Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Minorités et régionalismes : entretien avec Pierre Hillard

Propos recueillis par Kontre Kulture

Pour Kontre Kulture, Pierre Hillard présente sa thèse de doctorat, publiée en 2001 aux éditions François-Xavier de Guibert sous le titre Minorités et régionalismes dans l’Europe fédérale des régions, et déjà rééditée trois fois :

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je pensais justement à Pierre Hillard en lisant les programmes des départementales et en y voyant un parti régionaliste Alsacien, pas de doute, le NWO est en marche.

    "La France est un pays centralisé et jacobin, où toutes les décisions importantes sont prises à Paris. En Alsace, nous avons beaucoup d’élus et de structures mais peu de pouvoirs et de moyens réels.
    Libérons nous de ce carcan et prenons notre destin en main. Nous voulons une organisation simple, démocratique et efficace. L’Alsace doit devenir une région autonome organisée autour de trois échelons : la région, les pays, les communes.

    Enfin, comme en Suisse, les citoyens alsaciens doivent avoir la possibilité de s’exprimer directement par référendum sur les sujets importants qui les concernent directement."

     

    • Etant moi-même alsacien, je ne pense pas que ce régionalisme soit un danger (par rapport aux analyses de Pierre Hillard), étant donné le travail très efficace de destruction de l’identité alsacienne qui est systématiquement associée au gros beauf paysan faux-boche. Si je gagnais un kopek chaque fois qu’on me dit que notre langue et notre accent sont hideux. De plus les manifestations "Elsàss Frei" qu’on voit régulièrement aujourd’hui ne sont qu’une réaction face au projet de réforme des régions.
      Mais sans tomber dans l’indépendantisme, je pense comme sans doute beaucoup ici que l’une des raisons de la richesse de la France vient de l’immense diversité culturelle de ses régions, et que celles-ci doivent les entretenir.


  • " On ne peut pas être marié à deux pays " .
    On peut être attaché à un autre pays que celui dont on est citoyen, à condition que cet attachement ne nuise pas au sentiment d’appartenance et à la fidélité dus au second . Il faudrait mettre un terme à cette violence et cette absurdité qu’ont été les mouvements massifs de population propres au 20 e siècle qui ont induit ces phénomènes de double allégeance si désagréables .

     

    • Si tu es attaché à un autre pays, il existe des passeports d’un à trois mois, toujours utile pour voyager.

      Il existe également des carte de séjour plus ou moins longue durée pour les personnes étant dans l’obligation de travailler dans un autre pays.

      Mais appartenir de manière concrète à deux pays n’est pas possible : je refuse catégoriquement cette idée là. Je veux m’assurer que les personnes qui sont sur mon sol aime ce pays plus qu’un autre, sans équivalence émotionnelle.


  • Rien à redire sur ces 30 minutes, c’est le projet de domination dans les tuyaux pour cette vieille Europe.

    Manque juste le coté spirituel avec le maçonnique Solve et coagula versus l’Eglise, le coté aussi historique lumière 1789 ... mais la ça deviens de l’approfondissement.

     

  • Hillard se trompe sur un point : le projet européen n’échouera pas, pour la simple raison qu’il est appelé à s’étendre à l’infini : après les pays de l’Est, viendra celui de la rive sud de la méditerranée- à commencer par le Maroc...si l’on vient d’inaugurer le nouveau siège de la BCE à Francfort, ce n’est certainement pour renoncer si près du but...


  • Bonjour, J’attendais avec impatience une nouvelle intervention de notre formidable analyste de l’Europe Babel.
    Toute mon admiration a ce grand monsieur qui sait rester très simple malgré son érudition et sa vision malheureusement trop réaliste de ce qui nous pend au bout du nez.
    Merci a E&R.


  • Bravo Pierre Hillard de ne pas avoir prononcé le mot "colonisation" durant l’entretien et pourtant de l’avoir formidablement défini. Merci.


  • Il peut y avoir de la rancoeur, il faut regarder l’histoire, les décisions des gouvernants..mais la pop. française n’a rien à se repprocher.
    La colonisation extèrieure laisse des traces....et l’intèrieure aussi !!
    La france a saccagé la langue Bretonne, (amputé le poumon économ Nantes/st.Nazaire..), et autres langues de peuples de l’hexagone (Occitan, Basque, Corse, Flamand, Alsacien..etc..)..1500 ans de transmission naturelle . brisée, par une planification insinueuse..nos parents et aîeux interdit de parler leur langue maternelle à l’école..sentiment de honte..brimade ..punitions..des réparations ?..un enseignement bilingue Français-langue régional répandu ?!..Non !!...
    après ça nos élites crient à la face du monde Francophonie bienfaitrice ’..droit de l’homme’..démocratie ’ !!..et vante le bilinguisme français -anglais dans un lycée à new-york (payé avec nos impôts !)..on nous méprise, se moque de nous !
    mais moi , le Breton comment pourrais-je aimer en conscience mon boureau ?
    Un deiz e vo sklaer an amzer...,

     

    • Très vrai, tout ça ! le colon, c’est toujours l’autre...
      Et n’oublions pas l’arnaque du Franc CFA qui étrangle les économies africaines - l’équivalent de l’euro, sauf que dans ce cas, personne ne s’offusque de ce côté-ci de la méditerranée. L’euro, c’est pas bien mais le Franc CFA ne dérange personne - ni les socialistes, ni le FN, ni Asselineau...


    • Il me parait difficile d’aimer son bourreau. Mais qui est-ce ?
      La France, l’état français, le ou les peuples de France, la République française ?