Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quel antifascisme ? – Conférence de Charles Robin à Bordeaux

10 octobre 2015

Le Cercle Politzer recevait Charles Robin à Bordeaux le 10 octobre 2015 pour une conférence sur le thème : « Quel antifascisme ? Sur les errances idéologiques de la gauche. »

 

Partie 1 :

 

Partie 2 :

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • toujours bon charles robin bravo


  • #1308087

    Travail salutaire... merci à lui... :)


  • Très bon conférencier, clair et explicite ! http://bit.ly/1kqD2jP


  • 3 ou 4 caméras c’est bien les gars, mais le son est aux limites du supportable.

    Sinon Robin encore excellent, comme d’habitude.

     

  • Excellent exposé sur le fond. En revanche je critiquerais l’emploi qui me semble abusif du terme de "fascisme" pour désigner les modes de dominations dans la société contemporaine post-moderne et a contrario le terme "antifascisme" pour désigner la dissidence et la résistance à cet "ordre" des choses.
    Le vrai fascisme est un phénomène historique essentiellement européen né dans les tranchées de la Grande Guerre et mort dans le Crépuscule des dieux des ruines de Berlin en 1945. On pourrait même le considérer comme exclusivement Italien mais c’est un autre débat.
    Depuis l’après guerre, le terme "fascisme" ne veut plus rien dire et ne sert que d’épouvantail politique et idéologique pour, comme il l’a bien expliqué lui-même, mettre hors-jeu tout contradicteur sans avoir besoin d’argumenter.
    Je pense simplement que le terme "totalitarisme" et son contraire "anti-totalitarisme" semble plus adapté en terme de définition, qui englobe des réalités beaucoup plus larges. De plus, assimiler le système de l’oligarchie libérale-libertaire à un nouveau "fascisme" qui se serait de fait inversé, semble peu crédible et participerait plutôt à entretenir une confusion des termes et des idées dont nous n’avons pas besoin, ainsi qu’à une forme d’inversion accusatoire dont les larbins du Système des spécialistes !

     

    • Entièrement d’accord avec toi sur la terminologie et sur l’inversion accusatoire.


    • Je regarde depuis quelque temps les vidéos de Charles Robin avec grand intérêt. Ses conférences sont remarquables et quel que soit le thème abordé, sa démarche, en filigrane, est toute socratique.
      Toutefois, je suis tout à fait d’accord avec vous en ce qui concerne l’usage des termes "fascisme" et "antifascisme" et je suis d’autant plus heureuse de vous lire qu’il n’est pas si inhabituel au sein d’ER (un internaute cite d’ailleurs dans ce forum Pasolini stigmatisant "le fascisme de la société de consommation"...)
      Le propos de Charles Robin est notamment de nous entretenir d’une nouvelle forme de fascisme que constituerait le système libéral-libertaire, via une entreprise de domination idéologique (il parle d’un "fascisme libéral", ce qui me choque un peu, déjà, au niveau de la conjugaison des termes ). A mon sens il faut garder présent à l’esprit que Charles Robin est un philosophe issu de l’extrême gauche (c’est presque un pléonasme) et qu’il a gardé certains réflexes propres à cette famille de pensée, si je puis m’exprimer ainsi, même si, dans l’une de ses vidéos, il parle à son sujet d’un "gauchiste repenti".


  • "il y aura dès la prochaine génération une méthode pharmaceutique pour faire aimer aux gens leur propre servitude, et créer une dictature sans larmes, pour ainsi dire, en réalisant des camps de concentration sans douleur pour des sociétés entières, de sorte que les gens se verront privés de leurs libertés, mais en ressentiront plutôt du plaisir.
    La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie ; une prison sans murs dont les prisonniers ne chercheraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude."

    Aldous Huxley, discours prononcé en 1961, California Medical School, San Francisco


  • Bonne intervention comme toujours. Agréable de voir sur E&R ce profil d’intervenant évidemment.

    Une question car il me semble ne pas avoir entendu évoquer la relation possible au trotskisme, pourtant lui-même à la racine de nombreux leviers de notre société.

    Un trotskisme présent par exemple :
    - dans le NPA et de nombreuses organisations de gauche, au titre de l’internationalisme de ses cadres, de son savoir faire en terme d’"agit-prop" (§ Dray)
    - son entrisme historique visant le cœur du syndicalisme (type FO), donc à même d’infiltrer des mouvements politiques utiles.
    - Citons l’un de ses courants les plus exemplaires - juif new-yorkais - réputé pour avoir profilé l’idéologie néoconservative de l’administration Bush.
    etc.

    Quid donc en France au sein de la mouvance Antifa ?
    Par sa vision politique globale, son internationalisme et entrisme, entre cynisme et recherche pragmatique d’idiots utiles, le trotskisme peut-il concourir à la "cause" antifasciste dans ses tournures actuelles ...voir à son pilotage ?


  • De mieux en mieux... ;-)

    Je rappelle le point de vue de Pasolini, qui dénonçait le fascisme de la société de consommation, il y a déjà plus de 40 ans.
    https://www.youtube.com/watch?v=PtZ...


  • #1309417

    Merci à Charles pour cette conférence, et son travail salutaire sur les consciences en général.

    Je voudrais lui signaler aussi, que je suis bien plus réceptif à ce " flot " ou " flux" de paroles, bien plus dynamique que celui employé pour les précédentes vidéos que j’ai visionnées (trop haché à mon goût, ça me faisait décrocher).

    Encouragements.


  • On fait le tour de ce qui peut constituer des communautés :
    Génos, Démos et même Théos (ça tombe bien le décès de Girard donne une lumière la dessus)
    Philos est il une branche de Théos ou l’inverse ?

    Est-ce qu’on peut fonder quelques choses sur Lucrum ?


  • Charles Robin, représentant de la vrai pensée d’extrême gauche au sens noble du terme. Intellectuel courageux qui a renoncé à une carrière académique pour pouvoir continuer à penser....Bravo !!


Commentaires suivants