Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Trump contre l’État profond

On a gagné ! Comme un homme après une longue maladie se relève, lentement, d’une démarche chancelante, et fait ses premiers pas, ainsi l’humanité se relève de son lit de malade. Il y a des infirmières, des médecins, des héritiers et des avocats qui voudraient garder toujours le patient au lit, pour avoir le champ libre, mais le voilà qui se relève, maître de lui, malgré leurs cris d’orfraie. Nous voilà exactement au milieu de l’année 2020. De Noël à la mi-été, les jours rallongent ; de la mi-été à Noël, les nuits rallongent. Le jour de la Saint-Jean-Baptiste ajoute un sens religieux à la signification cosmique des événements, amplifiée cette année par l’éclipse solaire.

 

Aux États-Unis, l’événement central, c’est le rebondissement de Trump. À Tulsa, en Oklahoma, Trump a commencé à regagner le terrain perdu. La conjoncture ne lui était pas favorable. Twitter a encore une fois trollé Trump, avec sa blague sur les médias mensonges. La Cour suprême a rejeté deux de ses initiatives, offrant une protection supplémentaire aux personnes qui se déclarent LGBT et aux jeunes immigrants illégaux désormais intouchables. L’armée a manifesté son hostilité envers Trump, en s’excusant pour une séance de photos avec son commandant en chef. Les services secrets ont divulgué le lieu où se trouvait le Président. De plus en plus de fonctionnaires ont déclaré leur allégeance au Nouvel Ordre mondial en s’agenouillant devant lui plutôt que devant Dieu.

Ils avaient tenu leur pari, croyaient-ils : l’homme du bunker ne comptait plus, son autorité ne dépassait pas les abords du 1600 Pennsylvania Avenue [l’adresse de la Maison-Blanche, à Washington, NDLR]. Les villes américaines ne tenaient pas compte de ses ordres ; la police démissionnait en masse. Les médias avaient fait un effort surhumain pour torpiller son rassemblement de Tulsa. Ils ont fait leurs gros titres avec des non-événements, du genre « six membres du personnel ont été testés positifs au virus ». On avait fait peur aux participants au rassemblement avec des promesses de violence et d’infection. Il n’y avait pas une seule source médiatique favorable à Trump ; même Fox News a suivi l’agenda dicté par le New York Times. De plus, le lieu du rassemblement avait été envahi par des agents de la Convention démocrate faisant les innocents.

De fait, Trump a bien géré la situation. Il a appelé à la réouverture des écoles ; il a plaisanté sur la mascarade des tests de dépistage ; il a proclamé que les monuments devaient être chéris, et non détruits. Certes, il aurait pu faire mieux. Il aurait pu déclarer la fausse pandémie officiellement terminée, au lieu de distribuer des masques inutiles au public. (Ceux qui voulaient des masques ne risquaient pas de venir au rassemblement) Il aurait pu appeler à l’arrestation des maires séditieux, au démantèlement du monopole médiatique, à une avalanche de taxes sur Twitter, au pillage de Wall Street au profit du peuple. Il aurait pu tirer les leçons de ses propres erreurs. Mais il a quand même réussi. Il a maintenant le temps de grandir, d’élargir sa base, de semer la peur et l’effroi dans le cœur de ses adversaires, car ces gens-là sont trop sûrs de leur victoire.

Trump devrait tirer les leçons de l’affaire Bolton. C’était une erreur de faire entrer Bolton à la Maison-Blanche. Bolton était un belliciste et un agent de haut niveau du lobby israélien, un homme qui s’était donné comme mission sacrée de faire tout ce qu’Israël peut vouloir. Ces gens cachent toujours le poignard dans leur manche pour vous poignarder dans le dos. L’Iran et la Corée sont deux grandes erreurs de la présidence Trump, et elles portent l’empreinte de Bolton ; mais toute sa politique étrangère a été une longue série d’erreurs. Trump aurait dû écouter ses propres discours, ceux de sa propre campagne électorale de 2016, et les suivre à la lettre. Ramener les GI à la maison ; faire la paix avec tous les pays du monde. Laisser la Russie et la Chine, le Venezuela et Cuba, la Corée du Nord et la Syrie vivre comme bon leur semble.

Donald, vous aviez raison quand vous avez promis de mettre fin à la politique « d’abord on t’envahit, après on t’invite » ; pourquoi ne pas avoir tenu cette promesse ? Le 7 décembre 2016, vous aviez promis : « Nous mettrons fin aux changements de régime imposés par les États-Unis ». Pourquoi ne l’avez-vous pas fait ? Faites-le maintenant ; vous avez encore quatre mois devant vous. C’est le moment de tenir vos promesses. C’est dans le Talmud : un homme ne sera pas jugé pour ne pas avoir été un Moïse, mais il sera jugé pour ne pas avoir été lui-même. Soyez vous-même, et vous gagnerez.

Laissez tomber les histoires de racisme ou antiracisme. C’est un faux programme, comme de chipoter sur les gays ou les homophobes, les féministes ou les trans, comme sur le genre dans les toilettes. Les personnes dignes de foi n’en ont rien à faire, de ces âneries. Les Noirs non plus ne s’intéressent pas à l’antiracisme. Ce sont les White Wokes, ceux qui se disent Blancs éveillés, qui en sont obsédés, et ils suivront tout ce que les journaux leur diront de faire. Seattle compte très peu de Noirs mais beaucoup de Wokes, et c’est pour cette raison que cette ville est le centre de la campagne « antiraciste ». Même si Trump allait baiser les baskets des jeunes Noirs, rien n’y ferait. Les Noirs ne lui sont pas hostiles, pas du tout, mais les personnes qui parlent en leur nom, les démocrates « éveillés », le sont bel et bien.

Trump devrait faire quelque chose, et je ne veux pas simplement riposter sur Twitter. Ce n’est pas un Hitler, mais est-ce suffisant ? Le président Trump n’envoie pas de troupes à la rencontre des émeutiers, il n’arrête pas les maires des villes qui lui ont dit de dégager, il ne dépose pas les généraux qui s’excusent d’avoir été pris en photos avec lui, et il ne prend pas de mesures contre les multinationales qui soutiennent les émeutiers. Le satiriste populaire C.J. Hopkins a soutenu dans sa chronique sur Unz.com que c’est très intelligent : Trump refuse de faire son petit Hitler, et n’a donné à ses adversaires aucune raison de le destituer afin de s’emparer du pouvoir, dit-il.

C’est bien vrai, il ne ferait pas un Hitler très convaincant. Mais il fera un excellent Yanoukovitch, le président ukrainien qui a eu peur d’agir contre la révolution de couleur instiguée par la dame du département d’État, Victoria Nuland, et qui a finalement été forcé de prendre la fuite vers la ville russe de Rostov...

Les adversaires de Trump ne font pas le poids. Lisez leurs titres :

• Le maire de Seattle a dit au président Donald Trump de « retourner dans son bunker ».
• Muriel Bowser, maire de Washington D.C., s’écrie quant à elle : Trump vit dans mon jardin.
• Un groupe armé protège une statue confédérée dans le Kentucky : il faut les arrêter pour insurrection et sédition.
• Trump expose 1100 cadets diplômés de West Point à une possible infection au coronavirus afin de pouvoir « dominer » les médias du week-end.
• C’est un coup « mortel » : Trump met au rebut les protections pour les patients transgenres et celles qui veulent à se faire avorter.

Mais Trump se replie et recule. Ils lui ont dit : Comment osez-vous organiser un rallye le 19 juin ? Après tout, c’est un jour de fête pour les Noirs américains, le jour où Lincoln a libéré les derniers esclaves. En ce jour si saint, c’est une impudence de la part de Trump de montrer son visage en public. Et Trump a battu en retraite, reportant le rassemblement au 20 juin, bien qu’il y ait eu ostensiblement des milliers de gens prêts à le maintenir pour la date prévue.

Je ne suis pas un conservateur, certainement pas ; je ne suis pas un partisan du régime actuel. Je pense qu’une révolution – y compris la fausse révolution, organisée par Soros à partir de la foule des GayLib, et légèrement saupoudrée d’Africains pour donner de la couleur – fera du bien à l’Amérique et au monde. Les troupes américaines quittent déjà l’Allemagne après seulement 75 ans d’occupation. Il reste plus de 100 grandes bases à l’étranger qui peuvent être évacuées si la révolution persiste. C’est une excellente chose !

Mais, Monsieur Hopkins, ne dites pas à Trump qu’il a choisi la bonne stratégie de survie. Comme si tout le monde allait respecter son autorité s’il ne se laissait pas provoquer. Soyons francs, camarade. Dites à Trump : si son principal souci est avant tout de ne pas être traité de « tyran sanguinaire » par un site libéral, il y a une place qui l’attend, à Rostov la ville hospitalière, à côté de Yanoukovitch. Il n’a qu’à prendre sa décision. Il pourra s’acheter une villa là-bas pour un bon prix.

Ou alors, qu’il entreprenne de regagner du terrain, et si certains êtres hideux le traitent de Hitler, qu’il réponde par « M. Gentil, c’est fini », comme le protagoniste du film de Mel Brooks en 1968 Les Producteurs. Qu’il écrase la révolution des masques, cette révolution de couleur, avant qu’elle ne le dévore.

Notre collègue André Vltchek a suggéré que nous ne devrions pas décrire le processus en cours aux États-Unis comme une « révolution de couleur ». Premièrement, les manifestants ne devraient pas être découragés, et encore moins ridiculisés, dit-il. Deuxièmement, chacune de ces révolutions est différente, ajoute-t-il. Ce sont des arguments faibles. Pour ma part, premièrement, je m’efforce de comprendre et d’expliquer les événements, et je laisse les encouragements à d’autres. Deuxièmement, les révolutions de couleur sont des révolutions qui se font au profit de l’oligarchie. Elles éliminent le dirigeant qui a trop de volonté ou d’esprit social au goût des milliardaires. Et c’est dans ce but qu’elles utilisent les griefs légitimes du peuple. Elles montent sur le peuple comme un cavalier sur son cheval. Cela signifie qu’une révolution de couleur peut effectivement s’infléchir et se transformer en réalité, comme un cheval peut éjecter son cavalier et partir au galop, mais ce n’est pas la tournure habituelle des événements.

La révolution des masques aux États-Unis bénéficie d’un trop fort soutien de la part des multinationales pour être autre chose qu’une révolution de couleur. « Black Lives Matter reçoit 100 millions de dollars de différentes fondations, en plus des 33 millions de dollars de subventions qui lui sont accordées par George Soros à travers ses Open Society Foundations », explique Policemag (l’article a été supprimé mais peut être consulté via archives.com).

Elle ne saurait être dissociée de la pandémie de Covid, ou plutôt, des mesures de confinement subséquentes. Ces moyens inhabituels de lutte contre la maladie sont mortels pour les petites entreprises et les indépendants. Les grosses boîtes y survivent, voire engraissent, tandis que les petites en meurent. Le contrôle sur la population s’accroît. Les travailleurs indépendants sont contraints de rejoindre le troupeau des salariés et de chercher à se faire embaucher par une grande firme ; sans quoi ils périssent. Les acteurs de la révolution vont se voir détruits par le succès de leur entreprise. Nous saurons que la révolution est devenue une véritable révolution, lorsque les révolutionnaires s’en prendront aux multinationales. De même, les ennemis de la révolution de couleur ne devraient pas combattre les Noirs et les minorités ; ils devraient combattre les grosses firmes qui utilisent les Noirs comme chair à canon.

En raison de ce lien entre le confinement et la révolution des masques, Trump devrait déclarer la fin du confinement. S’il y a une chose que nous avons apprise au cours du premier semestre, c’est que l’enfermement ne sert à rien. Nous devons apprendre à cohabiter avec le virus, même si cela fait des morts. Si vous mettez fin au confinement, vous n’aurez pas de deuxième vague. Les Suédois l’ont fait, et tout le monde peut en faire autant. Ceux qui veulent nous maintenir confinés voudraient nous garder la tête sous l’eau à jamais.

Et maintenant, une autre raison pour laquelle je ne suis pas d’accord avec Vltchek. Ce n’est pas que Black Lives Matter (BLM) ou que la direction du Parti démocrate (DNC) soient meilleurs ou pires que les guerriers de Trump. DNC et BLM sont proches de la puissance hégémonique. Ils sont aimés par les médias, par les maîtres du discours. Si le candidat démocrate gagne les élections de 2020, l’Occident sera uni derrière lui. Il humiliera la Chine, la Russie, le Venezuela, l’Iran ; les « déplorables », les « sans-dents », seront vilipendés ; les nationalistes européens seront éliminés ; le Nouvel Ordre mondial mettra les bouchées double. Non merci, André Vltchek. Il vaut mieux que l’Amérique et l’Occident soient divisés sous Trump plutôt qu’unis sous le DNC.

P.S. : Le côté juif de l’histoire : Israël a choisi ce moment pour l’annexion de la vallée du Jourdain et des colonies juives situées en Cisjordanie. C’était la promesse électorale de Netanyahou. Mais il répugne à la tenir, et il ne trouve pas de bonne excuse pour reculer (à moins que la deuxième vague de Covid n’arrive, de façon tout à fait opportune). Ses généraux ne sont pas non plus très enthousiastes. Seulement, son nouveau partenaire, le général Ganz, ne veut pas qu’on lui reproche d’avoir raté l’occasion de l’annexion. Les Israéliens estiment qu’ils ont maintenant une chance unique de s’emparer de ces terres, car aucun président américain, à l’exception du président Trump, ne le leur permettrait. Trump, ça lui est complètement égal, ce que peuvent faire les Israéliens, tant que cela maintient les juifs américains divisés à son sujet. C’est une attitude sensée ; naturellement, elle agace Biden et les démocrates (ils veulent que les juifs soient unis et tous dans leur camp), mais il fallait s’y attendre. Or rien ne se passe comme prévu, il y a un hic. Les juifs sont ambivalents à propos de l’annexion, et peut-être bien que dans l’ensemble ils préféreraient ne pas succomber à la tentation (offerte par Trump)...

Israël Adam Shamir

 

Retrouvez Israël Shamir, sur E&R :

 
 






Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2489821
    Le 24 juin à 10:39 par Keuf you
    Trump contre l’État profond

    Je ne suis pas d’accord au sujet des PME. Certes, beaucoup meurent mais d’autres prospèrent aussi, pas que le grandes boîtes. C’est un phénomène d’adaptation. Des entreprises disparaissent et d’autres apparaissent. Ce sont rarement les mêmes personnes mais ce que la "crise" a détruit, elle aura favoriser d’autres.

     

    Répondre à ce message

  • #2489841
    Le 24 juin à 11:01 par Le king
    Trump contre l’État profond

    J’ai surtout l’impression que nous vivons dans des sociétés sens dessus dessous, où plus personne ne veut obéir et dans laquelle chacun veut être son propre maître. Impossible d‘avoir une discussion constructive avec qui que ce soit, et encore moins sur les réseaux sociaux...
    _

     

    Répondre à ce message

    • #2489876
      Le 24 juin à 11:58 par Bayinnaung
      Trump contre l’État profond

      @u roitelet

      C’est tout le problème d’une société de gens qui s’auto-désignent experts afin de produire les théories les plus farfelues, non-sourcées et irréalistes dont la masse finit par noyer toute idée permettant une prise de conscience. Comment prendre au sérieux des réseaux sociaux où la voix d’un Thierry Meyssan ou celle d’un Israël Adam Shamir équivaut à celle d’un géopoliticien du dimanche qui décrit comment se passe la guerre en Syrie, la famine en Grèce ou les midterms aux USA (que Trump a évidemment perdu) ... sans avoir mis un seul pied sur le terrain ou sans avoir ouvert un seul livre sur le sujet.

       
    • #2489885
      Le 24 juin à 12:03 par Marshall Rosenberg
      Trump contre l’État profond

      C’est exactement cela !
      Certains le regrettent, d’autres le souhaitent.
      Un arbre vit les évolutions de la planète sans se plaindre, ni s’inquiéter du lendemain, il s’adapte.
      L’humain, être sentimental, s’inquiète et se plaindre dès que quelque chose d’inconnu se présente à lui.
      C’est comme cela, l’humanité n’a pas encore atteint l’adolescence qu’elle voudrait faire comme les grands.
      Nous entrons dans une ère où l’anarchie (au sens premier du terme, à ne pas confondre avec anomie !) devient une évidence.

       
    • #2489912
      Le 24 juin à 12:51 par jules3
      Trump contre l’État profond

      le port du masque est un signe obéissance. ce qui vous permet de faire des statistiques facile partout. En France , on voit que obéissance est majoritaire

       
    • #2489945
      Le 24 juin à 13:38 par Le king
      Trump contre l’État profond

      Bayin...
      Les réseaux sociaux sont là simplement pour tenter des débats ça et là, sans plus : n’attendez pas d’eux qu’ils vous apportent la lumière.
      Et puis les fameux experts cités ( Meyssan, Shamir...) sont eux aussi mus par des idéologies ( même s’ils s’en défendraient) et eux aussi peuvent, peut-être à leur insu, se fourvoyer et tordre les faits dans le sens qui les arrange...
      Chercher la vérité seul est éprouvant et même exténuant ; c’est pour ça que les gens ont besoin de mentor, de guide qu’ils piochent sur la Toile pour chercher, non la vérité, qui est relative, mais l’unanimité, qui les confortera dans la bonne estime qu’ils ont d’eux-mêmes. Détester quelqu’un, ici Trump, ou vitupérer telle idéologie, le mondialisme, est facile car ainsi personne ne se remet en question ... pas vrai, Bayin ?

       
    • #2490204
      Le 24 juin à 20:12 par VIVACHAVEZ
      Trump contre l’État profond

      C’est excatement ce que dit le patron dans cette vidéo (le sujet est abordé vers 4mn40) et on a tous pu le constater dans notre entourage un jour ou l’autre.

      https://www.youtube.com/watch?v=VBz...

       
    • #2490243
      Le 24 juin à 20:45 par Eric
      Trump contre l’État profond

      « ... chacun veut être son propre maître. »
      Pas « chacun » mais beaucoup. Un peu à votre image d’ailleurs !
      « Impossible d‘avoir une discussion constructive avec qui que ce soit, et encore moins sur les réseaux sociaux... »
      C’est le problème et le fardeau des génies méconnus comme vous, qui sont sur les dits réseaux sociaux (terme qui en soi ne veut rien dire car puisque c’est tout et son contraire) comme des exceptions aussi lumineuses que tragiquement ignorées. Lol.

       
    • #2490345
      Le 24 juin à 23:09 par Bayinnaung
      Trump contre l’État profond

      @u roitelet

      Les réseaux sociaux sont là simplement pour tenter des débats ça et là, sans plus : n’attendez pas d’eux qu’ils vous apportent la lumière.

      Raison pour laquelle je passe mon temps à corriger les erreurs produites par les géopoliticiens 2.0 incapables de se remettre en cause que ce soit sur l’hypothétique faiblesse iranienne ou le lien inexistant entre Trump et l’état-profond.

      Et puis les fameux experts cités ( Meyssan, Shamir...) sont eux aussi mus par des idéologies

      Sauf que eux n’écrivent pas sous pseudo : s’ils commettent une faute dans leur travail, ils peuvent être recadrés ou se traîner une réputation d’observateurs biaisés ... Alors qu’il est tellement plus facile de modifier un pseudo sur internet pour continuer à dire par exemple que Trump aurait gagné les midterms.

      et eux aussi peuvent, peut-être à leur insu, se fourvoyer et tordre les faits dans le sens qui les arrange...

      Disait celui qui n’a jamais reconnu son erreur catégorique sur les élections de mi-mandat américaines qui ont vu une défaite pour Trump, pas vrai roitelet ?

      Chercher la vérité seul est éprouvant et même exténuant ; c’est pour ça que les gens ont besoin de mentor, de guide qu’ils piochent sur la Toile pour chercher, non la vérité, qui est relative, mais l’unanimité, qui les confortera dans la bonne estime qu’ils ont d’eux-mêmes.

      En effet, il n’est pourtant pas très fatiguant de s’informer sur la faiblesse de l’appareil militaire américain et se rendre compte que les USA ont perdu un nombre incroyable de guerre depuis 1945. Si seulement ceux qui défendaient la théorie de l’amérique hyper-puissante et invincible préféraient ne pas se conforter dans la facilité.

      Détester quelqu’un, ici Trump, ou vitupérer telle idéologie, le mondialisme, est facile

      Détester Trump, c’est momentanément rouler pour le mondialisme.
      Dénoncer le mondialisme n’est pas une simple idée mais une vertu humaine. Tu compares ce qui est incomparable.

      car ainsi personne ne se remet en question ... pas vrai, Bayin ?

      On en reparle des midterms que Trump a perdu ?

       
  • #2489914
    Le 24 juin à 12:51 par henri
    Trump contre l’État profond

    Trump a hérité d’une administration complètement infiltrée et corrompue. Il a réussi à ne faire que le moulin à vent sur la scène internationnale sans démarrer de nouvelle guerre et en calmant plutôt le jeu en ne soufflant pas suffisament sur les braises pour allumer ou rallumer les incendies. (Corée, Syrie, Irak, Venezuela Afganistan) et ce malgré les coups tordus et autres faux drapeaux. Bien sur qu’il doit donner du leste aux sionistes. Je suis persuadé qu’il n’ est encore en vie que grace aux différents services qui le protègent et à des dossiers solides et bien planqués Lorsqu’on s’intéresse au programme MK ou Monarch aux Francs Macs au satanisme etc... on comprend qu’il part de loin et avec un sérieux handicap.

     

    Répondre à ce message

  • #2489981
    Le 24 juin à 14:45 par Snayche
    Trump contre l’État profond

    En regardant honnêtement les réalités du monde actuel, il devient évident que le meilleur chemin apportant le plus de valeur à l’homme ici-bas et dans l’au-delà correspond à la recherche de l’union nationale, du patriotisme économique, du localisme, de la famille traditionnelle, de l’entraide sociale, et de la pratique et de la propagation du monothéisme.
    Et donc il n’y a apparemment pas beaucoup de monde qui se rapproche de la meilleure note spirituelle.

     

    Répondre à ce message

  • #2489987
    Le 24 juin à 14:48 par goyband
    Trump contre l’État profond

    Trump ne sera pas réélu, malgré les gages donnés à l’AIPAC, notamment via la reconnaissance de Jérusalem comme capitale.
    En fait, Trump a fortement déçu l’Etat profond en n’écartant pas définitivement la menace Chiite en Syrie et celle du Hezbollah, parce qu’on peut théoriser que l’Iran serait brusquement devenu pro OTAN par un effet de cisailles, d’abord, l’assassinat d’un de ses leaders par les US à Bagdad (Qassem Soleimani), ensuite, une série de bavures (Boeing Ukrainien, frégate Iranienne) capable de faire basculer l’opinion publique Iranienne contre les Mollah, il n’en demeure pas moins que sa pression est toujours prégnante aux frontières de l’Etat Hébreux.

    On peut tourner le problème dans tous les sens, l’administration US est plus proche des intérêts Israéliens sous gouvernement Démocrates que sous Trump.

    Je prédis donc une victoire de Biden sinon, ce sera un tremblement de terre puisque l’idéologie progressiste sera empêchée sur un second mandat Trump et qu’elle risque de ne pas s’en relever, surtout sur les ingénieries pro réchauffement climatique et pro conflits de civilisation, dont la question migratoire et celle du terrorisme Islamique, ce dernier étant l’ennemi fabriqué quant à forcer l’Oncle Sam et ses alliés de se mêler du grand-moyen orient.

     

    Répondre à ce message

    • #2490071
      Le 24 juin à 17:04 par Eric
      Trump contre l’État profond

      Personnellement, dans le cas où Biden serait maintenu comme candidat « démocrate », je verrais plus une réélection de Trump. Ce serait plus ouvert si Biden était remplacé par un autre candidat moins repoussoir. Bien sûr il faut vraiment espérer une réélection de Trump.

       
    • #2490080
      Le 24 juin à 17:13 par Le king
      Trump contre l’État profond

      L’Iran est une puissance de seconde ordre, avec une force de projection proche du néant ! L’Empire surgonfle la « menace » iranienne ainsi que celle du Hezbollah : en réalité, des « menaces » inoffensives pour l’Empire...

      Quant au Trump, même s’il venait à perdre, le trumpisme lui a gagné : aucun président, même démocrate, ne reviendra sur les mesures de protectionnisme récemment acquises...

       
    • #2490177
      Le 24 juin à 19:32 par Eric
      Trump contre l’État profond

      « Quant au Trump »
      Quant à ..., Épargnez-nous ce parler paysan svp. !

       
    • #2490236
      Le 24 juin à 20:37 par Le king
      Trump contre l’État profond

      Éric...
      Allons, Éric, ce sont ces mêmes « paysans » qui forment pourtant la base de l’électorat du président Trump. Quel mépris pour eux !!! Allons, Éric, reprenez vous..,

       
    • #2490239
      Le 24 juin à 20:41 par Robert
      Trump contre l’État profond

      C’est pourtant les paysans qui te nourrissent. Un peu de respect pour ceux qui permettent à certains de l’oucrir sans rien apportait de constructif.

       
    • #2490288
      Le 24 juin à 21:44 par Eric
      Trump contre l’État profond

      Chacun aura compris petit « king » que c’est vous qui en usiez pour signifier votre mépris à l’égard de l’intéressé. « Bien » tenté mais encore raté.
      Quant à « Robert », merci pour l’intervention constructive, prenez au moins le temps de rédiger la prochaine fois.

       
    • #2490330
      Le 24 juin à 22:54 par ladko
      Trump contre l’État profond

      Épargnez-nous ce parler paysan svp. !

      Vous êtes pris en flag, Eric : ça s’appelle du mépris de classe...

       
    • #2490347
      Le 24 juin à 23:13 par vincesampras
      Trump contre l’État profond

      Trump a proposé quatre débats avant les élections. Biden en a accepté trois. 3 x 2 heures entre un président sortant qui envoie des uppercuts à la minute en face d’un type de l’Etat profond totalement corrompu qui est soit sénile soit atteint d’Alzheimer, le débat Macron-Le Pen passera pour une discussion feutrée.
      Préparez vos popcorns. Comme les compétitions sportives sont annulées, l’arène politique est un substitut.

       
    • #2490351
      Le 24 juin à 23:18 par Bayinnaung
      Trump contre l’État profond

      L’Iran est une puissance de seconde ordre, avec une force de projection proche du néant ! L’Empire surgonfle la « menace » iranienne ainsi que celle du Hezbollah : en réalité, des « menaces » inoffensives pour l’Empire...

      L’Iran & le Hezbollah ont vaincu les forces pro-empire en Syrie : elles sont une menace perpétuelles pour le grand israël. C’est marrant cet oubli permanent du sionsme dans la lecture de la géopolitique régionale...on se demande pourquoi ?

      Quant au Trump

      Cette façon plouc d’écrire comme pour sous-entendre que l’électorat de Trump est un ramassis de plouc est assez médiocre, humainement parlant

      le trumpisme lui a gagné : aucun président, même démocrate, ne reviendra sur les mesures de protectionnisme récemment acquises...

      Et pourtant ce n’est pas l’envie qui leur en manque : les mesures prises par le CNR en 1945 étaient aussi (sinon plus encore) révolutionnaires que les mesures de Trump et pourtant elles ont finit par être déconstruites aussi.
      Le Trumpisme est encore frais et peut être détruit facilement avec le poids de l’appareil sécuritaire actuel qui permettrait aux démocrates d’écraser dans l’œuf toute opposition populaire (un peu à la Castaner) en s’auto-flattant d’avoir remporté la guerre contre le populisme. Ne crions pas victoire trop tôt : l’état-profond est à la manœuvre, Trump peut être battu et son travail remis en cause si les gens ne se mobilisent pas pour dénoncer quotidiennement cette volonté anti-populaire à la tête des classes dirigeantes occidentales.

       
    • #2490386
      Le 25 juin à 00:10 par Eric
      Trump contre l’État profond

      « Cette façon plouc d’écrire comme pour sous-entendre que l’électorat de Trump est un ramassis de plouc est assez médiocre, humainement parlant »
      C’est ça le propos en effet ! Et même si ça ne m’est pas adressé directement, merci quand même ! À côté de la mauvaise foi prête à faire feu de tout bois à défaut d’autre chose, quand ce n’est pas pire encore, la compréhension élémentaire est appréciable.

       
    • #2490404
      Le 25 juin à 00:39 par Eric
      Trump contre l’État profond

      « Épargnez-nous ce parler paysan svp. !
      Vous êtes pris en flag, Eric : ça s’appelle du mépris de classe... »
      Bien sûr ladko, je n’ai que mépris pour les paysans, c’est tout à fait ça !!! Le « king » était j’en suis sûr de mauvaise foi en interprétant les choses de manière littérale, j’ose « espérer » que c’est également votre cas. En tout cas il n’y a que ça à faire.

       
    • #2490477
      Le 25 juin à 06:34 par goyband
      Trump contre l’État profond

      @vincesampras et quelques autres, la question n’est pas tant de savoir si Trump est meilleur candidat que Biden, la réponse est évidente, la question est de savoir si Trump sera en capacité de jouer pleinement sa partition jusqu’en septembre et pendant la campagne.
      L’impeachment ayant échoué, le Covid ayant altéré une partie de ses résultats sur le domestique, en plus de son image, un gros pépin supplémentaire pourrait faire basculer l’opinion publique vers le changement.

      Lorsque j’évoque gros pépin, le spectre est large, du scandale à la sidération voire la peur.

      C’est bien parce que Biden est faible, qu’il faut s’attendre à une stratégie anti Trump et non pro Biden.
      En d’autres termes, une campagne basée sur le rejet du personnage Républicain et non sur la promotion des idées du Démocrate.

       
    • #2490578
      Le 25 juin à 09:36 par Eric
      Trump contre l’État profond

      Bien sûr goyband. Et bien malin celui qui pourrait pronostiquer quoi que ce soit, d’autant plus qu’il a en face de lui des acharnés comme nous avons les notes (allez voir la couverture d’un torchon comme Le Nouvel Obs, rien que les titres sont hallucinants). On peut espérer qu’il réserve un coup fumant (affaires judiciaires en lien avec Epstein et Cie par exemple) à toute la clique qu’il a sur le dos. Un aspect important, ce sont les résultats économiques et le bilan de Trump en la matière, élément qui joue en sa faveur et dont on peut penser qu’il a conforté ses électeurs acquis lors de sa première investiture. J’imagine mal pour ma part que Trump les aient déçus et qu’ils décident de le snober, d’autant moins vu ce qu’il y a pour le moment en face. C’est pour cela que Trump ne peut perdre que par des manipulations de toutes sortes (on peut même penser au pire) et pas à la loyale.

       
    • #2490607
      Le 25 juin à 10:18 par Eric
      Trump contre l’État profond

      « ... comme nous avons les nôtres ... »

       
    • #2490841
      Le 25 juin à 15:14 par quidam
      Trump contre l’État profond

      L’opportunité qui nous est offerte par le site consiste à livrer notre point de vue dans des limites déjà très restrictives que la loi impose sans que nous ayons à subir en plus les remarques de certains redresseurs de tort, sur la forme que nous choisissons pour nous exprimer..le service modération se suffit à lui-même, sans la contribution zélée de censeurs en herbe qui j’espère se reconnaîtront..Laissons le "diviser" a nos ennemis..

       
    • #2491062
      Le 25 juin à 20:40 par Eric
      Trump contre l’État profond

      Rassurez-vous « quidam », personne n’est en capacité (et tant mieux) de se substituer aux services de modération qui font comme bon leur semble. Tout le monde s’exprime plutôt librement et juge de même, dans les limites fixées par le dit service et par personne d’autre. Alarmes inutiles donc.

       
  • #2490042
    Le 24 juin à 16:16 par RrexX
    Trump contre l’État profond

    C’est une analyse comme une autre.
    En ces temps de Tempête, où tous les coups sont permis, le camp Trump avance selon une stratégie apparemment confuse. Mais il avance inexorablement ses pions en évitant les attaques et en contre attaquant dans certains cas. Il sape méthodiquement les piliers du camp adverse (Berman SDNYC , Big Tech Tyrans, ...) obligeant les agents infiltrés à se dévoiler davantage. Mr Shamir seul le résultat compte et il revient au général en chef de définir une stratégie, compte tenu de toutes les informations en sa possession et dont nous ne connaissons après coup qu’une infime partie d’entre elles..
    Stratégie qui lui a permis de tenir face à l’intensité des nombreuses attaques depuis 2016, intensité jamais vue auparavant
    Et les libéraux Soros ont les crocs !

     

    Répondre à ce message

  • #2492791
    Le 28 juin à 10:51 par AbsoluteBeginner
    Trump contre l’État profond

    C’est exactement ce que je pense sur la ligne Trump en matière de politique étrangère.

     

    Répondre à ce message