Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réseau pédocriminel à Hollywood : la plainte d’un enfant star violé "retrouvée" 24 ans après

Corey Feldman était l’enfant star des Goonies (1985), ce grand succès hollywoodien des années 90. Depuis les années 30, Hollywood produit des enfants stars à la chaîne : le Moloch du divertissement mondial a besoin de ces figures d’ange qui plaisent à toutes les générations, car elles sont naturellement émouvantes. Ces acteurs en herbe plaisent aussi à un autre genre de public : les amateurs d’enfants de l’industrie du cinéma. Il n’y a pas que les producteurs à être alléchés par la chair fraîche, il y a aussi les agents, les acteurs, en gros tout ce qui a du pouvoir et de l’influence sur la carrière des futures vedettes.

 

Ainsi, le petit Corey (né en 1971) est-il devenu une star en même temps que son intimité était détruite, à 12 ans et à jamais. Même sévices pour son copain et co-acteur Corey Haim qui lui ne fera que descendre, dans la drogue, l’alcool et finalement la mort à 38 ans en 2010.

 

JPEG - 79.8 ko
Les deux Corey, Haim à gauche, Feldman à droite

« Il est temps de ré-ouvrir l’enquête, j’ai dénoncé les faits avant la prescription, alors maintenant, ma plainte est admissible, non ? » (Corey Feldman sur Twitter)

Pourtant, la chose se savait : en 1993, alors âgé de 22 ans, Feldman fait une déposition dans un commissariat californien, lors d’une enquête fédérale sur des victimes éventuelles de Michael Jackson. Ce dernier sera blanchi, si l’on peut dire, mais Corey en profitera pour balancer tout le réseau des pédophiles d’Hollywood. Malheureusement, cette déposition restera lettre morte.

« Suite aux récentes requêtes sur l’entretien entre le bureau du sheriff et M. Feldman en 1993, le bureau du sheriff du comté de Santa Barbara a procédé à une recherche approfondie dans les dossiers liés à l’enquête sur Michael Jackson. Dans un conteneur comprenant les dossiers originaux de cette enquête, ont été retrouvées des copies d’enregistrements audio. Parmi elles, figurent l’entretien de M. Feldman. L’enregistrement a été transféré à la police de Los Angeles. » (Première du 8 décembre 2017)

On sait depuis l’affaire du footballeur américain OJ Simpson que la police peut freiner une enquête, surtout lorsqu’elle touche à une personnalité influente et populaire. Les stars d’Hollywood sont non seulement protégées par leur réputation, leur richesse et leur influence, mais leurs liens avec la haute police, la politique et parfois, la mafia. Mafia et police fournissant d’excellents enquêteurs ou détectives privés sur la piste de témoins génants ou récalcitrants. C’est la méthode qu’a employée le producteur mythique des années 80-90, Don Simpson, le roi des blockbusters lorsqu’il était associé à Jerry Bruckheimer.

Don Simpson, qui n’était pas pédophile, juste amateur de filles, de putes et de secrétaires, n’aurait pu survivre médiatiquement une journée dans l’Amérique de 2017 qui fait la chasse aux « Weinstein » : Don était le roi des soirées déjantées à base de bimbos, d’alcool et de cames diverses. Ensuite, quand il y avait un « accident » – et il y en avait – son homme de main allait nettoyer « the mess » (le bordel). Si la victime d’ébats violents refusait la proposition financière du Don, elle se voyait pressée par des révélations sur sa propre vie, voire secouée physiquement. Ainsi l’impunité des gros pontes d’Hollywood était-elle assurée par ses liens avec la police et la presse.

Fragment du portrait d’Anthony Pellicano par L’Express :

Pourtant, Anthony, un ancien recouvreur de dettes devenu le plus célèbre « détective privé-consultant en sécurité » de Los Angeles – le protecteur de Liz Taylor et de Michael Jackson, et l’amant de Farrah Fawcett, une ancienne cliente – pouvait facturer 100 000 dollars ses services à ses « amis » du show-biz et surtout aux grandes firmes d’avocats de la place, trop heureuses de prendre, grâce à lui, l’avantage dans des procès pour divorce ou de convaincre leurs adversaires d’accepter des règlements à l’amiable. De quoi financer, à 62 ans, un train de vie de nabab de série B, le confort de ses neuf enfants nés de cinq mariages et les menus frais de sa dernière compagne, une strip-teaseuse épousée à Las Vegas quelques jours avant son incarcération, en 2002.

Un Pellicano qui avait participé aux analyses sonores des tirs après l’assassinat de JFK pour la commission Warren... Que le monde pourri est petit !

Pellicano incarne cette liaison plus très secrète entre le renseignement, la mafia, la haute police et le showbiz. On comprend pourquoi la fortune de Michael Jackson, protégé par Pellicano, a fondu lorsque les parents des enfants hébergés dans sa villa et à Neverland ont demandé des « comptes »...

 

(La superstar séropositive Charlie Sheen a violé Corey Haim âgé de 13 ans)

 

On revient sur Corey Feldman, qui a révélé le nom du premier violeur de son ami Corey Haim : Charlie Sheen. Mais il y en a eu d’autres, et après les révélations des pince-fesses de tous les Weinstein d’Hollywood, on attend désormais le name-dropping des violeurs d’enfants. Un sujet qui éclabousse la classe dirigeante de cette industrie du divertisement, dont l’arrière-cuisine est bien salingue.

Du côté français, il semble que le soufflé weinsteinien soit retombé, pourtant les comportements sont les mêmes : chez nous, c’est la pré-adolescente qui fait fantasmer les réalisateurs. Certains artistes présentent cette fixation comme un hommage à la pureté féminine, certains en profitant hors plateau. C’est ainsi qu’une petite escouade de futures actrices connues, dès l’âge de 13 ans, ont été « formées » par des réalisateurs célèbres. Elles ont ensuite fait carrière, multipliant les rôles à caractère érotique. On rappelle que Charlotte Gainsbourg a été prise en mains par Claude Miller avant ses deux films sur la pré-adolescence. Avec la bénédiction de ses parents.

 

 

Charlotte raconte la période Effrontée en 1985 :

« Une fois que je l’ai rencontré sur L’Effrontée on s’est pas perdu de vue jusqu’au tournage de La petite voleuse, c’était naturel, enfin… Donc voilà j’avais été embarquée par Annie [l’épouse et productrice de Claude Miller]… J’ai très vite été adoptée par cette femme, et j’avais l’impression, j’y allais tout le temps, j’y allais tous les week-ends enfin, et plus que Claude, c’était son milieu sa famille même, ses parents, j’avais rencontrés qui me, qui m’ouvraient la porte, c’était tellement différent de chez moi, il m’a fait toute mon éducation cinématographique, il me l’a faite. Euh, donc ben en fait j’avais les mêmes goûts que lui, pasque dans tout ça il m’a guidée, mais je sais pas comment il me dirigeait je sais plus. En plus j’avais un vrai plaisir de jeu parce que je le vois ! »

 

PNG - 700 ko
Viol ou première fois dans L’Effrontée, de Claude Miller (1985)

 

Cette confession est tirée du documentaire Claude Miller, cinéaste de l’intime, diffusé sur Canal Plus. Charlotte poursuit son témoignage à double sens :

« J’ai l’impression qu’il avait une vraie part d’enfance qui l’a jamais quitté quoi... Toute sa sensibilité d’enfant il me l’a fait passer, en tout cas, je l’ai comprise. Des petites touches de, de comment lui m’a comprise aussi. Il m’a, il m’a connue mieux que personne à un moment donné (silence). Puis sans prendre de gants... J’acceptais tout, tout ce qu’il disait ça avait l’air vrai. »

PNG - 794.4 ko
Jean-Claude Brialy et Charlotte Gainsbourg

 

Dans un documentaire de l’INA, France Roche interviewe Claude Miller :

Roche : « Pour trouver vos 3 petites filles, vous avez dû passer votre temps à faire la sortie des écoles et vous faire traiter de satyre non ? »

Miller : « Pas du tout pas du tout non non, ben Charlotte Gainsbourg je l’ai trouvée grâce à Élie Chouraqui en voyant le film Parole et musique, j’avais écrit la moitié de mon scénario quand j’ai vu ce film, et pour moi c’était être évident que ça allait être elle, il fallait que ça soit elle ou que le film n’existe pas si vous voulez, ma seule angoisse c’était que les parents ne soient pas d’accord, enfin de ce côté-là ça s’est très bien passé. »

Aujourd’hui, c’est l’actrice Julie Delpy, « exilée » aux États-Unis, qui révèle un pan de cette histoire culturelle française nauséeuse. Dans le mensuel Vanity Fair de juillet 2014, elle raconte :

« La vérité, c’est qu’en France, à l’époque où j’ai débuté, dans les années 1980, une fille de 12 ans avec un metteur en scène de 50, c’était une chose normale. Moi, je pense que c’est de la pédophilie, mais on le tolère sous couvert de : “Oh, je suis un artiste – elle est ma muse, je peux bien la baiser. Elle a 12 ans, c’est ma muse.” Moi je ne trouvais pas ça normal, alors je l’ai dit haut et fort en France et on ne m’a pas ratée : j’ai été obligée de m’exiler en quelque sorte, et je me suis installée aux États-Unis pour recommencer à zéro. »

Il y a évidemment une différence entre le réalisateur fasciné par l’adolescence et le pédocriminel déguisé en artiste ! Dans la liste des premiers on peut citer Polanski, Téchiné, Rohmer, Ozon, Van Zant, Spielberg, même si Spielberg semble plus fasciné par l’enfance que par l’adolescence. Citons François Truffaut :

« Le cinéma est un art de la femme, c’est-à-dire de l’actrice. Le travail du metteur en scène consiste à faire faire de jolies choses à de jolies femmes. »

Ce qui s’applique aussi aux enfants. Mais en France, la protection de l’enfance veille visiblement plus qu’aux État-Unis. Si les associations catholiques ne veillaient pas à la moralité de certains films, les dégâts seraient probablement supérieurs et la pédophilie moins taboue à l’écran. Sébastien Dupont, chercheur universitaire à Strasbourg, s’est intéressé à la fascination de l’adolescence dans le cinéma.

« Concernant l’adolescence, le cinéma s’impose comme un objet culturel particulièrement révélateur. L’histoire du 7e art est d’ailleurs intimement liée à l’émergence de l’adolescence comme âge de la vie dans nos sociétés occidentales : l’adolescent est à la fois une figure omniprésente du cinéma et l’un de ses plus fervents spectateurs.

Soulignons ce potentiel heuristique du cinéma pour l’étude psychologique, sociologique et culturelle de l’adolescence : que ce soit dans le rapport des adolescents au cinéma (le phénomène des films cultes, les teen movies, le cinéma comme espace de socialité et comme vecteur de codes culturels...) ou dans les représentations cinématographiques de l’adolescence. Certains films – souvent plébiscités par les adolescents – mettent en scène des problématiques sensibles de ce passage, tels la rébellion, le réveil pulsionnel, la découverte de la sexualité, le questionnement sur les origines, la quête identificatoire, la recherche de l’absolu, la mise à l’épreuve des limites du possible...

La puissance métaphorique de ces films en fait de fantastiques illustrations de ce que décrivent les spécialistes de l’adolescence. Ce prisme du cinéma apparaît comme un canal particulièrement pertinent pour considérer le domaine plus spécifique, plus introverti et plus mystérieux de l’adolescence féminine.

La figure de l’adolescente a longtemps occupé une place secondaire dans le cinéma, qui privilégiait la mise en scène de l’adolescence masculine. Elle a pourtant fasciné plusieurs réalisateurs et est l’égérie de quelques classiques du cinéma : Lolita (Stanley Kubrick, 1962), Family Life (Ken Loach, 1971), L’amant (Jean-Jacques Annaud, 1992), Rosetta (Jean-Luc et Pierre Dardenne, 1999)... Bien que plus discrète que son double masculin, la figure de l’adolescente a su progressivement s’imposer comme la protagoniste principale d’un nombre grandissant de films, dont plusieurs font désormais partie intégrante de la culture des adolescentes. »

Dans la catégorie des films d’éveil à la sexualité, on ne peut ignorer ceux qui ont effleuré la question de l’inceste, en l’occurrence père-fille. On pense à Francis Weber, Gaspard Noé, Brian de Palma, James Mangold, Oliver Stone, Alain Fleischer, David Lynch, Steven Spielberg, Claude Berri, Nelly Kaplan ou Roman Polanski. La relation mère-fils elle, a été traitée par les réalisateurs suivants : Roland Joffé, Agnès Obadia, Milos Forman, Stephen Frears, Paul Schrader, Louis Malle et Joseph Mankiewicz.

À la lumière de tout ce déballage, on se demande si la pression politique actuelle française en faveur de l’abaissement de l’âge du consentement sexuel de 15 à 13 ans ne serait pas une manière de blanchir moralement le passé de certains...

Sur les liaisons entre oligarchie et pédocriminalité,
lire chez Kontre Kulture :

Le débat autour de l’âge sur le consentement sexuel, sur E&R :

Les égouts d’Hollywood débordent, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La partie visible de l’iceberg encore occultée par l’arbre qui cache la foret. Lorsqu’on découvrira comme c’est un fait aujourd’hui en Etats-unis que nombre de ces enfants précoces ont été manipulés dés leur plus jeune age pour changer de genre (ou de sexe) ce sont des pans entiers du show biz et de la politique qui émergeront de cette marée glauque qu’est la pédocratie luciférienne.
    Corey Feldman est un transsexuel FTM. 

     

    • Corey Feldman est un transsexuel FTM

      Bonjour,

      D’où vous sortez cette information ? ça me semble complétement délirant.


    • Je pense qu’il y a quelques actrices qui sont en fait des hommes transgenrés.

      Allez je donne des indices :

      . La fille d’un couple de chanteurs est redevenu un homme après avoir été forcée a grandir en fille par ses parents.
      . Une amie d’enfance de celle-ci figurait dans une sitcoms figurant des "amis", puis par la suite s’est mise en couple avec un joli minet d’Hollywood qu’on savait homo, et qui la quitta pour la (vraie) fille d’un excellent acteur.
      . Une brune bilingue anglais-allemand, marriée un court moment a un motard.
      . Une blonde musclée mariée a un noblion anglais réalisateur de mockumentaires.

      Allez, je vous laissse chercher.


    • Je ne vois vraiment pas qui sont ces personnes...
      Peux-tu nous les nommer ?

      Merci


    • Enfin si, en cherchant un peu on trouve des choses mais je suis pas spécialement convaincu.

      . Une amie d’enfance de celle-ci figurait dans une sitcoms figurant des "amis", puis par la suite s’est mise en couple avec un joli minet d’Hollywood qu’on savait homo, et qui la quitta pour la (vraie) fille d’un excellent acteur.

      Jennifer Anniston et Brad Pitt

      . La fille d’un couple de chanteurs est redevenu un homme après avoir été forcée a grandir en fille par ses parents.

      Je pense à Telly Savalas (Kojak) qui était aussi chanteur et le parrain de Jennifer Anniston. ça pourrait coller, il a un fils qui fait un peu efféminé mais pas de photo de sa jeunesse qui pourrait confirmer vos dires.

      . Une brune bilingue anglais-allemand, marriée un court moment a un motard.

      Là je sèche.


    • . Une brune bilingue anglais-allemand, marriée un court moment a un motard.

      Sandra Bullock mais je suis pas spécialement convaincu non plus.


    • Si vous comprenez l’anglais un seul mot clé ouvre la boite de Pandore. Il est étonnant que les médias sociaux français ne se soient pas encore emparé du sujet comme en Etats Unis. Ce mot « transvestigation » nous emmène dans les chemins tortueux du show biz mais pas seulement ; le sport, la mode, les concours de beauté, la politique bien sur et les tètes couronnées.
      Lorsque nous pensons voir des femmes avec des épaules plus larges que les hanches, des implants de silicone là où on les attend, du maquillage outrancier, des sourires de clown sur des tètes de cheval, des mâchoires carrées et des cicatrices à la place de la pomme d’Adam, des paires de cotes en moins pour affiner la taille, des pieds juchés sur des escarpins T43, une musculature de mec, autant d’indices qui nous montre qu’on se fait enfler depuis des décennies par la société de Spectacle.
      J’ai trouvé Jennifer Anniston bandante , je le confesse mais dorénavant les Jessica Parker Brown, Madonna, Céline Dion, Whitney Houston, Michel Mickael Obama, Beyonce, les "soeurs" Williams, A Whinehouse, Jamie Lee Curtis, la Paradoche, Annie Lennox, Kate Bush, la liste est trop longue, je ne peux m’empêcher de la débiter, Maria Colosse, Dalida et Sophia Lauren, Tanita Tikaram, Raquel Welch et Bo diddley, les James Bond Girls, Steph de Monac, Cher, Yoko Ono et j’en tais quelques unes insoupçonnables, par crainte du bûcher ; toutes ces queens en drag ne m’inspirent qu’horreur pour le mensonge qu’elles portent sur leurs épaules d’hommasses, à nous faire croire qu’elles représentent les canons de la beauté féminine.
      La boite de Pandore est ouverte en États-Unis, rien ne va plus. Regardez y de plus près dorénavant et vous vous exclamerez : bon sang mais c’est bien sur !


    • @pierre albert
      Ah NON !!! Pas Bo Diddley quand même... !!! Là t’exageres. On touche pas au sacré.


    • Non bien sur, gros lapsus. Je voulais dire Bo Dereck.


    • « La partie visible de l’iceberg encore occultée par l’arbre qui cache la foret. »
      C’est oublié la partie immergée de l’iceberg cachée par la montagne accouchée d’une souris :-)


    • @Pierre-Albert Espénel

      Cher ami,

      Je vous remercie pour ces informations, effectivement les transvestigations pullulent sur le net. Et je dois bien admettre que c’est assez troublant. Je viens de passer une bonne partie de la nuit à visionner ces vidéos et, même si dans certains cas ça me semble très tiré par les cheveux, certaines investigations sont glaçantes. Beaucoup de mes fantasmes féminins sont concernés : Jennifer Connelly, Patricia Arquette, Charlize Theron, Mega Fox, Jessica Alba et j’en passe. Le choc est violent, je vais enquêter de mon côté avec sérieux pour me faire mon opinion parce que ça me semble quand même énorme comme truc. C’est peut-être simplement un contre feu. Même Marylin Monroe est concernée putain ! WTF


  • "Il m’a, il m’a connue mieux que personne à un moment donné (silence)."

    Dans cette phrase, Charlotte Gainsbourg donne-t-elle son sens biblique au verbe "connaître" ?


  • Le thème principal et récurrent de Spilberg c’est le monstre (la créature) et l’enfant (et non pas l’adolescent).. c’est systématique à deux trois films près.
    Dans ET il y a une scène où ET et l’enfant échange une part de pizza (une sorte de rite d’apprivoisement)... certain y voit l’origine de la sybolique révélée par le pizzagate...

     

    • Pour prolonger votre remarque : Perso, il m’a toujours paru qu’il y avait un thème/fantasme assez récurrent chez Spielberg, c’est celui de la peur très enfantine d’être dévoré par un monstre. (les dents de la mère, auraient dit les psychanalystes), ou coupé en mille morceaux (la boucherie à Omaha Beach).
      Je connais un gamin qui a cauchemardé longtemps après avoir vu Jurassic Park, à cause des scènes "carnassières".
      Je ne me souviens pas de la scène de la part de pizza. S’agirait-il d’apprivoiser le monstre en lui donnant à manger ?


  • On peut rajouter Jacques Demy pour les relations père-fille avec "Peau d’âne" et "Trois place pour le 26"


  • Fourest va enquêter !

     

    • Concernant le livre de Jovanovic, sur Hitler et les banques (et les 2 grandes guerres), il a le potentiel énorme de clarification, de pédagogie et de prises de conscience sur tellement de domaines, concernant quasiment les dernières 100 années (mais bien plus pour ceux qui à partir de ce livre déduiront l’esprit des manigances du "monde globalisé" depuis plus de 200 ans) mais ce livre a également un potentiel de "dérangements" d’intensité "atomiques" concernant les intérêts et la main mise des clans dominants, je lui souhaite de s’être préparé psychologiquement et de s’être musclé les reins. Mais si on lui faisait des misères, cela également serait très instructif, plus que révélateur et pédagogique, pour qui voudra bien voir.


  • Je crois que si j’apprends que Michael Jackson était pédophile je m’en remettrai pas...

     

    • En tout cas si Jackson était pédophile ce n’est certainement pas avec les enfants de ses 2 affaires officielles sur-médiatisées.
      Dans les 2 cas les parties accusatrices ont finalement reconnues avoir menti.

      Dans la première c’est le garçon lui-même qui a fini par reconnaitre le mensonge, instrumentalisé par son père, qui s’est suicidé dans les jours qui ont suivi afin d’échapper aux répercussions et judiciaires et médiatiques.
      Dans la deuxième je suis plus très sûr si c’est la mère qui a fini par avouer avoir instrumentalisé ses mômes ou ces derniers qui ont lâché le morceau mais bon en gros même topo.

      BONUS : Dernièrement je viens d’entendre Pierre Jovanovic révéler que Michael Jackson était un grand voir le plus grand collectionneur au monde sur tout ce qui concerne Hitler.
      Oui LE Jovanovic de Quotidien.com, oui LE Michael Jackson de Thriller, et encore oui LE Hitler de la seconde guerre mondiale.
      Moi aussi j’m’en suis toujours pas remis non plus tellement c’est énorme .... et amène de pistes de réflexion "surprenantes".


    • Mickael Jackson était aussi fan des illustrations de l’auteur des "Martine"...et des châteaux, des armures de chevaliers, bref...une fantaisie de l’Europe, mais ça reste le monde blanc.


  • Moi, c’est le changement de sexe du premier enfant des Pitt-Jolie que je ne peux m’empêcher de relier au film Rosemary’s baby. Un pacte fait avec le diable. Le succès planétaire contre le don de leur premier enfant à la secte les lgbtqxyz & Co.


  • une fois de plus , pas d’amalgame , mais de constater la " généalogie " de la majeure partie de ces dépravés , fussent t’ils " artistes " , est édifiant ! ( même si leurs aïeux ont beaucoup souffert , c’est pas une raison pour remettre le couvert sous une autre forme ) - toutefois "ils" vont répondront qu,ils n’ont rien à cirer de notre justice , (et çà peut se remarquer ),puisque la leur , offre la possibilité de disposer du reste de l’humanité comme bon leur semble , ce "reste" n’étant composé que de "sous-hommes " à leurs yeux !


  • beurk , c’est un vrai film d’horreur la vie de ce corey haim et de son copain
    je hais le cinema américain et toute la merde qu’il y a autour