Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les cahiers de vacances d’ERFM – Réflexions sur le droit

Chapitre 5 : La philosophie du droit

Pendant l’été, ERFM vous propose d’appréhender la philosophie du droit français à travers six leçons dispensées par Maître Damien Viguier.

 

Le temps des vacances est propice pour revoir et approfondir certaines thématiques relatives au droit et à son apprentissage. Maître Viguier explore aussi au cours de ce programme d’été, des thématiques connexes telles que l’anthropologie ou la préhistoire.

Entretiens réalisés par Pierre-Antoine Plaquevent pour Égalité & Réconciliation.

 

Retrouvez les travaux de Damien Viguier chez Kontre Kulture :

 

Visionner la première série de six leçons de Damien Viguier :

 

De l’importance de comprendre le droit en ces périodes de troubles politiques :

 

Soutenir ERFM

 
 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1781523

    Le droit n’est que l’expression de la dictature de la classe dominante.

     

    Répondre à ce message

    • #1781686
      Le 9 août à 19:52 par Écrit Vain
      Les cahiers de vacances d’ERFM – Réflexions sur le droit

      La loi n’est que l expression de la domination de la classe dominante, pas le droit

       
    • #1781724

      Pas vraiment. De nombreux textes du Droit privilégient plutôt les classe dominées ( ex ; les rapports locataires/propriétaires ou le droit du travail).
      Par contre, c’est l’accès au Droit qui est très élitiste. Pour pouvoir se défendre, il faut avoir des moyens et/ou la culture...
      L’aide juridictionnelle, pour exemple concret, est une pure plaisanterie..

       
  • #1781542

    Excellent exposé, vraiment.
    Moi-même étudiant en droit, j’ai lu cet été un ouvrage de Carl Schmitt (dont j’ai appris la connaissance grâce à Maître Viguier) : théorie de la Constitution, ouvrage à mon sens très important pour le droit public et la compréhension de la dialectique entre le libéralisme et la démocratie. Je conseille vivement à Me Viguier de le lire si il n’en a pas encore eu l’occasion, de la même manière que je vais m’empresser de trouver les ouvrages de M. Villey qui semblent tout à fait cardinaux dans cette époque troublée du droit (surtout civil, surtout familial).

     

    Répondre à ce message

  • #1782193

    Il me semble que l’ infraction, le delit ou Le crime sont des actions qui empechent l’evolution de la société, voir qui engendre sa decadence. D’une maniere in peu simple, on peut dire que La fin du droit est d’empecher cette decadence et faire evoluer la société .
    On peut aussi remarquer qu’il se construit d’une maniere Darwiniene , on peut en deduire que le modifier Sur des criteres contemporains n’a pas de sens coir est dangereux.

     

    Répondre à ce message

  • #1782723
    Le 11 août à 14:50 par Une étudiante en 1ère année
    Les cahiers de vacances d’ERFM – Réflexions sur le droit

    Réflexions faites, à l’évidence la Justice se dispense de sains délibérés et se garantit, elle-même - sur la base d’agrément ou de désagréments - que le délibéré n’a pas a être (même en Appel) justifié.

    En conséquence, quel avantage à aller de l’avant dans la direction de la Justice considérée puisque saisie, si elle-même vous déconsidérant vous chasse et persiste à vous forcer à se retirer (dans le sentiment d’iniquité) sous peine de... ?

    En effet, il est possible Maître - comme vous le faites pour votre clientèle - de décider de n’être pas passif, ni de rester en retrait en ne se retirant pas.

    Est-ce à dire que vous croyez que la Justice puisse être un partenaire avec lequel on peut ensemble décider de n’être plus en retrait l’un par rapport à l’autre ?

    Croyez-vous que l’on puisse forcer la Justice à se retirer de son refus actif caractérisé de prendre sa responsabilité et de son refus de s’engager à vivre dans le respect mutuel en dehors de la loi ?

    Et sachant qu’une institution se comporte comme un individu, y a t-il autre implicite que de n’y plus mettre le pieds ?

    Oui... Mais... Alors où les mettre sans s’emmurer sans issue ? Où donc s’orienter pour trouver des signes d’amour impersonnel ?

     

    Répondre à ce message

  • #1783066

    Damien Viguier me réconcilie avec le droit, matière qui me semblait faite pour des crétins récitant des jurisprudenses, devenues droidelommistes, comme nouvelle religion.

    Oui, mais avant il y avait le droit romain. La gens, la famille au sens large. le culte des ancêtres, la transcendance. Le point central de cet exposé, et de la pensée du droit vient de Michel Villey qui dit " pincettes " obligatoires, que le droit tolalement familiale de la Grèce jusqu´à l´Ancien régime a été remplacé par le droit juif, généraliste, communautaire. Avec quelques individus qui gouvernent au dessus.

    Cela rejoint l´analyse de Jovanovic - économie -, Hillard - politique et religieux -, Soral - histoire de France - ou Hindi - histoire et géo-politique-.

    la Révolution francaise a été une rupture entre l´ancienne France et la France En Marche, pour faire court. Une entité jacobine qui commande dans un territoire ou théoriquement le peuple est souverain. Tour converge.

    En complément de Michel Villey, lire La Cité antique de Fustel de Coulanges, pour connaître l´organistaion familiale de la societè ayant court à Rome, jusque la Révolution, puis son déclin juqu´au chaos.

     

    Répondre à ce message