Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Petite histoire des Hôtels-Dieu, hauts lieux de la charité chrétienne

Avant, les pauvres, tout le monde s’en foutait. Il a fallu attendre l’avènement du christianisme au Moyen Âge pour voir se développer ces lieux d’accueil de pélerins et de pauvres, qu’il fallait soigner au nom de la miséricorde. Les religieux en profitaient pour guérir ou tenter de guérir les âmes et les corps. Mais la charité ne dura pas avec l’avènement de l’âge dit moderne...

 

L’Église dans un XXIe siècle lourd de menaces,
lire sur Kontre Kulture

 

Le christianisme d’hier à aujourd’hui, sur E&R :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1782018

    Pourtant on m’a appris à l’école Républicaine que le Moyen-âge c’était l’apocalypse, que les Rois étaient tous tyrannique et se goinfraient sur le dos du Peuple miséreux Heureusement pour nous les Lumières nous ont illuminés et à partir de là tout est devenu rayonnant ! C’est même la prof’ Cohen qui m’a appris ça, une élue... non mais allo quoi !

    Franc Tireurs Patriotes, leçons d’Histoire :

    https://www.youtube.com/watch?v=ANI...

     

    Répondre à ce message

  • Ces dix siècles durant lesquels l’église catholique imprime une vision chrétienne de la prise en charge de la pauvreté , est complètement passée sous silence à l’école de la republique ( et pour cause ) . Par contre , la renaissance devient la panacée dont notre Monde moderne est le prolongement , malheureusement le traitement des pauvres change complètement aux yeux de la société qui commence à renier le christianisme et la catholicité : le début de l’ère où l’homme se prend pour Dieu ! certains diront que le travail de Satan est en marche . De nos jours , à un tel point , que cette église catholique , infiltrée et contaminée jusqu’aux plus hautes sphères par les FM ( héritiers de cette renaissance ) , joue le rôle de précieux collaborateur dans l’avènement du mondialisme, qui n’est autre que la victoire de ce peuple nomade antéchrist , marginalisé par les souverains catholiques , qui n’ont eu de cesse de saper , diviser , affaiblir , et finalement vaincre cette catholicité régnante . ( notons par exemple le protestantisme , l’usure , la franc-maçonnerie, ...) .

     

    Répondre à ce message

  • #1782224

    Charité Chrétienne récupérée (partiellement ) par la République : services publics (Hôpital, écoles, etc). Car il faut bien persuader le peuple Français foncièrement chrétien que la Ripoublique a des atouts.

    Voir la vidéo d’Aldo Stérone où il explique que les Musulmans ne rêvent pas de vivre à Dubaï ou en Arabie Saoudite, mais en Europe car c’est (encore) un lieu de charité publique : voyez les cartes Vitale qu’on distribue aux migrants avec toutes les aides...

    Or à mesure que les français sont dé-christianisés dans leurs cœurs, le Ripoublique peut désormais abandonner les Services Publics.
    Américanisation des esprits : chacun pour soi !

     

    Répondre à ce message

  • #1782341
    Le 10 août à 21:38 par Patriote syndiqué
    Petite histoire des Hôtels-Dieu, hauts lieux de la charité chrétienne

    La charité, non !

    La solidarité, oui !

     

    Répondre à ce message

    • #1783125

      charité ou caritas est amour désinteressé (ou l’agape grec selon saint Jérome) donc charité et solidarité n’ont rien à voir et rien ne sert à les opposer.
      l’hôpital médiéval est une création monastique (règle de saint Benoit) fondé sur deux principes : caritas (charité) et infirmitas (infirmité).
      selon le christianisme l’âme est infirme à cause du pêché originel, la maladie est l’infirmité du corps mais elle n’est pas universelle comme celle de l’âme d’où l’obligation de soigner cette infirmité de même que le prêtre soigne celle de l’âme. or ici ce n’est pas une question de solidarité mais de devoir sacré. on n’est pas dans le social mais dans le spirituel.
      donc quand tu dis :



      La charité, non !
      La solidarité, oui !




      non seulement tu refuses toute spiritualité dans les rapports sociaux, mais tu les limites à l’entraide soit une solidarité d’égaux (or c’est le bien portant qui soigne le malade et ils ne sont donc pas égaux et le don ne va que dans un sens)

       

    • La charité, non !




      La charité est l’ensemble des actes bons. Tu es contre la Bonté ? Donc pour la méchanceté ?

       
    • Considérant l’avancée des protocoles et les grandes épidémies, je peux garantir qu’ils servaient d’avantage à propager la mort qu’à sauver des vies.

      Considérant la notion de "don mystique", " unilatérale et désintéressé", il est quand même également bon de remettre cette institution dans le contexte des grandes guerres de religions durant lesquelles le peuple donnait sa vie, où était mutilé... d’où la grande connaissance de ces gens-là pour le contrôle des naissances et les prothèses aujourd’hui (féminisme/cybernétique).

       
  • Il semblerait que, comme en Islam, la foi chrétienne et sa raison d’être ne souffrent d’aucune contradiction.

    Je n’en attendait pas plus, c’est intrinsèque et elle l’a historiquement prouvé.

    Merci E&R, c’est très rafraîchissant.

     

    Répondre à ce message