Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Que cache l’appellation "Restaurant de qualité" du Collège culinaire de France ?

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Le 8 avril dernier, alors que des restaurateurs commençaient à militer pour l’indication sur les menus de la provenance des produits – que le projet de loi consommateur du 2 mai 2013 aurait normalement dû inclure avant que Benoît Hamon ne fasse finalement marche arrière –, voila que le Collège culinaire de France – à savoir 15 grands chefs – opère un braquage médiatique pour mettre en avant son appellation « Restaurant de qualité ». Soit, un simple label de plus qui, au lieu d’exiger de tous les restaurateurs la transparence sur leurs menus, se contente de distinguer certains restaurants de qualité qu’ils auront eux-mêmes la charge d’élire.

 

Qu’est-ce que le Collège culinaire de France ?

Le Collège culinaire de France justifie la création de son appellation par le nombre croissant de restaurants utilisant les produits de l’agroalimentaire, la main mise de ce lobby sur la restauration et le manque d’action de la part des gouvernements de gauche comme de droite [1].

Pourtant, comme nous allons nous efforcer de le démontrer, la tentative de la part de nos grands chefs de se montrer comme les opposants du lobby de l’agroalimentaire n’est qu’une simple entourloupe qui permet non seulement à cette industrie de gérer son opposition mais en plus de créer une appellation qui, contrairement aux labels – souvent critiquables –, ne sera plus sous la tutelle de l’État, mais sous celle de 15 chefs que personne n’a mandatés et qui sont pour la majorité (pour ne pas dire tous… pour le moment) financés et employés à développer les gammes des produits professionnels de cette même industrie qu’ils prétendent combattre.

Avant un petit tour de table de quelques acteurs majeurs de ce Collège culinaire de « France », voici une récente déclaration d’Alain Ducasse :

« En revanche en ce qui concerne l’approche collective du Collège culinaire de France nous avons défini un principe de gouvernance simple : l’indépendance financière et politique… C’est pourquoi notre mouvement est un mouvement de militants et que son développement sera assuré uniquement grâce aux cotisations et à l’engagement des adhérents. Nous respectons toutes les approches, mais à la différence des Maîtres Restaurateurs qui sont soutenus par des groupes tels Lactalis, Heineken ou Pomona, le Collège Culinaire de France a décidé de préserver durablement son indépendance vis-à-vis de l’industrie agroalimentaire en s’assurant un financement indépendant. Le chemin est sans doute plus difficile mais il permettra au Collège de rester libre de ses actions et de ses prises de position [2]. »

- Alain Ducasse : lors du dîner célébrant les 25 ans du restaurant Louis XV à Monaco, en compagnie de 240 autres grands chefs en novembre 2012, celui-ci a déclaré : « La mondialisation, non ! Oui à la glocalisation ! » [3]

Comment et pourquoi un grand chef aussi influent dans le milieu de la gastronomie rejette-il la mondialisation – terme français qui privilégie l’aspect culturel, politique et social – pour ensuite intégrer dans son discours culinaire la « glocalisation » – concept popularisé par les anglo-saxons – qui est simplement la forme économique du mondialisme et la stratégie commerciale des grands groupes de l’agroalimentaire ces dernières décennies [4] ?

Il est important de savoir que l’adresse administrative du Collège culinaire de France est identique à celle des autres entreprises de son groupe. Et d’ailleurs, parmi les partenaires économiques de ce dernier – qui ne comprend pas seulement des restaurants mais aussi une maison d’édition, des écoles culinaires, un institut, un guide hôtelier, des événements culinaires et maintenant une appellation – on trouve des entreprises telles que Danone, Brake France, Lactalis, Unilever, Sogeres, le groupe Seb… Son groupe est aussi le parrain de l’émission Top Chef par le biais de Châteaux et Hôtels Collection. Il est donc assez facile de comprendre que ce dernier ne fait qu’ajuster son discours sur celui de ses bienfaiteurs [5].

De plus, l’appellation Restaurant de qualité s’accorde tout à fait avec la notion de glocalisation. La glocalisation ayant pour but de se débarrasser des échelons intermédiaires entre le global et le local, c’est-à-dire la nation, cette appellation s’insère parfaitement dans le discours du glocal puisqu’elle prétend prendre la place de l’État dans le rôle d’intermédiaire entre le restaurateur et le consommateur (citoyen).

Ceci peut également nous aider à comprendre pourquoi Alain Ducasse a récemment reçu un « Life Time Achievement Award » par le guide The World 50’s Best Restaurants, qui est appelé dans les années à venir à supplanter définitivement le Michelin. Le guide rouge n’étant probablement pas assez glocal puisqu’il s’en remet encore aux nations pour assoir sa notoriété alors que son homologue préfère des classements par continents où les pays deviennent des régions.

Lors de la cérémonie, il a d’ailleurs déclaré :

« La cuisine n’a plus vraiment de nationalité – il n’y a pas de frontières. Le savoir-faire français est exceptionnel et s’est répandue dans le monde, ou les gens viennent ici l’acquérir, mais la gastronomie en général s’enrichit chaque jour – de l’Europe à l’Asie, l’Afrique, partout [6]. »

 

 

Pour mieux saisir qui est Alain Ducasse, il est important de savoir que celui-ci est membre du Siècle. Depuis 2009, il est notamment proche du think tank de Bill Clinton, le « Clinton Global initiative », avec qui il a crée « Femmes en avenir », projet ayant pour but d’accompagner vers l’emploi 15 femmes « issues de la diversité ». Il est aussi un ami de Xavier Darcos, qui est le parrain d’un de ses enfants et dont l’ancien chef de cabinet, David Teillet – directeur général de l’UNI de 1998 à 2002 (mandat marqué par une implication dans un affaire d’emploi fictif) – est devenu le directeur délégué de son groupe. Il appartient d’ailleurs – comme Xavier Darcos et Joël Robuchon – au club des Cent [7].

- Laurent Plantier, avec qui Ducasse a fondé son groupe, également membre de ce Collège culinaire, est lui franc-maçon. Ami d’Alain Bauer avec qui il a écrit un livre, il est proche de l’UMP et a d’ailleurs participé à une réunion thématique en février 2012 dans le cadre de la campagne présidentielle [8].

Sans oublier de mentionner Xavier Alberti, qui après 10 années chez Promodès, un passage chez Carrefour à la direction des achats et des supermarchés, est passé chez Kronenbourg, a fondé le réseau C10 et a créé le think tank Cercle R, avant d’être nommé directeur général de Châteaux et Hôtel Collection [9].

- Paul Bocuse, qu’on croirait ne plus avoir à présenter. Pourtant, il faut savoir que parmi les administrateurs fondateurs de son Institut, on trouve : Christophe Bonduelle, président-directeur général de Bonduelle, Robert Guillet, vice-président d’Unilever, Louis Le Duff, président fondateur du groupe Le Duff (Bridor), Bénédicte Laferrière, directrice marketing de Danone, Christophe Litvine, directeur du Food service Retail Europe de l’Ouest Diversey, Philippe Sans, président-directeur général de Merieux NutriSciences, Thierry de la Tour d’Artaise, président-directeur général de Seb.

Sans oublier son Bocuse d’Or sponsorisé par Nestlé, ses plats cuisinés pour William Saurin et Marie, etc. [10].

- Thierry Marx, qui déclarait, il y a peu, au micro de François Régis Gaudry, l’interpellant sur les liens entre Alain Ducasse et le groupe Brake, sur France Inter : « Je n’ai pas ce genre d’activités [11]. »

Il n’est pourtant pas mauvais dans cette catégorie non plus : En partenariat avec Danone pour les produits Badoit, ambassadeur de So French, So Good en Israël, la nouvelle campagne de promotion des produits agroalimentaires français à l’exportation, président du jury du concours Président Professionnel (Lactalis), son « employeur » de Top Chef n’est autre que le groupe Metro Cash and Carry. Il a aussi créé en 2013 le Centre français d’innovation culinaire (CFIC) dont on apprend que :

« Du côté des professionnels, le CFIC est en contact avec des grands groupes agroalimentaire, car la recherche est également destinée à l’industrie [12]. »

Il a également été un intervenant du MEDEF, parrain 2013 de l’association 100 000 entrepreneurs. Il est aussi l’initiateur d’un programme, Cuisine mode d’emploi(s), parrainé par Adecco, consistant à donner une formation accélérée (cuisine, boulangerie) à des personnes sans qualifications afin de les mettre sur le marché du travail en l’espace de 3 mois…

Depuis peu, il multiplie les allers-retours en Israël, entre les dîners-galas casher réunissant toute le gratin sioniste, sa semaine gastronomique en Terre promise et ses interviews, notamment au journal Haaretz :

« Les jeunes chefs ici sont ouverts aux idées internationales mais respectent en même temps la tradition de la cuisine juive. Dans le futur, le monde entier profitera du développement d’Israël. Elle ne servira pas seulement de pays de refuge pour les Juifs de France, elle sera le lieu pour grandir et s’épanouir. »

Ou encore : « Israël vit une évolution gastronomique, à l’image de la société israélienne, vers plus de dynamisme et de modernité » (dépêche AFP reprise par la presse) [13].

- Quand à Michel Guérard, un simple coup d’œil sur la biographie apparaissant sur le site du Collège culinaire nous en apprend suffisamment :

« Collaboration avec l’industrie agroalimentaire : dès 1976, Michel Guérard devient consultant international de la première firme mondiale alimentaire, Nestlé, pour les produits Findus, Maggi, Chambourcy, Gervais, Sopad, La Laitière, Buitoni, etc. Il met au point la gamme alimentaire Findus-Guérard, et la gamme Findus Cuisine Légère, un peu plus tard. C’est la première fois, après Auguste Escoffier, qu’un chef français accepte d’apporter son savoir-faire à un groupe agro-alimentaire, dans le but d’améliorer la qualité et la diversité des produits proposés au plus grand nombre… En 1978, Michel Guérard travaille avec le groupe industriel Descamps-Demeesters et ouvre à Paris les deux premiers Comptoirs Gourmands Michel Guérard (Epicerie-Fine, Traiteur) ; un 3ème ouvert à Lyon, Place Bellecour, puis un 4ème chez Bloomingdale’s, à New York… [14] »

- Pour finir, Joël Robuchon : franc-maçon de la Grande Loge nationale de Franec (GLNF), président du salon Sirest à la Porte de Versailles-Paris et à Villepinte depuis 1998, conseiller de la marque « Reflets de France » du groupe Carrefour depuis 1996, élaboration et mise au point de technologies pour le groupe Ariake depuis 2007 et pour le groupe Fleury Michon depuis 1987 [15].

 

Le discours culinaire des grands chefs, c’est le discours de l’industrie

Comme nous pouvons le constater, il existe des liens particuliers entre les grands chefs, l’industrie agroalimentaire et le monde de la politique. Lors d’une récente interview, Alain Ducasse a fait une déclaration allant elle aussi à l’encontre de sa soi-disant opposition au lobby de l’agroalimentaire :

« Nous (les grands chefs) ne sommes pas en guerre avec l’industrie agroalimentaire. Elle est une réalité économique conséquente et génère de nombreux emplois. Que des chefs étoilés travaillent avec l’industrie agroalimentaire je ne vois pas ce qu’il y a de choquant. Quand un chef participe à ce niveau cela contribue toujours à rehausser la qualité des productions concernées [16]… »

Il est donc facile de comprendre pourquoi nos grands chefs militent pour une énième appellation qui doit mettre en avant leur exceptionnalisme – avec une appellation les distinguant une fois de plus – sans pour autant toucher aux affaires de leurs bienfaiteurs, qu’aucun label ou projet de loi ne doit venir déranger.

Contrairement à ce que nous disent certains journalistes ou restaurateurs s’opposant à cette appellation, il n’y a évidemment pas de contradiction dans le fait que ces derniers soient en partenariat avec l’industrie, puisque le discours culinaire des grands chefs, c’est le discours de l’industrie [17].

La figure du grand chef telle que nous la connaissons aujourd’hui nous vient du début des années 70, avec la nouvelle cuisine, c’est-à-dire au moment où le cuisinier, devenu propriétaire de son restaurant, sortait de sa cuisine pour gérer son image de marque et sa promotion médiatique. Soit, exactement quand l’industrie agroalimentaire allait faire le plus de progrès [18].

 

Haute Cuisine/ Haute couture, même processus au service de la domination bourgeoise

De la même manière que l’industrie du textile a détruit l’artisanat – en conservant une minorité d’artisans et de grands couturiers qu’elle finance pour les besoins de son industrie du luxe (haute couture), l’industrie agroalimentaire fait de même avec l’artisanat des métiers de bouche – en conservant elle aussi une minorité qu’elle utilise pour sa propre industrie (haute gastronomie).

À terme, ne survivront que les artisanats des métiers de bouche qui – comme l’artisanat du textile avant eux et tous les artisanats en général – se mettront au service exclusif de l’industrie du luxe. C’est-à-dire, au service du glocal : des spécificités locales au service du marché global.

Ce qui fait que chacun des nouveaux concepts lancés par nos grands chefs (bistro, auberge, brasserie, street food, chocolaterie, etc.) sont autant de pratiques qui ont disparu – ou sont en train de disparaître – du quotidien de la grande majorité, pour être progressivement remplacé ou imité par des chaînes de restaurants ou des fast-foods en tout genre, mais qui deviennent aussi, en même temps, un business lucratif au service des happy few des grandes capitales cosmopolites.

 

Le grand chef comme marque glocale

Comme nous le rappelle Pierre Bergé dans une de ses conférences pour l’Institut français de la mode, la première définition du luxe c’est la rareté. Par conséquent, le luxe ne peut pas être associé à des objets qui sont tout sauf rares [19].

Ainsi, faire rentrer l’artisanat des métiers de bouche dans le domaine exclusif du luxe – qui ne s’étend plus désormais à des produits vraiment spécifiques comme la truffe, le caviar ou le champagne mais à des produits ou des styles culinaires qui autrefois étaient de consommation courante – correspond implicitement à laisser penser que ces même produits seront désormais de plus en plus rares et que leur commercialisation sera réservée à une élite, laissant la voie libre à l’industrie agroalimentaire pour se développer dans le reste de la société.

Par conséquent, la plupart de nos grands chefs ne sont pas dans l’artisanat mais dans l’industrie du luxe. L’artisan est généralement un petit entrepreneur ayant rarement plus de 10 employés alors que le groupe Alain Ducasse, par exemple, emploie environ 600 personnes et en gère prés de 1 500 [20].

Comme nous l’avions présenté dans un précédent article [21], leur combat pour la sauvegarde des « petits », qu’ils soient producteurs, artisans ou autres, n’est pas – contrairement à ce que beaucoup d’entre eux prétendent – une lutte contre les méfaits de la mondialisation, de la macdonaldisation ou autres, mais seulement un accompagnement de ces dernières pour que celles-ci, dans leur élan globalisateur, ne détruisent pas certains particularismes gastronomiques au service de leurs bienfaiteurs…

Quelle est la différence entre le groupe Alain Ducasse et McDonald’s, mis a part en termes de chiffre d’affaire et de taille (certainement dû au fait que McDonald’s sert les 99 % et Alain Ducasse le 1 %) ? Aucune, les deux sont dans une logique capitaliste d’extension du marché. Ils sont tous deux une forme de localisme globalisé : pratique d’abord locale (la cuisine de la Riviera pour Ducasse et le hamburger californien pour McDonald’s), devenue globale et possédant une capacité à s’adapter aux contextes locaux (Bistros, Auberges, Spoon, Mix…).

Le même constat persiste sur le plan de la praxis : en passant sa vie entre les aéroports, les capitales mondiales, les hôtels de luxe, le grand chef est-il plus proche de l’artisan qu’il prétend être et défendre ou des P-DG de McDonald’s, Danone ou Chanel qu’il fréquente dans des sommets gastronomiques et économiques ou avec qui il ouvre des restaurants en partenariat ?

 

Conclusion

Sans remettre en cause la qualité de leur cuisine, ni même leur talent de cuisinier, il est illusoire de croire que l’on puisse s’appuyer sur la catégorie du grand chef dans une quelconque lutte pour la sauvegarde de l’artisanat des métiers de bouche autrement que pour une certaine élite.

Rappelons que les grands chefs ne sont pas automoteurs, en ce qui concerne leur carrière et leur prestige, mais que ce sont bien les guides, les critiques gastronomiques et les médias – qui ne sont pas dans les mains d’un lobby d’artisans – qui décident qui est un grand chef, qui ne l’est pas, mais surtout qui ne l’est plus. La figure du grand chef est donc elle aussi une catégorie de la domination bourgeoise, qui accède au prestige grâce au luxe. Il n’y a donc par conséquent rien à espérer de personnes qui se définissent – ou acceptent d’être définis – comme tels.

Comprendre le mondialisme avec Kontre Kulture :

Notes

[1] http://www.afp.com/fr/professionnels/services/news/quinze-grands-chefs-lancent-une-appellation-couronnant-le-fait-maison

[2] href="http://nosbonnestables.canalblog.com/archives/2013/04/25/26994457.html

[3] http://ribaut.blog.lemonde.fr/2012/11/20/alain-ducasse-la-mondialisation-non-oui-a-la-glocalisation/

[4] ftp://ftp.repec.org/opt/ReDIF/RePEc/blg/journl/538dumitrescu%26vinerean.pdf

[5] L’adresse du Collège culinaire de France : http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration/2013-04/Le-College-culinaire-de-France-lance-un-appel-a-tous-les-restaurateurs-militants-de-la-qualite.htm?xtor=RSS-1

http://www.alain-ducasse.com/fr/partenaires

Top chef : http://top-chef.chateauxhotels.com/media/pdf/TopChef_CP.pdf

Brake France : http://www.brake.fr/pub/fr/commun/pdf/Dossier_de_presse_Brake_France.pdf

Opération « Tous au restaurant » : http://www.tousaurestaurant.com/en/the-event/partners/officials_5.html

http://www.tousaurestaurant.com/en/the-event/partners/suppliers_5.html

Sogeres : http://www.lefigaro.fr/societes/2012/10/25/20005-20121025ARTFIG00730-quand-alain-ducasse-mitonne-les-repas-des-cantines-sogeres.php

[6] Life Time Achievement Awards : récompense pour l’œuvre de toute une vie : http://www.theworlds50best.com/awards/continental-restaurant-award/

Déclaration d’Alain Ducasse lors de la cérémonie : http://www.bighospitality.co.uk/You...

[7] Club le siècle : Faits et Documents n°345 du 1er au 15 novembre 2012 : http://fr.novopress.info/124395/faits-documents-n345-novembre-2012-%EF%BB%BFportrait-le-siecle-2/

Clinton Global Initiative : http://www.alain-ducasse.com/sites/default/files/cp_femmes_en_avenir_2605.pdf

[8] Franc-maçonnerie : Fait et Document numéro 292 du 1er au 15 mars 2010 page 5 : http://faitsetdocuments.com/wp-content/uploads/2011/05/FD-292.pdf

Livre d’Alain Bauer et Laurent Plantier : http://www.amazon.fr/Les-mots-gastronomie-Alain-Bauer/dp/2130585043

[9] http://www.lsa-conso.fr/xavier-alberti-devient-directeur-general-de-chateaux-hotels-collection-alain-ducasse-entreprise,137168

[10] Conseil d’administration de l’institut Paul Bocuse : href="http://www.institutpaulbocuse.com/fr/ipb/conseil_dadministration

Bocuse d’or : http://www.academie-bocusedor.com/fr/partenaires/,10.html

William Saurin : http://www.ina.fr/video/PUB3784176104

Marie : http://www.pointsdevente.fr/visualisation-darticles/detail/plats-cuisines-marie-renforce-paul-bocuse.html

[11] href="http://www.cuisinerenligne.fr/actualites/francois-regis-gaudry-interpele-thierry-marx-sur-le-consulting-dalain-ducasse-pour-brake-france/

[12] DANONE : http://www.danoneaunaturel.fr/espace-presse/nos_marques/badoit/deux_nouvelles_recettes_etoilees_badoit.html

So French So Good : href=" http://www.ambafrance-il.org/So-French-so-good.html

Président professionnel : href=" http://www.president-professionnel.fr/concours-creations-et-saveurs/edition-2012

Top Chef : href=" http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/salon-concours-syndicat-association/2013-03/Metro-Cash-Carry-France-a-nouveau-partenaire-de-Top-chef.htm

Centre Français d’innovation culinaire : href=" http://m.lhotellerie-restauration.fr/journal/salon-concours-syndicat-association/2013-01/Thierry-Marx-et-Raphael-Haumont-creent-le-Centre-francais-d-innovation-culinaire.htm .

[13] 2ème Université d’été du MEDEF en 2012 : href=" http://www.uemedef.com/1/thierry_marx_448190.html .

100 000 entrepreneurs : href="http://blog.100000entrepreneurs.com/2013/01/thierry-marx-parrain-2013-de-100-000-entrepreneurs.html.

Cuisine mode d’emploi(s) : href=" http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Adecco-Group-SA-La-restauration-un-secteur-createur-d-emplois—15315840/ .

Gala à l’université de Jérusalem : href=" http://www.israelvalley.com/news/2013/03/17/39446/jean-dormesson-et-thierry-marx-se-mobilisent-pour-la-recherche-sur-le-cerveau .

Déclaration AFP : href=" http://www.israelvalley.com/news/2013/02/10/39090/succes-clap-de-fin-pour-la-semaine-de-la-gastronomie-en-israel .

Journal Haaretz : href=" http://www.haaretz.com/culture/arts-leisure/the-french-master-chef-with-a-weakness-for-gefilte-fish.premium-1.501441

[14] http://www.college-culinaire-de-france.fr/wp-content/uploads/2011/09/Biographie-MG.pdf "target="_blank">href=" http://www.college-culinaire-de-france.fr/wp-content/uploads/2011/09/Biographie-MG.pdf

[15] href=" http://www.college-culinaire-de-france.fr/wp-content/uploads/2011/07/CV-JOEL-ROBUCHON.pdf

[16] href=" http://nosbonnestables.canalblog.com/archives/2013/04/25/26994457.html

[17] href=" http://www.cuisinerenligne.fr/actualites/francois-regis-gaudry-interpele-thierry-marx-sur-le-consulting-dalain-ducasse-pour-brake-france/

[18] Haute Couture/ Haute Cuisine, un partenariat au service du marché :

[19] href=" http://www.ifm-paris.com/fr/ifm/mode-luxe-design/conferences-publiques/podcasts/item/672-mode-et-societe.html

[20] href=" http://www.lexpress.fr/tendances/ducasse-robuchon-le-combat-des-chefs_1208137.html

[21] L’industrie agroalimentaire, partenaire officiel de la gastronomie mondialisée :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y en a qui croient encore aux bobards de ces chefs !

    Robuchon est un as, il possède deux tabliers le bougre. Ajoutez à cela le fait qu’il ait un compas dans l’oeil et qu’il sait mettre son personnel d’équerre et vous avez là l’un des chefs occupant sans soucis le sommet de la pyramide.

    Sinon, il paraîtrait que Thierry Marx fait très bien le saumon... en papillote...

    Vous détaillez parfaitement, dans cet article, le concept qui consiste à être un enculé.


  • Connaissant ce petit monde pour des raisons familiales, je ne peux que confirmer ce qui est dit. On est même bien au dessous de la vérité. La restauration française est en voie de disparition. Ambitions personnelles, soif d’argent, pression des industriels et des médias, influence maçonnique (loin du naïf compagnonnage d’autrefois) omniprésente, formation inepte et tardive de l’éducation "nationale", disparition des produits et interdictions des produits voire des recettes par l’Europe, la liste des raisons est interminable. En place des rares derniers vrais restaurants (ils ne sont pas étoilés), on ne trouvera bientôt que des cantines plus ou moins luxueuses où on réchauffera du sous vide bien décoré, bien coloré. Et même si on paye avant de consommer, on osera appeler ça des restaurants ! Une seule solution, se procurer un guide Escoffier et cuisiner chez soi, au noir !


  • Meilleur article depuis longtemps sur E&R. Bravo. Je comprends beaucoup mieux maintenant d’où provient tout ce tintamarre autour de la cuisine cette dernière décennie.


  • Il manque un point important qui n’est évoqué que partiellement en conclusion.

    Je m’explique : un chef passionné par ce qu’il fait est très facilement entrainé dans un engrenage qui le dépasse. Les guides, les chaines, et les différents médias le poussent à investir des sommes faramineuses dans son établissement. De plus une brigade qualifiée c’est une ruine quotidienne, sans parler des produits de 1ère qualité livré quotidiennement dont beaucoup est jeté pour garantir une fraicheur erxceptionnelle.
    On se souvient du suicide de Bernard Loiseau qui devait rembourser 1 brique par jour !!

    Voila, c’etait une simple remarque pour éviter sur ce sujet aussi les amalgames.
    Par exemple mettre dans le même sac Guerard et Ducasse est une erreur.
    Ducasse est bien ce que vous decrivez, il n’a d’ailleurs pas cuisiné depuis très longtemps a mon avis.
    Par contre, Guerard que ma famille connait personnellement est un vrai passionné de la cuisine qu’il pratique tous les jours, et qui a mon avis, comme je l’indiquais, c’est fait "bouffé" par le système qui l’a endetté et le rend dépendant.

    Voila, c’était juste pour apporté cette nuance, sinon très bon article


  • Ces articles économico-culinaires sont passionnants à lire et dévoilent bien des dessous de table en les replaçant dans le système mondialiste. Une synthèse de pratiques qui s’articulent autour de ce qu’on pourrait qualifier des "niches de marché" dans le jargon du marketing.
    - Le faux bio.
    - Le Hard-discount industriel (J.P. Coffe).
    - Les fast-food qui ont l’appellation de "restaurant" (sans que ça choque ces messieurs).
    - Les émissions d’M6 (pour la maison, la cuisine, le ménage, les enfants...) Un vrai guide pratique.
    - Le luxe ou la privatisation (dans le sens de s’acquaparer, priver les autres de) des spécifiés locales au profit de l’élite mondialiste ("global").


  • Petite précision : le fait que la cuisine française s’exporte nous fait une belle jambe puisque le phénomène s’apparente à de la délocalisation. De même qu’on produit du Bourgogne en Californie ou en Australie ou du pain à New-York (hors de prix évidemment), à part entretenir une forme de chauvinisme dépassé par les évènements, les bénéfices (c’est le cas de dire) pour la France ou les Français sont NULS.


  • Re-précison : le fait que cela fournisse du travail à quelques Français ne change rien puisque, tels des joueurs de foot, ils vont se vendre aux plus offrants. Les magazines d’aéroport, de gares et d’hôtels regorge de ce genre de reportages. Un signe qui ne trompe pas.

     

  • Excellent article !
    Quelle fumisterie cette societe ! En fait il est aise de comprendre comment la majorite se fait berner par manque de connaissances entre autre


  • Cet article est terrifiant : son analyse frappe juste, et ses conséquences sont redoutables pour l’identité même de l’art gastronomique. Pire encore, à la lecture de ce texte, il semble que cette mise à mort est structurelle, qu’elle ne saurait être évitée, même par protectionnisme. Serait-il possible sauver cette portion de l’âme française qu’est la cuisine nationale ?


  • Monsieur Ducasse fait une confusion grossière pour un professionnel concernant le titre Maître Restaurateur : Ce titre d’Etat qui met en avant le savoir faire artisanal du restaurateur (métier de la cuisine et de la salle) est indépendant de l’association des Maîtres Restaurateurs. Cette association qui s’est effectivement acoquinée avec l’agroalimentaire ne défend que les Maîtres Restaurateurs adhérents et n’est pas représentative de l’ensemble des Maîtres Restaurateurs. Je suis Maître Restaurateur à Rennes, je défends ardemment ce titre mais je ne souhaite absolument pas intégrer cette association qui ne me correspond pas. Je vous remercie pour la qualité de votre article.

     

    • Merci pour votre précision... Effectivement, quasiment toutes les associations culinaires sont soutenues par l’agroalimentaire, à commencer par celles auxquelles il appartient !

      Malheureusement, je pense qu’il a fait cette confusion de manière délibérée... Il ne peut pas ne pas savoir.


    • On peut regretter qu’une association se soit créée pour valoriser un titre d’état comme Maître restaurateur, mais elle s’est crée sous l’impulsion de l’état lui même qui en a validé la constitution et les statuts de manière très officielle, devant plus de 400 personnes, dans les salons de Bercy. Sa création réalisée, avec la mission de promouvoir le titre, elle aurait pu parfaitement se dispenser de faire appel à des sponsors ou a des cotisations si les organismes officiels représentatifs de la profession lui en avait donné les moyens. Hélas cela n’a pas été le cas. Quoiqu’il en soit, chaque fois que l’Association communique sur le titre, tous les Restaurateurs Titrés en profitent, qu’ils adhèrent ou pas à cette association. Pour ce qui est des sponsors de cette association dans le secteur agroalimentaire, ils sont ultra minoritaires en nombre et en masse financière et ne sont agrées que dans un schéma très restrictif. Comme beaucoup d’internautes le soulignent très justement, cet article est ’’Terrifiant’’ il met en lumière, de manière froide et lucide le dessous des cartes et l’on comprend mieux pourquoi le titre de Maître Restaurateur, après quatre ans d’efforts incessants arrive difficilement à franchir la barrière des médias pour pouvoir être connu des consommateurs.


  • Cela me fait penser aux émissions de Gordon Ramsay,bel exemple de chef pris dans l’engrenage mondialiste de la haute cuisine,tv,médias,industrie,lobbying.....il suffit de voir ses émissions pour comprendre dans quelle direction se dirige la vision internationale de la gastronomie : la standardisation vers le bas et la simplification des mets lorsqu’ils sont jugés trop complexes,trop subtils,trop spécifiques,requérants un niveau technique,d’élaboration,et de temps de préparation évalués comme non rentables,cad incompatible avec l’objectif de standardisation aux normes de l’industrie du luxe : les plats ne doivent pas posseder un niveau de complexité trop élevés,pour qu’ils puissent être reproductibles par un chef lambda non spécialisé que ça soit à Londres ou à New York..Il s’agit là d’une lapidation en règle par la vision anglo-saxonne marchande de la gastronomie de la conception artistique française quasi-ésotérique de la cuisine.


  • ca rejoint toutes les actions des lobbies, les emissions de télé sur les concours de cuisinier, les diners à la maison, les faux bogs de cuisine amateurs, les produits du terroir, les 5 légumes par jour, les emballages à la con (ces biscuits sont fait avec de la bonne farine parce que l’agriculteur cultive un blé pourri MAIS plante des fleurs autour du champ - véridique) Tout cela a pour but la promotion, la vente et la consommation.
    Gouvernement, medias, entreprises : toctoc c’est le capitalisme à l’amerloque. Autrefois on appelait ça la mafia, aujourd’hui on appelle ca les lobbies et le partenariat.


  • Il est toujours triste de voir les journalistes et autres influenceurs du web, aussi talentueux soient ils, prendre le petit bout de la lorgnette pour expliquer ce qu’ils pensent avoir compris... Mon dieu que les raccourcies sont facile... : le jambon fait boire, boire désaltère, donc le jambon désaltère !
    Je suis propriétaire d’un petit restaurant, fait du frais à + de 90%, ne suis pas maître restaurateur car ma carte ne propose que 2 desserts (donc pas éligible) mais je me lève tous les matins pour éplucher mes légumes de saisons, préparer avec passion des plats que j’ai plaisir à proposer, mon établissement plait à mes clients et je suis ravie de voir (enfin) ces grands chefs ce tourner vers nous.
    Bien sur, je sais que dans notre beau pays, toutes initiatives un peu ambitieuses amène forcement la critique (notre bon esprit Français !). Je n’ai que faire des liens entre nos chefs et l’industrie agro, de leur appartenance à tel ou tel cercles d’influence (grand bien leur fasse), tant que leur action servent des restaurateurs parfois oubliés par nos pouvoirs publiques (je paye la même TVA que Mc Donald !!!!).
    J’ai postulé pour être un militant des "Restaurants de Qualité" et je suis très heureux de porter demain le drapeau du fait maison (enfin, j’espère !).
    Moi j’applaudis des 2 mains... et retourne à mes fourneaux !


  • Les restaurateurs font de plus en plus de cuisine d’assemblage (poches de viandes, poissons ou autre en différentes sauces+ poche d’accompagnement (pomme de terres sautées, légumes etc.) puis ajoutent au dernier moment un élément frais (persil, thym...) qui fait que votre souris d’agneau est la même que vous soyez à Strasbourg, Lyon ou Marseille. Les industriels qui fabriquent cette cuisine d’assemblage et les restaurateurs qui s’y plient, détruisent inexorablement la qualité et l’artisanat.

     

  • je tombe des nues... pour qui vous prenez vous, les critiques "autorisés" que vous paraissez être, pour vilipender des chefs qui travaillent dur pour permettre à tous de profiter de leur talent ? Faut il pour autant jeter en pâture ceux qui ont œuvré pour créer Tous au Restaurant par exemple, opération qui permet au commun des mortels d’aborder une cuisine qu’autrement ils ne pourraient approcher ? A moins que vous ne préfériez vous goinfrer dans des fast-foods, seules gargotes que vous semblez bien connaître pour tenter (et je dis bien tenter) de démonter des gens qui ont travaillé dur. A moins que ça ne soit tout bonnement par jalousie ou par désœuvrement. Oui, c’est ça, par dépit et désœuvrement... Et je te sors des copains par ci, des appartenances à telle loge ou a tel groupe politique ! On dirait de petits cerveaux pleins de courants d’air qui s’entrechoquent en bêlant de satisfaction en déversant leur fiel... A moins enfin que vos obédiences politiques d’extrême gauche ne vous aient trépanés... En attendant, je me demande si la moitié de ces critiques "autorisés" savent seulement monter une mayonnaise... qu’ils doivent acheter en pot, toute blanche, parce qu’inapte à toute conception culinaire...


Afficher les commentaires suivants