Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump et Tsai Ing-Wen s’emploient à semer le trouble à Hong Kong

Le président états-unien Donald Trump et la dirigeante taïwanaise Tsai Ing-wen s’emploient à provoquer de nouveaux problèmes pour la Chine à Hong Kong, après leurs tentatives malheureuses d’intervention politique dans ce problème intérieur. Le dirigeant états-unien a suggéré de manière provocante, dans un tweet récent, que le président Xi rencontre certains des émeutiers responsables de la fermeture de l’aéroport la semaine dernière, alors que la dirigeante taïwanaise a étendu une offre de soi-disant « asile » aux résidents de Hong Kong voulant venir à Taïwan par suite des instabilités de cet été. Ces deux personnalités s’emploient à violer la souveraineté de la Chine en encourageant de nouvelles instabilités.

 

Le tweet de Trump était très irrespectueux envers le président chinois : il se comporte avec arrogance en faisant comme s’il était responsable de la République populaire, ce qui n’a pas été sans rappeler à nombre d’observateurs l’ère impérialiste où des dirigeants étrangers s’occupaient d’exercer leur influence sur la Chine depuis l’autre bout du monde. Trump sait pertinemment que les dirigeants chinois ont décrit publiquement les événements de l’aéroport comme des « comportements proches du terrorisme » et que toute entrevue de ces émeutiers avec le président Xi ne ferait que légitimer leur mouvement, ce qui discréditerait les efforts de la police de la ville, qui a travaillé très dur pour que la loi y reste appliquée.

Quant à Tsai Ing-wen, son offre d’« asile » visait à servir deux objectifs, le premier d’entre eux étant d’attirer les malfaiteurs qui se sont fait arrêter pour leur implication dans les émeutes de la ville, et le second étant d’amener les citoyens responsables à mettre en doute leur engagement pour leur pays natal. Chacune de ces motivations a pour but d’influencer les motifs migratoires de manière à ébranler l’emprise de Pékin sur la ville de Hong Kong. En outre, des rapports ont circulé, signalant que des Taïwanais envoyaient des casques et vendaient des masques à gaz aux émeutiers de Hong Kong, ce qui vise à compliquer la tâche des agents de maintien de l’ordre dans leur réponse graduée aux provocations de ceux-ci.

Autre point qui mérite d’être mentionné : les USA projettent de vendre des avions F-16 à hauteur de 8 milliards de dollars aux autorités rebelles de Taïwan, chose que Washington présente comme une contribution à la paix dans la région, mais qui accomplit exactement l’inverse et la déstabilise. Il s’agit d’une violation encore plus patente de la souveraineté de la Chine que les déclarations politiques de Trump et de Tsai Ing-wen sur les émeutes de Hong Kong, car cette vente implique des équipements militaires ayant pour objet de tuer des Chinois, militaires comme possiblement civils, dans le scénario d’une guerre ouverte entre Pékin et Taipei.

Hong Kong et Taïwan constituent deux composants importants de la République populaire, mais les USA s’emploient activement à les retourner contre leurs compatriotes du continent, par des moyens différents. L’ingérence états-unienne à Hong Kong est motivée par le désir de poursuivre une soi-disant « révolution de couleur » dans la ville, qui pourrait même servir le grand objectif stratégique d’un séparatisme, cependant que la fourniture d’armements aux renégats de Taïwan vise à augmenter leur capacité à entraver toute opération de réunification future par l’Armée de Libération du Peuple. Les deux interventions visent à donner aux fauteurs de troubles de Hong Kong et de Taïwan une sentiment de sécurité artificiel pour les encourager à fomenter de nouvelles perturbations.

L’intervention politique des USA à Hong Kong ne convaincra pas le spectateur moyen que les USA soutiennent leurs vrais intérêts : elle ne fait que les perturber encore plus en soutenant les forces mêmes qui rendent la vie de chacun plus difficile dans cette ville. De même, l’intervention militaire indirecte états-unienne à Taïwan, réalisée par un projet de vente de 66 F-16 ne changera pas la donne et ne donnera en aucun cas d’avantage décisif à l’île sur le continent. Les émeutiers de Hong Kong et les renégats de Taïwan se voient utilisés comme des pions par les USA dans la guerre hybride plus large menées par ceux-ci contre la République populaire, visant à mettre Pékin à genoux.

La Chine s’est élevée comme aucune civilisation ne l’avait fait avant elle, depuis la réussite de sa révolution de 1949, et a rétabli sa dignité après ce qui est considéré comme le « siècle d’humiliation ». Les USA ne pourront rien faire face à l’inévitable tendance à la réunification de la Chine, et leurs efforts à Hong Kong et à Taïwan se révéleront vains en fin de compte. Hong Kong restera partie intégrante de la République populaire, et Taïwan reviendra tôt ou tard sous le contrôle de Pékin. Les États-Unis feraient bien d’accepter ces événements, et de donner la priorité à leur partenariat stratégique avec la Chine, au lieu de s’employer vainement à accomplir l’impossible : cela ne fait qu’augmenter les risques d’empirer les relations entre les deux pays.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si seulement le gouvernement américon mettait autant d’énergie à s’occuper de sa population qu’à foutre la merde dans le monde......

     

    • A dire vrai et sans vouloir prendre parti pour l’impérialisme américain (multi-génocidaire) : dans le cas présent, les USA font la guerre économique à la Chine en partie pour s’occuper de leur propre population (et les troubles à Hong-Kong servent en partie à cela).

      Déjà, donner l’illusion qu’il y a une empoignade avec la Chine donne aux néo-con l’os qu’ils veulent ronger et les calme quelques temps.

      Ensuite, tendre les relation sino-américaines ne peut que fragiliser les grandes entreprises US (et notamment les GAFA) qui sous-traitent ou délocalisent en Chine et comment faire plier un géant du capitalisme dans le pays des géants du capitalisme sinon en le coupant de ses relations internationales qui le rendent intouchable ?

      Enfin, les USA ont encouragé la Chine a adhérer au libéralisme dans l’espoir que ça la soumette (revoir l’excellente conférence sur la Chine et la fable du libéralisme pensant sauver le monde) or, la Chine a su intégrer l’arme ultralibérle qui devait en faire l’esclave des USA tout en restant elle-même (je ne vois toujours aucune base US stationnée en Chine) ce qui fait que nombre d’américains estiment, eux, être devenus les esclaves de la Chine.

      En tant qu’antilibéral opposé aux traités de libre-échanges asservissant : je préfère nettement voir 2 pays ultralibéraux s’opposer que de se rapprocher. Vous imaginez la même chose demain entre l’Europe et les USA et tous les Macdonald’s obligés de fermer de notre côté de l’Atlantique ? Ce serait plutôt une bonne nouvelle !


    • @pontiac

      Et les milliards envoyés à l’état voyou d’is-rat-hell, ça ne sort pas des poches du peuple américain ? La Chine a bon dos !!!


  • Une chose que j’ai du mal a comprendre :

    Quel est la part de décision que les USA peuvent prendre en ce qui les concernent ? Israël tient les renes à 100% ou ils ont leurs mots à dire un peu ? Même question pour chez nous.


  • Hé bien, que leurs relations empirent puisque l’ogre zétazunien s’y emploie avec tant de persévérance. Peu m’importe, puisque l’issue est évidente : Les zétazunis finiront par se refermer sur eux-mêmes et par vivre en autarcie. Ce sont des "has-been" qui ont pourri la vie de tout le monde sur cette planète depuis qu’ils ont fondé leur maudite nation. Que le diable les emporte tous.


  • Taiwan est un pays indépendant depuis la seconde guerre mondiale, et la défaite du Japon, en aucun cas Taïwan, ne peut faire partie de la Chine. Or le partie Bleu s’y emploie à coup de lavage de cerveaux depuis des années et de corruption. De plus les migrants chinois ne sont pas les premiers ni les unique habitant de l’ile ( se référer aux nombreuses tribus aborigènes)

     

    • #2265707

      Taiwan faisait partie de la Chine après la 2è guerre mondiale, elle a ensuite été détachée de ce pays par le Kuomintang soutenu par les USA en 1949.
      Les habitants sont de langue et de culture chinoise.
      A part l’avidité US, il n’y a pas grand chose qui les sépare de leurs voisins sur le continent.


    • Les habitants sont en bonne partie des métis de Han et de Gaoshan (aborigènes) et de toute façon les Han ne sont pas les seuls Chinois dont osef
      Sinon Taiwan n’a pas été indépendant après la guerre, tu mens, Taiwan a été rendu de jure à la Chine par le Japon après la défaite de ce dernier. L’île était d’ailleurs tellement indépendante de la Chine comme tu dis qu’elle a tenu le siège de la Chine à l’ONU de 1949 aux années 70...


    • Faux les pays qui reconnaissent le gouvernement de Taïwan en tant qu’entité indépendante de Pékin ne sont qu’au nombre de 17. pour tous les autres y compris les États-Unis les Européens il n’y a à l’heure actuelle qu’une seule Chine


  • Tsai est honnie à Taiwan et ne sera pas réélue aux élections présidentielles qui arrivent bientôt. Elle avait été élue pour deux raisons : le rejet du parti pro-Pékin (Guo Min dang) qui avait mené une politique économique désastreuse et le fait que le Guo Min dang ne voulant pas assumer certaines réformes impopulaires avait fait en sorte à ce que Tsai Ing Wen du parti indépendantiste soit élue en proposant face à elle un candidat minable et en sabotant leur propre campagne présidentielle afin que cela soit elle et son parti qui prennent la responsabilité de ces réformes imposées par l’oligarchie (exactement comme en France où l’on fait alterner partis de "droite" et de "gauche" pour imposer certaines réformes. La droite se chargeant en loucedé d’imposer les réformes pro-immigrationnistes tout en tenant des discours anti-migratoire, et la gauche se chargeant des réformes libérales du volet économique tout en affirmant que "mon ennemi c’est la finance", saupoudrées de réformes sociétales pour faire bonne mesure...)

    Le prochain président sera probablement le pro-Pékin Han Guo Yu...
    La situation taïwanaise est inextricable ! En effet si une significative majorité de la population se considère appartenir à la Chine elle rejette toutefois le système politique chinois actuel et de ce fait ont le cul entre deux chaises, c’est à dire veulent entretenir de bonnes relations avec Pékin et n’ont pas de revendications indépendantistes, mais n’ont pas le courage de rompre leurs liens avec les USA de peur de perdre leur autonomie par rapport à Pékin et c’est sans compter les capacités de représailles des USA au cas où Taiwan lui tournait le dos.
    Les Taïwanais sont d’autant plus attachés à leur autonomie qu’historiquement et anthropologiquement cette île a été peuplée de marginaux, pirates et réfugiés fuyant des troubles en Chine continentale et qui sur l’île de Formose vivaient de manière autonome avec peu d’intervention des autorités centrales du continent chinois. Il y a aussi les aborigènes qui sont en général très pro-Pékin où plus exactement pro "parti nationaliste chinois" car ils considèrent que la Chine est plus apte à protéger leurs droits que les indépendantistes taïwanais...

     

    • @ goy pride.
      Je suis agréablement étonné que vous connaissiez si bien Taïwan.
      Serions nous voisins ?
      Pour ce qui est des aborigènes, il est vrai qu’ils votent massivement pour le Kuomintang ( littéralement "parti republicain").
      Pour autant ils ne sont absolument pas pro-RPC et leur hostilité envers les Taïwanais Han confine souvent à la haine.
      Salut camarade !


    • @Elkano

      Selon mes observations et ressenti purement subjectif les Aborigènes ont à divers degrés de l’antipathie, rarement de la haine, à l’égard des Han Hokkien (les descendants des premiers pionniers chinois ayant occupé Formose...), mais n’ont pas de ressentiments particuliers pour les Chinois de la Chine continentale.
      Effectivement c’est plus le ressentiment historique pour les Chinois Hokkien qui fait qu’ils votent pour le Guo Min Dang et non pas une supposée sinophilie...

      Oui je connais bien Taiwan, un résident de longue date...


    • @ goy pride,



      Le prochain président sera probablement le pro-Pékin Han Guo Yu...



      S’il en était ainsi et, qu’il soit élu, ce sera la meilleure chose pour Taïwan, la Chine ... et le monde entier.


  • Une chose est sûre ... dans cette stratégie impérialo/colonialiste de l’oncle Sam et, quoi qu’il fasse, les chinois sont très malins, réfléchissent mieux et plus vite que le ricain moyen, d’autant plus Trump comparé à Xi ... tout ça pour dire que les manipulations déjà à Taïwan et ensuite et nouvellement à Hong Kong vont faire en sorte que ces situations provoquées de l’extérieur vont unir encore plus le grand peuple de Chine continentale et les USA, comme tjrs s’en morderont les doigts, mais tjrs trop tard.
    Bref, même bcp de hongkongais voire taïwanais vont se rendre à l’évidence.
    Le chinois, depuis qu’il s’est pris en main (grâce à Mao) ... ne se trompe pas souvent, prend son temps, mais arrive toujours à atteindre ses objectifs, objectifs d’unité, de liberté, de non soumission, de développement ... rien de tout ça n’est fait pour plaire à l’impérialisme zunien en déliquescence.


  • Avant de s’enflammer, il est toujours intéressant de vérifier d’où proviennent les réflexions ou opinions émises dans les multiples sources proposées à notre lecture.
    Ici, il s’agirait du shaker francophone, un site diffusant des cocktails destinés à nous tenir plus qu’éveillés…
    Comme bien souvent les pétards sont mouillés, et l’auteur artificier identifié, on s’amuse des caricatures proposées à notre attention.
    Andrew Korybko se présentant sobrement comme un Journaliste et analyste politique de l’agence Spoutnik, qui poursuit des études de Relations internationales à l’Université de Moscou, on comprendra qu’il tient à réussir ses examens…
    Pour le reste Xi Jinping a cru bon de publier un manuel destiné au bon usage des enseignements de Confucius, quand Trump est un adepte de Sun-Tzu.
    L’un veut restaurer un empire, l’autre veut reconstruire l’Amérique en mettant un terme aux rêves impérialistes de ses prédécesseurs.
    Enfin s’agissant de Hong-Kong les médias curieusement n’ont pas relayé les photos de manifestants brandissant « Président Trump liberate Hong-Kong »…
    Le mot de la fin à William McGurn publié dans le Wall Street Journal : « il n’est pas facile de transformer un million de personnes prospères en dissidents politiques. Mais c’est ce que la Chine a su faire à Hong Kong »