Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi l’Afrique du Sud est-elle en proie à des émeutes xénophobes ?

Depuis les années 2000, en Afrique du Sud, les émeutes xénophobes constituent un phénomène récurrent [1], inscrit dans un contexte de crise économique, de chômage, d’insécurité, de crise sociale et de flux migratoires incontrôlés.

Les actuelles émeutes débutèrent fin mars 2015 dans la région du Natal, encouragées par le roi des Zulu. Elles s’étendirent ensuite aux townships (zones urbaines réservées aux non-Blancs) de la région de Johannesburg, où les immigrés africains, Malawites, Mozambicains, Somaliens, Zimbabwéens, Soudanais ou encore Nigérians, furent pris pour cible, lynchés ou forcés à se réfugier dans les camps militaires, pendant que leurs maigres biens étaient pillés. Pour tenter de mettre un terme à ces violences, l’armée fut déployée dans les townships, comme dans les années 1980-1990, aux pires moments de la lutte contre le régime blanc.

Au début du mois d’avril, ces violences "xénophobes" prirent une telle ampleur que le Malawi décida d’évacuer ses ressortissants, pendant que le Mozambique demandait fermement aux autorités sud-africaines d’assurer la protection de ses nationaux.

Les Zulu, une des principales ethnies d’Afrique du Sud, apparaissent en pointe dans ces tragiques événements pour trois grandes raisons :

1) C’est par le port de Durban que débarquent nombre de clandestins. Et, la région du Natal a une frontière commune avec le Mozambique, pays d’origine de nombreux immigrés et relais pour ceux venus d’autres régions d’Afrique. 2) Nombreux dans les mines et les industries de la région de Johannesburg, les Zulu dénoncent la concurrence à l’embauche exercée par les immigrés. 3) Dans la perspective des prochaines élections présidentielles auxquelles le président zulu, Jacob Zuma, ne pourra pas se représenter car la Constitution interdit de briguer un 3e mandat. Certains extrémistes zulu craignent des naturalisations massives qui feraient pencher le vote vers un non Zulu.

La xénophobie n’est cependant pas l’apanage des Zulu puisque la région du Cap, où la population zulu est quasiment inexistante, est également touchée.

L’émigration vers l’Afrique du Sud s’explique car le pays a longtemps fait figure d’eldorado. De plus, après 1994, année qui vit l’accession d’une majorité noire au pouvoir, l’idéologie de la nouvelle Afrique du Sud post-raciale fut l’ouverture et le multiculturalisme. Il est également important de rappeler qu’ayant très largement participé à la lutte contre le régime blanc, le Zimbabwe et le Mozambique estimaient qu’en retour, leurs propres ressortissants avaient, en quelque sorte, droit aux fruits de la libération.

Selon les chiffres officiels, les immigrés légaux et illégaux vivant en Afrique du Sud seraient plus ou moins 5 millions pour une population de 45 millions de citoyens. Ces chiffres sont cependant à la fois invérifiables et peu fiables ; d’autant plus qu’en 2008, les étrangers vivant dans le pays étaient alors estimés à 8 millions au moins dont 3 à 4 millions de clandestins. Cependant, que ces chiffres soient réels ou fantasmés, la réalité est que la population sud-africaine ressent une forte pression étrangère et comme la machine économique est en panne, des tensions éclatent car le pays est incapable de donner à la fois du travail à ses chômeurs et aux immigrés. Nous sommes là au coeur du problème.

Bien que totalisant un quart du PIB de tout le continent, l’Afrique du Sud est en effet en crise. L’état des lieux de son économie a été dressé dans le "Rapport économique sur l’Afrique" pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine. Pour la période 2008-2012, l’Afrique du Sud a ainsi été classée parmi les 5 pays "les moins performants" du continent, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland, quatre pays en faillite...

Alors qu’en 2000, il avait été acté par 189 États signataires que les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ne pourraient être atteints sans un minimum de croissance annuelle de 7% durant plusieurs années, pour l’année 2014, la croissance du PIB sud-africain ne fut que de 1,8% (1,9% en 2013, 2,6% en 2012 et 3,5% en 2011).

Toutes les branches du secteur industriel sont en crise, à commencer par les industries de main d’œuvre (textile, vêtement, chaussures), qui n’ont pu résister aux importations chinoises. Quant aux secteurs de la mécanique dans lesquels, avant 1994, l’Afrique du Sud produisait la majeure partie des pièces dont ses industries avaient besoin, ils sont aujourd’hui frappés de plein fouet, car ils ne sont plus compétitifs en économie ouverte.

Les mines qui représentent 10% du PIB sud africain, qui emploient 8% de la population active et qui sont le premier employeur du pays avec 500 000 emplois directs, traversent elles aussi une très grave crise. Elles ont ainsi perdu prés de 300 000 emplois au cours des dix dernières années. Les pertes de production et de revenus, qui se conjuguent avec des coûts d’exploitation en hausse constants, ont pour conséquence la fermeture des puits secondaires et la mise à pied de milliers de mineurs. Or, dans les zones d’extraction, toute l’économie dépend des mines.Pour relancer la production, il est urgent d’investir des sommes colossales, mais le climat social décourage les investisseurs au point que la question se pose désormais d’un glissement d’activité vers les pays émergents dans lesquels le monde syndical est inexistant. Le chômage va donc encore augmenter. L’agriculture a elle aussi perdu plusieurs centaines de milliers d’emplois, car les interventions et les contraintes de l’Etat-ANC au sujet de la main d’oeuvre ont eu pour résultat d’inciter les fermiers blancs à mécaniser, ce qui a amplifié le mouvement de migration des zones rurales vers les villes, essentiellement vers les régions de Johannesburg et du Cap.

Le climat social est donc lourd car, au lieu de se combler, comme l’ANC le promettait en 1994, les inégalités se sont au contraire davantage creusées, nourrissant les sentiments hostiles à l’égard des étrangers. En 2014, 65% des familles noires vivaient ainsi en dessous du seuil de pauvreté. Quant au chômage, il était officiellement de 25% de la population active alors que les agences indépendantes parlaient de plus de 40% avec des pointes à 80% dans certaines régions.

Tout cela a fait dire à Julius Malema, le bouillant leader noir "qu’en Afrique du Sud, la situation est pire que sous l’apartheid. La seule chose qui a changé, c’est qu’un gouvernement blanc a été remplacé par un gouvernement de Noirs". En dépit de ses outrances, Julius Malema dit, en partie vrai, car économiquement et socialement, un abîme s’est en effet creusé entre une minorité de privilégiés noirs les Blacks Diamonds, et des millions de chômeurs, d’assistés [2] et de travailleurs sous-payés qui paralysent le pays avec de continuels mouvements de revendication. N’étant pas entendus par les dirigeants, ces derniers n’ont que la violence pour s’exprimer.

L’Afrique du Sud est ainsi quotidiennement secouée par des mouvements sociaux de plus en plus fréquents, qui prennent régulièrement un tour quasi insurrectionnel [3]. Les immigrés en sont les premières victimes.

Notes

[1] Au mois de mai 2008, le township d’Alexandra près de Johannesburg a connu de véritables scènes de chasse à l’étranger et 62 personnes y furent tuées. Parmi les victimes : 21 Sud-africains appartenant aux ethnies Shangaan et Venda et qui avaient été pris pour des étrangers, car ils ne parlaient pas l’isiZulu, la langue des Zulu. Les grandes cités noires de Pretoria et de Durban s’embrasèrent ensuite ainsi que le township de Milnerton au nord du Cap. Le 22 mai 2008, le bilan des violences était de plusieurs dizaines de morts et de 15 à 20 000 déplacés réfugiés dans les commissariats de police ou dans des zones sécurisées par l’armée. En 2010, les mêmes régions furent touchées par de nouvelles flambées xénophobes.

[2] Environ 17 millions de Sud-africains reçoivent des prestations, cependant que plus 13 millions ne survivent que grâce au versement d’une allocation (Social Grant) qui leur assure le minimum vital.

[3] Pour les années 2011-2013, le Ministre de la Police Nathi Mthetwa, a donné les chiffres suivants : 2010/2011 : protestations pacifiques 11.843 contre 974 protestations violentes. 2011/2012 : protestations pacifiques 10.832 contre 1226 protestations violentes.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Après cela on vient nous faire la leçon d’antiracisme en Europe.
    Comme si un africain ne pouvait être qu’une victime et non pas un coupable de racisme.
    Pourtant a ma connaissance jamais aucun européen n’a lynché à mort un immigré.

     

    • Votre connaissance est donc très sommaire.


    • @Rochefoucauld
      Auriez vous des exemples précis et datés pour soutenir cette affirmation ? C’est intéressant ....


    • @ voronine et nicolas malheureusement cela existe aussi chez nous !pour exemple le triste déferlement de violence raciste ,suite au meurtre d’un conducteur de bus tué par un algerien en 1973 à marseille suivit d’un article de presse virulent sorti dans Le Méridional du 26 août 1973 « Assez, assez, assez ! », appelant à des expéditions punitives contre les travailleurs algériens ,bilan : 52 magrebins furent tués ou bléssés .


    • Il faut arrêter de mettre le mot "racisme" à toutes les sauces.
      En Afrique du Sud, ils s’entretuent pour des raisons essentiellement économiques, les gens ont faim.
      Le crime est commis par ceux qui les affament. Blanche ou noire, dès qu’une certaine caste arrive au pouvoir, elle s’approprie les richesses et laisse crever le peuple, c’est une constance de l’être humain.
      Le racisme, c’est l’apartheid, l’esclavage, la suprématie aryenne, pas la défense de son territoire et de son assiette.

      @ orphée
      En 1973, c’est encore une erreur de taille des dirigeants qui ont conduit à la violence, le meurtre d’un conducteur de bus n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase déjà plein d’autres agressions.
      Moins de 6 ans après la guerre d’Algérie et alors que les plaies étaient encore bien ouvertes, les gouvernements français et algériens ont signé un accord facilitant l’immigration de travail des Algériens (et le chômage augmente). Seulement, comme à chaque fois dans ce genre de traité, il n’y a pas que d’honnêtes gens qui en profitent, mais aussi des délinquants qui cherchent à fuir la justice de leur pays et en plus dans ce cas là des Algériens qui n’avaient pas fini d’en découdre avec les Français.
      Imaginez un peu le climat dans une région de France où vivait une majorité de Pieds-Noirs et de Harkis qui avaient tout perdus et dont les familles s’étaient faites massacrées en Algérie.
      Les mêmes causes auraient produit les mêmes effets si cela avait eu lieu avec l’Allemagne tout de suite après la seconde guerre mondiale. Aurait on parlé de crimes racistes ?

      Se défendre par un "y a pas que nous, les autres aussi sont racistes" ne sert qu’à l’oligarchie qui nous divise.


  • On voit par là que le patriotisme n’est pas une question de couleur de peau ou de religion, c’est tout d’abord une question économique. Viennent ensuite naturellement les questions culturelles. Tant que les gens peuvent manger, ils tolèrent (oui oui, tolèrent) les différences (tant qu’elles sont minoritaires) mais si les manques apparaissent, forcément la tension s’accentue.

    Les médias officiels nous disent-ils que les zulu sont des racistes invétérés ? Non, parce que la question n’est pas raciale, elle est économique, et donc sociale, et c’est pour ça que les "communautés" n’existent pas. Car les riches ne frayent pas avec les pauvres, qu’elle que soit la couleur ou l’orientation sexuelle. A-t-on vu les riches gays blancs des quartiers chics américains traîner avec des gays noirs et pauvres ? Je ne crois pas. Il n’y a que la lutte des classes.

     

    • @ Paganhate
      D’accord avec toi c’est d’abord une question économique, tant que les pauvres s’étripaillent entre eux et ça peut durer un certain temps avec la propagande en sous main, ils ne cernent pas ceux qui les trompent.
      Mais les salaires ne sont pas assez bas, c’est pour cela que la bourgeoisie organise le bordel, avec son armée de réserve d’encore plus pauvres, ceux qui viennent d’ailleurs, travaillent pour des salaires qui n’ont de salaire que le nom,
      Voilà comment le capitalisme se régénère, en appauvrissant leur propre pays ils recréent les conditions du début du 19ème.


    • Les Zulus ne sont peut-être des racistes invétérés, ce serait abusif de dire ça mais par contre, il y a dans leur culture une facilité à avoir recours à la violence (et c’était déjà comme ça à l’arrivée des blancs). Comme les Maghrébins peuvent se mettre facilement à gueuler très fort, les Zulus se mettent facilement à découper à coup de machette.
      Ce tempérament joue en un rôle dans l’ultra-violence qui gangrène ce pays.

      Pour une fois on sent que Lugan est plus écouté à cause du contexte de ces nouvelles violences (parce que c’est régulier depuis la chute de l’apartheid ce genre d’événement, les horreurs ne se sont pas toute arrêté avec la chute du régime). Pourtant il ne fait que répéter inlassablement les causes des maux qui rongent le pays : beaucoup de très pauvre et de sans travail, un grand nombre qui travaillent sont aussi très pauvre, tout les contentieux n’ont pas été réglé avec la chute de l’apartheid, l’agriculture est en train de s’effondrer et l’industrie aussi et le chômage augmente comme la population du pays et pour couronner le tout, l’approvisionnement en eau devient de plus en plus problématique. Les nouvelles élites dirigeantes sont corrompues et n’arrivent pas à régler les problèmes (si elles essayent de le faire).
      Mais pour ce qui est de la violence c’est un mal chronique qui d’habitude concerne surtout les blancs qui n’ont fait que d’immigrer de plus en plus massivement depuis le début des années 90 et le phénomène fait chuter le nombre de travailleurs qualifiés vu que les blancs sont généralement les plus diplômés. Et ça quand on vous le dit soit les gens s’en fiche soit on passe pour un raciste mais ça un impact sur la société sud-africaine qui voit sont d’éducation et ses capacité technologique baisser (au contraire de tout les autres BRIC où on progresse)


  • Pasque tous les peuples sont racistes. Le racisme c’est l’autodéfense d’une communauté vis à vis des autres. Certains l’écrivent même dans leurs textes religieux ...

     

    • Le rejet de celui qui est différent est un phénomène mathématique , au delà d’ un certain pourcentage , on assiste à une défense de la communauté qui se sent agressée...Et ce n’est pas une question de couleur : à la fin du XIX ème siècle , dans les mines du nord et de LORRAINE travaillaient beaucoup d’immigrés italiens , les bagarres avec les français étaient fréquentes, avec des morts parfois , pourtant , ils étaient blancs, catholiques, travailleurs, et il n’y avait pas de problèmes de chomage, de guerre qui les confronta aux autochtones, ils vivaient dans les memes conditions qu’eux .


  • "les Zulus craignent des naturalisations massives qui feraient pencher le vote vers un non Zulu"
    Tiens... ça rappelle quelque chose, ça.
    Mais comme ils ne veulent pas être naturalisés... "si la montagne ne vient pas à toi...."


  • Quitte à mettre vos sous en Afrique, l’Éthiopie est un bien meilleur placement ...