrière. En réalité un(e) président(e) de la République n’a pas être incollable sur tous les sujets, il se doit juste de donner les grandes orientations en s’appuyant sur des "spécialistes" de chaque sujet. Marine a commis l’erreur de rentrer dans ce petit jeu, avec ses petits dossiers, et fait pâle figure à côté de son opposant qui débitait sa récitation, sans notes...
    De mon point de vue Marine a remporté la confrontation, parce que la réalité du terrain est de son côté. Mais je n’avais jamais pensé qu’elle puisse enterrer en face à face un politicien du calibre de Macron.
    Dernière chose, elle a été à mon avis maladroite sur le plan de la SECURITE et de l’INTERNATIONAL en restant arc-boutée sur "la menace islamiste". La VRAIE menace en France tout le monde un peu renseigné la connaît, le dérive islamiste n’en est qu’une conséquence. Elle n’a pas eu le courage d’aller jusque-là, dommage car elle n’avait rien à perdre, et au contraire le vote des banlieues à gagner.
    Je continue de penser que sa nièce Marion n’a que faire de ce plafond de verre, et que c’est elle qui va casser la baraque dans les années qui viennent...

     

    Répondre à ce message

    • #1719489
      Le 5 mai à 14:07 par Patriote Français
      Marine Le Pen : fasciste ou libérale ?

      Tout ça n’est que du parti pris , de la critique , mais Marion , n’y changerai
      absolument rien , Philippot et Dupont Aignan n’ont plus , car l’idée majeur que
      déteste les adversaires mondialistes , c’est de parler de nation , ce culture et
      encore plusde souveraineté , c’est encore moins en étant clivant que ce sera
      possible d’avancer . Le seule et grand problème c’est que les médias copains
      des adversaires , ont gagné la bataille des idées , et ça ce n’est pas la faute
      des patriotes et de leur mouvement mais plutôt tous ceux qui se sont
      couchés devant leur diktat de la pensée unique , comme les LR par exemple !

       
Afficher les commentaires précédents