Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sexe, haine, violence : pendant 2 ans, j’ai nettoyé Facebook

Nicola, jeune Berlinois originaire d’Amérique du Sud et modérateur pour un sous-traitant du réseau social, a été confronté chaque jour à la pornographie, la haine et la violence, mais aussi à des choix cornéliens.

 

Si les Philippines sont la plaque tournante asiatique de la modération de contenus, Berlin est celle de l’Europe, notamment via Arvato, filiale du groupe Bertelsmann (géant des médias, société mère de RTL group). Spécialisé dans la gestion de relation client, la logistique et le marketing, ce prestataire de service, qui d’après son site web, emploie près de 70 000 personnes dans le monde, a notamment pour clients français EDF ou Orange.

Bien que beaucoup moins déplorables que celles de leurs homologues philippins (voire notre premier épisode), les conditions de travail des modérateurs d’Arvato ne sont pas pour autant exemptes d’opacité, d’un manque de considération et d’un culte certain du secret. C’est ce que nous confie un ancien employé de l’entreprise berlinoise qui a accepté de témoigner sous couvert d’anonymat.

 

« Easy work, easy money »

Originaire d’Amérique du Sud, Nicola, tout juste la trentaine, vit à Berlin depuis une dizaine d’années, où il a surtout bossé dans le service et la restauration. C’est par le biais d’un ami qu’il entend parler du job de « cleaner » pour lequel maîtriser l’allemand n’est pas requis. Une promesse de « easy work, easy money » qui a tôt fait de le séduire. Il entre chez Arvato en 2016 et y restera pas loin de deux ans. À l’époque, l’entreprise compte entre 150 et 200 employés, contre près de 1 000 aujourd’hui. Et les recrutements se poursuivent.

L’entretien d’embauche laisse un peu Nicola sur sa faim : « Est-ce qu’il aime les réseaux sociaux ? » « Oui ? », Parfait, cela suffira. De son futur employeur, il ne sait rien, pas même le nom. Au terme de son entretien, il devine pourtant « qu’il s’agit d’une grosse plateforme », à ce moment-là, il pense « à Instagram ou Facebook ».

C’est seulement lorsque débute son training que son pressentiment se confirme : c’est bel et bien pour Facebook qu’il travaillera. Pendant un mois, il se familiarise avec le job via l’apprentissage des directives du réseau social en matière de modération, beaucoup d’exercices et quelques photos tests.

« Le paquet était vraiment mis sur les instructions : ce qui est “ok”, ce qui doit être supprimé. Je ne pourrais pas l’affirmer avec certitude, mais ça semblait assez nouveau à l’époque… Je pense que ça faisait alors à peine six mois que Facebook avait transmis ses directives à Arvato. »

 

Clause de confidentialité

Sur son contrat, Nicola est embauché en qualité de « Kundenberater », conseiller clientèle. Aucune mention de « content moderator » ou de quelque intitulé s’en rapprochant. Il doit signer une clause de confidentialité, lui interdisant de parler de son travail à sa famille ou à ses amis proches, au risque de s’exposer à des poursuites judiciaires. Autrement dit, ce qui se passe entre les murs d’Arvato reste chez Arvato…

Pour 1 300 euros par mois, Nicola supprime des contenus signalés sur le réseau social, classés selon quatre grandes familles : publication (post), images ou photographies, vidéos et partages (shares). Le quota à atteindre est de « 100 tickets » la journée, un ticket correspondant à l’un de ces éléments. Un objectif plutôt simple à atteindre pour Nicola qui prend entre 20 secondes et deux minutes pour analyser un ticket. Aucun quota ni bonus ne sont prévus, il s’agit seulement d’être productif et précis.

En matière de volume à traiter, la première catégorie est celle du « hate speech » (discours de haine), vient ensuite la « graphic violence » (violence explicite) et la « sexual sollicitation » (photos de parties génitales, racolage, contenus pornographiques). La pédopornographie forme une catégorie à part.

 

Pornographie, haine et violence

Le contenu des vidéos change au gré des actualités : la guerre en Syrie offre son lot de vidéos et d’images violentes, le référendum sur l’indépendance de la Catalogne ses discours de haine. Les attaques terroristes et la propagande de l’État islamique génèrent également beaucoup de contenus. « J’ai vu beaucoup de vidéos de décapitations » confie Nicola, même si ce n’est pas ce qui le touchait le plus : « Malheureusement, j’en ai déjà trop vu dans mon pays d’origine ». Le plus éprouvant pour lui, c’était la pédopornographie.

La catégorie qui lui demande le plus de fil à retordre, ce sont les vidéos :

« En règle générale, elles sont plus dures à traiter, car plus violentes, et s’avèrent aussi plus dures à classifier : parfois, dans les premières minutes du film, quelqu’un est juste en train de réparer son vélo et il faut attendre les dernières secondes pour l’entendre crier “Fuck Americans” ou un truc du genre et il faut alors que je supprime ».

Pour Nicola, la gestion des vidéos souffre d’un manque certain de professionnalisme : « Sans parler d’amateurisme, on avait parfois l’impression de devoir prendre une décision à l’instant T, sans être préparé à tous les cas de figures pouvant se présenter ». Il se souvient particulièrement de la diffusion live d’un assassinat :

« Un homme tue un homme plus âgé dans la rue. C’était inédit. Il fallait réagir. Bien entendu, ça allait être supprimé. Mais dans ces moments-là, ça devient viral, c’est facile à repérer, mais il faut faire vite. Il a fallu qu’on mobilise une petite équipe spéciale de 6 ou 7 personnes sur cette vidéo ».

Moins dramatique, cette image montrant une femme torse-nue : « Les tétons étaient visibles, donc d’abord ça a été interdit, puis finalement ça a été autorisé et ça a abouti à une nouvelle directive sur la nudité ». Un système action-réaction qui, sans être la norme, reste très fréquent :

« C’est la même chose avec les discours de haine, à un moment c’est du "free speech" (liberté d’expression), à un autre ça ne l’est pas. C’est souvent "borderline" et la "border" ( frontière) elle est très fine. Parfois même, ça passe inaperçu, c’est le cas avec les insultes dans des argots locaux ou très régionalisés que le modérateur ne connaît pas. »

Lire l’article entier sur slate.fr

Ne pas oublier la censure politique, voir sur E&R :

 

L’Empire, ses réseaux et ses méthodes,
chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • 1300 € pour un job aussi facile, pas de quoi se plaindre. D’ailleurs il n’a pas quitté la restauration pour rien.

     

  • Censurer la réalité, curieux concept ... enfin, tant qu’il y a un petit billet à la clé et une clause de confidentialité, on est "protégé" contre nous même, c’est rassurant.


  • C’est un peu Mr.Robot mais sans le côté Tyler Durdenesque. Je ne comprends pas comment on peut légaliser le secret d’entreprise. Entre ne pas dévoiler des plans stratégiques et interdire aux employés de dire ce qu’ils font (de manière légale au deumerant) il y a un monde. Aucun pays ne laisserait des entreprises faire ce qu’elles veulent à l’abris des regards. C’est bien que seuls Fb, Bertelsmann et l’Etat allemand étaient au courant. Senior Nicola pourait il nous dire si on est en dictature ou pas ? Si c’est suffisamment "borderline" ?


  • Job de merde en somme


  • Il y a quelques jours, sur Facebook, dans un message personnel, un ami me demande l’adresse de mon site web. Je lui ai répondu "il est vide, je n’ai pas encore eu le temps de publier quoi que ce soit". Je lui demande de patienter et je lui transmets l’adresse de mon site web dans un message personnel.

    Je découvre alors que Facebook m’empêche de transmettre le message contenant cette adresse en indiquant que son "système" a classé mon site comme "dangereux".

    Comment un site web qui a toujours été vide peut-il être classé "dangereux" ?

    Et par qui ?

    Pourquoi ?

     

    • Si vous êtes ici, vous avez déjà les réponses à vos questions.


    • @ Peter

      La majorité des gens pense que le système fonctionne sur "liste noire" (tout ce qui n’est pas interdit est autorisé) alors qu’en réalité, il fonctionne sur la base de la "liste blanche" : Tout ce qui n’est pas autorisé (après vérification) est interdit. Votre site n’est pas vérifiable (car vide) donc il est dangereux. Ça s’appelle la dictature.


  • Le but de fesses de bouc c’est pas de montrer justement toute sa merde et viedemerde.com, le mal être total de ses adhérents tous de vrais amis pour la vie ;-)


  • #2026110

    les winston gagnent 1300 euros par mois.

    les flûtes font beaucoup plus... pour un job équivalent.


  • Apparemment, pas mal de cerveaux en vacances en ce mois d’août.
    Le fait que cet entretien paraisse dans "Slate" n’est pas anodin du tout. Renseignez-vous sur ce que c’est et qui est derrière, ça vaut le détour.
    Ce qui me laisse penser que Zucky a dû déroger à une règle, manquer un devoir, bref il est dans le collimateur, ou tout du moins son bébé bleu.
    C’est pas souvent qu’on peut lire des témoignages sur les coulisses de la modération de ces grosses plateformes.
    Alors relever le rapport salaire/pénibilité, excusez-moi, c’est passer à côté de l’analyse, il me semble.

     

    • Ce qui me laisse penser que Zucky a dû déroger à une règle, manquer un devoir,
      Le hasard fait que sans vous avoir lu, je viens juste de poster une explication de la "faute" de Zuckerberg, dans les coms de https://www.egaliteetreconciliation... (sous le com #2025747, Le 17 août à 00:59, de goy pride, et sous réserve que le modo sois gentil !).
      Est-ce que mon explication collerait avec votre diagnostic sur Slate ?


    • @JP
      Bonjour,
      Mon "diagnostic" n’en est pas un, plutôt un constat, intéressant les noms qui ressortent quand on "gogole" ce webzine "de référence" (il paraîtrait, je l’ai appris hier :-) ).
      Et oui, ça colle assez bien même, c’est la période des règlements de comptes en interne au sein de l’oligarchie, entre les ambitions personnelles des uns, et l’agenda à tenir de l’autre, ça zouke un peu comme dirait l’autre !


  • En fait c’est un travail de ramasse merde.