Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

#pasdevague : les professeurs dénoncent l’abandon de leur hiérarchie face aux violences

Suite à la diffusion de la vidéo du lycéen braquant un professeur, les enseignants dénoncent en masse sur Twitter l’abandon de leur hiérarchie, face à la violence en milieu scolaire.

 

C’est le #MeToo des enseignants. Depuis quelques jours, le hashtag #Pas de vague a été relayé par des centaines de professeurs sur Twitter, dénonçant les violences dans les établissements et le manque de soutien de leur hiérarchie. Cet élan de protestation intervient après la diffusion d’une vidéo montrant un lycéen de Créteil braquant en pleine classe une arme sur son enseignante. Une arme qui était en réalité un pistolet à billes. Cette vidéo avait provoqué de nombreuses réactions politiques, et notamment celle du ministre de l’Éducation nationale dans un interview donné au Parisien.

 

Des témoignages préoccupants

Ils sont nombreux à condamner l’omerta entretenue selon eux par l’institution scolaire et les chefs d’établissement. Selon ces tweets, les élèves responsables de ces violences « sont rarement renvoyés », la direction reproche aux professeurs d’être « trop susceptibles », de « prendre les choses trop à cœur », ou de « ne pas avoir fait de rapport qui atteste des faits », empêchant toute mesure répressive.

Les enseignants déplorent aussi l’inefficacité des conseils de disciplines, lorsqu’ils ne sont pas évités à tout prix par leur hiérarchie. Le manque d’autorité dont font preuve les établissements est aussi imputé aux parents, nombreux selon ces enseignants, à s’offusquer des sanctions et à faire pression sur la direction ou l’équipe pédagogique.

Lire la suite de l’article sur etudiant.lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

115 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Dans l’EN tout dépend du chef d’établissement . J’ai enseigné dans une ZEP porte de Pantin avec des clients pas tristes : personne ne mouftait car la Principale avait du bon sens : quand un élève faisait l’objet d’un rapport la sanction était automatique, les élèves le savaient et se tenaient à carreau . Bilan : les élèves bossaient bien dans l’ensemble et on avait des résultats très satisfaisants . Par contre quand la Principale est démago c’est la catastrophe, il m’est arrivé dans des établissements de multiplier des rapports circonstanciés en pure perte . Résultat en janvier je cessais d’en adresser dans une classe de Troisième et en juin aucun élève n’a eu le brevet . Aujourd’hui le prof propose une sanction mais c’est le Principal qui décide de la donner ou pas et en général ce planqué s’abstient par pure démagogie - ou tout simplement par flemme . Que le prof en bave il s’en fout dans son bureau bien chauffé . Un conseil de discipline c’est 3-4 heures à s’emm… après les cours et certains chefs d’établissement se flattent d’en faire très peu pour être bien vu du Rectorat .

     

    • Effectivement, pareil pour moi : ai passé 2 ans dans un lycée à Levallois avec un bon tiers de "cailleras" ; pas de gros problèmes, peu de profs malmenés.... mais il y avait deux CPE assez autoritaires et bien campés à leurs postes : c’est tout le système de désignation et d’évaluation qui serait à revoir : là aussi, les gauchistes ont fait la loi et imposé leur doxa avec les dégâts qu’on connaît.


  • Les perturbateurs en classe ce sont le plus souvent des Noirs (toujours en queue de classe) ou des Maghrébins . Les profs, paralysés par l’accusation de "racisme", évitent de demander des sanctions . Les profs sont bien forcés de tous chanter " Tout va très bien Madame la Marquise ".

     

  • Surveillant depuis cette année dans un collège ordinaire du Nord, je ne suis finalement pas surpris de voir ce genre de comportements dans la banlieue parisienne. Je me fais respecter, mais il faut voir comment, rien que dans la petite ville où j’exerce, les élèves n’ont, hélas, ni éducation ni ambition. Les parents ne sont pas mieux et considèrent toute sanction comme injuste, ce qui oblige à se justifier en permanence. Ce qui relevait de comportements de marginaux tend à devenir la norme. L’insolence est monnaie courante, même chez les bons élèves. Il faut sans cesse rappeler les règles élémentaires de savoir-vivre. Les jeunes se croient importants, intelligents et nécessaires, conséquence désastreuse des réseaux sociaux.

     

    • Votre témoignage est capital tant il est réaliste et humain.
      Notre jeunesse est en souffrance victime d’une "sous France" qui a renié s’est engagements...


    • L’orgueil est l’ennemi numéro un pour recevoir la connaissance.


    • Vous comprendrez alors que je suis assez pessimiste quant à l’avenir. Il faut être sur le terrain pour constater combien une minorité d’élèves (plus si négligeable avec les années) laisse un sentiment amer : déstructurés, incultes, incapables de se projeter, inatteignables malgré toute la panoplie de sanctions existantes...
      Il faudrait écrire un article entier sur la gestion des permanences (ou études) tant on en apprend beaucoup sur la façon de fonctionner des élèves. S. Edouard a raison de Citer Les barbares d’A. Barrico : ce n’est pas une sinécure d’obtenir 55 minutes de concentration sans s’agiter !
      Un point à ne pas oublier dans l’affaire reste la part de responsabilité des professeurs, lesquels sont parfois loin d’être irréprochables...


  • Ces élèves semi-débiles et physiquement adultes n’ont rien à faire dans des établissement voués à l’instruction publique, sauf les structures pour handicapés mentaux.
    Ils sont de fait étrangers et peuvent être renvoyés dans leurs pays. Mais il faut un changement radical de gouvernement.
    En attendant, leurs parents sont responsables de ces délinquants qui sont jugés aussi intelligents que les autres élèves, et doivent rembourser tous les frais de justice et dommages et intérêts entraînés par la "mise en examen" des braqueurs.
    S’ils n’ont pas de quoi, renvoi dans leur pays, plus dette inscrite à leur nom envers la France. Ce n’est qu’un léger minimum.
    La presse parle "d’arme factice". C’était une arme véritable, à billes, qui peut arracher un oeil. Les semi-débiles sont dangereux.
    Et l’autre, avec son doigt dit "d’honneur" ! Une belle carrière de protégé de l’Elysée en perspective.

     

    • Luc Ferry a dit parfaitement la même chose : "les semi-délinquants n’ont rien à faire en salle de classe, puisqu’on ne plus faire cours en conséquence"
      L’égalitarisme gauchiste a ouvert la "highway to hell" comme le chantait AC/DC....


    • Il y a bien des ans dans une ZEP de la porte de Pantin j’avais un "élève" en cours qui ne faisait absolument rien . J’ai demandé à l’adjoint ce qu’il faisait là il m’a répondu carrément qu’on le gardait au collège afin qu’il évite de faire des bêtises dans la rue . Cela dit il ne gênait personne .


    • Semi-débiles ?
      Sans même aller jusque-là, il est des études faites sur les volumes de boîtes craniennes et autre gène FOXP2 ainsi que quelques évaluations de Q.I. par-ci, par-là.
      Surtout par là : https://www.intelligence-humaine.co...
      Ensuite l’on comprendra, au gré des anciennes colonies de chacun, comment l’on gagne ou perd des points de Q.I., au niveau national, en fonction des regroupements familiaux et autres navires affrétés par des escrocs pour nous ramener notre gros lot « chance » remporté au jeu "Trouve les Charlie".
      Ceci expliquant peut-être cela : auquel cas contraire ces études ne servent à rien.
      Pour ceux qui vous traiteraient de raciste-pétiniste-vichiste-gazdeschiste à étudier ce genre de phénomènes, demandez-leur de vous citer rapidement le nom d’une marque de mobylette africaine (du Maghreb au Machrek jusqu’au Cap), une invention récente ou autre référence d’utilité universelle.
      Et s’il vous parlent alors uranium, cobalt ou autre minerai, demandez-leur le nom des inventeurs gravés à la postérité pour en avoir fourni un usage propice à l’humanité.
      Idem pour le prix Nobel : si ce n’est celui de la Paix (dont on connait les objectifs politiques), que dalle... Prix Nobel de la Paix dans des pays qui se fritent à coup de machettes pour deux rouleaux de P.Q., au crépuscule du second et à l’aube du troisième millénaire, c’est un peu comme être Première Classe à l’armée...


  • Je peux témoigner. Les professeurs sont souvent rendus responsables de tous les maux de la société. Or, les professeurs sont les fantassins, la piétaille en première ligne qui subissent depuis 40 ans les délires démagogiques des pédagogistes gauchistes à la Meirieu (et ce quelle que soit la tendance politique au pouvoir). On a entendu parler de "mammouth" irréformable mais les réformes se succèdent sans discontinuer depuis René Haby et son collège unique en 1977. La dernière en date, catastrophique, de Belkacem, une nuisible et incompétente notoire.
    Face à la violence, aux incivilités subies au quotidien (des élèves et des parents), les enseignants sont effectivement abandonnés par leur hiérarchie qui minimise ou étouffe les faits. Ce que sait le grand public n’est rien.
    Je suis dans un collège du littoral Sud-Ouest où il n’y a pourtant que des blancs à 98%. Et pourtant, la faillite éducative des parents est là aussi patente. Des parents consommateurs qui attendent de l’école qu’elle éduque à leur place mais qui, quand la sanction est posée, contestent très souvent. Ici, il y a en tout et pour tout 3 afro-maghrébins et les 3 sont problématiques avec l’exclusion récente de l’un d’entre eux. La mère est venue au conseil de classe avec un avocat ! Et pourtant le petit c... s’était rendu coupable de coups et blessures, menaces physiques et verbales, injures à caractère raciste. Le principal a été contraint et forcé par les enseignants de convoquer un conseil de discipline. J’ose à peine imaginer ce qu’il en est dans les établissement dit pudiquement sensibles mais qui sont en fait un enfer pour les profs. Vous devez savoir que les chefs d’établissement sont poussés à ne pas faire de conseils de discipline et qu’il sont même récompensés financièrement si leur collège ou lycée ne fait pas parler de lui.
    Ou comment passer sous silence la faillite éducative des familles et aussi de l’institution qui refuse de soutenir ses fonctionnaires quand ils sont en difficulté. La démagogie du BAC pour tous, la lâcheté des politiques.
    Aucun mystère à la désaffection du métier et à la pénurie des vocations, malgré la sécurité de l’emploi, les vacances. Je suis personnellement un "ancien" et, en presque fin de carrière je gagne 2200 euros nets par mois.
    Je peux vous affirmer que certains jours, je distribuerais bien des baffes à certains petits cons mal éduqués. Mais je peux vous affirmer que je n’ai pas intérêt à m’y risquer. Et pourtant, une bonne torgnole...

     

  • La dernière vision de la prof gauchiste qui donnait cours sur les bienfaits de l’immigration.

     

  • C’est dès le primaire qu’il faudrait serrer les boulons... Je vois et j’entends des choses hallucinantes dans mon école... Des enseignants du RASED (Réseau d’Aide Spécialisé aux Élevés en Difficulté) pour qui "toutes les paroles se valent car nous sommes tous des êtres vivants sur la terre" laissant dire les pires conneries et s’interdisant de réagir violemment face à la violence... Une calamité. Là-dedans, je suis l’ovni qui exige bien trop, et pourtant de nombreux élèves viennent encore me saluer des années après avoir quitter ma classe. En parallèle à cela, je vois bien qu’il y a des "bombes à retardement" qui s’en vont au collège sans même savoir lire... Avec des familles disloquées et ayant pour beaucoup que le RSA ou la délinquance comme perspective.
    Alors l’irrespect et la violence dans les collèges et lycées ; ce n’est pas quand on a chié dans son froc qu’il faut serrer les fesses.


  • J’ai une p’tite question :

    Vous croyez que les enseignants votent toujours à Gauche ?

     

  • le hashtag #Pas de vague



    Cet élan de protestation intervient après la diffusion d’une vidéo montrant un lycéen de Créteil braquant en pleine classe une arme sur son enseignante.




    C’est pas Pierre Birnbaum qui est officiellement historien et sociologue, et membre du « conseil scientifique » de la DILCRAH, qui nous disait qu’il n’y avait pas de grand-remplacement du paysan avec béret & camembert et donc aussi de son fils
    Et bien apparemment le fils ne porte plus de béret et ne m’a pas l’air de tenir un camembert
    Serait-ce l’évolution selon Darwin ou le réchauffement climatique qui a changé notre paysan français ainsi ?


  • Les mêmes qui, par lâcheté, peur ou conviction, promeuvent l’idéologie mortifère qui ronge notre peuple "pleurent" quand l’un des effets de cette idéologie se retourne contre eux... Ridicule.

     

  • Tout compte fait, la Corée du Nord est un havre de paix. Eh oui, Soral a presque toujours raison. C’mon Soral. May the Grace be with you.


  • Suite à la réussite de son concours, un de mes enfants a été chargé par l’éducation nationale, d’enseigner dans une classe particulièrement difficile du département 93.
    Il a travaillé en binôme avec un autre prof pour qui c’était également sa première expérience d’enseignant.
    L’expérience a duré deux mois, sans parvenir a un résultat satisfaisant : l’éducation nationale a orienté les 2 professeurs vers la démission.

     

    • oui, la démission c’est une bonne orientation !

      c’est ce que le Mammouth tout entier devra faire puisqu’il ne remplit plus « ses missions » à savoir d’éduquer donc de conduire vers l’ETRE dont les savoirs, et les connaissances ne sont que des beaux moyens. Ni rien de national puisque c’est une nation de papiers, la république n’étant qu’un surgeon de la république à jeter.


  • Tant que les gosses de l’oligarchie n’ira pas dans les écoles de la République, les énarques ne bougerons pas le petit doigt, ils s’en foutent des conditions et de la zone dans nos collèges et lycées, collèges surtout !!!


  • Les profs "gauchistes" sont souvent aussi bête que les élèves perturbateurs. Ils récoltent ce qu’ils ont semé pendant de longues années (depuis mai 68). J’ai presque envie de leur dire "bien fait"

     

    • Beaucoup font le même constat


    • Et bien vous faites une grave erreur parce que les profs gauchistes sont minoritaires, tout comme les profs syndiqués. Vous n’imaginez pas le nombre de profs "réactionnaires", je veux parler de ceux qui sont face aux élèves, pas de ceux qui pondent les réformes et sont bien au chaud dans leurs bureaux du rectorat sans jamais avoir été confrontés à une classe, ou bien il y a très longtemps. Savez-vous que beaucoup de chefs d’établissement le sont pour ne plus être face aux élèves ?
      Alors cette caricature du prof gauchiste, c’était peut-être vrai dans les années 60 et 70 mais plus maintenant. Les grèves, par exemple, ne sont suivies que par une minorité des enseignants. Dans mon établissement, sur une quarantaine de professeurs, moins de cinq sont syndiqués et, les jours de grève, même ces cinq là viennent pour la plupart travailler. Personne ne croit plus à la grève et ne fait plus confiance aux syndicats qui ne servent qu’à nous aider pour des questions technico-administratives, mutations etc...
      Les profs subissent les réformes incessantes, les lubies des grands spécialistes de la "science" pédagogique, lesquels ne savent des élèves que ce qu’ils en ont lu dans des livres écrits par d’autres spécialistes de la pédagogie lesquels n’ont aussi des élèves qu’une idée très théorique. Vous n’avez aucune idée des couleuvres que nous devons avaler. Cependant, quand nous sommes dans nos classes, nous conservons une grande liberté pédagogique. Il faut simplement faire semblant le jour de l’inspection.
      Ensuite, vous n’avez aucune idée du niveau des élèves que nous récupérons en 6ème et que nous devons traîner de force jusqu’à la 3ème, pour finalement donner le brevet à près de 90% d’entre eux et revenir même sur nos corrections et nos notes quand elles ne sont pas conformes aux statistiques attendues. Vous n’avez aucune idée du caractère nuisible des associations de parents d’élèves qui viennent presque jusqu’à dans nos classes pour nous expliquer notre travail. Vous n’avez aucune idée de l’effondrement intellectuel de cette génération des milléniums totalement décérébrés par la télé que leurs parents ont installée dans leur chambre, les portables et tous les écrans qu’on leur offre et auxquels on confie leur éducation. La génération des parents trentenaires et quarantenaires est effarante de nullité. Ils veulent tous que leurs rejetons soient médecins ou ingénieurs mais surtout sans travail, sans contraintes et sans efforts.


    • Le Nanti
      C’est terrible ce que vous dites, à mon avis c’est foutu.

      Et pourtant apprendre c’est source de tellement de plaisir.


    • @ Le Nanti
      Excellent commentaire merci !


    • Les profs ne sont ni gauchistes, ni patriotes. Ce sont de bons petits élèves bien conformistes, assez bobos et stressés dans l’ensemble, qui se plaignent régulièrement mais qui ne diront jamais rien de politiquement incorrect.


    • Celui qui stigmatise le gauchisme comme étant la conséquence des problèmes actuels est celui qui croit par un libre décret avoir choisi ce qu’il pense.


  • Et comme on peut le voir sur la vidéo, le gamin au flingue est bien entendu... un petit mâle blanc privilégié qui s’appelle Christophe...


  • " les profs dénoncent l’abandon de leur hiérarchie face aux violences " , mais n’ont ils pas abandonnés le peuple français en votant " la sécurité " des traitres Macron et ses prédécesseurs immigra-sionistes ?


  • Jadis c’était le prof qui décidait seul de la sanction, aujourd’hui c’est le chef d’établissement et souvent ce pédé sape l’autorité du prof en faisant montre d’indulgence, il se torche le fias avec ses "rapports" . Quand les élèves savent que le prof ne peut leur infliger de sanction ils ont tôt faits de foutre le bordel dans son cours . Sabotage !

     

    • Je m’en rappelle encore, en CM2, mon prof qui était aussi le directeur avait mis fin aux agissements d’un perturbateur récidivant en début d’année, à coup de pompes dans le cul et avait même continué son traitement alors que le gamin était tombé au sol. Années 70.
      Après cela, il n’y eu plus aucun problème dans l’année.


  • Échec de l’immigration
    Échec de l’enseignement et du pédagogisme
    Échec d’une société en décadence

    Tout autre raison qui sera donnée est à mon avis du pipo et l’enfumage. Mais je me demande si cette société est encore capable de lucidité et de réaction.

    Un enseignant


  • On récolte ce que l’on séme.
    La France a la jeunesse de merde qu’elle mérite.


  • Si tu es pauvre, voici ce qui attend tes enfants en ZEP.


  • Ca pète de partout et quand la monnaie va s’effondrer, on va rigoler.

     

  • On assiste là à un mimétisme comportemental.
    Ou quand la vermine d’en bas singe le comportement de la vermine d’en haut :

    https://www.youtube.com/watch?v=vMT...

    Cette petite vermine peut se comporter comme ça car elle sait qu’elle est
    protégée par le comportement de la vermine d’en haut. Elle l’y encourage en fait.
    Quand la vermine d’en bas ne se sentira plus protégée par la vermine
    d’en haut parce que pendue, par exemple, alors toutes les vermines d’en bas se calmeront d’elles mêmes.

    Quant à cette affaire, mon tribunal populaire a un a tranché :
    déchéance de sa nationalité pour lui et toute sa famille.
    expulsion immédiate en emportant que ce qu’ils peuvent porter avec eux.
    Affaire suivante !


  • il faut sanctionner les fauteurs de troubles de violence d’incivilité par des sanctions sur les allocations familliales... exemple 1,2 ou 3 mois supprimés...

    et là les parents se sentiront tout de suite beaucoup plus concernés.

     

  • Apparemment l’interdiction des portables à l’école c’est pas gagné...


  • Noir ou arabe ils prennent exemple dans des films fait par des blancs aux couleurs sionistes.


  • Un élève africain parfaitement adapté à la culture européenne.

     

  • Bah, un peu comme dans les syndicats, en fait : la hiérarchie n’en a rien à foutre de la base, qui elle, peut souffrir en silence...


  • J’étais parti il y a quelques mois en Afrique du nord, à la suite de mes gémissements mon cousin narquois m’a dit " ce continent n’est pas fait pour être habité par des humains".

    Il faut croire qu’ils ont décidé de le quitter il y a longtemps...


  • Vu les témoignages effarants dans la suite de l’article de ces incivilités pour rester dans le langage soutenu (mdr) et qu’il faille apporter les preuves matérielles visuelles et sonores des insultes, faits et gestes ou atteintes corporelles de la part des croyons-nous sauvageons révélateurs de la déliquescence de cette république, que chaque professeure se munisse de lunettes Caméra Espion HD Vidéo DV Caméscope avec Enregistrement de Détecteur de Mouvement et filme tous ses cours discrétos en attendant de démissionner pour terminer ses crédits et finir caissière à Lidl !

    Ce week-end, une enseignante de lettres-histoire en lycée professionnel dans l’académie Orléans-Tours a livré son témoignage au Figaro : « Je vous passe les « salope », « pute », « connard/connasse », « sale prof » et autres gentillesses que j’entends régulièrement, contre moi ou mes collègues, mais surtout entre élèves ». Et de raconter de nombreux incidents qui ont émaillé sa carrière dans l’Éducation nationale (depuis 2014), dont celui-ci : « Des élèves de seconde ont lancé des écrous contre le tableau pendant que j’écrivais. J’ai fait un rapport, écrous à l’appui. Le tableau porte encore le trou d’un des impacts quatre ans plus tard ».

    Quel pauvre tableau :) C’est pas le tableau qu’il fallait écrouer :)

    Je remarque que la plupart des témoignages proviennent de professeures ! Le proviseur et chef d’établissement leur demande de renforcer leur autorité !

    Mettez des moustaches, mesdames ! Arrivez en tenue de combat vert kaki, en rangers !

    La plupart des indisciplinés sont des garçons ! Que voulez-vous ce sont des garçons en pleine force de l’âge et virils physiquement.

    - Allô, Marlène qu’est-ce que t’en pense ?

    Comme les garçons n’ont plus de modèles identificatoires et de repères masculins valables, au sein des établissements où ils s’emmerdent, ils ne font qu’exprimer leur mal-ÊTRE qu’une prof femenistisée, hygiénisée par l’E.N. laicarde ne pourra oh grand jamais accueillir la beauté du message implicite de ladite violence inversée qui n’est que celle de la métaphysique satanique de la transe à laquelle ces adolescents ont accès 24/24 par les jeux vidéos, séries TV, films et autres porn’Infos, tous médias réunis dont Skyrock sur leur tablette à laquelle ils sont reliés à l’école même si éteinte : il la porte comme une amulette !

    - Allô le 3919 Marlène t’es toujours là ? y’a deux bamboulas qui me font des doigts comme avec le président !


  • Il n’existe qu’une seule solution pour mettre fin aux violences en milieu scolaire : après le premier conseil de discipline du délinquant, il faut informer les parents extra-européens que la nationalité française lui sera et leur sera retirée et qu’ils seront renvoyés dans leur pays d’origine avec leur(s) enfant(s) s’il récidive.

     

    • Ça s’appelle un châtiment collectif, l’ami....


    • Vous dites n’importe quoi.

      S’il a commis des faits graves mais non criminels il doit simplement être renvoyé de l’établissement.Si en dehors de l’établissement il commet des crimes alors il peut être envisagé de lui retirer la nationalité Française mais pas celle de sa famille.

      En droit on est responsable de ses actes pas de ceux des autres.Les parents ont toujours une responsabilité mais elle ne peut pas être mesurée.Il y a ce qu’on appelle le libre arbitre.Les parents de Nordahl Lelandais ne sont pas inculpés.Je sais vous voudriez qu’ils le soient mais votre vision des choses est primaire et illogique.Vous profitez d’un monde plus évolué que celui que vous pourriez batir.

      Votre proposition,car outrancière,discrédite la sanction possible du délinquant d’origine extra européenne.


    • Suppression des allocs. C’est radical. + expulsion de l’établissement.


  • Il y a deux pôles d’éducation en France.
    - l’éducation privée (où les dirigeants mettent leurs gosses entre autres), habitée par des Français de souche et... des Musulmans (quelquefois « radicaux », mais bon, des faux-culs).
    - l’éducation post 68arde, le vivre ensemble et toute ces conneries. Ce sont ceux-là qui sont concernés et qui sont les cons cernés. Qu’ils se démmerdent avec leurs blanquer, Dany, Peillon et autres crotales belkhacem ! Qu’ils soient pédagogues !

     

  • L’héritage de François Mitterand ! L’immigration Massive, le regroupement familial en puissance 10 par rapport à Giscard. Les profs gauchistes, drogués au cannabis. Enfin le sionisme qui politise cette idéologie dont le but de détruire la vraie France traditionnelle.
    Vivement une guerre civile je serai du coté de Soral dieudonné Michel coulon

     

  • Retour de bâton pour cet électorat de gauche qui se prend le réel en pleine poire après avoir vécu dans le déni pendant des décennies, appelé à la mobilisation "contre la haine" en période électorale et systématiquement dénigré les propositions visant à réguler l’immigration, combattre la délinquance et restaurer l’autorité dans les établissements scolaires.

    Après avoir fait étudier "La vague" aux élèves, pour prévenir le retour "des heures les plus sombres", ce sont leurs petits protégés qui leur braquent maintenant un flingue sur la tempe.

    C’est la démagogie, l’absence de courage, le manque de lucidité et l’aveuglement idéologique du corps enseignant qui ont permis ce genre de dérives.

    Combien d’élèves vivent cette insécurité au quotidien depuis des années dans leurs propres établissements ? Ce sont-ils déjà mobilisés pour eux ? Les entend-t-on tenir un langage de fermeté et de rupture avec les logiques tribales et carcérales qui régissent désormais le quotidien de ces zones de non-droit que sont devenus les salles de classes ?

    C’est tout leur logiciel post 68 qui est menacé d’obsolescence sous les effets induits des différentes vagues migratoires et des renoncements successifs auxquels ils ont dû consentir pour maintenir les apparences. C’est pas avec des hashtag et une surreprésentation féminine dans leurs effectifs qu’ils mettront à l’amende les branleurs qui leur pourrissent la vie. Qu’ils continuent à donner leurs voix à Macron ou à Mélenchon, ils vont en avoir pour leurs frais tous ces cocus de la République.

     

    • Les idéologies suivantes n’auraient jamais du être enseignées, notamment celles :
      - de la soit disant libération du peuple par la Révolution, cette révolution n’ayant en réalité servi qu’à le soumettre aux puissances d’argent et à leurs idéologies mortifères
      - de la république, régime anti-français par excellence, qui ne cesse, depuis son existence et lors de toutes ses mutations, de pourrir les français à travers tout un arsenal de lois liberticides
      - des droits de l’homme, qui ont permis l’instauration d’une société individualiste, puis anti-française (pourquoi n’avoir effectivement pas parlé , dès le débuts, des "droits des français ?") et maintenant multiculturelle, où les désirs de chacun priment sur la survie du groupe et donc sur la survie du peuple français
      - du libéralisme, qui fait lui aussi primer les désirs de chacun sur la survie du groupe
      - de l’égalitarisme, qui a ensuite donné, entre autres, le droit du sol et l’égalité homme-femme, soit, l’acceptation de l’immigration et la destruction des familles par la négation du réel, à savoir, qu’il existe bel et bien des différences entre les individus, et des différences de toutes sortes, physiques, d’aptitudes, de qi, génétiques etc etc
      - du rousseauisme, qui prétend que tout homme est bon et que c’est la société qui le corrompt, et qui nie donc la responsabilité individuelle de chacun, à savoir que chaque individu est libre de faire soit le bien, soit le mal, et que s’il choisit la deuxième option, il en est responsable vis à vis du groupe à qui il nuit et doit en assumer les conséquences

      Et je ne m’étendrais pas sur les dernières trouvailles, théorie du genre, promotion de la sexualité...

      Le souci, c’est que pas mal de profs ne se soucient pas de savoir si ce qu’ils enseignent est vrai ou faux. Or, lorsque l’on est en devoir de transmettre, la bonne volonté, le travail et les bonnes intentions ne suffisent pas. Si toute cette énergie est mise au service de la propagation de mensonges, on devient alors coupable d’endoctrinement des jeunes générations, ce qui est très grave, pour soi-même, pour son public et pour son peuple.

      Cependant, je ne jetterais pas la pierre aux profs seuls, nous sommes tous coupables d’avoir cru à ces idéologies là, nous en payons maintenant le prix, très lourd, à la hauteur de notre orgueil, et notre seule survie dépendra, je pense, de notre capacité à nous débarrasser au plus vite possible de ces mensonges qui nous empêchent de voir la réalité en face.


  • Julien Dray et ses amis en ont voulu des millions, en oubliant qu’il n’y a que 11 postes dans une équipe de foot...

     

  • Solutions qui marcheraient si on s’en donnait la peine :

    service militaire, internat obligatoire ultra sévère pour ces écoliers sauvageons + leur imposer des travaux d’intérêt général, suppression des allocs aux parents permissifs, déchéance de parentalité prison ferme (au moins 1 mois) pour les parents qui menacent les profs.
    Dans tous les cas, imposer des sanctions si sévères qu’elles seront dissuasives.

     

  • Après 30 ans dans l’enseignement dont 25 comme TZR je confirme : il y a peu de chefs d’établissement sympathiques, peu qui comprennent qu’il faut soutenir les profs en difficulté face à certains de leurs élèves . Je sais que certains ne lisent même pas les rapports des profs, ils s’en foutent . Quand je débarquais dans un nouvel établissement je demandais toujours à mes collègues d’Histoire-Géo à qui il fallait s’adresser en cas de grabuge : dans certains collèges on ne pouvaient me donner de réponse . Je me souviens que j’ai réussi tant bien que mal à me maintenir dans un collège-pétaudière grâce à... un Pion ! qui était le seul être humain de l’établissement à avoir de l’autorité sur les élèves !


  • Le bien être d’un prof dépend de deux choses : de la compétence de la direction de l’établissement et de la composition sociologique des élèves . Mon meilleur établissement fut le lycée Victor Duruy : des élèves en or, très sérieux, bien élevés et attentifs, seulement il est situé aux Invalides, tous les élèves étaient issus de la classe dirigeante .


  • La seule chose à faire est le blocages des allocs. Tous les profs le disent depuis des années. Les parents de ce genre de gosse ne réagissent que pour ca.


  • La France, après avoir abandonné une part de ses vertus chrétiennes, ayant adopté des valeurs humanistes et Charlie à la sauce guimauve, en oublie parfois les traditions ancestrales venues d’ailleurs et pour lesquelles il convient d’entrevoir, ô combien est néfaste le déracinement si l’on n’applique pas les mêmes rites de passage : https://youtu.be/UrhqBFctJEA


  • En tout cas, les témoignages des profs semblent aller dans le même sens : proviseurs ou inspecteurs lâches et cyniques, toujours prompts au "pas de vagues", se comportant comme de petits notables sans envergure, soucieux des aides du département ou de l’image de leur établissement :
    Pendant ce temps, les professeurs vont au front comme en 14
    Pathétique


  • Le fait que le métier s’appelle encore « enseignant » est en soi une arnaque, étant donné que les profs sont à 80% gardiens de la paix, psys ou éducateurs spécialisés pour ados difficiles, à moins (ô chance) de tomber dans des patelins de la France profonde où les gamins ont encore de l’éducation. Là, le stress cède la place à l’ennui : recracher un programme qu’il est interdit de contester dans des délais ridiculement courts où rien ne peut être approfondi, le tout avec un niveau désespérant. Partout, le manque de moyens, de soutien, une hiérarchie sourde et aveugle (mais pas muette), et les parents qui attendent que l’EducNat éduque leur progéniture à leur place (believe) mais ne manquent jamais une occasion de plomber (voire d’agresser) le prof pour des motifs comme « trop de devoirs » ou « un mot sur le carnet »....

    La déliquescence de l’éducation est très représentative de celle d’un pays, il faut dire que quand on préfère parler de pipes et de 69 à ceux qui forment le futur de la Nation, plutôt que de leur apprendre l’amour de leur langue, de l’Histoire ou des sciences, y’a pas de miracles.


  • Les professeurs sont sous les ordres des rectorats. A partir des rectorats vous avez les "franc-maçons-éducations" qui sont de mèche avec les "franc-maçons-politiciens" qui sont de mèche avec les "franc-maçons-forces-de-l’ordre" qui sont de mèche avec les "franc-maçons-justice". Tous les domaines de notre société sont sous le contrôle des franc-maçons.

    C’est la république et tous ces franc-maçons corrompus qui nous foutent tous dans la merde. Vouloir plus d’autorité, c’est vouloir plus d’autorité républicaine et donc avoir une vie encore plus merdique. Trop peu de gens dans les commentaires ne savent toujours pas faire la différence entre la France et la république. Ces jeunes se rebellent face à l’autorité et c’est une très bonne chose car actuellement l’autorité est détenue par la république. S’attaquer à la délinquance, c’est s’attaquer aux conséquence du problème. S’attaquer à la république, c’est s’attaquer aux causes du problème. Mettons à terre la république pourrie et on réglera facilement le problème de délinquance.

    Je ne plaindrai jamais tous ces professeurs qui votent pour leurs bourreaux lors des élections.

     

    • Enfin un commentaire qui met en "lumière" (c’est le cas de le dire) les effets mortifères de la Raie Publique sur la jeunesse française par l’intermédiaire de son Education ANTI-Nationale.
      Vouloir le retour de la Raie Publique dans les établissements scolaires, c’est vouloir aggraver une situation déjà délétère à cause de 40 ans de pédagogisme gauchiste ambiant.
      Pour les sceptiques, je ne saurais que trop leur conseiller la lecture de la "conjuration anti-chrétienne" écrit par Mgr Henri Delassus en 1910 et en vente sur Kontre Kulture.
      Tous les problèmes en apparence insolvables auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui trouvent leur racine dans la société édifiée par la franc-maçonnerie qui a remplacé les institutions basés sur le catholicisme en vigueur sous l’Ancien Régime.


  • la hiérarchie de l’Education Nationale ! Parlons en !
    Pas de vagues c’est la doctrine adéquat du ministère et des instances dirigeantes.
    Victimes par deux fois de harcélement moral par des gens connus pour leur méfaits l’administration a préféré me demander de me mettre en congés maladie pour noyer le poisson. Ceci pour avoir dit que je souhaitais porter plainte.
    Je n’ai jamais eu aucun soutien réel de l’administration. Elle botte toujours en touche.
    Au départ vous passez pour le fautif puis quand le ton monte l’E.N.essaye et arrive à noyer le poisson à vos dépens (financiers et psychologiques).
    On peut faire un parallèle avec l’église qui "cache" ses pédophiles .
    L’Education Nationale sensée être le reflet de la formation de l’enseignement de la culture n’est qu’un monde de nababs pseudo riches d’un certain savoir et de prérogatives de puissance et d’autorité qui se protège.
    A tout les niveau, le laxisme ambiant et inscrit depuis des décennies sera impossible à juguler à moins d’une refonte complète de la société...... !!!!?????

    Ce monde là est un panier de crabes.
    Aucune solution ne sera jamais trouvée. Le remède est complexe car il faut ménager les parents,les élèves, les profs, le personnel, la hiérarchie à tout les niveaux et surtout ne pas faire de remous et de vague SURTOUT PAS !!!!!!
    Le format actuel de gestion des problèmes E.N. est et restera confortable pour le ministère.

     

    • la RF Maçonnique sont les garants d’une éducation nationale Maçonnique et des valeurs Maçonniques qui sont la lutte contre la Négrophobie , l’Arabophobie , l’islamophobie , la priorité à l’intégration des immigrés et des migrants et surtout à la défrancisation et la déchristianisation des Français de/en France .


  • Mille mots dans une image. Sur celle-ci la Réalité s’invite et crée le décalage habituel entre elle et la fiction ou s’inscrit, se cantonne le ’’système’’ pour perdurer...Et plus un système s’éloigne des lois universelles plus la Réalité lui est un poison. La Réalité finie par devenir indiscible, et emporte avec elle le beau, le bon ; le juste. On ne s’étonnera pas, après cela, de tous les malaises qu’entretient le ’’système’’ et de la quantité d’énergies de tous ordres qu’il consomme pour continuer de profiter à qui le domine. Les réactions du ’’corps enseignant’’, ce rouage institutionnel destiné à canaliser les comportements, démontrent assez le niveau d’inadéquation auquel il contraint en tuant complètement l’inné sous l’acquis, d’autant que cet acquis est de plus en plus en décalage avec le fondamental. Visibles ou pas les braquages vont en augmentant, encore faudrait-il cesser de faire tout ce qu’il faut pour cela depuis l’endroit d’où ordonne la Domination à la manoeuvre.


  • Les français exerçant une autre profession peuvent parfaitement reprocher la même chose à leurs élus.


  • Ces chouigneurs ridicules récoltent ce qu’ils ont semé depuis des décennies Ces pollueurs d’esprit, qui voulaient imposer le nom d’un shoadé à chaque élève récemment , qui faisaient défiler les écoles hurlante d’anti -LepenNazi ,ces imbéciles qui laissaient les Français se faire démonter dans la cour ou à la sortie par des bandes de dealers .
    Ces Gochtards endoctrinés jusqu’au trognon qui privilégiaient le lèche- cul des "pauvres minorités défavorisées" dans une sorte de religiosité grotesque se prennent des baffes dans la gueule .
    La làcheté et la stupidité ne mènent qu’à cela et c’est bien ,ce n’est que le début .
    ( On n’entend plus parler du proviseur de lycée assassiné sur un parking dans le Sud ,le génant passe à l’as vite fait dans ce pays , la peur des représailles ? )


  • J’ai toujours eu un profond irrespect pour l’éducation nationale et la plupart de mes pédagogues. Mais la simple idée de devoir annoncer à mes parents un éventuel conseil de discipline me forçait à une certaine bonne conduite au sein de mes établissements.


  • Les profs ont massivement souhaité ces nouveaux français, qu’ils se débrouillent avec.


  • Bon je vais être pessimiste parce qu’il faut voir la réalité en Face et en France. C’est foutu les gars, c’est mort, c’est cuit !

    Il sera impossible de revenir en arrière, les gens sont complètement lobotomisés, tu peux leur enlever ce que tu veux c’est kif kif, au contraire si tu leur enlèves les allocations familiales ça va être pire.

    Moi j’ai l’impression de vivre dans un autre monde, déjà que les gens "normaux" me laissent médusé, je ne parle même pas de ceux dont on parle qui sont plus proches d’une espèce primaire d’animal que de l’être humain.

    Quand il y a quatorze ans je traitais de singes les guignols qui chantent et s’agitent dans des clips de rap, par exemple, je ne pensais pas être aussi proche de la vérité.

    Satan, Sheitan, Ibliss, appelez le comme vous le voulez, a gagné cette bataille, faudra juste attendre la guerre pour remettre les compteurs à zéro, d’ici là on va souffrir comme pas possible.

     

    • Je suis entièrement d’accord, ce pays rend les gens pessimistes, entre la racaille d’en haut, la racaille d’en bas, les gauchistes, les journalistes menteurs comme des arracheurs de dents, la naïveté et la connerie des gens, parfois c’est difficile de vivre en France.

      Sincerement, s’il n’y a des gens que j’irai jamais plaindre, ce sont ces professeurs, cette France, ils l’ont voulu, ils l’ont, a force de leur chercher des excuses, on est arrivé à une situation incontrôlable où les classes sont devenus un foutoir pas possible.

      Personnellement, j’ai 26 ans, bac +5, et je songe sérieusement à aller voir ailleurs, certains parlent de l’imminence d’une guerre civile, si c’est pour risquer nos vies à cette France, je pense pas que le jeu en vaille la chandelle...


    • Sur la naïveté des "aryens", lire les pamphlets de Céline. Oui, ceux que monsieur Klarsfeld a interdit de lire au peuple français. Peuple français pourtant majeur et vacciné. Mais mis sous tutelle pour l’occasion. C’est bien normal...

      Quoi ? c’est légal, ça ?

      Hein ? Légal ou pas, aucune différence : ça vient de tout en haut ! Klarsfeld, on t’a dit !


  • Oui ça fait un peu au moins 20 ans que cette situation perdure dans des tas d’établissements scolaires en France. En 2018, ils ouvrent enfin les yeux, avec un hashtag … Beaucoup de gens sont vraiment déconnectés de la réalité sur tellement de sujets.

     

    • cette éducation Nationale n’a rien de Nationale sauf son nom qui est porté comme un masque dissimulant la réalité ! ce multi culturalisme est un échec sur toute la ligne , ce melting pot est un fiasco total . Mère Nature France ne peut etre dénaturée indéfiniment et ceci par des artifices Maçonniques aussi diaboliques soient-ils , et ses enfants naturels et légitimes ce sont les Français ! c’est comme ça , c’est la Loi ! la Loi de la Nature . et la Nature reprend toujours ses droits .


  • Violence économique,violences institutionnelles,violence dans les rapports sociaux,violence sur la route ,violence dans les débats,violences policières,violences internationales et in fine violence dans les classes...Vous vous en étonnez ?


  • Une bonne partie ayant été sur la ligne #PasDAmalgame, on ne va pas trop les plaindre non plus, selon le "Dieu se rit ..." de Bossuet.


  • En tant que parent d’élève dans un lycée "privilégié" càd où les enfants sont très bien suivis par les parents, je suis parfois choqué par le cmportement de certains profs (pas tous heureusement). Un ne se pointe jamais à l’heure (surtout si les gamins ont une interrogation) et s’absente très régulièrement (en plus il raconte des bêtises aux lycéens), d’autres donnent des notes à la tête du client et refusent de justifier même si l’enfant demande poliment car il n’a pas compris. D’autres adorent humilier les enfants devant toute la classe à cause de leurs diffcultés d’apprentissages.... Nos profs ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont de ne pas être en ZEP. Sans parler des cours non structurés ! On se ruine en cours privés.

     

    • Vous les parents d’élèves vous êtes une plaie. Vous êtes souvent encore plus problématiques que votre progéniture. Eduquez donc vos enfants et nous les instruirons dans de meilleures conditions. Et si cela ne vous convient pas et bien gardez-les à la maison, c’est légalement possible puisque c’est l’instruction qui est obligatoire et pas l’école (article L131-1 du code de l’éducation). Comment continuez-vous à confier vos enfants à des gens que vous méprisez à ce point ? Il faut être cohérent dans la vie. Mais vous êtes bien contents de vous en débarrassez pour souffler un peu. Chacun son boulot et les vaches seront bien gardées. Moi, je ne vais pas expliquer à un parent d’élève garagiste comment on répare une automobile. C’est amusant mais ce sont systématiquement les parents qui ont les gosses les plus mal éduqués et les plus chiants qui ramènent leur fraise. D’après ce que vous écrivez je vous identifie parfaitement comme faisant partie de cette catégorie, j’ai l’habitude.


    • Je demande pardon aux modérateurs mais j’ai oublié de faire deux remarques. La première est que ce sont quasi systématiquement avec les parents des élèves problématiques que nous avons aussi des problèmes. La seconde : l’année dernière nous avons forcé le chef d’établissement à convoquer un conseil de discipline au sujet d’un jeune garçon "issu de la diversité" ou, si vous préférez, une "chance pour la France". Le petit ange s’était tout simplement rendu coupable de coups et blessures, menaces, injures à caractère raciste (mais dans ce sens ça ne compte pas). La mère est venue au conseil de discipline avec un avocat. Au sein dudit conseil de discipline, par qui a-t-elle été soutenue à votre avis ? Par les parents d’élèves qui sont les seuls à avoir voté contre l’exclusion définitive du pauvre enfant ! Ceux-là même qui représentaient les parents des élèves agressés par l’angelot. La mère a fait appel mais, ô miracle, le rectorat a confirmé la sanction. Le bambin est donc parti dans un autre établissement où il a également posé problème. A la rentrée de septembre il était dans un troisième bahut où il fait déjà parler de lui. Alors vous savez, les parents d’élèves, ce que nous en pensons...Je vous laisse deviner.


  • Beaucoup de stéréotypes dans les commentaires .. Nous provoquer l indignation, pour désigner un bouc émissaire, c’est ce que le pouvoir attends ; des cases des genres des clichés et déjà rien que par la dialectique nous sommes divisés... Ensorcelés par les mots....

     

  • dans un temps pas si éloigné que cela en France ces professions telles que maitre d’école , instituteur , professeur étaient respectées et estimées par les patriotes Français tout comme le gendarme et le policier qui étaient craints donc respectés . mais depuis que le pouvoir profond des Loges a institué l’inversion des valeurs de la RF dans un système Machiavélique à qui ils ont caché le vrai visage puis imposé aux citoyens patriotes Français ! et actuellement voilà les résultantes de ce programme contre-nature des Loges du pouvoir profond et occulte : l’anarchie , la violence gratuite , la haine de la France et du Français (de souche) , en un mot le chaos !


  • en même temps la plupart continuent à voter à gauche ...

     

Commentaires suivants