Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Un seul État pour tous : la réalité en Palestine-Israël

Il y a une guerre à Jérusalem en ce moment, une guerre qui met fin à l’illusion israélienne que la cause palestinienne s’est en quelque sorte effacée ou évaporée.

 

Le général israélien vétéran Amos Yadlin, ancien commandant des services de renseignement de Tsahal et analyste en chef de la sécurité nationale israélienne, a décrit la réalité israélienne dans les termes les plus brutaux dans son commentaire sur le N12 israélien : « Les illusions israéliennes sont terminées. Le problème palestinien est de retour. »

Yadlin estime que le manque de leadership d’Israël a conduit à une paralysie stratégique, dans laquelle Israël et la Palestine se sont pratiquement transformés en « un seul État » et il n’a que deux choix possibles : soit « cesser d’être un État juif », soit être « antidémocratique » ! Selon Yadlin, les « Palestiniens sont engagés dans un discours différent aujourd’hui, qui n’est plus celui du passé. Après l’échec de leurs trois principales stratégies – le terrorisme, l’internationalisation du conflit et la dépendance vis-à-vis du monde arabe –, les Palestiniens ont considérablement renforcé le discours des droits. S’ils ne peuvent obtenir leur propre État, ils cherchent à obtenir des droits égaux en tant que citoyens du Grand État d’Israël – avec l’espoir à long terme d’une majorité arabe dans un seul État. En attendant, ils espèrent épuiser les avantages économiques d’Israël et gagner des points dans la campagne de délégitimation d’Israël ».

Je n’utiliserai pas la terminologie erronée de Yadlin, car les Palestiniens constituent déjà la majorité des personnes entre le fleuve et la mer. Pourtant, je pense que sa dissection de la situation est largement exacte. Elle est également conforme à la lecture que font les services de renseignement des FDI du conflit israélo-palestinien depuis le début des années 1980. Les généraux de Tsahal le répètent depuis des années : pour que les Palestiniens gagnent, il suffit qu’ils survivent. Mahmoud Abbas, que de nombreux partisans de la Palestine ont tendance à détester, est également parvenu à la même conclusion il y a quelque temps. Ce n’est pas la guerre qui vaincra Israël, c’est en fait la paix qu’Israël craint le plus.

Comme si les nouvelles n’étaient pas assez mauvaises pour les Israéliens et leurs perspectives d’avenir dans la région, les dernières élections ont clairement montré que le nouveau faiseur de roi israélien n’est autre que Mansour Abbas, le chef du parti islamique Ra’am. Benyamin Netanyahou était prêt à former un gouvernement avec lui uniquement pour maintenir sa primauté, avec l’espoir que cela puisse l’aider à rester hors de prison. Mais une coalition centriste alternative ne peut pas non plus être formée sans le soutien d’Abbas.

La droite dure de la Knesset israélienne comprend qu’un tel pouvoir politique entre les mains d’un parti islamique donne du pouvoir à ses ennemis les plus acharnés. Il est destiné à amener beaucoup plus d’Arabes israéliens aux urnes lors des prochaines élections et si les Arabes d’Israël bénéficient de la même représentation politique que la majorité juive, ils peuvent facilement devenir la plus grande force politique en Israël. Israël est-il prêt à accueillir un Premier ministre arabe ou un ministre de la Défense musulman ? Je vous laisse réfléchir à cette question.

Le fait le plus étrange dans tout cela, c’est que les lobbies juifs du monde entier réussissent très bien à dominer les affaires des différentes nations qui concernent Israël et les intérêts juifs. On a beaucoup écrit sur la domination de l’AIPAC sur les affaires étrangères américaines. On a beaucoup parlé du pouvoir des Conservative Friends of Israel (CFI) et des Labour friends of Israel (LFI) en Grande-Bretagne. Pourtant, aux États-Unis, les Juifs représentent moins de 2 % de la population totale. Au Royaume-Uni, les Juifs représentent moins de 0,5 % des Britanniques. En Israël, par contre, les Juifs représentent 80 % de la société israélienne et environ 50 % des personnes qui vivent entre le Jourdain et la Méditerranée. On peut en conclure que les Juifs s’en sortent beaucoup mieux en tant qu’identité exilique marginale qu’en tant que majorité sur le territoire. Le sionisme, pour ceux qui ne le savent pas, est né pour réfuter cette observation mais il a échoué.

Gilad Atzmon

 

Retrouvez les textes de Gilad Atzmon, sur E&R :

 
 






Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2723390

    À tout les patriotes, svp ne confondez pas les juifs et les sionistes de même que les islamo-racailles (mot inventé au passage par AS et repris par cette ignoble zemmour en s’ en attribuant le concept) de banlieues qui empoisonnent la vie des Français avec ses pauvres Palestiniens même si l ’ amalgame est parfois dur à éviter.

     

    Répondre à ce message

  • #2723412

    Pour résumer, il est toujours plus facile de parasiter le travail des autres que de bâtir soi-même.

     

    Répondre à ce message

  • #2723568
    Le 12 mai à 20:17 par Edwoooood beeeeeeeeh !
    Un seul État pour tous : la réalité en Palestine-Israël

    Ces israéliens et leurs modules d’espionnage et d’action dans la profondeur sont très dangereux, et je parle bien d’eux en France au delà de la transpondance que certains ont compris avec leur « Jérusalem céleste ou dixit la vie ».

     

    Répondre à ce message

    • #2726506

      N’oubliez pas la démographie des musulmans
      nous français allons disparaître de par la démographie des musulmans comme les israéliens avec les palestiniens
      pourquoi les juifs expulsés tout comme les chrétiens des pays arabes n’ont pas mis le monde à feu et à sang c’est une question de civilisation
      en Algérie en 1830 y avait 2 millions principalement des berberes aujourd’hui 45 millions principalement des arabes

       
  • #2724016

    La méthode de domination, se résume en 3 mots : corruption, chantage, assassinat !
    Au pays où coule la miel, c’est le dernier qui fonctionne le mieux...

     

    Répondre à ce message

  • #2724136

    Deux états et au bout de dix ans les Président et Parlement palestiniens sont juifs à 90%

     

    Répondre à ce message

  • #2724497

    Comme si un "Etat Juif" pouvait être démocratique.
    C’est un faux dilemme que pose cet ancien commandant.
    ( soit « cesser d’être un État juif », soit être « antidémocratique » !)

    Israël est déjà officiellement un "Etat Juif" , donc non démocratique.
    Il n’est pas question que le citoyen soit autre chose que "Juif " ou qu’il pense le projet politique en dehors de sa "judéité".

     

    Répondre à ce message

  • #2724519

    L’Aïd et l’Ascension le même jour. C’eût-été un jour parfait pour opposer les deux communautés et importer en France le conflit, et déclencher enfin cette guerre civile tant voulue par nos amis ? Ce n’est surtout pas mon souhait, la paix doit vaincre.

     

    Répondre à ce message

  • #2724863

    La préférence communautaire, qui s’épanouit dans la semi-clandestinité, s’évanouit dans l’institution : le paradoxe sioniste dans toute sa splendeur ! Maintenant la question est : que va-t-il en sortir ? Si Israel s’affaiblit, que devient la puissance de la diaspora réduite à elle-même ? Sans base arrière fiable... Qu’en disent les juifs ? Il faudrait leur poser la question.

     

    Répondre à ce message

  • #2725192

    Darmanin interdit la manif pro-palestinienne de samedi car elle est "antisémite" . Donc c’est officiel si on manifeste contre israël on est antisémite . Seule LFI proteste .

     

    Répondre à ce message

  • #2725305

    Il pourrait y avoir une solution simple à ce conflit, encore faut il sortir de la propagande juive habituelle que nous distille les médias et qui abreuve nos politiques.
    Quand on veut résoudre un problème, il faut se poser la question suivante : "que recherchent chacune des parties ?"
    Commençons par les Juifs (j’y inclus la diaspora). Ce qu’ils recherchent c’est un Etat national à eux, un état juif majoritairement, qui soit installé dans le lieu symbolique de leur origine mythologique : la Palestine. Leur idéologie est forte encouragé par un nationalisme ethnico-religieux millénaire. De plus, leur lobby aux USA et en Occident est parvenu ces dernières années à placer leurs intérêts particuliers au-dessus de l’intérêt propre de chaque nation. Leur influence dans les médias est considérable et la diaspora est constituée d’une population éduquée, consciente d’elle même et de son pouvoir.
    Maintenant que recherchent les Palestiniens. La majorité des Palestiniens sont descendants de paysans qui vivaient là depuis des siècles. Leur niveau éducatif et civilisationnel est faible. Peu importe où ils vivent, ce qu’ils veulent avant tout c’est vivre paisiblement. Leur idéologie nationale est faible, l’identité palestinienne n’est née qu’avec la Nakba (expulsion en 1948). La plupart vivent comme des pouilleux dans des camps de réfugiés (Gaza, Cis-jordanie, Liban, etc...) et d’autres plus chanceux ont la nationalité israelienne. Par contre, ils ont retenu la leçon de leur expulsion en 1948 et sont prêts à accepter des pertes humaines considérables plutôt que de quitter leurs terres ancestrales.

    Alors une solution simple pourrait convenir aux deux parties. Ce serait que les Juifs réussissent à convaincre les USA, le Canada et les pays anglo-saxons de prendre les 5 millions de Palestiniens, de leur attribuer la nationalité et de leur octroyer un pécule pour démarrer (par exemple 10k$ par individu). En échange, les Palestiniens renonceraient à la nationalité israelienne et accepteraient de quitter leurs terres au profit d’Israel.
    Cette opération serait relativement peu couteuse : (50 milliards de dollars, bien moins que le cout militaire de ces opérations pour Israel ou le maintien d’une flotte US au moyen orient).
    Cette opération permettrait de normaliser les relations diplomatiques d’Israel avec les états arabes de la région, d’apaiser les tensions avec l’Iran et la Turquie. La grande majorité des Palestiniens accepteraient.

     

    Répondre à ce message

    • #2725371

      J’ai bien ri, merci.
      Votre idée de déportation contre monnaie sonnante et trébuchante a déjà été expérimentée par Israël.
      Mais les palestiniens veulent rester chez eux, c’est ballot !! Ils font ch...a être toujours à contre courant ceux là ! Défendre sa terre, y rester peu importe les conditions de vie...
      (Non ils ne sont pas des paysans incultes, il y a une élite palestinienne dont savent profiter certains pays : Usa, Canada, petromonarchies...)

       
    • #2725466

      C’est ce qu’on proposera aux souchiens quand ils seront minoritaires.

       
    • #2726020

      @Alexandre
      Les juifs de la diaspora ne recherchent pas du tout un Etat-Nation à eux.
      Ce sont des produits des Lumières Juives (Haskala) ils ont abandonné l’idée que le destin de tous juifs était de s’établir sur la terre sainte, ils ont fait une croix sur "le retour".

      Arthur Koestler le disait déjà jadis, depuis la création d’Israël chaque juif qui vit encore dans la diaspora a cessé d’être juif s’il ne s’est pas établi sur la terre sainte...

       
    • #2726521

      Les arabes envahissent le monde et trouve normal
      ils virent des millions de chrétiens et de juifs et c’est normal et sont toujours des victimes

      je me demande si ils réfléchissent et si ils connaissent leurs histoires

       
Afficher les commentaires précédents