Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

PMA, génétique et adoption

Récemment, à l’occasion des débats à propos du projet de loi sur la PMA, le ministre Agnès Buzyn a pu dire publiquement que le donneur de gamète n’était en rien un père, que le père était une fonction symbolique et qu’une grand-mère pouvait assumer cette fonction.

 

Tout cela s’est joué bien avant le projet actuel de PMA « pour toutes » et ça en a réalisé les conditions de possibilité. Le législateur actuel veut que le donneur de gamète (mâle pour le spermatozoïde ou femelle pour l’ovocyte) ne soit rien d’autre qu’un donneur de gamète. Le fait d’être parent devrait se jouer d’abord à un autre niveau. Un niveau symbolique. On parle de parent d’intention.

Que l’on s’en réjouisse ou que l’on s’en effraie, c’est un bouleversement. Car si on laisse de côté quelques tricheries, quelques erreurs et quelques fictions marginales, il y avait jusqu’à présent une vérité de la nature au regard de laquelle ces erreurs et ces fictions étaient précisément des erreurs et des fictions. Resteraient inexplicables sinon des millénaires de culte de la virginité et d’interdiction de l’adultère. Le mythe d’Œdipe nous apprend précisément que pour les dieux comme pour les hommes ce qui compte c’est la vérité du sang. Cette vérité l’emporte sur les rites, sur les pratiques comme l’allaitement ou le port de l’enfant dans le ventre, et sur les liens affectifs.
C’est curieusement à l’heure de la découverte du génome et des analyses génétiques que l’on s’est mis à parler de parent d’intention et de couple homosexuel. La génétique dit pourtant toute la vérité naturelle. Tout être humain est issu de deux cellules, l’une mâle et l’autre femelle. Et les chromosomes nous disent le sexe de l’un et de l’autre parent sans aucune ambiguïté possible.

Je sais bien que l’on va nous parler de l’adoption, qui existe de toute éternité. Il n’est pas rare de voir prétendre opposer l’argument de l’adoption à l’idée que la vérité de la filiation ne se fonde que sur la vérité biologique. Or, l’adoption fait précisément partie de ces institutions qui ont été complètement subverties. L’adoption traditionnelle n’existe plus du tout dans notre Droit. Elle nous est même devenue complètement incompréhensible, parce qu’elle reposait sur la distinction entre filiation naturelle et filiation légitime, une distinction qui, au nom de l’égalité entre enfants, a été elle-même abolie.

Essayons malgré tout de comprendre cette distinction du naturel et du légitime, et l’on verra que l’adoption n’a rien à voir avec la PMA. D’abord la filiation naturelle pouvait exister seule, à l’état pur, sans filiation légitime. C’était le cas des esclaves. Pour eux, en effet, la famille c’était « un papa, une maman », et parfois c’était même seulement « une maman », ou plus personne. De même pour certains enfants issus de parents libres non mariés ou incestueux. La filiation légitime signifiait quelque chose d’autre qui ne se réalisait entre un homme et une personne que dans certains cas bien précis. Ensuite, si la filiation naturelle avec le père était parfois une condition de la filiation légitime, elle n’en était jamais la condition suffisante. Pour que la filiation soit légitime il fallait encore que l’enfant soit né du mariage du père et de la mère. Et le lien légitime n’existait qu’entre l’enfant, fils ou fille, et le père. Ce lien ne concernait pas la mère. C’est ainsi que les fratries, génération après génération, pouvaient former l’institution du clan. Toutes les personnes liées entre elles par filiation légitime étaient membres de la famille clanique. La filiation légitime était le chaînon du clan.
Enfin, la filiation naturelle n’était même pas nécessaire à la filiation légitime. Et c’est sur ce plan que l’adoption pouvait intervenir. La filiation légitime existait alors indépendamment de la filiation naturelle. Le lien qui se créait entre l’adoptant et l’adopté était un lien de filiation purement légitime. Seul l’homme membre d’un clan pouvait d’ailleurs adopter. Mais pour l’adopté ce lien adoptif ne venait pas remplacer son lien éventuellement existant au plan de la filiation naturelle. Il ne venait pas non plus en créer un lorsqu’il n’y en avait pas. L’enfant qui était né de parents inconnus pouvait être adopté, mais cela ne faisait pas de lui l’enfant de l’adoptant au plan naturel.

Les situations que génèrent les PMA et les GPA n’ont donc rien à voir avec l’adoption traditionnelle. Les « dons » de gamètes coupent le lien généalogique entre l’enfant et son parent, son père en cas de don de sperme, sa mère en cas de don d’ovocyte, et avec les deux en cas de récupération de l’embryon ou de l’enfant par un tiers. Ce sont des formes d’abandon, de non reconnaissance ou de désaveu d’enfant, et le parent d’intention est un substitut de parent. Autrefois, l’adage disait que la fiction était un mensonge qui tenait la place de la vérité. Tout se passe comme si aujourd’hui la réalité elle-même était résolument écartée pour que l’imagination devienne la vérité en titre. Une vérité qui peut être indifféremment corroborée ou non au plan naturel. On va donc plus loin que ce que voyait Feuerbach. « Et sans doute notre temps (…) préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être… Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroit la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré. »

Damien Viguier

En lien, sur E&R :

 
 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2330799
    Le 27 novembre à 18:06 par sankara
    PMA, génétique et adoption

    Le virtuel usurpe la place du réel...Bonjour les dégâts qui vont s’ensuivre.

     

    Répondre à ce message

    • #2331068
      Le 27 novembre à 23:34 par digital goulag
      PMA, génétique et adoption

      Oui ça s’appelle l’Écran. Tant que vous refuserez de l’admettre...

       
  • #2330834
    Le 27 novembre à 18:44 par Socrade
    PMA, génétique et adoption

    Le père est symbolique quand ça les arrange. Tu passe 1h avec une folle qui s’insémine avec la capote que t’as laissé et 20 ans après elle te met au tribunal avec tests génétiques et tu dois venddre le sweet home que t’as construit pour ta famille pour payer les arriérés de pension alimentaire. C’est pas de la fiction, ça arrive 4000 fois par an les paternités forcéss. Autant que les morts sur la route.

     

    Répondre à ce message

    • #2330920
      Le 27 novembre à 20:30 par France31
      PMA, génétique et adoption

      D’où...la capote aux chiottes

       
    • #2330954
      Le 27 novembre à 21:12 par DavM29
      PMA, génétique et adoption

      Ah j’y avais jamais pensé tiens à ce genre de truc enfin généralement je laissais pas traîner ça à côté du plumard non plus

       
  • #2330905
    Le 27 novembre à 20:11 par fajs
    PMA, génétique et adoption

    L’ouvrage de Guy Debord "la société du spectacle" commence ( au premier chapitre, titré "la séparation achevée" ) par cette citation de Feuerbach que nous rappelle ici Damien Viguier.
    « Et sans doute notre temps... préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être... Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré. »

     

    Répondre à ce message

    • #2331072
      Le 27 novembre à 23:47 par nonyme
      PMA, génétique et adoption

      Et par quoi passe cette image ? L’Écran. C’est l’outil le problème.

      Il y a le contenant - l’écran - nocif, hypnotique ; le contenu - orienté - ; et ceux qui le produisent.

      La "société du spectacle" est un projet de nivellement de l’intelligence et de la raison, c’est idéologique ! Au final tout le monde est d’accord avec la marche du progrès transmise par de nouvelles images.

      L’abbé Rioult dans son livre L’ÉCRAN explique que le cinéma est un procédé d’image projetée, le spectateur garde sa raison, mais pas dans le cas de l’écran rétro-éclairé, où en fait c’est l’utilisateur qui se transforme en écran : on absorbe tout ce qui nous est transmis sans recul ou en tout cas "imprimé" dans notre mémoire.

      J’avais lu le bouquin de Desmurget mais trop épais, alors que ce livre fait moins de 100 pages et je le conseille à tous.
      Ce livre devrait faire partie de la bibliothèque Kontre Kulture, c’est une kartouche indispensable dans notre monde de l’image d’un point de vue catho tradi !

       
    • #2331924
      Le 29 novembre à 08:51 par anonyme
      PMA, génétique et adoption

      Le grand remplacement de la vie réelle de l’homme par la marchandise, pour que nous puissions grâce au progrès de la marchandise, consommez notre propre vie réifiée en spectacle.

      L’ordre naturel, le cosmos, doit être profané pour pouvoir lui substituer la mystique marchande, qui, comme le rappelle si bien Francis Cousin, "chosifie la nature et naturalise la marchandise" pour que de toute éternité nous errions dans la galerie marchande de notre narcissisme.

      L’exemple parfait de l’aboutissement de cette mystique c’est le transgenre. L’homme enfin libre de l’oppression naturelle, peut prétendre être tout ce qu’il veut et qu’il n’est pas par nature, puisque le consommateur est roi (des cons).

       
  • #2330943
    Le 27 novembre à 21:04 par petithous
    PMA, génétique et adoption

    Quand on a proposé la PMA pour les couples stériles, j’étais déjà contre, je sentais bien que ce truc était pourri ... quand tu mets le doigt dans ce genre d’engrenage, tu peux être sûr qu’on va y passer tout entier .
    La science moderne c’est une machinerie infernale, qui ne sait résoudre un problème qu’en en créant dix, encore plus dramatiques ... et c’est encore plus vrai pour la « science » médicale .
    A quand la vente de bébés sur Amazon ?
    Quoi ? Ou est le problème ?

     

    Répondre à ce message

  • #2331006
    Le 27 novembre à 22:12 par Mohand
    PMA, génétique et adoption

    Pour aller dans le sens de M Viguier, je souhaitais rappeler que dans le droit musulman, l’adoption qui est dénommée kafala ne changeait pas la filiation, l enfant adopté ne prenant pas le nom des parents adoptifs et n’hérite pas d eux. La bienfaisance ne travestit ainsi pas la vérité de la filiation par le sang.

     

    Répondre à ce message

  • #2331049
    Le 27 novembre à 23:05 par Pax Al
    PMA, génétique et adoption

    https://www.youtube.com/watch?v=brl...
    Excellente analyse de Charles Robin dit "Le Précepteur"

     

    Répondre à ce message

  • #2331087
    Le 28 novembre à 00:15 par goy pride
    PMA, génétique et adoption

    Une grand-mère ? Déjà que des jeunes femmes d’une vingtaine d’années n’ont même plus la force mentale et physique pour s’occuper d’un seul enfant alors inutile de faire un dessin le fardeau que serait pour une femme âgée de devoir assumer à temps plein la charge d’un enfant. C’est d’ailleurs pour cette raison que la nature a mis une limite à la fécondité des femmes, fixé grand maximum à 50 ans (j’ai personnellement connu un type né par voie naturelle dont la mère avait 49 ans...)
    La grossesse, l’accouchement, l’allaitement et tous les soins relatifs à l’enfant c’est pour l’organisme de la femme une charge physique et mentale qu’au-delà d’un certain âge il devient très difficile à assumer. Le rôle de la femme âgée n’est plus de procréer mais d’assister grâce à son expérience et sagesse les jeunes mères. Quant aux hommes pourquoi sont-ils féconds jusqu’à la fin de leur vie même si entre 20 et 80 ans il y a quand même une chute drastique de la fécondité chez les mâles ? Parce que l’homme n’a pas à assumer la grossesse, l’accouchement ni l’allaitement. Il a juste à gicler une fois au bon moment du cycle menstruel d’une femme et ça ce n’est pas trop difficile...le reste de sa mission est de soutenir la ou les femmes qu’il a fécondé en leur offrant protection et soutien matériel...or un vieil homme ayant la possibilité de féconder une femme fertile est en général aussi un homme puissant, qui au cours des décennies à accumulé du capital capable de mettre à l’abri son ou ses épouses et ses enfants. En effet aucune femme fertile normale ne se laisserait féconder par un vieux clochard. L’homme vieux et pauvre ne baise tout simplement pas, au mieux il se tape une pute au rabais, une toxico édentée qui pour quelques euros...

     

    Répondre à ce message

  • #2331148
    Le 28 novembre à 05:04 par Il est où le soleil
    PMA, génétique et adoption

    Maître Viguier a encore frappé !! Un très bon article.
    La gpa/pma est ce le début avant le clonage ou pas ? .
    En tout cas moi je pense comme ça : cette histoire là, profite a 20 % a de vrais personnes désirant être parents,et les 80 % restants sont pour tout ces pédocriminels ! Ça leurs fait de la chair fraîche légalement pour leurs soirées et leurs jeux sataniste... après oui j’ai l’esprit tordu,mais ce monde ne l’est t’il pas aujourd’hui ?.

     

    Répondre à ce message

    • #2331289
      Le 28 novembre à 11:17 par giustizia
      PMA, génétique et adoption

      20 %, sûrement moins, pour le moment du moins, car on n’en est pas encore à 1 femme sur 5 qui ait besoin de cette technologie.

       
  • #2332036
    Le 29 novembre à 12:36 par André Bastin
    PMA, génétique et adoption

    On n’a encore rien vu. Un jour, si on laisse aller les choses, on en viendra à considérer comme acceptable d’utiliser des gamètes fabriqués de toutes pièces en laboratoire à partir d’un stock de molécules. L’idée même de recherche de ses origines n’aura alors plus aucun sens. Les êtres humains qui naîtront de ces techniques ne pourront même plus se rabattre sur une quête phantasmée de leurs origines, comme c’est encore le cas des enfants adoptés qui ne réussissent pas à retrouver leurs parents naturels. Le lien naturel, la généalogie ne seront plus que des concepts d’un autre temps.

     

    Répondre à ce message

  • #2332709
    Le 30 novembre à 11:01 par RPG.29
    PMA, génétique et adoption

    Agnès triple Buzyn !!!...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents