Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Vers une "industrialisation" de l’agriculture biologique ?

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Présentée comme l’alternative aux méthodes inquiétantes de l’agriculture intensive et industrielle, l’agriculture biologique a généralement bonne presse, et ces labels justifient l’achat de produits plutôt onéreux par des consommateurs plus ou moins avertis. Depuis que ces produits se généralisent au sein des étalages des grandes surfaces, on peut redouter un certain nombre de dérives. Acheter bio aujourd’hui : vrai geste militant ou réponse pavlovienne à un stimulus marketing ?

Naissance et principes de l’agriculture biologique

L’idée d’agriculture « biologique » a émergé au début du XXème siècle en opposition à l’utilisation massive d’ammoniaque synthétique dans la production agricole (le célèbre procédé Haber-Bosch, des noms du scientifique et de l’industriel à son origine) [1]. Le mouvement de l’agriculture biologique apparait d’abord comme un mouvement philosophique, notamment en Autriche sous l’influence de Rudolf Steiner, le père de l’anthroposophie, qui posa les fondements de la biodynamique. Steiner préconisait une agriculture autonome limitant au maximum les apports extérieurs à son fonctionnement [2].

En Angleterre, ce sont des membres de l’aristocratie qui font naître le mouvement par l’intermédiaire de sir Albert Howard, agronome et botaniste à l’origine de la Soil Association (en France, l’association Nature et Progrès en est une variante) et de lady Eve Balfour, pionnière du mouvement écologique et fille du deuxième comte de Balfour, politicien conservateur [3].

Le terme « agriculture biologique » n’a quant à lui été formulé qu’en 1942 par l’américain Jerome Irving Rodale (1898-1971), né Cohen, éditeur de nombreux livres et magazines de santé comme Men’s Health. Sa maison d’édition publiera en 2006 la bible des adeptes du réchauffement climatique, Une vérité qui dérange d’Al Gore [4].

 

 

La commission du Codex Alimentarius définit l’agriculture biologique comme « un système de gestion holistique de la production qui favorise la santé de l’agrosystème, y compris la biodiversité, les cycles biologiques et les activités biologiques des sols. Elle privilégie les pratiques de gestion plutôt que les méthodes de production d’origine extérieure, en tenant compte du fait que les systèmes locaux doivent s’adapter aux conditions régionales. Dans cette optique, des méthodes culturales, biologiques et mécaniques sont, dans la mesure du possible, utilisées de préférence aux produits de synthèse, pour remplir toutes les fonctions spécifiques du système [5]. » On retrouve les origines idéologiques du bio, qui se traduit par des caractéristiques agricoles concrètes, identifiées et mesurables.

Chiffres et faits

Que représente le bio aujourd’hui dans le marché agro-alimentaire ? Aux USA, malgré une augmentation exponentielle, les ventes de boissons et nourritures bio représentaient en 2010 environ 4 % des ventes totales. Ces ventes sont néanmoins passées de 1 milliard de dollars en 1990 à 26,7 milliards de dollars en 2010. Il faut noter que 54 % de ces ventes proviennent de la grande distribution, 39 % des détaillants et seulement 7 % des marchés fermiers, communautés agricoles, et autres voies désintermédiées. Quand aux surfaces cultivées dans le cadre de cette agriculture, elles représentent la moitié de 1 % des terres cultivées dans le pays [6].

En France, en 2012, le bio représentait 2,4 % du marché alimentaire total (contre 1,3 % en 2007), et 30% du bio est importé. Ici aussi, la grande distribution l’emporte haut la main, laissant une très faible marge à la vente directe et aux artisans [7].

 

 

 

Depuis quelques années, les acteurs de la production biologique sont un à un rachetés par les géants de l’agroalimentaire tels que Nestlé, Kraft, Cargill, Coca Cola, etc., afin d’accompagner les besoins des leaders de la grande distribution comme Wall Mart, Tesco et Carrefour, ces dernières intégrant le bio au cœur de leurs développements. Cette tendance se présente comme une réponse aux critiques reçues et aux craintes des consommateurs entretenues par les scandales alimentaires de ces dernières décennies [8].

Sans surprise, mais en contradiction totale avec « l’esprit écologique » qui accompagne l’idéologie du bio, l’agriculture biologique se transforme progressivement en une industrie qui reproduit exactement les mêmes maux que les méthodes conventionnelles qu’elle prétend remettre en cause. En effet, contrairement aux idées reçus, bien qu’au États-Unis 70 % des fermes bio soient de petites tailles et n’engendrent que moins de 100 000 dollars de revenus, ces dernières ne représentent que 7 % des ventes totales. De plus, comme la taille d’une ferme n’entre pas en compte dans l’obtention d’un label, ce sont donc les fermes industrielles spécialisées dans les produits organiques qui tiennent ce marché [9].

À titre d’exemple, la moitié des produits bio cultivés aux États-Unis proviennent d’un seul État : la Californie. Dans la production de lait, il n’est pas inhabituel que des certifications bio soient décernées à des fermes ayant jusqu’à 10 000 vaches. Du fait de l’explosion du marché et de la toute-puissance des distributeurs, les industriels du bio se voient « obligés » d’intégrer la mondialisation dans leur méthodes de production.

 

 

Gary Hirshberg, militant écologiste et co-fondateur de Stonyfield Farm, qui produit des yaourts bio et dont 85 % des parts appartiennent au géant Danone, l’admet :

« Une fois que vous êtes bio, vous devez vous fournir au niveau mondial. »

Ce dernier a donc abandonné sa ferme bio dans le New Hampshire et importe, pour la fabrication de ses yaourts, des fraises de Chine, des pommes de Turquie, des myrtilles du Canada et des bananes de l’Équateur, et considère même introduire dans le procédé de fabrication du lait en poudre de Nouvelle-Zélande… en justifiant cela avec culot par une baisse du bilan carbone de la chaîne complète de production que Danone prend en considération pour ses produits laitiers. Selon une des études menées par Hirshberg, importer des produits d’un autre continent permettrait d’avoir un meilleur bilan carbone que si ces derniers venaient des États-Unis et étaient transportés en camion [10]. Et pour palier au manque de législation autour du bio dans certains de ces pays, notamment en Chine, pas de problème : Hirshberg affirme que sa compagnie effectue ses propres contrôles [11]…

Franck Riboud, PDG de Danone, ne s’y trompe pas puisque ce dernier tient en admiration Hirshberg en allant jusqu’à déclarer :

« Gary respecte le fait que je doive me justifier auprès des actionnaires. »

Comme l’admet Miguel Altieri, professeur d’agro-écologie à l’université de Californie, une majorité de fermes bio ne sont pas viables et reproduisent les mêmes modèles que l’agriculture industrielle conventionnelle. Tout d’abord, du point de vue environnemental, elles créent souvent de vastes monocultures qui dépendent de l’utilisation de pesticides. Et quand bien même on peut accorder à la production bio d’avoir un impact sur l’environnement moins négatif, la massification de la production et la guerre des prix ont une conséquence socio-économique tristement commune : l’exploitation de main-d’œuvre étrangère n’ayant aucun droit. Une réalité qu’illustre parfaitement l’exemple californien [12].

 

 

Au Royaume-Uni, le fabriquant de cosmétiques The Body Shop (groupe L’Oréal) s’est vu contraint en 2010 d’arrêter son partenariat avec son fournisseur colombien. Le journal britannique The Observer avait révélé que son partenaire poussait à l’éviction de familles paysannes afin de développer de nouvelles plantations [13].

Il est également évident que la logique prédatrice de la grande distribution, dénoncée en France par Christian Jacquiau notamment, avec ses marges arrières et autres dérives capitalistes, s’applique également aux produits issus de l’agriculture biologique [14]. Certains fermiers déplorent d’ailleurs que les supermarchés vendent les produits labellisés à un prix très bas afin de capter des parts de marché, obligeant ainsi les producteurs à vendre quasiment au prix de revient.

 

 

Le bio et la législation

En terme de législation, le bio compte un nombre croissant de labels : 23 en France sans même compter ceux de la grande distribution (Leclerc Bio, Carrefour Bio, etc.) La Commission européenne a aussi créé son label, autorisant jusqu’à 0,9 % de présence d’OGM depuis 2007 sur la décision des ministres de l’Agriculture des 27, dont la représentante française était Christine Lagarde.

Le règlement autorise la possibilité d’utiliser des additifs alimentaires ainsi que des arômes. Il précise également que 95 % des ingrédients d’origine agricole (hors eau, sel et additifs) d’un produit labellisé doivent eux-mêmes porter ce label. Les contrôles sont gérés par 8 organismes privés, agréés par l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO).

Pourtant, rien dans le label bio européen n’empêche, par exemple, à des poulets de batterie embecqués et qui disposent de seulement un mètre carré pour dix volailles d’obtenir ce label. La grande distribution s’efforce continuellement de faire assouplir les normes. Aux États-Unis, le lobbying des grosses firmes sur le département de l’Agriculture fonctionne puisque ces dernières ont réussis, en 2006, à faire introduire une liste de produits synthétiques autorisés pour l’usage du bio [15].

Pour corroborer le tout, Monsanto, le leader mondial des biotechnologies, vient d’annoncer cette année un partenariat avec Novozymes, une entreprise danoise, dans le but de développer une gamme de pesticides bio. Ce marché est en pleine expansion et Monsanto lorgne sur le marché européen, qui se montre encore réticent. Il ne reste plus qu’à savoir si l’Europe donnera son feu vert aux « microbes d’origine naturelle produits à grande échelle ». Si tel est le cas, il ne fait aucun doute que cela va encore servir les intérêts des industriels du bio en les rendant encore plus compétitifs [16].

Par réaction de conservation, chaque échec des principaux labels à résister aux offres des lobbies entraîne la création de nouveaux petits labels, plus stricts, plus désintermédiés. Les contrôles et les certifications y sont plus fiables mais le vrai bio non-industriel en devient de moins en moins abordable.

À coté de cette niche élitiste de plus en plus inatteignable financièrement, l’agriculture biologique devient donc peu à peu un mensonge marketing des plus communs. Plutôt que de naïvement se procurer du bio en grande surface, ou de payer cher et passivement un label restrictif, le consommateur a tout intérêt à s’impliquer activement dans la compréhension de la provenance d’un produit donné, et de se tourner vers les circuits de distribution courts, locaux et indépendants.

Pour des produits bio issus de circuits courts, locaux et indépendants,
rendez-vous chez notre partenaire Aubonsens !

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une seule solution, s’approvisionner dans les AMAP, ce qui aura pour effet de renforcer leur réseau et donc de sauver l’agriculture traditionnelle française.
    http://www.egaliteetreconciliation....


  • Depuis le temps que je leur dit "Au Bon Sens " d’arrêter d’afficher ce p... de logo "AB" qui les décrédibilise ! Il semble me souvenir d’une contribution allant dans le sens de cet article sur le Forum E&R

     

    • Bonjour à tous,

      Je suis tout à fait d’accord avec ce commentaire ! Ce n’est que fournir de l’argent (le label est payant) à la Bête.
      Ce n’est pas aux agriculteurs soucieux de produire bien et bon de payer un label pour se démarquer, c’est aux autres dits "conventionnels" (cherchez l’erreur de cette appellation) d’avouer ce qu’ils font.

      Pour ma part, cela fait depuis plus d’un an déjà que notre famille n’achète que les produits sans additifs alimentaires, en faisant les courses avec le livre de Corinne Gouget (et nous mangeons à notre faim avec envie et plaisir) et que nous sommes en voie de produire nos propres légumes, dont le surplus sera échangé avec les voisins et amis. Nous ne faisons plus confiance à aucun label, si tant est que nous pouvons encore avoir une information suffisante sur les étiquettes pour choisir ce qui est le mieux pour la santé.
      Même nos cosmétiques (shampooings, savons, dentifrice, crème hydratante,..) et nos produits ménagers sont faits en famille.
      Reprenons le pouvoir !

      Bonne journée à tous.


    • @ Sophia : tout juste. Depuis que je connais le principe des produits BIO, j’ai souvent interpellé mon entourage en disant exactement comme vous que les produits dits BIO ne devraient avoir aucune annotation spéciale, car ils sont les produits comestibles normaux, sans cochonneries et autres ajouts. Ce sont les autres qui devraient étiqueter en mentionnant "Pesticides, colorants, adjuvants, etc." Non mais on se fout vraiment de notre gueule.
      Sinon comme vous, j’ai abandonné les supermarchés alors oui il faut changer ses habitudes, oui c’est moins pratique, mais il en va de notre santé, y a quoi de plus important dans cette vie ici bas ?


  • Vers l’industrialisation du bio ou vers le greenwashing de l’industrie agricole ?

    L’article est juste, et assez poussé, avec des éléments que je ne connaissais pas, mais il n’y a pas besoin d’être une flèche pour comprendre que des produits avec des ingrédients importés ont un énorme coût en énergie grise. Ils parlent de meilleur « bilan carbone »... d’une part il faut le prouver, d’autre part l’« empreinte écologique » de ces méthodes polyimportatrices on va dire ne se traduit pas forcément en carbone. En plus, derrière ces histoires de « bilan carbone », ils occultent et nient les catastrophes écologiques ambulantes que sont les tankers, clef de voûte de la mondialisation.
    ça fait déjà un moment qu’il y a une invasion de faux bio dans le bio. Tout est question de label car ils s’en servent comme argument signalétique marketing.
    L’article aurait pu parler de la future tolérance aux OGM dans le bio que prévoit que je ne sais plus quelle loi européenne.

    Ils veulent sûrement prendre de la place dans le bio afin de détruire le vrai bio, justement. Repousser le vrai bio jusqu’à ce que ce soit un produit de luxe, pas un produit de consommation de masse.

    Le piège en amont est la grande distribution, consubstantielle aux villes. Plus loin encore, ce dont il faut se débarrasser (ou se réapproprier complètement par la déprivatisation) est l’industrie car c’est l’ennemi numéro 1 de l’humain.

    « Se tourner vers les circuits courts, locaux et indépendants » est effectivement un grand pas en avant, à condition que les agriculteurs indépendants suivent car certains ne résistent pas à la tentation des pesticides et autres saloperies.
    Changer ne doit pas empêcher non plus de punir juridiquement les empoisonneurs professionnels pour leurs méfaits présents et passés.


  • Très bon travail.

    Depuis quelques années, je m’inquiète de cela.

    A noter, l’ensilage n’étant interdit par la législation, le lait "bio" (et les produits laitiers) une vaste fumisterie, à part quelques exploitants scrupuleux, ça et là, qui s’interdisent eux-mêmes l’emploi de ce poison de rendement. (Gaborit, entre autres).

    RM.


  • Le "Bio" n’est qu’une arnaque (tous les médecins vous le diront) qui visait d’abord les Bobos, le très vil Edouard Leclerc l’avait bien compris : les MARGES du "Bio" sont très supérieures , et c’est pourquoi la grande distribution s’est rué dessus . "Bio", "produits allégés", et les inénarrables yaourts "Taille fine" : mèmes escroqueries pour gogos riches ou pauvres .

     

    • Aucun médecin,ne déclare l’agriculture bio "arnaque" ; voici un bon vieil argument d’autorité qui ne fait que jouer avec des mots. Soit ils n’en disent rien, soit ils en consomment. Pourquoi ? cet article ne fait qu’effleurer le sujet, mettant néanmoins en valeur, chiffres à l’appui, l’industrialisation de la bio, mais oublie de citer ce que les médecins savent ou devraient savoir : MANGER NON BIO = INGERER 6 KGS D’INTRANTS CHIMIQUES PAR AN, PAR PERSONNE (idem pour enfant) ! qui devront être gérés par le foie épuisé,et affectant entre autres, l’endothelium (une des causes de la montée fulgurante des maladies cardio-vasculaires). Ce fait de première importance doit être répété ad nauseum, car le but de l’agriculture est de permettre l’alimentation fournissant une nécessaire énergie naturelle selon le modèle voulu par la Nature : des protéines avec leurs bonnes graisses saturées, des oeufs fécondés, du lait et dérivés issus de vaches et autres animaux broutant de l’herbe seulement, des légumes frais, et des noix et fruits de saison. Qui n’engendrent AUCUNE MALADIE.
      La dérive de l’agriculture bio est due à la société marchande qui n’accepte aucune exception à la marchandisation de la vie. Et à la lâcheté de certains "exploitants, et "clients", malgré la lutte de vrais paysans, et d’homme libres.
      Il est à noter que le cahier des charges de la bio des usa ou israelienne sont plus laxistes que le premier cahier français ; par leurs actions revendicatrices politiques d’empire, ils surent contraîndre les européens à modifier à la baisse les exigences de ces cahiers : et là encore, comme toujours, leur puissance financière leur permet de rentrer où bon leur semble ensuite. Les contrôleurs devinrent de petits gauchistes inutiles mais staliniens envers le petit paysan, pour interdire ceci ou cela, aux fins de promouvoir ce que veulent les "normalisateurs dano-américians".
      La "volonté fabriquée" des consommateurs de manger en toute saison des fruits de contre saison, de ne plus manger de bonnes graisses saturées animales si peu chères à produire, si utiles à la santé depuis plus de 10000 ans, de préferer les pathologies glucidiques et autres douceurs, entraînent la catastrophique situation des sols et de la santé humaine.
      AMAP et autres formes de productions autonomes doivent s’imposer comme d’utilité publique (avis aux politiciens).
      De la terre a l’assiette pour la santé.
      Bon appétit
      MD


    • anonyme => Amen !


    • @anonyme

      "De la terre a l’assiette pour la santé."

      Pas uniquement la santé, mais une harmonie entre l’Homme et la Nature.

      Ne parler que de santé me fait penser à ces frileux bobosparisianistes hypocondriaques baignant dans leur "airwick" au CO2 ambiant, obsédés futilement par leur apparat de bien être et de "bonne" santé où la Nature n’en est qu’accessoirisée...

      @Moïse

      En quoi les médecins auraient une quelconque crédibilité ou autorité en la matière ?

      Vous êtes bien naïf, ou toubib alors.

      Quiconque connaît (réellement) le monde de la médecine, ne peut que se mettre à l’évidence de l’escroquerie qui en émane...

      RM.


    • Je suis d’accord avec "anonyme", le problème c’est le fondamentalisme marchand qui reprend toutes les bonnes idées et volontés pour en faire du fric.Les grandes multinationales ont les moyens de tout racheter et tout détourner.Il y a toujours des gens qui ne comprennent rien à l’agriculture biologique, franchement c’est pathétique, fermez la et bouffez votre ration immonde, personne ne vous en empêche au contraire :)


  • La bio est déjà industrialisée, il n’y a qu’a voir les milliers de produits bio qui garnissent les rayons des supermarchés, autant de nourriture frelatée mais avec du bio dedans. Il faut se fournir chez les petits producteurs locaux bio ou non bio qui pratiquent une agriculture raisonnée. Je pense que dans les prochaines années les grands groupes alimentaires auront le monopole du bio et pourront ainsi changer les règles pour faire plus de bénéfices. Je me suis tapé un cas de conscience pendant longtemps à savoir si je dois acheter de la nourriture bio pour ma famille bien que n’ayant pas les moyens (smicard), j’ai trouvé mon équilibre en achetant du vrai pain chez mon artisan boulanger, en achetant des bons fruits et légumes de saisons chez un petit producteur prés de chez moi, en cultivant un potager, ainsi je ne me fais plus avoir par les marchands (grande surfaces) de nourriture frelatée non bio et surtout bio.


  • Je commence à croire que pour le bio comme pour les EnR, le système organise son évolution en cadenassant les fuites possibles des oligopoles vers les petits producteurs.

    Finalement le seul paradigme du business du 21ème siècle se résume à la force de lobbying et donc à la taille qui détermine les capacités de "fluidification des relations sociales"...

    De la même manière que Chouard veut (à raison) réécrire la constitution, il faut réécrire les grands axes qui déterminent notre vie : la taxation qui finance le bien collectif.
    Revoir les notions de Cartel, etc.

    Sinon la fuite de pouvoir du politique (théoriquement issu des citoyens) vers l’économique ne changera pas, quel que soit l’organisation du pouvoir.


  • Nous avons une fois de plus un gros problème de sémantique : qu’appelle-t-on "bio" ? C’est devenu tellement flou que les grandes surfaces et d’autres se sont engouffrés dedans.

    Entre le logo AB (qui ne signifie pas grand chose au fond) et celui de Nature &Progrès (les plus exigeants) il y a un monde.

    Oui bien sur, je suis bien d’accord avec ce principe d’acheter auprès d’une AMAP ou dans un magasin indépendant style Biocoop. Mais sachant que les revenus réels ont au mieux stagner ces dernières décennies, pas facile de résister d’acheter "bio" à l’hypermarché....


  • "Manger du soja BIO, c’est se tuer à petit feu".
    https://www.youtube.com/watch?v=bMi...

    Soja = tofu, et je confirme avoir échappé de justesse à une calvitie fulgurante à l’age de 25 ans, en aillant mangé régulièrement cette merde en BIO. Je ne sais pas pourquoi c’est aussi dangereux, mais je suis également passé de "allergique à rien" à "yeux rouges collés toutes les nuits si je ne vaporise pas mon lit d’oxygène actif tous les 3 jours", avec des boutons pour un rien, et tout cela à vie. Ajoutons que sur 3 dermatologues, aucun n’a été un minimum compétent pour évoquer une des nombreuses causes probables à mes problèmes, eux aussi sont à fuir, Internet est un outil d’une bien meilleure aide. Tout cela, plus l’aspartame, sont à mettre en relation avec l’escroc avéré Dr. Dukan et son régime extrêmement dangereux, je pense qu’ils sont tous de mèche. Cette dernière réflexion n’est pas tant hors sujet car ce qu’ils font, est une attaque directe à ceux qui n’acceptent pas de bouffer du poison, en les tentant avec du "BIO". Bientôt on entendra des imbéciles dire "au moins quand c’est chimique, ce n’est pas dangereux", comme on entend déjà "au moins quand c’est industriel, on ne bouffe pas de la terre". Ou comment satan veut faire croire qu’il est au dessus de Dieu, qui d’après la pseudo encyclopédie wikipédia est un "concept". Tous ces déchets font partie de la même poubelle.


  • Rudolf Steiner l’un des pionniers de l’agriculture bio dans les années 20.

    Il y a souvent paradoxalement dans l’histoire, des remontés, des événements conceptuels qui ressurgissent d’un passé plus ou moins lointain, pour alimenter la réflexion contemporaine, je pense à Héraclite, implicitement réactivée par A.Soral avec sa notion de « logos ».
    Nietzsche qui voyait dans la pensée d’Héraclite la personnification du philosophe non dégénéré, non socratisé par un « sophisme questionnant ».
    Sophisme toujours dirigé vers le porteur du mythe créateur, action ayant pour effet de toujours rabattre la pensée vers le contingent vulgaire.
    Rudolf Steiner à été le secrétaire de Nietzsche peu avant sa mort et a mis en ordre l’essentiel de l’œuvre , « avec honnêteté sans en trahir l’esprit », dixit Michel Onfray.

    Il serait intéressant peut-être de voir pour le présent également au-delà de l’agriculture, l’œuvre complète de Rudolf Steiner, domaine de l’éducation, médecine, art ; philosophie et politique avec sa notion de « tripartition sociale » ou "triarticulation de l’organisme social". ?
    Celle-ci mènerait à une organisation de la société nécessitant au préalable que les hommes se connaissent véritablement, pour créer des formes qui correspondent à leur être entier.
    Selon ce modèle, il s’agirait d’instaurer :
    La liberté de conscience et de l’Ame (spiritualité libre des idéologies de masse par l’initiation personnelle). (chaque individu doit développer ses facultés personnelles…) et dans le domaine culturo-spirituel (liberté de l’éducation non asservie à l’état, liberté de la recherche scientifique et spirituelle, liberté de la création artistique…)
    Egalité dans le domaine politico-juridique (les mêmes droits et devoirs pour tous)
    La fraternité dans le corps (nous sommes tous habitants et frères des êtres vivants sur Terre) et dans le domaine économique (entraide coopération au lieu de compétition).

     


    • la réflexion contemporaine [...] implicitement réactivée par A.Soral avec sa notion de « logos »



      Mais bien-sûr ! entre Héraclite et Soral : aucun philosophe ! Le logos est une notion fondamentale, peut-être même la reine des notions de philosophie, alors je me permets de douter que tous les philosophes l’aie oubliée. Le logos au sens où l’entend Soral est le sens courant, c’est-à-dire la logique (pure et dialectique).
      La destruction de la raison par Nietzsche et par sa raison instrumentale vaut autant que son fameux, je cite, « Dieu est mort » (« tué par la religion », qui est la seconde partie de la phrase, partie que l’on entend jamais et qui donne pourtant un sens singulier à la phrase), signé Nietzsche, auquel on pourrait répondre « Nietzsche est mort », signé Dieu. Tout système philosophique cohérent, véridique et complet est nécessairement téléologique. La raison instrumentale me parait être une aporie fondamentale, une sorte de raison de la non-raison ou même une raison de la folie puisque ce qui n’a pas de sens n’en a pas un ; ce qui n’a pas de sens ne peut pas être rationnel et je doute qu’un état intermédiaire entre raison et folie puisse exister, les deux s’excluent mutuellement, quoiqu’on puisse imaginer un état composite d’un système.
      Quoiqu’il en soit, le marqueur de tout vrai philosophe est donc l’épistémologie rationnelle et tout ce qui va avec.


  • Agriculture bio, commerce équitable, gestion durable, des nouveaux concepts pour faire avaler leur mensonges, car qu’est-ce qu’une agriculture non naturel, un commerce non équitable ou une gestion qui n’est pas durable ??? Sinon du vol et de la destruction ...
    Faites pousser vos légumes, vos plantes médicinales, élevez votre volaille, si vous vivez en ville (fuyez !!!) appuyez vous sur les AMAP ou petits producteurs régionaux, visitez les, parlez avec eux et prenez la responsabilité de votre nourriture et de votre santé... Car de la responsabilité vient la Liberté.
    Merci E&R pour tout votre travail.


  • Il faudrait que les gens se rendent compte que ce ne sont pas les produits naturels qui sont chers, mais ce sont leurs salaires qui sont bas.

    Ne pas indexer les salaires a la hausse des prix condamne le consomateurs a acheter des produits bon marché. Ces produits bon marché n’étant disponibles que parce qu’ils ont ete créé en exploitant une main d’oeuvre sous-payée ou grace aux produits de remplacement mauvais pour la santé.

    Donc, en acceptant des salaires non ajustés au cout reel de la vie, on entretient ou créé de la pauvreté pour autrui, et on collabore a la détérioration de la santé de tous.

    Une économie nationale pour une hygiene de vie nationale.


  • Encore une fois : diviser pour mieux : tromper !!! Le monde agricole se perd dans des idéologies sans fin... Je suis en train de train de transhumer mon troupeau vers les monts du cantal il est tard je me. Couche avec mes chiens et mes brebis à. La belle étoile, la montagne se rapproche, une citation de Dominique Venner Me viens ’ la tradition est un choix, un murmure des temps anciens et futur elle me dit qui je suis, elle me dit que je suis quelque part ’ comprenne qui pourra .....


  • Haa le BIO, le nouvel eldorado de l’Agro Business, une croissance à 2 chiffres, des marges juteuses pour ces industriels qui voient là le moyen de faire payer le même produit 30% plus cher. Bien sûr pour le chaland il faut garder l’image du fermier avec ses quelques vaches en liberté qui trait lui même marguerite et ces copines, de l’éleveur fermier (à quand le label bio pour les clones ?) tout ça fait avec des méthodes respectueuses des hommes, des lois et de l’environnement (amen !)...


  • #855033

    Ce sont les femmes les premières adeptes du "Bio", et puis le journal "Elle" n’en dit que du bien, alors... On connait leur grande intelligence et leur résistance à tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à de la publicité .


  • Je me demande même si la création du "Bio" n’avait pas pour vocation a créer un nouveau marché pour l’industrie, comme pour le "Hallal" tout est récupéré puis dénaturé.

    Dans un cas on expulse des familles où on exploite de la mains d’œuvres pas chère pour vendre bio, dans l’autre on fait de l’élevage intensif dans des conditions ignobles pour les animaux, et on fait une prière pour dieu au moment de le tuer, c’est pour moi un blasphème.

    Bref l’éthique dans tous ça ? Comme dit un de mes cousins éleveur d’agneaux la seul bonne façon de travailler la terre c’est de faire comme nos ancêtres.

    J’en profite pour faire un peu de pub pour "Au bon sens" et ses plats cuisinés, c’est excellent et les prix sont plus que correcte environ 5 euros pour un plat et une entré. (le prix d’un sandwich). Je précise que je suis un gros mangeur et donc pour ma première commande j’ai eu peur pour les quantités, mais à la réception mes doutes furent levé instantanément.

    Alors si tu n’as pas le temps de cuisiner tout les jours, que tu n’as pas l’argent pour manger tout le temps au restaurant genre 15 - 20 euros le repas (fastfood compris)

     

  • bon article qui fait bien le relais de ce qu’on à pu voir il ya un petit mois sur les sites d’info orienté permaculture.
    Pour tout ceux qui des doutes sur le "bio" allez donc voir ce qui se fait en perma ,ex sepp holzer.
    le type fait des mangue a 1800m en autriche sans engrais, allez donc voir.
    "le meilleur rendement c’est celui qui ne coûte rien"


  • Tu parles, c’est simplement un moyen de faire encore plus cracher les gens : du marketing, c’est clair. incroyable comme ce systeme tient le peuple dans ses mains (tant qu’il accepte de se soumettre). C’est pareil pour l’ecologie par exemple ; on nous fait croire que c’est au peuple d’absorber les effets de l’industrialisation a outrance, avec des taxes ajoutees sur certains services (taxe d’habitation, transports, tourisme...), avec des prises de tete pour trier les dechets et des poubelles colorees comme des lego pour les gosses ; avec une essence soit-disant sans-plomb plus chere... tout est pretexte a culpabiliser (eux disent "responsabiliser") le peuple ; pareil avec l’agriculture ; leur systeme d’agriculture intensive impose par le biais du plan Marshall a detruit une agriculture raisonnable, en rapport avec la realite de la terre et des hommes ; avant, tout ce qui sortait d’un jardin sans pesticides etait un produit sain ; pas besoin de logo, de tampon, de controles tyranniques de la production (comme si les paysans ne savaient pas faire leur boulot, et devaient passer un examen chaque annee devant des bureaucrates ; quelle humiliation) ; pas besoin de payer pour l’accreditation, ni d’eviter les semances interdites (vu que la loi tyrannique de l’UE impose les F1 qui ne se renouvellent pas et ne peuvent pas se replanter d’une annee sur l’autre... le producteur doit repasser a la caisse chaque annee pour se fournir en semences) ; cote consomateur (je hais ce mot d’ailleurs) pas besoin de gaspiller son argent pour une simple question de marketing ; culpabilisation la encore (merdasse ou bio ?), et pour certains, moyen de peter plus haut que son cul ("j’prends tellement bien soin de moi/ma famille" / "j’ai les moyens de manger mieux que les prolos") - INFANTILISATION, CULPABILISATION, HUMILIATION.

    PS : les produits de body shop sont a eviter a tout prix ; ils contiennent des substances mauvaises pour la sante comme le sodium laureth sulfate qui a des effets desastreux sur la peau, et s’accumule dans les cheveux, les privant de leur hydratation naturelle. Passez aux produits naturels ; lavez votre visage avec du miel ou de l’huile (+ huiles essentielles) et passez ensuite un melange de rhassoul + eau florale de votre choix pour oter l’huile ; adieu teint brouille, et problemes de peau ! Apres une periode de transition et quelques essais pour trouver les produits qui marchent pour vous, vous ne reconnaitrez plus ni vos cheveux, ni votre peau ; et les 2 vous remercieront !

     

  • Complètement d’accord j’espère que les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) vont se développer. Mais c’est dur tellement on est habitué à aller au supermarché !!!

    Pour le bio il existe des AMAP bio, des coopbio.

    Je suis à fond pour le bio quand c’est possible mais il y a tellement de cochonneries dans la viande, les fruits et légumes.
    Ex : les pommes sont traitées entre 30 et 40 fois (du juste avant la fleuraison jusqu’à 3 semaines avant la cueillette ...
    Il en va de notre SANTE. Bonjour les cancers et d’autres maladies dans les années qui viennent. ça augmente déjà d’une manière vertigineuse !

    Autrefois la nourriture occupait, en moyenne, 50% du budget.
    Maintenant, toujours en moyenne c’est 25% du budget.

    Alors même si le bio c’est un peu plus cher ... et encore ... car avec les circuits courts minimum de transport.

    Regardez-moi ça : les Bourguignon sont vraiment les meilleurs dans leur domaine scientifique de microbiologistes :

    https://www.youtube.com/watch?v=A0g...

    Leur site avec leur bouquin super intéressant pour tout public, l’explication du rôle de la terre et de sa mort avec l’agriculture de l’agro-industrie (n’hésitez pas à taper leur nom sur un moteur de recherche il y a beaucoup de vidéos d’eux et c’est toujours passionnants) :

    http://www.lams-21.com/artc/LAMS/1/fr/

    Amicalement !

    PS : mal filmé, son faible, dommage, mais ils répondent à une question d’Etienne Chouard. A visionner !
    https://www.youtube.com/watch?v=tII...

     

    • Désolé mais les Bourguignon sont loin d’être les meilleurs dans leur domaine, d’ailleurs j’ai trouvé leur livre assez faible.

      Le vrai bio est moins cher au final car les calculs ne tiennent compte que des coûts directs (prix du produit), pas de tout ce que ça peut entraîner (maladies, pollutions, etc.) Cela n’est qu’un épiphénomène de la grande arnaque de l’industrialisation.


    • oui, j’aime beaucoup les Bourguignons, qui font un sacré travail pédagogique au sens le plus noble !...merci pour les liens.


  • Quand on sait que Monsanto s’intéresse au BIO, ça fait peur !

    http://www.lasantedanslassiette.com...


  • Bonjour à tous.

    Je trouve dommage d’avoir choisi d’illustrer l’article par une photo prise dans un magasin du réseau indépendant et militant Biocoop (reconnaissable aux étiquettes "la Bio je peux !").
    Biocoop est de loin le réseau de magasins le plus militant sur le front de l’accessibilité de la Bio (cf des aiguillettes de dinde élevées en plein air dans de très bonnes conditions nettement moins chères au kilo que chez monoprix, hors promotion, le 13/06/2014 dans une grosse Biocoop du centre de Paris) pour tous, mais également sur le front de l’anti recupération marketing et économique de la bio.
    Biocoop, dont le propriétaire de chaque magasin est indépendant, privilégie les petits producteurs et pour avoir travaillé moi même dans une Biocoop, je ne peux que témoigner de ce qui j’y ai vu (des petits producteurs regroupés, livrant eux même leurs produits et venant d’un rayon de 200km, les innombrables factures générées par la multiplicité des petits producteurs alors que travailler avec la seule plateforme du groupe eut été plus simple, une attention redoublée au respect du cahier des charges qui est beaucoup plus exigeant que celui du label AB...)
    J’ajouterais de surcroît que la bio est initialement un mouvement de RETOUR à la terre et à l’agriculture paysanne et que si des opportunistes en ont fait une manne financière branchées et qui se fout de la gueule du monde niveau prix, et bien c’est triste. Cependant, il est toujours possible de consommer malin... La bio, ce n’est rien de plus ni de moins que ce que mangeaient nos mamies (cf de la nourriture non modifiées, sans adjuvants ni pesticides de synthèse nocifs).
    En revanche, il est désormais connu que la bio est mise à mal par les grands groupes agroalimentaires qui ont racheté un certain nombre de ses acteurs, initialement des petits producteurs éthiques et locaux qui ont grossi (cf Danival par exemple).
    A lire, le passionnant article de Kokopelli, le semencier militant : "la Bio piratée".
    Attention, pour moi, manger bio c’est pas un label mais une démarche... C’est manger simple et sain. Arrêter de manger des plats préparés, de la viande et du fromage tout le temps, et faire des plats simples et sains....
    Toute une démarche qui ne s’accommode pas des raccourcis que certains veulent nous prêter. Quant à votre voisine bobo qui a un 4x4 diesel et qui se déculpabilise en achetant "un top bon poulet BIO’’, ben elle n’a rien compris. Idem pour le gros fumeur qui se met au bio sans arrêter de s’intoxiquer...

     

    • Bonjour,

      Merci pour ce message, M.A. Je me faisais la même réflexion quant au choix de la photo et à la place de Biocoop au sein de la Bio. J’y ai également travaillé et le patron du (tout petit) magasin où j’étais avait la même démarche, de privilégier autant que possible les producteurs locaux, avec les contraintes que ça entraîne, comme tu dis. Après il est vrai que, comme partout, on y trouve des produits transformés (biscuits sucrés, plats préparés...) et que dans mon idée, ça ne colle pas avec une alimentation maison et simple. Mais hélas, la demande est forte, j’ai vu beaucoup de gens faire leurs courses en Biocoop exactement pareil qu’au supermarché, c’est à dire uniquement des produits déjà largement transformés, aucun aliment "simple" (fruits ou légumes frais, riz, lentilles, noix etc...) qui serve à préparer un plat élaboré.

      D’accord aussi sur la suite de tes réflexions, surtout sur le fait que consommer "bio", c’est avant tout changer de façon de s’alimenter.

      Ensuite il est triste que la plupart des gens oublient que la Bio, c’est avant tout un mode de production, donc un moyen de préserver les sols et la nature. Le fait qu’on mange moins de saloperies (pesticides et autres) est un bonus. Le raisonnement est hélas souvent inversé, ce qui fait que ça ne choque pas certaines personnes d’acheter de l’alimentation Bio en supermarché. J’ai des amis qui connaissent mes choix d’alimentation et mon implication dans le milieu qui sont tous fiers de me dire : "ah j’achète du Carrefour Bio pour mes cookies maintenant" (à remplacer par toute autre marque distributeur Leclerc Bio, Auchan Bio... même LIDL fait de la Bio maintenant !).
      C’est certainement cette incompréhension qui fait que les chiffres d’affaires augmentent autant pour eux.

      En conclusion, y a pas de miracle : faut s’informer, pas faire confiance bêtement à un label et privilégier autant que possible les circuits courts. Mais c’est sûr que ça demande du temps et qu’il faut savoir faire des compromis, la consommation et l’alimentation idéale ne peuvent pas s’atteindre quand on est citadin. On fait au mieux !


  • Afficher les commentaires suivants