Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Tristesse au Bondy Blog : les travailleurs migrants dépriment dans leur résidence flambant neuve

Au 12 de la rue Henri Matisse, à Aulnay-sous-Bois, une nouvelle résidence sociale a vu le jour en octobre 2016. Accueillant des travailleurs migrants, le bâtiment flambant neuf tranche avec l’esprit collectif et convivial des foyers. Quitte à isoler ses résidents et à bouleverser leur vie. Reportage.

[...]

Badge, calme et peinture fraîche

Dès l’entrée principale, il faut un badge pour y accéder. On n’entre pas là n’importe comment : on y pénètre grâce à un résident qui nous fait entrer. À l’intérieur, tout est calme. On ne croise personne dans les couloirs. Une lumière très forte et très blanche les éclaire. L’odeur de peinture fraîche, rouge et blanche, nous accompagne. Tout est propre mais tout est désert aussi. Pour avoir fréquenté bien d’autres foyers, une chose frappe : l’absence de circulation et l’absence de lieux où les résidents se retrouvent pour se voir, parler, jouer, plaisanter, manger. Tout paraît mieux que dans l’ancien foyer, lui aussi situé rue Matisse, fermé en 2016. Ici, le bâtiment abrite 340 lits, 10 de moins, mais chaque résident dispose d’un logement autonome de 18 m2 pour les célibataires, 25 m2 pour les couples.

 

JPEG - 74.2 ko
« Chacun chez soi dans notre chambre, ça nous tue »

 

Tout devrait donc être pour le mieux. Ça c’est sur le papier car en réalité, ce n’est pas l’opinion des résidents croisés dans le hall de l’entrée qui, tous, déplorent la situation actuelle.

« Nous sommes enfermés dans nos cellules. Nous avons tout dans nos chambres une salle de douche, des toilettes, un coin cuisine mais il nous manque quelque chose », s’exclame Mamadou Konté, ouvrier dans le bâtiment.

Il déverse sa colère comme s’il attendait cette occasion.

« C’est propre oui. Il y a la sécurité aussi mais ce n’est pas seulement ça la vie. Ce que nous voulons, c’est aussi nous évader de nos angoisses. Pour ça, il faut que nous parvenions à vivre dans une bonne ambiance et pour ça, il nous faut des espaces où on peut se rencontrer, comme avant. Chacun chez soi dans notre chambre, ça nous tue. Si je trouve un autre logement, j’y vais tout de suite. »

 

« Avec ces nouveaux foyers, ils ont bouleversé la vie que l’on menait de manière conviviale »

Beaucoup des résidents de ces foyers construits ces dernières années se montrent méfiants. Moussa, 60 ans, originaire du Mali, vit dans les foyers depuis 1995. Il est membre du collectif des dirigeants du nouveau foyer de la rue Matisse et se montre lui aussi virulent et sans nuance.

« Je suis entièrement contre cette façon de construire. Nos conditions de vie actuelles dans ces nouveaux locaux sont comparables à celles de prisonniers dans leurs cellules. Nous voulons de la liberté. On paye notre loyer. Avec ces nouveaux foyers pour migrants, ils ont bouleversé la vie que l’on menait de manière conviviale. Ils ont rendu privés tous ces espaces communs et les ont mis dans nos chambres (cuisine, salle de bain-wc). »

Retraité, il ne manque pas l’occasion de déverser son amertume. Ses yeux au bord des larmes, il perd les mots avant qu’ils n’arrivent sur ses lèvres.

« Je ne peux pas comprendre ce manque de considération envers nous. Ce système est pourri. Même les lieux de culte ont disparu. On n’a pas une pièce où on peut se retrouver. »

JPEG - 30.4 ko
« Je n’ai jamais pensé qu’ils allaient nous isoler d’une manière aussi extrême »

 

Lire l’article entier sur bondyblog.fr

La guerre mondialiste contre la France,
sur Kontre Kulture

 

Le plan mondialiste en matière d’immigration, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "L’odeur de peinture fraîche, rouge et blanche, nous accompagne".

    En plus de les gazer, on leur fait même inhaler des odeurs de peinture. On leur aura vraiment tout fait. Mais que fait Moix, il dort ou quoi ?


  • Welcome to the club !!!

     

    • Ah ils en voulaient du monde moderne ?
      Bien sûr que la réaction première est "tout de même ! ils viennent chez nous, on leur donne ce qu’on ne donne pas aux français et ils trouvent le moyen de se plaindre". Réaction compréhensible de la part de Français qui en chient.
      Pourtant, tout sentiment mis à part, on peut considérer que ce qui leur manque est ce qui manque à tous, Français compris : une vie sociale véritable. Nous avons accepté de vivre dans des cages à poules, des cités dortoirs, des villes laides, grises, construites au cordeau… bref : inhumaines. Nous avons laissé nos familles se faire éclater (géographiquement, socialement).
      Le bon côté de cette critique c’est que le regard de ces gens (quoi qu’on en pense et sans trouver de vertu à la mécanique politique de la migration organisée bien expliquée par Soral) dit une vérité de ce qu’est devenue la France : un élevage de veaux.
      Autant les immigrés que les Français doivent comprendre que la modernité (et ses mensonges individualistes, progressistes, matérialistes, technoscientistes, etc.) est une idéologie antisociale qui transforme les êtres humains en producteurs-consommateurs.
      Nous serions bien inspirés d’entendre cette critique de la modernité et de ne pas la confondre avec la haine de la France.
      La France ne renaîtra qu’à la mort de l’illusion moderne.
      La modernité : voilà l’ennemi commun de tous les peuples.


  • Je ne sais pas trop s’il faut en rire ou en pleurer...

    Si ça ne tenait qu’a moi, j’ordonnerais qu’on rase (à quelques exceptions près) tout bâtiment construit après guerre !

     

  • C’ est clair que c’ est flippant , si c’ est juste pour dépanner quelques temps ok mais pour y vivre ? Moi j’ y vais s’ il fait -20 dehors . D’ un autre coté ce qui leur manque et je les comprend , ils ne sont pas près de le trouver en France . Ce lieu c’ est pour les habituer aux tours des cités de banlieues ou ils finiront pour les plus chanceux . Malgré tous les beaux discours accueillants des salops qui qui savent qu’ ils finiront parqués dans les ghettos ou il se fabriquera de nouvelles générations de racailles ou de terroristes .

     

    • En même temps c’est le principe d’un réfugié politique. On le dépanne quelque temps, le temps que la situation s’améliore dans son pays, puis il retourne y vivre.

      Ou alors ce sont en fait des immigrés économiques qui ne sont pas venu pour fuir une guerre mais juste pour profiter des fruits du travail de nos ancêtres (travail que les siens ont été infoutus de faire dans son pays) ?
      Ce n’est pourtant pas comme ça qu’on nous a vendu cette "migration".


  • C’est sûr que chez eux ils auraient plus de place...qu’ils y retournent donc puisqu’ ici c’est si difficile. Cette ingratitude et cette colère injustifiée sont choquantes. Occupons nous déjà de nos compatriotes qui souffrent au quotidien que des étrangers ingrats et non assimilables. Ce genre de comportement est fatiguant, générateur de colère et de rejet. Il y a des limites...

     

  • Ce sont des SDF Français de souche qui devraient occuper ces logements et non des immigrés clandestins que l’on appelle à tort "migrants". Et en plus ils ont le toupet de pleurnicher !


  • C’est une blague ? :)

    Sincèrement, je reste sans voix !
    Non seulement ils sont pris en charge, ils ne sont pas chez eux et ils ont l’audace de se plaindre... ?

    Bon nombre de français de souche ne trouvent même pas où loger, ont faim et beaucoup d’entre eux sont morts dans l’indifférence... non mais, je me répète, mais : est-ce une blague ??


  • Je suis indigné : si l’habitat collectif leur manque douloureusement, il leur faut s’en retourner là où il est en vigueur. Le mal logement est une réalité cruelle pour les Français. Ces locaux pourraient être mis à profit pour des autochtones qui, eux, ne manqueraient point d’exprimer leur gratitude.


  • Cet article n’est pas clair, comme l’ont voulu ses créateurs, le terme de novlangue "migrant" brouille les repères... Visiblement il s’agit d’un foyer de travailleurs immigrés qui a été rénové pour reloger les occupants, pas un centre d’accueil pour rescapés de la Shoah par noyade volontaire en Méditerranée.

    Si tel est le cas, ce ne sont pas des caprices d’enfants illégitimes gâtés par la République ; la vie en communauté avec ses espaces d’échanges, comme les cuisines, était un élément central des foyers SONACOTRA, un endroit où chacun pouvait recevoir de l’écoute, de l’estime, de l’aide, un soutien dans les moments difficiles.

    Les échanges dans les espaces communs permettaient de relativiser par rapport à sa situation personnelle, et avaient une fonction pédagogique, recevoir des conseils des anciens pour mieux comprendre les codes de la société française...quand quelqu’un allait mal, ou traversait des moments difficiles, cela se voyait tout de suite, il pouvait recevoir de l’aide, en toute pudeur, sans avoir à demander. Et la probité dans le foyer et en dehors, était une condition sine qua non pour mériter le respect.

    Sur un plan sociologique, et psychologique, à voir leur vie réduite à un espace privé, de tout cela, la perte est immense...d’un point de vue africain ou maghrébin, "tu es ce que tu partages" ni plus ni moins, vivre uniquement pour soi cela n’a pas de sens, tout seul, matériellement on ne va pas très loin, et humainement on ne va nulle part...


  • Voila un bon exemple de Karma négatif. N’est pas puni celui qu’il n’a rien, mais celui qui n’est pas heureux avec ce qu’il a.


  • Ils peuvent essayer la Mongolie : c’est convivial la yourte.
    Quant aux espaces propices à la détente entre potes... ils se trouvent à perte de vue.

    Sinon, au regard des SDF nationaux et autres rétraités du cru qui ne voient le bout de leurs cotisations passées, j’aurai bien une répartie à l’impératif illustrée de reminsicences empruntées à Sodome et Gomorrhe ou à la Grèce Antique, mais j’ai peur pour les oreilles chastes.


  • Quand j’ai quitté Lyon pour Paris pour chercher du travail, j’ai dû habiter une année dans une chambre de bonne (de 8m2) avec juste un lavabo au 7ème étage, sans ascenseur, et des toilettes turques communes à l’étage sales, contre 25 heures de ménage par semaine chez les propriétaires. Je n’avais pas le choix, c’était ça ou la rue.


  • Le bondyblog est probablement un groupuscule fondé par les atlantistes sorossiens, membre de l’antifrance ça c’est une évidence. L’immigration depuis 1973 n’a amené que la baisse des salaires et l’inflation, plus la création de zones grises au sens onusien. C’est un crime car il détruit durablement aussi les pays émetteurs, bloqués dans la surnatalité traditionnelle qui est l’esclavage des femmes. Les conséquences sont l’instabilité politique, la corruption et le sous-développement endémique qui livre des jeunes à des passeurs, la mort, la torture, la famine, le manque de soins médicaux, les ravages du sida et de l’ebola ou du paludisme. Pour un esclave arrivé ici, il y en a 100 000 restés au pays à qui on fait miroiter un départ vers un paradis qui n’existe pas. Voici le vrai visage du capitalisme.


  • Article publié sur le BondyBlog donc rien d’ étonnant, ils passent leur temps à pisser sur la France, à nous expliquer qu’elle chance on a d’avoir toutes ces banlieues bigarrées, encouragent le racisme anti-blancs, mais tiennent à leurs subventions bleu-blanc-rouge.
    N’oublions pas non plus que l’affreuse Schiappa était rédactrice pour ce site, c’est tout dire.


  • Il faut les consulter pour construire des espaces habitables conviviaux
    qui leur rappelle leur pays d’ origine avec l aide d architectes d avant garde
    Ca pourrait donner des idées pour rendre plus conviviales les constructions modernes


  • Pour des gens qui fuient des guerres, qui ont vécu des horreurs à peine imaginables pour nous autres si confortablement lotis, occidentaux, de surcroit, je les trouve un peu soupe au lait.

    Comment ils assimilent si facilement que tout leur est du, comme n’importe quel enfant roi élevé à la sauce bobo, j’imagine qu’une villa avec piscine et les putes offertes qui vont avec, le tout, financé par le contribuable, ne serait pas suffisant... Donnez leur un doigt, ils vous bouffent le bras...

    Jusqu’à quand va continuer cette plaisanterie sordide financée à nos frais ?

    Pourvu que ça dure... Ou pas...

     

    • Problème que vous ne semblez pas comprendre.

      Ici on parle de travailleurs immigrés régularisés parfois depuis des décennies.
      C’est le foyer sonacotra de base qui permet a vos poubelles d’être vidées a nos logements d’être construits.

      On est pas dans du migrant cru 2017-2018, mais du foyer pour travailleur.

      Cettz nuance est de taille, et je comprends leur douleur aillant vécu dans un foyer de jeunes travailleur a Paris, sans des espaces de convivialité, loin de sa famille, la vie métro boulot dodo devient vite un enfer.

      On pourrait faire la même critique de tout ce qui se construit actuellement t, j’ai vraiment beaucoup d’antipathie pour l’architecture moderne
      .
      Lhomme est un être social.


    • Oui j’oubliais,ils vident nos poubelles et construisent nos logements... finalement heureusement qu’ils sont là,car les Francais de souches ne seraient pas capables d,exécuter une t-elle tâche.Toujours et encore l’eternelle repentence de tout ce mal affligé à ces pauvres immigrés que nous sommes allés chercher de force,même si pour la plupart,possèdent un patrimoine au bled qui pourrait rivaliser avec celui d’un bon vieux rentier parisien.


    • @ Zadiste
      Pas du tout ! Les poubelleux et les balayeux chez moi sont tous Bretons ils sont poubelleux et balayeux de père en fils depuis l’aube des temps ; comme les pécheurs ,nous n’avons pas attendu l’arrivée d’immigrés en France pour ramasser les ordures .
      On va bientôt attribuer aux immigrés la construction de Notre Dame ou de Chambord . Je ne sais pas si les immigrés ont construit la France, comme on l’entend dire ,mais les Européens ont, eux , réellement construit les pays d’où viennent les immigrés sur le néant .


  • Excusez-moi mais à cette heure j’essaie de retenir mon fou-rire pour ne pas réveiller les voisins. Eyh oui, je vis dans un immeuble des années 60 mal isolé, sans sauna, sans salle de sport, sans cinéma. Vous comprenez pourquoi les français dépriment maintenant ?
    Si on leur construit des cases, c’est raciste, non ? Misère de misère...

     

    • Ah, je fais mieux : collectif d’après guerre, avec 18 couches de toiles de verre sur les murs pour cacher les infiltrations si importantes que l’IGN a décidé de les cartographier sur le réseau hydrologique français, et un plancher qui craque plus que finky à un débat chez taddei. Mais l’ascenseur n’est jamais en panne, puisqu’il n’y en a pas. Ce qui est con puisqu’à 40 balais, je suis de loin le plus jeune de mon escalier, qui fait 5 étages.
      A 200 mètres, il y a une cité datant de la fin des années 90, composée de petits pavillons sur deux étages avec jardin privatif au rez-de-chaussée. C’est marrant, elle est tellement dégeulassée qu’on dirait que tout le quartier est de la même époque. Je vais pas me plaindre non plus : je n’ai jamais été harcelé par une bande de grabataire en train de tiser de la Suze dans le hall d’entrée....


  • Ils se plaignent de ne pas pouvoir "zoner" et de monopolisé l’espace et cela les rend triste ce qu’ils leur faudraient ce sont des grandes etendues pour qui’ils puissent galoper en paix ,c’est mignon.

     

  • Il manque quelque chose .Je sais une femme , des enfants, une famille bien que je puisse comprendre qu´ aucune femme eduque a la francaise ne voudrait vivre la avec des etrangers avec une mentalite limite qui n a rien avoir avecles autochtones blanc, noir, magrhebin,asiatique francais.Ces pions n impregneront pas les usages, coutumes, la riche langue francaise avant des decennies et encorepas sure.Ce vieux monsieur de 60ans en france depuis 95 en est un petit mais pertinent exemple...


  • Lire du Victor Hugo lui ferait un semblant de compagnie.

    "Fait du bien a Firmin, il te chiera dans la main"


  • Ceci me fait penser à la fois ou au début des fastueuses années 80 dans une allée du métro j’avais vu un jeune très bien habillé avec une écharpe Burberries et des chaussettes à carreaux, mode des bobos de l’époque, assis sur un tabouret avec coussin et une cédille posée devant lui avec un carton ou était inscrit : "SVP aidez-moi à me racheter une nouvelle paire de Weston".


  • On ne me fera pas croire que ces fines bouches étaient des miséreux dans leur pays d’origine. Tout ces crevards sont pour la plupart issus de la moyenne montante africaine ce qui explique qu’ils passent leur temps à pleurnicher, jamais satisfaits des conditions offertes. Je vous garantie que quand on vient de l’enfer comme certains réfugiés sino-cambodgiens et vietnamiens des années 70/80...tu fais pas le difficile comme ça !

     

    • Bonjour .@ goypride.Si je peux me permettre, n oubliez pas que ces gens ont ete accueillis par de nombreux benevoles antifa et autres cafards des ong associations etc qui n ont fait que leur donner une vision fausse de l eldorado francais remplis de femmes faciles.un pays de cocagne ou tout leur serait donner sans effort....
      il y en a un deja qui se rend compte de l escroquerie.D ailleurs a 40 ans je me sentirai lache et honteux d abandonner ma femme et mes filles pour l etranger .


  • @ Moussa, 60 ans, originaire du Mali
    Quand on vas chez des gens , que l’on est invité comme vous l’êtes , on respecte leur façon de vivre et l’on vit comme eux , sinon , on s’en va .
    Je n’ai aucun respect pour vous , pas plus que pour le Français qui au Mali impose son 4X4 à fond dans les rues et y mangent du porc .


  • Comme j’ai toujours pensé, et c’est l’évidence même .On déracine des gens de leur pays pour les envoyer seul dans un immeuble de banlieue Parisienne, ou d’ailleurs et une fois que tout cela a été orchestré, programmé et qui coute une fortune à la société .Il se passe quoi ? on les met en vitrine ? on leur chante des comptines ? on compte les faire travailler ? c’est vrai que l’on déborde de travail dans ce pays . Ces idées utopistes et stupides, pour ne pas dire criminelles, ne mèneront à rien, mais à part dépenser l’argent des Français et pour finir semer le chaos en France et en Europe. Je pense que des personnes ayant la tête sur les épaules auront compris le but de la manœuvre .


  • Comme quoi l’immigration de masse est une catastrophe à la fois pour les immigrés et pour les indigènes qui les accueillent.

    Qui sont les promoteurs indéfectibles d’une telle immigration ?

    (Indice : on n’a pas le droit de les nommer sous peine de poursuites judiciaires)


  • Je comprends pas. Faut leur filer plus de fric et un logement à côté d’un endroit plus attrayant, avec galeries commerciales et toutes les commodités ? Des call-girls aussi peut-être ? En attendant, ils n’ont qu’à tous squatter chez les pingouins du bondy blog.


  • Je connais une fille de ce blog ...
    Ils sont sympas mais niveau intellectuel ça ne vole pas haut ...


  • Ils croient quoi ? Vivre en France sans y laisser des plumes ? Le système n’a pas organisé les déportations massives pour leurs beaux yeux ni pour seulement détruire les nationaux mais aussi pour les esquinter, eux. Ils comprendront que rien ne sera mieux que chez eux, la déchéance sera leur nouvel horizon. En venant ici, ils se sont aliénés, et ne sauront produire que le pire d’eux-mêmes. Parasitisme, déculturation... Ils se perdront sur notre terre, et perdront definitivement leur terre-mère déjà spoliée par "leurs bienfaiteurs" comme beaucoup d’autres avant eux. Personne n’a le don d’ubiquité, qui va à la chasse perd sa place. Et la chair de leur chair leur en voudra d’avoir trahi la terre pour un mirage. On ne vit pas de la haine, mais de l’amour du sol où l’on vit. Et ces hommes-la n’auront rien à transmettre de positif aux futurs métis commandés par Sarkozy et autres circoncis. C’est mort pour eux aussi.


  • Affreux, en plus certains de ces pauvres gens sont obligés de travailler pour gagner leur vie. Heureusement pas tous. Il serait grand temps que les céfrancs leurs laissent leurs maisons, le frigo garni, la bagnole avec le plein d’essence et l’abonnement à anal+.
    Les décennies à venir vont être cocasses.


  • ATTENTION !!! après lecture de certains commentaires, certains ont l’amalgame facile ! ce ne sont pas des "migrants" comme ceux qui débarquent sans qu’on les ait invités, mais ceux sont des travailleurs africains, venus faire le boulot que , moi la première, beaucoup n’ont pas estimé louable d’entreprendre ! ils paient leur loyer !! ils bossent !!! alors stop ! je suis pas d’accord avec la plupart des commentaires !
    Et que ça plaise ou non, oui je pointe comme vous les "migrants" venus récemment qui pour la majorité n’a rien à faire ici ! mais Stop ! là vous créez un amalgame, suis pas ok !

     

    • #1889860

      @sassou
      Eux aussi ils ont des pyjamas rayés ? (robe de chambre)
      (devant l’ascenseur)
      Putain c’est une tenue indémodable, on va encore nous le reprocher j’imagine !
      Hein sassou ?
      Ils payent leurs loyer avec nos allocations et on devrait dire merci


    • #1889918

      @sassou
      Eux aussi ils ont des pyjamas rayés ? (robe de chambre)
      (devant l’ascenseur)
      Putain c’est une tenue indémodable, on va encore nous le reprocher j’imagine !
      Hein sassou ?
      Ils payent leurs loyer avec nos allocations et on devrait dire merci


    • Dès lors la question c’est : Pourquoi se plaindre quand d’autres, nés ici, connaissent les mêmes difficultés ? Poser la question c’est y répondre. Conclusion : remettez-vous les idées à l’endroit.


    • Toi la première t’as pas voulu faire le boulot qu’ils font, mais moi et des tas d’autres on le fait, et sans se plaindre de quoi que ce soit. Ceux qui font autre chose y arrivent, non pas par dégoût ou fainéantise, mais tout simplement parce qu’ils ont un niveau de formation, pour lequel ils ont travaillé, qui leur permet de faire mieux. C’est difficile à comprendre ?

      Si ces travailleurs paient un loyer en bossant et que l’immeuble ne leur plait pas, ils peuvent très bien trouver un logement ailleurs, sans faire de vagues.
      Si la vie à l’occidentale leur déplait, qu’ils rentrent chez eux, personne ne les a forcés à venir, et il y a de nombreux chômeurs qui seront ravis de prendre leurs places.

      Enfin leur soi-disant isolement n’est qu’une vaste blague, si les voisins te manquent, invite les à bouffer chez toi, fais un pique nique dans le jardin, fais des soirées "portes ouvertes" sur un ou plusieurs étages, ou aménage un hall, un couloir, il n’y a qu’à le tenir propre pour que personne n’y ait rien à redire.

      Bref... Se plaindre et pleurer, c’est la méthode qu’ils ont adopté pour résoudre tous leurs problèmes. L’autre a passé 60 ans en foyer, si ça lui convenait pas il aurait certainement essayé autre chose.
      Au bout d’un moment dans la vie, faut comprendre que le premier responsable de ce qui arrive, c’est soi-même, et pas le voisin, jamais. C’est une question de fierté, de dignité, et de respect de soi, avant d’exiger celui d’autrui.


  • Son ressenti est très intéressant car il est vrai, parce que finalement c’est comme ça que la société nous rend malade et nous écrase de l’intérieur, par l’isolement !
    On ne perçoit plus l’autre comme une assistance mais plutôt comme une menace.


  • "ils ont bouleversé la vie que l’on menait de manière conviviale. " Ca c’est sûr, il suffit de voir ce que sont devenues les cités, znd, pour être convivial, c’est convivial !! " Ils ont rendu privés tous ces espaces communs et les ont mis dans nos chambres ( wc, douche, etc..) Oui, en occident, on va aux toilettes seuls, à l’abri des regards logiquement, ... L’occident, l’Europe en particulier, a mis des siècles pour arriver à un certain niveau de confort, d’hygiène et d’intimité de vie ( ne pas confondre proximité et promiscuité ) , on ne va pas retourner en arrière, déjà que dans certains quartiers de Paris, et autres grandes villes, on ne se croirait plus en France. Au-delà de ça, ils croyaient quoi que c’était pour leurs beaux yeux et leur QI que certains les ont fait venir ? Ce qui prouve que le multiculturisme en France est impossible, ici, ça n’est pas comme aux US.


Commentaires suivants