Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pour Christophe Guilluy, les Gilets jaunes incarnent la recomposition de la classe moyenne

Le soulèvement des Gilets jaunes est la lame de fond d’un mouvement qui va balayer tranquillement, inarrêtablement, les élites. On l’a souvent écrit ici, en comparant ce mouvement à un tremblement de terre sociologico-politique, d’abord sociologique et ensuite politique, dû à la confrontation de deux plaques majeures : les élites françaises mondialisées, et la classe moyenne française, qui a fait la richesse et la force de la France, et de son État. Les événements que nous vivons aujourd’hui ne sont que des répliques de ce choc majeur, fondamental, et ce ne sont pas les tentatives terroristes misérables de la dominance qui y changeront quoi que ce soit. La classe moyenne n’est pas morte, elle se recompose, et reconstitue sa force.

 

Ce mouvement est enclenché, il ne s’arrêtera pas. Christophe Guilluy, l’homme de l’analyse en profondeur de La France périphérique, bien avant que les Gilets jaunes ne prennent les ronds-points, le dit à sa façon dans l’émission Interdit d’interdire de Frédéric Taddeï, 168e du nom (à ce propos, on attend toujours l’invitation de Soral, histoire de n’interdire personne).

Nous avons choisi la démonstration de Guilluy, qui résume bien sa théorie, à partir de 10’31.

« J’essaye à travers ce concept orwellien de contourner un problème intellectuel que nous avons, c’est qu’à partir du moment où on dit "la classe moyenne a disparu", alors que reste-t-il ? Est-ce qu’il reste c’est des atomes ou est-ce qu’il reste c’est quelque chose de très solide ?

Or, moi je pense que nous sortons de la société liquide et nous entrons dans une société au contraire très solide et là vous avez une recomposition en bas. Pourquoi je dis recomposition ? Nous avons là des catégories très différentes qui n’ont pas de conscience de classe, c’est pour ça qu’il ne s’agit pas de réactiver la lutte des classes à l’ancienne, c’est pour ça que London comme Orwell nous sont très utiles. London, quand il pense “classe ouvrière”, il pense classe ouvrière dans une société et dans un univers culturels ; bref des gens qui interagissent avec leur milieu, leur territoire, leur pays. Donc ce n’est pas une classe ouvrière hors-sol.

Et là, ce qui était très intéressant dans ce mouvement des Gilets jaunes, c’est qu’on avait une recomposition, des gens qui sont venus d’ailleurs sur les ronds-points sans aucun appel politique, syndical ou autre, donc il y a bien la force, une puissance j’allais dire intrinsèque de ces gens ordinaires, et ce qui était fascinant c’est la lecture que les médias et aussi on va dire les experts ont eue de ce mouvement. Tout d’abord, il y a eu l’état de sidération : que se passe-t-il, qui sont-ils ? Avec des anthropologues modernes qui sont allés visiter les appartements, voir mais comment mangent-ils ?, ont-ils un écran 16/9e dans leur appartement ?, tiens c’est étrange ils manifestent mais ils ont des iPhone, sous-entendu ils ne sont pas légitimes…

On n’a jamais vu ça dans aucun mouvement social de cheminots ou autres, on ne se pose pas la question de comment vivent les gens. Et là on a eu finalement ces enquêtes avec cette idée qui était très, très claire, finalement “ils ne sont pas légitimes”. Et puis on a eu une ingénierie qui s’est mise en place, ce grand débat était assez intéressant, d’ailleurs le grand débat initié par Emmanuel Macron, comme vous avez pu le voir, le grand débat a été organisé par segmentations. Donc on avait un débat avec les maires ruraux, nous avons eu un débat avec les femmes, ou les femmes célibataires, les jeunes, bref il s’agissait pour nos politiques publicitaires, nos panélistes politiques, de re-segmenter ce qui venait de se recomposer.

Donc on voit bien la logique : la logique elle est finalement “nous vous entendons, mais vous n’êtes pas grand-chose”. Et surtout, “vous n’avez pas de conscience de ce que vous êtes”. Alors certes, il n’y a pas de conscience de classe au sens où Marx l’entendait, mais il y a un diagnostic, un diagnostic très solide de ce qu’est l’existence de ces gens. Vous voyez, sur les ronds-points ou ailleurs, les gens ont parfaitement compris, et pas de façon abstraite, ce qu’étaient, ce que sont les effets de la mondialisation sur leur existence.

Je le dis toujours, par exemple la classe ouvrière, les catégories populaires, n’ont jamais été a priori contre la mondialisation, contre l’Europe, pour le repli, comme on le dit aujourd’hui. Non ! Ils ont joué le jeu, ils ont joué absolument le jeu, et puis ils se sont rendu compte d’une chose, c’est que finalement, en jouant le jeu, le compte n’y est pas. Pourquoi le compte n’y est pas ? C’est que, quand on regarde simplement le niveau de vie de ces catégories modestes, ben il s’est ou dégradé ou précarisé et surtout, c’est pour ça que je parle de disparition de la classe moyenne, ils ne s’inscrivent plus dans la dynamique du progrès tel qu’il était hier.

C’est-à-dire que les gens ne sont pas contre le progrès, simplement ils analysent de “qu’est-ce que ça me rapporte ?” Et là on voit quelque chose de fondamental, c’est que la classe moyenne, qui est un concept culturel, avec l’idée finalement l’ouvrier, comme l’employé, comme le cadre peut se reconnaître dans ce gros machin en mouvement et en voie d’ascension sociale, ne fonctionne plus. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a plus la logique d’ascension sociale, plus vrai, on est plutôt dans une logique de précarisation, de stagnation des revenus, et puis surtout pour les enfants des perspectives qui se bouchent.

Donc on voit bien que ce concept-là, cette classe moyenne, très dynamique, très positif, celui qui finalement a défini les Trente Glorieuses, n’est plus opérant. C’est pour ça que je pense qu’il faut aujourd’hui imposer un autre concept, un concept tout autant majoritaire, parce que si la classe moyenne comme concept culturel a disparu, les gens n’ont pas disparu. Et tous ces gens, ce sont les gens ordinaires qui se sont recomposés, qui ont un diagnostic commun des effets de la mondialisation, des effets du modèle qu’on leur a imposé, et qui réagissent simplement en se réunissant, en finalement en faisant jouer ce qu’Orwell a toujours, un point essentiel de son diagnostic qui était la “common decency”. C’est-à-dire que quand vous êtes précaire, quand vous êtes dans une fragilité sociale, les solidarités s’imposent. Ce sont des solidarités contraintes. Et tout cela existe, et tout cela est très puissant, et on l’a vu justement au moment de ce grand mouvement. »

Les analyses sociologiques de la crise, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il va enfin rencontrer un juge.


  • "Le soulèvement des Gilets jaunes est la lame de fond d’un mouvement qui va balayer tranquillement, inarrêtablement, les élites."

    Heu non je ne crois pas. L’élite va vite s’adapter et revêtir sa cape de caméléon. Demandez à Manu, il en sait quelque chose.
    Le peuple français veau n’y verra que du feu, comme depuis 40 ans.

     

  • Guilluy a parfaitement résumé le mouvement GJ avec son idée de "solidarité contrainte".


  • Plutôt que d’encourager à la révolte vous pourriez peut être pousser à la réflexion et aux propositions réalistes. Il me semble plus simple de critiquer, d’énoncer des problèmes et de dénoncer des coupables que de proposer des solutions pratiques et concrêtes puis de les mettre en oeuvre dans le calme, la PAIX (du christ ?) et la Joie, ce que font finalement certains hommes politiques. Il ne me semble pas que quoi que se soit de concrêt et de tangible ne soit ressortit de "nuit debout" et des" gilets jaunes". Il en ressort un mal être général, oui ; mais peut être que la cause de ce mal être est multi-factorielle et non la responsabilité d’un manque de générosité de quelques uns. Peut être qu’il y a aussi un collectif à retrouver sans systématiquement tout attendre du pouvoir dirigeant. Et si nous commencions par là, peut être que finalement, certaines divergences avec la classe politique ou ces fameux élites disparaîtraient d’elles même ou à défaut, deviendraient insignifiantes ? Qu’en pensez-vous ?

     

    • Que vous auriez dû vous rendre sur les ronds points, où les gilets jaunes vivaient la paix et la joie.
      Et que le pouvoir ne se rendra pas quand il verra vos solutions en kit pratiques et concrètes. Il va juste finir de nous exterminer après avoir volé nos enfants, nos maisons, nos organes et nos âmes.


    • Nuit debout et GJ n ont rien à voir mon cher ! Nuit Debout était un mouvement téléguidé en sous-main, pas les GJ. On n a pas vu les Lordon et Ruffin se pointer dans les premiers rassemblements GJ, ni les soraliens être éjectés des groupes pour fasciiiiisme. Du moins pas de façon systématique comme chez les Nuit Debout.


    • t’a raison, faisons une lettre à macron et aux hommes du pouvoir pour leur expliquer qu’au delà d’un certain seuil, que nous avons dépassé depuis longtemps, l’impôt s’appelle du vol. Et aussi que les lois liberticides qui s’accumulent depuis des années au nom de la sécurité n’ont rien arrangé mais bien réduit les libertés individuelles. Que tous cela qui est fait pour ton bien, le mien et celui de tous ne correspond plus aux attentes et que donc il faudrait en changer....
      ou, tu es un comique
      ou tu vis dans un monde parallèle
      ou tu es un provocateur.


    • "faisons une lettre à macron et aux hommes du pouvoir pour leur expliquer qu’au delà d’un certain seuil, que nous avons dépassé depuis longtemps, l’impôt s’appelle du vol."

      Ca s’appelle rédiger des cahiers de doléances comme en 1789...


    • "Que vous auriez dû vous rendre sur les ronds points, où les gilets jaunes vivaient la paix et la joie."

      Il semble qu’il y ai méprise, je parle de mettre en oeuvre dans le calme, la PAIX et la Joie des "solutions pratiques et concrêtes" et non de se réjouir autour de saucisses grillées entre amis pour manifester son mécontentement. Vous ommettez sciemment (je pense) la dimension de travail, de réflexion et d’investissement personnel utile à transformer un mal être et une revandication en solution applicable. Par ailleurs j’ai mangé plusieurs fois avec eux, c’était très bon et très sympa d’oú ce constat qui s’est imposé à moi, il n’en est rien ressortit.

      "le pouvoir ne se rendra pas quand il verra vos solutions en kit pratiques et concrètes"

      Je vous dit justement qu’il serait bon de ne pas tout attendre du gouvernement et de se prendre en main, je ne peux pas être plus clair...

      "Nous exterminer après avoir volé nos enfants, nos maisons, nos organes et nos âmes."

      Bon, que répondre ? Personne ne vous oblige à acheter des maisons hors de prix que vous ne pouvez assumer ni de travailler à sauver votre âme par un comportement approprié.

      " l’impôt s’appelle du vol. "

      Il me semble que ce n’est qu’un moyen de redistribution pour palier au manque organisationnel de la société et de ce fameux collectif que je tente de souligner.

      "Et aussi que les lois liberticides qui s’accumulent depuis des années au nom de la sécurité n’ont rien arrangé mais bien réduit les libertés individuelles"

      Oui c’est vrai je l’ai également noté mais peut être conviendrons-nous du fait que bien que le gouvernement instrumentalise de façon illégitime voir orchestre (allons-y sérieusement) certaines d’entre elles à des fins douteuses correspondants sans doute aux finalités complotistes les plus sournoises, elles trouvent malgré tout un brin de légitimité par rapport à une forme d’immaturité et de manque de responsabilité de la part du peuple comme je tente de le souligner.

      Aussi, votre soif de sang me semblant aussi illégitime que leur soif d’oppression, je me cantonne pour l’heure à vous suggérer de commencer par oter votre poutre de votre oeil avant de n’aspirer à leur leur retirer leur brindille, ou bien, votre liteau plutôt que leur chevron pour enfin passer des paraboles boisées aux métaphores charpentières.

      Peut être qu’alors nous irions ensemble vers la seul vraie réconciliation qui vaille içi, la peine d’être visée ; car il me semble que c’est celà le camp du bien.


    • Ces bons vieux gilets jaunes mangeurs de saucisses grillées, bien cuites même les sans dents peuvent les savourer.
      Vous êtes d’une naïveté à toute épreuve pourleroi.

      Les solutions concrètes pour la paix, la joie dans le calme ne peuvent se faire qu’à échelle individuelle ou en nombre réduit.
      Si la reprise en main constitue une menace même minime pour le pouvoir qui s’exerce vous subirez tout ce que les opposants au système ont subi avant vous.

      Bref, vous en dîtes trop et surtout pas assez.
      Un petit brin de provocation sur ER fait toujours plaisir, on est tous passé par là.


    • "Les solutions concrètes pour la paix, la joie dans le calme ne peuvent se faire qu’à échelle individuelle ou en nombre réduit."

      D’où ma question, qu’attendez-vous donc plutôt que de perdre du temps à revandiquer encore et encore alors que vous avez un pouvoir d’action que vous n’exploitez même pas ? Ce n’est pas vous qui justement êtes si fier de cette force éparse qui vous vient de la multitude de communautés locales, indépendantes et soudées ?

      Mais peut être que c’est lorsqu’il faut quitter le stand à saucisses juteuses pour se remonter les manches, discuter et se mettre d’accord que les problèmes commencent ! Et que, confrontés à la discorde, aux débats, aux désaccords, aux compromis, aux sacrifices et à l’investissement personnels vous préférez vous en remettre à vos chaperons pour pouvoir ensuite leur rejeter la responsabilité de vos malheurs, juste avant de vous plaindre d’être traités comme des enfants ????

      Est-ce que vous avez besoin d’aide ?


  • A un moment Mr Guilluy dit que nous avons joué le jeu, pardon, 2005 c était un NON massif à ce jeu. Les Gj sont le résultat de ce non au game de l UE, le peuple volé de sa légitimité à se prononcer pour un type de société.

     

    • Oui mais on n’a pas protesté quand on y est entrés... on a fait confiance à Sarkozy, ensuite à Hollande ("mon ennemi c’est la finance"), ensuite à Macron ("parce que c’est notre projet").

      Quand le peuple aura fait le tour de la droite et de la gauche, et de ses satellites syndicaux ou associatifs, alors on décidera de passer à autre chose...
      C’est en train de se faire : qu’on soit sous Hollande ou Macron, il y a toujours des attentats, par exemple.


    • Tout à fait, on a voté contre le traité de Nice en 2005 et donc les choses auraient pu se passer autrement si on était en démocratie.

      Mais si on veut être totalement sincère et honnête, on doit aussi admettre qu’en 2005, les français ont plus voté contre Chirac et contre le pouvoir en place que contre l’UE car au début des années 2000, les français étaient très favorable à l’idée d’Euro puissance et de zone de libre échange privilégiée.

      Et donc à ce titre, on peut dire que les français ont cru au projet pendant longtemps.

      Les choses ont bien changé depuis 2005, et c’est pour ça que notre élite ne risque pas de nous consulter à nouveau sur ce sujet...


    • Je ’n’aime cette idée qui laisserait croire qu’en 2005 on aurait plus voté contre Chirac. Il me semble qu’un échantillon assez représentatif de la droite comme de la gauche était représenté, Les merdias nous avaient vendus des sondages bidonnés pour la promotion du du Oui. La campagne pour le oui était d’une intensité incroyable, et malgré cette pression sur le cerveau des gens, les français les ont envoyés balader avec leur UE. La suite est pire, le vol de la légitimité en passant par le parlement avec le traité de Lisbonne, mais ça, c’était indépendamment des français...trahis par leur soi disant représentation à l’a assemblée nationale, tout un débat.... D’où mon observation, le gilets jaunes sont la conséquence de cette escroquerie démocratique.


  • Passionnant ! Merci E&R pour avoir relayé cette vidéo. Je ne suis pas d’accord avec tout et Mr GUILLY ne va pas au bout du raisonnement (c’est humain) notamment sur qui tient les manettes "culturelles" qui ont conduit à la présentation du Français en beauf raciste déclassé (je simplifie le propos, mais c’est sous-jacent dans la video) amenant évidemment une impossibilité de présenter un modèle d’assimilation attrayant et valorisant (Mr SORAL avait déjà évoqué cela en rappelant qu’à la place de présenter des héros Français comme Tabarly par exemple, on nous avait imposé la repentance) Bref, le reste de la vidéo amène de vraies réflexions. Il faut la regarder entièrement.

     


  • "Le soulèvement des Gilets jaunes est la lame de fond d’un mouvement qui va balayer tranquillement, inarrêtablement, les élites."



    D’accord ! La colère gronde et elle ne s’arrêtera pas, certes, mais il faut impérativement qu’elle s’extirpe du cloaque parisien, cosmopolite et bourgeois . Cette colère trouve son origine loin, très loin de la capitale ! Les Gilets jaunes n’avaient rien à faire à Paris où ils se sont faits absorber par les mélenchonistes, le NPA et les Black Block. Ils se sont fait piéger. Et puis il faudrait peut-être changer la couleur du gilet. Perso, je sors ma chemise brune ! Mussolini aujourd’hui, c’est le minimum syndical !

     

  • Avant 1945, il y avait quelques millionnaires et maintenant des dizaines de milliers de milliardaires inutiles. Donc le compte n’y est pas.
    Le capital a même réussi à infléchir le progrès technique vers des impasses technologiques. Un vaccin qui ne sert à rien sauf à tuer contre un virus inoffensif.
    Sinon le problème de l’immigration est dû au QI.
    Quant aux merdias et "artistes" officiels, pitié !
    Je ne supporte plus le présentateur vu ses invités.


  • Si le système sors la grosse berta c’est quand même qu’il est sur le reculoir et que le mensonge médiatique permanent ne suffit plus, il faut des évènements, de la peur, de la coercition, de la torture psychologique même. Gardons espoir et tenons.



  • les catégories populaires, n’ont jamais été a priori contre la mondialisation, contre l’Europe, pour le repli, comme on le dit aujourd’hui. Non ! Ils ont joué le jeu, ils ont joué absolument le jeu,



    Ils ont joué le jeu soit parce qu’ils n’ont pas compris que l’objectif planifié, pleinement conscient, délibéré de la caste dominante est leur destruction, soit parce que face à l’incroyable monstruosité du projet des défenses psychologiques se sont mis en place afin de les maintenir dans le déni du réel et préserver ainsi leur équilibre psychologique. Par exemple qui parmi les complotistes n’ont pas constaté lors de conversation en famille, avec des amis le phénomène suivant : quand on discute sur l’immigration, les politiques économiques...presque tout le monde est d’accord sur les symptômes et les causes. Mais là où on perd ses interlocuteurs c’est quand on aborde les causes et raisons profonde en expliquant que ceci n’est pas du à l’incompétence ni à la bêtise des politiciens et technocrates qui nous gouvernent mais qu’il s’agit de la mise en oeuvre d’un plan de destruction délibérée de la classe moyenne...à partir de ce moment là de la conversation tu vas perdre tes interlocuteurs, ils ne parviennent pas à intégrer la réalité d’une chose aussi monstrueuse, et ceci est d’autant plus vrai quand on a à faire à la classe moyenne entrepreneuriale, c’est à dire des gens qui ont un fort sentiment d’importance, qui ont une haute opinion d’eux mêmes faisant qu’ils se croient à tort appartenir à la caste supérieure de la société ! Ils ont un mal fou à réaliser et accepter qu’ils ne sont rien du tout aux yeux de la caste dominante, qu’ils ne sont que du bétail à exploiter et en dernière instance à abattre. C’est pour cette raison que les gens perdent encore leur temps à manifester en tentant d’expliquer aux politiciens pourquoi ils se trompent, pourquoi leurs politiques sont erronées...or les politiciens ne se trompent pas, pas plus qu’ils ne font d’erreur, mais ils ne font qu’appliquer une feuille de route. Vouloir les raisonner c’est aussi vain qu’un condamné à mort qui essaierait de baratiner le bourreau qui l’emmène à l’échafaud dans l’espoir d’obtenir une grâce !


  • "Emmanuel Macron, comme vous avez pu le voir, a organisé le grand débat par segmentations. Donc on avait un débat avec les maires ruraux, nous avons eu un débat avec les femmes, ou les femmes célibataires, les jeunes, bref il s’agissait pour nos politiques publicitaires, nos panélistes politiques, de re-segmenter ce qui venait de se recomposer."
    Quel système honteux car sa priorité numéro une devrait être de préserver l’unité du pays (par le bien commun) et pas des intérêts privés.
    Quant à Macron, il n’a aucune excuse, car obéir à ses maîtres quels qu’ils soient, n’a aucune légitimité dans sa position de président, à moins uniquement qu’avec la moralité particulière liée au dirigeant, ce soit pour que les choses se fassent crescendo jusqu’à un réveil plus massif du peuple...
    « Un roi peut déplacer un homme, un père peut mander un fils, mais chacun doit se souvenir que même si des rois ou des puissants commandent ses mouvements, il demeure seul gardien de son âme. Devant Dieu, il ne servira à rien de dire que d’autres m’ont demandé d’agir ainsi, ni que la vertu n’était pas de mise à ce moment là, car c’est insuffisant, il ne faut pas l’oublier. » (Extrait du film « Kingdom of heaven : Le Royaume des cieux »)


  • Je le confesse je n’ai vu chez les gilets jaunes qu’une bande de braillards incultes - et mal élevés . Même pas capables d’exiger le retour de la proportionnelle . Beaucoup moins intelligents que les grands ancêtres Poujadistes .

     

    • Les GJ des premiers temps n avaient pas pour objectif de mâcher le boulot aux politicards, et à la limite le vote blanc reconnu et le RIP-RIC auraient eu plus de sens. Ni droite, ni gauche, hors partis et syndicats, tel est, était le credo. A partir du moment où certains n ont plus respecté ce principe, la recup pouvait se faire.


  • Les gilets jaunes c’est surtout l’oeuvre des reseaux sociaux.
    Pas plus de conscience politique ou populaire qu’autre chose dans ces mouvements.

     

  • Je suis assez triste de constater que M GUILLUY se berce autant d’illusion quant à l’état réel de ce qui reste de nos sociétés.

    M GUILLUY devrait peut-être reprendre les analyses de MM COUSIN et SORAL.

    Quant au fameux discours du Bourget tenu par M HOLLANDE, GUILLUY oublie de nous rappeler que dans la foulée un certain MACRON avait envoyé rassurer ces messieurs de la finance...

     

    • Très lucide au contraire, la conclusion de la vidéo le démontre ; la bascule est inévitable qu’elle se fasse de manière violente ou plus pacifiquement. il s agit justement au sens Cousinien de l émergence du prolétariat au fur et a mesure que le capitalisme s effondre sous ses contradictions. Ce que Guilly ne nous dit pas c est que cette bascule s opèrera en dehors et au delà du politique. haut les coeurs !


  • Passionnante et lucide analyse de Guiluy. La suite relève de cette logique dialectique de l histoire qui veut qu au fil de l effondrement et de l auto négation du capital s engendre réciproquement la prise de conscience des masses. Les gens ordinaires n auront pas besoin d avant garde pour leur expliquer les choses. La politique est un leurre et les Gj avaient incarne cela. Pas d affiliation, c est ce qui les rendaient dangereux. La colère a reflue mais elle n à pas disparu et reviendra bcp plus forte. A ce moment il faudra se défendre contre la bête agonisante qui devient de plus en plus agressive, cela est de plus en plus perceptible pour nos libertés. Cette autoliberation de l humanite nous coûtera mais donnera enfin un vrai sens à nos existences.


  • Les forces de paix doivent se désolidariser des forces de l’ordre du chaos. Image : il est souvent facile de mettre quelqu’un en colère mais plus difficile de le calmer. Même image pour les Peuples maintenant. Voyez la colère grandissante des Peuples détournée volontairement vers les forces de l’ordre du chaos, croyez-vous vraiment qu’elles puissent faire le poids longtemps ? En plus les furies sont attirées par les foules.


  • De toute manière, on n’en a rien à foutre puisque la terre est plate.
    #JeSuisPlatiste (de la première heure).


  • Les Gilets jaunes sont l’expression inverse du "macronisme". Ni de droite, ni de gauche, de même que Macron, ils incarnent la Nation quand l’autre se revendique du Progrès.

    En ce sens, le mouvement est loin d’être éteint parce que la France est éternelle quand les mondialistes sous couvert de "progrès" sont condamnés à brève échéance et ne représentent rien finalement.

    Après Macron, "En marche" aura disparu encore plus vite qu’il est apparu !


  • Parlant du film Hold Up (vers 52’) :
    "J’ai pas vu le documentaire, mais j’ai vu des extraits où on voyait quelques dingos raconter n’importe quoi".
    Sympa le Guilluy. Surtout il faut pas aborder ce que ce film dit.
    L’analyse est intéressante mais elle ignore totalement que le monde a maintenant changé et que le grand reset approche.
    Has been


  • Premièrement, rt n’invitera jamais soral , deuxièmement, il est possible d’arrêter le mouvement "gilets jaunes " en accentuant la dictature jusqu’à en devenir une complète " great reset " .troisièmement, je ne suis pas sur que la situation des gens d’en bas se soit détériorée ? Spirituellement sûrement, matériellement sûrement pas, même un très pauvre a un smartphone ! Et désolé ,mais souvent, beaucoup limite leur pensée a l’argent, puisque qu’il est un des plus anciens dieux ? Ils ont cette croyance, ils faudrait nous apprendre à dire non ,mais pour l’instant, je suis pas persuadé que l’occidentale puisse dire non au progrès, puisqu’il ne l’a jamais fait ! Et puis monsieur, ils mettent tout en place, les passeports, le monde virtuel, les cryptomonaies, les vaccins biotechnologiques, la robotisation, l’I.A, et le contrôle de tout par des programmes. Alors si nous gagnons cette guerre, de toute façon, il faudrait revenir aux temps anciens et aux croyances d’anciens dieux pour retrouver le bonheur, puisque nous ne serons plus compétitif ( pour faire du fric ) dans l’ère de l intelligence artificielle, ou alors cela continue, beaucoup de non qui sont des oui ,ils ont déjà séparé l’esprit du corps et utilisent cette faiblesse. Pourquoi les millions de gens qui savent pour le masque etcetc etcetc, ne se passe t’il pas des drames et des rébellions spontanées ou non ? Peur, lâcheté ? Et même les réveillés ne peuvent s’empêcher le moi je ,le moi je ferai....moi je ne prendrai pas le....


  • #2607557

    La classe moyenne ?
    Sur les trois classes sociales historiques, je pensais, depuis pas mal de temps maintenant, que la classe dite moyenne avait disparu, et que seules subsistaient la classe supérieure et la classe populaire.


  • C’est qui lui ?
    Il se trompe lorsque Macron segmente par catégorie sociétale c’est pour produire une narration transpersonnelle, afin de faire croire à « celzéceux qui ne sont rien, illettrées, dans ce bassin minier, (...) il y a beaucoup de tabagisme et d’alcoolisme, ce kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien ! » qu’il éprouve une estime à leur égard afin de les réintégrer dans le corps sociétal.
    Bref cet énième baratin est une forme perverse de la « Gestahl thérapie » créée par Virginia Sapir, de l’école de Palo Alto.

    Nb :
    - concernant les pêcheurs de kwassa-kwassa, cela ne m’étonnerait pas que Macron ait une idée d’expropriation des lieux de pêches et de vie traditionnelle de ces indigènes. Les fanatiques de l’école de Chicago, du gourou Milton Friedman, ont procédé de la sorte avec les pêcheurs des Maldives et ceux d’Arugam Bay du Sri Lanka. L’objectif étant de mettre à profit ces lieux naturels pour du tourisme « haut de gamme » au prix d’une nuit de bungalow à 5000 $ US : les indigèns ayant été parqués hors des zones vertes tampons dans des bidonvilles.
    - Il y a un petit bois non loin de chez moi, je remarque un camp qui ne cesse de s’agrandir depuis mars dernier, ce sont des blancs, des jeunes, ils font comme ils peuvent. Aujourd’hui ça caille.


  • Guilluy prône une Joséphine, ange gardien en gilet jaune, en robe polyester fluo pour raccrocher la working class à la culture, ça peut marcher, ça peut marcher ! Si j’y crois !


  • La recomposition en espérant la décomposition !
    Deux phénomènes simultanés à gérer en France actuellement.
    Une classe massive et moyenne qui arrive à comprendre de plus en plus ce qui lui arrive depuis fort longtemps et en face mais toujours "au-dessus" la perversion de plus en plus visible de la classe dominante "française".
    L’enjeu étant de pouvoir chasser du centre de la République française la classe perverse qui l’occupe depuis des lustres tout en maintenant la force populaire démocratique qui surgit et émerge de plus en plus en France aussi ! Un leader charismatique raté ou déchu pour cette population qui manifeste en groupe massif en France ?
    Macron Emmanuel ne doit pas être le modèle à remplacer puisqu’il a dilaté l’Elysée en l’occupant de façon abusive et surmédiatisée.
    Le "dialogue" ou "le débat" avec ces gens installés ne sont juste pas pensables et doivent être évités. Les médias doivent également être reconstitués.


  • J’ ai regardé toute la vidéo , j ’ai bien aimé à 53:25 la façon dont Guilluy ridiculise la notion de complotisme : l ’utilisation de ce terme en permanence par le pouvoir est sa derniére défense possible sur le plan intellectuel car il sait qu’il n’est plus crédible en temps que bienfaiteur du peuple.


  • Giles est jaune...

    La démocratie, c’est quoi ?

    Le système avec lequel la marchandise comme liberté despotique de l’argent et le plus en relation avec elle-même, en fertilité de suggestions de servilité : c’est la démocratie.

    Donc il ne faut pas se battre pour demander la démocratie directe, une démocratie juste, la démocratie plus représentative.

    Le « demos » en grecque suite aux réformes de Solon et Clisthène, c’est le « système de l’argent en mouvement ». C’est-à-dire que la démocratie est par essence, le système de la valeur d’échange qui se répand sur le territoire pour le coloniser et le répandre et de manière impérialiste le régenter.

    Marx fait une critique radicale de l’imposture démocratique dans la critique de la philosophie du droit de Hegel, dans la question juive, et dans la sainte famille. Une critique radicale ou précisément il démontre que la « démocratie » c’est l’agencement aliénatoire de l’atome narcissique de la valeur d’échange qui réduit chaque être humain à être effectivement une dépendance de la prostitution universelle. La démocratie c’est : liberté, égalité, fraternité… Liberté ; de la circulation de la marchandise humaine, égalité des marchandises humaines dans la grande comptabilité aliénatoire du mouvement du capital et c’est fraternité festive ou religieuse de toute la crétinerie dans laquelle on est enfermé !

    Propos de Francis COUSIN...


  • En fait il existe trois catégories comme au moyen âge
    1-ceux qui sont bien partout,les cosmopolites et leur jouet "les oncles Tom" pour reprendre une expression de Malcolm X
    2-ceux qui sont bien quelques part,les gilets jaunes entre autres
    3-ceux qui sont bien nulle part,les exclus de ce monde et de ce système et dont une infime partie si ce n’est dans les actes mais
    Dans la pensée et les paroles sont des révolutionnaires.
    Pour ma part,vu le monde dans lequel on survit et vu le niveau de conscience et de lucidité de cette humanité "vaut mieux être seul que mal accompagné"


  • Guiluy voit surtout un anti-mondialisme parce que l’argent rentre moins.

    En tant que Gilet Jaune dehors, j’ai vu autre chose, qui est un rejet massif de Macron. Le slogan "Macron démission" était répété en boucle par tout le monde

    Je n’ai jamais entendu "stop à la mondialisation" ni même "on veut plus d’argent".

    A part la démission de Macron, les GJ réclamaient de l’honnêteté de la part des dirigeants (par exemple pourquoi Brigitte Macron a-t-elle un secrétariat payé par nous ? Pourquoi avoir menti sur les sanctions contre Benalla ?) et du respect pour tout le monde y compris les petits provinciaux (par exemple, qu’on nous prévienne à l’avance avant les changements importants, et qu’on nous demande notre avis avant ces changements, bref qu’il y ait de vrais débats et des référendums).


Commentaires suivants