Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Muriel Prudhomme : "Le porno peut entraîner des traumatismes qui durent toute la vie"

Alors que le Collège national des gynécologues et obstétriciens français vient de tirer la sonnette d’alarme sur l’exposition des enfants à la pornographie, Muriel Prudhomme, gynécologue et directrice scientifique de Questions d’ados aux éditions du Diable-vauvert, est l’invitée de la Midinale.

 

 

Verbatim

 

Sur l’impact de la pornographie sur les jeunes

« C’est difficile de rentrer dans la sexualité par le biais de la pornographie. »
« La pornographie peut entraîner des traumatismes qui vont durer toute une vie. »
« Ça gomme toute l’importance de la relation à l’autre. »

[...]

Sur l’impact de la pornographie sur la sexualité

« L’âge du premier rapport sexuel n’a pas beaucoup bougé : on est toujours autour de 17 ans, c’est-à-dire que les jeunes regardent de la pornographie avant leur premier rapport sexuel. »
« Ça fait croire aux jeunes que la pornographie, c’est la sexualité. Sauf que ça ne l’est pas. »

[...]

Sur l’importance des professionnels dans l’éducation à la sexualité

« Les parents ne sont pas forcément les mieux placés pour parler de sexualité avec leur jeune. »
« Il faut que les jeunes puissent en parler avec des professionnels : dans les centres de planification, dans les centres de dépistages et d’information sur les maladies sexuellement transmissibles. »
« Il y a des professionnels formés mais ils sont en nombre insuffisant. »

[...]

 

Sur les problèmes du statut de la femme dans la pornographie « L’image de la femme est souvent extrêmement négative, une femme-objet, qui se laisse faire, extrêmement passive. »
« On ne parle pas de la même façon quand on est une fille et quand on est un garçon. »
« L’âge de la puberté, il n’est pas le même pour les filles et pour les garçons. »
« La question centrale, c’est celle de l’image de la femme. »
« On a plus l’impression que l’on recule sur un certain nombre de valeurs plutôt qu’on avance. »

Lire l’article entier sur regards.fr

Le porno, une arme contre la jeunesse, sur E&R :

 

À lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

75 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme des acouphènes !!


  • Le porno est avilissant pour les femmes et les hommes, qui le pratiquent et qui le regardent, c’est le but recherché.
    On est loin de l’élégance des sentiments de Mme de La Fayette et de Jane Austen.
    Comme régression, c’est une de plus dans une société qui se barbarise et s’abêtit au rythme accélèré d’un système aux ordres de l’occupant.

     

  • elle en pense quoi Schiappa et compagnie ? sans doute pas grand chose...

     

    • Déjà que ça m’étonnerait qu’elle pense tout court.

      Ensuite, le porno est une zone interdite qui déclenchera (trigger en jargon anti féministe) toute féministe en l’opposant à sa propre hypocrisie contradictoire :

      Porno = Emancipation des "femmes" (genre mon corps, mes choix ... et mes couilles aussi)
      Porno = Sexe débridé donc libéré de toute contrainte (c’est ça ouais)

      mais

      Porno = Femme objet sexuel (Faciale pour le coté humiliant, à plusieurs voire VRAIMENT plusieurs, avec des trucs pas humains dont des légumes et des platines tourne disque, trucs qui hennissent ou grommellent...c’est un ami qui m’en a parlé hein)
      et
      Porno = Exploitation de la femme par l’homme pour l’homme (ce vilain oppresseur cis-blanc, et je parle pas des quelques connasses qui se vantent d’en regarder sous prétexte d’égalité alors qu’elles n’ont simplement pas le même firmware, ni le hardware d’ailleurs)

      Donc
      Emancipation des "Femmes" = Femme Objet Sexuel = Exploitation de la Femme par l’Homme pour l’Homme = A bas la patriarchie ! (Seule réponse considérée comme valable pour une féministe)

      CQFD

      PS :
      Mes excuses pour le langage cru


  • Bon ok , la pornographie est un fléau , en particulier à notre époque d’abondance et de libéralisme décomplexé. Mais il y aussi certaines notions qui s’appellent le "libre-arbitre" et la morale. Si une personne d’assez grande et responsable décide de lui-même de visionner ces trucs , Il assumera et en payera les conséquences (frustration , addiction , solitude , violence etc).
    Pour les plus jeunes , Il incombe aux parents d’interdire à leurs gosses de consommer cette sal*perie et de les éloigner le plus possible d’Internet , qui est quand même composé à 90 % de m*rde. Il est important de mettre en garde sur les dangers psychologiques de cette invention du diable , mais il est tout aussi important de se responsabiliser individuellement. Certains dirons que n’avons qu’une vie et qu’il est important d’en profiter , Oui. Mais profitons-en plutôt pour nous éduquer , aimer et découvrir au lieu de jouir et de consommer frénétiquement.

    Cordialement.

     

  • Pas mal d’idées reçues qui ignorent la réalité. « L’image de la femme est souvent extrêmement négative, une femme-objet, qui se laisse faire, extrêmement passive. » C’est faux. Il faut remplacer "souvent" par "rarement". Sauf pour les amateurs de videos japonaises.

    Le porno est ubérisé.

    le porno est un symptôme et non le problème.

    Elle a raison de parler d’éducation en matière de protection des enfants. Elle a tort de dire que les parents ne sont pas de bons interlocuteurs.

    Elle veut que ce soit son asso qui répande son idéologie. Elle a grandement tort de penser qu’il faut parler de sexualité en primaire.

    Que signifie « La pornographie peut entraîner des traumatismes qui vont durer toute une vie. » ? La voiture aussi. Ainsi que les vaccins. La mauvaise nourriture. L’alcool. Le tabac... De quoi parle-t-elle ? c’est bien flou... Quelles études ? Quels exemples ? Quels traumatismes ?

    Est-ce que découvrir son corps et le corps de "l’autre" en primaire n’est pas une forme de pornographie ?

     

    • Est-ce que découvrir son corps et le corps de "l’autre" en primaire n’est pas une forme de pornographie ?
      Surtout qu’à cette tranche d’âge en primaire ou maternelle les mômes n’ont ni problèmes, ni besoin dans ce domaine. Peut être un questionnement tout à fait naturel sans pour autant qu’on vienne leur donner des cours d’anatomie sexuelle ou je ne sais quelle réponse pour éviter des frustrations imaginaires sorties tout droit de certaines caboches pour le coup plutôt malade.


    • Attraper une MST bien dégueulasse lors d’un rapport réel peut entrainer des traumatismes encore pire que le porno.


    • Les quelques femmes que j’ai croisé dans ma vie préféraient toutes la passivité, être dominées, préféraient se laisser faire, comme des objets. Ce qui est plutôt chiant d’ailleurs, voire parfois désagréable. Comme la grande majorité des femmes dans les pornos, ce sont LEURS choix.


    • « Est-ce que découvrir son corps et le corps de "l’autre" en primaire n’est pas une forme de pornographie ? »

      Non....... vous parlez de quoi en fait ? de se mettre en maillot de bain à la piscine ? non c’est pas de la pornographie........

      Sur le fond : ceux qui ont découvert le porno sur cassettes VHS à 17 ans, bien avant l’internet, et ceux qui sont nés avec et tombés dedans dès 11 ans (entrée en 6ème), oui il y aura des séquelles, c’est de çà dont on parle.
      Les parents nés au XXème siècle n’ont pas conscience de çà (non plus).

      Mais je suis pas d’accord pour envoyer ces gamins vers des "experts" tripoteurs.


  • Toujours les mêmes stupidités, le problème n’est pas que le porno n’est pas comme en vrai, en réalité c’est comme en vrai mais en plus extrême, dans la sexualité la femme se fait remplir et l’homme pénêtre en dominant, parfois même dans la réalité la femme aime encore plus se faire dominer que dans un porno, donc cette féministe se plente de cible encore une fois, non le problème n’est pas l’avillissement de la femme mais de l’humain en général, et surtout des enfants qui se polluent la conscience, garçons et filles, sachant que les plus grand perdants sont souvent les garçons qui développeront moins de système de défense de virilité à cause du porno face à des femmes de plus en plus voraces et exigeantes à tout les niveaux, sexuelement, financièrement, et libertinement parlant, en gros fuyant l’amour à deux sur la durée et la vie de famille, à la recherche du plaisir immëdiat et ne faisant plus aucune concession avec l’homme et ses besoins, qu’elles voient comme un avilissement et une entrave à la liberté de la femme de devenir des salopes libérées professionnelles, finalement à l’image des actrices porno, mais dans leur vie quotidienne de destructrices des valeurs familiales patriarcales . Comprenne qui pourra, sûrement pas ces mauvaises entendeuses et insupportables féministes anti-hommes sur tout les sujets possibles. Vive les femmes soummises à Dieu et à leur mari, qui aiment encore lui faire plaisir pour preserver ce qu’il reste de l’amour et de la tradition authentique.

     

    • Il est exact que le porno est de plus en plus avilissant pour les femmes, dans la mesure où ils leur font faire les pires déguelasseries, ils sont où les droits de l’homme ?


    • Merci pour votre commentaire, en effet c’est épuisant que le seul argument que l’on entende contre le porno soit « ça dévalorise l’image de la femme ». Comme si seule la femme comptait, alors qu’on sait très bien que les première sont victimes sont les jeunes hommes.

      L’argument en question est pas forcément faux, encore que les gens sont capables de différencier vie réelle et écran je pense.

      Mais les jeunes hommes, dans leur initiation de plus en plus précoce à la pornographie, et tout ce que cela implique : culte du corps, de la performance, mais aussi de la relation éphémère, forcément insatisfaisante, sont détruits de plus en plus profondément au fur et à mesure que le porno se manifeste à eux de plus en plus tôt.

      Encore une fois, certes l’image de la femme (mais quelle femme ? de quel point de vue ?) est dévalorisée, mais pas plus que celle de l’homme, qui lui en plus se voit imposer pléthore de contraintes, de modèles et d’impératifs de faire jouir son partenaire moultes fois. Donc la femme est encore une fois gagnante de ces nouvelles contraintes imposées à l’homme.

      Autant d’impératifs qui le conduisent à se dévaloriser, à ne pas se sentir à la hauteur et finalement à ne plus rien tenter avec les femmes.

      Mais bon, ça doit sûrement être difficile à comprendre pour cette gynécocratie jouisseuse (pléonasme ?) qui ne voit les choses que quand elle est directement touchée (autre exemple : la gynécocratie voit du harcèlement de rue, là où toute personne un minimum consciente sait que c’est dû à un problème beaucoup plus large d’éducation et de fracture sociale, et la gynécocratie traite le problème à la hauteur de sa compréhension, c’est-à-dire en interdisant aux hommes de parler aux femmes dans la rue, alors que la vraie racine du problème est plus profonde).


    • Le commentaire le plus pertinent que j’ai lu sur le sujet depuis longtemps. Merci à vous.


  • Faut pas exagérer non plus la promotion des rapports réels. Ils peuvent transmettre un paquet de MST dont la pire durera toute une vie, qui sera réduite au passage. Nous devrions nous méfier de ceux qui critiquent le porno en rappelant que le "réel", c’est "mieux". Le réel restera pire que le porno tant que les gens baiserons dans tous les sens.
    J’ai l’impression que dans cet article, les dégénérés de l’éducation nationale sont subtilement recommandés en prétendant que l’éducation sexuelle devrait être faite par des "professionnels". Les règles de drague/relations enseignées sont de plus en plus strictes et les "fautes" maintenant sévèrement réprimées par la loi. Et on espère que ça va inciter les jeunes à s’éloigner du porno ? C’est exactement l’inverse qui va se passer, et c’est probablement le but.
    On peut prédire sans grand risque de se tromper que la consommation de porno va encore augmenter, et que ça servira d’excuse pour la création de nouvelles taxes par l’État qui rêve de profiter de ce business juteux.


  • Muriel Prudhomme, gynécologue et directrice scientifique de Questions d’ados aux éditions du Diable-vauvert.

    C’est signé. Satan est tellement tranquille qu’il peut se permettre d’avancer à visage découvert. Il promeut sa décadence des relations sexuelles réelles des jeunes en recommandant de confier leur éducation à des professionnels, qui sont sans aucun doute bien formatés LGBTIPZetc... L’industrie du porno qui l’a bien servi est maintenant un obstacle majeur pour son plan, il est temps pour lui de s’en débarrasser. De plus en plus de gens se réfugient dans le porno en délaissant les pratiques réelles, ça ne lui convient pas.

     

    • A la lecture de tes commentaires, c’est toi qui est possédé !


    • Je n’irais pas jusqu’à tes conclusions lapidaires mais je dois avouer que tout comme toi je suis interpellé par ces professionnels qui d’un côté dénonce le porno mais pour d’un autre affirmer qu’il faut des cours d’éducation sexuelle à l’école...donc sans aller jusqu’à hurler au complot il faut rester très vigilant ! Le sexe n’a rien à foutre à l’école, cela appartient à la sphère privée de l’enfant et des ses parents.


    • Bah ne hurlez pas au complot et soyez juste passivement vigilant, mais ne venez pas pleurer après. Trouvez-vous une bonne excuse de la présence du mot "Diable" dans ce nom de maison d’édition pour vous rassurer si vous voulez. Le fait que cette maison d’édition sorte des bouquins sur la sexualité des jeunes est sans doute aussi une coïncidence innocente, c’est ça ?

      En parlant de complots, c’est quoi le nombre maximal de complots auxquels on doit croire pour ne pas être considéré comme un fou parano ? C’est quoi le type de complots qu’il faut mettre de coté pour paraitre "raisonnable" ? Je croise souvent cette réplique ridicule : "C’est vrai qu’il y a des complots, mais il ne faut pas en voir partout." Et si il y en a partout ? C’est justement cette limite que vous vous imposez qui permet aux ordures de ce monde d’y aller à fond car ils savent que vous refuserez de croire à leurs pires projets. Ils y vont au bulldozer pendant que vous, vous "prenez des pincettes".

      Ça me fait de la peine et ça me surprend de devoir expliquer ça ici, où la quasi totalité des articles publiés dénoncent des complots d’envergures différentes mais qui puent tous le satanisme.


    • Vous faites partie des trop rares observateurs à établir le lien symbolique des mots, en corrélation avec la ’leçon’ que les Elites imprime dans les esprits

      Maintenant allez plus loin : scrutez et jouez au "Mécano" des noms, ceux des journalistes, hommes politiques, de quasi-tous les intervenants triés sur le volet, ces ’chanceux’ permis d’accès aux médias sous contrôle hyper-sophistiqué des propagandistes mondialistes

      Réaliser que ces noms s’articulent, après écoute "scrutée" et décryptée acuitement, autour de la question du sexe, du graveleux, de l’humiliation, etc. cela varie en fonction du thème-cible de l’itw/article

      C’est mathématique et incontournable : faites-en l’expérience

      Preuve qu’en démocratie, la Cabale affectionne spécialement l’imprégnation mentale répétitive sur les cerveaux, à l’aide de ses symboles/égrégores

      J’ai commencé à en établir une liste mais constatant le caractère si évident et systématique, j’ai fini par lever le pied

      Cette info unique peut être perçue soit comme énorme, soit comme ubuesque pour qui n’a ni cette connaissance / perspicacité / appétence particulière, pour le simple cruciverbisme nécessaire à ce "lever de voile"..

      Quelques "posteurs" rapportent rarement ce lien cocasse, voire humoristique, mais sans réaliser vraiment le caractère usuel de la machinerie implacable du "Mind Control", donc sans aboutir en RELIANT LES POINTS.

      Cela pose évidemment d’énormes questions, notamment sur la portée de telles manipulations. Il faut alors réaliser que c’est dès leur embauche que sont utilisés ces enrôlés/vecteurs à leur insu, qui par l’auditif/visuel de leur nom et/ou prénom, en association avec les titres annoncés/affichés, sur-délivrent "un" message

      Il n’y a pas de hasard dans le machiavélisme perverse de fabrique du consentement, de marquage de territoire, de propagande psycho-prégnante, etc.. par la Cabale et ses ingénieries médiatiques, d’ultra haut niveau d’élaboration.

      Je précise que je n’ai encore jamais vu qui que ce soit aborder la question telle que je l’ai observée... pour des raisons x ou y !

      Oui, Diable-Vauvert est ici, "bien" usité à dessein de portée tout à fait symbolique pour impacter le plus efficacement possible les cerveaux des lecteurs / auditeurs !

      Alors certes, mon communiqué est un peut-être long, donc tombe hélas dans le hors-sujet, mais je tenais à signaler ce qui pour moi constitue un FAIT clairement établi (ce en toute modestie de ma part bien entendu...).


    • La démonstration concrète PRINCIPALE à l’appui de mon exposé, m’a échappé !

      Outre le Diable-Vauvert qui est employé sciemment, il y a la "musique" syllabique du prénom + nom à RELIER au but (message) visé par les déclarations de la toubib féministe :

      Muriel PrudHomme, s’"entend" (est capté et enregistré par notre inconscient, à concurrence du nombre de fois perçues...) ainsi :

      Mûre / rit / elle et prude / homme :

      le cerveau fera l’amalgame suivant : une (femme) mâture se rit d’un homme prude !

      Donc, cette dame est idoine pour "balancer", "façon féministe", sur le porno...

      Cette ingénierie médiatique du séquençage psychique, de l’émulation synaptique, est faite par des experts en neurosciences, des artistes subtils et pervers, mais au final des artistes.

      Et soyons en convaincu, cela est rudement efficace, exactement comme l’impact de la publicité !

      C’est du subliminalisme : un message en sur-"impression" cérébrale, une "com" dans la "communication".

      Et ce n’est pas Jean-Claude Trichet, ex-gouverneur de la Banque de France, vecteur par son nom, d’un pied de nez cynique à l’honnêteté évidente et incontestable de sa fonction rothchildienne, qui me contredira...

      Avec "leurs" Mass-Media, tout est à reconsidérer avec cet autre regard, celui de l’esprit éveillé...

      J’essaierai de distiller quelques truculents autres exemples, au gré de mes futurs posts, si nécessité et cohérence sont réunies, bien sûr. Certains sont de véritables chef-d’oeuvres jubilatoires. Bien que nos Cabalistes soient prévisibles dans leur us et abus, encore faut-il être en capacité de mettre le doigt dessus !

      Merci au modérateur, pour la cohérence de mon propos, de bien vouloir le soumettre à la l’appréciation des lecteurs d’E&R ;)


  • Le porno ne rend pas l’image de la femme négative, au contraire ! Les femmes dans les pornos semblent bien plus gentilles, plus agréables, plus heureuses, et plus douces que les femmes de la vie réelle.

     

    • #1991407

      Et donc, cette image totalement fabriquée va aider les jeunes ?
      Vous terminez bien cette liste de commentaires pro-pornos, comme à chaque fois qu’on aborde un sujet sur E&R. Les addicts en tout genre rapliquent pour tenter de se rassurer. On voit les dégâts faits aux neurones.


    • "Le porno ne rend pas l’image de la femme négative, au contraire !"
      Non c’est vrai, une triple pénétration ça valorise la femme !

      "Les femmes dans les pornos semblent bien plus gentilles, plus agréables, plus heureuses, et plus douces que les femmes de la vie réelle."
      C’est sûr qu’ils ne vont pas nous mettre des Fourest ou des Deux Ass, le but c’est quand même de bander !


    • @Zionist War

      Non, cette image préfabriquée n’aidera pas les jeunes. C’est justement un piège, on n’attrape les mouches avec du vinaigre. Cette image idéalise justement la femme, c’est pour ça que les jeunes se tourneront vers le porno en laissant tomber la triste réalité où ils se feront jeter comme des merdes par les filles. C’est cette situation qui est négative, pas l’image de la femme dans le porno.

      @Ray

      Voilà, vous avez compris.


    • @Ray

      J’avais zappé la première partie de votre réponse. Évidemment, il y a de tout et ce n’est pas toujours "valorisant" comme vous dites. Mais le porno est aussi vaste que la lecture. Il y a des belles œuvres, et des torchons. Notre vision est subjective et dépend de ce qu’on croise, de ce qu’on cherche, de nos fantasmes. Mais s’il vous plait, ne m’attribuez pas les vôtres.


    • @william wallace
      Constat accablant et sinistre dont l’amertume ne peut masquer la difficulté réelle et intemporelle de trouver l’âme sœur.
      Il faut parfois abandonner l’idéal pour le pragmatisme et se sourcer ailleurs.


    • Parfaitement d’accord avec William Wallace. Le porno peut également être une source d’inspiration pour developper son imagination et réaliser des tas de fantasmes avec son conjoint. J’ai remarqué que plus on s’épanouit sexuellement , même avec des fantasmes un peu scenarisés , plus on s’aime dans la vie. Un simple restaurant peut devenir un petit jeu érotique et excitant, c’est ça la vie ! Et il y a rien de moche là-dedans.


  • Je crois comprendre que la madame experte veut, pour les lycéens et collégiens fortement incités de partout au sexe le plus rude et le plus écoeurant, remplacer le hard porn, visionné en secret et en solo, par du soft porn officiel dont le jeune profitera en public et qu’il partagera avec le prof et toute la classe, dans des temps et modalités préparés en amont. Même l’écolier n’y coupera pas.
    Tous ensemble, tous ensemble, yeah.
    Réponse : ni hard, ni soft pour nos têtes à brûler, chère madame. La biologie, enseignée à l’âge convenable, est une science exacte qui répond à toutes les questions. Pour l’intimité, pour les questions particulières, un médecin privé est qualifié pour apporter une réponse mesurée, sur demande expresse et confidentielle de l’individu concerné.
    De nombreux jeunes sont devenus des "hikikomori" : ils passent leur vie dans leur chambre, sans s’ennuyer, refusant le monde extérieur perçu comme pénible, vulgaire et cruel, communiquant et s’instruisant virtuellement, s’occupant à dessiner, faire de l’informatique ou toute autre activité tranquille.
    C’est une des réponses de la jeunesse "pacifiée", à l’intrusion insupportable des autorités et organismes dans leur vie la plus privée, dans leur âme. Quand on est surveillé de partout, sans horizon, quand on vous inflige des hordes d’envahisseurs de tout type, quand on vous prend votre espace, l’individu réinvente les frontières détruites, il se mure tout seul.
    La sexualité d’un jeune n’est pas une affaire non consentie, en groupe organisé, piloté de l’extérieur, sous peine de tomber sous le coup de la loi naturelle, mais une démarche volontaire, en couple ou en auto-partenariat. Quand on veut, si on veut, où on veut.

     

    • Merci, je ne connaissais pas ce terme de "Hikikomori".

      Cela fait 10 ans que je vis reclus dans ma chambre et je me retrouve donc en grande parti dans cette description.

      J’essaye parfois de quitter cette zone de confort mais j’y retourne assez vite.
      Difficile de ce raccrocher à quelque-chose tant cette société empire de jour en jour. La perte de repères et de valeurs est flagrante.

      Je pense qu’une des solutions serait un retour à la nature, un retour à la vrai réalité, celle qui ne triche pas.
      Cela me semble difficilement atteignable tant l’addiction à notre société est forte mais je pense que c’est une des voix à explorer.

      A défaut de trouver des solutions je peux au moins mettre un peu plus de mots sur mes maux grâce à vous.


  • Une analyse intéressante mais sexiste et ancrée à gauche. Ce qui intéresse l’auteur, c’est l’image qui est donnée des femmes. Cette personne refuse de porter le jugement moral ou simplement éthique qui s’impose : la pornographie n’est bonne pour personne, quels que soient l’âge ou le sexe. C’est une activité désordonnée et dégradante pour ceux qui la produisent autant que pour ceux qui la regardent. Et comme l’observait déjà Apollinaire, qui s’y connaissait, elle perturbe gravement la libido masculine (pour les femmes, je n’en sais rien) en déconnectant son consommateur du réel (ça, elle le dit) et en créant une addiction qui, par définition, engendre l’insatisfaction. Insatiable est la pornographie. On pourrait aussi s’intéresser à ceux qui la produisent.
    En résumé, Madame Prudhomme a encore du chemin à faire pour devenir notre Judith Reisman.

     

    • Les addictions aux rapports réels et à la chasse permanente aux nouvelles/nouveaux partenaires existent aussi, de même que l’éventail des pratiques jusqu’aux extrêmes, et sont beaucoup plus nocives que l’addiction virtuelle au porno. Certains porno comme les célèbres deux prénoms français ne font que filmer la décadence réelle. Ce n’est pas parce qu’il y a une caméra ou parfois une légère mise en scène que ça devient de la fiction. Avec ou sans caméra et organisateurs, les pauvres filles et mecs décadents feraient exactement la même chose en privé. Ils ne font que satisfaire leurs propres vices bien réels avant de satisfaire virtuellement ceux des "consommateurs".

      On peut d’ailleurs se demander à quoi ressemblerait notre société sans la soupape qu’est le porno. L’industrie du porno auraient beau disparaitre comme par magie, la décadence de la société ne baisserait certainement pas. C’est peut-être même le contraire qui risque de se passer. Je pense que les réseaux sociaux qui permettent de s’afficher n’importe comment, de rencontrer n’importe qui, n’importe où, sont la base de cette décadence libertaire. L’overdose de social qui est encouragée à outrance est sans doute la véritable cause de cette crise.


  • La marchandisation digère tout. Elle transforme tout ce qui était sacré par les dix commandements en matière fécale. Même le corps charnel qui recevait un dernier hommage par les anciens suivant les rituels de l’inhumation devient un bric à brac de pièces détachées. Je viens de voir un propagandapub qui explique " Nous sommes tous donneurs" sur les images d’un homme en train de crever au milieu de la route. Bientôt une nouvelle loi sur l’obligation de céder de son vivant un rein ou un bout de foie sous prétexte d’humanisme ?

    "-Tu ne commettras pas de meurtre". Le commerce des organes se porte bien à ce jour dans les maisons jaunes.

    "-Tu ne commettras pas d’adultère."
    Pour le sexe, c’est pareil. Une totale marchandisation. Tout ce qui était sacré au travers du mariage devient pure obsolescence programmée. Les coucheries et les tromperies encouragées par le cinéma, la presse féminine et ses éternels questionnaires sur "êtes vous prêtes à trouver un amant ?". Les enfants son confrontés à l’appétit sexuel débridé des adultes, même "notre président" est passé à la casserole à 15 ans...

    Tout ceci pour modeler l’humanité contre le respect et l’amour de son prochain et nous mener vers des auto-génocides cultivés dans l’esprit de chaque individu. Certainement une façon comme une autre d’aboutir aux 500 millions de survivants. Chaque commandement est mis en pièce dans les loges sataniques. La fête de l’Elysée où on est fils d’immigré, noir et PD et fier de l’être. Des crachats à la face des Français qui avaient su créer une autre voie que celle du consumérisme.

    Lorsque le sacré a disparu, il ne reste plus que les os.


  • 1) Je ne vois pas en quoi une gynéco aurait une compétence ou une légitimité particulière pour penser l’impact du porno sur les jeunes. C’est un peu demander à un garagiste de donner son avis sur la société de l’automobile.

    2) Une gynéco, ça n’ausculte ou ne dialogue jamais de sexualité avec un garçon. Mais quelle importance, elle n’est pas là pour ça mais pour :

    3) « La question centrale, c’est celle de l’image de la femme. » placer son discours faux-ministe victimaire, centraliser toute problématique sur "les femmes", comme le font à longueur d’année des dizaines de milliers de militants à travers les média de tous formats.

    Les fauxministes sont les "sayanims" du féminisme.


  • Puisqu’il est impossible d’empêcher les ados de voir du porno, autant faire des films intelligents, qui reflètent la vraie vie, c’est à dire avec du sexe, des sentiments, de l’amour... la réalité quoi, celle qui, dans l’intimité, n’est soumise à aucune censure morale ou religieuse, celle qui ne ressemble ni à un film "grand public" (avec des sentiments mais jamais de sexe), ni à un film pornographique (avec du sexe mais jamais de sentiments).
    Dans toutes les fictions, le rapport au corps est dévoyé : soit on ne montre pas de sexe, soit on ne montre que ça.
    À croire que notre société est tellement malade qu’elle est incapable de proposer simplement de l’amour, sans excès ni frustration.

     

  • Quand j’entends cette gynéco nous parler d’éducation sexuelle dès le plus jeune âge, j’ai peur que cette campagne sur le danger de la pornographie, relayée par les médias, ne soit qu’un prétexte pour la mise en place du programme ONU-Planning familiale dénoncé par Marion Sigaut sur les droits sexuels des enfants .

     

    • Bah les gynéco préfèrent qu’un maximum de personnes aient des rapport réels le plus tôt possible pour choper des vacheries. Sans ça, ils n’auraient pas de boulot. C’est logique qu’elle attaque le porno qui ne présente aucun risque physique au profit des relations réelles.


    • les rapports réels le plus tôt possible font aussi travailler les gynécos.Eh oui, c’est aussi l’intérêt de promouvoir la débauche.
      Si toutes les filles commencent la pilule à 14-15 ans puis continuent une quinzaine d’années, Big Pharma va s’en mettre plein les poches, tout en vendant du rêve (plus de règles douloureuses ou arrêt complet de celles-ci, un teint parfait...)


  • "Le porno peut entraîner des traumatismes qui durent toute la vie"
    Lesquels sont-ils gynécologiquement parlant ? Il faudrait préciser. Ceci dit, face aux légions de sumotories qui encombrent les rues désormais, purs produits de la pilule et du fastfood, remèdes contre l’amour sauf pour les ’’gourmands’’ et autre alpinistes, on a envie de lui répondre :’’parle à ma main’’...


  • Cette femme est favorable à l’avortement, comme le diable Vauvert.


  • Le porno illustre bien l’émancipation de la femme et in fine son épanouissement à travers un bon bukkake où un bon gangbang... Rien à voir avec les images dégradantes des années 50 où on la voyait toujours comme femme au foyer, élevant ses enfants...

     

  • "La pornographie peut entraîner des traumatismes qui vont durer toute une vie." Un peu comme les victimes que ce pays a bombardées au nom des droits de l’homme.
    Nan mais franchement, maintenant une simple gynéco est psychiatre aussi ! N’importe quoi.
    Oui je dirais même plus comme les Dupond, cette industrie cinématographique TUE !

     

    • Et pourtant les faits semblent lui donner raison. Etre accro au porno entraîne une absence d’empathie pour les autres. Voir l’affaire du Matthieu de Chambon sur Lignon, qui se gavait de ce loisir poubelle, et qui a fini tortionnaire et meurtrier d’une gamine.
      https://www.20minutes.fr/societe/20...
      Rien dans la vie quotidienne de Matthieu, 17 ans, n’explique ce crime, sauf le fait de son addiction au porno.
      Il n’était pas très intelligent, ce qui joue également. Plus on est inculte et bête, plus on recherche ce type de distraction.
      Et la gynéco a raison sur le fait que les femmes ne sortent pas grandies de ce type de film. Les hommes spectateurs, s’ils ont assez peu de cervelle pour mater ces films, apprennent à détester sans scrupules tout ce qui porte jupon, leggings, bottines.


    • @dush

      D’autres exemples ? Parce qu’un seul n’a aucune valeur dans ce cas, pas au point de considérer ça comme "des faits" en en faisant une généralité. Ce type pouvait très bien avoir d’autres problèmes psy ou avait tout simplement un caractère malfaisant qui l’a poussé à faire ça. Accuser le porno est tout aussi stupide que dénoncer le jeu vidéo, ou la possession d’un DVD de Dieudonné. A la base, ces personnes ont déjà un problème et ne représentent pas les 99% du reste des accrocs qui ne nuiront jamais à personne. Il existe sans doute plus de meurtriers qui ne sont pas accro au porno ou à quoi que ce soit.


  • Un âge ou alors un effet ? Sur les adultes aussi ??
    Quelle consommation cachée de cette pornographie par les adultes qui parlent surtout et beaucoup en France. Peut être. Des effets sur "les jeunes". Et pas sur eux !!
    Qui ? A la baguette ? Neutre et adulte pour évoquer ce sujet ?


  • Les anti-porno virulents, si vous avez eu plus d’un ou d’une partenaire dans votre vie et que vous baisez pour faire autre chose qu’un gosse, ne faites pas l’erreur de croire que vous êtes moins décadents que le puceau qui se soulage seul devant son écran.

     

    • Déjà, il n’est pas forcément question de décadence ou non (en tout cas pas pour moi). Le problème du porno se situe pour moi au niveau psychologique plus que moral.

      Ensuite, cessons un peu ces oppositions « pour » et « contre », et concentrons-nous sur la réalité de la chose, en s’efforçant d’apporter des nuances.

      Bien sûr que le porno n’est pas le mal absolu, mais il n’est pas non plus le simple palliatif à une sexualité absente, il a aussi beaucoup d’effets pervers, et c’est toujours utile de le savoir.


  • Quand on sait que l’onanisme envoie en enfer tous ceux qui le pratique selon les paroles de Dieu dans la bible, on peut se demander s’il restera quelques français au purgatoire, et je ne parle même pas du paradis !
    bonne chance et soignez vos âmes si vos corps sont pourris, il ne vous reste plus que ça !

     

  • Cette personne étant une collaboratrice du planning familial fait partie de ce qu’il y a de pire dans notre société : les consommateurs de pauvreté, les aidants de ceux qui souffrent, les sachants pour ceux qui ne savent pas. Elle fait partie du clergé d’état. On voit immédiatement à quel genre de bourgeoise on a à faire.
    Quant au petit refrain sur l’image négative de la femme dans la pornographie c’est un grand cliché... La femme dont on ne filmerait pas la créativité sexuelle. Bientôt sur ce genre de poncifs, elle demandera des quotas et des subventions pour des scènes pornos-bobos. Mais désolé ma grande, vous ètes toute les même quand sonne l’heure de la levrette royale.


  • Les gynécologues qui sont au 1er plan pour voir les dégâts du porno concernant l’épilation pubienne chez les femmes devraient alerter les femmes sur les risques très importants de cette épilation !

    De plus en plus le font mais ça reste très minoritaire. Ils ont failli à leur mission sur ce sujet.

    Parce qu il est évident qu un gynécologique s’intéresse justement au sexe de la femme et paraît plus compétent encore pour parler de son epilation compulsive que des dégâts psychologiques du porno (qui sont réels, l’épilation en étant une conséquence directe sur le plan sanitaire).

     

    • Désolée mais moi j’aime pas trop la jungle, et je m’épile. J’ai pas envie non plus de rester en jachère pendant des mois. Je trouve ça plus joli et plus excitant , mon conjoint aussi, et ce que nous faisons dans notre lit fait partie de notre jardin intime privé ! Quels risques y a t’il à cela ? À s’épanouir avec son amoureux ? À réaliser des fantasmes intenses, forts, peut être même violents, entre adultes, et à s’aimer encore plus, sans pudeur ?

      Vous êtes pour la police de la braguette sur ce site ? Il y a des gens qui aiment le sexe, j’en fais partie, et je le vis très bien.


  • C’est bien pratique de dénoncer quelque chose, cela permet de l’évoquer et de le banaliser. Cela me rapelle ma classe de première, il y a 20 ans, quand on a eu un cours sur les drogues avec un gendarme, un vrai et sa malette aux 100 délices. Ils appellent cela de la prévention, moi j’appelle cela de la promotion.


  • Qu’est ce qu’ une scène de porno ? Une passe avec une prostituée filmée et bien rémunérée. Le porno est tourné essentiellement aux USA, FRANCE, UK, ITALIE, ESPAGNE, TCHÉCOSLOVAQUIE, HONGRIE, JAPON, des pays relativement riches il me semble. De la à penser que toutes ces belles femmes qui s’adonnent au porno ont d’autres possibilités professionnelle qui s’offrent à elles.... Porno, drague, prostituées, tout est de plus en plus criminalisé ou montré du doigt.
    Le sexe rapide et sans engagement c’est de plus en plus réservé à l’élite. Le mec de la classe moyenne : la seule chose qu’il ait le droit de faire, c’est des gosses à une fille qui était à peu près correcte au début et qui s’est transformée en rombière imbaisable au fil du temps. Remarquons que l’homme aussi se transforme au fil du temps en gros cochon qui pête, mais à qui la faute ? Quand un homme ne jouis pas assez il tombe en dépression et va manger, boire, jouer aux jeux vidéos, faire un max de sport, trop travailler, faire des collections bizarres, bref tout pour oublier qu’il baise pas ou peu ou mal. Heureusement il y a d’autres pays que la France.. MGTOW PAWA !

     


    • Qu’est ce qu’ une scène de porno ? Une passe avec une prostituée filmée et bien rémunérée.



      Faux ! Dans une passe rémunérée il y a un client qui achète la prestation sexuelle d’un ou une prostituée ; le client consomme physiquement le corps. Dans un porno, l’homme est prostitué autant que la femme, il n’achète pas sa prestation mais se vend tout comme elle.
      Le client, c’est le spectateur - ou le voyeur pour être plus juste. Celui-ci paie (en théorie) pour voir copuler deux prostitués : un homme et une femme généralement. C’est bien lui qui achète une prestation sexuel par ecran interposé, ll ne fait que consommer des images...
      Le porno, c’est une forme de livraison à domicile virtualisée : le client n’a plus à se déplacer pour consommer il peut désormais le faire à travers un écran ! Mais ne pouvant consommer lui même physiquement le corps de la femme, il lui faut nécessairement un substitut : l’acteur porno. Et en dernière instance l’acteur comme l’actrice sont deux prostitués, qui se vendent pour son plaisir.

      Rocco siffredi par exemple - l’acteur symbolique adulé par certains jeunes - c’est une pute de très haut niveau, il a dédié sa vie à faire jouir le matteur. Ce type n’est en réalité rien d’autre qu’une vulgaire catin, maquereau de surcroit.


    • On a tout les deux raison, toi pour le porno de haut niveau à gros budget où on a des acteurs bien rémunérés quoique sans commune mesure de la rémunération des filles, mais l’essentiel du porno maintenant (uberisation du porno) ce sont des mecs qui font cela pour s’acheter du sexe et baisser le prix d’achat de la fille en revendant la vidéo des ébats. Un peu comme quand tu achètes une voiture et tu baisse son cout d’achat en la louant sur des sites d’autopartage, si tu es moyen tu vas baisser le cout d’achat, si tu es bon tu vas rouler gratuit. D’ailleurs si tu es un homme frustré et que tu as le courage d’assouvir tes désirs, eh bien lance ta petite entreprise de réalisation de films X, au moins tu pourras être légal et bien t’amuser.. Je dis cela je dis rien...


    • @Dauphin,
      vous parlez d’or, et je suis d’accord avec tout ce que vous dites là. L’ingénierie sociale depuis des milliers d’années c’est : une minorité qui baise avec qui elle veut, et une majorité qui subit la police de la braguette toute sa vie


  • Je plussoie au fond de ce qui est sus-décrit.

    Le porno n’est hélas que la réaction au déconstructivisme sociétal ambiant, à coup d’ingénieries psycho-sociétales à base d’invidualisme, de narcissisme, de féminisme, de divorce, de solitude, de faiblesse et d’impuissance face à l’atomisation des repères et des structures socio-psychologiques, bâtis par un ordre naturel, celui d’une civilisation chrétienne, et ce, au fil des siècles...

    Le porno est également une forme d’eugénisme, il fait disparaître l’homme mâle par auto-anesthésie / anémie du désir (misère du désir : livre d’AS) ; c’est une auto-camisole chimique hormonale, qui pousse à l’apathie, au narcissisme, au repli sur soi, à limiter, dénaturer, perversifier la communication et les échanges H/F normaux, classiques et majoritaires.

    Il livre ses victimes au monde du "tout-marchandise" mondialiste, les anomisant en sens, les TRANSformant en bien jetables qui s’auto-consomment mutuellement, et qui rapporte gros aux proxénètes du système au travers tous les mécanismes mercantiles, lesquels déstructurent toutes les sociétés pour uniformiser, malléabiliser et réduire ce qu’il reste d’Etre huain, toujours un peu plus à la soumission et l’esclavage séparatististe communautaire et messianique du feu N.O.M.

    Le porno, est une arme pire que la peste et le choléra : il a été instauré, au départ par instillation sournoise, aujourd’hui largement répandu globalement pour la politique de l’Empire par l’"Ordo ab Chaos"...

    C’est là le but de ses "inventeurs"... celui de l’instauration de la gouvernance mondiale sur une population réduite à 500 m° par tous les moyens, y compris celui-là.

    Certes l’Empire est en péril extrême, mais ce qu’il faudrait, c’est que les multipolaristes décident d’interdire la pornographie, outil/arme de destruction massive au service de la casse déconstructiviste des familles et des nations.

    ADM bien pire que la plupart de celles détenues dans les arsenaux du monde...

     

    • Il est certain que le porno est un puissant inhibiteur d’action, comme le THC d’ailleurs. Il y a beaucoup de liens entre les consommation de THC, porno, jeux vidéos aussi. 3 choses qui font rester dans un canapé. D’ailleurs si tu es un jeune homme et que tu veux améliorer ta vie amoureuse, si tu coupes le joint, le porno et les jeux vidéos, d’ici un mois ou deux tu vas trouver une copine (au cas où tu aurais pas remarqué les jolies filles n’aiment que très rarement le joint le porno et le jeux vidéo..), tu verras c’est magique, une énergie incroyable est en toi...


    • @quidam populous Merci pour cette analyse

      @Dauphin Etant grand consommateur des "3 choses qui font rester dans un canapé"

      J’y vois plutôt une volonté de fuir notre société.
      Ce sont des substitue qui nous apportent de manière artificielle ce que notre société n’est plus capable d’apporter.

      Porno : fuite des relations H/F
      THC : fuite de l’esprit
      Jeux vidéo : fuite vers un monde ou l’on peut "réussir".

      Ces 3 choses sont évidemment à proscrire mais ce ne sont que des conséquences. Il faut en traiter la cause que décrit parfaitement @quidam populous


    • Gt88 si tu consommes cela c’est pas la faute de la société en general, mais la faute de ta vie à toi. Je suis conaisseur crois moi... Tu as probablement quelquechose ou quelqu’un qui t’intoxique : des potes, parents, profs, patrons etc. Des gens négatifs, trés négatifs autour de toi, des loosers, des deprimés, des gens mechants, je ne sais pas exatement.. Coupe tes relations toxiques et tu arreteras tes betises. Tu dois te reinterresser à ton pouvoir personnel (travail, sport, etudes, passions, voyages, rencontres), tu peux faire des choses extraordinaires crois moi.


  • Je travaille dans une usine de la fonction publique en campagne. C’est la norme de citer des sites pornos, c est complètement décomplexé, comme le dernier match de foot. Plus les cuites et le joint comme sport national.
    Alors que sinon ils sont plutôt sympas, mais ce sont les moeurs actuelles.
    Ce sont tous des français blancs habitants des maisons mais les jeunes n écoutent que skyrock , et les anciens RFM


  • La pornographie est la cause directe de l’organisation sociale. Exploiter les corps est une idiosyncrasie du grand Capital.

    La pornographie a au moins cette lucidité de nous éclairer sur notre condition : nous sommes tous des prostitués du système. Notre corps nous le vendons tous.

    S’offusquer du sexe quand on vit dans un monde de la prostitution généralisée relève presque de la bêtise et du refoulement. La pornographie est certainement l’expression formelle la moins mensongère sur notre époque, et témoigne à elle seule de la pauvreté et de la fausseté de nos rapports sociaux.

    Vous avez peur pour les mœurs de vos enfants peut-être ? Quel dommage ! on les éduque déjà à devenir les tapins bon marché du système... La réalité, c’est que toute intégration économico-sociale demande une certaine souplesse du rectum. Comprendre une morale relative.
    Vous avez peur pour vos relations futures peut-être ? dommage d’avoir été dressé à considérer notre corps comme une simple et triviale marchandise que l’on déguise.

    En vrai, le sado-masochisme est l’état psychologique "naturel" de l’homme réifié par le capital : docile et obéissant face au pouvoir étatique de l’argent ; malin et rusé dans la jungle sociale prêt à écraser son prochain ou à le laisser crever dans l’indifférence la plus totale. L’auto-flagellation restant encore le meilleur moyen de supporter moralement la merde de ce monde - qui nous oblige, malgré nous ou avec notre consentement aveugle et passif, à devenir des grands soumis et des petits bourreaux. Aussi faut-il, chaque jour, s’administrer les pharmakon du capital et consommer tout un tas de petits soins factices et illusoires, qu’ils soient d’ordre médical ou publicitaire, pour supporter la misère quotidienne du vécu et la tristesse du vide narcissique. Dés lors s’offre à nous une vaste étendue de produits palliatifs à la non-vie, des fumées toxiques à la chimie des grands laboratoires pharmaceutiques, en passant par les divertissements les plus abrutissants et avilissants qui soient. Et alors là, croyez moi, pour se vider la cervelle, le mot liberté prend tout son sens... la production industrielle de l’abrutissement est telle que l’on ne manquera jamais de choix. Autant de diversité pour arriver à une même finalité, c’est tout un art, que dis-je ! toute une civilisation ! Ça s’appelle le progrès.


  • #1992189
    le 25/06/2018 par Tout est fait pour nous abaisser.
    Muriel Prudhomme : "Le porno peut entraîner des traumatismes qui durent (...)

    Offrir le porno en accès libre est une volonté de ceux qui nous dirigent. Cela sert à faire baisser notre énergie. C’est un calmant, une addiction.


  • Il faudrait faire un travail de traduction des innombrable vidéos YouTube sur le nofap, qui sont malheureusement toutes en anglais, les français ça les intéressesent pas apparemment. Ça peut être salutaire pour toute cette génération qui perde leur énergie voir tombe dans la depression par la faute de la masturbation et de la pornographie.


  • Petites remarques personnelles et conseils simples sur le sexe : contenez-vous avant le mariage, mariez-vous sans traîner le plus tôt possible, faite l’amour avec tendresse, romantisme et nombreux préliminaires (beaucoup plus importants pour la femme que l’homme qui a tendance à négliger tout ça), et sans contaception ni avortement, (allaitez vos enfants le plus possible, c’est la régulation naturelle) : vous éviterez la plupart des problèmes actuels, insatisfactions, divorces etc.

     

  • Rien que d’entendre cette gynéco parler d’éducation sexuelle m’agace.
    Je ne pense pas qu’il faille prendre des cours d’éducation sexuelle, c’est un acte qui vient naturellement entre deux êtres.


Commentaires suivants