Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

Nous ne le cachons pas, les élections présidentielles et législatives ont été une surprise pour nous. Non que nous ayons été pris de court par l’émergence victorieuse du parti unique du système. Au contraire, tous les éléments étaient présents pour cela. Nous avions analysé cette possibilité dans nos colonnes voici presque quinze ans.

 

La réelle surprise est la rapidité de cette recomposition. Dans un monde qui a basculé dans l’immédiateté, les flux incessants du virtuel ont libéré la créativité néfaste de la société du spectacle. Avec quelques effets spéciaux médiatiques, le système n’a plus à ménager un semblant de transition pour ses opérations de restructurations internes.

La victoire d’Emmanuel Macron et la recomposition autour d’En Marche des éléments néo-libéraux des élites en place, est l’aboutissement d’un phénomène de concentration des forces vives du système pour faire face à la menace croissante des « populistes ». Il n’y a pas de hasard si le candidat investi par le PS pour les présidentielles, Benoît Hamon, affichait des positions très gauchistes, le PS jouant son va-tout pour essayer de redresser la situation après des années de conversion au libéralisme . Mais cela n’était pas suffisant... L’accélération de l’« union sacrée » est liée à la crainte de voir la situation leur échapper dans un contexte international instable. Le « dégagisme » ambiant pouvant devenir une véritable sécession, il était urgent de changer pour que rien ne change...

Cette « grande peur » a précipité le sabordage des Républicains et du Parti socialiste. Les anciennes structures étant devenues des fardeaux, elles furent éliminés sans remords et même avec un certain soulagement. Les vieux apparatchiks laissent enfin le champ libre à toute une génération aux dents longues.

L’émergence d’un individu comme Emmanuel Macron n’est pas un hasard dans ce contexte. Issu des classes dominantes, sans lien avec le peuple et totalement acquis aux valeurs du système, il est le candidat « chimiquement pur » de la France d’en haut. Il est l’aboutissement idéologique de la convergence opérée entre la gauche et la droite depuis les années 1990. Libéralisme économique et sociétal, libre-échangisme mondialiste, multiculturalisme, européisme : la ligne politique est claire et tout un personnel politique est déjà recyclé pour la mettre en œuvre. Sous l’apparence de la nouveauté, c’est une usine de retraitement des déchets de la technocratie et des cénacles néo-libéraux qu’a ouvert la victoire d’Emmanuel Macron.

Le Blitzkrieg d’En Marche était une course de vitesse pour sauver provisoirement la France d’en haut. Général du Capital dans la guerre de classe actuelle : Emmanuel Macron. Dans un temps limité, l’ensemble de l’appareil politique, économique et médiatique a apporté son soutien à son projet. La victoire est totale mais elle est aussi un piège. Car avec cette opération, le système a lancé toute ses forces dans la bataille et n’a plus de réserve stratégique valable.

 

Quand le néant fait face à l’abîme

Les institutions républicaines sont à l’agonie. La majorité dont dispose Macron à l’Assemblée nationale ne repose que sur à peine plus de 15 % des électeurs inscrits... 57 % % se sont abstenus ! Cette abstention massive a un sens politique fort. C’est un refus du programme de Macron mais aussi de l’opposition en carton qui lui fait face. Ces électeurs ne sont pas allés à la « pêche à la ligne », mais ont marqué par leur non-vote un choix politique. Idem pour les votes « nuls » ou « blancs » [1] dont le nombre est sans précédent. La cartographie de ce refus recouvre justement la France périphérique et les banlieues, deux foyers de contestations possible observés avec prudence par le régime.

Lire la suite de l’article sur rebellion-sre.fr

Notes

[1] 12 % des électeurs ont voté blanc ou nul au second tour de la présidentielle. C’est le taux de bulletins blancs le plus haut dans l’histoire de la Veme République. Au second tour des législatives, c’est 9,87 % des électeurs qui ont manifesté leur refus de choisir.

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion,
abonnez-vous sur Kontre Kulture :

Pour comprendre l’ère Macron :

Retrouvez la revue Rébellion sur E&R :

 
 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1807769
    Le 25 septembre à 16:03 par Arthur
    Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

    Impossible ! Il pourra toujours répondre qu’il a la majorité absolue à l’Assemblée Nationale - sans dire évidemment que c’est grâce au trucage de l’élection par le scrutin majoritaire . Merkel n’a que 33% des voix et donc des sièges (proportionnelle) il n’empêche qu’elle est autrement plus puissante que "notre" freluquet présidentiel .

     

    Répondre à ce message

  • #1807772
    Le 25 septembre à 16:12 par géronte !
    Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

    La France Insoumise c’est la France du... FN ! Mélanchon profite du "système" qui repose entièrement sur le trucage des législatives : avec deux fois moins de voix que le FN, il a obtenu deux fois plus de députés et a pu former un groupe . Il ne crache pas dans la soupe quoi qu’il en dise, il crache à côté !

     

    Répondre à ce message

  • #1807781
    Le 25 septembre à 16:45 par Titi
    Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

    Les seuls qui peuvent faire reculer Macron sur le code du travail ce sont les lycéens et les étudiants qui seront bientôt les premiers concernés, comme ce sont les lycéens qui ont fait reculer Villepin sur le CPE .

     

    Répondre à ce message

    • #1807907
      Le 25 septembre à 20:02 par VIVACHAVEZ
      Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

      Avec l’aide de "la petite crotte" (terme employé par chichi pour nommer le nabot), ne l’oublions pas.........
      De toutes façons, les étudiants vont pisser là où on leur dit de pisser, ne l’oublions pas non plus.......

       
    • #1807953
      Le 25 septembre à 21:15 par Nono
      Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

      Les temps ont changé mon cher Titi.
      Vous n’avez pas remarqué que depuis la présidence Sarkozy, vous pouvez faire des grèves tant que vous voulez (surtout les étudiants), ils s’en tamponnent le coquillart.

       
  • #1807812
    Le 25 septembre à 17:28 par JL29
    Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

    Cette abstention massive.... nombre est sans précédent.
    Je ne partage pas du tout votre point de vue, en fait les gens qui se sont abstenus ou qui ont voté blanc, ont de facto voté pour Macron "en creux".Renvoyer Le Pen et Macron dos à dos, c’est encore dire oui au système qui nous écrase de sa toute-puissance bancaire, qui représente aujourd’hui la nuisance absolue contre nous, le peuple, j’ose même dire le Peuple, en l’occurrence le Peuple français.
    Combien de temps encore mettrons nous un signe = entre abstention et dissidence ?

     

    Répondre à ce message

    • #1807988
      Le 25 septembre à 22:22 par fainéant
      Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

      Non, pas moi ! Je n’ai pas voté, et ce n’est ni pour, ni contre l’un ou l’autre, ni en creux, ni en plein.
      Vous avez le droit de penser que le FN vous aurait sauvé (de quoi ?), accordez à certains non votants celui de ne pas jouer le jeux du parlementarisme dès lors qu’ils n’y croient pas.

       
    • #1807994
      Le 25 septembre à 22:29 par Philippot, vite !
      Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

      @faineant



      Je n’ai pas voté, et ce n’est ni pour, ni contre l’un ou l’autre, ni en creux, ni en plein.




      Au second tour, si tu n’as pas voté pour Le Pen, c’est mathématiquement que tu as donné ta voix à Macron car c’est un jeu à somme nulle : ce que tu donnes à l’un, tu ne le donnes pas à l’autre, et ne pas donner sa voix à l’un, c’est favoriser l’autre, automatiquement, mathématiquement, que ça te plaise ou non, que l’alternative proposée te convienne ou non.

       
    • #1808161
      Le 26 septembre à 10:06 par Caro
      Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

      Ne pas voter ou voter blanc, c’est comme donner son vote au favori...

       
  • #1808176
    Le 26 septembre à 10:42 par Domino
    Organisons la riposte à la machine de guerre Macron !

    La dialectique France d’en haut/d’en bas ne me semble pas pertinente. Je préfère France mondialiste vs France enracinée. Il y a des "riches" dans l’une et l’autre. C’est juste que ceux qui sont mondialistes doivent leur situation à leurs connivences avec le système qu’ils contribuent à promouvoir), tandis que les autres la doivent à leur travail.

     

    Répondre à ce message