Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Viande en crise : la filière défend son bifteck

Le salon de l’agro-alimentaire propose ses "nouvelles tendances"

La viande rouge passée de mode ? Alors que la consommation baisse en France et qu’une contestation des régimes carnivores s’installe dans une partie de la société, les professionnels du bœuf lancent une série d’initiatives pour garder leurs consommateurs.

 

Augmentation du bio, du bien-être animal, accent sur l’élevage extensif et herbager, développement du steak haché haut de gamme ou de viandes maturées : le Salon international de l’alimentation (Sial), qui a ouvert dimanche [21 octobre 2018] à Villepinte (Seine-Saint-Denis), met l’accent sur les efforts mis en œuvre pour permettre aux carnivores de manger mieux. Même s’ils mangent moins.

 

 

Le recul de consommation touche surtout la viande bovine. En cinq ans, elle a baissé de 6,5%, chaque Français ne consommant plus que 22,8 kilos de steaks et de pot-au-feu par an en 2017 contre 24,4 kilos en 2012, selon les statistiques de l’Institut de l’Élevage (Idele).

[...]

En 2015, l’annonce par l’Organisation mondiale de la Santé que les viandes rouges sont « probablement cancérogènes », a créé l’émoi en France, premier producteur européen de viande bovine – le secteur de la viande y emploie globalement quelque 500.000 personnes.

L’élevage étant jugé responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre et les émissions provenant pour plus des trois quarts des ruminants, cela a accéléré le désamour.

L’émergence des mouvements « vegans » ou carrément anti-viande et anti-élevage, au nom de la défense des animaux, a encore augmenté le désarroi des éleveurs, par ailleurs sous pression en raison de la baisse des cours mondiaux et de l’intensification de la concurrence avec le Brésil et l’Amérique latine, sur fonds de négociations commerciales internationales entre l’UE et le Mercosur.

[...]

 

Mais dans une filière française écartelée entre ses 36.880 éleveurs de bovins à viande, un acteur dominant dans le secteur de l’abattage (Bigard) et une constellation de PME liées à la transformation (plats cuisinés, surgelés, salaisons...), difficile de faire émerger de nouvelles tendances.

Les bouchers ont été les premiers à réagir, autour de quelques stars comme Hugo Desnoyers ou Yves-Marie le Bourdonnec, travaillant avec les éleveurs pour remettre au goût du jour les bêtes de race et les viandes maturées.

Les vidéos du boucher turc Nusret Gökce, connu sur les réseaux sociaux par son surnom de Salt Bae, sont devenues virales, surtout pour sa façon théâtrale de jeter le gros sel sur une côte de bœuf.

Lire l’article entier sur capital.fr

 

David Beckham chez Nusret Gökce :

 

Benzema chez Nusret Gökce :

 

Nusret Gökce en action :

La viande, la boucherie et les vegans, sur E&R :

 

À lire chez Kontre Kulture :

Pour une meilleure santé, privilégier la qualité (France) à la quantité !
Lire sur Kontre Kulture

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2067515
    le 22/10/2018 par pleinouest35
    Viande en crise : la filière défend son bifteck

    Par rapport à la spiruline, il faut 10 fois plus de ressources pour obtenir les protéines de soja, mais c’est surtout 300 fois plus de ressources qui sont ponctionnées pour produire le steak. Rappelons que les 8 acides aminés indispensables sont présents en bonne quantité dans le sarrasin. Il faut que la viande devienne trop chère à produire pour qu’enfin la filière viande s’effondre définitivement. Vive la crise !

     

    • #2067801

      Tu as raison et tord.
      Le corps humain assimile beaucoup mieux la viande, que la spiruline.


    • #2067952

      Lundi on a enterré Jean qui c’est pendu vendredi dernier.


    • #2068470

      @Mohammedou :
      "Le corps humain assimile beaucoup mieux la viande, que la spiruline.". Cela reste à prouver car la digestion de la viande rouge est très energivore pour notre organisme. Tout nutritionniste vous le dira.

      Par contre ce qui est avéré c’est que les mauvaises odeurs dans les toilettes sont le fait de le consommation de viande rouge...


    • #2068677

      Les bouses de vache et le crottin de cheval ne sentent pas particulièrement la rose et pourtant que je sache ces animaux ne mangent pas de viande.


  • #2067525
    le 22/10/2018 par Notquitedead
    Viande en crise : la filière défend son bifteck

    Consommation en baisse,pas à cause du desamour mais de la pauvreté grandissante, après même si vous n’êtes pas des plus pauvres, essayez de trouver une côte de bœuf non hallal c’est à dire saignante et goûteuse impossible sauf en régions reculées...... françaises quoi !


  • #2067563

    Je n’aime pas la barbaque et elle est trop chère pour moi . Le bœuf véritable atteint des prix astronomiques, il est vrai qu’il est très rare et qu’est vendue sous son nom de la vache de réforme, de la vieille laitière de 13-14ans que l’éleveur tarit, envoie au pré prendre du poids, et direction l’abattoir .

     

    • #2067688

      C’est ça la course au sacro-saint "pouvoir d’achat" tout me monde veut bouffer de la barbaque de "qualité" , se payer des vacances au ski et changer de bagnole et de télé régulièrement.


  • #2067564

    "L’élevage étant jugé responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre "
    Se demande-t-on comment on peut arriver à ce chiffre de 14,5% ???
    La vérité est qu’on essaie de justifier la baisse de nos revenus et de notre niveau de vie. L’écologie offre des arguments de choix...


  • #2067582

    Si les vegans se nourrissent 100% végétale sans OGM , perso je sais ce que je vais manger comme viande rouge dans les temps à venir.


  • #2067589

    L’élevage étant jugé responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre et les émissions provenant pour plus des trois quarts des ruminants, cela a accéléré le désamour.
    Celui qui croit à ce genre de connerie est des demeurés .Mais que sont les bateaux qui sillonnent les océans, à côté de quelques vaches qui pètent, car question pollution, c’est du copieux .Les vaches à côté c’est un prout de nouveau né, mais là on touche aux choses sensibles, faut bien trouver un bock émissaire .Leur mondialisation fait pourrir la planète, que ce soit au niveau industriel de l’alimentation qu’au niveau du transport , mais à part ça c’est la faute des vaches .Je n’ai jamais entendu plus de bêtises .Quelle ignorance .
    J’ai entendu dire que certains "végan" ou bouffeurs de gazon, avaient des problèmes de flatulence .Ceux-là nous pourrissent dans les deux sens .
    Un par leur idéologie
    Deux par leurs flatulences .

     

    • #2068454

      Les mauvaises odeurs dans les toilettes ont pour origine la consommation de viande rouge vous ne le saviez pas ?
      A moins que vos pets à vous ne sentent la rose...


    • #2069200

      Il y a environ 1 milliard de bovins sur terre, ce n’est pas "quelques vaches". Et elles libèrent du méthane, 10 à 20 fois plus puissant que le CO2.

      Et il est dit nulle part que les bâteaux ne polluaient pas ou moins...


  • #2067591

    ah la magie du marketting et du theatre...
    bientot ce ne sera pas que les elites qui auront pris des cours de theatre,mais tous les bouchers,le moindre garagiste...
    Bah apres tout,des l’aube de l’humanite,les shamans et les druides en faisaient des tonnes pour impressionner le chaland et cacher leurs secrets...


  • #2067592

    Il semble hélas acquis que la viande rouge au moins, voire aussi la blanche et même le poisson, soient cancérigènes. Sans toutefois que les études puissent pour des raisons évidentes préciser si la provenance industrielle semble responsable en tout ou partie.
    Mais d’après mes recherches, la pollution par exemple des eaux par le mercure, et l’élevage en batterie avec médicaments et produits de synthèse doivent y jouer un rôle non négligeable. Enfin, l’ingestion de ces substances carnées attaque chimiquement l’intestin, les reins, le foie et le pancréas, c’est indéniable.

     

    • #2067643

      Faudrait aller dire cela aux Inouits dont le regime alimentaire est a 99% carné et ce pendant des siecles


    • #2067851

      Non @Raoul, c’est de la désinformation. On parle de certaines charcuteries possiblement cancérigènes, pas toute la viande rouge !


    • #2068144

      Au contraire, il n’est pas du tout "acquis" que la viande cause le cancer.
      De récentes études européennes et relectures de centaines d’études prouvent même qu’il n’y a aucun lien. Il pourrait y en avoir dans certains cas (interaction avec le sucre, viande industriel de piètre qualité). L’industrialisation du milieu, au même titre que pour tous les autres aliments, posent certainement des problèmes (notamment sur le taux de triglycérides anormalement augmenté par l’engraissement artificiel des animaux 6 mois avant leur abattage, les hormones, etc.), ce qui est surtout vrai en Amérique. De même, le lien entre graisses saturés et maladies cardiovasculaires est purement et simplement inexistant. En réalité, l’hypothèse la plus probable semble en fait liée au sucre, ce qui explique le "paradoxe français" (nourriture très grasse et IMC le plus bas d’Europe) et l’obésité américaine. Scientifiquement parlant, un "paradoxe" ne s’entretient jamais que par malhonnêteté intellectuelle.
      Il y a énormément à dire à ce sujet mais il est difficile de croire que l’aliment ayant fait de l’Homme un Homme puisse être autre chose qu’une des sources énergétiques les plus essentielles pour lui.

      Quelques liens :
      Mythique conférence de Robert Lustig, "Sucre, la Vérité Amère" : https://www.youtube.com/watch?v=5ja...
      "Fat, The New Health Paradigm" , par l’institut de recherche du Créduit Suisse : http://publications.credit-suisse.c...
      Nina Teicholz, "The Big Fat Surprise" : https://www.youtube.com/watch?v=2_k...
      Vilhjalmur Stefansson, l’ethnologue carnivore : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vilhj...


  • #2067616

    " Le peuple, il digère " . LF Céline...Pour moi trop bouffer est un signe de névrose, la frugalité devrait être la base..le " bonheur est ailleurs "...

     

  • #2067654
    le 22/10/2018 par liberatefratras
    Viande en crise : la filière défend son bifteck

    Pas une ligne de l’augmentation tarifaire : toute viande confondue.
    Il faut 7 intermédiaires en moyenne, avant que la viande se trouve sur l’étal.
    Exemple : les centrales d’achats achètent aux fermiers, la race laitière pour 0.50cts, le kilo et la charolaise 1 euros le kilo, sachant qu’une vache pèse entre 640 kg et 900kg.
    En cela : vous enlevez le non-comestible et vous arrivez à l’abattoir avec la moitié du poids.
    Pour finir avec un prix entre 15 et 20 euros le kg au supermarché ou en "vente directe"
    et pour une viande non-haché, elle se situe à 10euros, le kilo.
    Si la consommation de viande diminue, c’est normal.

     

    • #2067904

      L’abattage halal a-t-il une influence négative sur le goût ? On peut se poser la question parce que les viandes n’ont plus beaucoup de sang .


    • #2068154

      Très bon commentaire.

      La vente directe permet justement de rééquilibrer (dans la mesure du possible) les prix. Exemple avec le ranch de Kerbongout qui fait du bio 100% herbe à 18€ / kg dans le Finistère.
      Le panier alimentaire a beaucoup diminué au profit d’une consommation débridée et de nombre d’équipements futiles, encombrants et d’une alimentation très pauvre mais calorique (moins de gras, moins de protéines, plus de sucre et de sucres lents).


    • #2068459

      @titi Vous vous souciez du goût de votre viande mais vous souciez-vous du respect de la nature voire même du bonheur passé de l’animal que vous consommez ? Car là est la vraie question : le bien-être animal.


    • #2070413

      @John

      si la viande est bonne c’est que l’animal a bien vécu pas de stress et bonne alimentation si c’est de la merde c’est le contraire bouffe de merde et condition de vie stressante


  • #2067663

    En 2015, l’annonce par l’Organisation mondiale de la Santé que les viandes rouges sont « probablement cancérogènes »




    Est-ce que l’OMS est sponsorisé par les vegans ?

     

    • #2068352

      probablement cancérogènes

      ca veut dire qu’ils prennent un echantillon de reference qui va developper 1.5% de cancer.
      ceux qui bouffe de la viande vont developper 3% de cancer.
      bilan : bouffer de la viande double vos chances d’avoir un cancer.
      1.5% et 3% c’est ridicule comme pourcentage ,c’est juste du footage de gueule...


  • #2067676

    Le veau vaut de l’or...


  • #2067701

    Au final, le but est peut-être que seuls les élites et les super riches pourront manger de la viande et du poisson alors que les pauvres seront obligés de manger des insectes comme des animaux.

     

  • #2067702

    Encore un domaine de libertés fondamentales, dans le viseur des "changeurs" de société. Mais attention ! Ne vous avisez pas, vous, simple mortel, consommateur basique, citoyen lambda, quidam isolé de critiquer leurs travers à eux, leurs lubies car vous seriez écharpé comme de la vulgaire viande hachée.

    Mon instinct naturel, renforcé par l’expérience que confère la soixantaine, m’a appris à me moquer éperdument et avec pugnacité, de tous ces "conseilleurs éclairés" qui passent leur vie à contrarier les choix de vie, des autres. Quoi ? Tu bouffes de la viande ? Ne sais-tu pas que tu risques de choper le cancer ? Hein ? Tu bois régulièrement de l’alcool ? Ne sais-tu pas que tu risques de choper, un autre cancer ?
    Et en plus, tu baises sans protection ? Et t’es encore en vie ?

    Le catastrophisme, la promesse des pires cataclysmes si on ne vit pas comme on nous le suggère, c’est de la foutaise royale ! Aujourd’hui, on n’a plus besoin de lobbies intéressés à orienter nos vies, dans le sens de leurs intérêts. Non, nos congénères, nos compatriotes, nos amis s’y mettent eux aussi. À quel titre ? Où y trouvent-ils leur intérêt ? Je ne sais pas.

    Telle connaissance qui n’aime pas la voiture ou trop fauchée pour s’en payer une, viendra m’énumérer tous les dangers que constitue cet objet, mais ne rechignera pas à ce que je le dépose, d’ailleurs à sa demande, à tel endroit, de temps en temps. Tel autre pote, fanatique de l’exercice physique (moins pour celui du labeur) me chantera les louanges d’un corps svelte, élancé qui le rassure dans l’ âge qui avance. Et quand je lui dis que beaucoup de potes plus jeunes que moi, sportifs dans l’âme ont déjà quitté ce bas-monde, il me répond que... "Ça ne veut rien dire"

    Et il a raison ! Exactement comme ses conseils !

    Le secret d’une vie, la moins pire, c’est de faire ce que l’on peut se permettre, sans se casser le cul avec les idées et jugements perturbateurs des autres. Je ne me mêle jamais du style de vie de mon entourage. Ils font ce qu’ils veulent. J’apprécierais qu’ils en fassent autant. Je mange de la viande deux à trois fois par semaine depuis ma naissance, je bois un coup, chaque fois que ça me fait plaisir et les marchands de caoutchouc ne font pas de bénefs avec ma b*te. Et je vous souhaite à tous, du fond du cœur, d’avoir mon bilan de santé. même si ça ne veut rien dire...


  • #2067723
    le 22/10/2018 par Jackie Chan en botte caoutchouc, en salopette et en tracteur
    Viande en crise : la filière défend son bifteck

    Nusret Gökce c’est quoi ce cinoche ?
    Heureusement que l’on fait pas autant de cinéma quand on tue et découpe les cochons vers chez nous (montagne des Pyrénées)
    Tout le monde se foutrait de nous


  • #2067735
    le 22/10/2018 par "culs terreux"
    Viande en crise : la filière défend son bifteck

    L’élevage étant jugé responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre et les émissions provenant pour plus des trois quarts des ruminants, cela a accéléré le désamour.




    Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre comme conneries
    Venez voir les éleveurs avant de répéter les nazeries qu’on vous raconte
    On vous paupérise et pour justifier votre appauvrissement on vous culpabilise avec l’ecologie-boboïsante de parigots embourgeoisés



    https://www.google.fr/search?q=elev...
    https://www.google.fr/search?rlz=1C...
    https://www.google.fr/search?q=comm...




    Vous en faites pas les bourgeois qui vous imposent ça, ils bouffent pas de la vache de reforme acheter à carrefour

     

    • #2068683

      En fait ces bourgeois (les plus riches, je parle des banquiers) mangent beaucoup de gibier, comme les gallinacés par exemple. Consommer de la viande sauvage, non issue d’élevages, c’est le summum. Même les races à viande, pour ces gens là, c’est pour le prolétariat.


  • #2067830

    Dans ce domaine comme dans tous les autres, les choses s’amélioreront dès qu’on cessera de faire n’importe quoi. L’alimentation n’échappe pas à ce postulat. Mal élevée, mal nourrie, mal tuée, mal conservée, mal préparée, mal vendue ; la ’’viande’’ mise sur le marché a le sort qu’elle mérite.


  • #2067865

    En plus du problème du bien-être animal, il y a le mode d’abattage....du moment que l’on nous refourgue à notre insu du halal, ce qui nous fait financer un culte contre notre gré, (sans même parler des problèmes sanitaires, et de la souffrance qui pourrait être évitée si on appliquait l’étourdissement des animaux), c’est normal que les ventes baissent.
    Je n’achète plus ni viande ni plats préparés si je ne connais pas le mode d’abattage, ce qui est majoritairement le cas.

     

    • #2068450

      Je commande ma viande sur le site "terre de viande" garanti non halal et il y a aussi du bio..... direct de l’éleveur .... Tant que l’étiquetage des viandes ne pourra pas spécifier "abattage traditionnel" ce qui signifie non rituel ou bien "abattage rituel" pour les amateurs ou les indifférents à l’abattage, les gens sensibilisés à cela n’achèteront plus dans le circuit courant. Après tout on met bien "bio" ou "vegan" ou sans ogm" pourquoi pas identifier l’abattage. On voit bien qu’on touche là un point sensible qui ne veut pas "discriminer" ce qui est une imbécillité.


  • #2067905

    Viandes truffées d’antibiotiques,d’ogm,de farines animales,mercure et autres saloperies...qu’on retrouveraient dans votre foie si on en faisait l’étude,alors oui,les français en ont marre de la mal-bouffe,et c’est tant mieux,car au bout de la route avec tous ces produits industriels,le crabe...


  • #2067948

    ridicule l’autre coupeur de viande. Il est content il a eu un beau couteau qui coupe à noël ! On croirait surtout une grande folle turc adepte de l’art content pour rien


  • #2067980

    vidéos à vomir ! et je ne suis ni végétarien ni vegan !
    quelque part cela me fait penser aux fous furieux de daesh qui se repaissent de sang et de chair fraîche.
    ha oui, aussi anelka, il y a mieux comme promo ! mais bon, disons que c’est une autre histoire, comme le halal par exemple.


  • #2068052

    En fait la filière viande n’est pas du tout en crise, si les’Francais n’en achètent plus y’a 1 milliards d’Africains qui n’attendent que ça et qui seront pas trop regardant sur le « bien être animal ».
    je pense plutôt qu’ils sont en train de nous préparer une nouvelle taxe sur les produits carnés, à la manière des sodas ou autres produits sucrés. Une taxe sur la viande pour lutter en faveur des animaux et de l’environnement c’est beau ...


  • #2068088

    "Probablement cancérogène…".
    Le même procédé que pour le réchauffement climatique, instiller le doute dans les esprits et laisser les medias et groupes de pression faire le reste.
    Qui a intérêt à la disparition de la viande rouge dans notre alimentation ? de la disparition des vaches dans nos campagnes, de nos fermes, de nos villages, de nos éleveurs, de notre culture ? Qui ?
    Il n’y a à ce jour aucune étude qui démontre que la consommation de viande rouge est à l’origine de cancers. Pour ceux qui connaissent un peu le sujet, on observe des tumeurs de toutes sortes aussi bien chez les herbivores que chez les carnivores. Et on ne sait toujours pas expliquer en toute certitude leur genèse. Il y a comme toujours un agent causal (ou des), des facteurs favorisants, déclenchants etc..
    Il existe des pays où la consommation de viande rouge est très élevée, la prévalence des cancers y est-elle également plus élevée ?
    Quand un vegan ingère du végétal, sa bouillie ne diffère principalement d’une substance carnée que par la présence de chlorophylle en lieu et place de l’hémoglobine, et de cellulose qui structure l’édifice cellulaire. Sinon, c’est la même eau (H2O), les même membranes cellulaires, les mêmes organites cellulaires à peu de chose près, les mêmes ions, acides aminés et oligoéléments. Ce qui dérange le vegan c’est le cri, le poil, la plume, la mamelle, ce à quoi par certains aspects il s’identifie. En ingérant de la viande il se voit cannibale nécrophage. C’est sûr que vu sous cet angle, les plus fragiles disjonctent et se défoulent courageusement de nuit sur des boucheries...
    Il faut leur parler gentiment, leur proposer des cellules de soutien psychologiques et mon cul sur la commode...

     

    • #2068968

      Les végétariens ne mangent pas de la bouillie mais des plats bien sympathiques. Je ne mange plus de viande depuis 8 ans et je vais bien. Pourquoi tuer des animaux puisque notre corps n’a pas besoin de viande ?
      Vous êtes un mangeur de viande, alors allez faire un stage dans les abattoirs et ensuite vous nous direz si le travail d’abattage vous donne de la joie de vivre...


  • #2068197

    merci de nous avoir fait découvrir cet artiste . Qu’est ce que je me suis régalé en regardant les vidéos de Salt Bea. ..........parce que je crois que j’aurais du mal à me payer pour de vrai , une entrecote dans son restaurant à Istambul


  • #2068216
    le 22/10/2018 par pleinouest35
    Viande en crise : la filière défend son bifteck

    Végétarisme/véganisme, une mode de bobo-écolos ? Vraiment ?
    Romain Rolland : « La cruauté envers les animaux et même déjà l’indifférence envers leur souffrance est à mon avis l’un des péchés les plus lourds de l’humanité. Il est la base de la perversité humaine. Si l’homme crée tant de souffrance, quel droit a-t-il de se plaindre de ses propres souffrances ? ». Confucius : « Tant que les hommes massacreront les animaux, ils s’entre-tueront. Celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut récolter la joie et l’amour ». Harvey Diamond : « Mettez un enfant dans un berceau avec une pomme et un lapin. S’il mange le lapin et joue avec la pomme, je vous achète une voiture neuve ! ». Theodore Monod : « Ce qu’on peut critiquer, c’est cette prééminence exclusive donnée à l’homme, car cela implique tout le reste. Si l’homme se montrait plus modeste et davantage convaincu de l’unité des choses et des êtres, de sa responsabilité et de sa solidarité avec les autres êtres vivants, les choses seraient bien différentes. Ce n’est peut-être qu’un espoir ». Thomas Edison : « Je suis végétarien et antialcoolique : ainsi je peux faire un meilleur usage de mon cerveau ». Thomas Henry Huxley : « L’homme vint avant la hache et le feu, il ne pouvait donc pas être omnivore ». Léonard de Vinci : « J’ai très tôt renoncé à la viande et un jour viendra où les hommes tels que moi proscriront le meurtre des animaux comme ils proscrivent aujourd’hui le meurtre de leurs semblables ». Albert Einstein : « Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre que d’opter pour une diète végétarienne ». Emile Zola : « La cause des animaux passe avant le souci de me ridiculiser ». Claude Lévi-Strauss : « Depuis une quinzaine d’années, l’ethnologue prend davantage conscience que les problèmes posés par les préjugés raciaux reflètent à l’échelle humaine un problème beaucoup plus vaste et dont la solution est encore plus urgente : celui des rapports entre l’homme et les autres espèces vivantes ; et il ne servirait à rien de prétendre le résoudre sur le premier plan si on ne s’attaquait pas aussi à lui sur l’autre, tant il est vrai que le respect que nous souhaitons obtenir de l’homme envers ses pareils n’est qu’un cas particulier du respect qu’il devrait ressentir pour toutes les formes de la vie ».

     

    • #2068638

      Belle, merci. Je rejoins clairement ces points de vue. J’ai toujours eu cette "conscience" qui me pousse a arrêter la viande depuis mes 18 ans. J’ai arrêté depuis 6 ans et je connais ER depuis 7/8 ans. Je suis certainement pas le seul cas du genre par ici. Comme quoi. ;)


    • #2068695

      Vos citations sont invérifiables. Je n’imagine pas de Vinci dire ce que vous en citez, on est en plein anachronisme.


    • #2069282

      @Elodie : vous avez raison ces citations à mon avis ne sont que fake news. Une bonne cote d’agneau, un bon filet de veau bien jeibe bien tendre et bien goûteux... Mmmh... C’est le pur bonheur !


    • #2069605
      le 24/10/2018 par pleinouest35
      Viande en crise : la filière défend son bifteck

      Non Pierre et Lucie, le pur bonheur - et je vous le conseille - c’est de se mordre la langue et de sentir ce sang divin et chaud qui vous coule dans la gorge. Car c’est ce qu’écrivait Marguerite Yourcenar ! Mais suis-je bête, il ne s’agit encore que de fake news !!! Aucun écrivain, chercheur ou artiste ne fut végétarien, aucun ! Vous avez une vue merveilleusement juste, seuls les tarés deviennent végétariens D’ailleurs, les Cathares mangeaient des steaks cathares, comme le revendiquent les restaurateurs aujourd’hui. Ah oui j’oubliais, les Cathares étaient eux aussi des tarés ! L’unique citation sujette à caution* ici est celle de Vinci.
      * http://ptitecaro29.canalblog.com/ar...


    • #2069620
      le 24/10/2018 par pleinouest35
      Viande en crise : la filière défend son bifteck

      Je cite : Mmmh... C’est le pur bonheur !
      Que l’on soit obligé de manger pour survivre, et parfois en tuant des bêtes, c’est une chose. Mais les manger non par nécessité mais par plaisir, c’est une abomination qui me rend honteux d’être de la même espèce que vous. C’est honteux car abominable comme état de conscience.


    • #2069896

      @pleinouest35
      moi c’est les sottises que tu dis qui me font honte
      Paysan, ami de chasseur, j’aime manger ce que je tue , ce que je n’aime pas c’est l’abattage industriel, on a tué un cochon hier, on a passé une super journée entre amis , et un cochon qui n’a jamais vu une cage, ce qui me fait honte c’est les gens qui bouffent du jambon herta sous vide ou les végétariens qui bouffent des Wrapp vegan de chez MacDo les deux pour moi sont responsable
      Père de famille paysan , je ne maltraite aucun de mes animaux , de la poule au cochon en passant par la brebis , avoir une exploitation vivrière, consiste justement à une autonomie certaine et ne pas cautionner ce système industriel
      Et je travaille en agricole, je connais aucun paysans chez qui je bosse ,qui maltraite son bétail, on est quand même loin nous paysan, des fermes mille vaches, des poulet en batterie , je ne sais pas combien par cage pour les œufs , alors je vais pas te dire ça n’existe pas, mais si ça existe c’est parce-qu’il y a une demande (le Kapital se nourri de lui même il n’a pas plus besoin des capitaliste offre/demande) , c’est comme le bio, Monsanto, maintenant Bayer était en pourparler, pour racheter une filiale de coopérative bio , c’est un marché financier, si les gens re-cuisinaient ,ils connaîtraient les bonnes saveur, et ne boufferaient pas des saucisses kabi ou herta, ne boufferaient pas des nuggets ou des sandwich subway , ni des légumes hors-sol espagnol ou marocain, ne boufferaient pas des cerises ou des tomates au mois de décembre, mais des légumes de saison , des poulets de paysans locaux et c’est valable pour tout
      Combien voit-on de jeunes antifa ou vegan boire du Coca ou manger du maïs de supermarché ou du bio de Leclerc , c’est une aberration, allez soutenir les petits producteurs de fromage, lait, cochon, volaille, et personnes ne t’empêche d’être végétarien ou crudivore du moment que tu ne soutien pas le Kapital qui va voir en toi un acheteur de bio, et qui te fera venir du bio d’argentine ou du brésil ou de je ne sais ou
      Le voilà le vrai combat, je pense, idem, pour ceux qui aiment la viande, on peut pas bouffer de la viande midi et soir , c’est l’homme qui est devenu un consommateur compulsif
      C’est à l’homme de se réguler, le Kapital lui fait son boulot
      Si il n’y a plus de consuméristes, plus de supermarché, plus de supermarché, plus de bouffe industrielle, donc plus de MacDo, aussi simple que ça
      Bien à toi un paysan ouvrier agricole


  • Ah, je croyais que les éleveurs voulaient nous sensibiliser sur le fait que la viande est indispensable à notre bonne santé, mais non, ils s’alarment des VENTES, les EMPLOIS, le FRIC. Excusez-moi mais c’est comme avec la pollution (changement climatique ou pas, l’intérêt général est largement de réduire la pollution), c’est une bonne nouvelle si on mange, donc produit, moins de viande, il me semble. Une très bonne nouvelle et une tendance à suivre. On est allé beaucoup trop loin, et donc, comme avec le gauchisme, ça crée une opposition "radicale" qui va servir de punching ball et d’élimination du bon sens.


  • #2068271

    @pleinouest35

    Soit. Je pense que la liste des grands penseurs omnivores sera plus longue que celle des végétariens, ce qui ne retire rien à la qualité de leur réflexion.
    Comment expliquer que l’homme primitif, notre ancêtre, se soit intéressé à la consommation de viande au lieu de cueillir et brouter ce que la nature lui offrait et qui aurait dû satisfaire ses besoins nutritifs ? Au lieu de se fatiguer à courir derrière des bêtes sauvages au péril de sa vie. Qu’y avait-il donc dans cette viande que le végétal lui refusait ?
    Certes la préhistoire est loin et le canapé tout près, et les besoins énergétiques ne sont plus les mêmes, quoique.
    Le circuit de distribution a bien changé mais nous devons manger pour survivre. Et il est vrai qu’un cadavre de laitue nous parle moins qu’un cadavre de bovin.
    De mon côté je refuse l’injonction végétarienne bâtie sur la souffrance animale.
    Je ne mangerai plus de chair animale le jour où :
    - toute maltraitance animale sera abolie (dont le génocide des moustiques dans les cabines d’avion)
    - il n’y aura plus de guerres, de massacres et de tortures d’humains
    - il n’y aura plus de pédophilie, d’exploitation de l’homme par l’homme
    etc..
    dans ce monde peace and love où l’air nous nourrira plus une petite pilule rose une fois par jour au réveil (bleue pour les vieux). Ce sera le paradis.
    Sinon l’Inde c’est pas loin, mais c’est crade. On n’y mange pas les bêtes, mais on y maltraite les humains en toute légalité. A chacun son truc.
    Plus sérieusement, si le bien être animal est dans les textes, sur le terrain on est loin du compte et là il y a un sacré boulot à faire.

     

    • #2068363
      le 23/10/2018 par pleinouest35
      Viande en crise : la filière défend son bifteck

      Pourquoi ? Beaucoup de causes comme la sortie de la forêt et les glaciations rendant la nourriture rare. Il est certain que la chasse a participé à développer le cerveau humain. Cependant chasser et élever des bêtes n’est plus une nécessité aujourd’hui, c’est même devenu une monstruosité avec l’industrie alimentaire. Le véganisme est une réaction à cette anormalité. S’il le fallait pourtant, je n’hésiterais pas à chasser pour survivre. Tout n’est qu’une question de mesure, manger des bêtes ne peut être justifié que si on ne peut pas faire autrement.


  • #2068359
    le 23/10/2018 par pleinouest35
    Viande en crise : la filière défend son bifteck

    De la même façon que l’information en générale est contrôlée et falsifiée par le sionisme garant de ses propres intérêts, je crois que le lobby de la viande est très actif pour biaiser l’information, notamment au niveau de la santé. Un autre exemple est le lobby du lait et ses recommandations journalières délirantes. En général un végétarien/lien mange beaucoup de fruits secs (amandes), de légumes verts et de spiruline et soja, il n’est donc pas carencé en calcium ni en fer, bien au contraire. Ces lobbies pratiquent donc le mensonge par omission qui est de la désinformation. Même chose pour le compteur Linky à propos des câbles on blindés jamais évoqués !


  • #2068373

    Je suis végétarien (et mâle alpha, si si).

    Je prends du pop-corn et je regarde ce lobby s’effondrer.

    Aucun état d’âme.


  • #2068892

    Les amandes....
    Ça ne pousse pas (encore ) chez nous. Il faut importer des quantités de plus en plus importantesi. Leur culture est très gourmande en eau. La pollinisation des amandiers est faite par des millions d’abeilles (USA) que l’on epuise à la tâche et qui bien souvent n’y survivent pas...
    Voilà pour les amandes.
    Chez nous l’élevage à structuré nos campagnes (aménagements, sociologie, économie) La France doit tout à sa ruralité et la désertification organisée de ces milieux est une catastrophe.
    Sinon oui à une réflexion éthique sur nos modes alimentaires independante des lobbies.

     

    • #2069270
      le 24/10/2018 par pleinouest35
      Viande en crise : la filière défend son bifteck

      Je cite : "Les amandes.... Ça ne pousse pas (encore) chez nous. Il faut importer des quantités de plus en plus importantes".
      Fichtre ! Quand j’étais enfant la colline à coté de laquelle je résidais en Corse était toute recouverte d’amandiers ! Et peut-être l’ignorez-vous, la Corse c’est la France !
      Sinon j’achète celles qui viennent d’Espagne, d’Italie ou de Sicile. Je n’achète jamais d’amandes des USA car si elles sont belles, elles n’ont aucun goût. Seules les amandes fripées et irrégulières sont délicieuses et gorgées de sucre.

      Pour Info, sur Conso Globe : "La France occupe la 5ème place avec 5% de la production mondiale d’amandes. La Provence , le Languedoc-Roussillon et la Corse assurent 80 % de la production d’amandes en France. En France, 2 300 hectares étaient consacrés à la culture de l’amande dans les années 1990. Aujourd’hui les Bouches-du-Rhône, les Alpes-de-Haute-Provence et la Corse réalisent 80 % de la production nationale, soit 3 500 tonnes en 2010 et 789 tonnes en 2015 mais qui ne représentent que 10 % de nos besoins. La France importe donc plus de 90 % de sa consommation, malgré une relance de l’amandiculture française et la création par l’INRA de variétés avec des qualités gustatives et nutritives que l’on dit supérieures à celles des variétés californiennes ou espagnoles".


    • #2069998

      Les amandes ne poussent pas chez nous ?? J’ai habité en Provence, dans le Var et les Bouches du Rhône étant gamin, dans les années 80/90 et je peux vous assurer que des amandes, on en avait tout autour de nous. Avec mes cousins on les cueillait et les mangeait sur place.


  • #2069354

    À une époque les chinois esclavés (ou travailleurs au choix) se voyaient offrir un bol de viande de temps en temps histoire de pas clamser mais de rester dociles, ça minimisait les révoltes de les faire se contenter d’un bol de riz.

    Ça soulève des questions sur ce qui se passe en France.


  • #2070120

    Avis aux idiots utiles. Un nouveau marché est en train d’émerger : c’est la viande artificielle cultivée à partir de cellule souche.

    https://www.sciencesetavenir.fr/nut...

    Finalement, toute cette agitation médiatique sur le bien être animal arrive à point nommé pour justifier ce "progrès" technologique.

    Perso, je préfère manger un bon steak de veau élevé sous la mère une fois par mois plutôt que leur merde sorti tout droit d’un laboratoire.


Commentaires suivants