Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Plaidoyer pour Thierry Noirtault

Il est accusé d’apologie de terrorisme pour une pancarte "Je suis Charlie, je suis Kouachi"

Le 12 mars 2015 Thierry Noirtault comparaissait devant le Tribunal des Sables d’Olonne. Son avocat publie le compte-rendu de sa plaidoirie. Le jugement est en délibéré et sera prononcé le 26 mars prochain.

 

C’est par la lecture d’un texte publié par un Général de l’armée française, lequel s’exprimait au sujet de l’affaire Charlie et des évènements du 11 janvier 2015, que j’ai commencé mon plaidoyer : « L’élan émotionnel et spontané a été récupéré pour initier une opération de manipulation des foules qui a engendré ces manifestations de très grande ampleur [1] ».

Sur la narration des faits, je suis resté bref, puisque tout avait été dit à l’audience durant la phase d’enquête. Thierry Noirtault, dont je prends la défense, est prévenu d’avoir, aux Sables d’Olonne, place de la Liberté, le 11 janvier 2015, au beau milieu du rassemblement d’unité nationale, par un audacieux acte d’amour qui lui a demandé un certain courage, brandi un écriteau où figuraient ces mots :

JE SUIS CHARLIE – JE SUIS HUMAIN - JE SUIS KOUACHI – JE SUIS LA VIE ♥

La scène a été filmée et diffusée sur Internet :

 

Sur délation, une enquête est ouverte et on recherche le perturbateur. On finit par l’identifier et l’on surveille son compte Facebook, depuis lequel il s’exprime au sujet de ce geste. Le 14 janvier 2015, lorsqu’il apprend l’arrestation de Dieudonné (qui de son côté avait dit « je me sens Charlie Coulibaly »), Thierry Noirtault y écrit qu’en solidarité avec l’humoriste il va se dénoncer au commissariat. Le dit commissariat, aussitôt alerté par les enquêteurs, attend Thierry Noirtault et dès son arrivée, l’accueille par une mise garde à vue qui durera vingt-deux heures. Il expliquera que l’OTAN est la véritable organisation terroriste, et que nos gouvernants sont ses complices. Il dira aussi trouver « débile » que l’on puisse le poursuivre pour apologie d’actes de terrorisme et dénoncera la dérive totalitaire dans notre pays.

À l’audience, la manière dont le Président, chacun de ses conseillers comme les deux membres du ministère public ont posé leurs questions au prévenu pouvait laisser penser que pour eux il allait de soi que le fait de brandir un écriteau avec la mention « Je suis Kouachi » était qualifiable d’apologie d’actes de terrorisme. Aussi, c’est au contraire la question que je devais soulever dans l’esprit des magistrats, car selon moi la réponse à cette question est très loin d’être évidente. Et pour ce j’ai traité du Texte et du Contexte de cette fameuse qualification pénale.

 

Amalgame

 

Le texte incrimine « le fait (…) de faire publiquement l’apologie (…) [d’] actes [de terrorisme] ». J’ai commencé par rappeler que l’interprétation d’un texte pénal est soumise au principe de légalité des délits et des peines, nullum crimen sine lege, qui suppose qu’elle s’effectue de manière stricte (voir l’article 7 de la Convention européenne des Droits de l’Homme et l’article 8 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789).

En droit français le terrorisme est défini comme une entreprise ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur. Et l’acte de terrorisme est une infraction précise, meurtre, destruction, etc., dont on a dressé la liste, commise en relation avec cette même entreprise. Je passe très vite sur des considérations de polémologie, sur l’inopportunité qu’il y a, pour lutter contre le phénomène terroriste, à ériger le terme en qualification légale. Car pour le terroriste, être reconnu pour tel au lieu de n’être traité qu’en vulgaire délinquant de droit commun, c’est la reconnaissance de ce qu’il défend une cause. Et c’est même précisément la recherche de cette reconnaissance qui constitue tout le sens de ses actes.

En revanche j’insiste sur un point. C’est que si personnellement je condamne le terrorisme comme tel, et si je déplore que les guerres aient évolué vers ce modus operandi (mode opératoire) de l’hostilité, dirigée contre les populations civiles, et cela au même titre qu’un embargo ou qu’un bombardement visant la destruction de villes entières, je dis aussi que l’on ne peut pas sérieusement prétendre lutter contre le terrorisme et condamner son apologie lorsque l’on décide que la dernière lettre de Guy Moquet à sa mère soit lue dans les écoles, que Jean Moulin soit érigé en modèle d’héroïsme ou que des résistants entrent au Panthéon [2].

Ce qui signifie en vérité que ce n’est pas le terrorisme en soi que l’on condamne ici, mais certaines causes choisies arbitrairement au mépris de certaines autres. Tout cela je l’exprime d’autant plus tranquillement que je m’adresse à des magistrats, membres d’une institution, le service public de la justice, dont la continuité est l’un des plus précieux principes de fonctionnement. Car c’est bel et bien la justice française qui, de 1942 à 1944, condamnait des résistants pour actes de terrorisme. Prétendre ériger le terrorisme en catégorie juridique, c’est placer les magistrats dans une position particulièrement inconfortable, voire dangereuse.

 

Police de la pensée

 

Sur la notion d’apologie, je rappelle que le terme signifie défense et récit. Il s’agit d’un discours. Son incrimination vient donc poser une limite, une exception au principe de liberté d’expression. Je veux alors saisir l’occasion de cette audience pour prendre à ce sujet un peu de recul, et ouvrir une piste de réflexion.

On a oublié que le socle du droit pénal c’était la répression d’actions qui se manifestent par des actes matériels : meurtre, vol, etc. Que donc l’intention seule ne suffit pas et que, sauf tentative, c’est-à-dire commencement d’exécution, il faut une infraction consommée. La complicité est déjà une prise de distance avec ce principe élémentaire. Parce que remettre un couteau entre les mains de celui qui va poignarder la victime ce n’est pas la même chose que de la poignarder soi-même. La remise d’un couteau n’a, en soi, rien de répréhensible. C’est son lien avec l’infraction qui la rend punissable. Il en va de même pour les propos d’un provocateur, d’un instigateur, du motores criminis comme l’on disait jadis.

Mais la répression du complice, assistant ou provocateur, est suspendue à la commission de l’acte principal. De sorte que le même acte sera punissable ou non en fonction du passage à l’acte ou non de l’auteur principal. Si finalement la victime n’est pas poignardée le fournisseur du couteau et celui qui a encouragé le crime ne seront pas sanctionnés. D’où l’incrimination en délit distinct, la constitution en soi en infraction, d’actes de provocation, qui n’auraient normalement été punissables qu’en tant qu’actes de complicité, mais qui deviennent alors, en soi, répréhensibles, indépendamment de leurs conséquences réelles, le lien de l’acte de provocation à l’infraction provoquée n’étant plus que potentiel.

Or, ce second écart nous a encore plus éloignés du principe de départ. Désormais ce sont les simples propos qui sont punis. Et c’est par cette brèche ouverte dans nos principes que l’on a fini par incriminer l’expression d’idées qui n’ont plus rien à voir avec la provocation à la commission d’infractions. On ose même prétendre qu’il s’agit d’incriminer la provocation « indirecte », comme c’est d’ailleurs le cas pour l’apologie.

Si j’ai pu ainsi susciter dans l’esprit de mon auditoire ne serait-ce que l’ombre d’un doute quant à la pertinence qu’il y a de manier sans prudence, de façon hâtive ou même inconsidérée la qualification pénale d’apologie de terrorisme, il aura accueilli comme logique de se livrer à l’interprétation de cette loi, et pour ce, de se pencher comme il se doit sur ses travaux préparatoires.

Je cite alors l’exposé des motifs du projet de loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme [3]. Au sujet de l’apologie d’actes de terrorisme, il y est précisé que le projet « tire les conséquences de l’intégration de l’apologie et de la propagande terroriste qui provoque ou glorifie les actes de terrorisme ». L’étude d’impact précisant d’ailleurs « qu’il ne s’agissait pas (…) de réprimer des abus de la liberté d’expression, mais de sanctionner des faits qui sont directement à l’origine des actes terroristes, en tirant les conséquences juridiques de ce phénomène nouveau qui représente l’intégration, par les groupes terroristes, de l’action médiatique dans leur stratégie globale [4] ».

Arrivé à ce stade de notre réflexion, je demande au tribunal s’il pense sérieusement que Thierry Noirtault, animé du vif désir de partager avec ses semblables son amour de l’humanité, est membre d’une organisation terroriste et participe de la stratégie médiatique de celle-ci ?

 

Contexte

 

Passant au contexte, je parle de l’événement dans le cadre duquel il faut situer le fait (brandir une pancarte « Je suis Kouachi ») dont la qualification d’apologie de terrorisme est maintenant précisément mise en cause. Parant au risque de malentendu je précise ma pensée : l’événement, ce ne sont pas les actes des frères Kouachi et de Coulibaly, mais bien l’emballement politico-médiatique des 7, 8, 9, 10 et 11 janvier, et des semaines qui ont suivi jusqu’à ce jour. Le matraquage médiatique des masses n’a pas, semble-t-il, épargné la magistrature, greffes et barreaux compris, mobilisée dès le 8 dans des rassemblements sur les marches du Palais, affichant dans ses locaux, en place jadis du crucifix, des affichettes « Je suis Charlie ».

La circulaire Taubira du 12 janvier 2015, dont je fais lecture de certains passages, visait d’abord à alerter les Parquets sur la multiplication des actes islamophobes et dirigés contre les maghrébins, émanant de jeunes européens déséquilibrés qui croyaient le grand soir arrivé, où l’on pourra ratonner impunément et bouter hors de France arabes et musulmans. Mais dans ce contexte de délire collectif, la circulaire a été interprétée de manière complètement contraire. Au lieu d’y lire un appel à la vigilance pour contrôler ce que les médias et les politiques avaient déclenché, les Parquets ont cru qu’il s’agissait d’un appel à la répression sans discernement aucun. Et c’est ce qui explique le déchaînement qui s’en est suivi. On a vu les parquetiers, emportés dans le grand élan d’unité nationale, poursuivre des mineurs, parfois des enfants, pour un « Je suis Kouachi » sur leur page Facebook, parfois simplement pour n’avoir pas voulu « être Charlie » ou pour avoir refusé de participer à la minute de silence. Des psychopathes ont été ainsi inquiétés par les autorités, des déficients mentaux, des ivrognes, et, dans un autre registre, des intellectuels et des militants qui refusaient de se mêler au troupeau à la tête duquel se tenait la fine fleur de politiques connus publiquement pour avoir ordonné la commission de quantité de massacres.

La Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International, de trop rares professeurs de droit et certains intellectuels, le Syndicat de la magistrature, quelques avocats se sont alarmés d’une pareille situation. Interrogée sur France Inter le 22 janvier 2015 au sujet de cet inquiétant emballement de la machine répressive, le Garde des Sceaux, Christiane Taubira, répondra avoir placé ses espoirs d’abord dans l’indépendance des magistrats du siège (espoirs que tous les prévenus ont nourris, et nourrissent encore, y compris Thierry Noirtault, mais espoirs trop souvent, pour ne pas dire toujours déçus à ce jour) ; ensuite dans la capacité du corps des avocats à se mobiliser pour la défense de nos libertés (espoir naïf, quand on songe qu’un barreau entier a refusé, au nom de la clause de conscience, de défendre les prévenus d’apologie d’actes de terrorisme) ; pour finalement conseiller d’exercer les voies de recours en cas de décision inadaptée à la situation (Thierry Noirtault en prend bonne note).

Le ministère public ayant déploré que Thierry Noirtault n’ait pas présenté ses excuses, j’ai dit pour terminer que c’était bien plutôt au Parquet de présenter les siennes, mieux, qu’il devrait féliciter le prévenu pour n’avoir pas cédé à l’hystérie collective et d’être resté, au beau milieu de cette merveilleuse entreprise de manipulation des masses, un homme libre. J’aurais pu dire : un homme DEBOUT.

Damien Viguier
Genève, 14 mars 2015

Notes

[1] Général Henri Poncet. Source : Cercle des volontaires.

[2] Car suivant le vœu du président Hollande, quatre résistants entreront prochainement au Panthéon, dont l’un d’entre eux, Jean Zay, qualifiait ce drapeau tricolore que la République veut faire honorer dans nos écoles, de « saloperie », d’« immonde petite guenille », d’« ignoble symbole » et, last but not least, de « torche cul ».

[3] Enregistré à la présidence de l’Assemblée nationale le 9 juillet 2014.

[4] NOR : INTX1414166L/Bleue. 1, 8 juillet 2014 ; point 2.4.3.

Voir aussi, sur E&R :

Sur d’autres dysfonctionnements du couple judiciaire-exécutif,
chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1141275
    le 15/03/2015 par Thémistoclès
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Ce régime républicain intolérant et dictatorial avait déjà montré son vrai visage en arrêtant des personnes simplement du fait du port d’un tee-shirt avec le logo familial des 2 parents et les 2 enfants.

     

    • #1141395
      le 15/03/2015 par depassage
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      Ce régime est tout, mais n’est pas républicain. Ne jeter pas le bébé avec l’eau de son bain, c’est le non respect des valeurs républicaines qui ont mené la France dans ce charivari indescriptible.


    • #1141597
      le 16/03/2015 par Charles le Martel
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      Pffff la République mais qu’est ce qu’on peut en faire de la République maintenant ? Qui peut encore croire aux vertus d’une republique qui s’est construite dans la destruction des valeurs traditionelle, et spirituelle et sociale de la France.


  • #1141296
    le 15/03/2015 par seber
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    La "justice" soi-disant débordée passe son temps à ouvrir des enquêtes insignifiantes pour mieux enterrer les gros dossiers les plus graves. Chacun comprend bien la manoeuvre de diversion.

     

    • #1141341
      le 15/03/2015 par le corbeau
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      C’est aussi une façon de nous punir pour nos opinions car toute la dissidence doit etre hyper surveillée , ça les dérangent qu’on disent non !


    • #1141367
      le 15/03/2015 par Bainville
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      Rien n’est pire que la foule et sa psychologie. N’oublions pas que c’est elle qui a mis à mort des sages comme Jésus-Christ ou Socrate. Pour reprendre un classement antique des régimes politiques la frontière entre démocratie et ochlocratie semble parfois mince. Ochlocratie ici entendue comme une foule manipulée par une oligarchie, car un régime se caractérise également par son peuple, surtout lorsqu’on parle de démocratie. Ne prendre en compte que l’élite c’est occulter notre apport au régime.


    • #1141510
      le 16/03/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      @ Bainville

      Petit rappel pour appuyer votre commentaire et sortir enfin des thèmes qui ronronnent et permettent surtout à chacun de se dédouaner en rejetant la responsabilité sur l’autre.

      le 17/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...

      Aymeric Chauprade sur Radio Courtoisie

      @ La Rochejaquelin

      « C’est bien de citer Aristote, mais le citoyen de ces temps serait qualifié aujourd’hui d’aristocrate »

      C’est toute la question, nous allons devoir entrer dans une ère aristocratique pour le bien de l’espèce. La masse manipulée ne veut pas de cette nécessité raisonnable mais il n’y a pas d’autre choix. Elle est le seul rempart à l’ochlocratie qui nous conduit vers le néant !
      Pour bien enfoncer le clou et pour les idiots qui ne connaissent pas le sens des mots, je prétends qu’Alain Soral est un aristocrate. Ceux qui prendront cela pour une provocation pourront crier à l’infâmie mais cela ne changera rien à la réalité. Ce sont généralement les mêmes qui exigent que les meilleurs soient pauvres pour être honnêtes mais qui rêvent de gagner au "Loto"...
      Placer aux commandes les plus vertueux parmi les plus instruits est la garantie d’un avenir pour l’humanité. Les médiocres convaincus qu’aristocratie signifie monarchie peuvent toujours commencer à s’instruire, une saine éducation ne saurait leur nuire...”


    • #1141536
      le 16/03/2015 par Bobby
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      Pitié ne nous parlez pas des "valeurs de la République", on en bouffe tous les jours...

      Qu’elles soient respectées ou pas, on s’en fout. D’abord on aimerait les connaitre précisément, parce que tout le monde sait que ce n’est pas "liberté égalité fraternité" !


    • #1141582
      le 16/03/2015 par Bainville
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      Heureux qui, comme Ulysse,
      Effectivement nous sommes d’accord sur l’ochlocratie et sur le fait qu’une véritable démocratie (au sens athénien, antique) n’est possible que si chaque citoyen est tel un roi (au sens de l’esprit, de l’immatériel pas d’un point de vue matériel). Ainsi dans une cité-état la démocratie c’est le règne de milliers de rois regroupés sous le nom de citoyen et débattant des décisions à prendre dans l’intérêt général supérieur. Nous serons également d’accord sur le fait que la république est un régime faible, instable, l’histoire nous montrant jusqu’à présent qu’elle accompagne la décadence de la France depuis la révolution.

      Je pencherai cependant pour un autre régime comme alternative à celle-ci. La monarchie avec une autorité forte me semble le meilleur moyen de sortir de toutes les impasses actuelles. Un tel régime est même consubstantiel à la France, ressurgissant de temps à autre sous la figure de l’homme providentiel afin de la sauver. Ensuite il faut reprendre en main l’éducation et favoriser la participation directe pour ce qui est des enjeux locaux. Seul un régime fort tel que la monarchie peut assurer l’unité et la cohérence de cette décentralisation. Comme le disait Maurras : "L’autorité en haut, les libertés en bas". Un tel régime peut également permettre le retour de bonnes mœurs, de la morale, de la dignité et l’honneur. Mais nous en sommes loin et la démocratie, la république sont maintenant des termes si imprégnés dans les esprits que tout travail pour en sortir et en montrer les contradictions et les mensonges va être difficile. Continuons malgré tout ! Comme le disait Sorel : "L’heure présente n’est pas favorable à l’idée de grandeur. Mais d’autres temps viendront ; l’Histoire nous apprend que la grandeur ne saurait faire infiniment défaut à cette partie de l’humanité qui possède les incomparables trésors de la culture classique et de la tradition chrétienne. En attendant les jours du réveil, les hommes avertis doivent travailler à s’éclairer, à discipliner leur esprit et à cultiver les forces les plus nobles de leur âme, sans se préoccuper de ce que la médiocrité démocratique pourra penser d’eux."

      Bobby,
      Je ne comprends pas bien à qui vous répondez par votre message !


  • #1141336
    le 15/03/2015 par le corbeau
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Trés courageux, bravo !


  • #1141362
    le 15/03/2015 par philippe emmanuel
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    merci à E& R, et à quelques autres sites et lieux d’échanges, d’information et de réflexion, nombreux heureusement, d’exister. Merci d’être les relais d’une résistance, car effectivement le terme, si souvent galvaudé n’est aujourd’hui plus du tout inapproprié.

    Solidarité inconditionnelle avec Thierry Noirtault, cela va sans dire, et Chapeau bas à Me Viguier et aux autres avocats magistrats, intellectuels, et aux citoyens ordinaires , Mr Noirtault en tête qui aujourd’hui prennent publiquement, et courageusement position. On ne redira jamais assez, et je m’adresse la critique en premier, combien il est facile d’être un énérvé, un indigné, un résistant du clavier...
    Le texte ci dessus fait référence aux tribunaux d’exception entre 42 et 44. il semble qu’ils reviennent aujourd’hui. Ce que nous vivons est terrifiant. Juste et simplement terrifiant !
    Avant toute chose La résistance (aujourd’hui passive mais jusque quand ?) devient un devoir, Les fameuses "heures les plus sombres" que l’on nous ressert à la moindre occasion se représentent effectivement, mais pas où, ni comme, on on nous le dit sans relâche dans les médias dominants.
    Février 2015, ceux qui aujourd’hui veulent continuer de penser, vivre et agir librement deviennent des "terroristes."
    France que t’arrive t-il ?
    À qui t’es tu donnée, pour qui fais tu la pute aujourd’hui, en 2015 ?
    Résistance, oui RÉ-SI-STANCE
    Solidairement
    PE


  • #1141390
    le 15/03/2015 par Aiguiseur de guillotines
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    "" Sur délation, une enquête est ouverte et on recherche le perturbateur. On finit par l’identifier et l’on surveille son compte Facebook, depuis lequel il s’exprime ..."

    Bon, ben... je crois que tout le monde a bien comprit le message.


  • #1141402
    le 15/03/2015 par Quenellierdub
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Elle a bon dos la liberté d’expression.
    Si tu penses pas comme la meute voilà ce qu’il t’arrive en France.

    Soutiens total à ce monsieur qui n’a menacé personne et tiens un slogan censé.

    On vit une bien triste époque où les médias ont ravagé le cerveau de bon nombre de citoyens, pour beaucoup incapable de penser par eux mêmes.

    Les gens n’ont plus le temps de réflechir c’est trop dur pour eux.

    Consommer, consommer, consommer....

    G.Orwell avait tout prédit dans 1984.
    On est en plein dedans et pour ceux qui pensent que j’abuse faite le constat autour de vous. Flicage permanent, caméra partout, pensée unique quasi obligatoire .

     

    • #1141833
      le 16/03/2015 par LaitzKauRaikte
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      J’ai envie de te dire qu’on est déjà mieux qu’en Angleterre.
      Là-bas, le programme de surveillance C.C.T.V. délivre des caméras pour observer TOUS les lieux publics. On arrive donc au chiffre alarmant (et bien trop proche de la fiction 1984) de une caméra pour 14 habitants...


  • #1141415
    le 15/03/2015 par Henri
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    La France dictature. Vérifié ici encore...

     

    • #1141538
      le 16/03/2015 par adile111
      Plaidoyer pour Thierry Noirtault

      la France dictature a encore de beaux jours devant elle quand elle a imprimé dans les esprits que le seul droit de l’humain de manifester son mécontentement c’était la MANIF...bien encadrée.


  • #1141462
    le 16/03/2015 par pooii
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Alors d’un côté on nous parle sans-cesse de "réhabilitation, de droit à l’oubli, seconde chance,ou droit à l’erreur,de compréhension" ...concernant les criminels en tout genre et autres délinquants.

    De l’autre côté on à souvent recours au grands mots "présomption d’innonce, droit à la défence, dignité humaine, respect des droits de l’homme".. bref, le respect d’un être humain, quoi qu’il fasse, la société ne s’abaisse pas à son niveau.
    (Elle ne nie pas son humanité,et lui accorde un traitement equitable...quelle que soit la monstruosité du crime.)

    Par contre dans le cas "Charlie" ... on doit ôter toute possibilité de défence, ou même de tentative de compréhension et déshumaniser sur commande des gens dont on ne connait rien, ou si peu.
    (Au delà des déclarations "mediatiques"...il reste pas grand chose.)

    Bon c’est choquant, quand la justice ordonne ce genre de choses...aussi terroristes qu’ils soient,ca reste des êtres humains.


  • #1141507
    le 16/03/2015 par ·٭·щargueri†e·٭·
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    n’empêche, une grosse barbe fleurie et des yeux rieurs, c’est suspect !


  • #1141534
    le 16/03/2015 par goy pride
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Des méthodes dignes des Khmers rouges. Il ne manque plus que des camps de rééducation avec salles de tortures pour que la tableau soit complet.

     

  • #1141561
    le 16/03/2015 par tontonremi
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Leur façon "d’entonner" la Marseillaise est tellement mièvre !

    "C’est à la façon dont sa jeunesse se mouche que l’on sait quel pays va gagner la guerre".

    Jean Giraudoux dans La guerre de Troy n’aura pas lieu.


  • #1141625
    le 16/03/2015 par Agar
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Lui au moins il a pas dit que les Koichy avaient fait "du bon boulot" comme un certain ministre français dont on attend toujours le procès.


  • #1141649
    le 16/03/2015 par lid
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    je suis charlie = je suis israelien
    alors ceux qui ne veulent pas être charlie sont tout à fait dans leur droit


  • #1141924
    le 16/03/2015 par Indépendances nationales
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Le début de cette vidéo montre bien que le public communie dans une ambiance religieuse. Un opposant politique est donc tout naturellement perçu comme un perturbateur de messe, aussi obscène qu’une femen à poil dans une cathédrale.

    La différence, c’est que les femen sont des employées de Soros, spécialiste de la déstabilisation des Etats non totalement soumis, tandis que ce Monsieur est un brave idéaliste isolé qui croit encore à la liberté d’expression en France...

    Dans la dictature qu’est devenue ce pays, il est déjà très coûteux d’exprimer une opinion dissidente quand on est groupé (Alain Soral et Dieudonné en savent quelque chose). Quand on le fait seul, c’est carrément suicidaire !


  • #1142042
    le 16/03/2015 par solaine
    Plaidoyer pour Thierry Noirtault

    Preuve que la liberté d’expression se porte bien en France.
    Vive la liberté d’expression à géométrie variable !


Afficher les commentaires suivants